Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "Revue celtique"

See other formats


^?-^'^ 


^■.-  :*î<-ir^ 


A 


^^ 


vwvr^"^ 


^C 


REVUE    CELTIQ^UE 


TOME    V 


A       ^  PUBLIÉE  V-^    >. 

^^^       AVEC     LE     CONCOURS     DES     PRINCIPAUX     SAVANTS        >^VA 

DES  ILES  BRITANNIQUES  ET  DU  CONTINENT 


DIRIGEE    PAR 


H.    GAIDOZ 


Directeur-Adjoint  à  VÉcole  des  Hautes  Études,  Proksseur  à  V École  des  Sciences  Politiques, 
Secrétaire  correspondant  de  la  Cambrian  Arch<eological  Association,  Membre  honoraire 
de  la  Society  oj  Cymmrodorion,  Membre  de  la  Royal  Archceological  Association  of 
Ireland,  etc. 


Tome   V 


F.    VIEWEG,    LIBRAIRE-ÉDITEUR 

67,  rue  de  Richelieu,  PARIS 

1881-1883 


TABLE   DES    MATIÈRES 


Pages 

O'Clery's  Irish  Glossary,  edited  and  translated  by  Arthur  W.  K.  Miller  i 
L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques,  par  M.  E.  Win- 

disch 70 

L'origine  de  l'hymne  de  Colmân,  par  M.  H.  Gaidcz 94 

—  Cf.  note  additionnelle 412  et  507 

Les  gloses  bretonnes  d'Orléans,  par  M.  J.  Loth .  104 

Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne,  par  M.  L.  F. 

Sauvé 157 

Macgnimartha  Find,  éd.  by  Kuno  Meyer,  Esq 195 

—  Cf.  p.  508. 

La  prose  de  saint  Columba,  par  M.  Ch.  Cuissard 205 

—  Cf.  p.  396  et  507. 

Manumissions  in  the  Leofric  Missal,  by  the  Rev.  F.  E.  Warren.  .  .  213 
Mots  et    expressions  celtiques  dans  le  gallot  des  Hauts-Bretons,   par 

M.  E.  Ernault 218 

Bibliographie  des  traditions  et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne, 

par  MM.  H.  Gaidoz  et  Paul  Sébillot 277 

On  the  Calendar  of  Oengus  by  Whitley  Stokes,  Esq 339 

Vie  de  saint  Paul  de  Léon  en  Bretagne,  publiée  par  M.  Ch.  Cuissard  .  413 

MÉLANGES. 

Four  new  Gaulish  Inscriptions  (W.  S.) 116 

Le  Duel  dans  la  déclinaison  gauloise  (R.  Mowat) 121 

Remarques  sur  2  accompagné  de  voyelles  (E.  Ernault) 124 

Notes  sur  des  textes  irlandais  (E.  Windisch)     1 118 

-  -              Il 389 

—  —         m 478 


vj  Table  des  Matières. 

Un  parallèle  à  sainte  Brigitte  (H.  G.) 129 

Le  breton  dans  maistre  Pathelin  (J.  Loth) 225 

Taranus  ou  Taranis?  (J.  F.  Cerquand) 381 

Irish  Folk-Lore  (W.  S.) 591 

Another  Farallel  (W.  S.) 593 

Zimmeriana  (H.  Schuchardt) 394 

Der  Irische  Infinitiv  (E.  Windisch) 461 

Une  question  d'orthographe  (A.  delà  Borderie  —  Paul  Sébillot  —  H.  G.)  470 

BIBLIOGRAPHIE. 

Adam,  150.  —  Almanach  des  traditions  populaires,  275,  504.  —  D'Arbois 
de  Jubainville,  1 38,  267. 

De  Baye,  131.  —  De  la  Borderie,  501.  —  Bugge,  155.  —  Bye-Gones,  408. 
Cameron,  496.  —  De  Charencey,  274,  275.  —  De  la  Chenelière,  132,  153. 

—  Cerquand,  229.  —  Coelho,  271,  409.  —  Costa,  272.  —  Cymmrodor,  407. 
Dalmedico,  410.  —  Darmesteter,  274.  —  Decombe,    503.  —  De-Vit,  480. 

—  Dictionnaire  des  antiquités,  ^03. 

De  rEstourbeilion,  266.  —  John  Evans,  597.  —  Silvan  Evans,  270. 

Ferguson,  ^04.  —  Flagelle,  153.  —  Folk-Lore  Andaluz,  410. 

Gaelic  Union,  505.  —  Gregor,    147.    —  Grignard,  405.  —  Guest,  486.  — 

—  Gûterbock,  265,  489. 
Hiibner,  1 54,  405. 
Joyce,  155.  — Jung,  484. 
Keating,  155. 

Lach-Szyrma,  ^06.  —  Lecoy  de  la  Marche,  134.  —  Leite  de  Vasconcellos, 
410,  507.  —  Le  Mené,  273.  —  Lizeray,  506.  —  Lombard-Dumas,  153.  — 
Loth,  487.  —  Luchaire,  154.  —  Luzel,  408. 

Masson,  506.  —  De  la  Ménardière,  273.  —  Michel,  498. 

Pirenne,  406.  —  Poggi,  228,  405.  —  Pursuit  of  Diarmuid,  274. 

Robert,  133.  —  Rolland,  275,  41 1,  507.  —  Ruelle,  405. 

Sacher,    149.  —  Scottish  Celtic  Review,   406.  —  Sébillot,    148,   408.  — 

—  Stokes,  145,  398. 
Thurneysen,  265. 
Vallentin,  502. 

Warren,  139.  —  Windisch,  230,  495. 
Ysten  Sioned,  500. 
Zimmer,  146,  255. 

NÉCROLOGIE. 

Breese;  —Robert  Williams 156 

Miln;  —  Mac  Haie 276 

De  Longpérier;  —  Bottrell 4'i 


Table  des  Matières.  vij 

ERRATA. 

P.  98,  1.  27,  au  lieu  de  après  le  vers  47,  lire  après  le  vers  48 
—     dernière    ligne,   au  lieu    de  formant   les  vers   38-49,   lire  formant  les 
vers  38-48 
P.  1 36,  1.  6,  ^u  lieu  de  et,  lire  ut 
P.  144,  I.  24,  au  Heu  de  dans  l'est,  lire  dans  l'ouest 

CORRIGENDA 507 


O'CLERY'S  IRISH  GLOSSARY 


GAOD  .i.  guin  'a  wound'. 

GAOïNE  .i.  maith  ^good'. 

GAoïs  .i.  gliocas  'wisdom'  gâos  .i.  gliocas  'wisdom'. 

GAOLAiM  .i.  brisim  'I  break'. 

GAOLAis  .i.  brisis  'thou  breakest'. 

GAOTH  .i.  fairrge  'sea'. 

GAOTH  .i.  glic  'wise'. 

GAOTH  .i.  tâidhe  'theft'.  mnâ  gâoithe  .i.  mnâ  tâidhe  .i.  mnâ  do  ni  gadai- 
gheacht  no  millteanas  gan  fios  'women  of  theft  i.  e.  women  who 
steal'. 

GAR  ,i.  gairid  'short'. 

GARMAN  .i.  croch  'gallows  [loiscis  ingarmain  nue,  «  burnt  the  new  wea- 
ver^sbeam  «,  Br.  h.  74]'. 

GART  .i.  ceann  'head'. 

GART  .i.  eineach  'favour'. 

GAS  .i.  gég  'stalk'. 

GAST  .i.  cailleach  'hag'. 

GEAGHNAiM  .i.  gonaim  '1  wound'  geaghnadar  .i.  doghonadar  'they 
wounded'. 

GEAN  .i.  bean  %oman'. 

GEAN  .i.  inghean  'girl'. 

GEANAiDH  .i.  dorinne  fochuidbheadh  'he  derided'.  geanaidhsiumh  an 
cainte  .i.  dorinne  fochuidbheadh,  no  magadh  ar  an  ccâinte'he  deri- 
ded the  satirist'. 

I.  See  vol.  IV,  p.  349-428. 

Rev.Celt.  V  i 


2  O'Clerfs  Irish  Glossary.  —  G.  — 

GEANAiR  .i.  do  geineadh  'was  born  [A  perf.  depon.  F.  h.  i.,  Z.  451]'. 

GEANAS  .i.  geanmnaidheacht  'chastity'. 

GEARG  .i.  garg  'fierce'.  dfuil  riogh  ro  ghearg  .i.  ro  gharg. 

GEART  .i.  lacht  'mille  [cen  gert  ferbha  «  without  milk  ofcows  »  LU.  8.  a. 

24,  quoted  in  Corm.  Tr.  p.  37]'. 
GEASTAL  .i.  sniomh,  nô  toirse  'fatigue,  sadness'. 
GEASTAL  .i.  gniomh  'deed'. 
GEiBHis  .i.  gleann  'a  valley'. 
GEiLLios  .i.  muinntearas  'kindness  [ingélllius  meicc  maire  «  in  the  friend- 

ship  of  Mary's  Son,  »  F.  h.  68]'. 
GEiLLSiNE  .i.  muinntearas  'kindness', /amu/af/o.  Beitr.  VIII,  324. 
GEiLT  .i.  ingheilt  'pasture'. 
GÉis  .i.  guidhe  'a  prayer'. 
GÉis  .1.  eala  'a  swan'. 
GÉN  .1.  guin  'a  wound'  'fear  doda  gêna  .i.  fear  ghonfas  tii  .  gênais  .1. 

gonais  'the  man  that  will  wound  thee  .  gênais,  he  wounded'. 
GEN  .i.  cloidheamh  'a  sword'. 
GENiDE  GRAiNNE  .i.  gaisgeadh  àâ  marbhthaoi  naonbhair  dâon  bhuille  'a 

feat  by  which  nine  were  killed  at  a  blow'. 
GEOGHNA  .i.  guin  'wound'  [2  sg.  imperat.,  Beitr.  VI,  473].  geoghnais 

.i,  gonais  'he  wounded'. 
Ge6in  .i.  fanâmhad,  no  amadân  ^dérision,  or  a  fool'.  bearradh  gedin  tug 

a  bhean  ar  pilip  da  gheoin  .i.  do  denamh  focuidbhidh  faoi,  etc. 
GÉRAIT  .1.  mac  béodha.  Ar  gcoimdhe  ar  ngérait  .i.  ar  mac  béodha  'an 

active  lad  [arcoimdiu  arngerait  A.  ar  mac  beoda,  Fél.  Prol.  90.  See 

Rev.  Celt.  II.  461]'. 
GÉRAIT  .i.  6gh  'young'. 
GÉRAIT  .i.  nâomh  'holy'. 
GÉRAIT  .i.  gaisgeadhach  'a  champion'. 
GÉRAIT  .1.  glic  'wise  [gérait  .i.  glicc,  Vé\.  Apr.  1 3]'. 
GÉRAIT  .i.  éolach  'learned'. 
GETAR  .1.  gontar  'is  wounded'.  As  fâol  ma  do  getar  .i.  as  faolchu  ma 

gontar. 
GiABHAiR  .i.  meirdreach  'a  harlot  [giabur  .i.  merdrech,  Corm.  p.  23]'. 
gi'alla  .i.  mi'ne  'gentleness'.  do  leige  do  fhéth  do  gialla  .i.  léig  gairbhe 

ar  mhi'ne  'He  left  war  for  peace'. 
GIALLA  .i.  braighde.   6n  abairthear  Ni'all  naoighiallach,  do  brigh  gur 

ghabh  braighde,  no  gialla  ch6ig  gcoigeadh  Eireann  7  geiil  Frange, 

Sagsan,  Breatan  7  Alban  'hostages  :  whence  is  named  Niall  of 

the  Nine  Hostages,  because  he  took  hostages  or  gialla  from  the  five 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  G.  —  ^ 

provinces  of  Ireland,  and  French,  Saxon,  British  and  Scottish  hos- 
tages'. 

GiBHis  .i.  gleann  'a  valley'.  gibhis  glaine  .i.  gleann  glan. 

GiBNE  .i.  adharc  leagha  'a  leech's  horn  [i.  e.  a  cupping-horn.  gibne  .i. 
adarc  lege,  Corm.  Tr.  p.  91]'. 

GIBNE  .i.  eu  'a  dog'.  gibne  gortach  .i.  eu  gortach  'a  hungry  dog.  Corm. 
Tr.  91'. 

GiBNE  .i.  snâithe  'a  thread'. 

GiL  .i.  uisge  'water'. 

GiOGAiL  .i.  leanmain  'pursuit'. 

GiOGHRANN  .i.  cadhan  'a  barnacle  goose'. 

GioN  .i.  bel  'a  mouth  [gin,  Pat.  h.  4,  Goid.  p.  15 1]'. 

GiORADAiN  .i.  fâochain,  no  faochôga  bhios  isin  muir  ina  mbf  sort  mao- 
raigh  '«  periwinkles  which  are  in  the  sea,  wherein  is  a  sort  of 
shellfish  ))  Stokes  [giritan  A.  faochain  mara  Corm.  Tr.  p.  91]'. 

GiuiL  .i.  leanmhain  .  gur  ghiuil  .i.  gurlean  'following  .  gur  giuil,  so  that 
he  followed'. 

GLACTHOiMSiDHE  .i.  lân  glaice  'a  handful'. 

GLANBHARR  .i.  folt  glan-barr  .i.  g[r]uag,  nô  folt  'a  good  head  of  hair, 
O'Conn.' 

GLANBHDHA  .i.  glanâobhda  .i.  âobhda  glan  'i.  e.  glan  [pure],'  dobhdha 
(grâce),  O'Conn.' 

GLANG  .i.  guala  'shoulder.  So  Corm.  p.  23'. 

GLANMHANN  .i.  mann  ghlann  .i.  cruithneacht  ghlan  'pure  wheat'.  Fél. 
Dec.  19. 

GLAOïDHEAMHAiN  .i.  mac  tire,  6ir  eamhnaid,  no  dublaid  cach  a  nglâodha 
aga  fhaigsin.  eamhain  .i.  dubladh  'a  wolf;  because  every  one 
doubles  his  cries  on  seeing  him  [glademain  A.  mec  îhire  (wolves) 
gldidiie  A.  focerda  ualla  mâra,  which  cry  i.  e.  which  uplift  great 
howls,  Corm.  Tr.  p.  87.  Mr.  Hennessy,  Rev.  celt.  I.  36,  quotes 
from  H.  3.  18.  T.  C.  D.  (s.  v.  Gudomain)  :  eamnait  anglaedha  na 
sinnaigh  «  the  foxes  double  their  cries  »  ;  and  he  says  that  in  a 
previous  gloss  v  glaidomuin  is  explained  as  signifying  sinnaig  or 
maie  tire,  because  in  barking  they  double  the  sound  »]'. 

GLASMHAGH  .i.  glasmhuir  'green  sea'. 

GLÉ  .i.  glan  'pure'. 

GLÉ  .1'.  follas  'clear'.  doglé  .i.  do  foillseochadh  'to  manifest'. 

GLÉ  .i.  maith  'good'.  amhail  dhearbhas  an  rann  so. 
gle  liomsa  a  choimdhe  gan  chol. 
beatha  bhocht  is  beith  mhâonar, 


4  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  G.  — 

roba  gle  liomsa  dom  dhéoin 
iongnais  mo  châomh  smo  cheindil. 

GLÉ  ALT  .i.  glain  innsce,  no  innsge  ghlan  'clear  speech'. 

GLEAGHRACH  .i.  gléghâif  .i.  gâir  fhollas  ^a  clear  shout'. 

GLEAN  .i.  leanmhain  'following'  roghleansad  a  lamha  donchoire  .i.  do 
leanadar,  etc.  'his  hands  stuck  to  the  caldron'. 

GLEiRE  .i.  iomad  'abundance'.  gleire  maitheasa  i.  iomad  maitheasa 
'abundance  of  goodness  [gleire  .i.  imat,  O'Dav.  p.  96]'. 

GLÉiRE  .i.  togha  'chosen.  gléire-laoch  .i.  togha  lâoch  'a  chosen  hero'. 

GLEiTH  .i,  caitheamh,  no  ingeilt,  badar  na  heich  ag  gleith  an  fheoir,  etc. 
'feeding  or  grazing.  —  The  horses  were  eaiing  the  grass  [In  cris- 
taigi  so,  ol  se,  romarh  thechusa  ar  gleith  imfeoir,  etc.  That  Christian, 
said  he,  killed  your  horses  for  eating  the  grass,  etc.  Trip.  Eg. 
15  b.  2]'. 

GLEiTHis  .1.  doghlan,  no  do  fhoillsigh  'he  cleaned  or  made  raanifest'. 

GLEODH  .i.  glanadh,  no  criochnughadh  'to  clean  or  décide'. 

GLETHE  .i.  glan  'pure'. 

GLETEN  .i.  gléo  'a  fight'. 

GLETEN  .i.  gleo  teann  'a  strong  fighi'. 

GLiFiD  .i.  gâir  ""a  cry'  [glifit,  FA.,  LU.  29.  a.  2]. 

GLiNN  ,i.  solas  'light'. 

GLiNN  .i.  daingean  'a  stronghold'. 

GLiNNE  .i.  urra  'surety'. 

GLiNNEADH  .1.  leanmhain  'pursuit'. 

GLiNNiDH  .i.  foillsigh  'show',  glinnidh  dôibh  an  ghairm  .i.  foillsigh  doihh 
'show  them  the  proclamation'. 

GLONN  .i.  gni'omh  'a  action'. 

GLÔR  .1.  glan  'pure'. 

GLUAiR  .i.  glan  'pure'. 

GLUS  .i.  soiilsi  'light  [gluss  .i.  sollsi,  Corm.  2^]'. 

GNAOi  .i.  aoibhinn  'delightful  [gnoe,  cach  ségda  (beautiful)  Corm.  p.  24, 
s.  V.  Gné]'. 

GNEATH  no  DO  GHNEATH  .i.  do  ghenadh  'was  born'. 

gni'a  .i.  aithne  'knowledge'.  cia  do  gnia  .i.  cia  do  aithéonta. 

GNÎA  .i.  mac  seathar  'sister's  son'. 

GNiA  .i.  bile  'a  tree'. 

GNÎA  .i.  reachtaire,  no  fear  foghainte  'a  steward,  a  serving  man'. 

GNÎADH  .i.  foghantaidh,  no  fear  dhénta  foghainte  'a  man  who  does  ser- 
vice [Ashert  uictor  frigniad  mil,  Victor  said  to  Mil's  slave,  F.  h.  7]'. 

GNiOMH  .i.  dénamh  'to  do'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  G.  —  ç 

GNisiOT  .i.  dorighneadar  'they  did\ 
GNiTHE  .i.  gniomhacha  'active  (a  plural)',  go  ra  ghonsad  gaoidhil  ghnithe 

.i.  ghniomhacha  'so  that  they  wounded  the  active  Gaels'. 
gn6  .i.  oirdheirc  .  gnôach  .i.  oirdhearcas  'conspicuous'. 
gn6  .i.  fochuidbeadh,  no  magadh  'dérision  or  mockery[g/2o'.i.  cuidmide, 

(dérision),  Corm.  24,  Tr.  86]'. 
GNÔTHEiCH  .i.  teich  réd  gnéuighibh  '«  go  about  your  business  «,  O'Conn.' 
gô  .i.  muir  no  fairrge  'sea'. 
cô  .i.  brég  'a  lie'. 
GO  .i.  ga  'a  spear'. 

GoBHAR  no  GABHAR  .i.  each  'a  horse  [gabhar  no  gobhar  .1.  each^  sup.]'. 
GO-OR  .i.  gach  solas  'every  light'. 
GOiBÉL  .i.  bel  na  fairrge  'mouth  of  the  sea'. 
GOiDHEALG  .i.  guthealg  .i.  guth  eireannach  ealg  .i.  éire  '[Gaelic]  i.  e. 

guth-ealg,  Irish  voice.  Ealg,  Ireland.  [Goidelg  .i.  guîh-elg  .i.  guth 

erendach,  ar  ata  intainmsin  for  eirind  «  for  that  name  is  on  Ireland 

(.(  Corm.  Tr.  p.  89]'. 
GoiRT  .i.  gortach  'hungry'. 
g6la  .i.  craos  'gluttony'. 
GOR  .i.  gairid  'short  [iarna  saeîhar  ngorsum  'after  their  short  suffering', 

Fél.  Prol.  $9,  quoted  by  O'Dav.  95]'. 
GOR  .i.  gairidheacht  'shortness'.  lugh  ba  gor  gach  namsoin  .i.  lugh 

dorinne  gairidheacht,  no  maith  isin  amsoin. 
GORM  .i.  oirdheirc  'famous'.  Ri  gorm  .i.   Rf  oirdheirc  'a  famous  king 

[In  gormrig  (.i   na  rig  erdarcu]  Fél.  Pr.  235]'. 
GORM  .i.  dearg  'red'.  ga  gormrùadh  .i.  ga  deargriiadh  'a  bloody  spear'. 
GORMHAC  .i.  mac  seathar  'a  sister's  son'. 
gormr6d  .i.  slighe  nime  'the  path  of  heaven'. 
GORN  .i.  aithinne  teineadh  '«  a  firebrand  «  Corm.  Tr,  85]'. 
GOTH  .i.  direach  'straight',  gothfheadân  .i.  feadân  direach  'a  straight 

tube'. 
GOTH  .i.  ga  'a  spear'. 

GOTHNAD  .i.  ga,  no  sleagh  'a  spear,  or  lance'. 
GOTH  NÉiD  .i.  ga  cathaightheach  néid  .i.  cath,  7  goth  .i.  ga  'a  fighting 

spear.  néid^  battle,  and  golh,  spear'. 
GRAiBH  HiERONiMi  .i.  feilire  no  sgribheann  Chirine  'the  calendar  v^hich 

Jérôme   wrote   [andgraib  Hironimi,  martarlaic  Eusebi,  Fél.    Epil. 

139,  140]'. 
GRAiBHRi  .1.  briathar  ghrata,  no  onôrach  'an  honourable  word  [graibre 

À.  magar  .i.  briathar  grata,  Corm.  Tr.  90]'. 


6  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  G.  — 

GRANNMHuiNE  .1.  âimeadha  .i.  an  grân  bhios  isin  muine  'sloes  i.  e.  the 

berry  igràn)  which  is  on  the  bush  [muiney. 
GRANT  .i.  liath  'grey'. 

GRATA  .i.  oirdheirc  'famous'  lâoch  grâta  .i.  lâoch  oirdheirc  'a  famous  hero'. 
GREANN  .i.  gruaidhfhionn  '«  cheek-hair  »  Stokes  [Grend  .i.  gruaid  finn, 

Corm.  Tr.  90]'. 
GREANN  .i.  ulcha,  no  fésôg  'beard  or  moustache'. 
GREANNACH  .i.  fionnfadhach  'hairy'. 

GREASA  .i.  âoidheadha,  no  lucht  énuaire  'guests,  or  peopleof  one  hour*. 
GREATH  .i.  gâir  'a  shout'  greatha  .i.  gâirthe  -shouts'. 
GRÉCH  .i.  cnû  'a  nut.  So  Corm.  Tr,  p.  90'. 
GRÉCH  .i.  goirt  'sour'.  ubhla  greiche  .i.  ubhla  goirte  'sour  apples.  See 

Corm.  Tr.  86'. 
GREis  .i.  orgain  'fight'. 

GREis  .i.  comairce  ^mercy  [gressa  .i.  comairce,  etc.  O'Dav.  p.  96]'. 
GREiT  .i.  gaisgeadhach  'a  champion'  'bagreit  ghâidh  .i.  ba  gaisgeadhach 

a  ngabadh  'he  was  a  champion  in  danger  [greit  A.  gérait,  Fél. 

Jan.  5]'. 
GRÉLiATH  .i.  greann  Hath  .i.  fionnfadhliath  'grey-haired'. 
GRÉSACH  .i.  gnathach  'customary'. 
gri'an  .i.  grinneall  mara,  locha,  no  abhann  'bottom  of  the  sea,  of  a  lake 

or  of  a  river'. 
GRÎAN  .i.  fearann  'land'  grfan  na  cille  .i.  fearann  na  cille  'church  land'. 
GRiANMHUiNE  .i.  sméra  .i.  an  ni  as  grianda  bhios  isin  muine  'berriesi.  e. 

the  sunniest  (grianda)  thing  that  is  on  the  bush  {muine)'. 
GRiB  .1.  lûath  '^swift'. 
GRiB  .i,  toirmeasg  '^hindrance'. 
GRiM  .i,  cogadh  *war'. 
GRiNN  .1.  daingean  'a  stronghold'. 
GRiNN  .1.  fésog  'a  beard'. 
GRINN  .i.  glan  'pure', 
GRINN  .i.  greannmhar  ''facetious',  O'Conn, 
GRINN  .i,  cuibhdheas  'decency', 
GRiNNEADH  ,i.  bâsughadh  'killing', 
GRiNNiDH  .i.  cruinnighidh  'to  collect'. 
GRiTH  ,i.  éolas  'learning'. 
GRIUN  .i.  grâinéog  'a  hedgehog', 
GRODAN  .1.  curach  'a  boat'. 
GROG  .1.  gruag  'hair'.  grog  dub  .1.  grùag  dhubh,  no  grûgânach,  no 

grùamdha  ^black  hair,  or  wrinkled,  or  sullen'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  G.  —  7 

GRUAG  .i.  bean  'a  woman'. 
GRUG  .i.  srang  chlâir  an  édain  '«  a  wrinkle  in  the  forehead  »  Corm.  Tr. 

p.  87'. 
GRUG  .i.  gruamdha  'sulky*. 
GRUG  .i.  lag  'weak'. 
GRUG  .i.  garg  'fierce'. 
GRUG  .i.  brég  'a  lie'. 

GU  no  Gô  .i.  brég  'a  lie'  gii  fhorgall  .i.  mionna  bréige  ''false  oaths'. 
GUAiRE  .i.  uasal  no  gairge  'noble,  or  fierceness  [So  Corm.  Tr.  p.  91. 

Guaire  .i.  uasal  no  gairci]'. 
GUAIRE  .i.  folt  'hair'. 
GUAL  .i.  teine  'fire'  fir  nach  fallân  gnuis  fri  gual,  etc.  'face  to  fire  is  not 

wholesome'. 
GUALA  7  GÔLA  .i.  crâos  'gluttony'. 
GUAMNACHA  .i.  spraiceamhla  'active  (pluralj'. 
GUBHA  .i.  cath  'battle'. 
GUBHA  .i.  caoineadh  'lamentation',  gné  gubha.  i.  gné  châointe  'a  kind  of 

lamentation'. 
GUDHB  .i.  both  leighinn,  no  teaghsgoile  do  réir  an  roinnsi  as  amhradh 

Choluim  chille. 

Gudhb  hà  hainm  do  bhoith  leighinn, 
ambiodh  Coluim  gan  chréidhim  : 

no  ainm  luicc  tre  Éirinn  noU  a  mbiodh  gan  créidhim  Colom,  etc. 

'a  teaching  booth  or  school  house  :  acccfrding  to  this  verse  from  the 

Amra  of  Colum  Chille  :  Gudhb  was  the  name  of  the  teaching-booth, 

in  which  was  Colum  without  faith'. 
GUDHB  .i.  méd  bronn  .  ni  dot  adhba  dhiadhachta,  is  ad  adhba  drâoid- 

heachta,  an  gudhb  guth  mârbhadh,  etc.  'a  big  belly,  a  pregnant 

womb,  O'Conn.' 
GUiDBHAiN  .i.  binghuid  .i.  sagsain  ' bân  (vfhite)  guid{Goths)i .  e.  Saxons'. 
GUiTHEAS  .i.  diultadh  'refusai'  ad  guitheas  .i.  do  diultas  'he  refused'. 
GULBA  .i.  bel  'a  beak'. 
GUNN  .i.  briseadh,  no  blodhadh  'breaking'. 
GUNN  .i.  brâighe  'neck'. 
GUNBHUiNNE   .i.  sleagh  'a  spear'  gunbhuinne  niadh  .i.  sleagh  ghais- 

geadhaigh  'a  champion's  spear'. 
GUR  .i.  calma  'hard  [clapu  gur  a  slige  .i.  amarbad,  Fél.  7  Nov.,  quoted 

by  O'Dav.  p.  95]'. 
GUR  .i.  gér  'sharp'. 
eus  .1.  fearg  'anger'. 


8  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  l.  — 

Gus  .i.  gniomh  *deed'. 
Gus  .i.  bas  'death'. 

GUS  .i.  aigneadh  'will'.  do  luidh  a  ngus  .i.  dochuaidh  a  naigneadh  'their 
will  went'. 


I  .i.  l'seal  'low'. 

I  ,i.  inis  'an  island' 

lACH  .i.  bradân  'a  salmon'  iachchnaimh  .i.  cnaimh  bradâin  'the  bones 

of  a  salmon'. 
lACHTADH  .i.  éigheamh,  no  glaodh  'a  shout  or  cry'. 
lALL  .i.  ealta  en  'a  flock  of  birds  [fri  ialla  ciara  (.i.  fridemna  .i.  elta 

duba  domoniorum)  «dark  flights  (of  démons)  »  Stokes,  Br,  h.  96]'. 
lALLACHRANN  .i.  brdga  'shoes'. 
lAR  .i.  dubh  'black'. 

lAR  .i.  na  dhiadh  'after'  iarsin  .i.  na  dhiaidh  sin  'thereafter'. 
lARFAiDHE  .i.  coimhéd  'guarding'.  dlighidh  othar  iarfaidhe  .i.  dlighidh 

anté  bhios  in  othras  a  choimhéd  'he  who  is  in  sickness  must  be 

attended'. 
lARNDOE  .i.  fiadh  beag  ég  'a  small  young  deer'. 
lATH  .i,  fearann  'iand  [iaîh,  mind  7  iath,  ferand,  LU.  7.  b.  35,  38]'. 
lATLU  *[a  bat]'  .1.  eiti  lu  .i.  beag  a  eite  i.  e.  eiîi  /;/,  small  his  wing  [eiîe). 

So  Corm.  Tr.  p.  97]'? 
ic  .i.  leigheas  'healing'.  l'ocais  .i.  leighisis  'thou  hast  cured'.  dâ  luibh  (ce 

.i.  da  luibh  leighis  'two  herbs  of  healing'. 
ILE  .i.  iomad,  no  iolardha  'plenty'. 
IMAITHIGHIDH  .i.  tathaighc  'frequenting'. 
IMCHIL  .i.  timcheall  'around'. 
iMCHiM  .i.  imchéimnuighadh  'walking'. 

iMCHiM  .i.  sârughadh  'conquest  [imcim  .i.  sarugh^  O'Dav.  p.  98]'. 
iMDHEAGHAiL  .i.  anacal  'protection  [sciath  dàn  diarnimdegaii,  a  shield  to 

us  to  protect  us,  Colm.  h.  20.  —  ropimdegail  diarcure,  may  she  be 

a  protection  to  our  host,  Br.  h.  99]', 
iMDiOLL  .i.  cealg  'deceit'. 

iMDioLL  .i.  fleadh  'a  feast'  [imdell,  Corm.  Tr.  97]. 
IMEACTRAIGH  .i.  damh  imil  na  seisrighe  [imechîrach,  externus,  Z.  871]. 
iMEASORGAiN  .i.  orgain,  no  bualadh  ar  gach  leath  dhe  'destruction  or 

striking  on  each  side  [«  mutual  destruction  »  Corm.  Tr.  93]'. 
iMFHEADHAiN  .i.  tâdùdh  no  tarraing  'pulling'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  l.  —  9 

IMLIOCH  .i.  ime  loch  .i.  loch  uime  fa  gcuairt  'i.  e.  ime  (about  it)  loch  (a 

lake)  a  lake  about  it  ail  round.  Corm.  Tr.  93'. 
iMNiSE  .i.  coimhcheangal  'a  covenant'. 

iMNisi  .i.  imreasain  'strife  [imnesse  catha,  Brud.  D.D.,  LU.  83.  a.  13]'. 
iMPiDH  .i.  impidheach  'a  petitioner,  O'Conn.' 
iMPiDH  .i.  slat  'a  rod'. 
iMREACCAiBH  'it  happened'  .i.  teagmhail.  imreaccaibh  doibh   .i.  tarla 

dh6ibh  'it  happened  to  them'. 
iMREADHSiDHE  .i.  do  imreadh  seisean. 
iMREiNN  .i.  im  eireinn  .i.  fa  eirinn  'through  Ireland'. 
iMRiM  .1.  marcaigheachd  'riding'. 
IMSCING  .i.  teagh  beag  a  dtuilleann  leaba,  no  ina  mbf  leaba  'a  small 

house  in  which  a  bed  fits  (or  abides)  »  Corm.  Tr.  98.  See  Sceng.]'. 
IMSEARGNA  .i.  imeasorgain  .i.  bruighean  'strife'. 
iMSNioMH  .i.  tuirsi,  no  br6n  'sadness  or  grief. 
iNBHEACH  .i.  eagach   .i.  ona  heagaibh  bhios  san  ni  'notched,  from  the 

notches  which  are  in  a  thing'. 
iNCHREACHADH  .i.  dioghiaim,  no  glanadh  'gleaning  or  cleaning'. 
INEACHTHREAS  .i.  âonach  'an  assembly'. 
iNFisi  .i.  at  no  lionadh  'a  swelling'. 
iNG  .i.  éigen  .  as  ing  .i.  as  ar  éigen  'compulsion  [as  cach  ing,  «  from 

every  péril,  »  Colm.  h.  18]'. 
iNGGLAiNE  .i.  neamhghloine  'impurity'. 
INGGLAN  .i.  neamhghlan  'impure'. 
iNGiR  .i.  angcaire  'level'. 
INGIR  .i.  amhghar  'sorrow'. 
iNNEAL  .i.  ceangal,  no  cuimreach  'a  bond  [démon  domair  indel  .i.  cengul 

no  cuimrech  Fél.  Feb.  16]'. 
INNEAL  7  INNEAL  .i,  friothaileamh  'attendance'. 
INNEAMH  .i.  biseach  'increase'. 
iNNÉiDHiM  .i.  aisnéidhim,  no  innisim  'l  relate  or  tell'. 
iNNÉoiN  .i.  inné  an  eana  .i.  meadhén  anuisge  'themiddle  of  the  water' 
iNNiLL  .i.  urasa  'easy'. 
iNNiLL  .i.  daingean  .  roseagaid  innill  .i.  do  ionnsaigeadar  ionadh  dain- 

gean  'a  stronghold.  —  They  came  to  the  stronghold'. 
iNNiLE  .i.  âirnéis  'cattle'. 
iNNiuDH  .i.  innisin  'telling'. 
iNNLis  .i.  cainneal  'a  candie'  adhainn  innlis  .i.  las  cainneall  'light  a 

candie'. 
iNNREACHTAN  .i.  putôg  'a  puddlng'. 


10  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  i.  — 

INNRIOMH  .i,  tinnsgeadal  'instruction'. 

iNNTEACH  .i.  slighe  -a  path'. 

iNNTiLE  .i.  leastar,  no  tiagh  'a  vessel  or  case  [Indtile  .i.  lestar  mbec  a 

talla  digh  »  a  small  vessel  in  which  drink  abides,  »  Corm.  Tr. 

p.  98]'. 
iNNTLioMH  .i,  ionnmas.  Brian  nach  ar  thaisigh  inntleamh  .i.  nar  thaisigh 

ionnmhas,  etc.  'wealth.  —  Brian  bas  not  hoarded  wealth'. 
iNNTRiBH  ,i.  easbhaidh  'a  defect'. 
lODHAN  .i.  glan  'pure'  eisiodhan  .i,  neamhghlan  'impure  [«  idan  is  rather 

'faithful',  ))  Stokes,  Corm.  Tr.  p.  94]'. 
lODHLANN  .i.  lingeamhain,  no  léim  'a  leap'. 
lODHNA  .i.  sleagha,  no  arm  'spears  or  arms'. 
loDHNACH  .i.  cathach,  no  armach  'warlike  or  armed'. 
lODNAiDHE  .i.  fuireach,  no  comhnaidhe  'staying,  sojourning'. 
lOLACH  .i.  subhachas,  no  luthghâir  ^merriment,  enjoyment  [ilach  .i. 

subai,  Fél.  Prol.  106.  Corm.  Tr.  p.  97]'. 
lOLAR  .i.  iomad  'abundance  [Crist  conilur  buaide,  Fél.  May  3]'. 
lOLDANACH  .i.  duine  lan  dealadhnaibh  no  dilcheardaibh  'a  man  full  of 

many  arts,  ingenious'. 
lOMADH  7  lOMAiDH  .i.  tnûth  'envy'. 
lOMADHALL  A.  cionta  'guilt'. 
lOMAGALLAiMH  .i.  comhairle  'advice'. 
lOMAiRGiDHE  .i.  iomchubhaidh  'becoming'. 

lOMALLTAR  NA  GAOïTHE  .i.  ceartlâr  na  gâoithe  'the  centre  of  the  winds'. 
lOMARBHA  .i.  brég  'a  lie',  nihiomairbhe  .i.  ni  brég.  ni  hiomairbhe,  'no  lie 

O'Conn.' 
lOMARCHUR  .i.  mearughadh  'straying'. 
lOMARCHUR  .i.  unfairt  'stumbling'  an  t-each  do  gni'  an  iomarchur  .i.  do 

ni  an  ùnfairt,  etc.  'the  horse  that  stumbles'. 
lOMBATH  .i.  muir  thimcill  'sea  around'  .i.  muir  thimchilleas  oilén,  no  tfr 

ima  ccùairt  'a  sea  that  surrounds  an  island  or  land  [Imbath  .i. 

ocian  (océan),  etc.  Corm.  25]'. 
lOMCHACHADH  .i.  f6chain  'looking'. 
lOMCHAisiN  .i.  féchain  'looking'.   Neamh  iomchaisin  .i.  féchain  nirahe 

'looking  to  heaven  [imchaisin  Crist.,  Trip.  Eg.  6.  a.  i]'. 
lOMCHAOMHRUs  .i.  fiarfaighe  'a  question'. 
loMCHLOiDHMEADH  .i.  bualadh,  no  comhrac  re  cloidhmhibh  'striking,  or 

fighting  with  swords'. 
loMCHOMHARC  .i.  fiarfaighidh  'to  ask'  iorachomaircis  .i.  fiarfaighis  'he 

asked.  Trip.  Eg.  5.  b.  2'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  l.  —  il 

loMCHOMHARC  .i.  aisgidh,  no  tiodhlacadh  'a  gift  or  reward'. 
lOMCHOMHNART  .i.  lâidir  'strong\ 
lOMDHA  .i.   slinnén  'shoulder'  ni  thug  6  roghabh  iodhna,  iomdha  dia- 

chéile  comhlainn  .i.  o  do  ghabh  arm  ni  thug  a  shlinnén  da  chéile 

comhlainn. 
lOMDHORAS  .i.  fordhoras  'porch'. 

lOMDHRANG  .i.  iomtharraing  '«circumtrahere»  Stokesinfîejïr.  VIII.  523'. 
lOMFOiCHEAD  .i.  foelghiortih  .i.  glâodh,  no  fuagra  'shouting  [iomfoiched, 

to  oppose^,  O'Don.  Suppl.]'. 
lOMFHORAiL  .i.  iomarcaidh  '^excess'. 
lOMFHORRAN  .i.  cathughadh  'fighting'. 
loMFHORRAN  .i.  comprâid  'comparison'. 
lOMGHABAiL  .i.  scachna  'avoiding'.   Ro  iomgaibh  .i.  do  sheachain  'he 

avoided'. 
lOMORACH  .i.  imeal  'border'. 
loMRADHADH  .i.  soiuaincadh  'reflecting'.   Ro  iomrâidh  .i.  do  sheachain 

he  reflected'. 
lOMRAiDHEADH  .i.  do  niodh  iomramh  'to  row'.  iomraidheadh  longa  .i.  do 

niodh  iomramh  long  'to  row  a  boat'. 
lOMROLL  .i.  seachrân  'straying'. 
lOMSGoLTADH  .i.  ainiomad   'excess'  iomsgoltadh  ngâoisi  .i.   ainiomad 

gliocais  'excess  of  prudence'. 
loMTHA  7  lOMTHACH  .i.  tnùthach  'envious'  'lucht  iomtha  .i.  lucht  tnùtha 

'envious  people'. 
iomthaireag  .i.  lucht  'contents'.  As  é  a  hiomthaireag  .i.  an  ni'  do  geibh- 

thear  innte  'that  which  is  contained  in  it'. 
lOMTHOiNiuDH  laithe  7  oidhce  .i.  imtheacht  lâoi  7  oidhce,  ôir  as  ionann 

toiniudh  7  teacht  'the  departure  of  day  and  night  ;  for  toiniadh  is 

the  same  as  teachf. 
loMTHOLTAiN  .i.  a  thoil  féin  'one's  own  will'. 
loNBHAiDH  .i.  aimsior,  no  uair  'time  or  season'.  An  ionbhaidh  sin,  etc. 

^at  that  time'. 
lONCHOSG  .i.  munadh,  no  teagasg  'instruction  or  teaching'. 
loNGABHRAS  .i.  gan  abhras  'without  doubt'. 
lONGNATHA  .i.  mairbh  'the  dead'.  Condodùisigh  iongnatha  .i.  dûiseo- 

chaidh  mairbh  'he  awoke  the  dead'. 
lONMALL  .i.  eolchaire,  no  toirse  'sorrow  or  sadness  [inmall  .i.  eolchaire, 

O'Dav.  p.  98,  who  quotes  Fél.  Sept.  10,  suidhe  dia  neiri  inmall]'. 
lONN  ARRADH  .i.  tuarastal  'wages'. 
lONNLACH  .i.  cosâoidh,  no  gearân  'blâme  or  complaint'. 


12  O'Clery's  Irisli  Glossary.  —  l.  — 

loNNLAT  .i.  glanadh  ^cleansing'  ionnlat  a  bheathadh  .i.  glanadh  a  bhea- 

thadh  '«  purifying  his  life  )y,  Corm.  Tr.  p.  109'. 
inn6gbhail  .i.  méid  mheanman  'greatness  of  mind'. 
lONNRosG  [proverb]  .i.  inn  ârasg  .i.  ârasg  ainm  breithre  'i.  e.  Inn-arasg 

[«  endword,  »  Stokes]  arasg  is  a  name  of  «word«.  [So  Corm.  25, 

Tr.  93]'. 
lONNSA  .i.  doilgheas  'difficulty'. 
lONNTLAS  .i.  fada  Mong'.  Cloidheamh  6rdhuirn  ionntlâis  .i.  cloidheamh 

fada  'a  long  gold-hilted  sword'. 
loNRACH  .i.  nf  cuirthear  sna  cnedhaibh  'what  is  put  in  wounds  [«  a  tint 

for  a  wound  »,  O'D.  Suppl.]'. 
lONRADHACH  .i.  oirgncach,  no  creachach  'devastating  or  spoiling' 
lONSORCHUGHADH  .i.  soillsiughadh  'illuminating  [roinorchaigseî,  Trip,  Eg. 

7.  b.  2.]'. 

lORCHADACH  .i.  olc  'cvil'. 

lORCHAiRE  .i.  iarchara  .i.  an  gli'in  tig  an  diaidh  dhuine  7  bhios  ag 

guidhe  air  'i.  e.  iarchara,  an  after-friend  i.  e.  the  génération  which 

cornes  after  a  man  and  prays  for  him'. 
lORDHALTA  .i.  cinnte  'certain'. 

lORGHUis  .i.  firghéis  .i.  guidhe  'prayer'  Fél.  Epil.  5  b  1. 
lORLANN  .i.  iarthar  tighe  mar  a  mbi  biadh  'the  rear  of  a  house  where 

food  is'. 
iR  .i.  fearg  'anger'. 
iRiONN  .i.  fearann  'land'. 
IRIS  .i.  umha  'copper'.  Nf  sain  iris  is  afost  .i.  ni  hionann  umha  7  6r 

'Not  the  same  are  copper  and  gold'.  afost  .i.  6r  'gold'. 
IRIS  .i.  cara  'a  friend'. 
IRIS  .i.  eire  as  .i.  as  an  eire  bhios  sisi  '[faith]  out  of  the  burden  (eire) 

[scil.  of  sin,  Stokes]  it  is  [So  Corm.  Tr.  9$]'. 
IRIS  .i.  dligheadh  'law'  irisich  .i.  dlightheach  'lawful'. 
iRT  .i.  bas  'death'. 

IS  NELLAiBH  .i.  Î6  néllaibh  'under  clouds'. 

iTH  .i.  arbhar  'corn  [v.  Doibhritt,  supra,  and  cf.  Corm.  Tr.  p.  95]'. 
itr6pa  .i.  ceann  'a  head'. 
iiiL  .1.  éolas  'knowledge'. 
lÙR  7  liR  .i.  orgain  '«  occisio  «,  Stokes  in  Beitr.  VIII,  346'. 

L. 

LA-AiD  .i.  cuirid  'they  put',  la-aidh  .i.  cuiridh  'he  puts'. 
LADHG  .i.  sneachda  'snow'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  L.  —  15 

LADHNA  .i.  bailbhe  'dumbness'  [cen  ladnai,  Fél.  May  26]. 
LADRONN  -i.  meirleach,  no  bithbheanach  'a  thief . 
LACHA  .i.  bladh,  no  clù  'famé'. 

LAiGHEAN  .i.  sleagh  'a  spear'  laighne  .i.  sleagha  'spears'. 
LAiMHEADH  .i.  lamhughadh  'seizing'. 
LAiMTHioNACH  .i.  mianghasach  'desirous'. 
LAiMTHiONACH  .i.  dcarmadach  'forgetful'. 
LAiNEACH  .i.  sleaghach  'armed  with  a  spear  [hastaîas  Lh.]'. 
LAiNNE  .i.  lionadh  'filling'.  an  mhuir  ag  lainne  .i.  ag  lionadh. 
LAiNNE  .i.  meadhair  no  uaill  'rairth  or  pride'. 
LAiTH  .i.  lionn  'aie'. 
LAiTH  .i.  bainne  'milk'.  laithe  fionn  for  tealdraigh  .i.  bainne  na  mbô  ar 

tuldhreich  an  talmhan  .i.  ar  aghaidh  an  talmhan  'milk  of  cows  on 

the  face  of  the  earth'. 
LAITHE  .i.  meadh  tombais  6\r,  no  airgid  'a  balance  for  gold  or  silver'. 

LAITHRE   .i.  hÔ  'â  COW'. 

LAMAis  .i.  fili  'a  poet'. 

LAMHCHARA  .1.  lamhchora  .i.  cur  lâimhe  ar  ni  'to  lay  hands  on  a  thing'. 

LAMHROD  .i.  rdd  lâimh  le  réd  eile  '[a  byroad]  a  road  at  the  side  of  ano- 

ther  road'. 
LANCHOiRE  .i.  coirc  iomlân  'a  full  caldron'. 

LANG  .i.  meabhal  'fraud'.  ro  langach  .i.  romheabhlach  'very  fraudulent'. 
LANGPHETiR  .i.  ainm  do  ghlas  bhios  idir  chois  tosaigh  7  chois  deiri- 

dheach  'a  name  for  a  fetter  which  is  between  a  forefootand  a  hind- 

foot  [Corm.  Tr.  p.  ici,  s.  v.  langfitif\\ 
LANN  .i.  téughdhais,  no  teagh  'a  house'. 
LANN  .i.  cloidheamh  'a  sword'. 
LANN  .i.  eaglas.  Lann  chluana  airthir  a  niu,  ionmhain  ceathrar  forsria- 

dhadh  .i.  as  ionmhuin  leam  an  ceathrar  ar  ar  druideadh  eaglas 

chluana,  etc.  'a  church'. 
LANN  .i.  cumhdach  'a  veil,  cover'.  gona  shronnlainn  .i.  cumhdach  ar  a 

shrôin  'a  cover  upon  his  nose  [Lan  lainne  ascéith  di  ûir,  the  full  of 

the  cover  of  his  shield  of  mould.  Rev.  celt.  III  182]'. 
LANN  .i.  greideal,  no  s6isdfn  'a.  gridiron'. 
LANNéiR  .i.  bô  'a  cow',  rodead  a  gcrich  connacht  choir,  analachta  ga 

lannéir,  etc. 
LAOBH  .i.  claon  'oblique'  laoibhrf  .i.  ri  claon,  no  leatromach  ''an  unjust 

king'. 
LAOïDHEADH  .i.  greasacht.  nor  laoidheann  .i.  do  ni'  ar  ngreasacht  'exhor- 
tation'. 


14  O^Clery's  Irish  Glossary.  —  L.  — 

LAT  .i.  troigh  ''a  foot'. 

LATH  .i.  lâoch  'â  hero.  So  Corm.  p.  27'. 

LATHAR  .i.  tionôl  'an  assembly'. 

LATHAR  .i.  gach  ciall  inchleithe,  no  as  oircheas  dfolach  'every  hidden 

meaning,  or  it  is  proper  for  concealment. 
LAUBA  .i.  mala  'an  eyebrow'. 

LEAGHAD  .i.  ccangal 'abond'.  laoghthair  leaghad  .i.  ceangailtearnalâoigh. 
LEAGLAiDH  .i.  luachair  'rushes'. 
LEAMH  .i.  leamhân  'an  elm'. 
LEANN  .i.  brat  'a  cloak  [lend  À.  lee  find  (white  wool)  .i.  ainm  do  brut 

find  (a  name  for  a  white  cloak)  Corm.  Tr.  p.  104]'. 
LEAR  .i.  muir  'sea'  [1er  .i.  inîoician  .i.  muir  mor,  etc.,  O'Dav,,  p.   100]'. 
LEAS  .i.  cûis^  no  caingean  'cause  or  contention'  'gléodh  gâcha  leasa  .i, 

criochnughadh,  no  glanadh  gach  cuise  'deciding  every  cause'. 
LEASAiGHEADH  TRiUNA  .i.  na  boicht  do  neartughadh  in  a  gcùiseannaibh, 

etc.  'strengthening  the  poor  in  their  causes'. 
LEATHA  .i.  eadàill  'Italy  [indeisciurt  letha,  «in  the  south part ofLatium», 

F.  h.  10]'. 
LEATHLAGSA  .i.  idir  bheith  lag  7  lâidir  'between  weak  and  strong'. 
LÉicc  .i.  faillighe  'neglect'. 
LEiCEAD  .i.  caomh  "^gentle' 
LEiDMHiGHE  .i.  mianghas  'désire'. 
LÉiR  .i,   treabhas,  no  éolach  'discreet  or  learned  [baleir  (.i.  icrabud) 

patraicc  combeba  «  Pious  was  Patrick  till  he  died  ».  F.  h.  23]'. 
LEiTHBHE  .i.  claon  'oblique'. 
LEiTHE  .i.  slinnén  'a  shoulder'. 
LEiTHEACH  .i.  Icithedg  .1.  iasg  leathan  'a  broad  fish  [v  a  flounder,  » 

Corm,  Tr.  p.  102]'. 
LEITHEACH  .i.  losad.  dobhrigh  go  leathnaighthear  bairghean  uirre  'aknea- 

ding-trough,  because  the  cake  is  spread  on  it  [iarsinni  letair  bair- 

geanfurri,  Corm.  27,  Tr.  102]'. 
LEiTHGHLÉoiR  .i.  Icathshùil  ghl6ire  'one  eye  of  glory'.  laoch  leithghleoir 

.i.  laoch  ina  raibhe  leathshuil  ghlôire  'a  hero  in  whom  is  one  eye 

of  glory'. 
LEiTHREADH  .1.  leithleiih.  robdar  leithreadha  .i.  dochuadar  do  leithleith, 

no  dén  tâobh  'aside,  —  They  went  aside'. 
LEiTHRiNN  .i.  urchall,  no  glachâin  'a  fetter  or  manacle'. 
LEMHNE  .i.  time,  no  buga  'warmth  or  softness'. 
LENNE  lIach  .i.  leicnc  lâoch,  no  aighthe  lâoch  'the  cheeks  or  faces  of 

young  men'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  L.  —  15 

LEO  .i.  leomhan  'a  lion'  alliath  le6  .i.  glâodh  leomhain  *^a  lion's  roar'. 

LEODH  .i.  leadhradh,  no  gearradh  'cutting'. 

LEGS  .i.  imdheargadh  'blushing'.  So  O'Dav.  p.  loi. 

LEGS  .i.  soillsi  'a  light'. 

LÉRE  .i.  crâbhadh  'piety  [larkri  (.i.  iar  crabûd)  Fél.Mch.  6,  and  O'Dav. 
p,  loi]'. 

LÉS  .i.  éttromân  'a  bladder'.  As  leigheas  legha  gan  lés,  etc.  '«  It  is  the 
cure  of  a  physician  without  light  ».  Stokes  Four  Mast.  A.  D. 
592]'. 

LÉS  .i.  solas,  no  soillsi  'light  [les  (.i.  cainnle]  F.  h.  55]'. 

Li  .i.  muir  '^sea'. 

LIA  .i.  mue  'a  pig'. 

LIA  .i.  fleachadh  'rain,  flood'. 

LIA  .i.  tuile  .  dochoidh  an  lia  as  an  abhainn,  etc.  'flood.  —  The  flood 
came  out  of  the  river'. 

LiACH  .i.  ni  as  doilidh,  no  as  olc  le  duine.  unde,  fiacha  fear  àà  liach, 
6ir  ba  doilidh  àô  a  athair  do  mharbhadh  accath  7  a  mathair  dég 
ag  a  bhreith  'a  thing  which  is  sad  or  evil  for  a  man,  Unde:  Fiacha, 
a  man  of  two  sorrows,  for  it  was  grievous  to  him  that  his  father 
was  killed  in  battle,  and  his  mother  died  in  giving  him  birth'. 

LiAGHDHEALG  .i.  dealg  in  a  mbi  li'ag  loghmar,  no  cloch  ùasal  'a  pin  on 
which  is  a  precious  stone'. 

LIAS  .i.  cro  bhios  ag  lâoghaibh  no  ag  ùanaibh  'a  hut  which  is  for  calves 
or  for  lambs'. 

LiASA  LiAG  .i.  ait  a  ndearnadh  crâoithe  for  lâoghaibh  'a  place  in  which 
were  made  huts  for  calves'. 

LiATHGHA  .i.  ga  léothach  no  leadharthach,  no  do  ni  leadradh  no  gear- 
radh 'a  shining  or  cutting  dart'. 

LiBHEADHAiN  .i.  cruidh,  no  clanna  'goods  or  children'. 

LiBHEARN  .i.  long  *a  ship'. 

LiBHEARN  .i.  clann  no  crodh  'children  or  goods  [Occurs  in  the  Amra  CC. 
LU.  p.  136.  See  above  Frismbeart]\ 

LiL  .i.  lenmhain  'following'  gur  lil  .i.  gur  lean  'he  followed'. 

LiNN  .i.  sâoghal  'âge'  milinn  .i.  drochshâoghal  'an  evil  génération'. 

LiGGHACH  .i.  ceannais  'gentle  [Abb  lethglinde  ligach,  Fél.  Apr.  18,  quo- 
ted  by  O'Dav.  p.  loi]'. 

LioGHDHA  .i.  âlainn,  no  min  'beautifuP. 

LioGDHA  .i.  laidir.  ciar  bhô  liogdha  .i.  gerbho  laidir  'strong  [ciarbo  lighda 
Fél.  Prol.  214,  O'Dav.  igi]'. 


i6  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  L.  — 

Lios  .i.  teagh,  no  baile  'a  house  or  town'  iompôdh  om  lios,  etc.  'départ 

from  my  lios'. 
Liss  .i.  olc  'evil'. 

LiTH  .i.  sén  uaire  'temporal  prosperity',  O'Conn. 
LiTH  .i.  sollamain  '^solemnity'  lîoth  laithe  ,i.  la  soUamna  no  fésda  'a  day 

of  solemnity  or  festival  [lith  laithi,  of  the  Feis  Temrach,  Trip.  Eg. 

?.  a.  I]'. 
LfTH  .i.  luth  .i.  on  luth  gâir  'activity'. 
Li'u  .i.  leanmhain  'to  foUow'.  A  ghille  connacht  nad  liu  .i.  na  leanaidh 

dhe,  etc.  'Connaught  lad,  do  not  pursue  him'. 
l6  .i.  ribe  olla  'a  lock  of  wool'.  As  16  a  brut  .i.  as  ribe  olla  do  bhuain 

as  brat  'it  is  a  lock  of  wool  that  he  eut  from  the  cloak'. 
LÔ  .i.  uisge  'water'.  Fô  linnibh  16  .i.  fô  linnibh  uisge  'under  pools  of 

water'. 
LOBAIS  .i.  cealg  '^fraud'. 
Locc  .i.  ionad  'a  place'. 

l6ch  .i,  dubh  'black'  lâoicheach  .i.  dubh  no  dorcha  'black  or  dark'. 
LOCH  .i.  uile  'everything  'loch  dubh  .i.  uile  dhubh  'everything  black'. 
l6chasair  .i.  ceatha  uisge  'a  shower  of  rain.  16  .i.  uisge,  7  casair  .i. 

cioth  '/J,  water  and  casair,  shower'. 
LOCHTHOMHADHMANN   .i.   maidhm  no  briseadh   loch   as   talmhain    'the 

bursting  or  breaking  of  a  lake  out  of  the  earth'. 
LOGHDHA  .i.  lagsaine  'slackness'  gan  loghdha  .i.  gan  lagsaine  'without 

slackness'. 
LoiCHEAD  .i.  cainneall,  no  lochrann  'a  candie  or  lamp  [Loichet  lainnrech 

ligach  Fél.  Prol.  197,  quoted  by  O'Dav.  p.  ici]'. 
LOICHEAD  .i.  saighnén  nô  lasair,  no  séd  solasda  .1.  slighe  solasda  'light- 

ning,  or  a  flame,  or  a  path  of  light  [Is  brigach  allochet  (.i.  issaignen 

no  issuttrall.  issét  solasta,  etc.)  Fél.  Jan.  26]'. 
LoiCHNEACH  .i.  lachnach,  no  lochânach  'abounding  in  lakes'. 
LoiNGEAS  7  LONGAS  .i.  ionnarbhadh  'exile  [loinges  .i.  indarba,  O'Dav. 

p.  102]'. 
LOiSGioNN  .i.  snasân  '[a  salamander]'.  oir  loisgthear  é,  7  cii  cnâmha  ainm 

elle  d6  'because  it  is  burnt  [loisgthear]  and  cû  cnàmha  is  another 

name  for  it'. 
LOIS!  .i.  lasair  'a  flame'. 
Loisi  .i.  sionnaigh  'foxes'. 
LOMAiN  .i.  sgiath  'a  shield'. 
LoMAiN  .i.  brat  'a  cloak  [Lommand  .i.  lomm  fand  .  sech  is  lâmm  is  fdnd 

lit,  because  it  is  bare  and  weak,  Corm.  p.  27]'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  L.  —  17 

LOMAR  .i.  16  mhàr  .i.  olann  mhdr  M.  e.  là  (wool)  mhdr  (great)'. 

LOMNA  .i.  téd  'a  rope'  docheangladar  na  lomma  dha  .i.  na  téda  'they 
fastened  the  ropes'. 

LONG  .i.  teagh  ,  6n  abarthâoi,  an  long  laighen  7  an  long  mhumhan  a 
dtemhraigh  'a  house.  Whence  was  said  long  Laighen  (the  Leinster 
house)  and  long  Mumhan  (the  Munster  house),  at  Tara'. 

LONG  .i.  sitheal  'a  cup'. 

LONG  .i.  leaba  'a  bed'  longa  crédhumha.i.  leapthacha,  etc.  'brass  beds'. 

LONGA  BRONN  .i.  langân  na  bronn^  no  an  ochda  '«  the  ensiform  carti- 
lage of  the  belly,  »  O'D.  Suppl.  s.  v.  longhronn.  —  donloing  hrond 
(gl.  cartilagini)  «  to  the  cartilage  (?)  of  the  belly  »,  Gild.  Lor.  in 
St.  Gl.  p,  140'. 

LONGADH  .i.  caitheamh  'to  consume'. 

LONGAiR  .i,  long  fhdir  .i.  f6ir  luinge  .i.  foireann  luinge  'i.  e.,  a  ship's 
crew'. 

LONGAS  .i.  ionnarbadh  'exile'. 

LON  LAiRGE  .i.  lou,  no  Icis  7  lâ-arg  'the  hip,  or  thigh  [Ion  Idrg  the 
hip  and  thigh,  O'Conn.]'. 

LON  LOiNNGEN  '[the  gullet,  O'Conn.]'  .i.  sdaidhg  bhrâghad,  àà  ngoir- 
thear  go  coitcheann  stéic  bhrâghad  'the  throat-stalk'. 

LONN  .i.  fearg  'anger'. 

LONNOGAN  .i.  dgân  lonn  .i.  6gân  feargach  'an  angry  youth'. 

LORC  .i.  garg  Tierce'. 

LORG  .i.  buidhean  'a  troop'. 

LOS  .i.  erball  ''a  tail'  gona  los  .i.  gona  herball  'with  its  taiP. 

LOS  .i.  son  'sake'  as  bhar  los  .i.  as  bhar  son  'for  your  sake'. 

LOSG  .i.  bacach  'lame'  [iccaid  luscu  (.i.  bacuchu]  laîruscu  «  he  healed  the 
hâlt  with  the  lepers  »  F.  h.  34.] 

LOSG  .i.  câoch  'blind'. 

LOSGAN  .i.  luasganacht,  no  leanbaidheacht  'swinging,  or  childhood'. 

LOT  .i.  meirdreach  'a  harlot'.  [Lott,  Corm.  Tr.  p.  101.  | 

LOTAR  .i.  leadhradh^  no  gearradh  'cutting'. 

LOTHAR  .i.  coimhthionôl  'collection'. 

LOTHAR  .i.  coire  'a  caldron'. 

LOTHAR  .i.  édach  'dress'. 

LOTHAR  .i.  amar  no  soidheach,  ina  mbf  braichlis  '«  a  trough  or  vessel  in 
which  grains  are  contained  »  Corm.  Tr.  p.  105'. 

LU  .i.  beag  'small  [Cf.  latlu,  supra]'. 

LU  A  .i.  uisge  ''water'.  os  linnibh  lua  .i.  os  linntibh  uisgidhe  'over  pools  of 
water'. 

Rev.  Celt.  V  2 


i8  O'Clery's  Irisli  Glossary.  —  L.  — 

LUA  .i.  cos  'a  foot'.  da  luâ  .i.  dâ  chois  *two  feet'. 

LUA  .i.  preab  'a  kick',  dorad  trén  lua  .i.  tug  trein  phreab  'he  gave  a 

strong  kick'. 
luacharn  .i.  lochrann,  no  solas  'a  lamp  or  light'. 
LUADA  .i.  lu  gach  mbeag,  oir  as  é  mér  as  lugha  isin  lâimhe  .i.  an  mér 

beag  'every  thing  small,  for  it  is  the  smallestfmger  inthehand,  i.  e. 

the  little  finger'.  [So  Corm.  s.  v.  Lûda.] 
LUAMH  .i.  ab  'an  abbot'.  luamh  lis  moir  go  miorbhail  .i.  ab  Hos  moir, 

etc.  'abbot  ofwonderful  Lismore'  [lûam  lis  moir  mirbuil.Fél.  ?  Dec, 

quoted  by  O'Dav.  p.  ici.] 
LUAMH  .1.  luamhaire,  no  loingseoir  'a  pilot'. 
LUAN  .i.  laoch  'a  hero'. 
LUAN  .1.  eu  'a  dog'. 
LUAN  .i.  mac  ^a  son',  ge  atâ  na  luân  ag  tadhg  .i.  ge  atâ  na  mhac  ag  fili 

'although  he  is  the  poet's  son'. 
LUASCACH  .i.  luasgadh  'swinging'  brat  dubh  luascach  .i.  brat  dubh  ar 

luasgadh,  no  ar  tonnghail  'a  black  cloak,  swinging  or  waving'. 
LUATHRAiNN  .i.  luaittear  a  rannaibh  'narration  in  verse,  O'R.' 
LUBHA  .1.  corp  'a  body'. 
LUBHAiN  .i.  lubâin  'lambs'. 
LUBHRA  .i.  easlâinte  'disease'.  Adcoda  lubhra  luinne  .i.  do  gheibh  an 

duine  easlân  fearg  ré  a  denamh  'he  has  the  disease  of  anger'. 
LUBHRA  .i.  obair  'work'. 
LUCH  .i.  brâighe  'a  prisoner'. 
LUCHAiR  .i.  Ifchôir  'splendid',  O'Conn.  Luchair  eagha  ,i.  comhthaith- 

neamhach  re  lichôir  na  greine  ar  an  aighreadh  '^shining  with  the 

light  of  the  sun  on  the  ice', 
LUCHTHAiRE  .i.  sâobhchoire  uisge,  no  coire  tuaithbhil  'a  whirlpool  of 

w^ater'. 
LUGHA  .i.  mionna  'oaths',  luighe  .i.  mionna  'oaths'. 
LUGHA  .i  tart,  no  iota  'thirst'.  ag  do  ri'ghsi  a  âth  rauidhe,  ni  beinnse  a 

lugha  dighe  .i.  ni  beinnsi  an  iotaidh_,  etc. 
LUI  .i.  gég  'a  branch'. 
luibheanchosach  .i.  an  chos  maille  ris  na  méraibh,  no  an  lâmh  maille 

ris  na  méraibh  'the  foot  with  the  toes,  or  the  hand  with  the  fmgers'. 
LUiBHNE  .i.  méoir  'fmgers'. 

LUiBHNE  .i.  sleagh  diubhraicthe,  no  chaithmhe  'a  spear'. 
LUIBHNE  .i.  sgiath  'a  shield'. 
LUiDH  .i.  dochuaidh  'he  went'.  luidh  roimhe  .i.  dochuaidh,  etc.  'he  went 

before  him'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  m.  —  19 

LUiGHE  .i.  coire  'a  caldron'. 
LUiGHE  .i.  mionna  'oaths  [See  supra,  Lugha]'. 
LUiGHiocH  .i.  brégach  'lying'. 
LuiMLiNN  .i.  linn  leamhlachta  'a  pool  of  milk'. 
LUiMNEACHDA  .i,  bratach,  no  sgiathach  'ensign  or  shield  bearer'.  as 

luimneachda. 
LUiN.  go  luinibh  .i.  go  sleaghaibh,  nô  go  gcloidhmhibh  'with  spears  or 

with  swords'. 
LUiNNE  .i.  fearg  'anger'  tre  luinne  .i.  tre  fheirg,  etc.  'in  anger'. 
LuiNNEOc  DO  BHODHAR  .i.  céol  do  bhodhar  'music  to  a  deaf  man'. 
LUIS  ,i.  \âm  'a  hand  [luis  .i.  lamh,  Duil  Laithne  17,  Goid.  p.  75]'. 
LUIS  .i.  61,  no  ibhe  'drinking'.  gur  lusat  .i.  gur  ibhsiod  'they  drank'. 
LUisiOT  OLC  .i.  do  lamhsad,  no  do  âontaighsiot  olc  ^they  dared  or  con- 

sented  evil'. 
LUiTHE  .i.  Idas  'swiftness'  go  luithe  .i.  go  lùas  'swiftly  [colluiîhe  (id  est 

cita  .i.  dian)  Fél.  Pr.  287]'. 
LUMAiN  .i.  brat  'a  cloak'.  folumain  .i.  drochbhrat  'a  bad  cloak'. 
LUPAiT  .i.  mue  'a  pig'. 
LURG  .i.  deireadh  'end'. 
LURGA  FUACH  .i.  focal  dhâ  shiolladh,  no  iarmbérla  dâ  shiolladh  'a  word 

of  two  syllables,  or  a  difficult  word  [iarmbérla.,  'an  iron  word', 

see  Corm.  Tr.  p.  94]  of  two  syllables.' 
LUSCA  .i.  naoidheanteacht  'infancy'. 
LUSCA  .i.  teach  talman  'a  cave'. 
LUSDRADH  .1.  timchealladh  'walking  round  [lusîraîioy. 


Ma  .i.  briseadh  'to  break',  muna  ma  A.  muna  mbrisi  'if  thou  dost  not 
break'.  O'Conn.  [mani  ma  mo  d  'unless  broken  (is)  my  chariot', 
Corm.  Tr.  p.  1 1.] 

MAC  .i.  glan  'pure',  seach  ba  carrmhogal  glan  mac  .i.  bâ  glan  glan  an 
carbunclas, 

MACHA  .i.  badhb,  no  feann6g  .  mol  mâcha  .i.  cruinniughadh  badhb,  no 
feannég  'a  royston-crow  [Mâcha,  like  Badb,  is  the  name  of  one  the 
divinities  of  battle  in  Irish  mythology.  See  Hennessy's  art.  «  The 
ancient  Irish  Goddess  of  War,  »  Rev.  celt.  I,  32'.] 

MAC  CEANTA  .1.  mac  échta  'a  son  of  achievement',  O'Conn.  oir  as  ionann 
cion  7  écht  'for  cion  and  écht  (exploit)  are  the  same'. 


20  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  M.  — 

MACRAiDH  .i.  galar  'disease'  dia  mbhâoi  an  mac  a  macraidh  f  hoda  .i.  an 

galar  f  hada  'if  the  lad  were  in  a  long  sickness'. 
MACHT  .i.  ciuntonn  mhara  'wave  of  the  sea'. 
MACTADH  .i.  marbhadh  'killing'. 
MACHTADH,  no  MACHTNADH  .i.  iongnadh  'wonder  [romachtaigestar,  Trip. 

Eg.  3.  b.  2.  machdad,  id.  9.  b.  1]'. 
MADHA  .i.  mi  adha  .i,  mi  dhlightheach  'unlawful'  [rnadha  no  magha  .i. 

nemglan,  impure,  O'Dav.  p.  105]. 
MAGHAR  .i.  min  fasg  'a  small  fish.  So  Corm.  Tr.  p,  120'. 
MAGHAR  .i.  briathar  'a  word'. 
MAGHAR  .i.  magh  air,  no  treabhtha  'a  ploughed  field'. 
MAGLORG  .i.  môrlorg  'a  great  host,  an  ardent  pursuit',  O'Conn. 
MAiDHiNN   .i.   deabhaidh,  no  cathughadh  'fighting  [maidinn  .i.  imairec, 

a  battle,  Corm.  Tr.  p.  120]'. 
MAiDHis  .i.  brisis  'he  broke'. 
MAiGHEAN  .i.  ionadh  'a  place'. 
MAiGHNE  i.  môr  'great'. 

MAiGHRE  .i.  bradàn  'a  salmon  [cf.  Maghar,  supra]'. 
MAiNBHTHEACH  .1.  cealgach  'crafty'. 
MAiRN  .1.  brath  'betrayal'  con  mairn  .i.  brathfidh  'he  will  betray'.  rom- 

hairn  .i.  dobhraith  'he  betrayed'. 
MAiRNEAMH  .i.  fear  braith  'â  betrayer,  traitor'. 
MAIS  .i.  caor  'a  mass'.  mais  dir  .i.  caor  ôir  'a  mass  of  gold'. 
MAiTHEAS  .i.  drâoidheacht  'sorcery'.  rugsad  tré  mhaitheas  .i.  tré  dhrâoi- 

dheachd  ithey  bore  through  sorcery'. 
MAiTH  MiLTEANGA  .i.  milis  teanga  mhaith  'a  good  sweet  tongue'. 
MAL  .i.  rf  'a  king'  an  mhâl  .i.  an  rioghan  'the  queen  [mal  .i.  ri  j  file, 

Corm.  29]'. 
MAL  .i.  ûasal  'noble'. 
MAL  .i.  fili  'a  poet'. 

MAL  .i.  milidh,  no  gaisgeadhach  'a  soldier  or  champion'. 
MAL  .i.  cios  'tribute'. 
MAM  .i.  cumas,  no  cumhachta  'power'. 
MAM  .i.  tulach,  no  sliabh  'hill  or  mountain'. 
MAMM  .i.  ciogh,  no  ciach  'breast'. 
MAN  .i.  lâmh  'hand'. 
MANA  MA  .i.  lâmhagân  'a  glove'.  gan  mana  ma  .i.  gan  lâmhagân  'without 

a  glove'. 
MANAoïs  .i.  sleagh  'a  spear'.  manâois  muinceach  .i.  sleagh  ar  a  raibhe 

ni  iô  na  braghaidh,  oir  as  ionann  muin  7  muinél. 


O^Clery's  Irish  Glossary.  —  M.  —  21 

WANG  .i.  mi  eang  .i.  droch  eangnamh  .i.  droch  eineach  'clownishness', 

O'Conn.  [Meng  ('guile')  ,i.  mi-eng  .i.  droch-eng  nuim  .i.  drochenech 

('evil  honour')  Corm.  Tr.  p.  1 18.] 
MANG  .i.  gamhain  fiadha  'a  deer's  calf  Corm,  Tr.  p.   118.  [Gamuin,  'a 

year-old  calf,  id.  85.] 
MANN   .i.  uinge  'an  ounce'.  seachd   manna  dor  .i.  seacht  nuinge  d6r 

'seven  ounces  of  gold'. 
MANN  .i.  biadh  'food', 
MANN  .i.  cruithneacht  'wheat'  grainne  don  mhainn  ,i.  don  chruithneacht 

'a  grain  of  wlieat'. 
MANNAR  .i.  sgâoileadh  'loosening'.  So  O'Dav.  p.  loi. 
MANRADH  .i.  milleadh  'destruction'. 
MANRAS  .i.  gluaiseas  'motion'.  Lh. 
MANT  [the  gum]  .i.  mô  a  shaint  bi'dh  'greater  its  désire  of  food.'  Corm. 

Tr.  p.  1 1 5 
MAOL  DORN  FioNN  AiRGiD  '[a  silvcr  hilt]'  .i.  cloidheamh,  6ir  as  na  dhor- 

naibh  mâola  toimhsithear  an  cloidheamh  .i.  an  (5rd6g  leagtha  ag  a 

thomhas  'a  sword  :  for  it  is  from  the  hilts  a  sword  is  measured'. 
MAOïN  .i.  grâdh  'love'. 
MAoïN  .i.  maith  'good'. 
MAoïN   .i.  maonmhagh   '[a  district  in  the  county  of  Galway,  around 

Loughrea]'.  0  mhaoin  go  fairge  .i.  6  mhaonmhagh  da  ngoirthear 

magh  maon  go  fairrge  'from  Maonmhagh  to  the  sea  [Maonmagh, 

Clanricarde,  O'Conn.]'. 
MAON  .i.  balbh  'dumb'. 
MAOTHLA  MATHA  .i.  meas  j  toradh  'fruit  [Maoîhal  (a  cheese?)  .i.  maoth 

(soft)  j  fuil  (and  blood)  Corm.  Tr.  p.  1 17]'. 
MARC  .i.  each  'a  horse'.  marcach,  eich  iomdha  lais,  amhail  a  deirthear 

buasach  ris  an  tf  ag  a  mbi'd  ba  iomdha  'one  who  has  many  horses, 

as  is  said  buasach,  one  who  has  many  cows  [ba]  [So  Corm.,  who 

adds  :  airmnech  ira  in  fer  techîus  arbor  immda  (much  corn)  sic  airg- 

dech,  colgedach,  Corm.  28]'. 
MARCACH  DUAiNE  .i.  reacairc  ghabhas  dân  'a  singer  who  sings  a  poem'. 
MAS  .i.  maiseach  'beautiful'.  ba  mas  .i.  ba  maiseach  'it  was  beautiful'. 
MASLADHACH  NA  GCLOiDHEAMH  À.  fuaim  no  foghar,  etc.  'noise  or  sound 

(of  swords)'. 
MAT  .i.  lâmh.  as  uadha  sin  a  deirthear  ionmmat  .i.  ionn  na  lâmh  mar  atâ 

an  crobh  nighthear  an  tan  adearar  ionnmad  'hand  :  thence  is  said 

ionmat  (washing)  i.  e.  the  end  of  the  arms,  as  the  hand  is  washed 

when  ionnmad  is  said  [Sec  Corm.  Tr.  p.  109]'. 


2  2  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  m.  — 

MATHFADH  .1.  conntabhairt  'doubt'.  gan  maihfadh  .i.  gan  chonntabhairt 

'without  doubt'. 
MEABHAL  .i.  Tiâv  'shamc'. 
MEABHAL  .i.  fcall  'trcachcry'. 

MEADHAiR  A.  caint  HO  urlabhra  'speech  or  utterance'  Fél.  Nov.  1 1 . 
MEADHARRDHA  .i.  meadhfach  no  luaimhneach  'glad  or  lively'. 
MEALA  .i.  athais  'rebuke'. 
MEALLACH  .i.aoibhinn  'delightfuF. 
MEALLACH  .i.  maith  'good'. 

MEAM  .i.  p6g  'a  kiss'  [Mem  .i.  poc,  Corm.  Tr.  p.  120]. 
MEAMAR  .i.  bail  fearrdha  'membrum  virile'. 
MEAMBRA  .1.  sgrin,  no  coimhéd  a  mbid  taise  'a  shrine  or  case  in  which 

are  relies  [memra  A.  serin  no  taisi,  etc.  O'Dav.  p.  io$]'. 
MEANANN  .1.  follas  ^mamkst'  [I S  ïïienand  {.i.  folks)  a  mire,  Fél.  Prol.  285, 

quoted  by  O'Dav.  p.  98  s.  v.  Is  menann]. 
MEANG  .i.  cealg  'deceit'  [meng  (guile)  .i.  mi-eng,  etc.  Corm.  Tr.  p.  1 18]. 
MEANN  .i.  follas  'manifesl'  [bamenn  innahimthechtaib,  She  was  clear  in 

her  goings,  Br.  h.  16,  63]. 
MEANN  .i.  balbh  'dumb'.  cumhsgraigh  meann  .1.  balbh. 
MEANNADH  .1.  ionad  'a  place'  [mendat,  Corm.  Tr.  p.  117]. 
MEARAiDHE  .i.  amadân  'a  fool'  [mer,  a  madman,  Corm.  Tr.  p.  1 1 3]. 
MEARBHA  .1.  mearbhall,  no  brég  'fraud  or  a  lie'. 
MEAS  .i.  slat  thomhais  uaighe  'a  rod  for  measuring  a  grave  [The  same 

meaning  is  given  to  the  word  Fé,  supra]'. 
MEAS  .i.  arm  'a  weapon'. 
MEAS  .i.  tomhas  'a  measure'. 

MEAS  .i.  fâobhar  'edge  of  a  sword,  an  edge-tool',  O'Conn. 
MEAS  .1.  deimheas  'a  pair  of  shears',  O'Conn. 
MEAS  .i.  dalta  'a  fosterchild'. 

MEAS  .i.  bradân  'a  salmon'.  os  bhuill  mheasaigh  .i.  bhradânaigh. 
MEAS  .i.  breath  'a  judgment'   do  thâod  meas  ïô  aimseara  .i.  téid  an 

breitheamhnas  ris  an  aimsir  'the  judgment  goes  before  the  time'. 

[illaithiu  in  messa,  F.  h.  52.] 
MEASAiR  DHiOLMHAiN   .i.  tomhas  dileas,  no  comhthrora  'jusî  or  equal 

measure'. 
MEASAN  .i.  cû  beag  'a  little  dog'  [«  a  lapdog  »,  Corm.  Tr.  p.  115]. 
MEASCHU  .i.  cû  beag  'a  little  dog'  [Trip.  Eg.  16.  a.  2]. 
MEATHLADH  .i.  tomhailt,  no  caitheamh  'consuming'. 
MEiLE  .1.  brô  'a  quern'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  M.  —  2] 

MEiLG  .i.  bainne,  dobhrigh  go  mbleaghair  é  'milk,  because  it  is  milked'. 

So  Corm.  p.  28. 
MEiLT  .i.  caitheamh  'consuming'.  conmealaid  .i.  caithfid  'he  will  con- 
sume'. 
MÉiN  no  MÉN  .i.  mîanach  'temper_,  disposition',  O'Conn. 
MEiRBHE  .i.  brég  'a  lie'. 
MEiRBHE  .i.  mearbhall  'mistake'.  gan  meirbhe  .i.  gan  mhearbhall  'with- 

out  mistake'.  [cen  merbai,  Fél.  Epil.  150.]     - 
MEiRCEANN  .i.  mcar  'a  finger', 
MEiRGE  .i.  bratach  'a  standard'. 
MEiRLEACH  .i.  gadaighc  'a  thief . 
MEis  .i.  olc  'eviP  go  na  biodh  achd  meis  7  ceis  .i.  nach  biodh  achd  olc 

7  ceasacht  'So  that  there  was  nothing  but  evil  and  misery'. 
MEisi  .i.  breitheamh  'a  judge'. 
MEisi  .i.  siabhradh,  no  neithe  siabhairthe  'apparition'. 
MEissi  .i.  dealbha  siabhairthe,  mar  do  bheidis  cuirp  do  éireochadh  as  ùir 

'phantom  forms  such  as  would  be  bodies  that  rose  fromthe  ground.' 
MELE  .i.  cop  chaille,  calladha,  no  bréide  bhidear  cheannaibh  ban  '«caps 

or  coverings  »  (O'D.),  that  are  on  the  heads  of  women  [meli  A. 

cop  cailli,  a  woman's  hood_,  coif,  Corm.  Tr.  120.]' 
MELE  .i.  drochlaoch  'a  bad  hero  [«  probably  the  same  word  (as  the  pre- 

ceding)  in  a  secondary  signification  ».  Stokesin  Corm.  Tr.  p.  120]'. 
MELE  .i.  lorgânach  'a  sluggard'. 
MELO  .i.  bas  'death'.  meig  temhe  .i.  dorchadas  bais  'darkness  of  death'. 

Corm.  p.  28. 
MELGHi  .i.  milighi  .i.  luighe  bais  'deathbed'. 
MÉN  .i.  bel  'mouth'.  mén  mara  .i.  bel  na  mara  'mouth  of  the  sea'. 
MÉN  MARA  .i.  bleidhmhiol  bhios  isin  muir  'a  whale  which  is  in  the  sea'. 
METHER  .i.  brat  'a  cloak'.  fear  gan  mether  gan  bhrôigh  .i.  fear  gan  brat, 

gan  bhrôigh  'a  man  without  a  cloak,  without  a  shoe'. 
MiADH  .i.  airmhidin,  no  onôir  ''respect  or  honour'. 
MiAD.i.  uasal  ^noble'. 
MiAS  .i.  altôir  'an  altar'.  a  mhiasa  in  airthear  a  thighe  .i.  a  altôire  isin 

gceann  thoir,  etc.  'his  altar  in  the  east  of  his  house  [This  is  taken 

from  the  well-known  prophecy  aboul  St.  Patrick  :  Ticfa  tailcend  tar 

muir  meircend,   etc.  The  lines  occur  in  Trip.  Eg.  2  b.  1 ,  and  may 

be  found  in  O'C.  Lect.  p.  624]'. 
MiDHE  .i.  droichtheine  'a  bad  fire'. 

MiDHEAMHNAS  .i.  mis  eamhnughadh,  meas,  no  meadhughadh  'méditation'. 
MiDHEANG  .i.  meadhon  seang  'slender  waisted',  O'Conn. 


24  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  M.  — 

mi'dhionn  .i.  drochlf  'a  bad  colour'. 

MÎL  .i.  mi'li'dh,  no  gaisgeadhach  'a  soldier  or  champion'. 

MÎLEACH  .i.  dealg  'a  pin'. 

MiLis  .i.  do  meileadh,  no  do  mionaigheadh  'to  break  into  small  pièces'. 

MiLLiTHA  .i.  cnuic  millithe  .i.  easlainte  'ill-health'. 

MiLLiuDH  .i.  mi  shilleadh  .i.  droichshilleadh,  no  droch  amharc  ^misloo- 

king  i.  e.  evil-looking,  or  an  evil  look'. 
MiLLSÉN  .i.  gruth  câisi  'curd  of  cheese'. 
MiLTNE  .i.  miltneacht,  n6  miliotacht  'courage'. 
MiNNEACH  .i.  brég  'lying'. 
MiNNEARGHNAS  .i.  eolas  balbh  'dumb  knowledge'. 
MiNNEARGHNAS  .i.  minéolas  'small  knowledge'. 
Mi'oBHAL  .i,  drochbhail  'unthriftiness',  O'Conn. 
MiocHAiRTHi  .i.  torathair  'monsters'  ro  sâoradh  ar  bhiastaibh  7  mio- 

chairtibh  .i.  ar  thorathraibh,  etc.  'he  was  freed  from  beasts  and 

monsters'. 
MiODHBHAiDH  .i.  cincaclann  'a  fine'. 

Mi'oDHCHUAiRT  .i.  mcadhonchuairt,  no  cuairt  mheadhôin  'middle-court'. 
MiOL  .i.  ainm  da  gach  beathadhach  'a  name  for  every  animal'. 
MiOLLSCoiTHi  .i.  milisbhriathrach  'éloquent'. 
MiOMASC  .i.  sleagh  'a  spear'. 
MiONAiRBHE  CEARD  .1.  aisdcadha  beaga  bhios  isin  ealadhain  '«  small 

scientific  rules  [?]  which  are  in  poetry  »,  O'D.  Corm.  Tr.  p.  115.  s, 

V.  Minarbha'.  [Minairbe  cerd  A.  aiste  beca,  Agall.  an  da  Suad,  LL. 

187.  b.  19.] 
MioscAiTH  .i.  mi  innsci,  no  droichinnsce  'an  evil  word  [miscaith  À.  mi- 

scath  (an  evil  word)  Corm.  p.  28]'. 
MIOSCAITH  .i.  mallachd  'a  curse  [fô  miscaid  bretheman  brdîha  «  under  the 

hatred  of  the  Judge  of  Doom  »  Stokes,  Fis  Ad.,  LU.  31.  b.  21]'. 
MioTHURASA  .i.  droch  fhaistine  '^prophecy  of  evil'. 
MisiMiRT  .i.  droichimirt  'foui  play'. 
MiTHFiR  .i.  lag,  no  aineolach  'weak  or  ignorant'. 
MiTHis  .i.  aimsior  'time'. 

MOCHMAiLL  .i.  go  moch  7  go  mail  'early  and  slowly'. 
MOCHT  .i.  m6r  'great'. 

MODH  .i,  fear  'a  man'  glan  an  modh  .i.  glan  an  fear  'the  man  is  pure'. 
MODH  .i.  obair  'work'  .  iseadh  modh  lais  .i.  as  teann  obair  leis. 
MOGHAiDH  .i.  fear  moghsaine,  no  bodach  'a  slave  or  rustic'. 
MOGHNA  .i.  bradân  'a  salmon  [inughna  A.  bradân,  O'Dav.  107]'. 
MÔiDMEANMAN  .i.  diomas  meanman  'greatness  of  mind'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  M.  —  25 

MOiRB  .i.  seangân  'an  ant'. 
MOL  .i.  cruinniughadh  'a  congrégation'. 
MOL  .i.  glorach  [?gl(5r  'noise']  molmar  .i.  gl6rach  'noisy'. 
MOLBTHACH  .i.  moltach  'praiseworthy',  Fél.  June  2. 
MOLMA  .i.  molta  'praised',  Fél.  Aug.  31. 
MON  .i.  cleas  'a  trick  [Monach  .i.  clessach,  ab  eo  quod  est  mon  A.  cleass, 

Corm.  p.  28]'. 
MONAR  .i.  obair  'work'  [monar  ngle,  «  bright  deed  «  Colm.  h.  37]. 
MORC  .i.  tore  'a  pig'. 
MORC  .i.  môr  'great'. 

m6s  .i.  bés,  'custom'  do  réir  an  roinnsi  as  an  amhradh  : 
Môs  ar  bhés  robhâoi  go  cian, 
buich  ar  briseadh  ni  baoithchiall, 
sab  arthrén  tagraid  dâoine, 
7  ong  ar  égcâoine. 
MOTH  .1.  gach  fearrdha  7  gach  firinnsce  'every  thing  masculine  and 

every  masculine  word'  [So  Corm.  p.  28.  Tr.  p.  108]. 
MOTHACH  .i.  torthach  'fruitful'  muir  mothach  .1.  torthach  'the  fruitful 

sea'. 
MUADH  .i.  nell  'a  cloud'  muaidh  .i.  nell  'a  cloud'. 
MUADH  .i.  égcosg,  dealbh,  no  cuma  'face,  image  or  manner'  [muad  À. 

egusc,  Corm.  Tr.  p.  120]. 
MUADH  .i.  meadhon  'middle'  [muad  mullaigh  .i.  medon  in  mnllaigh^  Corm. 

Tr.  p.  117]. 
MUADH  .i.  uasal  'noble'  [muadh  .i.  uasalnoairmidnech^  Corm.  Tr.  p.  1 19]. 
MUADH  .i.  maith  'good'. 

MUADH   i.  raôr  'great'  muadhbhlosg  .i.  morthormânach  'a  great  noise'. 
MUADH  .1.  mâoth  'soft'  muadhrosg  .i.  rosg  màoih  'a  soft  eye'. 
MUAL  .i.  mullach  'hill'.  Ar  muai  an  mhaighe  .i.  ar  mullach  an  mhaighe 

'on  the  summit  of  the  plain'. 
MUALACH  .i.  seisgeann  'a  marsh'.  Sliocht  a  dhâ  ga  tria  gach  mualach  .i. 

lorg  a  àà  gha  tre  gach  seasgann  'the  trackof  his  two  spears  through 

every  marsh'.  [So  Corm.  Tr.  p.  1 19,] 
MUCH  .i.  ainm  dileas  do  dhealaigh  on  abarthar  mûchadh  'a  name  proper 

for  smoke,  whence  is  said  mûchadh  (to  smother)'  Corm.  Tr.  p.  113. 
MUCA  AiNiDHE  .1.  muca  beiriotais_,  no  ina  mbi  âl  'a  breeding  sow,  or  one 

in  which  there  is  young'. 
MUCNA  .i.  gruaim  'surly'. 

MUDHA  .i.  mudhughadh  no  bâsughadh  'to  kill  or  put  to  death'. 
MUGHRAiDHE  .i.  doicheinél  'slaves',  no  dâoirchenél  .  romoradh  mugh- 


26  O'Clery^s  Irish  Glossary.  —  M.  — 

raidhe  .i,  do  médaigheadh  daoircheinél 'The  slaves  wereincreased'. 
MUiCH  .i.  toirse  'sadness'. 
MUiLLEADH  .i.   greasachd  'exhorting'.  ag  muilleadh  na  mileadh  .i.  ag 

greasacht  na  lâoch,  'exhorting  the  warriors'. 
MUiLLEANN  .1.  cluigin  'a  litlle  bell'  gona  mullannaibh  oir  .i.  gona  cclui- 

gi'nibh  oir  'with  little  bells  of  gold'. 
MUiN  -i.  muinél  'neck'. 

MUiNCE  .i.  slabhradh  'a  chain'.  muinceadha  .i.  slabhradha  'chains'. 
MUIN  MAI  .i.  os  leam  mo  shealbh  'as  my  possession  is  mine'  O'Conn. 
MuiNiuGHADH  .i.  scalbhughadh  'possession'. 
MUiNNTEAR  .i.  clann  'children'.  muinntear  an  riogh  .i.  clann  an  riogh 

'the  children  of  the  king'. 
MUiRCHREACH  .i.  tonn  'a  wave'. 
MUiREADHACH  .i.  tigheama  'a  lord'  muireadhach  gach  meannatta  .i. 

tighearna  ar  gach  ionadh.  meannad  .i.  ionad  ^a  lord  over  every 

place,  meannad,  a  place,  [meannadh  A.  ionad,  supra]'. 
MUiREANN  .i.  bean  'a  woman'. 
MUiREANN  .i.  ga,  no  sleagh  'a  lance  or  spear  [muirend...  ainm  cetamus 

do  mnâi...  muirend  àïn  ainm  do  gaei,  etc.  Corm.  p.  29]'. 
MuiRN  .i.  buidhean  'a  troop'. 
MUL  .i.  cruinniughadh  'to  collect  [Cf.  sup.  s.  v.  Mâcha  :  mol  mâcha  .i. 

cruinniughadh  badb.,  etc.]' 
MULACH  .i.  rdn  'a  sea-calf  or  seal',  O'Conn. 
MULLANN  .i.  muUach  'a  hill'. 
MULBHA  .i.  rdnmhuir  'a  sea-calf. 
MUL  DORN  MILEADH  .i.  dom  milcadh  7  an  dorn  cruinn  'a  soldier's  fist, 

and  a  round  fist'. 
MUNATA  .1.  munodhar  da  ngoirthf  mac  échta  .i.  lâoch  oirdeairc  an  Mac 

echt  sin  da  ngoirthi  munodhar  'Munodhar,  who  was  called  Mac 

Echta  :  a  famous  hero  that  Mac  Echta  who  was  called  Munodhar'. 
MUNGHLASA  .i.  muinél  ghlasa  'neck  fetters'. 
MUNTORC  .i.  slabhradh  'a  chain'. 
MUR  .i.  iomad   'abundance'.  -mûr   clùimhe   .i.   iomad  condigh  'much 

wealth,   O'Conn.'  [a   muir  chlùime  ''from   abundance   of  down', 

Stokes,  Fél.  Prol,  126]. 
MURRUSG  .i.  muir  ri'asg  .i.  riasg  an  mhara  .i.  an  ait  a  mbeanann  muir  re 

tir  'sea-shore'  i.  e.  the  place  where  the  sea  cuts  against  the  land'. 
MURTHAiDHE  .i.  maraidhc,  no  lucht  mara  'sea  folk'. 
MURTHOLA  .i.  tuilc  mara  'high  tide'  O'Conn. 
MURTHORADH  .i.  toradh  mara,  no  muiridhe  'produce  of  the  sea'. 


O^Clery's  Irish  Glossary.  —  N.  —  27 

MUT  .i.  gach  ni  gearr  'everything  short  [mut  .i.  gach  ngerr,  Corm.  Tr. 
p.  120]'. 

N. 

NAD  .i.  t6n  'Lut.  nates'. 

NAE  .i.  duine  'a  man  [noe  .i.  duine,  Corm.  31]'. 

NAiDE  .i.  ni  dhearna  'did  not'.  dearbhad  air  sin.  Nâide  an  corp  adchi 

gan  chair,  nach  ni  do  mhaith  dia  anmain,  acht  as  é  a  aimhleas  uile, 

do  niodh  for  bioth  ban  bhuidhe. 
NAiDE  .i,  cuich,  no  cia  'whose,  or  who'.  Nâide  an  mac  mac  ui  chuinn 

.i.  cia  an  mac,  mac  ùi  chuinn  'whose  son  is  Mac  ui  Chuinn  ?'. 
NAiDHM  .i.  connradh  'a  contract'  dlighidh  naidhm  nascar  .i.  dlighidh  an 

conradh  urra  do  bheith  ris  'a  contract  requires  asurety'. 
NAiNDEAN^  no  NAoïNDEAN  .i.  gaisgcadh  'valour'. 
NAiRE  .i.  glan  'pure'. 
NAiRNE  .i.  deimhin  'indeed'  .i.  frith  aithbhear  bus  nairne  .i.  frith  aith- 

bhear  bhus  deimhin. 
NALL  .i.  srian  'a  bridle'  cdoga  each  go  nallaibh  6ir  .i.  câoga  each  go 

srianaibh  6ir  'fifty  'horses  with  gold  bridles'.  [This  is  a  mistake  : 

the  Word  is  ail,  and  the  n  in  go  nallaib  belongs  to  the  préposition. 

See  above,  Ail  .i.  srian.] 
NAOi  no  NOi  .i.  long  'a  ship  [nai,  a  nave  dicitur,  Corm.  Tr.  p.  125]'. 
NAoïDHEACHDHA  .1.  a  nâoi  dég  'nineteenth'. 
NAOïTHEACHDHA  .i.  oirdheirc  'famous'. 
NAR  .i.  olc  'evil'. 
NAR  .1.  maith  'good'.  la  muinntir  Neill  nâr  ghâoidheal  .i.  la  fearr  do 

ghâoidealaibh  'with  the  house  of  Niall,  bravest  of  the  Gael'. 
NARD  .i.  fios  'knowledge'. 

NAS  .i.  ceangal  'a  bond',  ronasa  .i.  do  ceangladh  'was  fastened'. 
NAS  .i.  bas  'death'. 
NAS  .i.  cuimhniughadh,  no  féil  bhâis  'a  commémoration  or  feast  of  a 

death'. 
NASADH  .i.  âonach  'a  meeting'. 
NASADH  .i.  gnathughadh,  no  clû  'custom,  or  famé',  [nasad  .i.  gnathugud, 

Fél.  Oct.  26.] 
NASADH  .i.  oirdheirc  'famous'. 
nasgaire  .i.  urra  'surety'. 
NATH  .i.  ainm  coitcheann  don  uile  aisde  ealadhna  'a  gênerai  name  for 

every  poem  [Compare  Corm.   Tr.  p.    125.  ndth  ainm  coiicend  dona 

huilib  aistib  eicsib,  «  a  gênerai  name  for  ail  poetical  compositions  »]'. 


28  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  N.  — 

NATHAN  .i.  oirdheirc  'famous'. 

NEAMH  .i.  bail  fearrdha  'membrum  virile'. 

NEAMHCHUMSGAiGHTHE  À.  doghluaistc  'immovcable', 

NEAMHNALL   .i.  Huall  bfcar  nimhe  no  cantaireacht   dénma   an   aifrinn 

'shout  of  the  men  of  heaven,  or  the  chanting  of  celebrating  the 

mass'.  Corm.  p.  31. 
NEAN  .i.  ordlach  'an  inch'. 
NEAN  .i.  tonn  'a  wave',  neana  .i.  tonna  'waves'. 
NEANAiDH  .i.  neanntôg  'nettles'.  Corm.  Tr.  p.  126. 
NEANAis  .i.  ceanglais  'he  fastened'. 
NEANAisc  no  RONEANAisc  .i.  docheangail  'he  fastened'. 
NEAR  .i.  tore  allaidh  'a  wild  boar'.  Corm.  p.  31. 
NEAS  .i.  cnoc  'a  hill'. 

NEAS  .i.  crécht  ""a  wound'.  O'Dav.  p.  108. 
NEAS  .i.  ainm  an  chroinn  fa  fan  déntar  ar  uirnisi  chriadh  isin  gceardcha 

'[  «  the  wheel  or  machine  by  which  an  earthen  vessel  is  turned  in 

a  potter's  shop,  »  O'Conn.]  the  name  of  the  wheel  by  which  vessels 

of  clay  are  made  in  the  shop'.  [uirnis,  tools,  implements  O'R.] 
NEAS  .i.  ainm  don  urnaisi  chriadh  bhios  isin  ceardcha  'a  name  for  the 

'earthen  vessel  which  is  in  the  shop'. 
NEASA  .i.  oirdheirc  'famous'. 
NEATHAS  .i.  guin  duine  ""wounding  of  a  man'  [nith  .i.  guin  daine  ^  Corm. 

p.  31.  Tr.  122]. 
NÉiD  .i.  cath  'a  battle  [Neith  .i.  dia  catha  la  gentib  Gœdel  «  a  god  of 

battle  with  the  pagans  of  the  Gael,  »  Corm.  p.  31.  Tr.  p.  122.]' 
NÉiD  .i.  guin,  amhail  dhearbhas  an  rann  so. 
Bidh  m'a  tréinfhear  in  gach  tan, 
bidh  néid  ainm  do  chath  curadh, 
bidh  gach  re  seal  néid  ar  ghuin, 
cia  rochluin  ris  nach  cumhain. 

*a  wound,  as  this  verse  shows  : 

Nia  was  a  warrior,  at  every  time, 
Néid  was  a  name  for  a  battle  hero. 

[neiî  ha  hainm  donchaih,  Goid.  1 58.  néit  A.  guin,  LU.  6.  b.  27]'. 
NÉiMH  .i.  dealradh  'bright'. 

NEiMHEADH  .i.  gach  dân,  no  gach  ealadha 'every  science  or  every  poem'. 
NEiMHEADH  .i.  ncamhiath  .i.  talamh  as  dlightheach  deaglais  'land  which 

is  due  to  a  church,  Corm.  Tr.    121    [Nemetfi  A.  nemiath  A.  anus 

dlrge  do  eclais  «  what  is  the  right  of  a  church  »,  Corm.  p.  3 1 .  Tr. 

p.  121  Nemed  (gl,  Sacellum)  Sg.  13  b  2]'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  N.  —  29 

NÉiMHÉDH  .i.  ainm  don  uile  salchar  'a  name  for  ail  filth'. 
NÉiMHiDHEACHT  .i.  salchar  'filth'. 
NÉMHAiN  .i.  dâsacht,  no  mire  'madness'. 

NÉMHAN  .i.  badhb  chatha,  no  feannég  'a  scallcrow  or  royston-crow'. 
NEO  .i.  agas  'and'. 
NEOCH  .i.  maith  'good'. 
NÉoiD  .i.  gann,  no  olc  'scarce,  evil'.   [Nirba  neoiî,  'be  net  niggardly', 

Stokes,  Fél.  p.  clxxxv.] 
NIA  .i.  mac  seathar  'sister's  son'.  Corm,  p.  31. 
ni'a  .i.  treinfhear  'a  champion'.  Corm.  Tr.  p.  125. 
NiAMHDA  .i.  taitneamhach  'shining'. 
NiM  .i.  brâon  'a  drop'  nim  cruinnic  a  ngion  go  a  .i.  brâon  do  dhruchl  a 

mbeol  na  fairrge  'a  drop  of  dew  in  the  mouth  of  the  sea  [nimb  A. 

brôen,  Corm.  p.  32.  The  same  example  is  given  above,  CruinniochY . 
NiMGHLic  .1.  iomdhaingean  'strong'. 
NiNGiR  .i.  goirt,  no  tinn  'bitter,  or  ilP. 
NioN  .i.  tonn  'a  wave'  [nen  .i.  tonn,  Corm.  Tr.  p.  126]. 
NioN  .i.  litir  'a  ietter'.  Corm.  Tr.  p.  126. 
NiONACH  .i.  âoibhinn  'delightful'. 
NiONACH  .i.  glacach,  reannach  no  beannach,  no  breac  'forked,  pointed, 

horned  or  speckled  [ninach  .i,  gablach  (forked)  Fél.  Prol.  108]'. 
Nissi  .i.  crécht  'a  wound'. 
ni'th  .i.  deabhaidh,  no  cathughadh  'a  battle,or  fighting  [oc  erlud  in  niîho, 

Trip.  Eg.  5.  a.  2]'. 
NiTH  .i.  guin  duine  'wounding  of  a  man'.  Corm.  3 1. 
n6cha,  no  NÔCHAD  [ninety]  .i.  deich  7  ceithre  fichid  'ten  and  fourscore'. 
NOCHT  .i.  deanacht  [?  geanacht]  no  nâire  'nakedness  or  shame'. 
NoDAR  BÉNE  .i.  biaidh  linne  'we  shall  hâve'. 
NÔDH  .i.  oirdheirc  'famous'. 
NO-ERE  .i.  loingséoire,  no  mâirnelaigh  'boatmen  or  mariners  'ro  reac  é 

fris  na  noere,  etc.  'he  sold  him  to  the  sailors'. 
No-UDH  CEARDA  À.  erdhearcaighim  ealadha  '1  explain  sciences'  «  a  gloss 

or  comment  on  any  art  or  science,  »  O'Conn.'  [Noudcerda  À.  erdar- 

caigim,  Agall.  an  da  Suad,  LL.  187,  a.  33.] 
ï  n6is  .i.  oirdheirc  'famous'.  do  nôisigh  .i.  do  oirdhearcaidh  'he  made 
;  conspicuous'. 

:  n6it  .i.  annôid  .i.  eaglas  'church'. 
ji  n6itheach  .i.  oirdheirc  'famous'. 
n6s  .i.  nâoi  fhios  .i.  fios  nâonbhair,  etc.  'ndoi  (nine)  ^05  (knowledge) 

knowledge  of  nine  persons'.  Corm.  Tr.  p.  122. 


?o  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  O.  - 

NUA  .i.  laidir  'strong'  do  throid  re  m'a  nua  .i.  do  throid  re  gaisgeadhach 

laidir  'he  encountered  a  strong  champion', 
NUACHOLLA  .i.  uathbhâsach  'astonishing', 
NUACHOR   .i.    nuachùartach  'a  newcomer  «  bride  or  bridegroom  », 

O'Conn'. 
NUAiFHiADHNAisi  .i.  an  rcacht  nûa,  no  an  nûaireacht  'the  New  Law 

[New  Testament]'. 
NUALL  .i.  oirdheirc  'famous'. 
NUALL  .i.  gui  ^lamentation'. 

NUALL  GAN  GHAOi  .1.  râdh  gan  bhréig  'a  story  without  falsehood'. 
NUALLANN  .i.  uasal  'noble'.  [Nualann,  Fél.  Feb.  i .] 
NUATHAiG  .i.  teach  nua  nimhe  'the  new  house  of  heaven'. 
NUNA  .i.  gorta  'hunger'. 

0. 

o  .i.  clùas  'ear'.  So  Corm.  Tr.  p.  131. 

o-AR  .i.  guth  'voice  [oar  .1.  guth  no  gairm  «  a  voice  or  call,  «  Corm. 

p.  33,  Tr.  128]'. 
6c  .i.  fili  'poet'.  innilibh  ôc  .i.  iomadnabfhileadh 'a  multitude  ofpoets'. 
ocHRA  .i.  brôga  'shoes'. 

OCHTMODHA,  no  ocHTMoDHAD  .i.  ceithrc  fichid  'four  score'. 
ODH  .i.  céol  'music' oidh  .i.  céol  'music'.  Beitr.  VIII.  330. 
ODH  .i.  rinn  'point'. 
ÔGH   .1.  iomlân  'perfect'  éighréir  .1.  réir  iomlân  'perfect  obédience', 

O'Conn. 
61  .i.  caora,  on  abarthar  ôisc  ,i.  6i  sheisg  .1.  câora  sheiscc'  sheep,  whence 

is  said  ôisc  i.  e.  éi  (sheep)  seisg  (dry)  [So  Corm.  p.  33]'. 
oiBNE  .i.  obainne,  no  luas  'suddenness  or  swiftness'. 
oiCHE  .i.  uisge,  on  abarthar  corc  oiche  'water,  whence  is  said  Corc 

oiche\ 
oiG  .i.  gaisgeadhaigh  'champions'. 

oiGHE  .i.  iomlaine  'perfection'  [«  virginity  »  Corm.  Tr.  p.  131]. 
GIN  .1.  iasacht  'a  loan'  6n  .i.  iasacht  'a  loan'  [Corm.  Tr.  p.  1 32]. 
61NME  .i.  maille  'with'  ôinme  righ  m6ir  .i.  maille  ris  an  righ  môr  'with 

the  great  king'. 
oiRC  .i.  eu  beag,  no  measchû  -a  little  dog,  or  lapdog'. 
oiREARGHLAN  .i.  âoibhinnghlan  'pleasant  and  pure'. 
oiRP  .1.  eoraip  'Europe'. 
OLCOBHAR  .i.  acobhar  lais  61  .i.  mi'an  léis  61  'i.  e.  acobhar  (désire)  lais 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  O.  —  ^\ 

(with  him)  61  (drink)  .i.  e.  drink  is  a  désire  with  him  [So  Corm. 

p.  33-Tr.  p.  128]'. 
OLL  .i.  m6r  'great'. 
OLLAR  .i.  àr  oU  .i.  âr  m6r  i.  e,  dr  (slaughter)  oll  (great)  i.  e.  great 

slaughter'. 
OLLARBHAR  .i.  sluagh  môr  'a  great  army'  arbhar  .i.  sluagh  'army'  [«  Ollar 

and  Ollarblia  are  two  rivers,  now  Six-mile  Water  and  Lame  Water, 

respectively  ».  Four  Mast.  A.  D.  106]. 
OLL  ATHACH  .i.  naimhdheanas  m6r  'great  enn:iity\ 
OMNA  .i.  dair  'oak.'.  omnadha  .i.  dairghe  'oaks'  [Br.  h.  69]. 
OMNA  .i.  ga,  no  sleagh  'a  dart  or  spear'. 
OMRANN  .i.  roinn  do  dhénamh  go  homh,  no  go  hamh  'to  make  divisions 

crudely.  v  a  crude  or  raw  division  of  méat,  »  O'Conn.' 
ON  .i.  ainimh  'a  blemish'  [So  O'Dav.  p,  109]. 
ONG  .i.  br6n,  no  foghail  'sorrow  or  plunder'. 
ONG  .i.  uch  'a  groan'  'meinic  mhong  .i.  meinic  mhuch  'fréquent  my 

groan'  [ong  .i.  fochaid  7  cosc,  de,  tribulation  and  chastisement, 

Corm.  Tr.  p.  120]. 
ONG  .i.  glan  'pure'. 
ONG  .i.  leasughadh  'correction'. 
ONGTHA  .i.  athghonta  'wounded'. 

ONN  .i.  cloch  'a  stone'  [0/7/2  .i.  ail  no  cloch,  O'Dav.  p.  109]- 
ONNAR  .i.  atâ  .  'there  is'  onnar  duit  sonn  comhardha  .i.  atâ  comhardha 

deit  annas  'this  is  a  sign  to  thee'. 
OR  .i.  guth,  no  glôr  'voice  or  noise'  [Cf.  o-ar  supra]. 
OR  .i.  imeal  'border',  or  in  or  .i.  imeal  go  himeal  'border  to  border'. 
ORC  .i.  ugh  chirce  'a  hen's  egg'. 
ORC  .i.  colbhtha  'a  stake'. 
ORC  .i.  bradân  'salmon'.  orc  breac  broinnfhionn  ,i.  bradânbroinnfhionn, 

etc.  'a  speckled  white-bellied  salmon'. 
ORC  TRÉTH  .i.  mac  riogh  'son  of  a  king'  âonach  tuirc  [sic,  for  n-uirc] 

tréth  .i.  âonach  mheic  riogh  'fair  of  a  king's  son'  [From  Agall.  an 

da  Suad,  LL.  187.  b.  49.  Cf.  Corm.  Tr.  p.  129]. 
ORDAN  .i.  grâdh,  no  uaisle  'rank  or  nobility'. 
ORGAiN  .i.  marbhadh  'killing'. 
CRN  .i.  orgain,  no  marbhadh  'plundering  or  killing'  [ornd  A.  creach  no 

orguin,  Corm.  p.  33]. 
ORT,  no  ASORT  .i.  do  mharbh  'he  killed'.  [Ort  is  passive  'was  killed'. 

Fél.  Oct.  22;,  asort,  Apr.  23.] 
ORTA  .i.  imthigh,  no  eirigh  .  orta  uaimsi  ar  Patraig  go  Ldoghaire  .i. 


j2  O'Clery^s  Irish  Glossary.  —  P.  — 

eirigh,  etc.  'begone  or  arise.  Begone  from  me^  said  Patrick  to 

Laogaire'. 
os  .i.  fiadh  'a  deer'.  na  hois  .i.  an  fiadhach  *of  the  deer'. 
OSAR  .i.  an  tf  as  ôige  'he  who  is  younger'  [ossar  A.  fer  issoo,  Corm.  Tr. 

p.  132.] 
OSCAR  .i.  âoidhidh,  no  fear  en  uaire  'a  guest'  [nibubronach  intoscur,  the 

guest  was  not  mournful,  Br.  h.  28]. 
OSCAR  .i.  léim  'a  leap'. 

OSCAR  .i.  eascar  'a  fall'  [Trip.  Eg.  i  $.  a.  2.] 
OSCAR  .i.  fear  comhraic  'a.  warrior'. 
OSCAR  .i.  lingeamhain  'a  leap'.  Loch  Eirne  ârd  a  oscar  .i.  as  ard  lingeas 

se.  'Loch  Erne  high  it  leaps'. 
OSSAR  .i.  eire  bhios  ar  dhuine  'a  burden  which  is  on  a  man'. 
OTHAR  .i.  tuarastal  'wages'. 

P. 

PALMAIRE  .i.  ainm  an  neithe  bhios  a  laimh  an  sdiurthôra  ag  sdiuradh 

7  ag  diorghadh  a  luinge  'the  name  of  the  thing  which  is  in  the 

hand  of  the  steersman  in  steering  and  guiding  the  ship'. 
PARN  .i.  miol  môr  bhios  isin  bfairge  'a  great  beast  which  is  in  the  sea 

[parn  .i.  nomen  do  bloach  mara,  Corm.  p.  35]'. 
PATA  .i.  soidheach  'a  vessel,  pot'. 
PATA  .i.  miol  moighe,  no  geirrfhiadh  'a  hare'. 
PAUPER  .i.  bocht  'poor'.  an  pauperân  truaghsa  .i.  an  bochtân,  etc.  'this 

wretched  poor  man'. 
PEALL  .i.  each  'a  horse'. 
PEATRUic  .i.  ceannshrian  'a  halter'. 
PEiTEADH  .i.  airfideadh,  ceol,  no  binneas  'music  ormelody'.  [Cf.  arphete, 

'he  sings'  Fél.  Ep.  79.] 
piOLAiT  .i.  rightheach  'a  palace'. 
PLA  .i.  bla  .i.  faithche  'a  green'  [plae  .i.  ainm  inaid  reid  (name  of  a  level 

place)  a  platea  .i.  on  faitche,  Corm.  Tr.  p.  1 39]. 
PLUTADH  .i.  briseadh  'breaking  [plutadh  .i.  brisiud^a  Plutone,etc.  Corm. 

Tr.  p.  139]'. 
POLAIRE  .i.  comhardha  'a  sign'.  [Polaire,  'a  satchel',  O'Don.  Suppl., 

afolaire  .i.  ainm  do  ieig  liubair,  Goid.  91.  —  sood  a  polaire  ina  etun 

isse  comartha  bîas  fair,  ib.  O'Clery's  définition  looks  like  a  misun- 

derstanding  of  this  passage.] 
PONT  .i.  borb  'fierce'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  R.  —  ^j 

P0PA_,  no  PUPA  .i.  maighistir  'master'. 
PRECHOiNEADHA  .i.  luchd  garma  'criers'.  [Lat.  praecones.] 
PREiT  .i.  âirnéis  chreiche  ^cattle  spoil'. 
PRiMH  .i.  m6r  'great'. 
PRiMHLEAS  .i.  pn'mhide  '^first-fruits'.   nî  thabhraid  a  bprimhleas  ,i.  ni 

thugaid  a  bprimhide  'they  do  not  bring  their  first-fruits'. 
PRiOMHLACH  .i.  priomhlâoch  'chief  hero'. 
PRiOTCHADH  .i.  do  niodh  searmôin  .  priotchadh  andionnaibh  .i.do  niodh 

searmôin  ar  tulchaibh,  no  ar  cnocaibh  'he  made  a  sermon,  preached' 

priothchad,  etc.   he  preached  on  hills  [pridchaiss  fride  indinnib,  he 

(Patrick^  preached  by  day  on  hills,  F.  h.  28]. 
PROMHADH  .i.  dearbhadh  'to  prove'. 
puiNGCNE  .i.  sgreaball  'a  scruple'  [puingcne  .i.  screpul  medhiinnhkhe ind- 

sin,  etc.  a  scruple  of  the  notched  beam,  Corm.  p.  35,  Tr.  p.  134]. 
PUiTRic  .i.  buidél  'a  bottle'. 
pijR  .i.  glan  'pure'  an  ti  charas  crabhadh  gûr,  as  diodhnadh  lais  uisge 

pur  .i.  as  sâsadh  leis  uisge  glan  'he  who  loves  pure  religion,  pure 

water  is  enough  for  him'. 
PÙTTRALL  .i.  gruag  'hair'.  adchonnarc  triar  go  bpdttrallaibh  dubha  .i. 

go  ngruagaibh  dubha.  'I  saw  three  persons  with  black  hairs'. 


RA  .i.    réimniughadh,  no  ceimniughadh  'walking  or  stepping  [raa  A. 

imrum  O'Dav.  1 12]'. 
RACHOLL  .i.  brat  mairbh  'a  winding  sheet'.  [Recholl,  3  Hom.  p.  120.] 
RACHT  no  ADRACHT  .i.  do  cirigh  'he  arose'. 
RADHNACHT,  no  ADRADHNACHT  .i.  do  hadhnaiccadh  'he  was  buried'. 
RAE  .i.  fearann  'afieid', 
RAE  .i.  cath  'battle'. 
RAE  .i.  iomad   'abundance'  râe  mhaighreadh  .i.  iomad  bradân  'abun- 

dance  of  salmon'. 
RAEGHA  .i.  togha  'choice'. 
RAGHAiT  .i.  rangadar  'they  reached'. 
RAI  .i.  iomramh  'rcwing'. 
RAI,  nô  AD  RAI  .i.  do  eirigh  'he  arose'. 
RAiGH,  no  ADRAiGH  .i.  do  eirigh  'he  arose'. 
RAiTH,  no  RATH  .i.  raithneach  'a  fern'  ag  losgadh  na  ratha  .i.  ag  los- 

gadh  na  raithnighe  'burning  the  ferns'  [hitatt  in  maicc  ic  loscud  na 

ratha,  Trip.  Eg.  10.  b.  2]. 


Ra.  Celt.  V 


34  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  R.  — 

RAiTH  .i.  do  reimnigh,  no  dochéimnigh  'he  walked  or  stepped'. 

RAITH  .i.  impidhe  'entreaty^  ar  râith  Choluim  is  Ciarâin  .i.  ar  impidhe 

Choluim,  etc.  'at  the  entreaty  of  Colum  and  of  Ciarân'. 
RAITH,  nô  DO  RAITH  .i.  ar  son  'for  the  sake  of . 
RAiTHNE,  no  DO  RAiTHNE  .i.  do  thaitin  'shone'  do  raithne  an  ghrian  .i.  do 

thaitin,  etc.  'the  sun  shone'. 
RAMHAD  .i.  r6d  no  slighe  'road  or  path'. 
RAMHAD  .i.  ainm  do  shlighe,  7  as  fairsinge  leithne  rdmhad  ina  rôd  'a 

name  for  a  path  ;  and  a  râmhad  is  wider  than  a  rôd\ 
RAN  .i.  toghaidhe,  âlainn,  no  follas  'chosen,  beautiful  or  manifest'. 
RAN  .i.  ro-ân  .i.  ro  luath  ^ro  (ytxj)  an  (swift)'. 
RAN  .i.  uasal  'noble.  [So  O'Dav.  p.  1 1 1,  who  quotes  Fél.  Jan.  6.  raith 

coa  rig  ran  toga]'. 
RAN  .i.  réidh  'smooth'. 
RAN  .i.  firinne  'truth'. 
RANNADH,  no  ADRANNADH  .i.  adhannadh  .i.  do  tionnsgnadh  no  do  lasadh 

'was  begun,  or  kindled'  [rann  .i.  tinnscna,  O'Dav.  p.  1 11]. 
RAONA  .i.  srâoineadh,  no  briseadh  'defeat,  overthrow.'  ro  râona  reamh- 

ainn  .i,  go  rabrise,  etc. 
RAP  .i.  ainm  da  gach  beathadhach  thairrngeas  biadh  chuige  as  talmhoin, 

amhail  ata  mue  7  a  samhail,  etc.   «  a  name  for  every  animal  that 

draws  food  to  it  from  earth,  as  is  a  pig  and  its  like,  etc.  »  Corm. 

Tr.  p.  144. 
RASCRADH  .i,  sgaradh  'separating'.  dia  rasgradh  fri  luth  lâoch  Niall  .i. 

dar  sgaradh  Niall  re  na  luth. 
RASMHAOL  .i.  rdn  'a  seal'  [Ras  moel  (a  bald  ras)  .i.  ron,  Corm.  Tr. 

p.  147]. 
RATH  .i.  raithneach  'fern'. 
RATH  .i.  tuarastal  'wages'. 
RATH  .i.  baile  'a  résidence',  Corm.  Tr.  p.  146. 
RATH  .i.  urra  'surety'. 
RATHADAR  .i,  doreithscad  'they  ran'. 
RÉ  ,i.  aimsior  'time'. 
RÉ,  no  AD  RÉ  .i.  do  éirigh  'he  arose'. 
REABH  .i.  cleas  'a  trick'. 

REABHACH  .i,  fcar  do  ni  cleasa  'a  man  who  performs  tricks'. 
REABHLANGADAR,  no  RO  REABHLANGADAR  .i.  do  lingeadar,  no  tugadar 

léim  'they  jumped'. 
REACHT  .i.  fear  'a  man'. 
REACHT  .i.  riacht  .i.  tâinicc  'he  came'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  R.  —  ^5 

REACHT  .i.  cumas  'power  [reachî  .i.  cuimsech,  O'Dav.  p.  1 10]'. 
REACHT  .i,  dligheadh  'law'  reacht  ràn  .i.   dligheadh  fi'rinneach  'a  just 

law'. 
REACHTAiRE  .i.  rf,  HO  breitheamh  'a  king  or  judge'. 
READHG  .i.  tâom  'rage'. 
READHG  .i.  hô  mhear  'a  mad  cow'. 
REAiCHTGHE  .i.  dligheadh  ceart  'a  just  law'. 
REAMHAiN  .i.  rémhaisnéis,  no  rémhinnsin  ''prophecy'. 
REAMHAiN  .i.  réim  âineasa,  no  âoibhneasa  'pleasure,  delight',  O'Conn. 
REANNA  .i.  réltanna  'stars'  [Renda,  Corm.  Tr.  p.  145]. 
REAR  .i.  Ion  'a  blackbird'.  reargagân  .i.  lonân,  no  Ion  beag  'a  little 

blackbird'. 
rearacht  .i.  eirghe  .  as  rearacht  .i.  do  éirigh  'he  arose'. 
REARAiDH  .i.  sean6ire,  no  dâoine  âosda  'aged  men'.  [Rera'ig,  pi.  of  rere^ 

Colm.  h.  47.] 
REARAiDH  .i.  do  réimnigh,  no  do  chéimnigh  'he  walked  or  stepped'. 

reardadar  .i.  do  chéimnigheadar  'they  stepped'. 
REASCACH  .i.  cainnteach  'talkative'. 
REASORT  .i.  teasgargain,  no  anacal  'préservation  or  protection'  do  rea- 

sort  .1.  do  theasairg,  no  do  ainic  'he  saved  or  protected'. 
REATAS  .i.  biodhbhanas,  no  easgcairdeas  'criminality  or  enmity'  [Rétu  .i. 

reatas  .i.  bidbanas,  «  criminality,  »  Corm.  Tr.  p.  147]. 
REATOiRE  .i.  cléireach  'a  cleric'. 
REC  .i.  nf  do  nithear  go  hobann  'a  thing  which  is  done  suddenly'  recne 

.i.  reccad  ni  .i.  ni  dorônadh  go  luath  no  go  hobann  'a  thing  which 

was  done  quickly  or  suddenly'. 
RÉGH  .i.  croch  'a  gallows'  do  bearar  e  dochum  a  réghe  .i.  dochum  a 

chroiche  'he  is  borne  to  his  gallows'.  [Cf.  Riagh,  inf.] 
RÉiL  .i.  solas,  no  follas  'light  or  manifest'. 
RÉIM  CURADH  .i.  géim  curadh .  tug  a  réim  curadh  as  .i.  a  gheim  curadh, 

no  a  ghlâodhchuradh  'hero's  shout/  O'Conn.  'he  uttered  his  hero's 

shout'. 
RÉIM  .i.  buidhean  'a  troop'. 

REiMHEAS  .i.  aimsear  'time'  reimhsi  .1.  aimsiora  'times'. 
RERCHEARC  .1.  ccarc  dubh  'a  black  hen  [«  a  plover?  «  Stokes  in  Corm. 

Tr.  p.  145]'. 
RÉULADH  .i.  foillsiughadh  'manifestation'. 
RiA  .i.  roimhe  'before'. 
RiA,  no  DO  RiA  .i.  tiucfa  'he  will  corne'. 
RÎACHT  .i.  râinicc,  no  tâinic  'he  came'. 


36  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  R.  — 

RiADH  .i.  rioth  'a  race'. 

RiADH  .i.  smacht  'reproof . 

RiAGH  .i.  riaghalta  'devout'. 

RiAGH  .i.  croch  'gallows'  [Fél.  July  2.  riag  (gl.  patibulum)  Z.  18]. 

RiAGHADH  .i.  crochadh  'hanging'  roriaghadh  .i.  do  crochadh  'he  was 

hanged'. 
RiAMH  .i.  roimhe  'before  him'  an  la  riamh  .i,  an  \à  roimhe  'the  day 

before'. 
RiAN  .i.  réisi  'a  span'. 

RfAN  .i.  muir  'sea'.  Amra,  63.  Goid.  p.  165. 
RiCHEAD  .i.  iath  an  riogh  .i.  flaitheamhnas,  no  fearann  'the  territory  of 

the  king,  kingdom'  [irriched  (in  heaven)  Br.  h.  105.  Fél.  Prol.  120, 

Feb.  23.] 
RiCHis  .i.  lasair  'a  flame'  [richis  .i.  tine  (fire)  O'Dav.  p.  1 10]. 
RiGH  .i.  fairgseoir,  no  fear  dearcaidh  'a  spy  or  watchman'.  tri  righ  gach 

rdid  .i.  tri  fairgseoire  ar  gach  r6d  'three  spies  on  every  road'. 
RiGHE  .i.  imdheargadh  'reproof  tuar  righe   .i.  tuar  imdheargaidh  'a 

rumour  of  reproof,  O'Conn. 
RiMH,  no  RioMH  .i.  âircamh  'a  number'. 
RJMHiM  .i.  âirmhim  'I  number'. 
RiNCNi  .i.  sleagh  'a  spear'  ar  ar  rincnib  .i.  ar  ar  sleaghaibh  'on  our 

spears  [probably  a  diminutive  of  rm^,  Corm.  Tr.  p.  142]'. 
RiNGEADH  A.  riaghadh,  no  crochadh  'hanging'  [Marcellus  roringed,  Fél. 

Feb.  14]. 
RiNGTHE  .i.  réptha  'torn'.  ro  ringthe  .i.  do  réptha  [roringte  .i.  rorepta^ 

Fél.  Prol.  $7]. 
RiNN  .i.  ceol  'music'. 
RiNN  .i.  cnoc,  no  tulach  'hill'. 
RINN  .i.  cos  'a  foot'  rinne  .i.  cosa  'feet'. 
RINN  .i.  rélta  'stars'  rinn  solas  .i.  rélta  sholasta  'bright  stars'. 
RINN  NIMH  .i.  neamh  reannach,  no  reltannach  'the  starry  heaven'.  [Rind- 

nim,  Fél.  May  29.] 
RINNE  .i.  tuiccsin  'understanding'. 
RiNNE  .1.  Eirinn  'Ireland'  ri  uas  Rinne  .i.  ri  uas  Eirinn  'a  king  over 

Ireland'. 
RiOBHAR  .i.  criathar  'a  sieve'  [Ribar  .i.  criaîhar,  Corm.  p.  39]. 
RioDHNACHT  .1.  tiodhlacadh  'presenting'. 
RiOGHLACH  .i.  seanchailleach  'an  old  woman'. 
RiOGHLACH  .1.  céid  shcanôir  .i.  duine  breicliath  'a  man  in  the  first  stage 

of  old  âge',  O'Conn.  [riglach,  Trip.  Eg.  14.  b.  i.]. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  R.  —  57 

RiOMH  .i.  âireamh  'a  number'. 

RiONNADH  .i.  deargadh  'reddening'. 

RiONNAiDH  .i.  ainm  dfior  âorachais  rionnas,  no  dheargas  gach  aghaidh  «  a 
name  for  a  satirist  who  wounds  or  reddens  each  face,  »  Corm.  Tr. 
p.  141. 

ROBUiST  .i.  coimhéd  'custody'. 

ROCAN  .i.  ionar,  no  cochall  'a  cloak  or  mantle'. 

ROCHoiLLEACH  .i.  romhillteach  'very  wicked'. 

ROCHÛAiD  .i.  ainm  do  pheist  bhios  isin  bfairrge  ag  a  mbi  tollt  ré  na  ceann. 
ainm  eile  don  peist  sin.  Ruasuall  amhail  dearbhas  na  roinnsi  asin 
amh.  Rofhidir  Coluim  ua  Neill  rit  ésga  im  rith  mara  rein,  rolégh 
ag  Finnén  go  mbuaidh,  go  bfidir  runa  'a  name  for  a  monster  that  is 
in  the  sea  that  has  a  hole  through  his  head.  Another  name  for  this 
monster,  Ruasuall^  as  thèse  verses  from  the  Amra  prove,  etc.' 
[V.  Goid.  p.  164,  and  Rev.  Celt.,  I,  258.] 

ROCHUAiDH  .i.  plaigh  for  mhiolaibh  mara  muaidh,  no  for  enlaith  aieoir 
fhuair,  no  for  cheathraibh  cromaitt  cuairt,  do  sgeathraigh  ronnaigh 
Rosuaill,  etc.  'a  plague  on  the  animais  of  the  sea  or  on  the  birds  of 
the  air  or  on  cattle,  etc.' 

r6d  sûla  MiODHAiR  .i.  an  turchar  tugadh  ar  shùil  mhiodhair  ^the  cast 
which  was  made  at  Miodhar's  eye'. 

RÔDACHT  .i.  cumhdach  .  ar  ar  rodacht  .i.  do  cumhdaigh  'covering'. 

RODHBADH  .i.  rodhioghbhadh  .i.  trâothadh,  no  toirneamh  'decay  [dorad- 
bad  .i.  rodihdad,  Fél.  Prol.  96]'. 

RODHBADH  .i.  briseadh  'breaking'. 

RÔE  .i.  magh  "^plain'.  [Hi  roi  Vakntini,  Fél.  Feb.  14.] 

ROGH  .i.  geis  'prohibition'. 

ROGHAiDHE  .i.  rothoghaidhe  'chosen'. 

ROGHLACH  .i.  roghalach  .i.  feargach  'angry'  [roglach  .i.  rogalach  ,i.  rofer- 
gach,  Fél.  Prol.  94]. 

ROGHLACH  i.  rogha  lâoch  *a  chosen  hero'. 

ROGHMHAL  .i.  rogha  na  riogh  'choice  of  a  king'. 

ROGHMHAR  .i.  ro  âghmhar  'very  happy'.  roghmharaibh  .i.  ro  aghmh- 
araibh. 

ROGHOR  .i.  roghùr  .i.  roghér  'very  sharp'. 

RoiBNE  .i.  sleagh  'a  spear'. 

ROiLBHE  .i.  sleibhthe  'mountains'. 

ROiMHSi  .i.  peacadh  'sin'. 

ROisiR  .i.  feargach  'angry'. 

ROisiRE  .i.  roimheanma  'great  spirit,  gaiety',  Corm.  Tr.  p.  146. 


î8  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  R.  - 

ROMHRA  .i.  fo  mhara  'the  great  seas'  O'Conn. 

ROMHRA  .i.  radharc  'sight'. 

ROMNA  Aïs  .i.  buidhe  7  léithe  'yellow  and  grey'  [ruamni  ais  .i.  Uass  7 

bnidetu,  Corm.  p.  39]. 
RONN  .i.  slabhradh  'a  chain'. 

RORDAiM  .i.  reathaim  'I  run'.  rith  ni  rordaim  .i.  ni  reathaim. 
RORTADH  .i.  dortadh  'to  pour  out'.  do  rortadh  .i.  do  doirteadh  'was 

poured  out'  [dorortad  (.i.  rodoirîed)  Fél.  May  27]. 
Ros  .i.  teamhair  «  an  old  name  of  Tara  »,  O'Conn. 
Ros  .i.  rofhios  'great  knowledge'.  rosa  .i.  rofheasa. 
ROSAL  .i.  breath  'judgment'. 
ROSG  .i.  tuigsin  'understanding'. 
ROTH  CREDHA  .i.  dealg  'a  bodkin'. 
RÙ  .i,  rùn  'secret'  a  ru  .i.  a  rûn  'his  secret'. 
RUADH  .i.  tren  no  laidir  'strong'. 
RUADH  .i.  rùamann.  tlacht  ni  thigh  gan  ruadh  ge  raibh  .i.  ni  thigh  dath 

ar  bith  gan  ruamann  'put  no  colour  without  ruamann'.  [niamann, 

«  the  first  dye  or  tinge,  or  the  stufF  that  gives  it,  and  prépares  for 

the  second  or  last  »,  O'Conn.] 
RUAiCHiLL,  no  DO  RUAicHiLL  .i.  do  chcannalgh  'he  bought'  [ruaichle  .i. 

cendach  (purchase)  O'Dav.  117]. 
RUAiDHRiNN  .i.  reanna  dearga,  no  fâobhair  dhearga  'red  points  or  red 

edges'. 
RUANAiDH  .i.  dearg  'red'. 
RUANAiDH  .i.  laidir  'strong'.  Fél.  Prol.  25  b. 
RUBHA  .i.  guin  'a  wound'. 
RUBHA  .1.  fulang   'endurance'  ni  rubha  an  beo  bheith  gan  bhiadh  ar 

Adhamnân  .i.  ni  fhuilngeann,  etc.  'the  living  man  does  not  endure 

to  be  without  food,  says  Adamnân'. 
RUBHAG  .i.  robheag  'very  small'. 

RUCHAiLL  .i.  sracadh  'rending'.  ruchaill  do  chloidheamh  .i.  sracadh. 
RUCHSAiDHE  .i.  râdh  mairbh,  no  briathar  mairbh  'speech  of  a  dead 

person'. 
RUCHT  .i.  ro  iachtadh,  no  ro  éigheamh,  no  glâodh  'loud  shouting'. 
RUCHT  .1.  mue  'a  pig'. 
RUDHRACH  .1.  ro  dhiïeach  Wery  straight  [rurach  .i.  rodirech,  O'Dav. 

iio]'. 
RUDHRACH  .1.  ro  dhorchughadh  .i.  dealbh,  no  forghnûis  dorcha  'a  dark 

face'. 
RUDHRACH  .i.  fada  'long'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  R.  —  59 

RUDHRACH  .i.  rodhûradh  .i.  beith  go  fada  ar  fearann  chomhaightheach 

'great  duration,  to  be  long  on  a  neighbouring  land'  [Corm.  Tr. 

p.  145  Ru[d]radh  A.  rodiira[dh)  .i,  beith  cofoda  for  ferann  comaidh- 

tech.  Fél.  Prol.  20b.  O'Dav.  p.  1 1 1]. 
RUG  .i.  do  dhearsgaidh  'excelled'.  Inghean  gun  righ,  rug  do  rioghnaibh 

.i.  do  dhearsgnaidh  do  rioghnaibh,  etc. 
RUGADH  .i.  ro  gâod  .i.  do  gonadh  'was  wounded'.  as  ann  rugadh  .i.  as 

ann  do  gonadh. 
RUiBHEACHTAiN  .i.  fulang  'paticnce'. 
RUiBHNE  .i.  sleagh  'a  spear'  ruibhneach   ,i.  sleaghach  'armed  with  a 

spear'. 
RUIBHNEACH  .1.  robhuidhncach  'having  a  great  host'. 
RUiBHNEADHA  .i.  ro  bhuinncadha  'great  hosts'. 
RUiCE  .i.  imdheargadh  'blushing,  reproof  [Rucce  .i.  nairi  (shame)  Corm. 

Tr.  p.  146]. 
RUiCEADH  .i.  tdgbhdil  'raising'. 
RuiCEALT  .1.  rocheilt  'concealed'. 

RUiDHEADH  .i.  imdheargadh  'blushing,  reprooP,  Fél.  Epil.  145. 
RUiDHLEAS  .i.  roidhîleas  'very  dear'. 
RUiMNEADH  .i.  caitheamh  'consuming'. 
RUiNNECC,  no  RiNNECC  .i.  fér  'grass'. 
RUiRE  .i.  tighearna  'lord'  ruirigh  .i.  ro  airigh  no  rothighearnadha  'i.  e. 

ro  (intensive  prefix)  airigh  (chiefs)'. 
RUiTH  .i.  sluagh  'an  army'. 
RUiTHEACH  .i.  réimnightheach  'advancing'  cuire  ruitheach  .i.  buidhean 

réimnightheach,  no  cheimnightheach  'an  advancing  host  [Ruitech  A. 

rith,  O'Dav.  p,  1 1 3]'. 
RUiTHEAN  .i.  taithneamh  'brightness'. 
RULADH  .i.  rolâdh  .i.  do  cuireadh  ^was  placed'. 
RULADH  .i.  roléodh,  mar  atâ  leadradh  no  gearradh  'was  eut;  as  it  is 

leadradh,  or  v  cutting  ». 
RULAiDH  .i.  do  luidh,  no  dochuaidh  'he  went'. 
RÛM  .i.  eadarfholamh,  no  urlâr  'floor'  riim  na  ratha  .i.  urlar  na  ratha,  etc. 

'floor  of  the  rath'. 
RÙN  .i.  cealg  'deceit'  'tre  rûn  .i.  tre  cheilg  *^deceitfully'. 
RÙNAiGH  .i.  teimhlighthe,  no  doirche  'dark'. 
RÙs  .i.  rofhios  'great  knowledge'.  mo  rus  faidhe  .i.  mo  ro  fhâidh  ag  a 

bfuil  fios  'my  great  prophet  with  whom  is  knowledge'. 
Russ  .i.  gruaidh  an  chinn  'cheekofthe  head'  [Rûss  A.  agaidh  (face) 

Corm.  Tr.  p.  146.  —  Rus  A.  aigid,  O'Dav.  p.  1 10]. 


40  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  S.  — 

RÛSTAC  .i.  bodach  'clownish'  ni  bail  àô  berla  rustuc  .i.  bérla  bodach 

'he  does  not  like  clownish  speech'. 
RUTHGHAiD  À.  rathâii  gadraigh  'a  bundle  of  withes'. 


SAB  .i.  sonairt,  no  lâidir  'powerful  or  strong'  [basab  (.i.  basonart]  indarba 
dôene^  F.  h.  23.  saph  indarbu  demnai,  Fél.  Oct.  17.  —  sab  .i.  îren, 
O'Dav.  114]. 
SAB  .i.  bas  'death'.  sab  for  shionnach  .i.  bas  ar  shionnach  'death  on  the 

fox'. 
SADHALL  .i.  diallat  'a  saddle'  go  srianaibh,  gosaidlibh  .i,  go  ndiallataibh, 

etc.  'with  bridles,  with  saddles'. 
SADHB  .i.  so-adhbha  .i.  teagh,  no  téghdhais  mhailh  'a  good  house  or 

dwelling'  [So  Corm.  p.  41]. 
SAEGHLANN  .i.  brcitheamh  'a  judge'. 
SAEGHLANN  .i.  scanôir  'an  elder'. 
SAEGHLANN  .i.  ri  'a  king'. 

SAEGHLANN  .i.  colamhain,  no  toisigh  .  as  do  dhearbhadh  na  nanmann 
sin  a  dubhairt  an  fili  : 

Saeghlann  breitheamh  buan  a  bhladh, 
Saeghlann  seanôir  siorshaoghlach, 
Saeghlann  gach  ri  for  a  dhiî 
7  saeghlann  columnù. 
'a  column,  or  beginning.  It  is  to  prove  thèse  names  the  poet  said  : 
Saeghlann,  a  judge,  lasting  his  famé, 
Saeghlann,  an  elder,  long-lived. 
Saeghlann,  tvtvj  king 
And  saeghlann,  a  column'. 
[Saoghlonn  .1.  seanoir  no  colomna  ...  no  saoglonn  .1.  brithem,  etc. 
O'Dav.  p.  115]. 
SAiCHSioT  .1.  rangadar,  no  tangadar  'they  came'. 
SAiL  .1.  coimhideacht  'guard'.  a  shail  suadh  .1.  accoimhideacht  shâl  an 

tsuadh  'in  keeping  of  the  sage'. 
SAiMH  .i.  gach  c6raid,  no  gach  cùpla  'every  yokeor  every  couple'  [saim 

.i.  gach  câraii,  Corm.  p.  40]. 
SAiMHNiDH  .i.  treinfhir  samhrata  'champions  of  summer'. 
SAIN  .i.  égsamhail,  no  neimhionann  'unlike  or  unequal'. 
SAINE  .i.  égsamhlacht,  no  neimhionannas  'unlikeness  or  inequality'. 
SAINE  .i.  saineamhail  .i.  maith  no  maiseach  'good  or  beautiful'. 


O'Clery's  Irish  Gbssary.  —  S.  —  41 

SAiNTREAB  .i.  treabh,  no  teagh  âiridhe  'a  certain  family  or  house'. 
SAiTH  ,i.  ionnmhas,  as  da  dhearbhadh  sin  atâ  an  rann  so  : 
Cédaoin  luidh  ludds  tar  ord, 
a  lorg  deamhan  dioghal  garg, 
cedaoin  roghabh  saint  im  saith, 
cedaoin  robhraith  losa  ard. 

ionann  sin  re  a  radh  7  gurab  dia  cédaoin  docuaidh  ludàs  as  ord  na 

nabsdol  7  do  gabh  saint  ionnmasa  é,  etc.  'wealth.  It  is  to  prove  this 

that  this  verse  is  :  On  Wednesday  Judas  transgressed  his  order, 

after  avenging  fierce  démons  ;  on  Wednesday  he  conceived  désire 

for  wealth,  on  Wednesday  he  betrayed  high  Jésus.  Cédaoin^  etc. 

That  is  the  same  as  to  say  :  on  Wednesday  Judas  left  the  order 

of  the  Apostles  and  désire  of  wealth  seized  him'. 
SAiTHE  .i.  sluagh,  sochaide,  no  iomad  'an  army,  company  or  host'  [Co 

Crist  cechaing  saithe   (.i.    buiden)   to  Christ  the  host  went,  Fél, 

Jan.  25]. 
SAiTHEAMHAiN  .i.  saithc  beach  'a  swarm  of  bées'. 
SALACH  Ruis  .i.  scisgeann  'a  marsh'  [So  O'Dav.  p.  115]. 
SALL  .i.  aoir,  no  aorachas  'satire'. 
SALLANN  .i.  râdh,  no  cantain  'speech  or  song'  nim  foirfe  a  sallann  .i.  ni 

fhuirgbeann  mé  a  râdh  'to  tell  them  will  not  delay  me'.   \Ni[m]- 

f£irsa  asalland,  'to  sing  them  shall  not  delay  me',  Stokes,  Fél. 

Prol.  322.] 
SALOR  .i.  salann  'sait'. 
SAMH  .i.  samhradh  'summer'. 
SAMHAiN  .i.  samhfhuin  .i.  fuin  an  tsamhraidh  'end  of  summer'  fuin  .i. 

criochnughadh  'end'. 
SAMHGHUBHA  .i.  anmanna  na  murdhuchân  bhios  isin  bfairrge  'names  of 

the  nymphs  that  are  in  the  sea'. 
SAMHLAT  .i.  amhail  tusa  'like  thee'  fear  an,  athlamh  samhlad  .i.  fear 

ésgaidh,  athlamh  amhail  tusa  'an  active  man,  ready  likeyou'. 
SAMHRUN  .i.  rùn  grianda,  no  samhrata  'a  sunny  or  summer  secret', 

O'Conn. 
SAN  CAN  .i.  anonn  7  anall  'to  and  fro,  up  and  down'.  [Sdncdn,  IV  Mast. 

A.  D.  1595,  p.  1971^.] 
SANAS  .i.  cogar  'a  whisper'. 
SANAS  .i.  sainfhios  .i.  fios  sainighthe,  dearscaighthe,  no  maith  'rare  know- 

ledge  [Sanas  .i.  sainfhiss,  Corm.  p.  40.  Fél.  Mch.  1 5]'. 
SANGLAOïDH  .i.  lâoidh,  no  roinn  do  nithear  a  sanais  no  go  min.  truagh 

mo  sanglâoidh  .i.  as  truagh  an  laoidh  do  nlm  a  sanais  no  go  mi'n  'a  lay 


42  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  S.  — 

or  stanzas,  which  are  made  gently'  [«  a  lay  set  to  music  » ,  O'Conn.]. 
SANNADH  .i.  sgâoileadh  'loosening'. 
SAOïRE  CRANNAiBH  .i,  as  é  sâor  dhénma  na  gcrann  é  'a  carpenter  who 

makes  pôles'. 
SAoïRsi  .i.  ealadha  'science'  sâoirsi  na  tâna  .i.  ealadha  na  tâna  'know- 

ledge  of  the  Spoils'. 
SAOR  .i.  uasal  'noble'. 
SAOTH  .i.  galar,  no  easldinte  'disease  or  ill  health  [Saoth  A.  galur,  O'Dav. 

p.  117]'. 
SAOTH  .i.  pian  'pain',  rodhamhattar  sâotha  .i.  do  f huilngeadar  piana  'they 

endured  pains'. 
SAOTH  .i.  sâothar  'labour',  iar  saothaibh  .i.  sâothraibh  'after  labours'. 
SATH  .i.  biadh  .  as  uadha  sin  adeirthear  sâitheach  'food  :  thence  is  said 

saitheach  (satiated)'  [So  Corm.  p.  41]. 
SCABAR  .i.  tana  'thin'  scabar  asân  .i.  asân  tana  'thin  stocking'. 
SCABHAL  .i.  sgalân  tighe  'scaffold  of  a  house'. 
SCABHAL  .i.  aighean,  no  coire  'a  caldron'. 
SCAFFA  .i.  longa  ''ships'  fodhailsiod  scaffa  .i.  do  roinnsead  a  longa. 
SCAICH,  no  RoscACH  .i.  do  criochnaigheadh  'was  ended'  [=  praeteriit, 

Zeitschr.  XXIII.  214]. 
scARAis  .i.  sgaoilis,  no  sreathnaighis  'he  separâted  or  extended'.  Br.  h.  5  5. 
scÉ  .i.  sgeach  ar  a  mbid  deilg  'a  bush  on  which  is  a  thorn'. 
scÉ  .i.  sgeith  .i.  teilgean,  no  dortadh  'throwing  or  spilling'.  do  scé  an 

firmeint  a  huisge,  etc. 
SCEILE  .i.  truaighe  'raisery'  ba  m6r  scelle  .i.  ba  mdr  an  truaighe  'great 

was  the  misery'. 
SCEINMNEACH  .1.  luath  ''swift'.  Goid.  p.  68. 
SCENG  .i.  leaba,  no  both  bheag  ina  mbi  leaba  'a  bed,  or  small  booth  in 

which  is  a  bed  [Sceng  A.  iamdha.  (a  bed),  etc.  Corm.  p.  40]'. 
SCEO  .i.  agas  'and  [sco  or  sceo,  Z.  p.  699]'. 
SCEO  BÛ  DHEAS  .1.  seocha  bhu  dheas  .i.  tarsa  bhu  dheas  'beyond  them 

soutwards'. 
scÉo  NEiMHE  .1.  iomad  neimhe  'much  poison', 
sci  .i.  sgeimh  'beauty'. 

sciB  .i.  long  'a  ship'  'scibheada  .i.  longa  'ships'. 
sciBEADH  BEATHADH  A.  gluasacht  bcathadh  'the  course  of  life'. 
sciNNLiNE  .i.  sginnidheach  'skittish'_,  O'R. 
sciTH  .i.  cur,  ï\6  tuirse  'fatigue'. 
sciULANG  .i.  élâidhtheach  .i.  duine  téid  as  cath  ar  éludh  'a  man  who 

leaves  the  battle  by  désertion'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  S.  —  4} 

SCLEO  .i.  sgeile  .i.  truaighe  'misery'. 
scoLB  .i.  deabhadh,  no  cathughadh  'conflict  or  fighting'. 
scoR  .i.  iomad  'abundance'.  [fiadscoraib  'before  multitudes'  Fél.  Prol.  8i .] 
scoTH  .i.  innsce  'a  word'. 

scucHSAD  .i.  docheimnigheadar  no  doghluaiseadar  'they  walked'. 
scÛD  .i.  long  'a  ship'. 
SDIALL  .i.  clâr  'a  table'  go  sdiallaibh  airgid  .i.  go  gclaraibh,  etc.  'with 

tables  of  silver  [«  stiall  is  explained  fuathrôg  (a  girdle)  by  O'Dugân 

in  his  Forus  Focal,  »  Corm.  Tr.  p.  154]'. 
SEACHAM  .i.  taram  'beyond  me'  seachainn  .i.  thorainn  'beyond  us'. 
SEACHDMODHA,   no   SEACHDMODHAD  .i.  dcich  j  trf   fichid    'threescore 

and  ten'. 
SEACHMALL  .i.  dearmad  'to  forget'  ro  sheachmailleas  .i.  do  dhearmaid- 

heas  'I  forgot'. 
SEACHRAiTH  .i.  salchar  'filth'  [Sechraid  .i.  salchar,  O'Dav.  p.  116]. 
SEACHTAiR  .1,  don  taobh  amuigh  'outside'. 
SEADAL  .i.  sealadh,  no  seal  'a  short  time'. 
SEADH  .i.  laidir,  no  laidireacht  'strong,  or  strength'. 
SEADHG  .i.  sietica,  no  lionadh  'sciatica,  or  swelling'. 
SEAFNAiT  .i.  seidid  'they  blow'  no  seafnaidhsiodh  .i.  do  seidsiod  'they 

blew'. 
SEAGHDHA  .i.  ealadhanta  'learned'. 
SEALAiDH  .i.  slaighe  no  gearradh  'slaughter  or  cutting'  cia  rosealaigh 

cloidheamh  .i.  ge  do  gearradh  re  cloidheamh,  etc.  "^though  he  eut 

with  a  sword'  [ceroselaig  claideb,  Fél.  Prol.  ici,  quoted  by  O'Dav. 

p.  1 16  s.  V.  Seala  .i.  teasgaid]. 
SEALBH  .i.  fearonn  'land'. 
SEALL  .i.  seal  'a  space  of  time'. 
SEANADH  .i.  coimthionôl  'assembly'. 
SEANAiDH  .i.  do  shil,  do  cuireadh,  no  do  fearadh  'dropped,  was  put,  or 

was  poured'  rath  an  spiorta  seachta,  seanaidh  for  chler  ngealmhâir 

.i.  dofearadh,  etc,  'the  grâce  of  the  Spirit  was  poured  upon  an 

eager  (.'')  company'.  Fél.  May  1 5. 
sÉANAis  .i.  beannaighis  'he  blessed', 
SEANARASG  .1.  seanfhocal  'a  proverb'. 
SEANG  .i.  séimh,  no  beag  'small'. 
SEANGHAiNN  .i.  gcin  âosda  'an  aged  person'. 
SEANÔiR  .i.  drâoi  do  teagaisgeadh  sén  uaire  'a  druid  who  told  a  propi- 

tious  hour'. 
SEAN  TuiNNE  .i.  seanchaillcach  'an  old  woman'. 


44  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  S.  — 

SEARB,  no  SEARBAIDH  .i.  goid  'thcft'. 

SEARBHAN  .i.  coircc  'oats'. 

SEARBHRUAN  .i.  searbhshrâoincadh  .i.  briseadh  searbh  'a  severe  defeat'. 

SEARBOS  [SERBOS]  .i.  fiadh  'a  deer'. 

SEARC  .i.  grâdh  ''affection'. 

SEARCOLL  .i.  feoil  'flesh'. 

SEARCOLL  .i.  feoil  choileach  feadha  amhail  a  dubhairt  Diarmaid  o  Duibhne 

isin  rann  : 

As  maith  dochuid  a  Ghrainne, 
cârna  tuirc  la  taobh  ti're, 
searcoU  na  gcaileach  bfeadha, 
la  banna  meadha  mine. 

'the  flesh  of  a  woodcock;  as  Diarmaid  O'Duibne  said  in  the  verse'. 
SEARNADH  .i.  sgâoilcadh  'séparation',  [sernaiî,  Fél.  Aug.  31.] 
SEARPAN  .i.  geis  'a  prohibition', 
SEARR  .1.  corrân  bheanas  fér  no  arbhar  'a  sickle  which  cuts  grass  or 

corn'.  0  dochuaidh  searr  a  ngort  .i.  0  dochuaidh  corrân  a  ngort 

'when  the  sickle  went  in  the  field'  [searr  A.  a  serra,  Corm.  40]. 
SEARRDHA  .i.  fâobhar  'an  edge'  carbad  searrdha  .i.  carbad  ina  rabhadar 

fâobhair^,  no  corrdin  *a  chariot  on  which  were  sharp  edges   or 

sickles'. 
SEARTHoNN  .i.  éigeas  .  an  ti  bhios  re  seir,  no  re  sâW  an  duinn  .i.  an 

ollamhan.    donn  .i.  ollamh  'a  poet  :  one  who  is  at  the  heel  of  the 

donn  A.  e.  of  the  ollamh'. 
SEARTHONNA  .i.  éigsi,  no  ealadha  .  nochar  sona  a  searthonna  .i.  nîr  bhô 

sona  a  éigsi,  etc.  'poetry,  or  learning'. 
SEASGA,  no  SEASGAD  .1.  tri  fichiol  'three  score'. 
SEASGACH  .i.  seacht  gcatha  'seven  battles'. 
SEATHAR  .i.  leabhairtheach,  no  teagh  leabhar  ^a  library'. 
SEATHAR  .i.  ainm  do  dhia  'a  name  for  God  [sethor,  nomen  do  dia,  etc. 

Corm.  Tr.  p.  155,  where  Stokes  compares  Lat.  sator]'. 
SEATHAR  .1.  lâidir  'strong'  go  seathar  .i.  go  lâidir  'strongly'. 
SEATNACH  .i.  corp  'a  body'. 
sÉD  .i.  slighe  'a  path'. 
SÉD  GABHLA  .1.  lulgach,  dobhrigh  go  ngabhlaighid  na  séoid  eile  eisde  'a 

milch-cow'. 
SEGH  .i.  bliocht  'milk'  ad  mesear  buar  a  seghamhla  .i.  meastar  na  ba  ar 

a  mbliochtmhaire  'cows  are  valued  accordingtotheiryield  of  milk'. 

[This  sentence  is  quoted  by  Corm.,  p.  40,  as  from  the  Bretha 

Nemed.] 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  S.  —  45 

SEGH  .i.  agh  allaidh  'a  wild  ox'  segh  ghuinidh  .i.  fear  ghonas  no  mhar- 

bhas  fiadhach  'a  man  who  wounds  or  kills  deer'  [ség  .i.  oss  allaidh 

(wild  deer)  inde  dicitur  seghuinech  .i.  fer  ghonas  ségu,  etc.  Corm. 

p.  41]. 
sÉic  .i.  cnâimh  'a  bone'. 
SEiCH  .i.  ionnsaighidh.  Eochaidhfearseich.i.  fear  ionnsaighthe  'toattack. 

Eochaidh  an  attacking  man  [seiche  .i.  ionnsaigh,  O'Dav.  p.  117]'. 
SEiCH  .i.  leanmhain  'to  follow'.  no  sheichdi's  .i.  do  leandâois  'they  fol- 

lowed'. 
SEiciBTAN  .i.  gibe  trâth  no  uair  'whensoever'. 
SÉiGH  .i.  seabhac  'a  hawk'  séighéne  .i.  seabhcân  'a  young  hawk'. 
SÉIMH  .i.  beag  'small'.  Séimh  ainim  dcnait  ma  ni  chi'astar  ceird  .i.  as 

éttrom,  no  beag  an  ainimh  do  neach  beith  6g  san  ait  a  mbi,  muna 

raibhe  ceisd  air  na  ealadhain. 
SEiNiSTiR  .i.fuinnéog 'a  window'. 
SÉIRE  .i.  proinn^  no  dinnér  'dinner'. 
SEiRic  .i.  laidir  'strong'. 
SEiRT  .i.  neart  'strength'  ron  seirt  .i.  do  neartaidhsinn  [ronsert,  Fél. 

Ep.  II]. 
SÉis  .i.  buidhean  'a  host'. 
sÉis  .i.  do  shuidheadh  'he  sat'. 

SÉIS  .i.  soifhios  .i.  fios  maith  'learning'  [sess  ,i,  so-fis  LU.  10.  a]. 
SÉiSEiLBH  .i.  caint^  no  labhairt'song  or  speech',  [sessilbe, Fél.  Pro\.  183.] 
SEMEANN  .1.  seamanna,  no  tairrngeadha  beaga  bhios  tréchro  sleighe,  no 

ga  isin  gcrann  aga  ndaingniughadh  re  aroile  'small  nails  which  are 

through  the  eye  of  spears  or  darts  in  the  shaft,  fastening  them  to- 

gether'. 
SÉN  .i.  lion  fiadhaigh,  no  a  ngabhthar  éoin  'a  hunting  net,  or  in  which 

birds  are  caught'  [Sén  A.  lin  angabar  eoin,  Corm.  p.  41]. 
SÉOL  .i,  leabha  'bed'. 

SÉONA  SAOBHA  .1.  draoidheacht  'sorcery'.  LU.  p.  55.  a.  28. 
SES  soBHAis  .i.  sguab  adhnacail  'a  broom  for  sweeping  graves',  O'Conn. 
SGAL  .1.  fear  'a  man'. 

SGAL  .1.  lâoch  'a  hero'.  [Scil,  O'D.,  Suppl.] 
SGATH  .i.  sgâile  'a  bowl'. 
SGÉo  .i.  tuigsi  'understanding'. 
SGiLL  .i.  obann  'sudden'. 
SGOTH  .i.  mac  'son'.  Sgoth  na  feme  0  ur  finne  .i.  mac  na  mnâ  ô  imeal 

na  Finne  'son  of  the  woman  from  the  border  of  the  Finne'. 
SGUiRD  .i.  léine  'a  shirt'. 


46  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  S.  — 

siABHARCHARPAD  A.  carbad  taidhbsi  'a  phantom-chariot'. 

siACHT  .i.  tainicc  'he  came'  siachtadar  .i.  tangadar  'they  came'. 

siAN  .i.  glôr  'noise'  sianaigh  .i.  gl6raigh  'noisy'. 

si'asair  .i.  suidhe  'he  sat'  [siasair  (i.  rosaidestar]  suide  eoin  inailt,  «  she 

sat  the  seat  of  a  bird  on  a  cliff,  »  Br.  h.  i]. 
SIC  .i.  seac  .i.  tirim  'dry'.  [See  Corm.  Tr,  p.  149,  s.  v.  Secc] 
siDHiuccAN  .i.  géosadân  'a  reed'  imchuail  shidhiuccân  .i.  imchuail  ghéo- 

sadân  'with  a  bundle  of  reeds'. 
siGHiN  .i.  comharrdha  ^a  sign'  sighne  .i.  comharthadha  'signs'.  [sigin  na 

crochi,  sign  of  the  cross',  3  Hom.  p.  108.] 
siLis  FALMHAGH  .i.  biaidh  slaighe,  no  gearradh  a  Maigh  Fâil  'there  shall 

be  slaughter,  or  destruction,  in  Magh  Fâil  (Ireland)'. 
siLLEADH  .i.  féghain  'to  look'  sillis  .i.  féuchais  'he  looked'. 
siN  .i.  as  amhlaidh  'it  is  thus'.  Is  si'n,  téid  an  mal  ina  theach  rîgh  .i.  as 

amhlaidh  téid  an  ri  ina  theach  riogh  'thus  the  king  went  into  his 

palace'. 
siNEAMH  FEADHA  .i.  iubhar  'a  yew'. 
siNNSiOR  .i,  iubhar  'a  yew'.  go  snuadh  bhaladh  sinnsir  .i.  go  mbaladh 

iubhair. 
siOBHALL  .i.  dealg  'a  pin'. 
si-6N  .i.  cathair  nimhe  ''the  throne  of  heaven'. 
si'oN  .i.  idh,  nô  slabhradh  'a  coUar,  or  chain'. 
si'oN  .i,  soineann  'fair  weather'. 
sioNNADH  .i.  câineadh  'reproof  [ocasinnad  (.i.  ocacdined)  Fél.  [-"roi.  47. 

—  sinda  .i.  cdine,  O'Dav.  p.  116]. 
SÎOR,  no  sÎR  .i.  fada  'long'. 
siORBHAi  .i.  gadaigheachd  "^theft'. 
siOTHBHALLRAiDH  À.  boill  fhada  'long-limbed'. 
siOTHLAiTHE  .i.  laithe  an  tsiodha,  no  na  siothchâna  'day  of  peace  [Sith- 

laithe  fotai,  «  a  long  day  of  peace  »,  F.  h.  ^6]\ 
siREAMH  .i.  galar,  no  tinneas  'diseaseor  sickness'  [iarsinni  siress  0  lue  do 

lue  in  capite  et  in  toto  eorpore,  Corm.  p.  40]. 
siRREACHT  .i.  truagh  'wretched'. 
SIX  siT  .i.  éisd,  éisd  'hush  !  hush  !'. 
siTHBHE  .i.  sithbhéo  .i.  fod  saoghail  'perpétuai  [Sithbhe  .i.  sithbeo  .i.  fota 

a  élu  (Fél.  Aug.  19)...  no  sithbhe  .i.  taisech,  O'Dav.  p.  1 16]'. 
SITHBHE  .1.  slat  'a  rod'. 
SITHBHE  .i.  taoiseach  'chieftain'  [Sithfi  .i.  taisech,  O'Dav.  p.  1 18,  and  v. 

sup.]. 
SITHBHE  .i.  duan  'a  poem'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  s.  —  47 

siTHEAL  .i.  corp  'a  body'  for  siothlaibh  .i.  ar  chorpaibh  'on  bodies'. 
siTHFHiR  .i.  fir  sheithearrdha  .i.  fir  laidire  'strong  men'. 
siTHSHEARC  .i.  grâdh  siothfhoda  no  rofhoda  'constant  love'. 
s(u  -i.  roimh  'before'  si'u  da  foirtheann,  fearadhach  .i.  roimh  fearadhach 

do  bheith  firtheann  no  neartmhar,  etc.  'before  Fearadhach  was  a 

stout  or  strong  man'. 
si'u  .i.  abhus  'hère'  si'u  7  thall  .i.  abhus  7  thall  'to  and  fro'. 
SLAiBHRE  .i.  coibhche  'dowry,  purchase'. 
SLAiT  7  SLATRA  .i.  laidir  'strong'. 
slaS  .i.  slaighe,  no  marbhadh  'slaughter,  or  killing'. 
SLEACHTADH  .i.  gearradh  'cutting'  [Slecht  .i.  marbhadh,  O'Dav.  p.  1 16]. 
SLETEORACHT  .i.  gadaigheacht  'theft'. 
SLETHE  .i.  sloidhe,  no  gearradh  'division,  or  cutting'. 
SLiACHTADH  .i.  sliogadh  'to  hack'.  roghabh  ag  sliachtadh  na  péiste  .i.  ag 

a  sliogadh  'he  began  to  hack  the  monster',  O'Conn. 
SLioBRADH  .i.  tarraing  ,  roghabhsad  ag  sliobradh  an  angcaireadh  .i.  ag 

tarraing  an  angcaireadh  'to  draw.  They  began  to  draw  up  their 

anchors'. 
SLioBTHA  .i.  rinnghér  'sharp-pointed'  tù  Seaân  na  sleagh  sli'obtha  .i.  na 

sleagh  rinnghér,  etc.  'thou  John  of  the  sharp  spears'. 
SLiocHT  .i.  lorg  'track'. 
SLiocHT  .i.  buidhean  'host'  sliocht  leathan  gach  sâor  .i,  buidhean  leathan 

ag  duine  uasal  'a  broad  host  with  a  nobleman'. 
SLios  .i.  taobh  'side'. 
SLÔCH  siNE  .i.  slach  sneachta  'flake  of  snow'.  da  ngoirthear  slamanna 

no  cla-6ga  sneachta  'whence  are  said  flakes  of  snow'. 
SLÙDRAiGHi  AN  TALMAN  .i.  slaodrach,  no  fundaraeint  an  talman  'founda- 

tion  of  the  earth'. 
SLUiNN  .i.  aisnéidh,  no  innis  'relate,  or  tell  [sluind  (.i.  innis]  Fél.  Jan. 

3 1.  sluind  (.i.  aisneid)  Feb.  19]'. 
SMACHTBHANN  .i.  smachd  dlighidh.  bann  .i.  dligheadh  '«a  fixed  price  or 

penalty,  »  O'D.  Suppl.  bann,  law'. 
SMEACH  .i.  smeicc  'chin'  imeal  a  sgiath  fri  a  smeacha  .1.  fri  a  smeigibh 

'the  edge  of  their  shield  against  their  chins'  [immbel  a  sciath  fri  a 

smechu.  Trip.  Eg.  3.  a.  2]. 
SMiOT  .i.  cluas  'ear'. 

SNA  .i.  snâmh  'swimming'  ro  sna  .i.  dorinne  snâmh  'he  swam'. 
SNADHADH  .i.  comairce  'protection'  ronsnâidhe  .i.  go  ndidne,  no  go 

ndearna  comairce  dhuinn  'he  protected  us  [ronsnaid,  Colm.  h.  11, 

ronsnada,\h.  13,  ropsnadud,  ib.  15,  ronsnade,  Br.  h.  10]'. 


48  O'Clery's  Irisli  Glossary.  —  S,  — 

SNÉiDH  .i.  direach  ''straight'. 

SNÉiDH  .i.  gach  ni  beag  'everything  small'. 

SNÉIDH  .i.  sniomh,  no  tuirsi  'sadness,  fatigue'. 

SNi  .i.  on  si'neadh  .  roda  snf  .i.  do  shîn  'from  sineadh  (to  stretch),  ro  da 

sni,  he  stretched'. 
SNiDHFiDH  .i.  silfidh  'will  drop'. 
SNIOMH  .i.  tuirsi  'sadness'.  [snim,  Fél.  Prol.  223.] 
SNioMHSNÙA  .i.  snamh  srothann  'flowing  of  a  stream'. 
SNisiOT  .i.   dorighneadhar  cosnamh,  no  cathughadh  'they  engaged  in 

battle'. 
SNUADH  .i.  sruth  'a  stream'. 
SNUADH  .i.  folt  'hair'  gidh  iomdha  a  shnuadh  .i.  gidh  fada  a  f holt  'though 

his  hair  is  long'. 
so-ADH  .i.  leabaidh  ^a  bed'.  O'Dav.  p.  116. 
so-ADH  7  sÔDH  .i.  tionntôdh,  no  clâochl6dh  'turning  or  changing'. 
so-ALT  .i.  soiléim  .i.  léim  maith  'a  good  leap'. 
so-AS  .i.  soifhios  .i.  fios  maith  'good  knowledge  [Is  damsous,  «  it  is 

according  to  my  lore,  «  Br.  h.  37]'. 
SOBHAIL  .i.  sobhalaidh,  no  deaghbhalaidh  'a  sweet  smell'. 
socHLA  .i.  sochéiUidh,  no  sochlù-ach  'sensible,  or  renowned  [Sothnge 

sochla  (À.  suilbir)  suabais,  Fél.  Jan.   13.   soMa  À.  maith,  O'Dav. 

socHoiSG  GACH  SAOi  .i.  as  sâoitheamhail  teagasg  gach  suadh,  no  gach 
duine  bhios  na  shaoi  'every  scholar  is  teachable'. 

socHRAiDE  .i.  sochâirde  'friendship'. 

s6dhan  .i.  sona  'happy'. 

s6dh  fri  n6is  .i.  an  féineachas  do  chor  ar  gcùl  'repeal  of  a  law',  O'Conn. 

soGHAR  .i.  gar  maith  'good  service'. 

soghnaigh  .i.  soghndoieach  .i.  gnâoi  mhaith  'comely'. 

soichearnsa  .i.  eineach  'liberality'. 

soiCHLE  .i.  soicheall  no  luthghaire  'mirth  or  joy'. 

soiGHEAM  .i.  geam  maith  .i.  cloch  uasal  mhaith  'a  precious  stone'. 

soirche  .i.  solasda  'bright'. 

soiRTHE  .i.  soiréidhe  'readiness'. 

soisiL  .i.  diomsach,  no  meanmnach  'proud'. 

soiSTEN  .i.  sosadh  teann  .i.  comhnaidhe  teann  'i.  e.  sosadh  (dwelling) 
teann  (strong)  [sostan  .i.  cumsanad,  O'Dav.  p.  1 16]'. 

sôiTHEACH  .i.  brisdeach  'fragile',  ba  sôitheach  .i.  ba  brisdeach. 

SOLAMH  .i.  ésgaidh  'quick'  go  solma  .i.  go  nésgaidheacht  'quickly'. 

SOMA  .i.  som  âoi  .i.  saidhbré  ealadhna  'abundance  of  science,  O'Conn.' 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  S.  —  49 

SON  .i.  guth,  no  gl6r  'voice  or  noise'. 
soNANN  .i.  fonn  sona  .i.  fearonn  sona  'good  land'. 
SONN  .i.  cuaille,  no  tâobhân  'a  pôle'. 
SONN  .i.  annso  'hère'. 

soNNACH  .i.  bâbhun  'a  wall,  circular  enclosure',  O'D.  Suppl. 
soNNTACH  .i.  lùthghâireach  'joyful'. 
SOPAR  .i.  tobar  'a  well'  sopar  soma  .i.  tobar  go  niomad  eolais  'a  well 

of  much  learning'.  [Sopor  somma  .i.  am  topur  conimmud  eolais.  Agall. 

an  da  Suad,  LL,  187.  a.  5.] 
SORAIDH  .i.  so  réidh,  no  soirbh  'happy'. 
SORB  .i.  lochd,  no  salach  'a  fault,  or  filthy'  [Sord  .i.  locht,  quasi  ior^f,  id 

est  a  sordido,  Corm.  p.  40]. 
soRCHA  .i.  solas  'light'. 
SORTHAN  .i.  coinneamh  'reproof. 
soRTHAN  .i.  sonas  'prosperity'. 
sosTAN  .1.  gloir,  no  gâir  'a  noise,  or  voice'. 
SOTAL  .i.  mâoidhmheach  'vainglorious'.  gan  sotla  .i.  gan  mâoidhmhighe 

[cen  sotla,   Fél.  Apr.    28.  —  sotal  .i.  uallach  no  dimsach^  O'Dav, 

p.  116]. 
soTH  .i.  beiriotas  'birth'. 
SOTHNGE  .i.  soitheangach  [fluent]  .i.  breitheamh  i.  e.  'a  judge'  adcoda 

sothnge  siodhughadh  .i.  dlighidh  an  breitheamh  sith  do  dhénamh 

'the  judge  has  to  make  peace'  [sothnge  .i.  sothenga,  Fél.  Jan.  1 3]. 
SRABH  .i.  iomad  -abundance'. 

SREANGADH  .1.  tarraiug  'drawing'  [nosrengat  a  eich,  Trip.  Eg.  1 5  a.  2]. 
SRÉ-iDH  .i.  caithidh,  no  teilgidh  'throwing'. 
SRiNGNE  .i.  ainm  an  roinn  bhigh  bhios  a  mbél  na  nâoidhean  a  mbroinn  a 

mathar  'name  of  the  little  part  (?)  which  is  in  the  mouth  of  infants 

in  their  mother's  womb'.  [larsrinci  oie  .i...  iar  ma  sreing  oie  A. 
|«  nomen  alicujus  partis  parva  qu£  sit  in  ore  infantis  in  utero  matris, 

Agall.  an  da  Suad,  LL.  p.  186.  b.  55.] 
SROGHAL  .i.  sgi'ursa  'a  whip', 

SRoiGHuiTHE  .i  do  sgiursadh  'whipped'.  Fél.  Prol.  43. 
SRONLAiNN  .i.  cumhdach  sréna  'covering  ofthenose'. 
SROTHSAOBHA  À.  s^obhchoire  'a  whirlpool'  .i.  coire  tuaithbhil  bhios  ar 

muiribh,  no  ar  uisgeadhaibh  'a  whirlpool  which  is  in  seas,  or  in 

waters'.  [tuaithbhil  occurs  LU.  p.  83.  a.  27.] 
SRijAMACH  .i.  sluaghach  'having  a  large  army'. 
SRÙAM.ACH  .i.  srotha  iomdha  'many  streams'.  [sal  sruamach  (.i.  srotha 

imdai  ind  ocus  ass)  Fél.  Aug.  25.] 


jo  O^Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  — 

SRUTH  SLEACHT  .i.  lorg  na  srothann  'the  track  of  streams'. 

STA  .i.  seas  'stând'  stà  a  athaigh  ar  Conall  .i.  seas,  etc.  'stand,  giant, 

said  Conall.' 
SUABH  .i.  soibhésach  'polite'. 
suABHAis  .i.  maith,  conâigh,  ailghean,  no  min  'good,  gentle,  kind  [sua- 

bais  .i.  sobésach,  Fél.  Jan.  1 3]'. 
suAiGH  ,i.  so  âgh,  sôinmheach,  no  sona  'prosperous'. 
SUAILL  .i.  beag  .  ni  suaill  .1.  ni  beag  'small'.  Three  Ir.  Hom.  p.  96. 
suBHA  .i.  subhachas  'mirth'.  Fél.  Jan.  6. 
suDRALL  ,1.  lochrann,  no  solas  'a  lamp,  or  light'  [suîhralla,  Trip.  Eg.  7. 

b.  2,  16.  b.  2]. 
suGHAiNTE  .i.  sughmajre  'a  whirlpool'. 
suiLMHEAR  .1.  tonn  'a  wave'. 
suiNiCH  .i.  so-einigh  no  deigheinigh  'libéral'. 
sûiRE  .i.  murdhuchann  'a  siren'. 
suiRiDH  .1.  ésgaidh  'active'. 
suiRiGH  .i.  amadân  'a  fool'. 

suiTHCEARNACH  .i.  cineach,  no  tiodhnacal  'favour  or  recompense'. 
suLBHAiRE  .1.  deagh  urlabhra  'éloquence'. 
SULT  .i.  dath  'colour'. 
suNNCHAiSTÉL  .i.  caislén  daingean,  no  ag  a  mbeith  babhunnathimcheall 

'a  strong  castle,  or  one  with  an  enclosure  round  it'. 
SUNTAIDH  .i.  ésgaidh  'quick', 
SUNTRAIGH  .1.  sonairt,  no  lâidir  'strong'. 
SUTH  .i.  sion  'weather'. 
SUTHAIN  .i.  siordhaidhe  'eternal' as  comhshuthain  an  mac  fris  an  athair  .i. 

as  coimhshiordhaidhe,  etc.  'The  Son  is  co-eternal  with  the  Father'. 


TABHAiRN  .i.  muir  'sea'  tar  tabhairn  -i.  tar  muir  'across  the  sea'. 

TACAR  .i.  maith  'good'  madh  tacar  léo  .i.  mas  maith  léo. 

TACHA  .i.  teirce  'scarcity'. 

TACHAiR  .i.  târla  'he  came'. 

TACHAR  .i.  deabhaidh,  no  comhrac  'conflict,  or  contest'. 

TACMANG  .i.  timcheall  'to  surround'  do  tacmhaing  .i.  do  thimchill  'he 

surrounded'. 
TADHÀD  .i.  gadaighe  'a  thief , 
TADHBHAD  .i.  taidhbhsi  'a  vision'. 
TADHBHAS  .i.  taisbénadh  'to  show'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  —  51 

TADHC-  .i.  fili  'a  poet'  [So  O'Dav.  p.  121]. 

TADHLACH  .i.  tuilleadh  uilc,  no  dochamhail  'an  addition  of  evil,  or  afflic- 
tion', Stokes,  Fél.  p.  cccxx. 
TAi,  no  TAOi  .i.  tosdach  'silent'. 
TAiBHREADH  .i.  taisbénadh  'showing'. 
TAiCHRE  .i.  tachar,  no  comhrac  'conflict'. 
TAiDE  .i.  tosach  'beginning'  taide  earraig  .i.  tosach  earraig 'beginning  of 

spring'. 
TAiDHBHSiN  .i.  taisbénadh  ''to  show'. 

TAiDHE  .i.  folach,  no  goid  'concealment  or  theft'.  Fél.  Oct.  10. 
TAiDHEAN_,  no  TAOïDHEAN  .i.  buidhcan  'a  host'  [Hipolitus  martir,  ba  mir- 

buil  a  thoiden,  (.i.  îhaitnem  no  a  buiden)  Fél.  Aug.  13,  cited  by 

O'Dav.  p.  123]. 
TAiDHiN,  no  TAOïDHiN  .i  linn  muilinn  'a  mill-pool'. 
TAiDHLEACH  .i.  taitfineamhach   'pleasant'    [toidlig   .i.    taitnemaig,   Fél. 

Prol.  78]. 
TAiMHTHiu  .i.  tâmh  tâoi  .i.  bas  re  hadhart  'death  on  the  pillow'  [taim- 

thiudh  .i.  bas  no  sercdighe  (death  or  bed  of  décline)  O'Dav.  p.  122 

taimthiu  .i.  aéc  fri  hadarî,  Fél.  June  30  —  îaimtiu.  euîaic  espoc,  Fél. 

July  2.] 
TAiRBHEARTA  .i.  tumta  'tumcd'. 
TAiRCHEADAL  .i.  fâisdinc  'prophecy'. 
TAiRCSiONACH  .i.  tarcaisncach  'contemptuous'. 
TAiREAG  .i.  turgnamh,  no  ullmhughadh  'raising  or  préparation'. 
TAiREALBH  .1.  taisealbhadh,  no  taisbénadh  'to  show' ag  tairelbh  doleasa, 

etc.  'showing  thy  rights'. 
TAiREAN  .i.  toirneamh  'descent'. 
TAiRGEADH  .i.  do  thigcadh  'to  come'. 

TAiRic  .i.  tig  'he  came'  tairic  éimh  .i.  tig  go  hésgaidh  'he  came  quickly'. 
TAiRisiN  .i.  tâobh  'side'  ni  thabairthe  duit  tairisin  forra  .i.  ni  tugtha  duit 

tâobh  riu. 
TAIRISIN   .i.  ceangal  'a  bond'  dénaidh  bhar  dtairisin  .i.  dénaidh  bhar 

ceangal  'make  your  covenant'. 
TAiRisioMH   .i.  comhnaidhe  'stabilily'  [tairisem  îalmain,  Pat.  h.  Goid. 

p.  i$o].  ^ 
TAiRMCHEALL  .i.  timchcall  'to  surround'. 
TAiRNic  .i.  do  criochnaigheadh  ''was  finished'. 
TAiRRNGiRE  .1.  gealladh  ^a  promise'. 
TAiRTBHE  .i.  tadhall,  no  cuairt  'a  visit  or  circuit'. 
TAiRTHiUDH  .i.  sgéla  'taies'. 


5  2  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  — 

TAiscÉLADH  .1.  brath  'judgmenl'. 

TAiSEALBHADH  .1.  taisbhéiiadh  'showing'. 

TAiSEALBHTHAR  .i.  taisbhéntar  'is  shown'. 

TAiTHCHEANNACH  .i.  atlimhalairt  'traffic'  Lh. 

TAiTHLEACH  A.  ccannsa,  no  sith  'quietness  or  peace'  [Taithlech  .i.  sidhu- 

ghudh  O'Dav.  p.  123]. 
TAiTHMHEACH  .i.  sgâoilcadh  'separating'. 
TAiTHMHEADH  .i   cuimhniughadh  'commémoration'  [taithmet  (.i.  jorailh- 

met)  anma  ignati  (commémoration  of  Ignatius'  name)  Colm.  h.  18, 

taithmet  fiadat  {commtmor3X\Qn  of  God),  Br.  h.  94]. 
TALCA  7  TAiLCE  .i,  treise,  no  calmadas  'strength  or  courage'  \co  talccai 

[i.  cotreisi  no  co  calmatus  no  coteindlus)  Fél.  Jun.  7]. 
TALCHAR  .i.  tolcharthanach  .i.  grâdhaighidh  a  thoil  féin  'one  that  loves 

his  own  will',  O'Conn. 
TALGADH   .i.  tathlughadh,   no   ceannsughadh    'pacifying'   [So  O'Dav. 

p.  122.  talgud,  Fél.  Oct,  29]. 
TALL  .i,  goid  'theft'  tallsad  .i.  doghoidsead  'they  stole'. 
TALL  .i.  bùain  'cul'  tallaidh  righe  aire  .1.  dobhean  righe  dhe  'he  snatched 

the  kingdom  from  him'. 
TAMH  .i.  plâigh  'a  plague'  [tam  .i.  bas  no  tairisidh,  O'Dav.  p.  121]. 
TAMHAN  .i.  corp  gan  ceann  'a  body  without  a  head'  {intamun  (gl.  radi- 

cem)  tamun  .i.  crann  diambenar  a  barr,  (a  tree  from  v^hich  its  head 

bas  been  eut  off)  Goid.  p.  26]. 
TAMHAN  .i.  gach  ni'  da  mbeanntar  a  cheann  'every  thing  of  which  the 

head  has  been  eut  off'  ro  bhadar  ag  tamhnadh  feadha  .i.  ag  gear- 

radh  feadha,  no  coilleadh  'they  were  cutting  the  woods'. 
TANGNACHT  .i.  meabhal,  no  feall  'treachery  or  deceit'. 
TAOD  .i.  dol  'to  go'  do  thâod  uainn  .i.  dochuaidh  uainn  'he  went  from  us'. 
TAOD  .i.  teacht  'to  corne'  tâod  chugainn  .i.  tainic  chugainn  'he  came 

to  us'. 
TAODBHALC  À.  TO  làïàÏT  'very  strong'. 
TAoi  .i.  bodhar  'deaf. 
TAOi  .i.  tosd  'silent'. 
TAOi  .i.  tionntùdh  'to  turn'  tâoi  do  lâmh  .i.  tionntôidh  do  lâmh   'turn 

your  hand'. 
TAP  .i.  obann,  no  bidhg  'sudden'. 

tar  .i.  tarcaisne  'contempt'  [tar  À.  aie,  Corm.  Tr.  p.  163]. 
TARAiLL   .i.   do  thadhaill,  no  dorighne  cuairt  'he  visited  or  made  a 

circuit'. 

TARCHODACH   .1.  olc  'Cvil'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  —  Sî 

TARCHOMHLADH  A.  gluasacht  'motion'. 
TARD  .i.  tug  'he  gave'  ni  thard  .i.  ni  thug  'he  did  not  give'. 
TARDHARC  .1.  dcarchadh  tharsa  'squinting',  O'R. 
TARGADH  .i.  tionôl,  no  cruinniughadh  'a  congrégation  or  gathering'. 
TARGLOMADH   .i.   tion(51   *^to   asscmblc'  targlomaid    .i.    tionéilid   'they 

assemble'. 
TARGNÔ  .i.  târ,  no  tarcaisne  ar  ghné  'contempt  on  the  face'. 
TARLAïc  .i.  do  chaith  'he  threw'  tarlaicthe  .i.  do  caitheadh  'thrown'. 
TARLAiDH  .i.  do  thadhaill  'lie  visited'  tarlaidh  an  talamh  .i.  do  thadhaill 

an  talamh  'he  visited  the  earth'. 
TARMAiRT  .i.  do  mheadhaigh  no  do  fhôbair  'he  increased,  or  began'. 
TARNAC  7  TAiRNic  .1.  do  criochnaighcadh  'wasfmished'. 
TARRACHTAiN  .i.  dioghail  'revenge'.  IV  Mast.  A.  D.  159$,  p.  1968. 
TARRASTAiR  .i.  tarla  'it  happened'. 
TARRGRAiGH  .1.  turas  'a  journey'  [targraidhe  .i.  toise  no  turus,  O'Dav. 

p.  119]. 
TARRÛDH  .i.  tarl6dh,  no  tarraing  'drawing'. 
TAS  .i.  comhnaidhe  'a  habitation'. 
TASCOR  .i.  cobhlach  'a  fleet'. 
TASCOR  .i.  tionôl,  muinntear,  no  imirce  'an  assembly,  foUowing,   or 

march'  [tasgur  .\.  muinntir,  O'Dav.  p.  124]. 
TATH  .i.  tâobh  'side'  fo  thath  na  râtha  .i.  fo  thâobh,  etc.  'at  the  side  of 

the  rath'. 
TATH  .i.  searg  'dry'  gan  tath  .i.  gan  searg  'without  dryness'. 
TATHAD  .i.  atâ  léo  'they  hâve'. 
TATHAiM  .i.  fuair  bas  'he  died'. 
TATHAM  .i.  atâ  liom  'I  have'tatham  dual  do  bhrug  .i.  atâ  adhbhar  brôin 

liom  'I  hâve  a  cause  of  grief  [tathum  .i.  ata  agam  O'Dav.  124]. 
TATHAoïR  .i.  égnachful,  no  trom  'reproach,  or  heavy'. 
TATHAS  .i.  do  thionôil  'he  collected'.  [îathus  .i.  rothinoil  no  ata  duit,  Fél. 

Feb.  5.] 
TATHLAiGH,  no  Ro  THATHLAiGH  .i.  do  chcannsaigh  'he  pacified'  [cf.  tal- 

gadh,  supra]. 
TEACMAïc  .i.  tarla  'it  happened'. 
teacmoc  .1.  toice,  no  turchar  'weahh,  plenty'. 
TEACHTADH  .i.  sealbhughadh  'possession'  teachtaisi  ôr  .i.  atâ  6r  agadsa, 

no  sealbhaigheadh,  etc.  'you  hâve  gold'. 
TEACHT  AS  .i.  dol  ann.  lodar  do  theacht  as  .i.  do  dholann. 
TEADAiDH  [tédaidh]  .i.  mear  'quick'  mac  tédaidh    .i.   mac  mear  'a 

quick  boy'. 


54  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  — 

TEADARRACHT  [tédarracht]  A.  dioghail  'revenge'. 

TEADNAS  [tédnas]  .i.  bufba,  no  mearrdhacht  'fury,  or  madness'. 

TEAGASG  .i.  drâoidheacht  'instruction'. 

TEALGADH  .i.  caitheamh  'consumption'. 

TEALACH  [télach]  .i.  sgdoilcadh  'dividing'. 

TEALLSADAR  .i.  doghoidsiod  'they  stole'. 

TEALLUR  .i.  talamh  'the  earth'  [teallair  .i.  a  tellure,  Corm.  Tr.  p.  i6i]. 

TEANLAMH  .i.  tenc  lâimhe,  .i.  teine  chreasa  '[a  spark]  fire  of  the  hand'. 

[tenlam  .i.  spréd  (a  spark)  .i.  teni  Lima,  Corm.  p.  42.] 
TEANNDAL  .1.  teine  dhâl  .i.  dâil  no  triall  go  teinidh  'a  a  flocking  to fire  » 

Corm.  Tr.  p.  160,  where  Stokes,  in  quoting  O'Clery,  says  'a  bon- 

fire,  perhaps'  ». 
TEANNGUG  .i.  tcann  'strong'. 
TEANNRADH  .i.  foiUsiughadh  'to  show'. 
TEARBADH  .1.  dcalughadh  'to  separate'  [terbadh  A.  innarbadh  no  delugudh, 

etc.  O'Dav.  120.  —  îerpi'id  L.  B.  p.  25  a,  inThree  Ir.  Hom.  p.  8]. 
TEARNÔDH  [térnôdh]  .i.  thuitim  'he  fell'  go  tternô  in  a  chodladh  .i.  gur 

thuit  na  codladh  'so  that  he  fell  asleep'. 
TEASGAL  .i.  anfadh  'a  storm'. 
TEATHRA  A.  muir  'sea'. 

TEATHRA  .i.  badhb,  no  feanôg  'a  royston-crow,  scall-crow'. 
TEiBEADH  .i.  buain,  no  tarraing  'to  draw  or  extract',  O'Conn. 
TEiBEARSAiN  NA  FOLA  .i.  sileadh,  no  snighe  na  fola  'dropping  of  blood'. 
TÉicLiDHE  .i.  suaimhneach  'tranquil'. 
TÉiDE  .i.  âonach  'a  fair'. 

TÉiDE  .i.  tulach,  no  cnoc  âonaigh  'hill  of  assembly'. 
TÉiDEiCH  .i.  eich  âonaigh  'horses  of  a  fair'. 
TEiDHM  .i.  bas  'death'. 

TEiDHMNÉACH  .i.  tâomannach  .i.  drochaigeantach  'begrudging'  O'R. 
TEiDHMNEACH  A.  dâsachtach  Tierce'. 
TEIDHMNEACH  A.  duinc  dcabhthach,  no  ceannairceach  'a  quarrelsome 

man'. 
TEiMHEAL  .i.  sgâth,  no  folach  'shadow,  or  concealment'. 
TEiMHLiuGHADH  .i.  duaithniughadh  'darkening'. 
TEiNMHEADH  A.  gcarradh  'cutting'. 
TEiSBEiRT  .i.  médughadh  'increase'. 
TEisiTE  .i.  sileadh  fola,  no  fearthana,  etc.  'the  dropping  of  blood  or  of 

rain,  etc.' 
TE1.STE  .i.  sileadh  uisge,  no  fola,  etc.  'the  dropping  of  water  or  of  blood, 

etc.' 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  t.  —  $  5 

TEiTH  [téth]  .i.  mi'n  'small'  téithbhlaithe  .i.  min  blâit  'small  blossom'. 
TEiTHiN  [tethin]  .i.  titan  .i.  grian  'the  sun'  amhail  teithin  .i.  amhail 

teithin  .i.  amhail  ghrein  'sunlike'. 
TEMHE  .i.  bas  .  amhail  atâ  isin  rann  so  ag  moladh  Choluim  Chille  : 
Maith  a  bhath,  is  maith  abhâs 
Maith  a  dhiobhadh  fri  dâonghnâs 
Fô  lith  doluidh  i  temhe, 
Colum  aobhdha  aingHdhe. 

lonann  sin  re  a  radh  7  gurab  maith  an  sén  a  ndeachaidh  Coluim 

dochum  bhâis,  etc.  ^death,  as  it  is  in  this  stanza  praising  Colum 

Chille  etc.  [F6  dibad  .i.  maith  a  epiltiu  ar  fit  dibad.,  7  hath  y  baj  terne 

k  sluid  epilten,  LU.  9.  b.  8.] 
TEOL  .i.  iomad  'abundance'. 
TEOL  .i.  gadaighe  'thief  na  bainteolaigh  .i.  na  mnâ  do  niodh  goid,  no  do 

niodh  gniomha  go  folaightheach  'women  who  steal'. 
TÉT  .i.  tiompan  'a  timbreP,  Beitr.  VIII,  32. 
TÉT  .i.  tuath  thire  .  tête  .i.  tuatha  'the  north  of  a  country'. 
THANRAiGHE  À.  thanurraighc  .  fâguibh  thanraighe  ad  dhiaigh  .i.  fàg  tha- 

nurraighe'. 
TiACHAiR  .i.  feargach,  no  teinn  'angry'. 
TiACHRA  .i.  gliocas  'cleverness'.  Fél.  Nov.  12. 
TiAMHDHA  .1.  dorcha  'darkness'  [admat  na  ba  tiamdai,  Fél.  Prol.  294, 

quoted  by  O'Dav.  p.  122]. 
TIAMHDHA  .i.  mail  'slow'.  Ni'r  gniomh  tiamhdha  .i.  nir  ghniomh  mail. 
TiBHis  .i.  do  righne  gâire  'he  smiled'. 
TiBHRE  .i.  amadân  'a  fool'. 
TiBHRiGH   .i.  gâireachtaigh  'laughing'.  fri  tuinn  tibhrigh  .i.  fri  tuinn 

ghâireachtaigh. 
TiMCHEALL  NA  MACRAiDHE  .i.  an  égmais  na  macraidhc  'except  the  youths', 
TiMDHiBHE  .1.  laghdhughadh  'diminution'. 
TiMDHiBHE  .1.  miUcadh  'destruction'.  Codach  gan  timdhibhe  .i.  gan  an 

codach,  no  an  caradradh  do  mhilleadh  'without  destroying  friend- 

ship'. 
TIME  .i.  tofliun,  no  teas  'lukewarmness'. 
TIN  .i.  tiugh  'thick'. 
TIN,  no  TiON  .i.  leagadh  'to  melt'  rothin  an  tôr  .i.  do  leagh  'he  melted 

the  gold'. 
TIN  .i.  méith,  b6g,  no  mâoth  'soft'  [tin  .1.  bog,  O'Dav.  p.  123]. 
TIN  .i.  tosach  'beginning'  [tin  .i.  tosach  no  bunadh,  O'Dav.  p.  124]. 
TiNCHisiN  .i,  friothâileamh  'service'. 


56  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  — 

TiNG  .i.  teanga  'longue'. 

TiNM  .i.  tuigsin  'understanding'. 

TiNNRiOMH  .i.  criochnugadh  'completion'  [tindrium  LB  35  a,inThree  Ir. 

Hom.  p.  116.  trisin-îindrim  (gl.  per  executionem)  Ml.]. 
TiOMARNADH  .1.  aithnc  'a  command'  [Trip.  Eg.  2.  a.  i.]. 
TiOMCHAiRE  .i.  tiomchroidhe,  no  maothchroidhe  'tender  heart'. 
TiOMGHAiRE  .i.  iarraidh  'a  request'  ni  dhlomhann  is  ni  thiomghair  .i.  ni 

dhiultann,  is  ni  iarrann  'he  did  not  refuse  and  lie  did  not  ask'. 
TiONCAR  .i.  friothâileamh  'service'. 
TiONCHOSG  .i.  teagasg  'instruction'. 
TioNNRAMH  .i.  friothâileamh  ''service'. 
TiONNSANADH  .i.  sileadh  'dropping'. 
TioNNSCRA  .i.  coibhche  'purchase'  tulach  na  tionnsgra  in  aonach  Tail- 

tean  .i.  tulach  na  coibhche,  etc.  'the  hill  of  purchase  at  the  Fair  of 

Teltown'  [This  example  is  also  given  under  Coibhche,  andinCorm. 

Tr.  p.  48  under  Coibchi], 
TiORCOMHRAC  .i.  tionôl  'assembly'. 
TiORFHOCHRAïc  .i.  ceannach  'purchase'. 
TioTAN  .i.  grian  'the  sun'. 
TIR  GAN  TdiN  gan  BEL  .i.  gan  slighe  innte  na  eisde  'i.  e.  without  a  path 

into  it  or  out  of  it'. 
Tia  TRÉ  THOLL  .i.  reilcacc  'a  churchgard'. 
TiUGH  .i.  deireadh,  no  deigheanach,  amhail  atâ  tiugh  laithe  .i.  laithe  .i. 

laithe  deigheanach  7  tiughchodladh  .i.  codladh  deigheanach  'end,  or 

last,  as  tiughLiiihe,  the  last  day,  and  tiughchodladh,  the  last  sleep'. 
TLACHT  .i.  brat  'a  cloak'  [tlacht  .i.  edach,  O'Dav.  p.  1 19]. 
TLACHT  .i.  talamh  'the  earth'  [Fél.  Jan.  4]. 
TLACHT  .i.  dath  'colour'. 
TLAS  .i.  aonach  'a  fair'. 

TLAS  no  TLus  .i.  âirnéis  no  spréidh  'cattle,  or  booty'. 
TLi'  .1.  tlacht  'colour'. 
TLUS  .i.  brég  'false'. 

TNÙ  .i.  teine  'fire'  for  tnô  .i.  ar  teinidh  'on  fire'. 
TNUTHACH  .i  deabhthach  'hasty'. 
TÔ  .i.  teanga  'tongue'. 
t6  .i.  balbh  'dumb'. 
TÔ  .i.  tosd  'silent'  fearr  là  labhra  .i.  as  fearr  tosd  ina  labhra  'silence  is 

better  than  speech'. 
TOCHA  .i.  cion,  annsa,  no  grâdh  'love',  .i.  as  é  ba  tocha  lais  .i.  ba  hannsa 

lais. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  —  57 

TOCADH,  no  TACCADH  .i.  sonas  'wealth'. 
TOCHEiM  .i.  céim,  no  coisceim  cium  'a  step'. 
TocHRA  .i.  coibhche  'dower'. 
TOCHT  .i.  sp611a  'a  pièce'  tri  tochta  .i.  tri  spolia  ''tliree  pièces'  [L.  B. 

62,  b  in  Tiiree  Ir.  Hom.  p.  60]. 
TOCOMHLADH  .1.  ceimniughadh  'walking'. 

TODHdcHAiDHE  .i.  an  aimsir  nach  ttainicc  'tlie  time  which  hasnot  corne', 
TOGHACH  .i.  toghaidlie  'chosen'. 
TOGHAiRM  .i.  atach,  no  guidiie  'a  pétition  or  request'  [Togairm  Findtai, 

Fél.  Feb.  21.  —  nôebtogairm,  tr.  «  a  holy  invocation,  »  Sanct.  h.  3]. 
TOGBHAiL  .i.  taisbénadli  'showing'. 

Tel,  no  TAoi  .i.  breith  .  gur  thôi  .i.  go  rug  «  genuit  »  Beitr.  VIII.  346. 
TOiCH  .i.  dûthaigh  'native,  belonging  to'. 
TOiCH  .i.  duthchas,  no  dligheadh  'a  right'  toich  dhuit  cidh  ad  ri,  toich 

dhuit  cidh  ad  draoi  .i.  atâ  duthchas,  no  dligheadh  agad  bheith  ad 

righ  7  ad  draoi  'it  is  right  for  you  to  be  king  and  druid'. 
TOiCHEALL  .1,  imthcacht  'ajourney'.  [toicheall  gach  nimtheacht,  For.  Foc, 

LL.  395.  a.] 
ToiCHiM  .i.  siubhal  *to  walk'.  toichim  rioghnaidhe  léo  .i.  siubhal  riogh- 

naidhe. 
ToiCHioLL  .i.  buaidh  'victory'. 
ToiCHNEADH  .i.  irosgadh  'fasting'. 
TOiDHEARNAMH  .i.  pian  'punishment'. 
TOiMHÉLA  .i.  caithfidh  'he  will  consume'.  Beitr.  VIL  18. 
TOiMHLis  .i.  caithis  'he  consumed'. 
ToiMHSEACH  TREABHAiDH  .i.  treabh  no  baile  da  dtoimhsdi  cios  'a  fee- 

farm',  O'Conn. 
TOiNiuDH  .i.  teacht.  iomthoiniudh  .i.  imtheacht  'coming'  [toniud,  Patr. 

h.  Goid.  p.  1 50  1.  6]. 
TOiNNEAMH  .i.  bâs  'death'.  leacht  tea  iar  dtoinneamh  .i.  iar  mbâs  'the 

grave  of  Tea  after  death'. 
TOINNEAMH  .i.  bradân  'a  salmon'. 
t6ir  .i.  fôirithin  'relief,  assistance',  O'Conn. 
TOiRBHiRT  .i.  tabhairt  'giving'. 

toirtenn  GLEiDiN  .i.  as  tôirtheannangleodh  é 'their  contestisstubborn'. 
TOisciDHE  .i.  toil  'will'  ba  toiscidle  doibh  .i.  ba  toil  doibh  'it  was  their 

will'  [toise  .i.  voluntas  hominis,  Corm.  p.  41]. 
TOIT  .i.  uiliataidh,  no  uilidhe  'the  whole'. 
t6la  .i.  iomarcaidh  'excess'. 
TOLG  .i.  leabhaidh  'a  bed'. 


5  8  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  — 

TOLGDHA   .i.  diomsach  'proud'  [tolgdai  {.\.  diumsach)  Fél.  Prol.  125, 

quoted  by  O'Dav.  p.  122]. 
TOMHAiDHM  A.  loch,  no  abhann  bhriseas  as  talmhain  'a  lake  or  river 

which  bursts  out  of  the  ground'. 
TOMHAiLT  .i.  caitheamh  'consuming'  toimhlim  .i.  caithim  '1  consume'. 
TOMHAiTHEAMH  .i.  bagar  '  a  threat'. 
TOMLACHT  .i.  bleaghan,  no  crùdh  'milk,  or  curds', 
TOMHRA  .i.  tearmann  'protection'. 
TOMTHACH,  no  AN  TOMTHACH  .i.  an  bagarthach,  no  an  fear  do  ni  bagar 

'a  threatener,  or  man  who  threatens'  [Colm.  h.  58]. 
TONACH  .i.  nighe  'washing'  [tonach  .i.  nighi^  O'Dav.  p.  123]. 
TONACH  .i.  léine  'a  shirt'. 
TONACH  .i.  brat  'a  cloak'. 

TONN  .i.  tachdadh,  no  teannadh  'choking  or  tightening'. 
TONN  .i.  croiceann  'a  skin'. 
TONN  .i.  luaith  'swift'. 
TONNACH  .i.  sonnach  .i.  babhun  'rampart'. 
TONNADH  .i.  neimh,  no  deoch  ina  mbf  neimh  'poison,  or  drink  in  which 

is  poison'.  Fél.  Ep.  J52. 
TOPLÎUN  .i.  time^  no  teas  'heat'. 
TOPNASCA  .i.  meall,  no  cuairscin  bhios  cruinn  'a  bail,  or  a  small  packet 

which  is  round'. 
TOR  ,i.  tuirsi  'fatigue'  toras  .i.  tuirsi  'fatigue'. 
TOR  .i.  ri  no  tighearna  'king  or  lord'. 
TOR  .i.  eagla  'fear'. 

TORC  .i.  croidhe  'heart'  [îorc  .i.  nomen  do  cride^  Corm.  p.  43]. 
TORC  .i.  eineach,  no  aghaidh  'face'  [tore  A.  enech  no  aiglie  no  cride,  O'Dav. 

p.  121]. 
TORCHAiR  .i.  do  thuit  'he  fell'. 
TORLA  .i.  urra  'a  surety'. 
TORMACH  .i.  médughadh  'increase', 
TORMUiLT  .i.  tomhailt,  no  caitheamh,  etc.  'consumption' 
TORRACHT  .i.  cruinn  'round'  tarbh  torrachta  .i,  é  cruinn  ar  a  reamha. 
TORRACHTAiN  .i.  teacht  'coming'. 
TORT  .i.  bairghean  'a  loaf- 
ToRTUGHADH  .i.  coimhéigniughadh  'oppression'. 
TOSCAL  .i  toicheastal  'an  army',  O'Conn. 
TOSGUGHADH  .i.  gluasacht  'motion'. 
TOT  .i,  tonn  'a  wave'. 
TOTH  .i.  gach  bain  innsce  7  gach  bean  'every  féminine  word,  and 


O'Clery's  Irish  Gbssary.  —  T.  —  59 

every  woman'  [Toth  A.  cech  banindsce  7  cech  femen,  etc.  Corm. 

p.  42]. 
TRACHLADH  .i.  sgâoilcadh  'separating'. 

TRACHT  .i.  neart  'strength'  dithraicht  .i.  aimhneartmhar  'powerless'. 
TRAiP  .i.  luath,  no  obann  'swift  or  sudden'  [Troid  .i.  obann  i  no  luaîh, 

etc.  Corm.  Tr.  p.  162]. 
TRAiLL   .i.  losad.  7  on  focal  so  trullo  a  dubhradh  'kneading-trough, 

and  it  is  called  from  the  word  trullo'.  [Traill  À.  a  nomine  trulla  .i. 

lossat,  Corm.  Tr.  p.  162]. 
TRATRACH  CRioN  .i.  traithninc  criona  'withered  grass'  brisidh  a  cuibh- 

righe  amhail  thrathrach  cn'on  .i.  amhail  trâithninibh  'their  bonds 

break  like  withered  grass'. 
TRÉ  .i.  trid  'through'  tré  na  sgéith  .i.  trid  a  sgéith  'through  the  shields'. 
TREABHAiRE  .i.  urra  'surety'. 
TREABHAR  .i.  glic,  no  crionna  'wise'. 
TREABHLACHT  .i.  luchd  treibhc,  no  tighe  'the  people  of  a  tribe  or  of  a 

house'. 
TREACHLADH  .1.  sgâoïleadh  'separating'. 
TREACHNAiLL  .i.  trén  chloinn  'strong  children'. 
TREADHAN  .i.  trosgadh  'fasting'.  [tredan,  Fél.  Jan.  1 5,  and  cf.  trednaig  .i. 

troscig,  Feb.  25.] 
TREADHMO  .i.  créchta  'wounds'. 
TREAMHAM  .i.  thriom  'through  me'. 
TREAMPA  .i.  triotha  'through  them'. 
TREANA  .i.  lamhchomairt,  no  bualadh  bas  'a  clapping  of  hands'  treana 

tailltean  .i.  bualadh  bas  no  égcâoine  do  bhiodh  adtailtin  'a  beating 

of  hands  or  lamentation  which  is  at  Teltown'. 
TREANADH  .i.  câoincadh  'lamentation'. 
TREATHAN  .i.  throigh  'a  foot'. 
TREATHAN  .i.  tonn  'a  wave'. 

TREATHAN  .i.  fairrge  'sea'  [trethan  (i.  fainge  .i.  in  muif)  Fél.  Prol.  216]. 
TREATHAN  À.  ainbhthean,  no  gairbhthean  mara  no  uisge  'a  storm  or 

rough  weather  on  sea  or  water'.  [Fél.  June  3.   Treathan  .i.  anfen, 

O'Dav.  p.  122.] 
TRÉ  CHEANN  .1.  tri'  cinn  'three  heads'. 
TRÉDHEANAS  .1.  trosgadh  'fasting'. 

TRÉFiD  .i.  séideach  'blowing'  [treifet  .i.  seide,  O'Dav.  122]. 
TRÉ  FHioRT  .i.  tri  fearta,  no  tri  miorbhala  'three  miracles'. 
TRÉ  FHOD  .1.  tri  fôide  'three  sods'  [Trefot  .i.  erin  7  manann  7  albu.  Corm. 

Tr.  p.  163.  Trevet,  Co.  Meath,  Four  Mast.  A.  D.  734]. 


6o  O'Clery's  Irish  Glossary.  —  T.  — 

TREiDHE  .i.  tri  nf  'three  things'. 

TREiMHiD  .i.  irid  'through'. 

TREiTH   .i.  ainéolach  'ignorant'  gan  treithe  .i.  gan  ainéolas  'without 

ignorance'. 
THRÉODSA  .i.  thriodsa  'througli  thee'. 

TRÉ  RANN  .i.  tri  rainn,  no  tri  cotchanna  'three  parts  or  three  pièces'. 
TRÉ  uiLL  .i.  tré  uilleannach,  no  tri  huilleanna  'triangular'. 
TRiAMHAiN  .i.  tuirscach  'tired'.  Fél.  Prol.  26. 
TRiAMHNAS  .i.  Hieatacht  'cowardice'. 
TRiANDRONG  .i.  tri  dcocha  'three  draughts'. 
TRiATH  .i.  ri  "^king'. 
TRiATH  ,i.  tighearna  'lord'. 
TRIATH  .i.  tonn  'wave'. 
TRIATH  .1.  tore  'hog'. 
TRIATH  .1.  tulach  'hill'. 
TRiLis  .i.  folt  'hair'. 

TRiocHA  nô  TRioCHAD  .i.  3  dcich  fichead  'thirty'. 
TRiST  .i.  tuirseach  'sorrowful'. 
TRÎST  .i.  mallacht  'a  curse'. 

TROCHLADH  .i.  sgâoilcadh  7  trûailleadh  'separating,  and  corrupting'. 
TROGH  .i.  clann  'children'. 
TROGHAiDHE  .i.  trôghoidhcadha  .i.  truagh  anoidheadha  .i.  a  mbâis.  Cath 

môna  troghaidhe,  eîc.  'i.  e.  trôgh  (sad)  oidheadha  (deaths)  sad  their 

deaths'. 
TROGHAiN  .i.  turgbhâil  greine  .i.  eirghe  greine  'sunrise'  [Trogein  .i.  gein 

7  tr6g  .i.  turgabail  na  greine,  etc.  Corm.  p.  42]. 
TROiGHTHEACH  .i.  coisidhe  'a  footman'. 
TROiSTE  .i.  tresdéil  '^trust,  confidence',  O'Conn. 
TROM  .i.  tuirseach  ^tired'. 

TROM  .i.  tomhra  .  7  tomhra  .i.  tearmonn  'protection'. 
TRUCHA  .i.  trochughadh  .i.  gar  secle,  no  gearr  shaoghal  'short  life'. 
TRULL  .1.  ceann  'head'. 
TUA  .1.  tô  ainche  .i.  tosd  'silence'. 

TUACHAiL  .i.  glic  'clever'  édtuachail  .i.  aimhghlic  'not  clever'. 
TUACHAiL  .i.  toicheall  .i.  imtheacht  'journey'. 
TUADHMHAOïLE  .i.  monga  don  tâobh  bhudhtuaidh.  'hair  onthe  leftside', 

Tuadhmhâoile  forra  .i.  a  monga  don  tâobh  budh  thuaidhorra. 
TUADHMHAOïLE  PAIR  .i.  foit  siim,  xiô  tiugh,  nô  cas  'smooth  or  thick 

hair'. 
TÛAGHA  .i.  lubâin,  no  stûagha  'hooks'. 


O'Clery's  Irish  Clossary.  —  T.  —  6i 

TÙAGHA  CONGABHAID  A  BHRAT  .i.  sduagha,  HO  lùbâin  chongbhas  a  bhrat 

'hooks  which  fasten  his  cloak'. 
TUAGHA  .i.  bac^na  'hooks'  foslaic  trait  tûagha  .i.  sgâoil,  no  osgail  go 

luath  na  bacâin  'he  quickly  undid  the  hooks'. 
TUAGHROD  .i.  sHghc  'a  path'. 
TUAiCHLE  .i.  drâoidheacht  'sorcery'. 
TÛAiM  .i.  tâobh  '  a  side'  tuaim  tuinne  .i.  re  taobh  tuinne. 
TÛAiM  .i.  cloidhe  'a  dyke'. 
TÛAiM  .i.  baile  'a  city'. 
TLÏAiM  .i.  fearann  'land'. 

TUAMANN  .i.  borb  'mad'  tarbh  tuamann  .i.  tarbh  borb  'a  mad  buU'. 
TUARA  .i.  sâsadh,  no  beatha  'comfort,  or  life'. 
TUARGAiBH  .i.  do  thoccaibh  'he  raised'  [F.  h.  24]. 
TUASLAGADH  .i.  sgâoileadh,  no  fuaslagadh  'loosening'. 
TUATHCHuiRD  .i.  tuathcheird  .i.  ceird  thùathamhail,  no  drâoidheachta 

'witchcraft'. 
TUBHA  .i.  taisbénadh  'showing'. 
Tuc  .i.  tec  .i.  cnaimh  'a  bone'. 

TUCCAiD  .i.  adhbhar  'a  cause'  tri  tuccaide  .i.  tri  hadhbhair  'three  causes'. 
TUCHT  .i.  cruth  'form'. 
TUCHT  .1.  trath  no  aimsear  '^space  of  time'  tucht  imrulaidh  an  Dubh  Sâoi- 

leann  7  an  Liath  Mâcha  .i.  an  trath  do  imthigsead  no  do  chéim- 

nigsead.    'When  the  Black  of  Saoileann  and  the  Grey  of  Mâcha 

(Cuchulainn's  horses)  advanced'. 
TUCHTAiGH  .i.  cumhachtaigh,  no  cruthaigh,  no  toghaidhe  'powerful  or 

beautiful  or  chosen'. 
TUDHCHADAR  .1.  tangadar  'they  came'. 
TUDHCHAiDH  .i.  tainicc  'he  came'. 
TUGHA  .i.  tuighe  'straw'. 
TUicsi  .i.  toghaidhe  'chosen'. Fél.  July  21. 
TUiDHLE  .i.  taidhleach,  no  taithneamhach  'pleasant  or  bright'. 
TUiDHME  .i.  coimhcheangal  'conjunction'.  Fél.  Oct.  17. 
TUiL  .i.  on  chodlad  'to  sleep'  tuiHs  .i.  codlais  'he  slept'. 
TuiLLis  .i.  médaighis  .i.  ro  thuill  .i.  domhedaigh  'he  increased'. 
TUiLLSEADAR  .i.  do  chodlodar  'they  slept'. 
TuiNiDHE  .1.  sealbh  'possession'  fir  torachda  tuinidhe  .i.  an  lucht  frith 

na  gcomhnaidhe  as  léo  sealbh  6  cheart  'men  who  seek  possessions'. 
TuiNNEADH  .i.  bâs  'death'. 

TUiNNEAMH  .i.  bâs  'death'  iar  dtuinneamh  .i.  iar  mbâs  'after  death'. 
TuiR  .i.  tighearna,  nô  tôiseach  'lord  or  prince'. 


62  O'Clery^s  Irish  Glossary.  —  T.  — 

TuiRCHREic  .i.  luâighidheachd  'reward'  [turcrek  .i.  tuarustal,  O'Dav. 

p.  ii8]. 
TuiREANN  .i.  cruithneachd  ''wheat'. 
TuiRiDH  .i.  l'arraidh  'a  request'. 
TuiRiDH  .i.  tuireannta  'burdened,  O'R.' 
TUiRiGHiN  .i.  ri  'a  king'. 
TUiRiGHiN  .i.  breitheamh  'a  judge'. 
TUIRIGHIN  .i.  tuir,  no  gabhal  cheangbhas  teach  'a  pillar  which  supports  a 

house'. 
TUIRIGHIN  .i.  teanga  'a  longue'. 

[Tuirighin  righ  ruamna  gal^ 
Tuirighin  bretheamh  bldthmach, 
Tuirighin  tuir  fhuilnges  tech, 

Tuirighin  teangadh  iuirmeach.  For.  Foc.  LL.  395.  a.] 
TUiRiNN  .i.  cruithneacht  'wheat'.  A  mhuhilinn  (sic),  ro  meilt  anba  do 

thuirinn  .i.  do  cruitneacht  '0  mill,  which  hast  ground  much  wheat' 

[Four  Mast.  A.  D.  647.  See  also  Fél.  p.  lxxxviii.] 
TuiRisc  .i.  tuarasgbhâil  'information'. 
TUiRisc  TAiDHE  .i.  tuarasgbhâil  tâidhe  .i.  foillsiughadh  gada  'conviction 

oftheft'. 
TUiRT  .i.  aimsior  'time'. 

TUIRTHEACHDA  .i.  Sgéla  'Storics'. 

Tuis  .i.  ààe  uais  .i.  fear  uasal  'a  nobleman'. 

TuiSDiGHE  .i.  athair  7  mathair  'father  and  mother'. 

TuisDiN  .i.  cruthugadh  'création'. 

TUisiLL  .i.  aindligheadh  'illegality'. 

TuiTH  .i.  tâth  'side'  tri  tuith  for  a  ngcloidheamh  .i.  tri  tàthaighthe  ar  a 

ngcioidheamh  'three  sides  to  a  sword'. 
TUL  .i.  gnùis,  7  édan  'face,  and  forehead'. 
TUL  .i.  tuile  'increase'. 
TUL  .i.  obann  'sudden'. 
TUL  .i.  nés  'manner'. 
TUL  .i.  gach  ni'  nocht  'everything  naked'. 
TULCHA  BRiATHAR  .i.  coHiôrtus  'comparison'. 
TULGHLAN  .i.  tulach  gian  'a  fair  hill'. 
TULSCAN  .i.  tulsgâineadh  .i.  sgâoileadh  'loosening'. 
TULTAPADH  .i.  tap  a  gcion  'a  mishap',  O'Conn. 
TiiR  .i.  iarraidh  'a  request'  [So  O'Dav.  p.  123]. 
TÙR  .i.  sgrudadh  'searching'. 
TUR  .i.  turas  ^a  journey'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  U.  —  ôj 

TUR  .i.  tuirsi  'fatigue'  a  ttur  .i.  a  ttuirsi  'in  fatigue'. 
TURA  .i.  iomad  ''abundance'  tura  namhad  .i.  iomad  namhad  'abundance 

of  enemies'. 
TURBA  .i.  buidhean  'a  troop'. 
TURBHAiDH  .i.  urbaidh,  no  tubaisde  'misfortune'. 
TURCHOMRAC  .i.  cruinniughadh,  n6  tionôl  'an  assembly'. 
TURGAiBH  .i.  togbhaidh,  nô  do  thôgaibh  'he  raised'. 
TURGBHAiL  .i.  tôgbhâil  'to  raise'. 
TURGBHALA  .i.  cionta  'guilt'. 
TURGBHALACH  .i.  ciontach  'guilty'. 
TURNA  TEiNEADH  .i.  nâmha  teineadh  'a  furnace'. 
TURSCOLBADH  .i.  iomad  deabhtha  'plenty  offighting'  scolb  .i.  deabhaidh 

no  cathughadh  'conflict  or  fighting'. 
TUSCARNADH  BRiATHAR  .i.  cumadoracht  'invention'. 

U. 

UAiCHLE  .i.  uallcha  'pride'. 

UAiGHRÉiR  .i.  réir  iomlân  'full  sway'  [cf.  inuage  [.i.  in  imlaine^  Fél.  Prol. 

2551- 
UAiLL  .i.  diomas  'pride'. 
UAiLL  .i.  oirdheirc  'iliustrious'. 
UAiM  .i.  fuaighel  'a  seam'. 
UAiN  .i.  câirde  'friendship'. 

UAis  .i.  uasal  'noble'  uâis  inghean  .i.  inghean  uasal  'a  noble  maiden'. 
UAiTHCHLE  .i.  uathbhâsacha  'dreadful'.  O'R. 
UALLACH  .i.  eolach  'learned'as  é  rob  uallcha  .i.  dob  eolcha  'It  is  he  who 

was  most  learned'. 
UAN  .i.  cubar  'foam'. 
UATH  .i.  omhan,  no  eagla  'fear'. 
UATH  .i.  sgé,  no  sgeach  'whitethorn'  [uath  .i.  sce,  ar  imat  a  delg  (from 

the  abundance  of  its  thorns)  Corm.  Tr.  p.  165]. 
UATH  .i.  ùir  '^mould'. 
UATH  .i.  uathmhar  'terrible'. 
UATHADH  .i.  beagàn  'a  little'. 
UBH  .i.  dias  chloidhimh  'the  point  of  a  sword'.  Lh. 
UDHBHAiRT  [an  offcring]  .i.  uadh  bearar,  7  ni  haige  an  as  'from  thee  it 

is  brought,  and  not  with  him  is  it'  [So  Corm.  Tr.  p.  167]. 
UDHMADH  .i.  dùnadh  'an  enclosure'. 
UDHMADH  .i.  ainm  don  ré  ghadraigh  trésa  ttéid  an  crann  bhios  ar  an 


t 


64  O'Ckry's  Irish  Glossary.  —  U.  - 

gcléith  ag  dunadh  ar  na  ceathraibh,  no  ar  an  âirnéis  'a  name  for 

through  which  goes  the  bar  that  is  on  the  hurdle  enclosing 

cattle'.  See  Corm,  Tr.  p.  164. 
UDHMALL  .i.  luath_,  no  siubhlach  .  na  bi  for  udmaille  .i.  na  bi  ag  siu- 

bhal  'swifc,  or  walking  :  he  was  not  walking'  [uimaille  «  motion  », 

Colm.  h.  5]. 
UGA  .i.  togha  'chosen'. 
UGADH  .i.  breith  'birth'.  6  romugadh  no  moiltear  .i.  6  rugadh  mé  oiltear 

mé  .  'after  I  was  born  I  was  nursed'. 
UGRA  .i.  deabhaidh,  no  cathughadh  ^conflict  or  fighting', 
uiBNE  .i.  leastar  beag  no  soidheach  beag  'a  small  vessel'.  [Uibne  À. 

nomen  do  lestur  hic  ambi  deog^  etc.  Corm.  Tr.  p.  167.] 
uiBNE  .i.  ibne  .i.  ibhe,  no  61  'drinking', 
uiDH  ,i  aire  'care',  Lh. 
uiDHEACH  .i.  odhach  .i.  ceolmhar  'musical'. 
uiDHiDHEACHT  .i.  on  chcol  'music'. 
uiGiNGE  .i.  cobhlach  'a  fleet'  .  tâoiseach  uiginge  .i.  tâoiseach  cobhlaigh 

*the  commander  of  a  fleet'. 
ijiM  .i.  talamh  'earth'. 

uiM  .i.  umha  'brass'.  Corm.  p.  44,  O'Dav.  p.  124. 
uiNCHE  .i.  cath  'battle'. 

uiNNE  .i.  câoch  'blind'  cùa  uinne  .i.  cua  câocha  'blind  nuts'. 
uiNNEAMH  .i.  neart  'strength'. 
uiNSi  .i.  atâ  'is'. 

uiRLisi  .i.  garrdha  'a  garden,  yard'. 
uiRTHREANA  .i.  feirsde  'pools'  .  for  uirthreanaibh  na  tragha  .i.  ar  fears- 

adaibh  na  tragha  'on  the  pools  of  the  shore'. 
uis  .i.  umhal  'humble'  don  ri'gh  badar  uisi  .i.  do  bhadar  umhal  'to  the 

king  they  were  humble'  [Fél.  Jun.  19]. 
ULAiDH  .i.  srathar  'a  pack-saddle'.  Beitr.  VIII.  J40. 
ULCHA  .i.  fésdg  'a  beard'. 
UMHALÔiD  .i.  umhlachd  'humility'. 

UMHARRADH  .i.  umha  sruth  .i.  sruth  an  umha  'a  vein  of  copper'. 
UPTHA  .i.  piseôga  'sorcery'. 
UR  .i.  orgain  'plunder'. 
ÙR  .i.  teine  Tire'. 
ÛR  .i  gach  noie  'everything  evil'. 
UR  .i.  uasal  'noble'. 
UR  .i.  imeal  'border'. 
UR  .i.  tosach  'beginning'. 


O'Clery's  Irish  Glossary.  —  U.  —  6^ 

URBHAiDH  .1.  coimhéd  'guard'  as  tu  Ciï  urbhaidhe  fil  la  hulltaibh  .i.  Cù 

coimhéda  'thou  art  the  watch-dog  with  the  Ultonians'. 
URCHAiLTE  .i.  toirmisgthc  forbidden'. 

URCHUiDMHEADH  À.  dîultadh,  HO  Icith  sgél  'a  déniai  or  excuse'. 
URGHAis  .i.  clâochlôdh  séd  '^change'. 

URGBHAiL  .i.  tôgbhail  'raising  up'  [Urgal  .i.  îogal,  Corm.  Tr.  p.  166]. 
URGNAMH  .i.  fleadh  'feast'. 

URLAiDHE  .i.  deabhaidh,  no  cathughadh  'conflict,  or  fighting'. 
URLAiTHE  .i.  ésgaidh  'quick'. 
URLAMH  .i.  ésgaidh,  no  ullamh  'quick  or  ready'. 
URLATAiDH  .i.  umhalôid  'humility'  [Urlaiti  .1.  umhaloid,  O'Dav.  p.  124]. 
URNAiDHM  .i.  ceangal  'a  bond'. 
URRAE  .i.  umhlachd  'obédience'. 
URSCAR  .i.  urscartadh  'cleansing'. 
URTHAiDHE  .i.  mionna  'an  oath'  urthaidhe  uainn  .1.  mionna  uainn  'an 

oath  from  us'. 
URULADH  .i.  altdir  'an  altar'. 
ùs  .1.  slonnadh,  no  aisnéis  'récital', 
us  .i.  iomthus,  no  sgéla  'narrative  or  taie'  us  na  Duinn  Cuailgne  dia  thir 

.i.  sgéla,  no  imtheachta  'the  taie  of  the  Donn  of  Cuailgne'. 
USA  .i.  cdir  'just'  bâ  husa  .i.  ba  côir  'it  was  just'. 
USARB  .1.  bas  'death'  [ussarb  .i.  bds,  Corm.  p.  43]. 


Qvia  absoletarum,  difficiliorumque  dictionum  vetusti  nostri  Idiomatis 
Hibernici  explanatio  ad  patrie  hystorias  aliasq;  antiquitates  penetrandas 
haud  parum  allatura  videtur  lucis,  &  compendij;  Hinc  facultatem  conce- 
dimus  dilecto  nostro  Fratri,  Fratri  Michaeli  Clery  in  patrijs  Antiquitati- 
bus,  &  abstrusioribus  sensibus  vetustioris  linguas  patriae  eruendis  versato  ; 
vt  Vocabularium  quod  ex  vetustis  eiusdem  linguae  dictionibus  ordine 
Alphabetico  digestum,  compilauit,  &  collatione  facta  cum  peritorum  nos- 
trae  linguae  Antiquariorum  glossematibus,  &  expositionibus  explanauit, 
Typis  mandetur  ad  Dei  gloriam.  Datum  Louanij  in  Collegio  Minor.  Strict. 
Obseru.  Antonii  de  Padua,  die  27  octob.  1643. 

F.  Hugo  de  Burgo,  Commissarius  Fr.  Hibernorum 
Slrict.  obseruan.  in  Belgio  &  Germania. 


66  O^Clery's  Irish  Glossary. 


APPROBATIO. 

Qvandoquidem  virorum  fide  dignorum  Linguae  Hibernicae  peritorum 
testimonio  nobis  persuasum  sit  in  hoc  Vocabulario  nihil  contineri,  quod 
fidei  Catholicae  aut  moribus  Christianis  aduersetur,  censemus  praelo  com- 
mitti  posse,  &  in  lucem  mitti.  Dat.  Louanij,  die  7  Augusti  1645. 

Jacobus  Pontanus  S.  Theol.  Doctor  Apostolicus 
&  Regius  Librorum  Censor. 


The  following  words  were  accidentally  omitted  in  their  proper  place  : 

CoRGHUS  [Lent]  .i.  a  quadragesima   .i.  ceathracha  là  'forty  days'.  Fél. 

Jan.  7.  Nov.  1 5,  etc. 
CoRPLEN  .i.  corpshleimhne,  sadaille  no  lén  cuirp,   «  bodily  ease  », 

Stokes,  on  Fél.  June  22.  [Sadaile,  tr.  'sloth',  Fél,  p.  lxv.] 
CoRRACHT  .1.  corrghuineacht  no  corrachas  'restlessness'.  O'R. 


POSTSCRIPT. 


During  the  progress  of  thèse  sheets  through  the  press,  two  works  of  great 
value  to  students  of  Irish  hâve  appeared,  Mr.  Stokes's  édition  of  the  Félire  and 
Professer  Windisch's  Irische  Texte.  The  former  in  particular  would  hâve  been 
of  the  utmost  service  to  me,  if  only  from  the  much  greater  mechanical  facihty 
in  reading  the  printed  text,  had  it  appeared  before  my  transcript  of  the  Glos- 
sary was  placed  in  the  printer's  hands,  for  O'Clery  evidentiy  drew  iargely 
upon  the  Félire  both  for  single  words  and  for  illustrative  citations;  as  it  is,  I 
hâve  been  enabled  by  Mr.  Stokes's  work  to  introduce  a  few  corrections  and 
additions  into  the  later  sheets.  I  may  hère  state  that  the  références  to  the 
Félire  and  other  texts  make  no  pretence  to  be  exhaustive  :  références  are  as  a 
ruie  given  only  where  the  word  was  beiieved  to  be  rare  or  of  doubtful  meaning. 

Professor  Windisch's  book  reached  me  too  late  to  allow  of  my  making  much 
use  of  it,  but  a  few  références  to  it  will  be  found  below.  There  can  be  no  doubt 
that  a  fuller  examination  of  both  thèse  works  than  has  as  yet  been  possible  to 
me  would  throw  much  light  on  many  difficulties. 


O^Clery^s  Irish  Glossary.  6-j 

The  passages  left  untranslated  are  very  numerous;  this  is  partly  owing  to  my 
unwillingness  to  offer  mère  guesswork  to  those  who  are  better  qualified  than 
myself  for  the  task.  It  will  perhaps  be  allowed  that  the  omission  to  translate 
most  of  the  extracts  from  Awra  is  pardonable;  I  did  not  even  think  it  désirable 
to  dévote  much  time  to  the  study  of  passages  which  are  often  intentionally 
obscure,  and  with  which  only  ripe  scholars  are  compétent  to  grapple. 

It  should  be  stated  that  the  irreguiarities  of  O'Clery's  spelling  and  accentua- 
tion hâve  been  preserved,  with  the  exceptions  in  the  case  of  the  spelling  which 
hâve  already  been  mentioned  in  the  prefatory  note. 


ADDITIONS   AND    CORRECTIONS. 

P,  355.   I  am  indebted  to  Mr.  David  Fitzgerald  for  the  following 
translation  of  the  Unes  by  Lughaidh  O'Clery  : 

Athairne,  father  of  learning, 

Dallan  Forgaill,  the  chief  sage. 

To  compare  with  my  companion  were  not  fitting, 

Neidhe  of  great  knowledge  and  Ferceirtne. 

Obscure  historié  matters,  laws  of  our  ancestors, 

The  dark  language  of  the  poets 

Were  ail  alike  (in  one  scale)  to  our  ailhnidh 

The  Cil  of  unriddling,  the  able-to-explain,  or  unfold, 

The  Cil,  the  solved,  the  expounded. 
Mr.  Fitzgerald  sends  me  the  following  notes  on  the  obscure  last  two 
lines  :  «  Aithnidh  :  This  word  should  be  either  «  wise,  knowing  one  », 
or  «  acquaintance  »;  but  that  is  mère  conjecture.  —  eirnidh,  like  aith- 
nidh, cil,  ionaithmidh,  is  perhaps  (not  a  genitive,  which  is  unintelligible, 
for  it  should  apparently  be  eirneadha,  but)  a  substantive,  meaning  the 
«  solved  »,  «  unriddled  ».  —  méidh  =  O'R.'s  medh,  meigh,  balance, 
scale.  » 

P.  354,  line  6  from  bottom,  for  «  Festilogy  «  read  «  Calendar  ». 
AFRAiGHiDH  :  for  dénaidhcachd  read  dénaidh  eachd. 
AicDHE  MHEANMAN  :  add  LL.  187.  b.  17. 
AicE  :  add  Achall  ar  aicce  Temuir^  LL.  i6i  a.  44. 
AiGHE  :  add  Ihu  inmain  àige,  Fél.  Prol.  539. 
AiLT  .i.  uasal  :  add  Fél.  Sep.  26. 
AiNBHEACH  :  for  taer  read  saer. 
AINBHLE  :  Fél.  Nov.  9. 


68  O'Clery's  Irish  Glossary. 

AiNLE  :  for  '20'  read  '21'. 

AiRiDE  DALA  :  fof  'hcad  of  chief  read  'head  or  chief. 

AiTHBHE  :  add  Primda  breo  nadaithbe  'an  excellent  flame  that  wanes  not', 

Fél.  Apr.  i^. 
AMHAR  .i.  céol  :   Cf.  'Ba  hâlaind  tra  ocus  ba  câin  in  t-énlorg  ocus  in 

l-énamarhô\  leu',  Windisch,  I.  T.  p.  156. 
ANBHFOTT  :  add  :  anfot,  Fél.  July  30,  and  cf.  fot,  inf. 
ASSuiTH  AN  GRiAN,  for  'sets'  Tcad  'rested'  (Sîokes),  and  add  Assoith  in 

grian,  F.  h.,  s8,  59. 
ATHACH  GAOïTHE  :  for  'storm'  read  'blast'. 
ATH  FÉNE  :  Mr.  Fitzgerald  calls  my  attention  to  another  placé  of  this 

name,  Aîh  Fermai  i  tuaisciurt  crichi  Ciarraigi,  T.  B.  Flid.,  LL.  p. 

247  .a.  47. 
BILLE  :  The  words  Crist  ni  hatach  mbille  occur  Fél.  July  3,  where  Stokes 

translates  'no  paltry  prayer  to  Christ';  at  Aug.  8  the  last  three  words 

are  iranslated  'not  a  prayer  to  a  paltry  one'. 
boch6ide  :  read  boill  ecsamhla,  etc. 
BRioGHACH  :  for  'efficacions'  read  'efficacious'. 
CAiDH  .i.  glan  :  the  citation  from  Fél.  Jan.  4  should  be  transferred  to 

the  preceding  word. 
CAiMPER  :  for  "^says'  read  'proves'. 
GAIS  .i.  mioscais,  etc.  a  chul  cas  means  'his  poil  of  curls'.  See  Windisch 

I.  T.,  Wœrterb.  s.  v.  cùlad. 
CAiTHFiR  :  add  :  Fél.  June  3. 
cÉiN  MHAiR,  Fél.  June  10  «  a  phrase  used  as  an  interjection  0  happy, 

lit.  (I  think)  bene  maneaî  ».  Stokes. 
ciCHis  :  As  Cûchulainn,  etc.  Thèse  words  are  from  the  Fled  Bricrend; 

Stokes  translates  :  «  he  did  not  complain  of  a  spark  of  blood,  i.  e. 

a  drop  of  blood  as  red  as  a  spark  ».  Windisch,  I.  T.  p,  309. 
DAE  no  DUA  :  add  doe,  Fél.  Mch.  2,  Aug.  27, 
DEARBH,  Une  6,  for  'milky'  read  'milk'. 
DÉiDHE  :  for  'the  the'  read  'the'. 
DEiRGiNNLEADH  :  for  condeicintluid  read  condercintliud. 
DiOFHULAiNG  :  for  'to  endure'  read  'intolérable'. 
DiOLACHT  :  for  dilleacht  read  dilleacht. 
DREANN  :  for  'For.  For.'  read  'For.  Foc' 
DuiBHGEANN  :  for  'warriors'  read  'warrior'.  Mr.  Fitzgerald  translates 

lines  3  and  4  :  «  On  necks  of  kings  it  gaves  forth  a  sound,  In  fight 

the  Blackhead  (sword)  that  Diarmaid  had  ».  O'Clery's  gloss  should 

be  translated  :  «  That  is  the  same  as  :  Not  on  throats  of  oxen  or  of 


O'Clery's  Jrish  Glossary.  69 

cows  is  proved  the  sword  of  a  great  champion,  but  it  is  on  necks 

of  kings  in  battle  that  his  sword  makes  noise  ».  The  lines  are  from 

the  Amra,  LU.  p.  13.  b.  16-19. 
EATHA  DHo  :  add  eiha  dâ,  Windisch,  I.  T.  p.  98. 
ÉCCNACH  :  dele  comma  after  nimor. 
FEiTHis  :  add  :  ronfeibis  occurs  F'él.   Aug.    7,    translated   by   Stokes 

«  which  thou  preservedst  ». 
FI  :  fô,  etc.  Thèse  words  occur  also  in  the  Amra,  LU.  p.  7.  b.  56. 
FiCH  :  add  :  arfich,  Fél.  Apr.  1 5. 

FRISNINNLE  :  add  :  frisnindle,  'to  prépare,  search  out'.  O'Don.  Suppl. 
GiuiL  :  see  Windisch,  L  T.,  Wœrterb.  s.  v.  glenim. 
GNiA  :  add  :  «  The  0.  Ir.  cia  do-gnia  .i.  cia  do  aithéonta,  O^Cl.,  seems 

the  2d  pers.  sg.  of  a  reduplicated  future  from  the  root  gnà  'to 

know'  ».  Stokes,  Beitr.  VIII.  319. 
IUL  :  add  :  Lenamm  diul  gach  aein-reimhe  et  Let  us  adhère  to  the  Know- 
ledge of  each  one  course  »,  Michael  O'Clery's  Book  of  Pedigrees, 

Journ.  V.  214. 
LANN  :  for  sôisdin  read  rôisdin. 
LEO  :  add  :  Amra,  LB.  258  a,  Goid.  p.  170. 
LÉS  :  for  «  Stokes  »  read  «  O'Don.  »,  and  add  «  The  cure  of  a  physi- 

cian  without   a  medicine-bag  »,   O'Curry,  M. G.  III.    2$i.    The 

words  are  taken  from  the  Amra,  Goid.  p.  161. 
Li'u  :  add  :  A  gillu  Connachî  nad  lia,  Se.  mucci  Mie  Datho,  Windisch,  I. 

T.,  p.  106. 
LÔ  :  add  :  hi  cein  heô  fo  lindib  là,  LU.  p.  40.  a.  41,  cited  by  Windisch, 

I.  T.,  p.  665,  and  see  lua  .i.  uisge. 
LUCHAiR  :  add  :  luchair  ega,  Windisch,  I.  T.,  p.  105. 
LUiBHNE  :  add  :  diûbhracadh,  shooting  with  a  bow,  etc.  O'D.  Suppl. 
MocHT  :  add  :  Fél.  Aug.  12. 
ODH  .i,  céol  :  add  :  oid  menman,  Fél.  June  i. 
oiBNE,  Fél.  Nov.  30. 
OINME,  Fél.  Oct.  2. 

POLAIRE  :  add  :  a  folaire  for  a  muin.  Trip.  Eg.  3.  b.  i. 
PUR  :  for  gûr  see  above,  gur  .i.  calma,  gur  .i.  gér,  and  see  also  Fél. 

p.  eelxij  where  this  couplet  is  translated. 
SAiTH  :  the  quatrain  cited  by  O'Clery  occurs  in  Keating,  I.   3,  p    26  in 

Joyce's  édition.  It  does  not  appear  in  Haliday's  text. 
SEANAiDH  :  Mr.  Stokes  translates  the  lines  from  the  Félire  :  «  The  grâce 

of  the  septenary  Spirit  dropt  on  a  fair  great  train».  Formy  render- 

ing  of  gealm  ha  ir  see  O'R.  cf  Geallmhar,  desirous  ». 


» 


L'ANCIENNE 

LÉGENDE   IRLANDAISE 

ET   LES 

POÉSIES    OSSIANIQUES'. 


L'Irlande  n'a  jamais  été  province  romaine.  On  connaît  le  développe- 
ment historique  des  pays  qui  furent  soumis  au  joug  de  Rome.  Mais  ce 
sera  peut-être  chose  nouvelle  pour  plusieurs,  que  d'entendre  parler  de  l'an- 
tique civilisation  d'une  contrée  dont  le  sol  n'a  eu  à  subir  ni  le  passage  des 
Romains  ni  les  orages  de  l'invasion  barbare,  et  qui,  grâce  à  cette  circons- 
tance, a  conservé  en  grande  partie  son  originalité  primitive  jusqu'à  une 
période  assez  avancée  du  moyen  âge.  Cette  considération  servira  à  justifier 
la  liberté  que  je  prends  d'appeler  ici  l'attention  de  tous  sur  un  terrain  qui 
reste  en  dehors  de  la  direction  ordinaire  des  études  classiques.  Pour 
rehausser  à  vos  yeux  l'intérêt  de  mon  sujet,  je  pourrais  dire  que  les 
Irlandais,  nation  celtique,  forment  un  membre  important  dans  la  grande 
famille  des  peuples  indo-germaniques;  qu'ils  étaient  Celtes  aussi,  ces 
Gaulois  dont  la  défaite  a  valu  à  César  des  lauriers  immortels  ;  que  des 
moines  irlandais  au  viii''  siècle  ont  apporté  sur  le  continent,  avec  le 
christianisme,  les  lumières  de  la  science,  et  transcrit  avec  zèle  des  textes 
latins,  entre  autres  un  manuscrit  de  Priscien  que  nous  avons  encore.  Je 
pourrais  développer  ces  faits,  et  bien  d'autres  ;  mais  je  crois  m'assurer 
encore  mieux  votre  bienveillante  attention  en  commençant  par  vous  pro- 
mettre de  ne  point  faire  de  motion,  ni  à  cette  session  ni  aux  suivantes, 
pour  qu'on  expose  désormais  dans  les  collèges  même  les  résultats  des 
études  de  philologie  celtique. 


I.  Cet  article  est  une  conférence  faite  par  M.  Windisch,  à  Géra,  en  1878,  au  congrès 
des  Philologues  allemands.  Nous  croyons  utile  d'en  donner  une  version  française,  parce 
que  c'est  le  meilleur  tableau  d'ensemble  qui  ait  encore  été  tracé  de  l'ancienne  littérature 

irlandaise. 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  71 

Mon  but  est  seulement  d'indiquer  ici  les  traits  remarquables  et  la  haute 
valeur  de  l'ancienne  légende  irlandaise  ;  de  montrer  qu'elle  forme  le 
fond  des  poésies  ossianiques  de  Macpherson,  si  fameuses  en  leur  temps; 
et  enfin  d'expliquer  la  naissance  et  la  véritable  nature  de  cette  figure 
poétique  d'Ossian. 

On  peut  étudier  l'antique  tradition  irlandaise  dans  un  grand  nombre  de 
manuscrits  dont  le  plus  ancien  remonte  à  l'an  1 100  environ.  La  plupart 
de  ces  manuscrits  se  trouvent  à  Dublin  ;  d'autres  sont  à  Londres  et  à 
Oxford.  On  a  commencé  à  Dublin  à  publier  en  fac-similé  ceux  qui  ont 
le  plus  de  valeur  ;  beaucoup  de  morceaux  détachés  ont  déjà  vu  le  jour, 
et  j'ai  des  copies  de  plusieurs  autres.  Telles  sont  les  sources  où  je  puise- 
rai mes  renseignements. 

Je  ne  saurais  mieux  faire,  pour  vous  donner  une  idée  claire  de  la 
vieille  tradition  irlandaise,  que  de  vous  en  fournir  un  spécimen.  Or,  dans 
le  plus  ancien  des  cycles  qu'elle  comprend,  il  n'y  a  pas  de  récit  plus 
important  et  plus  étendu  que  le  Tdin  Bô  Cûalgne,  «  le  vol  des  vaches  de 
CUalgne  »  (appelé  souvent  le  Tdin,  par  abréviation).  J'ai  sous  les  yeux 
deux  anciennes  variantes  de  ce  texte,  qui  ne  diffèrent  entre  elles  que 
par  des  détails.  Les  manuscrits  qui  nous  l'ont  conservé  datent  à  peu  près 
des  années  1 100  et  1 1 50. 

La  légende  commence  par  un  remarquable  dialogue  entre  Ailill  et 
Medb,  roi  et  reine  de  la  province  de  Connaught.  Les  différentes  parties  de  la 
composition  ayant,  comme  celles  de  l'Iliade,  reçu  des  noms  spéciaux,  ce 
début  s'appelle  «  l'entretien  du  chevet  »,  parce  que  les  interlocuteurs 
reposent  sur  leur  couche  royale.  «  Il  est  bien  vrai,  dit  Ailill,  que  la  femme 
d'un  homme  de  bien  est  une  femme  de  bien  »  ;  et  il  ajoute  :  «  car  tu  es 
meilleure  à  présent  que  lorsque  je  t'ai  prise  «.  La  reine  a  trop  de  fierté, 
trop  d'audace  virile,  pour  convenir  de  la  chose  ;  et  sans  rabaisser  son 
mari,  elle  lui  fait  entendre  qu'il  n'est  que  juste  assez  bon  pour  elle.  Elle 
avait  souhaité  un  homme  qui  fût  exempt  d'avarice,  de  jalousie  et  de 
crainte  ;  et  c'est  seulement  Ailill  qui  s'est  trouvé  aussi  éloigné  qu'elle- 
même  de  ces  défauts.  Mais  elle  finit  par  se  prétendre  plus  riche  que  lui. 
Ce  point  devient  le  fond  de  toute  la  discussion  ;  et  pour  le  juger,  il 
faut  qu'on  apporte  pièce  à  pièce  et  qu'on  compare  les  biens,  les  trésors 
du  roi  et  ceux  de  la  reine  :  leur  poterie,  leurs  vases  et  leur  vaisselle  de 
fer;  leurs  urnes,  leurs  pétrins  et  leurs  chaudières;  leurs  anneaux  et  leurs 
chaînes,  leurs  bijoux  et  leurs  joyaux  d'or,  leurs  vêtements  pourprés, 
bleus,  noirs  et  verts,  jaunes,  gris  et  bariolés,  bruns,  pointillés  et  rayés; 
leurs  grands  troupeaux  de  brebis,  leurs  chevaux,  leurs  troupeaux  de 
porcs  et  de  bêtes  à  corne.  Et  ils  comptèrent  et  calculèrent,  et  ils  trou- 


72  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques. 

vèrent  des  deux  parts  même  quantité  et  même  valeur.  Parmi  les  bestiaux 
d'Ailill  se  trouva  pourtant  un  noble  taureau  qui,  bien  qu'issu  de  la  vache 
Blanchecorne,  propriété  de  Medb,  n'avait  pas  voulu  rester  sous  la  domi- 
nation d'une  femme,  et  avait  passé  aux  troupeaux  d'Ailill.  Grâce  à  cette 
défection,  Medb  était  battue  !  Et  il  lui  semblait  qu'elle  n'avait  pas  un  sou 
vaillant,  parce  qu'elle  ne  pouvait  fournir  un  taureau  semblable. 

Voilà  qu'elle  apprend  que  Dare,  roi  de  Cùalgne  (petit  territoire  dans 
la  province  d'Ulster)  possède  précisément  un  semblable  animal.  Medb 
ne  veut  pas  le  recevoir  en  don,  mais  seulement  le  garder  pour  la  repro- 
duction pendant  une  année  ;  après  quoi  elle  le  rendrait,  en  ajoutant  cin- 
quante vaches  d'indemnité.  Les  messagers  de  la  reine  se  mettent  en 
route,  et  obtiennent  du  roi  Dare  une  réponse  favorable.  Ils  reçoivent  une 
gracieuse  hospitalité;  on  leur  prépare  une  couche  de  jonc  frais,  ils 
mangent  et  boivent.  Ils  deviennent  causeurs,  et  l'entretien  roule  sur  la 
générosité  et  sur  la  complaisance  de  leur  hôte.  Tout  à  coup  l'un  d'eux, 
s'animant,  contredit  ces  éloges,  et  prétend  que  Dare  aurait  été  forcé  de 
livrer  le  taureau,  s'il  ne  l'eût  fait  de  son  plein  gré.  Le  malheur  voulut 
que  l'intendant  de  Dare,  qui  venait  en  ce  moment  même  apporter  aux 
messagers  un  nouveau  service,  entendît  cette  imprudente  assertion.  Il 
ne  manqua  pas  de  la  rapporter  à  son  maître,  et  celui-ci,  piqué,  renvoya 
aigrement  les  ambassadeurs  quand  ils  vinrent  le  lendemain  matin  le 
prier  de  remplir  sa  promesse.  Ils  furent  obligés  de  s'en  retourner  sans 
avoir  réussi  dans  leur  mission. 

Medb  se  résout  alors  à  employer  la  force  pour  en  venir  à  ses  fins. 
Elle  convoque  par  message  les  héros  les  plus  renommés  ;  ils  arrivent 
avec  leurs  hommes.  Ils  séjournèrent  pendant  quinze  jours  à  la  résidence 
royale,  parce  que  les  druides  attendaient  toujours  un  signe  favorable. 
Enfin,  au  jour  du  départ,  Medb  veut  tourner  par  la  droite  autour  de  l'armée, 
avec  le  conducteur  de  son  char,  pour  faire  naître  l'influence  d'un  bon 
augure.  Soudain  paraît  devant  elle  une  merveilleuse  jeune  femme  aux 
blonds  cheveux  :  elle  est  couverte  d'un  manteau  de  diverses  couleurs, 
que  fixe  une  épingle  d'or  ;  le  tissu  de  sa  chemise  à  fraise  est  mêlé  de 
fils  d'or  ;  le  bas  de  son  visage  est  étroit,  son  front  large,  ses  sourcils 
sombres  et  épais  ;  l'ombre  de  ses  cils  noirs  se  projette  jusqu'au  milieu 
des  joues  ;  ses  lèvres  ressemblent  au  corail,  ses  dents  à  une  pluie  de 
perles  tombées  dans  sa  bouche  ;  elle  a  trois  tresses  de  cheveux,  dont 
deux  s'enroulent  autour  de  sa  tête,  tandis  que  l'autre  lui  pend  jus- 
qu'aux mollets  ;  elle  tient  en  main  une  tige  d'argent  qui  sert  à  tisser  de 
la  dentelle  ;  chacun  de  ses  yeux  a  trois  pupilles  ;  deux  coursiers  noirs 
traînent  son  char. 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianicjues.  73 

«  Comment  t'appelles-tu  ?  »  demande  Medbà  l'apparition.  «  Fedelm, 
la  voyante  du  Connaught,  est  mon  nom.  —  D'où  viens-tu.?  —  D'Ecosse, 
où  j'ai  appris  à  annoncer  l'avenir. — Possèdes-  tu  le  charme  imbass  forosna  ? 
—  Sans  doute.  » 

La  déesse  ou  fée  (en  irlandais  sidé),  car  Fedelm  en  est  une,  n'emploie 
aucun  des  moyens  qui  sont  indiqués  ailleurs  comme  nécessaires  à  la 
formation  du  charme  imbass  forosna  :  son  simple  regard  suffit  pour  voir 
l'avenir. 

Vient  ensuite  une  de  ces  remarquables  poésies  qui  dans  les  légendes 
irlandaises  sont  si  souvent  insérées  aux  endroits  les  plus  intéressants,  et 
sur  lesquelles  nous  aurons  l'occasion  de  revenir.  Trois  fois  Medb 
demande  :  «  Fedelm  la  voyante,  comment  vois-tu  l'armée  .?  »  Trois  fois 
Fedelm  répond  :  «  Je  la  vois  rouge,  je  la  vois  ensanglantée.  »  Medb 
refuse  de  croire  à  ce  fâcheux  présage,  elle  objecte  qu'une  malédiction 
pèse  sur  le  territoire  ennemi,  que  quelques-uns  des  plus  braves  héros  de 
l'Ulster  sont  exilés  et  se  trouvent  dans  son  armée.  Interrogée  pour  la 
quatrième  foiSj  Fedelm  explique  de  qui  viendra  le  malheur  qui  les  menace. 
Elle  voit  un  jeune  et  beau  guerrier  qui  ressemble  à  Cuchulinn.  C'est  de 
ce  terrible  héros,  à  qui  nul  ne  se  peut  comparer  pour  la  vigueur,  l'habi- 
leté et  le  courage  militaire,  que  l'armée  aura  beaucoup  à  souffrir  ;  c'est 
grâce  à  lui  que  le  sang  rougira  la  peau  des  braves,  que  leurs  corps 
seront  déchirés,  et  que  les  femmes  du  Connaught  verseront  des  larmes. 

L'armée  se  met  en  route,  l'itinéraire  qu'elle  suit  est  décrit  de  place  en 
place,  on  pourrait  le  tracer  sur  la  carte.  On  fait  halte  et  l'on  campe 
chaque  nuit.  L'habile  Fergus  les  conduit  :  originaire  de  cette  contrée 
d'Ulster,  contre  laquelle  est  dirigée  l'expédition,  il  a  quitté  son  pays  par 
suite  du  vif  ressentiment  que  lui  causa  la  trahison  du  roi  Conchobar, 
envers  les  nobles  Mac  Usnech,  pour  la  sûreté  desquels  Fergus  s'était 
porté  garant.  Mais  comme  l'armée  s'approchait  des  frontières  de  l'Ulster, 
Fergus  sent  se  réveiller  en  lui  l'amour  de  ses  compatriotes^,  et  il  les  fait 
prévenir  de  leur  danger. 

Par  suite  de  certains  crimes,  une  malédiction  pesait  sur  les  hommes 
d'Ulster  et  les  privait  de  leur  force.  Cuchulinn  seul  en  était  exempt. 
Accompagné  de  son  père  seulement,  ce  guerrier  se  trouve  dans  le  voisi- 
nage de  la  frontière.  Leurs  chevaux  paissent  autour  d'un  pilier  de  pierre 
et  dévorent  l'herbe  jusqu'au  ras  du  sol  ;  ceux  de  Cuchulinn  absorbent 
même  la  terre  jusqu'à  la  roche  dure.  Cuchulinn  apprend,  par  l'avis  de 
Fergus,  l'approche  de  l'ennemi.  «  Retire-toi  d'ici,  dit-il  à  son  père,  et 
préviens  les  hommes  de  l'Ulster  ;  car  je  dois  aller  au  rendez-vous  de 
Fedelm  Noichride  »  ;  il  avait  fait  cette  promesse  à  son  amante,  et  il  tient 


74  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques. 

parole  malgré  les  exhortations  de  son  père.  Mais  avant  de  s'éloigner,  il 
laisse  un  témoignage  de  sa  force  :  d'une  main  il  abat  un  arbre,  en  un 
seul  coup,  en  tord  le  tronc  en  forme  d'anneau,  y  inscrit  quelques  runes 
ou  caractères  oghamiques^  et  jette  cet  anneau  par-dessus  le  pilier,  le  long 
duquel  il  glisse  profondément  et  où  il  reste  accroché. 

Les  premiers  éclaireurs  arrivent,,  trouvent  cette  énigme,  et  l'on  fait 
halte.  Fergus  reconnaît  aussitôt,  à  toutes  sortes  d'indices,  que  Cuchu- 
linn  a  passé  par  là.  Il  lit  l'inscription  oghamique:  a  Qu'on  n'aille  pas 
plus  loin,  jusqu'à  ce  qu'il  se  trouve  un  homme  qui  jette  un  pareil  anneau 
d'une  seule  main  ;  je  défends  à  mon  ami  Fergus  de  le  faire.  » 

Ici  encore,  comme  cela  arrive  souvent,  nous  trouvons  un  passage  en 
vers.  Fergus  demande  à  un  druide  ce  que  peut  signifier  ce  tour  de  force, 
et  celui-ci  répond  que  Cuchulinn  voulait  par  là  arrêter  leur  marche. 
D'après  les  usages  héroïques  du  temps,  mêlés  de  superstition  druidique, 
il  faut  nécessairement  qu'on  relève  ce  défi,  sans  quoi  l'anneau  volera 
après  l'homme  qui  a  fait  l'inscription,  et  celui-ci,  avant  la  prochaine 
aurore,  se  vengera  d'une  manière  sanglante.  Ailill  et  Medb  s'avisent  de 
tourner  la  difficulté,  en  se  dirigeant  de  côté,  par  une  grande  forêt.  L'ar- 
mée se  fraie  un  chemin  à  grand'peine  ;  et  pour  surcroît  de  malheur,  la 
neige  vient  à  tomber  en  abondance.  Les  hommes  y  enfoncent  jusqu'à  la 
ceinture,  les  chars  jusqu'au-dessus  des  roues  ;  il  ne  faut  pas  songer  à 
dormir  cette  nuit-là. 

Le  lendemain  matin,  sans  se  presser  pourtant,  Cuchulinn  revient  de 
chez  son  amante.  Monté  sur  son  char  de  guerre,  il  décrit,  à  quelque 
distance,  plusieurs  cercles  autour  de  l'armée,  et  cherche  à  l'embrasser 
d'un  coup  d'oeil.  Puis,  prenant  les  devants,  il  s'élance  jusqu'à  un  gué  ; 
et  ici  encore  il  oppose  à  l'ennemi  un  de  ses  tours  de  force.  D'un  coup  il 
détache  un  tronc  d'arbre,  avec  quatre  branches,  y  fait  une  inscription 
en  caractères  oghamiques,  et  lance  cette  pesante  fourchette  d'une  seule 
main  dans  le  gué,  de  sorte  que  traversant  une  large  pierre  de  part  en 
part,  elle  s'enfonce  aux  deux  tiers  dans  le  sol.  Cette  fois  il  arriva  mal- 
heur aux  éclaireurs  de  l'armée.  Cuchulinn  coupe  leurs  têtes  et  les  pique 
aux  quatre  pointes  de  sa  fourchette.  Quant  aux  chevaux  attelés  aux 
chars  qui  portent  les  corps  sanglants  de  leurs  maîtres,  il  les  renvoie  du 
côté  de  l'armée,  où  ce  spectacle  jette  une  grande  consternation.  Medb 
tient  conseil  avec  les  autres  chefs  ;  ils  croient  que  tout  le  pays  d'Ulster 
s'est  levé  et  qu'une  armée  ennemie  s'avance  à  leur  rencontre.  Mais, 
arrivé  au  gué,  on  trouve  seulement  le  tronc  taillé  en  fourchette,  avec  les 
têtes  coupées,  et  près  de  là  les  traces  d'un  seul  attelage  et  d'un  seul 
homme.  Un  druide  explique  ce  nouveau  signe.  C'est  encore  un  tour  de 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  75 

force  pour  arrêter  l'armée,  car  on  ne  devra  pas  avancer  jusqu'à  ce  qu'un 
homme,  d'une  seule  main,  ait  enlevé  la  terrible  fourchette.  Fergus  seul 
en  est  capable.  Il  est  vrai  que  quatorze  chars  se  brisent  sous  lui,  avant 
que,  debout  sur  le  sien,  il  vienne  à  bout  de  son  entreprise. 

L'armée  se  repose  alors  pendant  cette  seconde  nuit.  On  dresse  des 
huttes  et  des  tentes,  on  prépare  à  manger  et  à  boire,  on  chante,  on 
joue. 

Celui  qui  a  rédigé  cette  légende  y  a  laissé  certaines  inconséquences. 
Ainsi  dans  les  vers  qui  sont  insérés  au  milieu  du  récit  en  prose,  le  nom 
de  Cuchulinn  est  assez  souvent  prononcé.  Malgré  cela,  Ailili  demande  à 
Fergus,  au  moment  où  ils  sont  campés  tranquillement,  quel  peut  bien 
être  cet  homme-là^  qui  a  donné  des  preuves  si  étonnantes  de  sa  force. 
Fergus  n'en  connaît  qu'un  qui  puisse,  seul,  tenir  tête  à  une  armée  :  c'est 
Cuchulinn,  celui  qu'il  a  élevé  autrefois.  Ailili  a  déjà  entendu  parler  de 
ce  jeune  héros,  mais  il  désire  en  savoir  davantage  ;  et  ici  se  trouve 
intercalé,  dans  les  deux  récits  que  j'ai  en  vue,  un  long  épisode  intitulé 
«  les  actions  de  Cuchulinn  enfant  ».  Je  parlerai  seulement  de  celle  qui 
lui  a  valu  son  nom.  Car  il  s'appelait  d'abord  Sétanta  ;  sa  mère  était 
Dechtire,  la  sœur  du  roi  Conchobar,  et  son  père  Sûaltam,  gentilhomme 
de  l'Ulster.  Il  y  a  pourtant  sur  sa  naissance  une  remarquable  légende, 
d'après  laquelle  il  serait  en  réalité  le  fils  d'un  dieu  pa'ien.  Cette  tradition  est 
probablement  d'origine  plus  récente  (l'influence  chrétienne  n'y  est  peut- 
être  pas  étrangère)  et  date  d'une  époque  où  Cuchulinn  avait  été  doué  par 
l'imagination  populaire  de  forces  surhumaines. 

Voici  donc  à  quelle  occasion  il  reçut  le  nom  de  Cuchulinn.  Le  roi 
Conchobar  fut  un  jour  invité  à  un  repas  par  le  forgeron  Culann,  qui 
demeurait  seul  dans  une  métairie.  Il  demanda  au  jeune  fils  de  sa  sœur 
de  l'accompagner;  mais  celui-ci  préféra  aller  seul  après  lui,  ses  cama- 
rades n'étant  pas  encore  lassés  de  jouer.  Cependant  le  roi  oublie  que 
Sétanta  doit  venir  après  lui  ;  et  le  forgeron  lâche  comme  de  coutume  son 
chien  de  garde.  Le  dogue,  après  avoir  parcouru  rapidement  les  environs, 
revient  à  son  gîte,  et  se  couche  pour  faire  le  guet,  la  tête  sur  les 
pattes.  Alors  arrive  le  petit  Sétanta.  Le  chien  se  précipite  sur  lui,  furieux, 
la  gueule  béante.  L'enfant  n'avait  d'autre  défense  que  sa  balle  à  jouer  ; 
il  la  lance  dans  le  gosier  du  chien  avec  tant  de  force  qu'elle  le  traverse 
d'outre  en  outre,  entraînant  avec  elle  ses  entrailles.  Culann  était  irrité 
de  la  perte  de  son  chien  ;  mais  Sétanta  s'offrit  à  lui  servir  lui-même  de 
gardien  de  ses  troupeaux  et  de  sa  terre,  jusqu'à  ce  que  le  forgeron  eût 
élevé  un  autre  chien  aussi  bon  que  celui  qu'il  avait  tué.  Et  il  reçut  dès 
lors  le  nom  de  Cuchulinn,  c'est-à-dire  «  le  chien  de  Culann.  » 


76  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianicfues. 

Le  lendemain  matin  l'armée  se  remit  en  marche,  sous  les  ordres 
d'Ailill  et  de  Medb.  Cuchulinn  était  toujours  dans  le  voisinage.  Voilà 
qu'il  rencontre  dans  le  bois  un  conducteur  de  char,  qui  coupait  du 
sureau  pour  en  faire  des  traits  de  roue.  Il  lui  demande  ce  qu'il  fait  là. 
«  Je  coupe  du  sureau  pour  en  faire  des  traits  de  roue,  répond  l'écuyer  ; 
car  nos  chars  se  sont  brisés  hier  à  la  chasse  d'un  noble  gibier,  de  Cuchu- 
linn ;  et  par  ta  virilité,  brave  homme,  aide-moi  pour  que  ce  fameux 
Cuchulinn  ne  me  surprenne  pas.  »  La  scène  rappelle  Vhumour  de  Shake- 
speare. «  Tu  as  le  choix,  dit  Cuchulinn  :  veux-tu  assembler  les  bois,  ou 
bien  les  polir  ?  —  J'aime  mieux  les  assembler,  dit  le  conducteur  du  char, 
car  cela  est  plus  facile.  »  Cuchulinn  se  mit  donc  à  polir  les  bois  :  ils 
avaient  beau  être  courbes  ou  noueux,  il  les  faisait  passer  par  les  fourchettes 
de  ses  mains  et  de  ses  pieds,  de  telle  sorte  qu'ils  devenaient  droits,  sans 
défauts,  lisses  et  bien  taillés  ;  et  avant  de  les  livrer  il  les  polissait  si  bien 
qu'une  mouche  n'eût  pu  s'y  tenir.  L'écuyer  s'étonne  et  demande  à 
Cuchulinn  qui  il  est.  Celui-ci  s'étant  fait  connaître  :  «  Malheur  à  moi,  je 
suis  perdu  !  «  s'écrie  son  interlocuteur.  «  Mais  non,  dit  Cuchulinn,  car 
je  ne  tue  point  d'écuyers,  de  valets  ou  de  gens  sans  armes.  Mais  où  est 
ton  maître  ?  —  Là-bas,  dans  la  prairie.  »  Avant  que  le  maître  ait  pu  être 
prévenu  par  son  serviteur,  Cuchulinn  l'a  atteint  et  lui  a  coupé  la  tête. 

Je  m'en  tiens  là,  ce  qui  précède  étant  suffisant  pour  donner  une  cer- 
taine idée  du  genre  des  anciennes  légendes  irlandaises,  et  de  ce  qu'elles 
racontent. 

Ces  temps  héroïques  où  Conchobar  régnait  en  Ulster,  Ailill  et  Medb 
en  Connaught,  où  Cuchulinn,  Fergus  et  d'autres  héros  accomplissaient 
leurs  exploits,  sont  encore  illustrés  par  beaucoup  d'autres  légendes.  Elles 
se  rapportent  toujours  au  même  état  de  choses,  malgré  mainte  contradic- 
tion dans  les  détails  :  les  caractères  des  héros  se  soutiennent  avec  une 
constance  remarquable,  et  l'action  d'une  légende  suppose  souvent  connue 
celle  d'une  autre  légende.  Le  combat  et  la  lutte  sont  l'élément  favori  de 
ces  héros.  Mais  ils  ne  se  battent  pas  sans  règle  et  sans  loi,  comme  des 
sauvages  :  les  principaux  héros  se  distinguent,  non  seulement  par  leur 
grande  force  physique,  mais  encore  par  leur  habileté  à  manier  l'épée  et 
la  lance,  à  sauter  et  à  jeter  le  javelot.  Les  tours  de  force  et  d'adresse 
par  lesquels  se  signale  Cuchulinn  atteignent  la  limite  de  l'incroyable  ; 
mais  quoique  ici  ^comme  il  arrive  souvent  dans  la  légende  irlandaise)  il 
y  ait  évidemment  exagération  fantastique,  il  n'en  est  pas  moins  certain 
qu'au  fond  de  tout  cela  il  y  a  une  vérité  humaine.  La  première  éducation 
des  enfants  était  déjà  guerrière.  A  Emain,  résidence  de  Conchobar,  les 
garçons  avaient  l'habitude  de  s'exercer  journellement  à  la  lutte,  sous  la 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  77 

haute  surveillance  du  roi  lui-même.  Malheur  à  l'enfant  étranger  qui,  si  ce 
n'est  pour  implorer  leur  protection ,  venait  se  mêler  à  leurs  jeux  militaires  ! 
C'est  ce  que  fit  le  jeune  Cuchulinn,  qui  ne  connaissait  pas  les  mœurs  de  ces 
petits  héros  ;  mais  un  autre  que  lui  ne  s'en  fût  pas  tiré  :  cinquante  assail- 
lants l'accablèrent  de  leurs  dards  à  la  pointe  durcie  au  feu.  Les  épées,  les 
lances  et  les  boucliers  des  héros  avaient  leurs  noms  particuliers,  sous 
lesquels  ils  étaient  généralement  connus.  Comme  ces  héros  étaient 
prompts  à  se  mettre  en  colère,  Conchobar  ordonna  que  les  armes  fussent 
gardées  ensemble  dans  une  des  trois  grandes  salles  de  sa  résidence,  à 
Emain.  Dans  une  autre  se  trouvaient  les  crânes  et  les  armes  des  enne- 
mis abattus  ;  dans  la  troisième  (le  fameux  Crdeb  Rûad)  Conchobar  con- 
voquait les  assemblées  et  célébrait  ses  fêtes.  Douze  des  plus  nobles  héros 
d'Ulster  demeuraient  avec  le  roi. 

Les  soins  amoureux  sont  aussi  étrangers  aux  héros  irlandais  qu'à  ceux 
d'Homère.  Malgré  cela,  les  femmes  jouent  dans  mainte  légende  un  rôle 
important,  non  seulement  quand  il  s'agit  de  mariage,  mais  aussi  quand 
l'honneur  ou  l'intérêt  de  leur  époux  sont  en  jeu.  Elles  se  distinguent  par 
leur  sagesse,  et  leurs  conseils  ingénieux  aident  souvent  les  hommes  à 
sortir  d'un  mauvais  pas.  Il  y  a  souvent  des  peintures  de  belles  femmes 
ou  de  jeunes  filles,  mais  aucune  qui  blesse  les  convenances.  On  ne  peut 
nier  que  nous  rencontrions  en  beaucoup  de  passages  des  mœurs  sin- 
gulières, mais  d'un  autre  côté  le  roi  a  sa  reine,  de  même  que  tout  héros 
a  son  épouse,  et  il  ne  manque  pas  d'exemples  touchants  d'un  amour 
fidèle. 

Les  héros  ne  vont  pas  courir  les  aventures  comme  des  chevaliers 
errants.  Ces  légendes  irlandaises  ne  peuvent  être  regardées  comme  un 
reflet  de  la  poésie  romane  et  germanique  du  moyen  âge.  Elles  sont  incon- 
testablement beaucoup  plus  anciennes,  et  la  matière  en  est  tout  à  fait  origi- 
nale. Elles  n'ont  pu  prendre  naissance  à  l'époque  chrétienne,  et  elles 
appartiennent  moins  encore  à  cette  période  par  les  événements  et  l'état  de 
choses  qu'elles  représentent.  Ceci  posé,  nous  sommes  amenés  tout  aussi- 
tôt à  attribuer  ces  légendes  aux  premiers  siècles  de  notre  ère.  D'après 
un  calcul  irlandais,  le  roi  Conchobar  est  mort  l'an  3^  après  J.  C,  ou 
quelques  années  plus  tard.  Mais  la  légende  qui  se  rattache  à  cette  asser- 
tion est  trop  invraisemblable  pour  qu'on  puisse  en  faire  le  point  de 
départ  d'un  système  chronologique.  Conchobar,  nous  dit-elle,  devait, 
dans  les  dernières  années  de  sa  vie,  se  garder  de  toute  agitation,  parce 
qu'une  balle  de  fronde  lui  était  entrée  dans  la  tête.  C'est  alors  qu'il 
aurait  appris  la  mort  du  Christ,  et  le  crime  des  Juifs  l'aurait  jeté  dans 
une  violente  colère,  qui  causa  sa  mort  sur-le-charap.  Cette  légende  est 


yS  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques. 

une  des  fictions  par  lesquelles  on  essaya,  dans  les  siècles  suivants,  de 

rattacher  au  christianisme  les  héros  fameux  d'un  autre  âge. 

Il  est  vrai  qu'avec  le  christianisme  se  développa  en  Irlande  une  litté- 
rature d'annales,  qui,  certes,  pour  les  événements  contemporains, 
mérite  bien  la  même  confiance  que  les  autres  chroniques  du  moyen  âge. 
Mais  aux  temps  païens  il  n'y  avait  pas  de  chronologie  assurée,  quoiqu'on 
tienne  compte  des  saisons  et  que  par  exemple  la  fm  de  l'été  [samfuin], 
c'est-à-dire  le  i^'  novembre,  ou  plutôt  la  veille  au  soir,  joue  en  plusieurs 
légendes  un  rôle  important.  Si  l'on  veut  cependant  ne  pas  refuser  toute 
lueur  de  vérité  aux  données  chronologiques  des  Irlandais,  on  peut  s'ap- 
puyer encore  sur  ces  deux  faits  :  la  tradition  ininterrompue  des  druides 
et  des  poètes,  et  le  soin  jaloux  que  ce  peuple  a  toujours  eu  pour  les 
généalogies.  Nous  pouvons  bien  attribuer  aux  anciens  Irlandais  un  cer- 
tain sens  historique,  du  moins  pour  la  chronologie  relative  ;  et  cela  d'au- 
tant mieux  que  leurs  évaluations  chronologiques,  en  ce  qui  concerne  leur 
propre  histoire,  ne  sont  point  du  tout  extravagantes,  et  s'accordent  fort 
bien  avec  d'autres  considérations.  En  tout  cas^  les  Irlandais  montrent 
beaucoup  plus  de  tendance  à  faire  descendre  leur  antiquité  et  à  la  rap- 
porter vers  l'époque  de  la  naissance  du  Christ,  qu'à  l'envoyer  se  perdre 
dans  la  nuit  des  temps. 

Ainsi,  d'un  côté,  il  est  moralement  impossible  que  les  anciennes 
légendes  irlandaises  soient  nées  seulement  à  l'époque  chrétienne,  qui 
commence  à  la  première  moitié  du  v«  siècle  et  dont  la  période  florissante 
s'arrête  en  800  aux  incursions  normandes.  Et  d'autre  part,  maint  trait 
de  ces  légendes  rappelle  ce  que  nous  savons  par  César  des  Celtes  de  la 
Gaule.  Il  suffit  de  citer  ces  druides^  sorciers,  devins  et  conseillers  des 
rois,  dont  nous  ne  pouvons  d'ailleurs  qu'entrevoir  la  vraie  puissance 
dans  l'ancienne  légende  irlandaise,  parce  que  la  tradition,  en  traversant 
des  temps  chrétiens,  a  oublié  l'ancien  culte  païen,  et  dépouillé  les  druides 
de  leur  caractère  sacerdotal.  Je  rappellerai  aussi  les  chars  de  guerre 
qui  portent  les  héros  et  sur  lesquels  ils  s'élancent  au  combat,  laissant 
à  un  écuyer  le  soin  de  mener  les  chevaux'.  Que  l'ancienne  légende 
irlandaise  ait  tiré  d'un  fonds  étranger  ses  traits  caractéristiques,  que 
les  Commentaires  de  César,  par  exemple,  et  les  poésies  homériques 
aient  été  ses  sources,  c'est  ce  qu'aucun  connaisseur  ne  soutiendra 
jamais.   Les  héros  irlandais  ont,  pour  l'aspect  même,    une  différence 


I .  Le  char  de  guerre  n'est  pas  d'invention  irlandaise  ;  il  est  même  vraisemblable  qu'il 
est  venu  de  Gaule  dans  l'île.  Le  mot  qui  le  désigne  {carpat  =  lat.  carpentum)  a  tout 
l'air  d'un  emprunt,  d'après  les  lois  phonétiques  de  l'irlandais.  Mais  cette  remarque  n'in- 
firme pas  l'existence  de  ces  chars  en  Irlande,  à  une  époque  reculée. 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  79 

essentielle  avec  ceux  d'Homère  :  ils  n'ont  ni  armure  ni  casque.  Aussi  la 
couleur  des  cheveux  ne  fait-elle  jamais  défaut  dans  la  description  d'un 
héros  irlandais. 

D'après  ces  considérations  nous  pouvons  tenir  pour  certain  qu'il  y  a 
eu  un  âge  héroïque  chez  les  Irlandais ,  et  que  les  mœurs  que  leurs 
légendes  assignent  à  cette  époque  ont  eu  leur  réalité  (sauf  les  embellis- 
sements et  les  exagérations  de  la  fantaisie)  en  un  temps  qui  n'est  certai- 
nement pas  postérieur  au  commencement  de  notre  ère.  Il  serait  absurde 
de  tenir  pour  historique  la  légende  irlandaise,  comme  l'ont  fait  autrefois 
bien  des  savants  du  pays.  Peut-être  n'y  a-t-il  pas  un  seul  événement 
qui  soit  arrivé  exactement  comme  elle  le  rapporte  ;  il  n'est  pas  besoin 
d'une  grande  pénétration  pour  reconnaître  que  souvent  ce  qui  était 
séparé  d'abord  s'est  trouvé  réuni  ensuite,  et  que  des  éléments  nouveaux 
ont  été  fabriqués  sur  le  modèle  des  anciens.  Mais  que  des  événements 
tels  que  des  vols  de  bestiaux,  des  batailles  entre  diverses  provinces  et 
diverses  tribus,  des  vengeances  exercées  sur  la  perfidie  et  la  trahison, 
des  embauchages  et  des  enlèvements  aient  eu  lieu  fréquemment  dans  ces 
temps  de  violence,  c'est  ce  qui  n'a  sans  doute  rien  d'invraisemblable. 
Peut-être  le  roi  Conchobar,  ni  aucun  autre  personnage  de  la  tradition 
n'ont-ils  jamais  ressemblé,  par  leurs  caractères  et  leurs  actions,  à  ceux 
que  les  légendes  nous  représentent  ;  mais  du  reste  je  ne  vois  point  pour- 
quoi il  n'aurait  pas  existé  réellement  un  roi  Conchobar,  une  reine  Medb, 
qui  chez  les  générations  suivantes  sont  passés  à  l'état  de  héros  légen- 
daires. 

Mais  ne  serait-il  pas  possible  que  les  récits  de  la  légende  eussent  pour 
origine  d'anciens  mythes  ?  Quelles  analogies  le  flair  délicat  d'un  savant 
en  mythologie  comparée  ne  découvre-t-il  pas,  quand  on  lui  parle  d'un 
vol  de  vaches  ?  Il  est  indubitable  que  dans  le  cours  du  temps  des  traits 
mythologiques  ont  passé  dans  la  légende,  et  qu'on  a  prêté  à  des  héros 
humains,  à  Cuchulinn,  par  exemple,  les  anciens  attributs  des  dieux. 
Mais  en  général  ce  qui  est  d'origine  mythique  dans  la  légende  y  conserve 
ce  caractère  ;  et  nous  devons  nous  garder  de  prendre,  au  contraire^ 
la  légende  elle-même  pour  un  mythe.  Le  clergé  chrétien,  aux  membres 
duquel  nous  devons  d'ailleurs  tant  de  renseignements  sur  l'ancienne 
légende,  n'a  point  souffert  qu'on  vénérât  les  dieux  païens,  aussi  ne 
trouvons-nous  de  leur  culte  que  des  vestiges  effacés  ;  mais  l'Église  n'a 
pas  empêché,  en  ces  récits  traditionnels,  l'élément  divin  et  surnaturel 
de  pénétrer  l'humanité. 

Ce  qui  donne  à  l'antique  légende  irlandaise  une  valeur  toute  particu- 
lière, et  ce  qu'à  coup  sûr  on  ne  peut  pas  expliquer  par  des  mythes  tirés 


8o  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques. 

du  ciel  étoile  ou  du  soleil  et  des  nuages,  c'est  la  peinture  remarquable- 
ment précise  des  détails.  On  y  trouve  les  renseignements  les  plus  cir- 
constanciés sur  les  pièces  qui  forment  un  habillement,  sur  la  couleur  d'un 
manteau^  sur  la  finesse  du  tissu  d'une  chemise  ;  on  y  apprend  en  quoi 
consistaient  les  ornements  et  la  parure,  ce  qui  constituait  la  richesse  ;  de 
quelles  armes  on  se  servait  ;  comment  on  célébrait  les  fêtes,  quelles 
étaient  l'architecture  et  la  disposition  d'une  salle,  quelles  habitudes 
régnaient  dans  les  solennités,  et  bien  d'autres  choses  encore.  En  ceci  il 
faut  remarquer  le  type  et  la  forme  consacrée  :  l'imagination  du  conteur 
ne  régnait  pas  sans  contrôle,  elle  était  soumise  à  des  formules  tradition- 
nelles, et  cette  circonstance  favorable  à  la  conservation  de  la  pensée 
ancienne  doit  augmenter  notre  confiance  dans  l'exactitude  du  tableau. 
Tandis  que  dans  presque  toute  l'Europe  les  peuples  changeaient  si  sou- 
vent de  séjour,  tandis  que  le  même  pays  recevait  dans  le  cours  des 
temps  mainte  et  mainte  couche  successive  de  populations  nouvelles,  la 
race  gaélique  est  demeurée  constamment  établie  en  Irlande.  Les  Irlan- 
dais sont  intimement  liés  au  sol  de  leur  île,  et  leur  légende  est  pleine  de 
noms  géographiques.  Tantôt  ce  sont  des  bois  et  des  prairies,  tantôt  une 
bruyère  et  un  marais,  tantôt  une  montagne  et  une  vallée,  tantôt  des 
fleuves  et  des  gués,  tantôt  des  châteaux,  des  villas  et  des  sortes  de 
villes,  qui  sont  désignés  par  leur  nom,  comme  étant  le  lieu  où  s'est 
passé  un  fait.  Et  voici  encore  un  nouveau  trait  qui  nous  fait  reconnaître 
l'âge  de  ces  légendes  :  beaucoup  de  noms  ont  été  remplacés  par  d'autres, 
dans  le  cours  des  siècles,  et  déjà  dans  les  plus  vieux  manuscrits  on  trouve 
souvent  le  nom  moderne  ajouté  à  l'ancien  comme  explication.  On  ne  peut 
pas  nier,  il  est  vrai,  que  beaucoup  de  ces  noms  aient  rapport  à  l'événement 
qui  a  dû  se  passer  dans  le  lieu  qu'ils  désignent,  et  l'on  se  demande  si  la 
légende  a  été  inventée  pour  expliquer  le  nom,  ou  si  le  nom  doit  sa  nais- 
sance à  la  légende. 

L'antique  tradition  irlandaise  a  encore  une  haute  importance  au  point 
de  vue  général,  et  cela  pour  diverses  raisons.  Nous  parlerons  tout  à 
l'heure  de  son  importance  pour  l'histoire  de  l'épopée.  Mais  nous  remar- 
querons ici  qu'elle  nous  fournit  un  tableau  d'ensemble  de  la  vie  antique 
des  Celtes  purs,  vie  sur  laquelle  nous  ne  possédons  par  ailleurs  que 
quelques  renseignements  isolés.  Le  tableau  général  que  Mommsen,  au 
II1«  volume  de  son  histoire  romaine,  a  tracé  de  la  civilisation  des  Celtes, 
et  spécialement  des  Gaulois,  se  trouve  confirmé  sur  beaucoup  de  points, 
mais  il  peut  encore  être  complété,  grâce  aux  sources  irlandaises,  et 
enrichi  d'un  grand  nombre  de  traits  propres  à  l'Irlande.  Ainsi,  il  est  peu 
question  d'agriculture,  dans  les  temps  même  les  plus  reculés  de  l'Irlande  : 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  8i 

la  chasse  et  l'élève  du  bétail  en  tiennent  lieu.  De  grands  troupeaux  de 
bœufs,  de  brebis,  de  pourceaux,  constituent  la  richesse,  en  même  temps 
que  les  habits,  les  armes,  les  parures  et  les  vases  de  toute  sorte. 

Mais  le  trésor  des  légendes  irlandaises  est  loin  de  comprendre  seule- 
ment celles  qui  parlent  du  roi  Conchobar  et  de  ses  contemporains.  Il  y  a 
des  légendes  sur  la  manière  dont  l'île  s'est  peuplée  peu  à  peu,  il  y  en  a 
sur  une  dernière  colonie  celtique  venue  d'Espagne,  il  y  en  a  encore  où 
l'élément  mythologique  est  prédominant.  Un  second  cycle  légendaire  va 
nous  occuper  désormais  :  c'est  celui  que  nous  pouvons  appeler  cycle  des 
Féniens,  ou  d'Ossian. 

Le  nom  d'Ossian  a  eu  un  jour,  en  Allemagne  même,  un  merveilleux 
retentissement.  Les  poèmes  publiés  par  l'écossais  Macpherson  ont  eu 
dans  la  seconde  moitié  du  siècle  dernier  une  influence  profonde  sur  le 
caractère  et  sur  le  goût  de  nos  poètes.  Je  me  contenterai  de  rappeler  les 
lignes  que  Gœthe  a  consacrées  à  Ossian  dans  «  les  souffrances  du  jeune 
Werther  ».  «  Ossian,  fait-il  écrire  à  son  héros,  a  dans  mon  cœur  sup- 
planté Homère.  Dans  quel  monde  ce  génie  me  transporte  !  Errer  sur  la 
bruyère,  à  la  lueur  de  la  lune,  au  souffle  du  vent  orageux,  qui  pousse  les 
esprits  des  ancêtres  planant  dans  les  vapeurs  du  soir...  »  etc.  La  légende 
irlandaise  n'a  pas  ce  ton  de  poésie  enchanteresse  ;  mais  tout  élément 
nouveau,  propre  à  jeter  du  jour  sur  la  nature  et  sur  l'origine  d'un  fait 
littéraire  de  cette  importance,  ne  peut  manquer  d'être  bien  accueilli. 

Les  poésies  ossianiques  de  Macpherson  parurent  d'abord  en  anglais  en 
1760,  62  et  63  ;  la  publication  du  texte  gaélique  n'eut  lieu  qu'en  1806. 
Les  manuscrits  dont  ce  dernier  a  dû  être  tiré  sont,  d'après  des  témoi- 
gnages précis,  restés  pendant  un  an  à  Londres  exposés  chez  l'éditeur  de 
la  traduction  anglaise  ;  mais  ils  ont  disparu  depuis  longtemps  sans  laisser 
de  traces.  Ce  n'est  pas  mon  dessein  d'entrer  dans  le  détail  de  cette  lutte 
acharnée  qui  s'éleva,  dès  l'apparition  de  la  traduction  anglaise,  au  sujet 
de  l'authenticité  des  poèmes  de  Macpherson.  En  général  ses  adversaires 
ont  eu  le  dessus  :  on  tient  le  texte  gaélique  pour  une  traduction  faite  après 
coup  sur  l'anglais,  et  les  plus  hostiles  regardent  Macpherson  comme  un 
imposteur,  qui  d'ailleurs  a  eu  l'habileté  de  revêtir  d'une  poésie  harmonieuse 
certains  sujets  de  traditions  populaires  en  Ecosse.  Mais,  d'un  autre  côté, 
la  cause  de  Macpherson  est  devenue  pour  l'Ecosse,  une  affaire  d'intérêt 
national.  Sous  ce  rapport  les  Irlandais  sont  leurs  adversaires,  et  leurs 
réclamations  violentes  ont  beaucoup  contribué  à  faire  tomber  l'Ossian  de 
Macpherson  dans  un  discrédit  à  peu  près  général. 

Les  Irlandais  prétendent  que  la  légende  d'Ossian  leur  appartient,  et 
ils  ont  raison  en  ce  sens  que  la  patrie  propre  à  cette  légende  est  l'Ir- 
Rev.  Ceh.  V  (5 


82  Vancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques. 

lande  ;  c'est  elle,  en  tout  cas,  qui  en  a  les  sources  les  plus  anciennes. 

Les  événements  historiques  qui  sont  le  fonds  de  la  légende  d'Ossian 
tombent,  d'après  le  calcul  irlandais,  dans  l'intervalle  des  années  174  et 
285  après  J.  C,  et  sont  compris  entre  deux  batailles  dont  il  est  déjà  fait 
mention  dans  les  plus  anciens  manuscrits  irlandais,  qui  datent  du  com- 
mencement et  du  milieu  du  xu^  siècle.  Nous  ferons  bien  toujours  de  ne 
pas  avoir  foi  dans  l'exactitude  absolue  des  dates  indiquées  ;  mais  la  chro- 
nologie relative  des  Irlandais  porte  encore  ici  l'empreinte  de  la  vérité  : 
Pépoque  d'Ossian  est  postérieure  à  celle  de  Conchobar  et  de  Cuchulinn, 
mais  elle  a  cependant  précédé  l'introduction  du  christianisme  en  Irlande. 

D'après  la  tradition  du  pays,  l'Irlande  formait  un  seul  royaume  sous 
l'autorité  du  roi  de  Tara  (Temair  en  vieil  irlandais  1.  On  fait  remonter  à 
la  plus  vénérable  antiquité  la  série  de  ces  chefs  suprêmes,  qui  étaient 
élus  par  les  rois  des  différentes  provinces  (mais  non  pas  toujours  parmi 
eux,  à  ce  qu'il  semble).  Toutefois  les  interrègnes  n'ont  pas  manqué,  et 
dans  la  légende  du  Tdin  Bô  Cûalgne^  par  exemple,  il  est  peu  ou  point 
question  de  cette  haute  dignité. 

Le  121''  roi  suprême  fut  Conn  Ceîchaîhach,  c'est-à-dire  «  aux  cent 
combats  o.  Il  avait  un  druide  dont  la  fille,  nommée  Murni,  était  fort 
belle.  Le  roi  suprême  avait  à  ses  côtés  son  oncle  Cumall,  chef  de  ces 
troupes  remarquables  qui  sont  connues  sous  le  nom  aujourd'hui  fameux 
àeFéniens.  Cumall  brigua  la  main  de  la  belle  Murni,  et  l'enleva  de  force, 
après  avoir  essuyé  un  refus  de  son  père.  Celui-ci  demande  satisfaction 
au  roi  Conn,  qui  intime  au  coupable  l'ordre  de  rendre  la  jeune  fille,  ou 
de  quitter  l'Irlande.  Cumall  refuse  d'obéir.  Un  combat  s'engage  à  Cnu- 
cha  entre  les  partisans  du  roi  suprême  et  ceux  de  Cumall  ;  celui-ci  est 
vaincu  et  tué  par  GoU  mac  Morna.  Murni,  repoussée  par  son  père,  qui 
veut  la  brûler,  se  réfugie  chez  sa  sœur  et  met  au  monde  un  fils,  Finn 
mac  Cumaill.  Lorsque  Finn  fut  devenu  grand,  il  demanda  et  obtint  satis- 
faction pour  la  mort  de  son  père.  Mais  malgré  la  paix  jurée,  il  demeura 
une  hostilité  sans  cesse  renaissante  entre  la  race  de  Cumall  et  le  Clan 
Morna,  à  qui  appartenait  Goll,  le  meurtrier  de  Cumall. 

Ce  récit  est  connu  sous  le  nom  de  «  la  cause  de  la  bataille  de  Cnu- 
cha  »,  et  il  se  trouve  dans  un  manuscrit  [Lebor  na  huidre)  qui  a  été  écrit 
vers  Pan  1 100.  Finn  parait  ici  avec  un  caractère  historique,  sans  exagé- 
ration fantastique,  sans  addition  d'éléments  mythologiques.  Il  succéda  à 
son  père  Cumall  dans  le  commandement  des  Féniens.  Ceux-ci  formaient 
en  Irlande  une  armée  nationale  permanente,  destinée  à  l'origine  à  sou- 
tenir la  puissance  royale,  et  à  défendre  Tîle  des  invasions  ennemies. 
Leur  nom  irlandais  eslfiann,  ou  au  plnrkifianna  ;  car  chaque  territoire  ou 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  8j 

province  avait  son  contingent.  En  dehors  des  combats,  l'occupation  favo- 
rite des  Féniens  était  la  chasse.  Partout  dans  le  pays  se  trouvaient  des 
cabanes  où  les  chasseurs  pouvaient  passer  la  nuit,  et  beaucoup  des  aven- 
tures qu'on  raconte  de  Finn  lui  arrivèrent  dans  ses  parties  de  chasse. 
Parmi  les  récits  romantiques  qui  se  rapportent  à  cette  époque,  un  des 
plus  intéressants  est  la  poursuite  de  Diarmuid  et  de  Grainne  par  Finn. 
A  un  âge  déjà  avancé,  Finn  avait  voulu  épouser  Grainne,  fille  du  roi 
Cormac.  Mais  celle-ci  eût  préféré  un  jeune  homme,  et  elle  força  le 
beau  Diarmuid,  un  des  Féniens,  par  une  incantation  à  laquelle  il  dut 
obéir,  de  s'enfuir  avec  elle.  Finn  et  ses  soldats  les  poursuivent  ;  les 
aventures  s'enchaînent  les  unes  aux  autres,  tout  l'intérêt  se  porte  sur 
Diarmuid,  mais  il  est  tué  par  un  sanglier,  en  présence  de  Finn  qui  eût 
pu  le  sauver. 

Les  récits  des  aventures  de  Finn  et  des  Féniens  ont  incontestablement 
un  caractère  plus  moderne  que  les  légendes  de  Cuchulinn  et  de  Concho- 
bar,  avec  lesquelles  ils  ne  se  mêlent  même  pas  de  nos  jours  en  Irlande. 
Ainsi,  Finn  ne  paraît  jamais  sur  un  char  de  bataille  :  ils  avaient  disparu 
de  son  temps,  et  on  ne  lui  en  a  même  pas  imaginé  un.  Tandis  que  les 
récits  qui  concernent  Conchobar,  Cuchulinn,  Medb,  ont  déjà  dans  les 
plus  anciennes  sources  un  caractère  légendaire,  les  plus  vieux  récits  sur 
Finn  ont  plutôt  l'air  historique  et  n'offrent  rien  de  fantastique.  Mais 
l'imagination  du  peuple  irlandais  s'est  emparée  aussi  de  cette  matière,  et 
nous  retrouvons  ici  encore,  dans  les  innombrables  récits  et  poèmes  sur 
Finn  et  les  Féniens,  cette  vivacité  du  génie  celtique,  cet  art  du  conteur 
qui  tire  son  principal  effet  de  la  représentation  sensible  des  détails. 

Celui  qui  n'étudie  Finn  que  dans  les  récits  romantiques  des  âges  sui- 
vants peut  avoir  la  pensée  de  le  considérer  comme  une  figure  mythique, 
car  on  lui  attribue  des  forces  surhumaines,  et  des  idées  d'une  provenance 
mythologique  irrécusable  ont  pénétré  dans  sa  légende.  Mais  c'est  seule- 
ment là,  pour  le  peuple  irlandais,  une  façon  d'illustrer  les  héros  et  les 
événements  d'un  passé  qu'il  aimait.  Finn  n'est  devenu  qu'après  Cuchu- 
linn et  Conchobar  un  héros  favori  du  peuple  irlandais  ;  il  est  même  à 
remarquer  que  certains  traits  du  plus  ancien  cycle  ont  été  reportés  sur 
Finn  et  ses  héros  les  Féniens.  C'est  ainsi  qu'il  y  a  un  récit  des  actions  de 
l'enfance  de  Finn,  comme  nous  avons  vu  qu'il  y  en  a  un  sur  CuchuHnn. 

Ce  qui  caractérise  le  mieux  l'époque  de  Finn,  ce  sont  les  fianna.  La 
force  ne  réside  plus  exclusivement  dans  quelque  héros  privilégié,  comme 
au  temps  héroïque  proprement  dit,  mais  bien  dans  ce  corps  des  Féniens. 
L'admission  à  cette  compagnie  était  subordonnée  à  certaines  conditions. 
L'aspirant  au  titre  de  Fénien  devait  pouvoir  composer  un  chant  de  guerre 


84  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiqaes. 

{rose  catha)  ;  il  devait  montrer,  dans  des  épreuves  difficiles,  son  habileté 
au  maniement  des  armes  ;  il  devait  courir  parfaitement  et  se  défendre  en 
courant,  glisser  en  un  instant  sous  les  branches  d'arbres  peu  élevés, 
sauter  légèrement  des  obstacles  à  hauteur  de  poitrine  ;  il  fallait  de  plus 
que  sa  longue  chevelure  fût  tressée  de  telle  sorte  qu'elle  ne  se  prît  jamais 
aux  branches  et  aux  taillis  ;  qu'il  pût  tenir  sa  lance  d'une  main,  par 
l'extrémité  inférieure,  sans  trembler,  et  se  tirer  une  épine  du  pied,  tout 
en  courant  et  en  combattant  ;  enfin,  il  devait  jurer  à  son  chef  une  obéis- 
sance aveugle. 

Les  privilèges  des  Féniens,  tels  que  Finn  passe  pour  les  avoir  défini- 
tivement obtenus,  ne  sont  pas  moins  curieux.  Toute  chasse  leur  appartenait; 
celui  qui,  sans  faire  partie  des  Féniens^  tuait  un  cerf,  devait  leur  donner 
un  bœuf  à  la  place  ;  et  une  vache  à  lait,  s'il  tuait  un  chevreuil.  Personne 
ne  pouvait  donner  une  fille  en  mariage,  avant  d'avoir  demandé  par  trois 
fois  si  un  Fénien  la  voulait;  et  s'il  s'en  présentait  un,  il  avait  la  préfé- 
rence. 

Le  pays  devait  souffrir  gravement  d'une  pareille  oppression,  et  nous 
comprenons  que  l'arrogance  des  Féniens  soit  devenue  insupportable  aux 
rois  eux-mêmes  ;  c'est  ce  qui  amena  la  catastrophe.  Carbre,  roi  suprême 
d'Irlande,  maria  sa  fille  au  fils  d'un  petit  roi,  sans  faire  l'appel  aux  Féniens. 
A  cette  nouvelle,  ceux-ci,  alors  sous  la  conduite  d'Ossfn,  fils  de  Finn,  en 
appelèrent  à  leurs  privilèges,  et  réclamèrent  une  réparation.  Carbre,  irrité 
au  plus  haut  point,  résolut  alors  de  faire  aux  Féniens  une  guerre  à  mort. 
Ceux-ci  étaient  divisés  :  les  Féniens  de  Leinster  seuls,  sous  Ossin,  fils  de 
Finn,  bravaient  l'autorité  du  roi,  tandis  que  leurs  anciens  rivaux,  les 
Clanna  Morna  du  Connaught,  étaient  de  son  parti.  A  Gabar  se  livra  un 
combat  terrible,  qui  finit  par  la  destruction  complète  des-  Féniens.  Du  côté 
du  roi,  les  pertes  ne  furent  guère  moins  considérables.  Carbre  lui-même 
et  Oscar,  fils  d'Ossfn,  tombèrent  dans  un  combat  singulier.  Une  pierre 
avec  inscription  oghamique  fut  placée  en  ce  lieu,  d'après  une  courte  poé- 
sie ossianique  qui  se  trouve  dans  le  livre  de  Leinster,  célèbre  manuscrit 
appartenant  au  milieu  du  xii*^  siècle. 

Mais  par  la  bataille  de  Gabar  la  force  militaire  de  l'Irlande  se  trouvait 
brisée.  Une  centaine  d'années  plus  tard,  saint  Patrice  arrivait  en  Irlande, 
et  bientôt  commence  pour  cette  île  la  période  florissante  du  christianisme. 

Parmi  les  derniers  Féniens  qui  survécurent  à  la  bataille  de  Gabar,  se 
trouve  en  premier  lieu  Ossin,  fils  de  Finn.  Il  est  facile  de  reconnaître 
que  ce  qu'on  raconte  de  lui  ensuite  est  un  produit  de  l'imagination 
poétique  du  peuple  irlandais.  D'après  une  version,  Ossin  vécut  avec  un 
compagnon  beaucoup  au  delà  des  limites  de  la  vie  humaine,  et  tous  deux 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  85 

dans  leur  extrême  vieillesse  virent  les  débuts  de  saint  Patrice.  D'après 
une  autre  version,  à  l'arrivée  de  l'apôtre  en  Irlande,  Ossi'n  demeurait 
déjà  depuis  longtemps  dans  la  terre  de  la  jeunesse,  élysée  des  Irlandais 
païens,  où  un  jour  une  belle  femme  l'avait  enlevé  sur  un  blanc  coursier. 
Mais  Ossi'n  fut  alors  pris  d'un  vif  désir  de  revoir  Erin  et  les  Féniens.  Sur 
sa  prière  on  lui  permet  d'aller  visiter  le  théâtre  de  ses  anciens  exploits, 
mais  malheur  à  lui  s'il  descend  du  blanc  coursier,  ou  que  son  pied  touche 
la  terre  !  Ossi'n  trouve  tout  changé  sur  la  terre  ;  enfin  il  aperçoit  une 
foule  de  gens  qui  s'efforcent  en  vain  de  remuer  une  grande  pierre.  Il  veut 
leur  aider^  voilà  que  ses  pieds  touchent  le  sol,  et  soudain  son  coursier 
a  disparu,  et  lui-même  est  un  vieillard  faible  et  aveugle,  qui  ne  peut 
plus  revenir  dans  la  terre  de  la  jeunesse  !  L'enlèvement  d'Ossin  par  une 
fée  est  un  de  ces  traits  mythiques  qui  faisaient  partie  du  bagage  fantas- 
tique des  conteurs,  et  qui,  emprunté  aux  plus  anciennes  légendes,  ont 
servi  à  en  créer  de  nouvelles  aux  nouveaux  favoris  du  peuple. 

Ossin  mis  en  rapport  avec  saint  Patrice,  c'est  là  une  pensée  poétique 
et  féconde  qui  a  donné  naissance  à  un  genre  particuHer  de  poèmes,  dia- 
logues entre  ces  deux  représentants  d'époques  si  différentes.  Saint 
Patrice  se  fait  peindre  par  Ossin  la  splendeur  de  ses  jeunes  années,  et  il 
cherche  de  son  côté,  du  moins  dans  beaucoup  de  ces  poèmes,  à  conver- 
tir le  vieillard  brisé  par  l'âge.  Dans  d'autres  poèmes,  Ossin  parle  seul, 
et  il  n'y  a  que  le  début  qui  indique  que  son  discours  doit  s'adresser  à 
saint  Patrice.  Toutes  ces  poésies  sont  plus  ou  moins  de  parti  pris,  il  y 
règne  une  teinte  mélancoHque  dans  la  peinture  de  l'éclat  passé  des  jours 
d'autrefois.  Nous  pouvons  sentir  dès  maintenant  sur  quoi  s'appuie  la 
gloire  poétique  d'Ossin  :  sur  une  fiction  poétique  qui  dans  le  cours  des 
temps  a  été  prise  pour  une  réalité.  Ossin  ou  Ossian  n'était  originairement 
ni  plus  ni  moins  poète  que  tout  autre  de  ses  contemporains. 

Cependant  le  rôle  qui  est  échu  à  Ossin,  comme  représentant  des  temps 
anciens  vis-à-vis  de  saint  Patrice,  ne  suffit  pas  à  tout  expliquer.  Le 
savant  irlandais  O'Curry  a  le  premier  attiré  l'attention  sur  un  certain 
nombre  de  poésies  isolées  qui  appartiennent  à  ce  cycle  légendaire,  et  qui 
se  trouvent  dans  divers  manuscrits  anciens.  Circonstance  remarquable, 
la  plupart  de  ces  poésies  sont  attribuées,  non  pas  à  Ossin,  mais  à  Finn 
lui-même.  Il  ne  suffit  pas  ici  de  rappeler  ce  fait,  que  les  Féniens  en 
général  ont  dû  cultiver  la  poésie  ;  il  faut  plutôt  considérer  ici  une  parti- 
cularité importante  dans  la  forme  extérieure  de  la  légende  irlandaise. 

Les  Irlandais  n'ont  pas  composé  de  grande  épopée  nationale,  bien  que 
les  matériaux  les  plus  convenables  s'en  soient  trouvés  en  abondance  et 
aient  même  été  travaillés  en  détail.  Mais  pour  expliquer  la  naissance  de  ce 


86  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  I 

genre  de  poème  la  littérature  irlandaise  est  d'une  haute  valeur  ;  car  ici  nous 
trouvons,  réel  et  saisissable,  un  premier  degré  d'épopée  :  une  foule  de 
légendes  détachées,  mais  qui  se  groupent  plus  ou  moins  étroitement 
entre  elles,  sans  former  pourtant  d'unité  fortement  constituée.  Ces 
légendes  sont  des  récits  en  prose,  mais  au  milieu  de  cette  prose  nous 
trouvons  insérés  des  morceaux  de  poésie  qui  feront  les  premiers  éléments 
d'une  rédaction  poétique,  jusque  dans  la  forme,  de  ces  mêmes  légendes.  Il 
ne  faudrait  pas  croire  qu'un  morceau  ait  été  versifié  un  beau  jour,  et  que  le 
morceau  suivant  n'ait  pas  trouvé  d'amateur  qui  le  mît  en  œuvre  :  cette 
poésie  n'a  pas  été  faite  ainsi  «  à  la  tâche  « . 

Ce  sont  plutôt  les  éléments  lyriques  et  dramatiques  de  la  légende, 
les  discours,  monologues  et  dialogues,  qui  ont  attiré  tout  d'abord 
l'art  du  poète.  Ces  discours  en  vers  affectent  des  formes  variées  :  tantôt 
c'est  une  conversation  vers  par  vers,  tantôt  des  poésies  plus  étendues  ; 
tantôt  ils  sont  en  style  simple,  tantôt  ils  emploient  des  mots  relevés 
et  sonores.  Parfois  ils  se  multiplient  tellement,  que  le  récit  en  prose 
disparaît  presque  en  entier,  et  qu'il  ne  manque  que  la  forme  poétique 
aux  récits  qui  servent  d'introduction  à  ces  chants,  pour  faire  de  l'en- 
semble un  poème  épique.  Mais  ce  dernier  pas  n'a  jamais  été  fait  en 
Irlande.  Nulle  part  on  ne  reconnaît  plus  clairement  ce  fait,  que  seule  la 
versification  du  simple  récit  des  événements  achève  de  donner  à  l'épopée 
sa  forme  essentielle. 

Les  noms  des  poètes  à  qui  nous  devons  ces  poésies  qui  font  partie 
intégrante  de  l'ancienne  légende  irlandaise,  sont  à  jamais  perdus.  Nous 
voyons  bien  que  dans  les  légendes  mêmes  il  est  fait  souvent  mention  de 
poètes  fameux,  de  leur  talent,  de  l'étendue  de  leur  mémoire  (car  ils 
étaient  en  même  temps  chargés  du  dépôt  de  la  tradition)  ;  mais  c'est 
seulement  dans  les  temps  plus  récents  que  les  poètes  se  présentent  en 
personne,  avec  leurs  œuvres,  devant  la  postérité.  La  condition  des 
anciens  poètes,  le  crédit  dont  ils  jouissaient  en  Irlande,  nous  sont  connus 
mieux  peut-être  que  pour  aucun  autre  peuple  ;  mais  leur  personnalité 
comme  individus  n'a  point  passé  jusqu'à  nous.  Ce  caractère  anonyme 
des  poésies  s'explique  par  l'intérêt  naïf  que  poètes  et  auditeurs  pre- 
naient à  la  légende  et  à  son  sujet.  Cependant,  pour  une  époque  naive, 
ces  poésies  n'étaient  pas  anonymes,  car  elles  se  trouvent  intercalées 
dans  les  légendes  de  telle  sorte  qu'elles  sont  mises  dans  la  bouche 
des  personnages  eux-mêmes.  A  chaque  instant  nous  rencontrons  la 
formule  «  alors  chanta  »  ou  bien  «  alors  parla  «  Cuchulinn,  Fergus^ 
Medb,  ou  tout  autre  personnage.  Et  c'est  de  la  même  façon  qu'il 
faut  entendre  ces  poésies  qui,  dans  quelques  anciens  manuscrits  irlan- 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  87 

dais ,  sont  attribuées  à  Finn ,  à  Ossin  ou  à  d'autres ,  sous  des 
rubriques  comme  Ossi'n  ou  Finn  cecinit.  Ils  appartiennent  proprement 
à  un  récit,  ou  du  moins  ils  ont  besoin  d'une  introduction  qui  explique 
à  quelle  occasion  Finn  ou  Ossin  ont  dû  prononcer  ces  paroles.  Ces 
poésies  ont  des  pissages  très  obscurs  pour  nous,  parce  qu'elles  con- 
tiennent des  rapports  et  des  allusions  que  la  connaissance  de  la  légende 
entière  pourrait  seule  rendre  intelligibles.  Sous  ce  rapport  les  poésies 
ossianiques  déjà  mentionnées,  et  qui  se  composent  d'un  dialogue  entre 
Ossin  et  saint  Patrice,  forment  un  genre  à  part.  Le  récit  qui  leur  sert  de 
cadre  demeure  toujours  le  même,  et  se  réduit  à  ceci  :  Ossin  parle  à  saint 
Patrice  d'un  passé  lointain.  La  circonstance  dans  laquelle  le  personnage 
d'Ossin  est  introduit  n'a  donc  aucun  rapport  avec  les  sujets  mêmes  dont 
il  parle.  Ces  récits  poétiques  peuvent,  par  conséquent,  être  complets  par 
eux-mêmes,  sans  avoir  besoin  du  secours  de  ce  qui  les  précède;  aussi 
les  poésies  de  ce  genre  ont-elles  pris  un  caractère  plus  indépendant,  et 
elles  peuvent  se  comparer  à  des  chants  épiques.  Or,  c'est  de  ces  poésies^ 
qui  dans  la  légende  sont  mises  dans  la  bouche  du  personnage  Ossin ^  que  sont 
sorties  peu  à  peu  la  gloire  et  la  figure  poétiques  d'Ossian.  Ce  qu'on  lui  met 
dans  la  bouche  a  été  en  réalité  composé  par  un  poète  anonyme,  et  dans 
la  suite  des  temps  on  l'a  considéré  comme  son  œuvre. 

L'ancienne  littérature  indoue  nous  offre  un  très  intéressant  phéno- 
mène historique  analogue  à  celui  qui  nous  occupe.  Les  Brâhmanas  con- 
tiennent beaucoup  de  légendes  racontées  en  prose,  mais  où  s'introduisent 
assez  souvent  des  poésies  connues  sous  le  nom  de  gâthâs.  C'est  encore 
ici  un  commencement  de  poésie  épique.  Ces  gâthâs  sont  également  des 
discours,  monologues  ou  dialogues,  qui,  comme  ces  poésies  irlandaises, 
sont  mises  dans  la  bouche  des  principaux  personnages  de  la  légende.  Je 
rappellerai  seulement  les  légendes  de  Hariçcandra  et  de  ÇunaAçepa,  au 
VII''  livre  de  l'Aitareyabrâhmana.  Il  y  a  plus.  Au  X*"  livre  du  Rigvéda  se 
trouve  une  poésie  qui  consiste  en  un  dialogue  entre  l'Apsaras  Urvaçî  et 
Purûravas.  Elle  y  est  à  peine  intelligible,  parce  qu'elle  est  détachée  de 
son  cadre  ;  nous  la  comprenons  mieux  au  XI^  livre  du  Çatapathabrâh- 
ma«a,  où  les  mêmes  vers  se  retrouvent,  mais  au  milieu  d'une  légende  à 
laquelle  ils  doivent  se  rapporter.  En  tout  cas,  ce  sont  des  vers  mis  dans 
la  bouche  de  Purûravas  et  d'Urvaçî.  Eh  bien  !  partant  de  là,  la  science 
indoue  a,  dans  la  suite,  fait  de  ces  deux  personnages  les  auteurs  de 
cette  composition.  C'est  exactement  la  façon  dont  Ossian  est  devenu 
poète  et  auteur  de  tant  d'ouvrages  ! 

Nous  sommes  jusqu'ici  restés  exclusivement  sur  le  terrain  irlandais,  en 
traitant  de  la  légende  d'Ossian  ;  il  est  temps  d'en  venir  à  l'Ecosse.  La 


88  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques. 

légende  a  eu  la  même  destinée  dans  ce  pays,  bien  qu'on  n'y  aime  pas  à 
entendre  cette  vérité.  Il  semble  que  les  prétentions  écossaises  triomphent 
par  le  fait  qu'un  manuscrit  écossais  des  premières  années  du  xvi''  siècle 
(  1 5 1 2  environ),  le  livre  du  Doyen  de  Lismore,  prouve  l'existence  de  poé- 
sies ossianiques  en  Ecosse  dès  cette  époque.  Mais  d'un  autre  côté  la 
plupart  de  ces  poésies  mêmes  du  livre  du  Doyen  de  Lismore  témoignent 
évidemment  d'une  origine  irlandaise,  et  l'on  doit  s'étonner  que  Skene, 
dans  sa  préface,  n'avoue  pas  le  fait  d'une  façon  plus  franche  et  plus 
catégorique.  Ici  nous  trouvons  les  dialogues  d'Ossian  avec  saint  Patrice, 
apôtre  de  l'Irlande  ;  mainte  et  mainte  fois  l'Irlande,  ou  une  de  ses  pro- 
vinces, est  nommée  comme  le  théâtre  des  événements  ;  et  nous  retrou- 
vons ces  mêmes  personnages  que  nous  avons  déjà  vus  figurer  comme 
héros  de  la  légende  irlandaise.  Il  y  a  un  petit  trait  d'un  intérêt  tout  par- 
ticulier, qui  nous  rend  parfaitement  sensible  cette  transformation  d'Ossin, 
personnage  que  la  légende  fait  parler  en  vers,  en  un  poète  réel.  L'ex- 
pression amphibologique  des  vieilles  poésies  irlandaises,  Ossin  ou  Finn 
cecinit,  a  été  remplacée  sans  plus  de  façon,  dans  ce  manuscrit  écossais, 
par  «  a  houdir  so  Ossin  »,  c'est-à-dire  auctor  hujus  Ossin.  Conall  Cernach, 
héros  de  l'ancien  cycle  légendaire,  uni  étroitement  à  Cuchulinn  dans 
beaucoup  de  légendes,  se  trouve  également  cité,  dans  le  recueil  écossais, 
comme  l'auteur  d'une  poésie.  La  légende  lui  avait  mis,  à  lui  aussi,  assez 
souvent  des  poésies  à  la  bouche,  et  c'est  ainsi  que,  comme  nous  le 
voyons,  il  a  subi  le  même  sort,  et  s'est  trouvé  rangé  au  nombre  des  poètes. 
La  gloire  poétique  d'Ossin  ou  d'Ossian  n'est  en  aucune  façon  mieux  fondée 
que  celle  de  Connall.  Et  même  dans  l'ancienne  légende  des  Finnians,  leur 
poète  en  titre  n'est  pas  Ossin,  mais  bien  Fergus,  autre  fils  de  Finn. 
Comment  se  fait-il  donc  qu'Ossin  soit  cependant  devenu  si  exclusivement 
le  poète  du  passé  ?  Nous  le  répétons,  c'est  qu'il  survécut  à  la  bataille  de 
Gabar,  qui  mit  fin  pour  ainsi  dire  à  l'ancien  temps,  dont  il  parle  comme 
le  dernier  témoin.  Il  faut  bien  remarquer  (et  ceci  est  étroitement  lié  au 
caractère  primitif  d'Ossin)  qu'il  ne  raconte  que  des  événements  qui  se 
sont  passés  de  son  temps,  et  jamais  d'événements  antérieurs.  C'est  seu- 
lement dans  Macpherson  que  nous  trouvons  (ce  qui  ne  témoigne  pas  en 
faveur  de  l'antiquité  de  ses  poèmes)  Ossian  parlant  de  Cuchulinn,  dont  il 
fait,  il  est  vrai,  son  contemporain,  au  grand  scandale  des  Irlandais.  Mais 
Ossin  n'était  pas  le  seul  dernier  représentant  des  Féniens  ;  un  autre  sur- 
vécut avec  lui  à  la  bataille  de  Gabar.  Nous  trouvons  donc  çà  et  là  celui-ci 
qui  nous  conte  le  passé,  mais  Ossin  le  rend  peu  nécessaire,  car  à  quoi 
bon  deux  conteurs  des  mêmes  choses  ?  Quant  à  Finn,  à  qui  les  anciens 
manuscrits  irlandais  mettent  plus  de  poésies  à  la  bouche  qu'à  Ossin,  il 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiqaes.  89 

était  mort  avant  la  bataille  de  Gabar  ;  on  ne  pouvait  donc  lui  faire  jouer 
le  rôle  d'un  vieillard  racontant  ses  exploits. 

Il  n'y  eut  pas  de  tentative  sérieuse  pour  développer  une  figure  poétique 
dans  le  premier  cycle  légendaire.  Fergus  avant  tout  autre  s'y  fût  prêté  ;  et 
voici,  en  effet,  un  trait  qu'on  a  inventé  à  son  égard.  Les  poètes  et  les 
savants  de  l'Irlande  s'étaient  assemblés,  au  vi''  siècle,  pour  reconstituer, 
en  réunissant  leurs  efforts,  l'histoire  du  Tain,  qu'aucun  ne  connaissait 
plus  en  entier.  Tout  à  coup  Fergus  paraît  :  il  arrive  du  pays  de  la  jeu- 
nesse, et  il  raconte  tout  comme  cela  s'est  passé. 

Nous  sommes  maintenant  suffisamment  préparés  à  observer  la  brillante 
apparition  des  poèmes  ossianiques  de  Macpherson.  Celui  qui  n'en  con- 
naît pas  le  sujet  par  d'autres  documents,  et  qui  se  livre  simplement  à 
leur  impression,  doit  les  trouver  beaux  en  eux-mêmes.  Mais  pour  qui 
connaît  l'ancienne  légende  irlandaise,  et  veut  ensuite  leur  comparer  ces 
poèmes,  toutes  ses  idées  sont  bouleversées  :  il  croit  regarder  dans  un 
kaléidoscope,  où  un  simple  tour  de  main  a  tout  brouillé,  et  avec  les 
mêmes  éléments  composé  un  assemblage  bizarre  de  figures  nouvelles. 
C'est  à  peine  si  le  père  et  le  fils  restent  ensemble  :  des  hommes  et  des 
faits  d'époques  différentes  se  rapprochent,  l'ennemi  devient  ami,  l'Irlan- 
dais devient  Écossais,  dans  les  noms  des  syllabes  disparaissent  arbitrai- 
rement, ou  au  contraire  de  nouveaux  éléments  s'y  ajoutent. 

Tous  ces  changements  à  vue  se  remarquent  aisément  dans  le 
grand  poème  de  Temora,  composé  de  huit  chants  assez  longs.  Les 
Écossais  admettent  eux-mêmes,  ici,  que  la  scène  se  passe  en  Irlande  : 
nous  avons  donc  le  droit  incontestable  de  regarder  la  tradition  irlandaise, 
plus  vieille  de  plusieurs  siècles,  comme  plus  rapprochée  de  la  vérité. 
Dans  cette  tradition,  Carbre  est  le  fils  de  Cormac,  et  lui  succède  après 
sa  mort  sur  le  trône  de  l'Irlande.  Chez  Macpherson,  ils  sont  de  race  tout 
à  fait  distincte,  et  Cairhar  (c'est  ainsi  qu'on  le  nomme)  monte  sur  le 
trône  après  avoir  assassiné  Cormac.  Dans  la  légende  irlandaise,  Finn  est  le 
chef  des  Féniens;  chez  Macpherson  Finn  ou  Fingal  est  un  roi  d'Ecosse. 
Dans  la  légende  irlandaise,  c'est  l'arrogance  des  Féniens  qui  les  fait  se 
battre  contre  le  roi  d'Irlande,  sous  les  ordres  d'Ossi'n,  fils  de  Finn,  et 
d'Oscar,  fils  d'Ossin  ;  dans  Macpherson,  une  parenté  avec  le  roi  Cormac 
(parenté  qui  repose  uniquement  sur  une  confusion  de  noms)  amène  une 
attaque  du  roi  d'Ecosse  Finn  contre  le  meurtrier  Cairbar  (en  irlandais 
Carbre).  Du  caractère  original  de  la  bataille  de  Gabar,  qui  amena  l'anéan- 
tissement des  Féniens^  il  ne  reste  plus  trace.  Il  y  a  même  un  chan- 
gement de  nom  :  cette  bataille  se  livre  sur  la  bruyère  de  Moilena,  qui, 
en  Irlande,  est  le  théâtre  d'une  autre  bataille.  Un  trait  seul  concorde  : 


\ 


90  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiqu.es. 

Cairbar  et  Oscar  périssent  de  la  main  l'un  de  l'autre.  Mais  en  Irlande 
cette  mort  des  chefs  met  fm  à  une  grande  bataille  ;  dans  Macpherson, 
au  contraire,  Cairbar  invite,  avant  le  combat,  Oscar  à  une  fête  où  il 
l'attaque  traîtreusement,  et  où  il  trouve  lui-même  la  mort. 

Ce  qui  précède  peut  donner  quelque  idée  du  rapport  qu'il  y  a  entre 
les  faits  contenus  dans  les  poèmes  de  Macpherson  et  ceux  de  la  légende 
irlandaise.  Une  des  principales  divergences,  c'est  que  les  Écossais  récla- 
ment comme  leur  propriété  Finn  et  sa  race,  et  par  conséquent  la  figure 
poétique  d'Ossfn.  Il  y  a  d'autres  héros  à  qui  la  légende  écossaise,  à  qui 
Macpherson  a  laissé  leur  première  nationalité  irlandaise  ;  mais  TÉcosse 
réclame  Finn,  Ossian  et  Oscar,  et  ne  veut  pas  s'en  dessaisir.  Tout  ce 
que  nous  pouvons  accorder,  c'est  que  la  légende  de  Finn  a  été  cultivée 
avec  amour  dans  les  Highlands  d'Ecosse,  comme  si  elle  eût  été  vraiment 
fille  du  pays,  et  que  cette  légende  a  reçu  chez  Macpherson  une  forme 
particulière,  fort  éloignée  de  la  forme  irlandaise  ;  mais  elle  l'a  reçue  cer- 
tainement par  suite  d'une  transformation  graduelle  ou  d'un  travail 
réfléchi. 

La  figure  poétique  de  l'aveugle  Ossian  est  devenue  l'orgueil  de 
l'Ecosse.  Dans  la  plupart  des  poèmes  de  Macpherson,  Ossian  se  présente 
à  nous  dès  l'abord  comme  le  chanteur  de  la  poésie,  qui  se  déroule  d'une 
manière  saisissante  à  mesure  que  le  souvenir  des  anciens  jours  lui  revient. 
Un  trait  qui,  à  ma  connaissance,  ne  se  trouve  pas  en  Irlande,  c'est  qu'il 
adresse  assez  souvent  ses  paroles  à  Malvina  {jnala  mhin,  sourcil  uni,  beau 
sourcil)  qui  est  représentée  comme  servant  de  guide  au  vieil  aveugle.  On 
lui  donne  pour  père  Toscur  et  pour  amant  Oscur,  mais  ici  sans  doute 
une  personne  a  été  dédoublée  :  le  /  qui,  d'après  les  règles  phonétiques 
du  gaélique,  se  joint  après  certains  mots  à  la  voyelle  initiale  du  mot  sui- 
vant, a  été  regardé  comme  faisant  partie  du  nom  lui-même.  Nous  trou- 
vons aussi  que  dans  Macpherson  Ossian  s'adresse  à  plusieurs  reprises  à 
un  missionnaire  chrétien  ;  il  ne  manque  que  le  nom  de  saint  Patrice. 
Conformément  à  la  tradition  irlandaise,  Ossian  raconte,  le  plus  souvent 
du  moins,  et  sur  un  mode  mélancolique,  les  événements  d'un  passé  qu'il 
a  connu  par  lui-même. 

Mais  que  disent  à  leur  tour  les  Ecossais  des  prétentions  irlandaises .? 
Us  n'en  connaissent  pas  toute  la  valeur.  Je  n'en  veux  pour  exemple  que 
la  manière  dont  un  homme  aussi  éminent  que  Skene  s'est  exprimé  dans 
son  introduction  au  livre  du  Doyen  de  Lismore.  Il  ne  conteste  pas  que 
Finn  et  Ossi'n  soient  vivants  aussi  dans  la  légende  irlandaise,  mais  il  se 
méprend  sur  l'âge  et  la  valeur  de  celle-ci,  et  cherchant  un  compromis, 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  91 

il  regarde  les  figures  de  Finn  et  d'Ossin  comme  une  propriété  commune 
aux  Gaëls  d'Ecosse  et  d'Irlande.  Les  Écossais  posséderaient  donc  la 
légende  de  Finn  par  une  tradition  indépendante  de  l'Irlande.  Mais  ceci 
n'est  point  exact  ;  la  légende  écossaise  se  rattache  évidemment  à  la 
légende  irlandaise,  les  légendes  et  les  poésies  irlandaises  ont  passé  d'Ir- 
lande en  Ecosse,  comme  l'avait  fait  aussi,  vraisemblablement,  la  popula- 
tion elle-même  ;  et  quoique  les  Gaëls  d'Ecosse  et  d'Irlande  aient  fait  aux 
temps  primitifs  un  seul  peuple,  il  a  bien  fallu  pourtant  que  Finn  fût,  en 
son  temps,  ou  irlandais,  ou  écossais.  En  réalité^  la  patrie  de  Finn 
est  l'Irlande  ;  en  réalité,  le  vieux  poète  aveugle  Ossian  est  une  invention 
poétique  qui  a  pris  naissance  et  qui  a  trouvé  tout  d'abord  créance  en 
Irlande. 

Un  point  fort  embarrassant  pour  qui  soutient  l'antiquité  des  poèmes 
de  Macpherson,  c'est  leur  langue.  Celle-ci  porte  une  empreinte  tout  à 
fait  moderne,  elle  est  usée  comme  le  gaélique  du  siècle  dernier  et  comme 
celui  de  nos  jours.  Or,  nous  possédons  d'autre  part  des  documents  d'un 
âge  plus  ancien,  où  le  gaélique  d'Ecosse  a  gardé  encore,  de  m.ême  que 
le  vieil  irlandais,  des  traces  de  la  flexion  indo-germanique.  Ce  serait 
donc  à  ceux  qui  soutiennent  que  les  poèmes  de  Macpherson  remontent 
réellement  à  une  antiquité  reculée,  à  montrer  comment  il  se  fait  que  leur 
langue  soit  surpassée  en  archaïsme  par  d'autres  sources  écossaises  de 
date  très  historique.  Ici  le  dernier  éditeur,  d'ailleurs  estimable,  des 
poèmes  d'Ossian,  avance  un  argument  très  fort.  Clerk  sait  bien,  par  les 
leçons  de  M.  Mùller,  que  les  langues  ont  eu  dans  l'antiquité  un  système 
de  flexions  plus  riche  que  dans  les  temps  modernes,  où  les  sons  se 
détériorent  davantage  ;  mais  il  sait  aussi  de  même  source  qu'il  y  a  eu  un 
temps  encore  plus  primitif,  où  la  langue  ne  connaissait  pas  encore  la 
flexion  ;  et,  dit-il,  «  le  langage  d'Ossian  me  semble  appartenir  évidem- 
ment à  une  telle  période  !  » 

Si  les  légendes  ossianiques  ont  été  cultivées  avec  amour  dans  les 
Hautes-Terres  de  l'Ecosse,  on  pourrait  s'attendre  à  ce  que  le  peuple 
écossais  y  eût  mis  quelque  chose  de  son  propre  génie  et  de  son  histoire. 
Mais  ce  que  les  poèmes  de  Macpherson  nous  apprennent  sur  l'histoire 
intérieure  de  l'Ecosse  est  absolument  nul;  et  leurs  caractères  particuHers, 
qui  sautent  aux  yeux  du  premier  coup,  ne  sont  pas  faits,  en  tout  cas, 
pour  appuyer  la  croyance  en  leur  ancienne  origine  celtique.  Un  de  ces 
caractères  les  plus  importants  est  l'introduction  fréquente  du  Nord  dans 
la  légende.  Le  roi  et  les  guerriers  de  Lochlin,  c'est-à-dire  de  Scandina- 
vie, sont  les  principaux  adversaires  que  combat  Finn,  quand  il  ne  s'oc- 


\ 


92  L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques. 

cupe  pas  des  affaires  d'Irlande  ;  et  il  reste  encore  à  rechercher  si  sous  ce 
rapport  les  anciennes  légendes  du  Nord  n'ont  pas  fourni  le  motif,  ou  ne 
répondent  pas  comme  un  écho  aux  poésies  ossianiques  de  Macpherson. 
L'ancienne  légende  irlandaise  n'est  pas  non  plus  sans  faire  parfois  men- 
tion de  la  Scandinavie,  et  aussi  de  l'Ecosse  \Alba'.  Mais  ces  rapports 
sont  loin  d'être  aussi  importants  ;  en  Irlande,  Finn  ne  gagne  pas  sa 
renommée  en  combattant  les  Normands.  C'est  seulement  depuis  l'an  800, 
environ,  que  ces  Normands  devinrent  le  fléau  de  l'Irlande,  mais  à  cette 
époque  la  légende  de  Finn  était  depuis  longtemps  formée  dans  l'île. 

Une  dernière  particularité  que  nous  voulons  rappeler  ici,  c'est  l'origi- 
nalité du  ton  poétique  qui  règne  dans  les  poèmes  de  Macpherson.  Une 
peinture  si  animée  des  scènes  de  la  nature  ne  se  rencontre  point  dans  les 
anciennes  poésies  irlandaises,  et  c'est  un  trait  qu'il  est  difficile  de  rap- 
porter à  une  époque  ancienne.  —  En  somme,  j'avouerai  que  le  ton  de 
la  poésie  ossianique  de  Macpherson  produit  sur  mon  goût  l'impression 
du  nord  plus  que  celle  du  génie  celtique. 

Mon  dessein  n'a  pas  été  de  donner  une  idée  complète  des  poésies 
ossianiques  de  Macpherson.  Il  y  aurait  encore  beaucoup  à  dire  sur  leur 
langue  et  sur  leur  métrique.  J'ai  voulu  seulement  expliquer  quelle  est 
leur  relation  avec  l'ancienne  légende  irlandaise.  Celle-ci  nous  donne  une 
image  fort  précieuse  des  choses  que  comprend  l'ancienne  civilisation, 
l'ancienne  manière  de  vivre  des  Celtes  (quoique  maint  élément  fantastique 
s'y  soit  introduit) .  Les  poèmes  de  Macpherson  reposent,  pour  ce  qu'ils 
ont  de  celtique,  sur  l'ancienne  légende  irlandaise,  mais  ils  la  montrent 
tout  à  fait  défigurée,  comme  cela  arrive  à  tout  ce  qui  court  le  monde  ; 
ils  se  sont  par  là  écartés  de  plus  en  plus  de  la  vérité  historique. 
Des  éléments  étrangers  ont  été  mêlés  à  l'ancienne  légende  celtique; 
aussi  les  poèmes  de  Macpherson  ne  doivent-ils  être  employés  qu'avec 
une  grande  prudence,  comme  source  pour  l'antiquité  celtique.  En  dehors 
de  ces  poèmes,  il  y  a  encore  en  Ecosse  d'autres  textes  nombreux  qui 
traitent  de  la  légende  de  Finn.  Ceux-ci  semblent  en  partie  s'être  moins 
éloignés  des  sources  irlandaises.  Cependant  il  n'est  pas  encore  suffisam- 
ment démontré  que  tout  l'élément  étranger  soit  venu  des  mélanges  opérés 
par  Macpherson  dans  les  poésies  qu'il  a  publiées.  Il  n'est  pas  non  plus 
prouvé  que  son  texte  gaélique  soit  partout  une  traduction  faite  après 
coup  de  ses  compositions  anglaises,  car  des  passages  difficiles  du  texte 
gaélique  manquent  assez  souvent  dans  l'anglais  de  Macpherson,  et  la 
traduction  anglaise  mot  à  mot  a  souvent  un  tout  autre  aspect  que  la 
sienne.  Que  Macpherson  ait  réuni  divers  poèmes  ou  fragments  qu'il  avait 


L'ancienne  légende  irlandaise  et  les  poésies  ossianiques.  95 

sous  la  main  pour  en  faire  des  compositions  plus  étendues,  c'est  ce  dont 
on  ne  peut  douter.  Qu'il  n'ait  pas  toujours  puisé  dans  les  manuscrits, 
mais  aussi  dans  la  tradition  orale,  c'est  ce  qui  est  très  vraisemblable. 
Enfin,  a-t-il  toujours  été  le  premier  auteur  des  confusions,  des  mutila- 
tions, des  combinaisons  nouvelles  qu'a  subies  sa  matière  ?  ou  bien  d'autres 
rédacteurs  lui  avaient-ils,  çà  et  là,  préparé  l'ouvrage  ?  C'est  ce  qu'il  n'est 
pas  facile  de  juger. 


E.  WiNDISCH. 


(Traduit  par  Emile  Ernault. 


L'ORIGINE 

DE    l'hymne    de    COLMAN. 


Un  des  plus  précieux  débris  qui  nous  restent  de  Pancienne  église 
d'Irlande  est  son  Liber  Hymnorum  ou  recueil  d'hymnes  (latins  et  irlandais) 
conservé  dans  deux  manuscrits  ;  le  principal  est  de  la  fin  du  xi'^  siècle, 
copié  lui-même  sur  un  des  mss.  plus  anciens'.  La  haute  antiquité  de  ces 
textes  est  incontestable.  Les  hymnes  irlandais  n'étaient  plus  compris  des 
Irlandais,  comme  on  voit  par  le  grand  nombre  de  gloses  qui  en  expli- 
quent ou  cherchent  à  en  expliquer  les  obscurités.  La  langue  elle-même 
des  hymnes  porte  aussi  témoignage;  elle  se  reporte  par  ses  archaïsmes 
à  la  date  même  des  plus  anciennes  gloses  que  nous  possédions  (viii''  et 
ix^  siècles).  Le  D""  Todd  avait  entrepris  la  publication  de  ce  recueil  qu'il 
accompagnait  d'un  savant  commentaire.  Sa  publication  est  restée  ina- 
chevée 2;  mais  elle  se  complète  heureusement  par  l'édition  de  la  partie 
irlandaise  de  ce  recueil  qu'ont  donnée  d'abord  M.  Stokes  dans  ses  Goi- 
delica,  puis  M.  Windisch  dans  ses  Irische  Texte  3. 

Ces  hymnes  sont  ou  latins  ou  irlandais.  Les  hymnes  latins  sont  les  uns 
communs  à  toute  la  catholicité,  comme  le  Gloria  in  Excelsis,  le  Magni- 
ficat, etc.,  et  il  faut  y  joindre  des  textes  en  prose  comme  la  lettre  de 
J.  Christ  au  roi  Àbgar,  et  la  prière  de  saint  Jean  l'Evangéliste  ;  d'autres 
paraissent  particuliers  à  l'Irlande,  comme  VAltusprosator  de  saint  Columba, 
ou  l'hymne  en  l'honneur  de  saint  Martin  4.  Les  hymnes  en  langue  irlan- 
daise sont  plus  intéressants  parce  qu'ils  ont  un  caractère  à  la  fois  plus 
local  et  plus  mythologique  :  ce  sont  ou  des  incantations,  comme  l'hymne 


1.  Sur  ce  ms.,  voir  Todd,  Book  of  Hymns,  I,  p.  i  ;  Wh.  Stokes,  Goidelica,   zd  Ed. 
p.  61  (avec  le  sommaire  complet  du  ms.),  et  Windisch,  Irische  Texte,  p.  3. 

2.  Todd,  Book  of  Hymns,  fasc.  I,  i8js  ;  fasc.  II,  1869. 

5.  Wh.  Stokes,  Goidelica  (2d  Ed.)  p.  97  et  121  ;  Windisch,  Irische  Texte,  p.  s. 
4.  Nous  reproduisons  plus  loin  cet  hymne,  à  la  bibliographie,  dans  notre  article  sur  le 
Saint-Martin  de  M.  Lecoy  de  la  Marche. 


L'origine  de  l'hymne  de  Colmdn.  95 

attribué  à  saint  Patrice,  ou  des  invocations  aux  grands  saints  d'Irlande 
dont  on  rappelle  la  vie  et  les  miracles. 

Un  des  hymnes  irlandais  pourtant,  celui  de  Colmân,  ne  présente  pas 
ce  caractère  ;  il  n'est  pas,  comme  les  autres,  inspiré  par  la  mythologie 
chrétienne  de  l'Irlande,  et  il  se  distingue  des  autres  en  ce  qu'il  est  écrit 
dans  le  genre  de  ce  qu'on  a  appelé  plus  tard  des  pièces  farcies,  c'est-à- 
dire  en  un  mélange  de  latin  et  de  langue  vulgaire.  Ces  particularités  n'ont 
cependant  pas  éveillé  l'attention  des  éditeurs,  MM.  Todd,  Stokes  et 
Windisch.  Il  leur  a  échappé  que  nous  avons  là  seulement  une  version 
irlandaise  d'une  des  plus  anciennes  prières  de  l'Église.  Les  citations  que 
l'on  va  lire  mettront,  croyons-nous,  ce  fait  en  pleine  lumière. 

Les  hymnes  sont  accompagnés  de  préfaces  dans  lesquelles  le  commen- 
tateur (qui  joint  aussi  au  texte,  déjà  archaïque^,  des  gloses  soit  latines,  soit 
irlandaises)  donne,  sinon  l'histoire,  au  moins  la  légende  de  l'origine  de 
l'hymne.  Parfois  il  y  a  plusieurs  légendes  plutôt  qu'une  :  le  glossateur 
les  donne  toutes  religieusement.  Nous  allons  successivement  traduire  la 
préface  et  l'hymne,  laissant  en  latin  ce  qui  est  en  latin  dans  l'original. 
Nous  laissons  à  la  préface  le  cachet  de  son  style  naïf, 

Colman  Mac  Hûi  Chluasaich  ^,  lecteur  à  Cork,  fit  cet  hymne  pour  se  préser- 
ver de  l'a  peste  jaune  qui  était  au  temps  des  fils  d'Aed  Slâne.  Car  les  habitants 
de  l'Irlande  étaient  nombreux  à  cette  époque,  et  si  grand  était  leur  nombre  qu'ils 
n'avaient  que  trois  fois  neuf  billons  pour  chaque  homme  en  Irlande,  c'est-à-dire 
neuf  de  tourbière,  et  neuf  de  terre  et  neuf  de  forêt  ;  de  sorte  que  les  nobles  des 
hommes  d'Irlande  jeûnèrent  avec  les  fils  d'Aed  Slâne,  avec  Fechine  de  Fore,  et 
avec  Airerân  et  avec  Manchan  de  Liath,  et  avec  une  multitude  encore,  à  cause 
de  la  diminution  du  peuple  ;  car  la  rareté  des  subsistances  les  avait  envahis  à 
cause  de  leur  nombre.  C'est  alors  que  la  peste  jaune  fut  envoyée  sur  eux  et  les 
fils  d'Aed  Slâne  moururent  cette  année  et  aussi  les  sages  que  nous  avons  nom- 
més, et  alii  multi.  Dicunt  alii  que  ce  fut  Colman  qui  composa  tout.  D'autres 
disent  qu'il  fit  seulement  deux  quatrains,  et  que  les  écoliers  firent  le  reste  à 
partir  de  là,  c'est-à-dire  chacun  d'eux  un  demi-quatrain.  Il  fut  fait  à  Cork,  dans 
le  temps  des  deux  fils  d'Aed  Slane,  c'est-à-dire  Blaithmac  et  Diarmait.  Voici 
hautem  pourquoi  il  fut  fait.  Une  grande  épidémie  était  envoyée  sur  les  hommes 
d'Irlande,  c'est-à-dire  la  peste  jaune,  et  elle  ravageait  toute  l'Irlande  et  elle 
laissa  en  vie  seulement  un  tiers  des  habitants  de  l'Irlande.  Et  c'est  pour  se  pré- 
server, lui  et  son  école,  contre  cette  épidémie,  que  Colmân  fit  cet  hymne.  Et  il 
arriva  qu'il  le  fit  comme  il  se  mit  en  voyage  pour  une  certaine  île  de  la  mer 
d'Irlande,  fuyant  la  peste,  jusqu'à  ce  qu'il  y  eut  neuf  vagues  entre  lui  et  la 
terre  ;  car  la  peste  ne  va  pas  au-delà,  ut  dicunt  periti.  Et  un  de  ses  écoliers 

I.  Mac  Hui  Chluasaich,  c.-à-d.  «  fils  du  petit-fils  de  Cluas3ch  ». 


96  L'origine  de  l'hymne  de  Colmdn. 

demanda  à  Colmân  sous  quelle  bénédiction  ils  s'en  allaient  ainsi.  Et  Colmân 
dit:  «  Quelle  bénédiction,  dit-il,  sinon  la  bénédiction  de  Dieu?  »  Car  c'est  ce 
qu'ils  tentaient,  de  s'en  aller  dans  les  îles  de  la  mer,  fuyant  devant  la  peste.  » 

D'après  les  chroniques  irlandaises,  les  deux  fils  d'Aed  Slâne,  Blaithmac 
et  Diarmait,  moururent  en  661  de  cette  peste.  L'hymne  remonterait  donc 
au  vil''  siècle  d'après  la  tradition.  La  tradition  en  ferait  aussi  l'œuvre  de 
plusieurs  auteurs  :  on  verra  plus  loin  que  sur  ce  point  la  tradition  est 
exacte.  Voici  maintenant  Phymne  '  : 

[I.] 

Que  la  bénédiction  de  Dieu  nous  porte,  nous  aide  !  Que  le  fils  de  Marie  nous 

[protège  ! 
Que  sous  sa  sauvegarde  nous  [soyons]  ce  soir  !  où  que  nous  allions  qu'il  nous 

[garde  bellement  I 

Que  ce  soit  en  repos  ou  en  mouvement,  que  ce  soit  assis  ou  debout  1 
Le  prince  du  ciel  contre  toute  bataille  !  c'est  la  prière  que  nous  prierons, 

5  Prière  d'Abel,  fils  d'Adam,  d'Elie,  d'Enoch,  à  notre  aide  ! 
Puissent-ils  nous  sauver  de  la  prompte  maladie,  telle  place  dans  le  monde 

[qu'elle  puisse  menacer  ! 

Noé  et  Abraham,  Isaac  le  jeune  homme  admirable. 

Puissent-ils  venir  autour  de  nous  contre  la  maladie  !  que  la  famine  ne  nous 

[arrive  pas  ! 

Nous  prions  le  père  des  trois  quaternités  2  et  Joseph  le  prophète, 
10  Que  leurs  prières  nous  sauvent  auprès  du  noble  roi   entouré  de  nombreux 

[anges  ? 

Que  Moïse  le  bon  guide  nous  protège,  lui  qui  protégea  à  travers  rubrum 

[mare  ; 
Que  Josué,  Aaron  fils  d'Amra,  David  le  hardi  jeune  homme, 

Job  avec  ses  tribulations,  nous  protègent  contre  les  poisons  ! 

Que  les  prophètes  de  Dieu  nous  gardent  avec  les  sept  fils  de  Machabée  ! 

1 5  A  Jean-Baptiste  nous  taisons  appel  !  qu'il  soit  notre  sauve-garde,  notre  pro- 

[tection  ! 
Que  Jésus  avec  les  apôtres  soit  à  notre  aide  contre  le  danger  ! 


1.  Il  est  en  vers  rimes  de  14  syllabes,  chaque  vers  partagé  en  hémistiches  de  sept 
syllabes.  Pour  nous  cela  ferait  un  distique,  pour  les  Irlandais  c'est  un  quatrain,  les  hémis- 
tiches étant  regardés  comme  des  vers  dont  les  2=  et  4''  riment  seuls.  Les  vers  41-4  font 
exception  :  ils  sont  de  7  syllabes  rimant  ensemble  par  deux  vers  successifs.  Cette  poésie 
est  allitérative,  en  même  temps  que  rimée. 

2.  C'est-à-dire  Isaac,  père  des  douze  patriarches  :  12  =  3  multipl.  par  4. 


L^origine  de  Vhymne  de  Colmân.  '  97 

Que  Marie,  Joseph  nous  appellent  et  spiritus  Stephani! 
De  tout  péril  puisse  nous  sauver  la  mention  du  nom  di'Ignatil 

Que  tout  martyr,  que  tout  ermite,  que  tout  saint  qui  a  vécu  avec  chasteté, 
20  Soit  une  cuirasse  pour  nous  protéger,  une  flèche  [qui  parte]  de  nous  contre 

[les  démons. 

Rcgem  regum  rogamus  in  noslris  sermonibas 
Qui  sauva  Noé  et  son  monde  diluvi  Umporibus. 

Melchisedech  rex  Salem  incerto  de  semine 

Que  ses  prières  nous  délivrent  ab  omni  formidine. 

25  Sotcr  qui  délivra  Loth  du  feu,  gai  per  secla  habetur, 
Ut  nos  omius,  precamur,  libcrarc  dignetur. 

Que  le  prince  qui  protégea  Abraham  de  Ur  des  Chaldéens  nous  protège! 
Qu'il  me  délivre  celui  qui  lympa  fontis  délivra  le  peuple  en  danger  ! 

Que  le  prince,  qui  sauva  les  trois  enfants  de  la  fournaise  rouge  de  feu, 
30  Qu'il  nous  protège  comme  il  protégea  David  de  manu  Golai. 

Que  le  souverain  du  ciel  resplendissant  nous  sauve  de  notre  misère, 
Lui  qui  n'a  pas  laissé  suum  prophetam  ut  H  leonum  ori. 

Comme  il  envoya  l'ange  qui  délivra  Pierre  de  ses  chaînes, 
Que  celui-ci  nous  soit  envoyé  pour  nous  défendre  ;  que  toute  chose  ardue 

[soit  aplanie  devant  nous  ! 

3  5  Puissions-nous  plaire  à  notre  Dieu  nostro  opère  digno 

Puissions-nous  être  avec  lui  dans  la  vie  éternelle  in  paradisi  regno. 

Comme  il  sauva  le  prophète  Jonas  du  ventre  de  la  baleine  —  action  écla- 

[tante  !  — 
Que  le  bon  roi   menaçant,  puissant,  nous  protège  !  Que  la  bénédiction  de 

[Dieu  nous  porte,  nous  aide! 

[IL] 

En  vérité,  ô  Dieu,  en  vérité,  que  cette  prière  soit  exaucée  ! 
40  Que  les  petits  enfants  du  royaume  de  Dieu  '  soient  autour  de  cette  école  ! 

En  vérité,  ô  Dieu,  puisse-t-il  être  vrai  ! 
Puissions-nous  atteindre  tous  la  paix  du  Seigneur  ! 

Puissions-nous  l'atteindre,  si  quelqu'un  l'atteint! 

Dans  le  royaume  de  Dieu  puissions-nous  arriver  ensemble. 


I .  La  glose  dit  ici  :  meicc  becca  atbalat  fochetor  in  sanctitate  post  baptismum,  «  les 
petits  enfants  qui  meurent  aussitôt  in  sanctitate  post  baptismum  ». 


98  L'origine  de  l'hymne  de  Colmàn. 

45  Puissions-nous  être  sans  vieillir  dans  l'espace, 
Avec  les  anges  dans  la  vie  éternelle  ! 

Grands  rois,  prophètes  immortels,  anges,  apôtres  —  noble  spectacle  !  — 
Puissent-ils  venir  avec  le   Père  Céleste  devant  la  troupe  des  démons  pour 

[nous  bénir! 

Que  la  bénédiction  de  Dieu. 
[III.] 

Bénédiction  sur  le  patron  Patrice  avec  les  saints  d'Irlande  autour  de  lui  ! 
50  Bénédiction  sur  cette  ville  et  sur  quiconque  l'habite  ! 

Bénédiction  sur  la  patronne  Brigitte  avec  les  vierges  d'Irlande  autour  d'elle! 
Que  tous  donnent  —  belle  déclaration  —  une  bénédiction   sur  la  gloire  de 

[Brigitte! 

Bénédiction  sur  Columba  avec  tous  les  saints  d'Ecosse  autour  de  lui  ! 
Sur  l'âme  du  noble  Adamnân  qui  a  donné  une  loi  aux  clans  ! 

Sur  la  protection   du   roi  des  éléments  ;   c'est  une  garantie  qu'il  ne  nous 

[reprendra  pas  ; 
56  Que  le  Saint-Esprit  tombe  en  pluie  sur  nous  !  Que  le  Christ  nous  délivre, 

[nous  bénisse  ! 

Que  la  bénédiction  de  Dieu. 

C'était  un  usage  des  scribes  irlandais,  pour  marquer  la  fin  d'une  com- 
position poétique,  de  répéter  après  le  dernier  vers  les  premiers  mots 
du  début.  Cet  artifice  n'était  pas  sans  utilité,  puisqu'ils  écrivaient  le 
plus  souvent  les  vers  à  la  suite  les  uns  des  autres,  comme  de  la  prose, 
et  cela  pour  économiser  le  parchemin.  Le  poème  se  distinguait  ainsi  net- 
tement. Or  nous  trouvons  ici  cette  rubrique  finale,  non  pas  seulement 
après  le  vers  56,  le  dernier  de  la  prière  dans  sa  forme  actuelle,  mais 
aussi  après  le  vers  47,  où  le  scribe  l'a  laissé  parce  qu'il  copiait  scrupu- 
leusement ses  anciens  manuscrits  et  quoiqu'il  n'y  eut  plus  de  raison  pour 
l'y  laisser.  Bien  plus,  le  dernier  hémistiche  du  vers  38  est  le  premier 
hémistiche  du  vers  i .  Cela  nous  donne  une  division  certaine.  Nous  pou- 
vons donc  distinguer:  1°  l'œuvre  originale  comprenant  les  38  premiers 
vers;   2"  une  première  addition  formant  les  vers    38-49'  ;  et  3°  une 


1 .  Peut-être  même,  tenant  compte  de  la  différence  de  mètre  des  vers  41-46,  pourrait-on 
y  voir  une  addition  indépendante.  Les  groupes  des  vers  39-40,  41-46,  47-8,  formeraient 
ainsi  trois  prières  successivement  ajoutées  à  l'hymne  par  de  pieux  réciteurs.  C'est  ainsi 
que  les  complaintes  populaires  vont  s'allongeant  de  nouveaux  couplets  en  courant  le 
monde. 


L'origine  de  l'hymne  de  Colmàn.  99 

seconde  addition,  vers  49-56,  dans  laquelle  apparaît  enfin  l'hagiographie 
locale  avec  les  trois  grands  saints  de  l'Irlande.  Mais  dans  la  partie  origi- 
nale (vers  1-38),  il  n'en  paraît  pas  d'indigène.  Chez  un  peuple  qui  n'a 
abandonné  l'Olympe  de  ses  dieux  nationaux  que  pour  le  remplacer  par 
un  Olympe  de  saints  locaux,  cette  omission  seule  indiquerait  un  emprunt. 
L'emploi  de  mots  latins  qui  caractérisent  cet  «  hymne  farci  »  donne 
aussi  lieu  de  croire  qu'on  a  là  une  adaptation,  une  hibernisation  d'un 
texte  latin.  —  Pour  mieux  marquer  cette  division  tripartite,  nous  l'avons 
figurée  dans  notre  traduction  par  des  chiffres  romains  entre  crochets. 

Cette  pièce  rimée,  appelée  l'hymne  de  Colmân,  n'est  elle-même  pas 
isolée  dans  la  littérature  irlandaise  :  elle  rappelait  à  M.  Windisch  quelques 
vers  du  Félire.  L'analogie  est  plus  grande  que  M.  Windisch  ne  le  donne 
à  entendre  ;  c'est,  au  fond,  le  même  développement,  et  aussi  avec  un 
mélange  de  mots  latins.  Le  Félire,  ou  martyrologe  d'Oengus  le  Culdée, 
est  conservé  dans  des  mss.  du  xiv''  siècle  ;  mais  le  texte  est  de  beaucoup 
plus  ancien  que  ses  mss.,  et  il  est  certainement  du  x^,  sinon  du  ix^  s.'. 
Il  est  écrit  en  vers  de  6  syllabes  réunis  en  quatrains,  avec  allitération  et 
rimes  au  2*  et  au  4"  vers.  Le  passage  que  nous  allons  citer  termine 
l'épilogue  du  poème. 

Délivre-moi,  6  Jésus,  —  mon  corps  et  mon  âme  —  de  tout  mal  qui  existe  — 
qui  frappe  la  terre. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  seigneur  des  belles  réunions  —  comme  tu  as  délivré 
Elie  —  avec  Enoch,  du  monde. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  de  tout  mai  sur  terre  —  comme  tu  as  délivré  Noé 
—  fils  de  Lamech,  du  déluge. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  ô  roi  de  pure  clarté  —  comme  tu  as  délivré  Abra- 
ham —  des  mains  des  Chaldéens. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  ô  roi  mystérieux,  aimable,  —  comme  tu  as  délivré 
Loth  —  des  péchés  des  villes. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  ô  roi  puissant,  admirable,  comme  tu  as  délivré 
lonas  —  du  ventre  ctli  magni. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  dans  ton  royaume  plein  de  grâce  —  comme  tu  as 
délivré  Isaac  —  des  mains  de  son  père. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  quand  tu  viendras  avec  tes  saints  —  comme  tu  as 
délivré  Teclam  de  la  gueule  de  la  biasta  [pour  besti<£]. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  par  l'intercession  de  ta  mère  —  comme  tu  as  délivré 
Jacob  —  des  mains  de  ses  frères. 


I.  Cette  longue  et  peu  intéressante  production  a  été  publiée  par  M.  Wh.  Stokes  dans 
les  Transactions  de  l'Académie  d'Irlande  :  cf.  un  article  de  M.  d'Arbois  de  Jubainville 
dans  la  Revue  critique  du  7  mars  1881. 


100  L'origine  de  Vhymne  de  Colmdn. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  de  tout  mal  ...  —  comme  tu  as  délivré  Jean  —  du 
venin  du  serpent. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  de  l'enfer  lamentable  —  comme  tu  as  délivré  David 

—  de  la  valeur  de  l'épée  de  Golai  [Goliath]. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  qui  as  tout  délivré  —  comme  tu  as  délivré  Susan- 
nam  avec  puissance  —  du  mensonge  qui  était  sur  elle. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  par  l'intercession  de  ton  combat  —  comme  tu  as 
délivré  Ninive  —  au  temps  de  la  plaige  [pour  plaga]. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  je  désire  que  tu  me  protèges  —  comme  tu  as  délivré 
le  peuple  d'Israël  de  monte  Gilba  [pour  Gilboe]. 

Délivre-moi,  —  ô  Jésus,  —  ô  seigneur  le  plus  divin, —  comme  tu  as  délivré 
Daniel  —  de  la  caverne  des  lions. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  ô  roi  illustre,  aimable,  —  comme  tu  as  délivré  Moy- 
sen  —  de  manu  Faraonis. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  toi  qui  as  fait  de  grandes  merveilles —  comme  tu  as 
délivré  les  trois  jeunes  gens  —  de  camino  ignis. 

Délivre-moi,  6  Jésus,  —  ô  roi  de  toute  tribu  —  comme  tu  as  délivré  Tobie 

—  de  la  misère  de  la  cécité. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  par  l'intercession  de  ton  martyre  —  comme  tu  as 
délivré  Paul  et  Pierre  devant  les  rois  —  de  la  punition  du  cachot. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  de  l'angoisse  de  toute  maladie  —  comme  tu  as 
délivré  Job  —  des  persécutions  du  diable. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  ô  Christ,  sans  négligence  —  comme  tu  as  délivré 
David  de  Saûl,  de  sa  colère. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  par  l'intercession  de  ta  mère  —  comme  tu  as  déli- 
vré Joseph  —  des  mains  de  ses  frères. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  ô  roi  benedicti  —  comme  tu  as  délivré  Israël  —  de 
l'esclavage  d'Egypti. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  car  avec  toi  est  mon  assurance  —  comme  tu  as 
délivré  Pierre  —  des  vagues  de  la  mer. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  de  l'enfer  cruel,  avide  —  comme  tu  as  délivré  Jean 

—  de  la  cuve  de  feu. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  ô  roi  qui  règne  sur  les  princes,  —  comme  tu  as 
délivré  Samson,  —  qui  s'échappa  de  la  ville. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  et  mon  âme  de  toute  vengeance  —  comme  tu  as 
délivré  Martin  —  du  prêtre  de  l'idole. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  par  l'intercession  des  tiens  —  comme  tu  as  délivré 
Patrice  —  du  poison  de  Tara. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  car  je  suis  ton  esclave  —  comme  tu  as  délivré 
Kevin  *  de  la  chute  de  la  montagne. 

Délivre-moi,  ô  Jésus,  —  éternels  sont  tes  miracles.  —  0  seigneur  que  je  prie 

—  j'attends  ta  venue. 

I.  Nom  d'un  saint  irlandais. 


L'origine  de  l'hymne  de  Colmdn.  loi 

Le  prototype  de  ces  deux  prières  irlandaises  se  retrouve  dans  une 
prière  que  l'Église  catholique  récite  au  chevet  des  agonisants  et  qui 
figure  au  bréviaire  romain  sous  le  titre  de  Commendatio  anime  quando 
infirmas  est  in  extremis.  La  Commendatio  commence  par  l'exclamation 
répétée  «  Kyrie  eleison,  Christe  eleison  «,  et  par  une  longue  litanie,  puis 
viennent  les  paroles  suivantes  : 

Suscipe,  Domine,  servum  tuum  in  locum  sperandas  sibi  salvationis  a  miseri- 
cordia  tua. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus  ex  omnibus  periculis  inferni,  et  de  laqueis  pœ- 
narum  et  ex  omnibus  tribulationibus. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus,  sicut  liberasti  Enoch  et  Eliam  de  communi 
morte  mundi. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus,  sicut  liberasti  Noe  de  Diluvio. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus  sicut  liberasti  Abraham  de  Ur  Chaidasorum. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus,  sicut  liberasti  Isaac  de  hostia  et  de  manu 
patris  sui  Abrahse. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus,  sicut  liberasti  Lot  de  Sodomia  et  de  flamma 
ignis. 

Libéra  Domine,  animam  ejus,  sicut  liberasti  Moysen  de  manu  Pharaonis  régis 
Aegyptiorum. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus  sicut  liberasti  Danielem  de  lacu  leonum. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus  sicut  liberasti  très  pueros  de  camino  ignis 
ardentis  et  de  manu  régis  iniqui. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus,  sieut  liberasti  Petrum  et  Pauium  de  carce- 
ribus. 

Et  sicut  beatissimam  Theclam  virginem  et  martyrem  tuam  de  atrocissimis 
tormentis  liberasti,  sic  liberare  digneris  animam  hujus  servi  tui  et  tecum  facias 
in  bonis  congaudere  cœlestibus. 

On  voit  que  la  prière  du  Félire  se  rattache  immédiatement  à  la  Com- 
mendatio, dont  elle  n'est  par  endroits  que  la  traduction  littérale.  L'hymne 
de  Colmân  s'en  éloigne  beaucoup  plus^  et  il  nous  paraît  probable  que 
tous  deux  ^l'hymne  et  la  commendatio)  dérivent  d'une  même  source, 
d'une  des  plus  anciennes  prières  de  l'Église.  Ici  nous  avons  la  chance  de 
pouvoir  nous  servir  des  recherches  de  M.  Le  Blant  sur  l'origine  de  la 
Commendatio  dans  un  travail  récent  '. 

«  A  quelle  époque,  dit  M.  Le  Blant,  peut  remonter  cette  Commendatio 
animx  dont  le  nom  même  est  de  forme  antique  ^ .'' 

i.  Les  bûs-reliefs  des  sarcophages  chrétiens  et  les  liturgies  funéraires  dans  la  Revue 
Archéologique  d'octobre  et  novembre  1879. 

2.  Constit.  apost.  VIll,  43  ;  Sacramentarium  Gelasianum,  «  commendatio  animae  » 
(Muratori,  Liturg.  rom.  t.  1,  p.  751),  Codex  can.  Eccl.  Afr.  ClU,  etc. 


102  L'origine  de  l'hymne  de  Colmân. 

«  Le  premier  manuscrit  où  je  la  retrouve  est  le  Pontifical,  donné,  au 
ix*"  siècle,  par  saint  Prudence  à  l'église  de  Troyes,  et  que  l'on  s'accorde 
à  reconnaître  comme  antérieur  à  cet  évêque  '.  Au  chapitre  IV,  sous  le 
titre  de  Agonizantibus,  le  Pontifical  dont  il  s'agit  porte  cette  indication 
sommaire,  mais  facile  à  reconnaître  : 

Sequitur  oratio  post  lilaniam  : 

Suscipe,  Domine,  animam  famuli  tui  N.  in  bonum.  Libéra  eam  ex  omnibus 
pericuiis  infernorum,  et  de  laqueis  pœnarum,  et  ex  omnibus  tribulationibus 
tartari. 

Libéra,  Domine,  animam  ejus,  sicut  liberasti  Enoch  et  Eliam,  etc. 

«  Sauf  quelques  légères  variantes  dans  l'expression,  nous  retrouvons 
donc  ici  les  paroles  mêmes  par  lesquelles  on  recommande  encore  aujour- 
d'hui les  mourants  à  la  clémence  de  Dieu.  Au  xi^  siècle,  un  Ordo  de  exitu 
anim£,  au  xii"  un  autre  encore,  présentent  des  textes  de  même  forme  qui 
se  récitaient  également  à  l'heure  de  l'agonie  et  de  la  mort  ^  : 

Libéra,  Domine,  animam  servi  tui  de  omnibus  pericuiis  infernorum,  et  de 
laqueis  pœnarum  et  de  omnibus  tribulationibus. 

Libéra,  Domine,  animam  servi  tui,  sicut  liberasti  Enoch  et  Eliam  de  com- 
muni  morte  mundi  3. 

Kyrie  eleison,  Christe  eleison... 

Suscipiat  eam  etc, 

Libéra,  Domine,  animam  famuli  tui,  etc*. 

«  J'ai  dit  que  l'on  incline  à  croire  antérieur  à  saint  Prudence  le  Pon- 
tifical qui  porte  son  nom.  Aucune  preuve  n'en  a  été  produite  :  mais  si 
l'on  examine  par  le  détail  VOrdo  de  Agonizantibiis,  il  est,  je  crois,  permis 
de  déduire  du  rapprochement  d'un  monument  antique  que  le  texte  qui 
nous  occupe  remonte  aux  premiers  temps  du  christianisme.  » 

Cette  prière  était  une  des  plus  familières  à  la  primitive  Église;  M.  Le 
Blant  l'a  constaté  par  deux  ordres  de  faits  :  i»  par  les  actes  des  martyrs 
où  les  saints  invoquent  le  Seigneur  dans  des  prières  analogues  ;  2°  par  les 
monuments,  principalement  les  sarcophages,  où  l'on  voit  représentées  les 
scènes  d'assistance  divine  mentionnées  dans  la  prière.  C'est  ainsi  qu'on 
trouve  figurés  le  passage  de  la  Mer  Rouge,  Noé  sauvé  du  déluge,  Isaac 
préservé,  Elle  enlevé  au  ciel,  Job  dans  ses  tribulations,  David  et  Goliath, 
saint  Pierre  délivré  de  sa  prison,  Daniel  dans  la  fosse  aux  lions,  les  trois 


1.  D.  Martene,  De  antiquis  Eccl.  Ritibus,  I.  I  ;  Syllabus  ritualium  ;  Hist.  litt.  de  la 
France,  t.  V,  p.  253. 

2.  Grancolas,   l'Ancien   sacramtntaire  de  l'Église,  t.   Il,  p.    j)5 ,   5j6  ;  cf.  S.  Greg. 
Magn.  Antiphonarium,  t.  III,  p,  724. 

j.  Dom  Martene,  t.  II,  p.  109J. 
4.  Ibid.,  p.  1080. 


L'origine  de  l'hymne  de  Colmdn.  103 

jeunes  Hébreux  dans  la  fournaise,  Jonas  et  la  baleine,  Suzanne  accusée  '. 
Une  coupe  de  verre  gravé  du  v'^  siècle,  trouvée  à  Podgoritza,  ville  aujour- 
d'hui monténégrine,  nous  présente  à  la  suite  les  uns  des  autres  plusieurs 
de  ces  miracles  où  Dieu  a  sauvé  les  siens  ^.  Des  inscriptions  explicatives 
accompagnent  ces  grossiers  tableaux,  daniel  de  laco  leonis  —  tris 
pvERi  DE  ECNE  CAMi  (c.-à-d.  de  igné  camini)  —  svsanna  de  falso  cri- 
mine  —  DIVNAN  DE  VENTRE  QVETI    LIBERATVS    EST  (Dîunan  =   lunun   ~ 

lonam,  employé  par  barbarie  pour  Jonas  î,  comme  Evam  pour  Eva  dans 
une  autre  inscription  de  la  même  coupe).  Enfin  un  dessin  central,  sans 
légende,  représente  le  sacrifice  d'Isaac  par  Abraham. 

Aux  textes  réunis  par  M.  Le  Blant  nous  ajouterons  une  prière  attribuée 
à  saint  Martin  et  donnée  à  ce  titre  dans  les  offices  des  fêtes  réunis  par 
Alcuin  (fin  du  viii"  siècle)  : 

Oratio  sancti  Martini. 
Deus  Gioriae,  Deus  qui  unus  et  verus  Deus,  qui  solus  et  justus  es,  Deus  in 
quo  omnîa,  sub  que  omnia,  per  quem  omnia  facta  sunt,  exaudi  me  orantem 
sicut  exaudisti  très  pueros  de  camino  ignis  ardentis  ;  exaudi  me  orantem  sicut 
exaudisti  Jonam  de  ventre  ceti  ;  exaudi  me  orantem  sicut  exaudisti  Susannam 
et  liberasti  eam  de  manu  iniquorum  testium  ;  exaudi  me  orantem  sicut  exaudisti 
Petrum  in  mari  et  Paulum  in  vinculis.  Parce  animae  meas,  etc.''. 

On  voit  par  ces  exemples  que  l'hymne  de  Colmân  n'est  qu'une  para- 
phrase irlandaise  d'une  ancienne  prière  commune  à  toute  l'Église  et  que 
les  mots  latins  dont  il  est  farci  appartiennent  sans  doute  à  l'original  latin 
qui  a  servi  de  modèle  au  poète  irlandais. 

H.  Gaidoz. 


1.  On  trouvera  ces  figures  reproduites  dans  l'article  cité  de  M.  Le  Blant.  Cf.  A.  Maury, 
Essai  sur  les  légendes  pieuses  du  moyen  âge,  p.  q8,  n. 

2.  Cette  coupe  fait  partie  de  la  riche  collection  de  M.  Basilewski.  Elle  a  été  signalée 
par  M.  Albert  Dumont  dans  le  Bulletin  de  la  Société  des  Antiquaires  de  1873,  p.  71  : 
M.  Le  Blant  l'a  reproduite  par  la  gravure. 

3.  C'est  le  développement  épenthétique  d'un  d  devant  /  consonne  :  c'est  ainsi  qu'en 
bas-latin  on  a  madius  pour  majus,  pediorare  pour  pejorare,  etc.  Le  d  s'est  même  conservé 
dans  une  forme  moderne,  l'italien  diacere  qui  forme  un  doublet  avec  giacere.  Cf.  Diez, 
Gramm.  des  langues  romanes,  trad.  franc.,  t.   1,  p.  253. 

4.  Migne,  Patrologie  latine,  t.  Cl,  p.  604. 


LES 


GLOSES    BRETONNES    D'ORLÉANS. 


M.  Bradshaw  vient  d'acquérir  un  nouveau  titre  à  la  reconnaissance 
des  celtisants,  et  particulièrement  de  ceux  qui  s'occupent  d'études  bre- 
tonnes, en  confiant  à  M.  Whitley  Stokes  le  soin  de  publier  et  d'éclaircir 
les  gloses  en  vieux  breton  découvertes  par  lui  dans  un  manuscrit  de  la 
bibliothèque  d'Orléans  '. 

Ce  manuscrit,  d'après  M.  Bradshaw,  serait  du  x"  ou  du  xi'^  siècle,  et 
les  gloses  seraient  armoricaines.  Il  nous  reste  néanmoins  un  regret  à 
exprimer  :  c'est  qu'il  n'ait  pas  jugé  encore  à  propos  de  nous  exposer 
les  raisons  de  paléographie  ou  de  linguistique  qui  l'ont  guidé. 

Ces  raisons,  nous  croyons  les  deviner,  et  nous  allons  essayer  de  les 
mettre  en  lumière  ;  nos  conclusions  sont  les  siennes  : 

1°  Les  gloses  d'Orléans  sont  armoricaines. 

2"  Elles  sont  du  x»  au  commencement  du  xi^  siècle. 

Voici  ce  que  nous  apprend  sur  ce  manuscrit  le  catalogue  de  la  biblio- 
thèque d'Orléans  : 

«  Manuscrit  193 

Antiqm  canonum  collectio, 
in-fol.,  217  pages,  xi"  siècle,  sur  vélin,  à  plein  feuillet.  L'écriture,  un 
peu  abrégée,  est  néanmoins,  lisible.  Il  vient  de  la  bibliothèque  de  Saint- 
Benoît- sur-Loire,  » 

Le  manuscrit  a  32  centimètres  de  hauteur  sur  21  de  largeur.  Il  n'est 
pas  daté.  Le  nom  du  scribe  est  Junobrus.  On  trouve  dans  le  cartulaire  de 
Redon  Juno  ou  Luno,  Juna  et  Juneî,  et  un  grand  nombre  de  noms  propres 

1.  The  Breton  Classes  at  Orléans,  éd.  by.  Whitley  Stokes,  ix-yy  p.  in-8".  Calcutta, 


Les  gloses  bretonnes  d'Orléans.  105 

d'hommes  paraissant  contenir  Juno  comme  premier  terme.  Le  cartulaire 
de  l'abbaye  de  Fleury  (archives  de  la  préfecture  du  Loiret,  6  vol.  in-f") 
pourrait  peut-être  nous  apprendre  quelque  chose  sur  ce  copiste,  en  sup- 
posant qu'il  ait  vécu  à  Fleury. 

M.  Bradshaw  [Old-Bret.  Glosses,  p.  iv-v)  croit  que  la  collection  de 
canons,  dont  nous  connaissons  maintenant  cinq  copies,  et  à  laquelle 
appartient  le  manuscrit  d'Orléans,  a  été  rédigée  en  Armorique  vers  le 
viu*-'  siècle,  mais  il  n'est  pas  impossible  qu'une  copie  en  ait  été  faite  à 
Fleury  même.  L'abbaye  de  Fleury  avait  au  x'^  siècle  une  école  de  calli- 
graphie célèbre.  Les  rapports  de  l'abbaye  avec  l'Angleterre  et  la  Bre- 
i  tagne  étaient  fréquents.  En  944,  Osgoid,  moine  saxon,  est  envoyé  à 
Fleury  par  Odon  de  Cantorbéry,  avec  treize  moines  écossais.  En  984, 
i  UrmonoCj  moine  breton  de  Fleury,  y  écrit  la  vie  de  saint  Paul  (Dora 

Mabillon,  Ann.  ord.  S.  Bened.,  t.  III,  p.  504I. 
i      Vers  1008,  Félix,  moine  breton,  part  de  Fleury  avec  six  de  ses  col- 
lègues sur  la  prière  du  duc  Geoffroy  de  Bretagne  pour  relever  des  monas- 
'  tères  ruinés.  Au  x«  siècle,  Oswald  et  Dunstan,  plus  tard  archevêque  de 
'  Cantorbéry,  paraissent  à  Fleury.  Alain,  comte  de  Nantes,  confie  son  fils 
i  Guérech  à  Archambauld,  abbé  de  Fleury.  Guérech  devient  plus  tard 
i  évêque  de  Nantes  en  952  [Album  archéologique  de  Saint-Benoît-sur-Loire. 
Ed.  Fournier.  Orléans,  1851,  p.  4). 
D'après  M.  Bradshaw,  le  manuscrit  d'Orléans  ressemblerait  beaucoup, 
;  pour  l'ordre  des  différentes  parties,  au  manuscrit  3 182  de  la  Bibliothèque 
i  nationale,    écrit  vers  le  xi*"  siècle  par  un  certain  Maeloc.  Le  texte   se 
'  retrouve  en  grande  partie  dans  la  compilation  de  canons  publiée  par 
'  Wasserschleben  [Die  Irische  Kanonensanimlung  von  H.  Wasserschleben. 
;  Giessen,  1874).  Po"""  P^^s  de  détails,  voir  la  publication  de  M.  Stokes 
!  (préface,  III,  IV). 

1      L'écriture,  à  l'exception  du  premier  feuillet  et  de  la  page  136,  se  dis- 
tingue très  nettement  de  celle  des  autres  collections  de  canons  bretons 
(  que  nous  avons  pu  voir  à  la  Bibliothèque  nationale  (mss.  lat.   12021, 
3182).  Elle  présente  des  caractères  qui  appartiennent  au  type  anglo- 
saxon.  Nous  signalerons  la  forme  de  \'n  et  du  g,  et  certaines  abrévia- 
tions, par  exemple,  celles  de  per  et  d'ejus^  qu'on  ne  trouve  que  dans  les 
mss.  de  l'île  de  Bretagne.  C'est  l'opinion  de  M.  Léop.   Delisle  et  de 
I  M.  Châtelain,  répétiteur  de  paléographie  latine  à  l'École  des   hautes 
i  études,  à  qui  nous  avons  soumis  la  photographie  d'un  feuillet  de  ce 
manuscrit. 

Le  premier  feuillet  a  tous  les  caractères  de  l'écriture  continentale.  Les 
gloses  sont,  en  général,  de  la  même  main.  Il  y  en  a  un  certain  nombre 


io6  Les  gloses  bretonnes  d'Orléans. 

qui  appartiennent  à  une  main  différente,  plus  grossière  et  qui  a  fait,  en 
marge  et  entre  les  lignes  mêmes,  d'assez  nombreuses  additions  ou  cor- 
rections au  texte.  Ces  gloses  de  seconde  main  sont  postérieures  aux  pre- 
mières au  moins  d'un  siècle.  Voici  celles  que  nous  avons  notées.  Nous 
nous  promettons  d'en  faire  incessamment  un  relevé  plus  exact.  Nous 
suivons  l'ordre  alphabétique. 


adi 

aguetur  (glose  latine,  donnée  comme 

bretonne  par  M.  Stokes) 
aimseudeticad 

gupar 
guparol 
gurclut 
huisicon 

ampar 
arga 

inifer 
liusiu 

corn 

diuenoc 

eleuc 

pis 
pus 
rod 

enneuidteruo 

soeul 

erdirh 

testoner 

frec 

tronca  issent. 

guirirter 

L'écriture  erdirh  et  guirh  est  étrangère  aux  premières  gloses.  Gupar  et 
guparol  à  côté  de  imguparton  (se  abdicant)  et  gupartolaid  (privilégia)  dans 
le  même  manuscrit,  mettent  au  moins  un  siècle  de  distance  entre  les 
gloses  de  seconde  main  et  celles  de  première  main.  Cf.  guparth  (gloses 
du  Luxembourg)  'remotus'. 

Ces  gloses  étant  peu  nombreuses,  nous  n'insistons  pas. 

Le  caractère  insulaire  de  l'écriture  n'est  qu'une  présomption  sans 
importance  pour  la  provenance  des  gloses,  si  l'on  réfléchit  qu'à  cette 
époque  tout  se  ressentait  encore  en  Basse-Bretagne  de  l'origine  insulaire 
de  la  population.  Les  moines  de  Landévennec  avaient  à  l'époque  de 
l'expédition  de  Louis  le  Débonnaire  le  costume  et  les  coutumes  des 
moines  insulaires.  Rien  d'étonnant  à  ce  que  l'écriture  eût  gardé  quelque 
chose  d'insulaire,  dans  cette  abbaye  particulièrement,  on  M.  Bradschaw 
croit  qu'a  été  faite  la  compilation  de  canons  qui  nous  occupe.  La  langue 
est  sans  aucun  doute  celle  du  continent. 

Dans  la  préface  (p.  m)  de  ses  Old-Breton  Glosses,  M.  Stokes,  voulant 
prouver  que  les  gloses  à  Eutychius  sont  armoricaines,  donne,  d'après 
M.  Bradshaw,  les  arguments  suivants  : 

1"  La  particule  verbale  do  ne  s'y  présente  pas,  comme  en  gallois,  sous 
la  forme  di  ;  donc  ces  gloses  ne  sont  pas  galloises. 

2°  On  y  trouve  dans  didanuud  (elicio)  la  préposition  didan  qui,  en 


Les  gloses  bretonnes  d'Orléans.  1 07 

moyen  comique,  est  yn-dan  ou  a-îhan  :  donc  elles  ne  sont  pas  comiques. 
Une  autre  raison  pour  qu'elles  ne  le  soient  pas,  c'est  qu'on  n'y  remarque 
pas  le  signe  anglo-saxon  pour  ih  et  w. 

La  confusion  de  di  et  do  n'est  pas  inconnue  aux  Armoricains.  Ex.  : 
digas,  apporter,  pour  do-cass.  M.  Stokes  la  suppose  lui-même  (p.  42) 
pour  diuenoc  (gl.  balinea)  dans  le  manuscrit  d'Orléans.  Cependant  lorsque 
di  se  présente  pour  do  avec  persistance,  on  peut  être  sûr  qu'on  est  en 
présence  d'un  texte  insulaire. 

Le  second  argument  ne  peut  être  pris  en  considération,  les  formes 
yn  dan  et  athan  ne  se  présentant  qu'en  moyen  comique. 
Le  dialecte  de  Vannes  présente  aussi  pour  didan,  idan. 
L'absence  du  signe  anglo-saxon  pour  th  et  w  semblerait  un  indice  plus 
sérieux.  Cependant,  M.  Stokes  lui-même  suppose  que  ce  signe  a  été  en 
usage  chez  les  Armoricains,  au  moins  pour  le  th,  puisqu'il  admet  que  le 
p  dans  ipn  (gl.  ualere)  est  pour  th,  comme  dans  les  gloses  armoricaines 
de  Luxembourg  où  l'on  a  gurpait  (fusam)  qu'il  faut  évidemment  trans- 
crire ^ur//îa/7,  bret.  mod.  gwerzid. 

De  ces  arguments  nous  ne  retenons  que  le  premier.  La  persistance  de 
la  forme  di  pour  do  dans  un  manuscrit,  à  partir  du  ix'=  siècle,  est  une 
preuve  certaine  qu'il  n'est  pas  d'origine  galloise.  Les  gloses  d'Orléans 
ont  constamment  do.  Ex.  :  do  condomni,  do  guolouit,  doguor,  dogur- 
bonneu,  doilux,  dutimener.  Il  n'y  a  pas,  à  part  diuenoc,  qui  est  douteux, 
un  seul  exemple  de  di  pour  do. 

Un  second  argument,  absolument  irréfutable,  c'est  que  \'â  dans  les 
suffixes  âc  et  âl,  lorsqu'ils  forment  la  syllabe  finale  dans  les  terminaisons 
I  ât,  âr,  est  toujours  oc  et  ol,  ot,  or.  Le  gallois,  depuis  le  ix*"  siècle,  a  tou- 
!  jours  auc  et  aul.  Un  manuscrit  de  Nennius  du  x«  siècle  (v.  Ed.  Steven- 
son) nous  donne  Guollauc,  Finaun,  gmur  Helic,  Cereticiaun,  Crue  maur, 
Ebrauc,  Caratauc,  etc. 

Les  gloses  Juvencus et  MartianusCapella,  celles  de  l'Oxon.  prior,  incon- 
testablement galloises,  donnent  invariablement  aul  et  auc. 
ardomaul  (M.  C.) 
aul  (M.  C.) 
bardaul  (M.  C.) 
braut  (Ox.  i  alph.) 
caiauc  (Ox.) 
catteiraul  (M.  C.) 
coiliauc  (M.  C.) 
creaticaul  (Ox.) 
guiîhlaun  (Juv.) 


io8  Les  gloses  bretonnes  d'Orléans, 

marchauc  (Ox.  i) 
menntaul  (M.  C.) 
morliaus  (Ox.  i) 
poulloraur  (M.  C.) 
ringuedaulion  (Ox.  i) 
trucarauc  (Juv.) 

Nous  ne   relevons    dans  ces  gloses  aucun  exemple  d'à  long  dans  i 
une  syllabe  finale  (âc,  âl,  âr,  ât)  sous  la  forme  o.  Le  cartulaire  de 
Redon  donne  au  contraire  toujours  o  pour  a  dans  les  suffixes  âc  et  âl 
(quelques  exemples  à'ec  et  d'uc). 

Les  gloses  d'Orléans  ont  invariablement  oc  et  ol. 

Ex.  :  Bleoc,  colioc,  guparol,  haloc,  inmor,  iecol,  unblot. 

Le  comique  flotte  entre  auc  et  oc. 

Ex,  :  Ex.  Ox.  2  (voc.  in  pensum  discip.)  Edol,  bracaut,  dinaut,  mor- 
thol.,  brachaut,  plumauc,  munutolau,  didaul,  didaul. 

Le  Bodmin  Gospel  (Revue  celt.,  1. 1,  p.  333)  nous  offre  des  terminaisons 
en  oc. 

Ex.  :  Cenmenoc,  Milcenoc,  Freoc,  Sulleisoc,  Mxiloc,  Rioc. 

Pas  d'exemple  à'auc. 

On  peut  conclure  que  les  terminaisons  auc,  aut,  aur,  aul  sont  essen- 
tiellement galloises,  souvent  comiques,  jamais  armoricaines.  Les  gloses 
d'Orléans  les  remplaçant  toujours  par  oc,  ot,  or,  ol,  sont  incontestable- 
ment armoricaines. 

La  préposition  marquant  l'ablatif  en  gallois  est  toujours  0.  Nous  la 
comptons  trente-trois  fois  dans  les  gloses  de  l'Ox.  I,  les  gloses  à  Juv.  et 
Mart.  Cap.  Jamais,  sans  aucune  exception,  nous  n'avons  a.  (V.  Zeuss, 
p.  666-669.) 

Dans  les  gloses  réputées  armoricaines,  nous  avons  invariablement  a 
(10  fois  environ;  9  fois  dans  les  collections  de  canons,  i  fois  dans  les 
gloses  de  Luxembourg). 

Le  manuscrit  d'Orléans  a  la  forme  a.  Ex.  :  a  iul  (gl.  ultro)  a  glanet 
(gl.  a  palliditate)  a  olguo  (gl.  indagatione).  Donc,  un  manuscrit  qui  a  0 
préposition  marquant  l'ablatif  est  gallois  :  il  n'est  ni  armoricain  ni  cor- 
nique  (pour  le  comique,  voir  Zeus,  930). 

A  part  l'a  long,  la  langue  du  continent  et  celle  de  l'île  nous  paraissent 
identiques  en  ce  qui  concerne  les  voyelles  longues  et  les  diphthongues. 

Pour  les  voyelles  brèves,  nous  relevons  les  trois  différences  suivantes: 

i"  L'armoricain  n'écrit  jamais  a  infecté  par  ei.  Ex.  ni  ceinguodeimi- 
sauch  (irl,  fodaimim)  non  bene  passae  estis.  On  trouve,  il  est  vrai,  pour 
la  première  fois,  dans  les  gloses  d'Orléans  ai  pour  a  infecté.  Ex.  : 
comairde  aimseudeticad. 


Les  gloses  bretonnes  d'Orléans.  109 

2°  Wê  ne  s'affaiblit  jamais  en  /   sans  autre  cause  que  la  dérivation. 
Ex.  :  hinham  Ox.  2  (superlatif  de  hen  =  sen),  bret.  mod.  henaff. 
Cett  glose  est  comique, 
j"  En  gallois  comme  en  comique,  0  infecté  ainsi  que  u  devient  î. 

Gallois,  Armoricain. 

hircimerdridou  M.  C.  imcomarguid  (Orl.) 

aurcimerdricheticion  M.  C.  comadas  (Old-Bret.Gl.) 

cimadas  M.  C.  camélia  (Orl.) 

cilhremmet  M.  C.  comnidder  (Orl.) 

cimmaeticion  M.  C.  arcogued  (Orl.) 

cimmailhurus  M,  C.  co/ce;  (Orl.) 

Comique.  comairde  (Orl.) 

c/7a/  (Ox.  2  Voc.)  coguelt  (Orl.) 
cz/ce/  (Ox.  2  Voc.)  etc. 

L'origine  armoricaine  des  gloses  d'Orléans  étant  surabondamment 
prouvée,  nous  allons  établir  leur  âge  ;  cela  fait,  nous  relevons  certains 
faits  dans  la  transcription  des  consonnes  qui,  pour  le  x**  et  le  xi**  siècle, 
suffiraient  à  établir  une  ligne  de  démarcation  entre  la  langue  du  continent 
et  celle  de  l'île. 


AGE  DES  GLOSES. 

Les  gloses  d'Orléans  (nous  ne  parlons  pas  des  gloses  de  seconde 
j  main)  appartiennent  à  ce  que  nous  appellerons  la  2^  période  du  vieux- 
'  breton. 

j     Le  terme  vieux-breton  présente  encore  à  l'esprit  quelque  chose  de 
'  vague.  Cela  tient  à  ce  que  les  gloses  bretonnes,  beaucoup  moins  nom- 
breuses que  les  gloses  en  vieil  irlandais,  ne  présentent  en  général  que 
les  mots  isolés  et  ont  par  conséquent  moins  attiré  l'attention  des  ces- 
sants. Beaucoup  d'ailleurs  sont  connues  depuis  peu. 

On  est  d'accord  avec  Zeuss  pour  admettre  que  ce  qui  caractérise  le 
!  vieil  irlandais,  c'est  l'absence  d'affaiblissement  pour  les  ténues  et  le  main- 
itien  de  certaines  terminaisons  ^Zeuss,  2^  Ed.  praef.  xxv).  A  partir  du 
!  xi'  s.,  les  ténues  commencent  à  s'affaiblir  ;  on  entre  dans  la  période  du 
:  moyen  irlandais. 

\      Le  même  critérium  semble  avoir  été  adopté  par  Zeuss  pour  le  vieux- 
breton.  Dans  la  préface  de  la  2"  édition,  p.  xxvii,  il  fait  remarquer  à  pro- 
:  pos  de  rOxoniensis  posterior  que  tout  en  n'atteignant  pas  l'âge  de  l'Oxo- 
!  niensis  prior,  ce  manuscrit  présente  cet  état  ancien  de  la  langue  qui, 


1 10  Les  gloses  bretonnes  d'Orléans. 

comme  l'ancien  irlandais,  ignore  l'affaiblissement  des  ténues,  les  ténues 

s'y  montrant  dans  l'état  primitif,  ainsi  que  l'm. 

Ces  caractères  appartiennent  à  toute  la  période  du  vieux  breton,  mais 
il  y  en  a  d'autres  qui  nous  permettent  de  distinguer  dans  le  vieux-bre- 
ton deux  époques  bien  distinctes  : 

I"  La  langue  de  la  fm  du  v^  au  commencement  du  viii''  siècle  :  c'est 
proprement  la  langue  des  inscriptions. 

2"  La  langue  des  chartes  et  des  gloses  de  la  fm  du  viii^  au  comraen-- 
cement  du  xi'^  siècle. 

Première  période  du  vieux-breton. 

La  langue  à  cette  période,  pour  laquelle  nous  n'avons  guère  d'autre 
document  que  les  inscriptions  chrétiennes  de  Grande-Bretagne,  présente 
comme  caractères  distinctifs,  outre  le  maintien  des  tenues  et  de  l'm  .• 
1°  Le  maintien  de  la  voyelle  finale  du  premier  terme  dans  les 
composés.  Hùbner  a  distingué  trois  âges  pour  ces  inscriptions  :  le  i"  du 
milieu  du  V^  au  commencement  du  vi*^  siècle  ;  le  2^  comprend  le  vi^  et 
une  partie  du  vir  siècle  ;  le  troisième  le  vii^et  le  viii'^  siècle.  La  dispari- 
tion de  cette  voyelle  a  dû  s'opérer  à  la  fin  du  vii^  siècle,  car  les  inscrip- 
tions de  la  5^  période  nous  offrent  un  certain  nombre  de  noms  où  elle 
est  conservée  comme  BrohoQnaglî),  Trenegussi,  Vendumagli  et  Catamanus 
(année  664  ou  679  suivant  Hùbner,  p.  95,  Inscript.  Brit.  Christ.). 

2"  Le  maintien  des  moyennes  b  t\  g  dans  toutes  les  positions.  Ex.  : 
Vendubarri.,  Rialobrani,  Enabarri,  Conbevi,  Caîurugi,  Cavosemargi,  Seno-  ■[ 
magliy  Curcagnus,  Brohomagti.,  Camelorigi,  Catotigimi,  Evolengi,  Vendu- 
magli. 

]"  le  maintien  de  Vs  initial  : 

i*'  âge  :  Senemagli 
Senomagli 
2"  âge  :  Saumilini 
Seimetiaco 
Solini 
5'   âge  :  Sarini 
Suani 
Brosagan. 
4°  Le  maintien  du  v  initial  et  dans  l'intérieur  du  mot.  On  trouve  trois 
exceptions  dans  les  inscriptions  du  3''  âge  :  Gorcus  et  Gurgles,  Catgug, 
mais  ces  inscriptions  appartiennent  sans  doute  à  une  époque  très  posté- 
rieure aux  autres,  peut-être  au  ix''  ou  au  x"  siècle,  comme  nous  le  ver- 
rons bientôt.  Partout  ailleurs  nous  avons  v. 


Les  gloses  bretonnes  d'Orléans.  1 1 1 

Nous  pourrions  relever  pour  les  voyelles,  notamment  pour  le  traite- 
ment de  l'a  long  et  pour  l'infection  vocalique,  quelques  autres  particu- 
larités. Celles  que  nous  venons  d'énumérer  suffisent  à  caractériser  la 
i  période  que  nous  appelons  la  première  époque  du  vieux-breton. 

La  langue  de  la  2^  période  a  perdu  partout  la  voyelle  finale  du  premier 

terme  ;  elle  conserve  les  tenues  généralement  intactes,  en  se  contentant 

de  les  transformer  en  aspirées  dans  certaines  positions  ;  Vm  également. 

j  Mais  elle  a  une  tendance  à  changer  le  è  en  v  entre  deux  voyelles  ;  elle 

i  a  perdu  Vs  initial.  Elle  transforme  v  en  uu,  uo  en  Armorique  depuis  la 

1  fin  du  viiie  jusqu'au  x%  et  à  partir  du  x'  siècle  en  guo,  gu  ;  en  Galles  en 

!  guo,  gu^  depuis  la  fin  du  vin"  ou  le  commencement  du  ix''  s.  ;  en  cor- 

j  nique  on  a  tantôt  uu,  uo  initial,  tantôt  guo,  même  aux  x*-  et  xi*"  siècles  ; 

la  transformation  n'a  jamais  été  absolue. 

Les  gloses  d'Orléans  étant  continentales,  le  cartulaire  de  Redon  avec 
ses  chartes  datées,  dont  quelques-unes  remontent  à  la  fin  du  viu"  siècle, 
nous  permet  de  fixer  leur  âge  à  quelques  années  près.  A  partir  du  milieu 
du  XI"  siècle,  l'affaiblissement  des  tenues,  qui  auparavant  est  rare,  devient 
presque  la  règle. 

En  1050-1051  (append.  p.  378),  nous  lisons  Jarnogonus  (année  892 
Jarnuocon),  Hugar  (Hocar  année  821),  Gradelonus  1062-1080  [Gratlon 
904),  Cadodal  1060  (Catuotal  jusqu'en  812). 

Il  nous  serait  facile  d'accumuler  les  citations.  On  peut  s'en  assurer  en 
examinant  les  noms  de  V Index  generalis.  De  la  page  1  à  2 1 9  on  a  les 
chartes  jusqu'au  ix'-'  siècle.  De  221  à  228  celles  du  x«  siècle.  De  228  à 
Î5 1  celles  du  xr  et  du  xii*^  siècle. 

L'm  persiste  jusqu"en  1057. 

On  a  partout  morman  auparavant. 

En  1037,  pour  la  première  fois,  on  rencontre  morvanus. 

Catnemet  ç)io,  Canevet  1086. 

Un  manuscrit  d'Einhardt  (Annales  Fuldenses)V.  Pertz,  Monum.  germ. 
hisî.  script,  t.  I,  p.  556,  donne  Mormanus. 

La  chronique  de  Reginon  (ms.  du  x^  au  xi«  siècle)  p.  567  (Pertz) 
donne  deux  fois  Murinanus  pour  les  années  836-837. 

Nous  avons  même  Nominoe  (Babin  filium  Nominoe)  jusqu'en  107^; 
mais  c'était  un  nom  si  connu  que  l'orthographe  ancienne  a  pu  persister 
en  dépit  de  la  prononciation. 

Pour  morman,  on  ne  le  rencontre  plus  que  sous  la  forme  moruan  à 
partir  de  1037. 

Il  ne  faut  pas  confondre  ce  nom  avec  celui  de  Moruan  qui  se  trouve 
dès  868  et  qui  est  composé,  comme  Botuuan,  au  x^  siècle  Bodguan,  etc. 


112  Les  gloses  bretonnes  d'Orléans. 

Le  b  en  position  se  conserve  bien.  Entre  deux  voyelles,  il  est  flottant, 
Uorbili  jusqu'en  826,  Guorili  dès  837,  Marnuuili  834,  Trebalînou  909. 

Le  g  entre  deux  voyelles  a  partout  disparu.  Nous  avons  sept  fois 
Tiarn^  jamais  Tigern,  un  grand  nombre  de  fois  Machtiern,  jamais  Machtigern. 

Le  V  se  présente  au  commencement  et  dans  le  corps  du  mot  sous  la 
forme  uu,  uo  jusque  vers  878.  On  compte  jusque  vers  la  fin  du  ix'=  siècle 
guu,  guo,  gu  une  quarantaine  de  fois  seulement  ;  on  trouve  uu,  uo  plus 
de  400  fois  jusqu'à  cette  époque. 

Les  textes  des  écrivains  carlovingiens  sont  d'accord  avec  le  cartulaire. 

Einhardi  annales  p,  209.  213,  Wihomarcus. 

Reginonis  chron.  p.  587.  Vurfandus  (var.  Wurfandus], 

Hincmari  annales,  Pascuitan,  Vurnahaî,Wigon.  (Perlz,  Monum.  germ. 
hist.  script,  t.  I.) 

Une  charte  reproduite  par  Dom  Morice  (année  860,  charte  de  Salo- 
mon)  nous  donne  les  noms  suivants  : 
Winbrit  (femme  de  Salomon)  Waranton 

Riwal  Wiomarc 

Morwithan  Matuedoi 

Berwalt  Fines 

Unagogert  ?  Winoc 

Pasquithan  Ratuili 

Sprewi  Helwithan. 

Irispoi 

En  Galles,  au  ix""  siècle,  nous  avons  partout  guo,  gw.  Les  deux  mss. 
les  plus  anciens  de  Nennius  sont  d'accord  sur  ce  point. 

Nous  citons  d'après  le  manuscrit  publié  dans  VAppendix  ad  opéra  édita 
ab  Angelo  Mai.  Romas,  1871,  in -4°,  p.  97  : 
Cair  Gurcoc. 
Cair  Guent. 
Cair  Guorthegern. 
Cair  Guorancguon. 
Cair  Guintrun. 
Cair  Meguaid. 
Cair  Guorcon^  etc. 

Le  codex  Lichfeldensis  présente  la  même  transcription  de  v.  Le  ms. 
le  plus  ancien  de  Bède  (ix'  siècle,  Potthast,  Bibl.  nat.,  n°  5226)  portant  ' 
uurtigern  (feuille  13  v"),  il  est  probable  que  ce  phénomène  s'est  produit  ; 
en  Galles  dès  le  commencement  du  ix^  ou  vers  la  fin  du  viii''  siècle. 

Le  Bodmin  Gospel  du  x'=  au  xi'  siècle  présente  tantôt  gu,  tantôt  wu, 
plus  souvent  wu  et  même  ou. 


Les  gloses  bretonnes  d'Orléans.  1 1 3 

A  partir  du  x«  siècle,  le  carlulaire  de  Redon  donne  guu,  guo  initial  qui 
persiste  désormais  à  toutes  les  époques,  et  qui,  constant  pour  uo  dans 
l'intérieur  des  mots  jusqu'au  y.f  siècle,  commence  à  s'user  vers  la  fin  de 
ce  siècle.  Ex.  : 

Boîuuan  850  Botguan  916 

Bodauoret  844  Budguoret  909 

Catuueten  Sj6  Catguethen  105 1 -1069 

Catuuoret  878  Catguoret  Sc)j 

Dronuualoe  895  Drongualoius  1 008-1 041 

Cleuueîhen  850  Gleuguethen  1058 

Jarniiuallon  797  Jarnguallon  909 

Kenguethen  909 
Matuueten  907  Matguethen  9 1 3 

Tanetuuoion  872  Tanetguoion  913. 

Dès  le  milieu  du  xi«  siècle,  surtout  après  d  /,  guo  dans  le  milieu  des 
mots  a  une  tendance  à  disparaître. 

Caîuuotal  872,  Catuuodal  892,  Cadodal  1060. 

Catuuoret  872,  Catguoret  ?,c)-j,  Cadoret  1 124. 

Jarnuuocon  872,  Jarngucon  877,  Jarnogonus  {gu  devient  0,  et  c  de- 
vient g).  Charte  de  1051. 

Un  manuscrit  contenant  des  noms  bretons  (abbaye  de  Limoges.  Rev. 
celt.,  t.  III,  p.  449),  nous  offre  guo  au  commencement  et  au  milieu  des 
mots. 

Tutgual  Gueganton 

Guodnou  Guiniau 

Guingualui  Meguinus 

Gurguabr  Gurthiernus. 

Rethgualt 

D'après  ces  données,  nous  fixons  comme  date  approximative  pour  les 
gloses  d'Orléans  la  fin  du  x*"  et  le  commencement  immédiat  du  xi''  siècle. 

Les  ténues  ne  s'y  affaiblissent  ni  en  position  ni  entre  deux  voyelles. 

Ex.  :  bitdt,  brientinion^  brot,  colcet,  cospitiot,  darcenneti,  dispriner,  guo- 
tric,  imguparton,  gupartolaid,  gurprit,  maciat,  motrep^  etc. 

L'aspiration  n'y  est  même  pas  marquée  après  l'r,  ni  entre  deux 
voyelles,  mais  il  est  évident  qu'elle  existait  à  cette  époque. 

L'm  y  est  conservé  excepté  dans  lau  (main). 

Ex.  :  comairde,  dutimen,  gurlimun ,  imcomarguid ,  comnidder,  dem- 
guescim,  guomonim,  guomone^  meplaom,  biîpanim,  silim. 

Le  g  entre  deux  voyelles  a  disparu  :  siel  (=  sigillum),  brientinion  = 
brigantinion.  Appuyé,  il  reste  :  tegran  (de  teg,  maison,  et  ran,  part). 
Rev.  Celt.  V  S 


114  ^^^  gloses  bretonnes  d'Orléans. 

V  est  partout  dans  les  gloses  de  première  main  guo,  gn  au  commence- 
ment comme  dans  le  corps  du  mot.  Ex.  :  guad,  guascot^  gudcoguod,  gue- 
dom^  guelcet,  etc.  Pas  un  exemple  de  uo  uu  initial. 

Dans  l'intérieur  du  mot  : 

anguo,  arcogued,  coguelt,  coguenou,  demguescim,  dieteguetic,  doguolouit, 
dogiior,  dogurbonnea,  dorguid,  eidguin,  emguer ,  erguinit,  gueltoguat, 
imguparton,  niguid. 

L'absence  de  uo  initial  nous  empêche  de  reculer  ces  gloses  plus  loin 
que  le  commencement  du  x''  siècle,  la  fermeté  des  tenues  et  le  maintien 
de  l'm  à  côté  de  \'n  à  la  fin  des  mots  et  entre  deux  voyelles,  de  leur  faire 
dépasser  le  commencement  du  xi^  siècle. 

Pour  la  lecture  de  ces  gloses,  nous  sommes  généralement  d'accord 
avec  M.  Stokes.  Il  hésite  entre  adinisoi  et  admosoi.  Le  manuscrit  a 
admosoi.  Pour  nedo  (erant),  Vn  nous  a  paru  un  signe  abréviatif,  comme 
pour  hîigutre  (uttensilia).  Vn  est  un  h.  Pour  incoint  (quesitus),  nous  pro- 
posons incorit[?],  pour  eriolim  (editui),  ercolim,  nous  Hsons  doilux  et  non 
doiluf  (M.  Stokes  hésite  entre  les  deux  lectures)  ,  ol  lored  lindago)  au 
lieu  de  oldored  ;  muncul  pour  muntul  ;  straul  pour  straal  (calamidis  leg. 
chlamydis)  ;  iorn  pour  a  dorn  (triturantis)  ;  in  dicomit  pour  in  dicom  ; 
inardotas  est  pour  nous  douteux.  Nous  lisons  arapred  pour  araplecl,  edem- 
netic  pour  terdeuinetic  (desideratrix),  cosom  pour  cosoin  ? 

Dans  sa  préface  (p.  m),  M.  Stokes  dit  que  M.  Bradshaw  lui  a  remis 
une  copie  non-seulement  des  gloses,  mais  même  du  contexte  de  la  plu- 
part des  mots  latins  glosés.  Il  est  regrettable  qu'il  ne  l'ait  pas  fait  pour 
tous. 

M.  Stokes  donne  p.  44,  n''  244,  comme  breton  le  mot  aguetur.  Ce 
serait  une  3"  pers.  du  sg.  prés.  ind.  act.  d'un  verbe  qui  a  perdu  le  p 
ario-européen.  Cf.  itaupoç,  goth.  favai,  a.  s.  feava,  angl.  few,  paulus, 
paucus,  irl.  uathad. 

Ce  mot  gloserait  diminuitur.  Voici  le  contexte  d'après  M.  Stokes: 
Quanto  de  terrenis  diminuitur,  tanto  de  spiritualibus  augetur,  et  quantum 
terrena  quaesiverit  aut  contenderit,  tantum  de  spiritalibus  aguetur  dimi- 
nuitur. 

Voici  le  contexte  réel  du  manuscrit  :  Quanto  de  terrenis  diminuit^ 
tanto  de  spiritalib.  ;  diminuitur.  Il  est  évident  que  c'est  le  second  glossa- 
teur  qui  a  corrigé  diminuitur  en  aguetur  pour  augetur. 

La  glose  est  de  cette  seconde  main  qui  a  introduit  dans  le  texte  d'as- 
sez nombreuses  additions  et  corrections.  Le  texte  de  Wassersleben  porte 
augetur  à  cet  endroit,  et  c'est  là  que  M.  Stokes  l'a  pris.  Il  nous  semble 
probable  aussi  que  boco  au-dessus  de  paulo  est  une  glose  latine  (poco .''). 


Les  gloses  bretonnes  d'Orléans.  1 1 5 

Quant  à  l'interprétation  des  gloses,  M.  Stokes  y  déploie  sa  sagacité  et  sa 
science  ordinaires^  dont  nous  n'avons  pas  à  faire  l'éloge  aux  lecteurs  de 
la  Revue  celtique.  Il  est  peut-être  trop  disposé  à  croire  que  la  glose  est  la 
traduction  exacte  du  mot  latin,  lorsque  souvent  le  glossateur  n'a  voulu 
que  rendre  l'idée  générale. 

A  la  fin  de  son  travail,  M.  Stokes  adresse  au  copiste  Junobrus  le  mot 
de  Siegfried  sur  Owen  Pughe  :  Peace  îo  his  stupid  ashes  !  M.  Stokes  a 
fait  à  son  savant  maître  de  plus  heureux  emprunts,  et  nous  le  trouvons 
bien  dur  pour  le  moine  obscur  qui  lui  a  fourni  la  matière  d'une  publica- 
tion si  intéressante. 

J.    LOTH. 


MÉLANGES. 


FOUR  NEW  GAULISH  INSCRIPTIONS. 

The  great  rarity  of  inscriptions  in  Gaulish  gives  to  any  new  spécimens 
of  that  language,  no  matter  how  brief  they  may  be,  a  value  and  interest 
which  they  would  not  otherwise  possess.  It  was,  therefore,  with  extrême 
pleasure  that  we  saw  in  the  Revue  archéologique  (Février  1878)  and  in 
the  Comptes-rendus  de  l'Académie  des  inscriptions  et  belles-lettres  (Décembre 
1 880)  the  four  inscriptions  which  we  are  about  to  lay  before  our  readers  ; 
and  it  is  no  mère  compliment  when  we  say  that  our  pleasure  was 
enhanced  by  the  learning  and  acuteness  which  M.  Robert  Mowat  has 
brought  to  the  elucidation  of  thèse  inscriptions,  and  which  make  us  hope 
that  in  him  we  hâve  at  last  found  a  scholar  both  able  and  willing  to 
compose  a  Gaulish  Onomasticon. 

I.  The  inscription  of  Néns-les-Bains  (Allier). 

This  is  on  a  square  block  of  calcareous  stone,  preserved  in  the  Mu- 
séum of  Cluny,  in  Paris  : 

BRATRONOS 
NANTONICN 
EPADATEXTO 
RIGILEVCVLLO 
SVIOREBELOCI 
TOI 
The  NT  in  the  second  line  are  expressed  by  the  usual  ligature.  The 
D  in  the  third  line  is  barred. 

M.  Mowat  reads  the  inscription  thus  :  Bratronos  NantonicnÇos)  Epala- 
textorigi  Leucullo  sviorebe  locitoi,  and  renders  the  first  four  words  'Bra- 
tronos, son  of  Nantonios,  to  (a  god)   Epadatextorix   Leucullos'.    As 


Four  new  Gaulish  inscriptions.  1 17 

regards  the  last  two  words  M.  Mowat  says  'j'estime  qu'il  vaut  mieux 
s'abstenir  de  toute  conjecture  arbitraire,  et,  par  conséquent,  oiseuse'. 
However,  in  his  essay  on  the  inscription  of  Bavai,  which  we  shall  next 
notice,  he  conjectures  that  suiorebe  lociîoi  (as  he  reads  this  part  of  the 
inscription,  may  mean  something  like  Mibenter  ex  voto  posuit'. 

Bratronos  'Brâtrànos?)  is  formed  from  hràter  (Ir.  brdthir)  as  Lat. 
pdtronus  from  paîer.  Nantonicn(os)  is  formed  from  "Nantonios,  as  Oppia- 
nicnos  from  Oppianos,  Trutiknos  (leg.  Druticnosj  from  Drutos,  Tanotalik- 
nos  (leg.  Dannotalicnos)  from  Dannotalos,  Touiissicnos  from  Toatissios, 
and  O'Jîcsîy.vcç  (Nîmes)  from  Versios.  Nantonios  (of  which  the  latin- 
ised  form  Nanlonius  occurs  in  an  inscription  preserved  at  York^  is 
derived  from  the  thème  nanto-  Walley',  and  probably  means  'vallensis'. 

Epao-utexto-rîgi  is  the  dat.  sg.  of  Epac-atexto-rîx.  This  is  compounded 
of  three  members  :  first,  Epac-  a  stem  in  d  from  epa-s^:  equus^  Ir.  ech  ; 
second,  a-texto  which  M.  Mowat  (regarding  the  a  as  a  prefix)  compares 
with  the  coin-legend  Aiecto-rix  [Revue  celtique  I,  293  '),  and  connects 
with  TÉvoç,  tectum  and  the  Gaulish  Tecto-sagi,  and  lastly,  rîx  =  Lat.  rex, 
Ir.  ri.  The  meaning  of  the  name  under  considération  would  thus,  he 
thinks,  be  'seigneur  protecteur,  dieu  tutélaire  des  chevaux  ou  de  la  cavalerie  ' 

Leucullo  M.  Mowat  regards  as  the  dat.  sg.  of  Leucullos,  a  diminutive 
of  Leucos  (root  luk),  found  also  in  the  name  of  a  Gaulish  river  [Leucus] 
and  in  the  ethnie  name  Leuci. 

In  su-iorebe  M.  Mowat  seems  to  think  the  su  is  the  particle  correspond- 
ing  with  the  Irish  su-,  sa-,  W.  hy-,  and  he  suggests  that  iorebe  may  be 
radically  connected  with  the  siwpou,  ieuru  ('vovit'?),  which  occurs  so 
often  in  Gaulish  inscriptions.  He  also  gives  a  suggestion  due  to  M.  Gai- 
doz,  that  iorebe  may  be  an  instrumental  singular  in  4e,  'correspondant 
à  Pancien  instrumental  latin  en  -bi  (tibi,  sibi)\  or  rather,  I  should  say,  to 
Gr.  IzTTcçi,  ^iVi^t,  f(Çi,  and  Old-Bulgarian  vlukomi. 

M.  Mowat  is  disposed  to  consider  locitoi  as  a  verb,  and  he  attributes 
to  it,  conjecturally,  the  sensé  of  the  Latin  locavit,  posuit.  Though  he 
does  not  says  so,  he  obviously  regards  locitoi  either  as  cognate  with,  or 
as  borrowed  from,  the  latin  verb  loco.  As  to  the  termination  -oi  or  -ce 
'for  the  last  letter  is  somewhat  doubtful),  he  equates  it  with  the  -u  of 
karnitu  ^congessit',  and  compares  the   old-Latin  coirare,  coerare  later 


I.  For  the  équivalence  of  the  notation  XT  and  CT  M.  Mowat  compares  Pixtilos  and 
Pktilos,  Venextos  and  Vennectis,  Luxtiirios  and  Lucterius,  Divixius  and  Divicta.  Compare 
the  insertion  of  s  before  suffixes  beginning  with  t  so  common  in  the  Slavonic  and  Teu- 
tonic  languages  (Schleicher  in  Kuhn's  Zeitschrift  I,  142).  So  in  Lat.  mon-s-trum,  lu-s- 
trum. 


1 18  Four  new  Gaulish  inscriptions. 

curare,  loidos,  loedo  later  ludus,  moinicipium  later  municipium,  poenicas 

later  punicas. 

Thèse,  stated  briefly  and  without  the  store  of  illustrations  which 
M.  Mowat  has  drawn  from  gallo-latin  inscriptions,  are  his  viewson  this 
interesting  relie.  In  the  présent  state  of  our  knowledge  of  Gaulish  it 
would  be  absurd  to  dogmatise  about  the  etymology  and  meaning  of 
many  of  the  words  which  it  contains  ;  and  the  following  remarks  are 
merely  meant  as  suggestions  towards  the  further  discussion  which  it 
merits  and  is  sure  to  receive. 

No  one,  l  think,  can  cavil  at  M.  Mowat's  explanations  of  the  first  two 
words,  Brâtrônos  Nantonicn(os).  They  are  certainly  right.  The  next  two 
words  also  are  certainly  the  names,  in  the  dat.  sg.,  ofthedeity  to  whom 
this  monument  is  dedicated.  In  the  first  élément  of  Epao-atexto-rîx , 
M.  Mowat  rightly  sees  a  d-  stem  formed  from  epa  'horse'  :  it  is  in  form, 
and  probably  in  meaning,  identical  with  the  stem  of  the  Gr.  ÎTîTCâç, 
[r^Tziooç  'cavalry'.  But  I  doubt  M.  Mowat's  explanation  of  the  a  in 
atexto,  for  there  is,  so  far  as  I  know,  no  Gaulish  prefix  a.  Atexto  may 
perhaps  stands  for  ad-îexto  or  even  ati-texto.  Again,  I  doubt  whether  he 
is  right  in  regarding  Leucullo  as  a  dative  singular  of  the  masc.  o-  stem 
Leucullos.  The  three  certain  examples  of  this  case  which  we  already 
possess  [Alisanu,  Anvalonnacu,  Magalu^)  ail  end,  not  in  o,  but  in  u,  the 
very  termination  which  the  old-Irish  forms  of  the  dat.  sg.  of  masc.  and 
neuter  a-  stems  would  lead  us  to  expect.  I  venture,  therefore,  to  sug- 
gest  that,  instead  of  reading  LEVCVLLO  SVIOREBE,  we  should  read 
LEVCVLLOSV  lOREBE,  and  regard  Leucullosu  as  the  dat.  sg.  of  Leu- 
cullôsos,  formed  like  Toldsa  Z.^  786  and,  possibly,  the  Latin  Marcellôsus 
{-ôsus  for  -ossus,  -onsus,  o-vensus,  o-ventus^). 

As  to  iorehe,  since  there  is  no  trace  in  the  Italie  or  neo-Celtic  lan- 
guages  of  an  instrumental  singular  5,  I  should  prefer  to  regard  iorehe  as 
a  verb,  cognate,  of  course,  with  siwpou,  ieuru,  but  of  the  same  person 
and  tense  as  the  go-hedbiA  ('placuil'.?  'propitiabit'.'')  of  the  inscription  of 

1.  Perhaps  Cara?Alonu  may  be  added  from  the  inscription  of  Vieil-Évreux.  I  should 
rejoice  if  it  were  possible  to  add  IVAV  [hau]  from  the  Latin  inscription  of  Evaux  [Bulle- 
tin épigraphique  de  la  Gaule,  I,  40).  But  that  inscription  must,  I  think,  be  read  thus  : 
Vimpuro  Firmi  lib{ertus)  lvav[o)  v{otum)  s{olvit)  l[ibens)  m{erito).  From  the  god-name 
Ivavos  (cf.  \Lacavo  deo,  Orell.  2018)  comes  the  place-name  "Ivavono-n,  and,  by  con- 
traction, Ivaunon,  latinised  Ivaunum,  whence  the  modem  Evaux  and  the  adj.  Evamensis 
cited  by  M.  Vallentin  from  Gregory  of  Tours.  For  Gaulish  -auno  ex  -a\ano  see 
Zeuss-  774,  783. 

1.  Schweizer-Sidler  in  Kuhn's  Zeitschrift,  III,  541;  VII,  in;  XVI,  134. 

3.  Schleicher,  Compendium,  §§  2(8,  259.  The  Latin  tibi,  sibi  (Old-Laùn  tibei,  sibei) 
quoted  by  M.  Mowat,  are  datives,  not  instrumentais.  Ibid.  §  265. 

4.  I  would  now  explain  the  go-  of  go-bedbi  as  a  prefix  équivalent  to  the  Gothic  ga-, 
AS.  and  NHG.  ge-. 


Four  new  Gauiish  inscriptions.  \  19 

Alise  [etic  gobedbi  dugiionîiio  Ucuetin  in  Alisiia).  Whether  thistense  is  the 
preterite,  and  -bi,  our  -be,  is  the  Latin  -vit,  Oscan  -ffed,  or  whether  it 
is  the  future  and  -bi,  our  -be.,  is  the  Latin  -bit,  must  be  left,  for  the 
présent,  undecided.  That  the  stem  of  iorebe,  sùopou,  ieuru  means  'to 
make'  and  not  'to  dedicate'  is,  I  think,  probable,  first,  from  the  occur- 
rence of  ieuru  in  the  inscription  on  the  menhir  of  Vieux-Poitiers  :  Ratin 
brivatiom  Frontu  Tarbeisonios  ieuru  'propugnaculum  pontilium  Fronto 
Tarbeisoni  filius  fecit',  and,  secondly,  because  the  old-Irish  verbal  forms 
-iurad  (gl.  factum  est)  and  frith-iuraim  'afficio'  are  almost  certainly 
cognate  with  the  Gauiish  verb.  See  Pictet,  Nouvel  Essai,  p.  44. 

Remains  locitoi  which,  as  I  hâve  said,  M.  Mowat  regards  as  a  verb  and 
renders  by  'locavit'.  It  clearly  is  not  cognate  with  Lat.  loco,  -ari,  a  deno- 
minative  from  locus,  the  old-Latin  stlocus,  which  like  NHG.  stelle,  cornes 
from  a  root  stal,  Skr.  sthal.  It  may,  no  doubt,  be  borrowed  from  loco; 
but  then  should  we  not  hâve  had  an  â-  verb  (*loc-a-toi)  rather  than  one 
belonging  to  the  /-  conjugation  Qoc-i-toi)  ?  Besides  this,  to  equate,  as 
M.  Mowat  does,  the  -oi  of  locitoi  with  the  -u  of  karnitu  seems  to  ignore 
phonetic  chronology,  for  -u  descends  from  -oi,  not  -oi  from  -u,  and  the 
Todi  inscription,  in  which  karnitu  occurs,  is  at  least  two  centuries  older 
than  the  inscription  of  Néris-les-Bains.  On  the  whole,  if,  as  I  conjecture, 
iorebe  is  a  verb,  locitoi  must  be  an  ad  verb,  and  I  would  provisionaily 
explain  it  as  the  petrified  locative  singular  of  "lociton,  which  (if  we 
remember  the  regular  loss  oi  p  in  the  Celtic  languages)  may  be  équiva- 
lent to  the  Latin  placitum  and  cognate  also  with  t:\x^,  NHG.  flach  etc. 
For  Gauiish  ô  corresponding  with  Latin  a,  compare  mori,  mare  and 
hrogae,  margo.  For  adverbs  with  the  ending  of  the  locative  sg.  see  Bopp, 
V.  G.  §§  855  (note),  989,  where  Lat.  novê  is  equated  with  Skr.  navê 
'in  neuem'.  I  may  add  that  the  termination  -o-i  of  locitoi  is  to  that  of  the 
Greek  locative  sg.  oh.o-'.  as  the  termination  of  the  nom.  pi.  tanotaliknoi 
(i.  e.  Dannotalicni)  in  the  Novara  inscription  is  to  that  of  the  Gr.  nom. 
pi.  iTUTTc-t.  Compare  also  the  Old-Irish  locative  sg.  cinn  (ex  cenn-i, 
qnend-ï). 

The  meaning  of  the  whole  inscription  would  thus  be  'Brâtrônos,  son 
of  Nantonios,  for  Epacatextorîx  Leucullôsos  made  (this)  acceptably', 
or  (if  we  regard  locitoi  as  équivalent  in  meaning  to  the  ordinary  Latin 
libenter)  'willingly'. 

II.  The  Inscription  of  Bavai. 

VRITVES 
CINGOS 


r2o  Four  new  Gaulish  inscriptions. 

This  is  a  potter's  inscription  on  a  patella  of  the  socalled  Samian  ware, 
part  of  the  collection  of  antiquities  formed  by  the  late  M.  Fourmestreaulx, 
at  Bavai,  département  du  Nord.  M.  Mowat  reads  and  divides  the  words 
thus  :  uritu  Escingos,  and  translates  'fecit  Excingus'.  He  regards  uritu 
as  coming  from  the  root  ur  'facere',  'fingere',  whence  the  Gaulish 
O'jpixtay.oç,  Urittiiis,  Ate-uritus,  Aîurita,  and  also,  in  his  opinion,  the 
Latin  ur-na,  ur-ceus.  He  explains  Es-cingos  for  Ex-cingos,  where  ex-  is 
an  intensive  prefix  falso  found  in  the  man's  name  Ex-cingo-latis,  and  the 
place-name  Ex-cingo-magiis  '  )  and  cingos  cognate  with  the  Gaulish 
Cingetus,  Cingeto-rix,  Ver-cingeto-rix.,  and  the  Irish  {t-  stem)  cinge  = 
Gaulish  Cinges,  and  Cingeîis. 

To  ail  this,  I  hâve  nothing  to  object.  It  may  however  be  conjectured 
thatwe  should  readthe  verbas  vritu  and  compare  the  Skr.  vrata  Svorlc', 
'a  devoutact',  with  which  Fick  connects  ïop-.r^  for  è-FopT-r;.  The  Breton 
{a]eureu,  with  which  M.  Mowat  doubtfully  connects  his  uritu,  stands  for 
geureu  =  guerue,  guerreu  M  128  b,  gueure  M  27  a,  1 37  a,  and  is  possibly 
connected  with  AS.  gearvian,  N.H.G.  (leder)  gerben,  O.N.  géra  'to 
make',  'to  do'. 

III.  An  Inscription  of  Nîmes. 

The  original  has  disappeared,  but  a  copy  by  Séguier  is  preserved  in 
the  library  of  Nîmes  with  his  other  papers.  It  is  in  Greek  characters  and 
runs  as  follows  : 

ECKirro 

PEIIKO 

NAEIAAE 

OC 

'Bons  caractères  bien  lisibles,  Er/.tYYopetî  KovoiXXôoç  [sic).  Inedita'. 
The  Latin  transcription  would  be  Excingorix  Condillius,  équivalent  to 
'Condilli  filius'.  This  manner  of  expressing  filiation  is,  says  M.  Mowat, 
known  by  other  examples  belonging  to  the  same  région  :  at  Nîmes 
(Saint-Remy.  Rev.  Celt.  iii.  506),  two  inscriptions  BIMMOC  AITOY- 
MAPEOC  (Biminos  Litumareos,  'Bimmos  son  of  Litumâros')  and 
OYPITTAKOC  HAOYCKONIOC  [Urittâcos  Elusconios,  'Urittâcos  son 
of  Elusconos'j  :  at  Vaison,  CErOMAPOC  OYIAAONEOC  {Segomâros 
Villoneos,  'Segomâros  son  of  Villonos'j.  To  thèse  1  would  add,  from  the 
menhir  of  Vieux-Poitiers,  FRONTU  (=  Lat.  Frontô,  Rev.  Celt.  ii.  1 371 


I.  To  thèse  1  can  add  Excincomarus,  Kuhn's  Beitr.  III,  433  and  the  diminutive  Excin- 
gilla. 


Le  duel  dans  la  déclinaison  gauloise.  1 2 1 

TARBEISONIOS,  'F.  son  of  Tarbeisonos'.  The  formation  reminds  one 

of  Greek  names  like  'A-oaao)v-io-ç,  A'.ov6cr-io-ç,  Latin  like  Mar-iu-s, 

'  Octav-ia,   and    Sanskrit   patronymics  such  as   Kaurav-ya-s   'Kuruide' 

(Bopp,  V.G.  §  899). 

IV.  The  Inscription  of  Gargas  {Vaucluse). 

This  is  also  in  Greek  characters,  and  the  copy  sent  to  M.  Mowat 
runs  thus  : 

ECKETrAIBAAOOYIKOYNIAI. 

This  he  corrects  and  divides  as  follows  : 

ECKErrAI  BAAOOYIKOYNIAI, 

i.  e.  in  Latin  Excengae  Balovicuniae,  ''(the  tomb)of  Excenga,  daughterof 

Balovicunos'.  Hère  ta/o- may  be  cognate  with  Skr.  bhâla-m,  Gr.  çâXo-ç, 

'.  (paX'.c-ç,  and  vicunos  (whence  the  fem.  patronymic  -vicunia]  is  formed 

I  from  one  of  the  roots  vik,  Hke  'Ixoûva  Z.^  773,  or  Virunum,  Seduni, 

I  Z.2  774.  The  termination  in  a-i  \d.  old-Latin  equai)  was  anticipated  by 

I  Adolphe  Pictet',  but  is  a  little  disappointing,  for  the  gen.  sg.  of  fem.  a- 

'.  stems  in  Irish  (e.  g.  rainne)  does  not  infect  the  initiais  of  following 

words,  and  therefore  points  to  a  prehistoric,  urkelîisch  ending  in  ë-s 

from  a-es.  In  this  as  in  other  instances  (-abo,  -ebo  for  -âbos,  -ebos, 

\  brogae  =  0.  Ir.  mrug]  Gaulish  phonetics  hâve  a  distinctly  modem  appea- 

I  rance. 

W.  S. 
Simla,  21  March  1881. 


LE  DUEL  DANS  LA  DÉCLINAISON  GAULOISE 

A    PROPOS    d'un    nouvel     EXEMPLE    DU    MOT    VERGOBRETUS. 

Les  textes  qui  nous  font  connaître  le  mot  vergobretus  sont  au  nombre 
de  trois,  à  savoir  :  une  phrase  de  César,  une  glose  d'Isidore  de  Séville 
et  une  légende  de  monnaie  gauloise. 

Voici  d'abord  le  passage  de  César  ^  :  Divitiaco  et  Lisco,  qui  summo 
magistratui  praerant,  quem  vergobretum  appellant  JEdui,  qui  creatur  annuus 

1.  Writing  in  1867,  when  no  example  of  the  gen.  sg.  of  a  fem.  a-  stem  had  been 
found,  he  says  "on  peut,  par  analogie,  conjecturer  un  ai  gaulois".  Nouvel  Essai.,  p.  82. 

2.  Bell.  Gall.,  l,  16. 


122  Le  duel  dans  la  déclinaison  gauloise, 

et  vit£  necisque  in  suos  habet  potestatem.  Tous  les  manuscrits  portent  prae- 
rant  que  les  éditeurs  ont  maladroitement  corrigé  en  praerat,  en  conjectu- 
rant sans  aucun  motif  qu'il  n'y  avait  qu'un  seul  vergobret  à  la  fois.  Il 
faut  désormais  rejeter  cette  opinion  arbitraire  et  erronée,  puisqu'elle  est 
en  opposition  avec  l'accord  formel  de  tous  les  manuscrits.  On  devra  donc 
regarder  Divitiacus  comme  le  collègue  de  Liscus  dans  l'exercice  de  la 
magistrature  suprême,  et,  d'une  manière  plus  générale,  en  conclure  qu'il 
y  avait,  non  pas  un  vergobret  unique,  mais  deux  titulaires  de  la  même 
dignité  ensemble  dans  la  cité  des  Eduens,  comme  aussi  dans  d'autres 
cités  gauloises.  Cette  remarque  a  une  grande  importance  au  point  de  vue 
historique,  car  elle  explique  la  facilité  avec  laquelle  s'opéra  la  transition 
du  régime  municipal  indigène  au  régime  municipal  romain,  dont  le  prin- 
cipal rouage  administratif  consistait  dans  le  duumvirat  annuel.  Les  Gau- 
lois se  trouvaient  donc  préparés  à  accepter  la  substitution  des  duumvirs 
aux  deux  vergobrets  annuels,  puisque  la  forme  d'administration  locale 
restait  en  apparence  la  même. 

La  glose  d'Isidore  de  Séville  ',  «  virgobretus  (sic)  nomen  magisîratus  », 
toute  laconique  qu'elle  soit,  a  l'avantage  de  nous  apprendre  que  ce  mot 
gaulois  était  encore  en  usage  au  vii^  siècle. 

Quant  à  la  légende  monétaire  ci-dessus  annoncée,  elle  est  ainsi  conçue  : 
CISIAMBOSCATTOS-VERCOBRETO-  ;  le  revers  de  la  pièce  porte 
l'inscription  SIMISSOS-PVPLICOS-LIXOVIO'  \  Je  l'ai  soigneusement 
vérifiée  sur  de  bons  exemplaires  conservés  au  Cabinet  des  médailles. 

Les  mots  Cisiambos  Cattos  ne  doivent  pas  être  pris  pour  les  noms  d'un 
seul  et  même  personnage,  sans  quoi  le  qualificatif  qui  les  suit  devrait  être 
pourvu  du  s  désinentiel  du  nominatif  singulier  et  être  orthographié  vergo- 
bretos  ;  on  sait  d'ailleurs  que  l'usage  gaulois  n'admettait  pour  chaque 
individu  qu'un  seul  nom  propre,  suivi  quelquefois  d'un  adjectif  patrony- 
mique pour  indiquer  la  filiation.  De  là,  il  suit  que  Cisiambos  et  Cattos 
sont  les  noms  de  deux  personnages  différents  auxquels  se  rapporte  en 
commun  le  titre  vergobreto  ;  ce  dernier  mot  est  donc  un  pluriel,  ou  mieux, 
un  duel,  comparable  au  nominatif  duel  masculin  en  o  du  grec  et  du  latin; 
par  exemple,  It-m,  ambo,  duo.  La  légende  CISIAMBOS  CATTOS  VER- 
COBRETO  offre  une  frappante  analogie  de  rédaction  avec  la  formule 
des  signatures  duumvirales  sur  des  monnaies  municipales  d'Espagne, 
telles  que  COMPOSITO  ET  MARVLLO  lIVlR(/5);  SPARSO  ET  CAECi- 

1.  Isidori  Hispalensis  opéra  omnia,  Cologne,  1617,  in-fol.,  p.  6}i. 

2.  Dictionnaire  d'archéologie  celtique,  n°  78  des  planches  numismatiques.  Voir  dans  la 
Liste  des  mots  relevés  sur  les  monnaies  gauloises  par  M.  de  Barthélémy  {Revue  celtique, 
1,  p.  294  et  297)  la  lecture  CISIAMBOS  CATTOS  VERGOBRETO  —  SEMISSOS  PVBLICV 
LEXOVIO  ;  elle  exige,  aux  trois  derniers  mots,  les  redressements  que  je  signale. 


Le  duel  dans  la  déclinaison  gauloise.  1 2  5 

LIANO  IIVIR1/5).  Elle  confirme  nos  précédentes  conclusions  en  ce  qui 
concerne  la  dualité  de  la  magistrature  des  vergobrets.  La  légende  du 
revers  SIMISSOS  PVPLICOS  LIXOVIO  paraît  offrir  la  même  construc- 
tion grammaticale  que  celle  du  droit  ;  le  mot  Lixovio,  identique  très  pro- 
bablement avec  l'ethnique  Lexovii  de  César,  serait  donc  un  nominatif 
duel  se  rapportant  aux  noms  d'hommes  Simissos  et  Puplicos  qui  le  pré- 
cèdent. 

Un  monument  épigraphique  découvert  à  Saintes  nous  donne  un  nouvel 
exemple,  le  quatrième,  du  mot  vergobretus.  L'inscription,  brisée  à  ses 
extrémités,  me  semble  devoir  être  lue  de  la  manière  suivante,  avec  réta- 
bHssement  de  cinq  lettres  au  commencement  de  chaque  ligne  et  de  six  à 
la  fm  : 
d.m.ef.m.C.IVLLRIgOVERIVGI.F.VOL.MARINO.se  viro  (ou  Vi.viro) 
^uguiTALLPRIMO.C.C.R.QyAESTORLVERGoèmo 
Julia  MARINA  .FILIA.Fac.cur 

[D{iis]  m[anibus]  et  m{emoriae)].  C[aio)  Juli[o],  Ri{g]overiugi  f[ilio),  Vol- 
{tinia  tribu),  Marina,  [seviro  augus]tali  primo,  cÇuratori)  ciivium]  R[omano- 
rum),  quaestori,  verg[obreto],  [Julia]  Marina,  filia,  f[ac{iundum)  cur{avii]]. 
—  Aux  dieux  mânes  et  à  la  mémoire  de  Caius  Julius  Marinus,  fils  de 
Rigoveriugus,  de  la  tribu  Voltinia,  premier  sévir  augustal,  curateur  des 
citoyens  romains,  questeur,  vergobret  ;  Julia  Marina,  sa  fille,  a  fait  élever 
ce  monument.  — 

Le  développement  des  abréviations  et  les  suppléments  des  parties 
absentes  sont  rigoureusement  conformes  aux  règles  épigraphiques;  seule, 
la  restitution  du  mot  verg[obreto]  demande  quelques  explications. 
i  L'inscription  appartient  au  commencement  du  i"  siècle  de  notre  ère, 
•puisque  Marinus,  fils  du  gaulois  Rigoveriugus,  se  pare  du  nomen  gentili- 
■cium  des  trois  empereurs  de  la  dynastie  julienne,  Auguste,  Tibère  et 
iCaligula,  par  l'un  desquels  il  avait  été  fait  citoyen  romain.  Par  son  cursus 
honorum  on  apprend  qu'il  avait  été  successivement  chef  du  collège  des 
sévirs  augustaux  de  la  cité  des  Santones,  curateur  des  citoyens  romains 
■établis  sur  leur  territoire,  questeur  de  la  même  cité  ;  finalement,  il  est 
:qualifié  d'un  titre  de  magistrature  commençant  par  les  lettres  VERG 
■qu'il  me  parait  impossible  de  restituer  autrement  que  par  le  mot  vergo- 
breto.  Dans  l'ordre  hiérarchique  municipal,  il  ne  restait  plus  à  Marinus, 
après  sa  questure,  qu'à  être  élevé  au  rang  de  duumvir  ;  puis  donc  que  le 
groupe  des  lettres  VERG  occupe  la  place  invariablement  assignée  au  mot 
IIVIRO,  dans  renonciation  des  honneurs  municipaux,  telle  qu'on  la  con- 
'nait  par  une  foule  de  monuments  épigraphiques,  il  faut  de  toute  nécessité 


1 24  Remarques  sur  z  accompagné  de  voyelles  en  breton  moderne. 
faire  de  VERG  l'équivalent  de  IIVIRO,  et  je  ne  vois  que  le  mot  vergo- 
breto  qui  satisfasse  à  cette  condition,  d'après  ce  que  nous  savons  de  1; 
magistrature  en  question.  Comme  d'ailleurs  les  duumvirs  étaient  de 
magistrats  judiciaires,  témoin  la  locution  juri  dicundo  ou  a  jure  dicundi 
souvent  ajoutée  au  titre  duumvir,  on  peut  être  assuré  que  cette  locutioi 
correspond  parfaitement  à  la  signification  même  du  mot  vergobretus,  telli 
que  Zeuss  l'a  établie  par  les  procédés  de  l'analyse  étymologique,  ei 
comparant  les  termes  gaulois  verge  et  bretus  respectivement  au  galloi 
guerg  —  latin  efficax,  et  à  l'irlandais  breîh  =  lat.  judicium  '.  La  présenc 
du  mot  vergobretus  à  la  suite  d'autres  titres  exprimés  en  latin  n'est  pa 
plus  surprenante  que  l'association  du  titre  sacerdotal  gaulois  gutuater  a 
mot  flamen  dans  des  inscriptions  de  Mâcon  et  du  Puy. 

Robert  Mowat. 


REMARQUES  SUR  Z   ACCOMPAGNÉ  DE  VOYELLES 

EN    BRETON    MODERNE. 

L  Le  breton  de  Léon  confond  plusieurs  z  que  le  trécorois  et  le  van 
netais  distinguent  généralement  à  la  fin  des  mots  après  une  voyelle. 

I"  Z  venant  de  s  dur  (écrit  au  xv«  siècle  5)  est  en  Tréguier  et  e 
Vannes  s  (quelquefois  z)  :  L.  gwaz,  vassus,  T.  V.  gwas  ;  rouanez,  reine 
suffixe  -issâ,  T.  V.  rouanes  ;  koantiz,  belle,  maîtresse,  proprement,  «  ger 
tillesse,  beauté  »,  suff.  français  -ise,  T.  V.  koantis  ;  noz,  nuit,  gallois  ne 
=  "noct-s  avec  1'^  du  nominatif,  T.  V.  nos  ;  suff.  -uz  =  lat.  -ôsus,  T.  V 
-us. 

Le  léon.  iaouanklz,  jeunesse,  a  le  même  suff.  que  koantiz  ;  le  var 
yaoanqih  (P.  Grégoire  de  Rostrenen)  doit  en  être  emprunté  :  le  vn 
mot  est  en  V.  iouanktis,  iuanktis,  T.  iaoahktis,  ioanktis,  où  le  t  résulte 
soit  d'un  compromis  avec  iaouanctet  (P.  Maunoir),  gall.  ieuenctyd^  so: 
d'une  fausse  analogie  avec  les  mots  en  t-is  comme  lionest-is,  honnêteté 
qui  sont  les  plus  nombreux.  Cf.  en  petit  Trég.  souptieren,  zoubcherc 
soupière,  d'après  kaftieren,  cafetière,  où  le  t  franc,  est  lui-même  inorga 
nique. 

2"  Z  venant  de  d  celtique  et  vieux-breton  (écrit  au  xv^  s.  z),  tomb 
en  tréc.  et  en  van.  :  L.  gwaz,  oie,  gall.  gwydd,  T.  gwa,  V.  gwai;  rouanez 

I.  Zeuss,  Gram.  celu,  2'  éd.,  p.  10,  n  et  857, 


Remarques  sur  z  accompagné  de  voyelles  en  breton  moderne.  1 2  5 
rois,  suff.  -id-,  T.  V.  rouane,  cf.  gounez,  il  gagne  (—  gounid,  gagner), 
iT.  gone,  V.  gounl  ;  deiz,  jour,  gall.  dydd,  T.  V.  dei;  keuz,  -/.^ioç,  T.  keu, 
\'.  ké ;  kriz,  crudus,  T.  V.  kri ;  goz,  taupe,  gall.  gwadd,  T.  V.  go  ;  ruz 
jrouge,  V.  bret.  rud,  T.  V.  ru. 

Cf.  même  en  L.  kere  cordonnier,  Catholicon  quere,  gall.  crydd,  Rev. 
Gelt.  II,  329  ;  bugale^  enfants  'bret.  moy.  id)  =  gall.  bugeilydd,  bergers; 
m,  argile,  Cath.  pry,  gall.  pridd,  etc.  ;  dans  les  Middle  Bret.  Hours,  4, 
i  pour  az  =  a  -|-  da^i  de  ton  ;  et  en  gall.  sydd  et  5}',  v.  gall.  -sid,  est, 
oret.  so. 

5°  Z  venant  de  t  précédé  d'une  consonne  (au  xv"  s.  z)  répond  à  z,  s, 
tn  Trég._,  et  à  h,  c'h  en  Vannes  :  L.  gwaz^  pire,  v.  bret.  guoheth-  Rev. 
Celt.  IV,  J46,  bas  cornouaillais  gwez,  van.  gwah^igwac'h;  cornou.  naouez, 
néanmoins,  van.  naouac'h,  neoah^  et  nahoah  (P.  Grég.)  de  na  et  de  c'hoaz, 
encore,  gall.  chwaiîh,  C.  c'/zo«z,  V.  hoah,  hoac'h;  L.  I^nz,  tacheté,  =  briit-, 
'V.  brih,  breh  ;  hencz,  cette  nuit,  vieil  irlandais  in-nochî,  C.  henoaz,  henoez, 
iV.  henoac'h,  hineah,  hiniac'h,  heneah.,  avec  la  racine  de  noz  à  un  cas 
'oblique,  Rev.  Celt.  I,  369  ;  L.  pi.  dluz,  dluzed,  truites,  T.  sing.  lus 
pi.  luzet,  V.  pi.  dluh,  dluhet. 

!  Faut-il  admettre  une  exception  dans  les  mots  trécorois  en  -ères, 
van.  -ereah,  qui  répondent  à  des  noms  léonnais  en  -erez,  masculins 
Idans  Le  Gonidec  .?  M.  d'Arbois  de  Jubainville  les  a  rattachés  à  un  suff. 
-edo-s  :  les  féminins  seuls  viendraient  de  -actâ  (Mém.  de  la  Soc.  deling., 
,IV,  4,  293,  cf.  Gr.  celt. 2  856).  Mais  le  genre  est  en  breton  une  base 
peu  sûre  pour  une  telle  répartition  (cf.  pour  le  gall.  même,  Rev.  Celt., 
;II,  117).  Beaucoup  de  ces  noms  sont  féminins  en  Tréguier  (par  ex. 
mederes,  moisson  ;  dorneres,  action  de  battre  ;  maleres,  act.  de  moudre  ; 
tronpleres,  tromperie,  etc.)  et  en  Van.  (medereah,  dornereah)  ;  le  diction- 
naire dit  «  de  L'Armery  »  donne  les  deux  genres  à  melinereah,  moulinage 
au  supplément)  et  à  trompereah,  illusion  ;  il  fait  masc. ,  d'ailleurs,  des  mots 
comme  golhedlguiah ,  ablution,  crommediguiah,  courbure,  dont  la  prove- 
nance de  -actà  est  certaine.  Aussi  la  distinction  des  deux  suffixes  -(er)ez 
masc.  et  -[er]ez  fém.  ne  me  semble-t-elle  pas  originaire. 
;  II.  Z  entre  voyelles,  en  léonnais  et  en  breton  moyen,  correspond  sou- 
jvent  à  un  ^  dans  certains  dialectes. 

\  1°  Ce  ti  est  plus  primitif  que  le  z  :  Cath.  prezec,  à  Plélauff  (basse  Cor- 
tnouaille)  predek,  lat.  pradicare  ;  Cath.  beuziff,  noyer,  à  Saint- Mayeux 
i(b.  C.)  beudo,  beudein,  v.  gall.  bodi ;  Cath.  hiziu,  aujourd'hui,  Gr.  Myst. 
de  J.,  6,  hizieu,  hizeu,  petit  Trég.  hidiv,  hidu,  v.  irl.  in  diu;  Cath. 
bazaillat  «  baailler  »,  Van.  badaillat,  G.  M.  J.  147,  badou,  étourdisse- 
ments.  L'auteur  du  Cath.  eût  pu  faire  sans  doute  à  tous  ces  mots  la 


1 26       Remarques  sur  z  accompagné  de  voyelles  en  breton  moderne. 
même  observation  qu'à  huzel  «  suye  »   [gall.  uddygl]  :   «  aulcuns... 
mettent  d  au  lieu  de  z,  tant  uault.  «  De  même  L.  diziou,  jeudi,  à  Plestin 
(enTrég.)  didiou,  gall.  dyddlau;  L.  ruze/,  rougeole,  à  Morlaix  (enTrég.: 
rudel,  gall.  rhuddel  ;  L.  iuzevien,  Judd,  petit  Trég.  judevien. 

Cf.  en  Léon  même  baradoz  paradis,  Cath.  barazoez  ;  et  pinvidik,  riche, 
Tréc.  pinwidik,  métathèse  pour  pen-devik  ',  gall.  pendefig,  prince,  grand 
personnage.  Dom  Le  Pelletier  donne  la  variante  pinvizic  «  selon  quelques 
anciens  livres  et  l'usage  de  certains  cantons  »  ;  Cath.  pinuizic.  Cf.  guln- 
uizic,  bienheureux,  M.  Bret.  Hours;  guinvidic  Poèmes  Br. ;  guenniiidic 
Cath.;  îerridik  et  terrizik,  fatigant  (Troude). 

Ce  z  prématuré  vient  de  ce  que  les  dentales  ont  en  breton  comme  en 
allemand  une  tendance  à  aller  plus  vite  que  les  autres  consonnes  dans  la 
voie  du  progrès  et  de  la  corruption.  Le  dict.  de  L'Armery  donne  taêm- 
dére  et  tuèmzér,  rut  ;  Le  Gonidec^  kardi  et  karzi,  remise  ;  on  dit  en  grand 
Trég.  dour  tom,  eau  chaude,  petit  Trég.  dour  dom.,  Goëllo,  etc.,  doir. 
zom  (cf.  Feiz  ha  Breiz,  26  fév.  1881,  p.  70)  ;  à  Mûr  (vannetais  de; 
Côtes-du-Nord)  razehn  pour  raden,  de  ratis,  fougère;  à  Plélauff iir  ' 
amdu,  quelquefois  amzu,  sur  le  mauvais  côté  ;  cf.  [et]  tu-man  (allez)  ci.c 
nous,  [îec'li]tu-ze  (va-t'en)  chez  toi,  d'oii  dre  du-man,  dre  du-zeÇVrég.  ,e{c 
d'où  simplement  ^u-m^/i,(i£i-ze  (Léon,  etc.),  à  Mùrgu-ze  (cf.  Rev.  Celt.,  1! 
54)  d'où  dre  zu-ma,  dre  zu-ze  (environs  de  Morlaix)  et  même  dir  u-mah,  t? 
u-ze^  (Lannion),  «  chez  nous,  chez  vous.  »  La  mutation  de  rf  en  z  e,  ; 
plus  souvent  que  toute  autre  observée  dans  le  Cath.  :  a  zor  en  dor,  c  de 
huys  en  huys  »,  mais  lestr  a  mor,  «  nef»  ;  douzec,  douze,  mais  doupen- 
nec,  «  qui  a  deux  testes  «,  etc. 

En  revanche,  plusieurs  variétés  trécoroises  s'opposent  à  tout  change- 
ment, même  légitime,  de  i  en  z  :  on  dit,  par  ex.,  en  petit  Trég.  war 
didouran^  en  pente,  qui  serait  en  Léon  *var  zizoura. 

2°  Il  y  a  des  cas  où  le  z  peut  ne  pas  provenir  du  d  :  c'est  quand  ils 
servent  de  liaison  euphonique,  ce  qui  peut  arriver  à  tout  son  qui  touche 
aux  dentales  :  heb-on,  heb-d-on,  hep-t-on,  heb-z-on  et  hep-s-on,  sans  moi  ; 
ar  re-hont,  ar  re-z-  ont  et  ar  re-n-  ont,  ceux-là,  etc.  Le  d  peut  être  eupho- 
nique dans  le  van.  bleidi,  loups  (cf.  brindi,  corbeaux)  ;  le  z  l'est,  à  coup 
sûr,  dans  le  léon.  griziat  =  gria,  coudre,  gall.  gwnïo,  et  fizyoles  Cath,, 
filleule  (fi-yeule),  fizyoldet  «  affinité  de  comperaige  »  Cath.,  fzyolded, 
P.  Grég.;  cf.  fazyaff  ohenare  Cath.,  van.  faïein,  du  franc,  faillir? 

1.  Il  y  a  ici  une  assimilation  qui  atteint  à  la  fois  deux  syllabes  en  arrière,  comme 
dans  uscumunuguen,  «  excommuniement  »,  Cath.;  L.  livirit,  dites,  de  lavant. 

2.  Pour  la  voyelle  insérée,  cf.  drask  et  darask,  grive  (L'A.),  et  duluf  —  dluz,  truite, 
cité  plus  loin. 


Remarques  sur  z  accompagné  de  voyelles  en  breton  moderne.       1 27 
Les  Léonnaissont  portés  d'ailleurs  à  ajouter  des  z  inorganiques  :  paez, 
il  paie  ;  deleziou,  v.  bret.  deleiou^  vergues. 

III.  Voici  l'histoire  ultérieure  du  z  entre  voyelles  :  il  tombe,  ou  se 
combine  avec  un  i  suivant,  ou  est  remplacé  par  h,  c'Ii,  n,  r  ou  v. 

10  Exemples  de  cette  chute  du  z  :  L.  beuzi,  noyer,  T.  beui,  beuih, 
V.  beuein,  béein.,  à  Plélauff  beuo  ;  ruzel,  rougeole,  Trég.  ruel;  barazoez, 
Cath.  paradis,  V.  baraoues,  baraouis.  Cf.  Dom  Le  Pelletier,  aux  mots 
iudal,  iualen  etjuzew. 

Les  deux  voyelles  se  contractent  souvent  :  L.  prezek,  prêcher,  au 
Faouet  (Corn.)  preek,  Van.  prelc  ;  huzel,  suie,  C.  hueil ,  T.  huel,  V.  hùl-er; 
pinvizik,  riche,  forme  quelquefois  usitée  en  Léon,  d'où  pinvik,  pinwik, 
[Trég.,  pinhuik,  penhuik,  Van.  (d'où  pinik^,  pinekh,  pet.  Trég.,  p'enek  à 
I  Sarzeau)  ;  L.  amezegez,  voisine,  pet.  Trég.  dnmeges  ;  diveza,  dernier, 
[  pet.  Trég.  diwan  ;  hizio,  aujourd'hui,  b.  C.  hyo  (P.  Grég.) -,  gouzouk,  cou, 
T.  V.  gouk. 

2"  Z  changé  en  y,  ch,  ordinairement  par  l'influence  d'un  i  :  hicho, 
I  aujourd'hui  iPlougonven,  en  Trég.)  ;  m'é  jaoî  (=  ma  ziaoî).,  ma  langue, 
j  pet.  Trég.  ;  tréc.  bleiji,  L.  bleizi,  loups  ;  ijel,  L.  izel,  bas  ;  à  St-Mayeux, 
\ajan,ajein,  L.  azeza,  s'asseoir;  anhuerichet,  génisses  [St-U.) ^anoarezet 
\  (pet.  Trég.). 

Cf.  pet.  Trég.  jibi  fraises,  gr.  Trég.  zibi^,  à  Gurunhuel  zivi,  L.  sivi, 
C.  s'éni,  (pron.  sun-hi)  gall.  syfi,  irl.  sùbh,  cf.  le  gaul.  soubitès,  lierre  ? 
Tréc.  néj,  nid,  L.  neiz;  parouj,  paroisse,  L.  parez;  dizurj,  désordre, 
L.  dizurz  (pluriels  iou),  etc. 

î°  Z  changé  en  h,  c'h  :  Van.  bahailhat,  bâiller  (P.  Grég.)  ;  Trég. 
lac'han,  tuer,  L.  laza;  Goëllo  c'houec'han,  souffler,  L.  c'houeza. 

4°  Z  remplacé  par  n  :  pihuinic,  Van.  riche  (L'A.),  cf.  piuizic,  Gr.  celt.^ 
1 5  5  (d'où  aussi  le  van.  pihuik)  ;  enîrének,  tr'ének,  jusqu'à  (Pleudaniel,  en 
Trég.),  î'énak  (pet.  Trég.)  =  L.  etrezek  (qui,  par  une  tout  autre  voie,  est 
i  devenu  à  Plélauff  sa]  ;  et  probablement  le  V.  hinihue,  aujourd'hui. 

5"  Z  remplacé  par  r  :  hirio  L.  aujourd'hui,  herie  Trég.  ;  «  hiru  »,  bas 
Van.,  et  «  herou'é  »,  b.  C.  (P.  Grég.),  heroa  à  Douarnenez  (Corn.); 
dirio,  Trég.  jeudi  ;  baraillat,  Trég.  bâiller  ;  fariein,  V.  errer  ;  L.  buzug  et 
burug,  vers  de  terre. 
Cf.  alfhouedez  et  aie' houeder .,  alouette  ;  liez,  Trég.  tier,  maisons. 


1.  De  pin-ik  s'est  formé  sans  doute  pin-ard,  richard. 

2.  On  peut  croire  ce  b  primitif,  comme  celui  du  pet.  Trég.  habëlzac'h,  havre-sac,  allem. 
;  Habcrsack,  et  comme  les  d  dont  il  vient  d'être  question.  Mais  le  changement  de  v  en  è 

■  ;  entre  voyelles  a  lieu  dans  eun  din  chibiyard,  un  homme  qui  a  une  grosse  cheville  de  pied 
;■  I  (St-M.),  et  je  ne  connais  pas  d'exemple  certain  du  changement  analogue  de  z  en  d. 


1 28  Notes  sur  des  textes  irlandais. 

6"  Z  remplacé  par  v  :  beuvein  (pet,  Trég.)  noyer  ;  duluvet,  truites 
St-M.  dulivet  (Plélauff). 

Le  sing,  est  duluf,  dulif,  cf.  pet.  Trég.  balaf,  baquet  à  anses,  L.  bâraz, 

C.  bares.  Ce  changement  a  lieu  aussi  avec  une  consonne  :  T.  evn,  oiseau, 

gwevn,  souple,  Cath.  ezn,  guezn  ;  cornou.  livrin  et  Hrzin,  joyeux  ;  cf.  en- 

derv,  enderf,  (pet.  Trég.  inderr),  après-midi,  gall.  anterth  (Pictet,  Orig. 

",$92). 

Emile  Ernault. 


NOTES  SUR  DES  TEXTES  IRLANDAIS. 


Je  crois  qu'en  général  j'avais  déjà  compris  le  sens  du  poème  curieux 
qui  se  trouve  dans  un  manuscrit  du  monastère  de  Saint-Paul  en  Carinthie 
et  qui  est  publié  dans  mon  livre  «  Irische  Texte  mit  Wœrterbuch  », 
p.  317,  mais  j'ignorais  le  vrai  sens  des  mots  imdis,  derban  et  coimsid.  A 
présent  j'ai  trouvé  que  imdis  contient  le  «  dis  i.  dearôil  (faible)  »  du 
glossaire  d'O'Clery,  que  derban  est  de  même  origine  que  tesshanat  (defi- 
ciunt),  et  M.  Whitley  Stokes  m'a  communiqué  un  texte  où  Éole  est  appelé 
comsid  ocus  cumachtach  na  n-gaeth  «  le  maître  (cp.  commus  puissance)  et 
dominateur  des  vents  ».  J'ai  des  raisons  pour  donner  ici  une  traduction 
de  ce  poème.  En  voici  le  texte  : 

1  Messe  ocus  Pangur  Bdn       cechtar  ndîhar  fria  sainddn 

bîth  a  menma-sam  fri  seilgg       mu  menma  céin  im  saincheirdd. 

2  Caraim-se  fos  ferr  cacli  dû      oc  mu  lebran  kir  ingnu 

ni  foirmîech  frimm  Pangur  Bdn      caraid  cesin  a  maccdân. 

3  0  ru  biam  scél  cen  scis       innar  tegdais  ar  n-oendis 
taithiunn  dichrichide  clius      ni  fristarddam  ar  n-âthius. 

4  Gnàth  huaraib  ar  gressaib  gai      glenaid  luch  inna  lin-sam 
os  mé  dufuit  im  lin  chéin       dliged  n-doraid  eu  n-dronchéill. 

5  Fuachaid-sem  fri  frega  fdl      a  rose  anglése  comldn 
fuachimm  chein  fri  fegi  fis      mu  rose  reil  cesu  imdis. 

6  Faelid-sem  eu  n-dene  dul      hi  n-glen  luch  inna  gerchrub 
hi  tueu  cheist  n-doraid  n-dil      os  me  chêne  am  faelid. 

7  Cia  beimmi  amin  nach  ré      ni  derban  càch  a  chele 
caraid  cechtar  ndr  a  dân      subaigthius  a  ôenurdn. 

8  He  fesin  as  choimsid  ddu       in  muid  dungni  cach  oen  Idu 
du  thabairt  doraid  du  glé      for  mu  mud  cein  am  messe. 


Un  parallèle  à  sainte  Brigitte.  129 

Voici  la  traduction  : 

1  Moi  et  Pangur  Ban,  chacun  de  nous  deux  à  son  art  particulier, 

son  âme  est  à  la  chasse,  mon  âme  [est  occupée]  d'un  métier  particulier. 

2  J'aime  à  rester  —  [c'est]  mieux  que  toute  gloire  —  près  de  mon  petit  livre, 

[avec  diligente  science, 
Pangur  Ban  n'est  pas  envieux  de  moi,  il  aime  son  art  juvénile. 

3  Dès  que  nous  sommes  —  conte  sans  ennui  —  dans  notre  maison,  nous  deux 

[seuls, 
il  y  a  jeu  séparé  pour  nous,  nous  ne  faisons  pas  notre  reproche  à  cela. 

4  [Chose]  ordinaire  quelquefois  pour  des  artihces  d'exploits  héroïques  :  une  souris 

[se  trouve  dans  son  filet, 
pour  moi  [ce  qui]   tombe  dans  mon  filet  [c'est]  un  devoir  difficile  avec  sens 

[fixe. 

5  Lui  il  s'emporte  (?)  contre  l'enceinte  du  mur,  son  œil  plein  d'obscurité  ; 
moi  je  m'emporte  (?)  contre  la  sévérité  de  la  science,  mon  œil  clair  quoiqu'il 

[soit  très  faible. 

6  Lui  joyeux  —  allant  bien  vite,  —  où  il  y  a  une  souris  dans  sa  patte  ; 

où  je  comprends  une  question  difficile  agréable,  quant  à  moi,  j'y  suis  joyeux. 

7  Quoique  nous  soyons  ainsi  tout  le  temps,  l'un  ne  déserte  pas  l'autre, 
chacun  de  nous  deux  aime  son  art,  s'y  amuse  tout  seul. 

8  C'est  lui-même  qui  est  le  maître  de  la  mode  qu'il  suit  chaque  jour  ; 
proposer  une  difficulté  pour  être  résolue,  voilà  ma  mode  à  moi. 

Le  nom  propre  qui  se  trouve  dans  ce  poème  est  écrit  pangur  bân  dans 
le  manuscrit,  avec  un  petit  intervalle  entre  les  deux  mots.  Aussi  la  rime 
exige-t-elle  un  monosyllabe  à  la  fin  de  la  première  moitié  de  la  ligne. 
Pour  cette  raison  je  n'accepte  pas  la  critique  de  M.  Zimmer  (Glossae 
Hibernicae,  p.  xxxix),  qui  me  blâme  pour  ne  pas  avoir  vu  qu'il  fallait 
lire  Pan  Gurbdn.  Selon  M.  Zimmer,  c'est  un  nom  slave  qui  signifie 
«  Dominus  Gibber  »,  c.-à-d.  «  Monsieur  le  Bossu  ». 

E.  WlNDISCH. 

Leipzig,  4  juillet  1881. 


UN  PARALLÈLE  A  SAINTE  BRIGITTE. 

Un  épisode  que  l'on  raconte  de  sainte  Brigitte  pour  montrer  sa  modes- 
tie et  sa  chasteté  a  été  rapporté  dans  cette  revue  (t.  III,  p.  443  et  suiv.) 
avecde  curieux  rapprochements  par  M.  Wh.  Stokes  et  par  nous-méme. 
Nous  venons  de  le  retrouver  dans  la  vie  d'une  autre  sainte,  du  nom  de 
Lucie.  Voici  en  quels  termes  le  raconte  le  P.  Cahier  dans  ses  Caracté- 
ristiques des  Saints,  t.  I,  p.  105  : 

Rev.Celt.  V  C) 


I  jo  Un  parallèle  à  sainte  Brigitte. 

«  Sainte  Lucie,  vierge  et  martyre,  1 1  décembre,  504.  Une  multitude 
de  peintures  et  d'estampes  lui  font  porter  deux  yeux  sur  sa  main  ou  dans 
un  plateau.  Par  suite  de  cette  invention,  quelques  artistes  ont  imaginé 
en  outre  de  représenter  la  sainte  comme  aveugle...  Mais  rien  dans  l'his- 
toire de  cette  sainte  ne  fait  allusion  à  pareil  supplice...  Cependant,  selon 
d'autres,  la  martyre  de  Syracuse  aurait  bénéficié  d'un  fait  qui  appartient 
à  la  vie  d'une  autre  Lucie,  soit  de  Bologne,  soit  d'Alexandrie.  On 
raconte  que  cette  autre  vierge,  se  voyant  fréquemment  suivie  par  un 
jeune  homme  qui  affectait  de  l'accompagner  partout  dès  qu'elle  quittait 
sa  maison,  lui  demanda  enfin  ce  qui  l'attachait  si  fort  à  ses  pas.  Celui-ci 
ayant  répondu  que  c'était  la  beauté  de  ses  yeux,  la  jeune  fille  se  ser- 
vit de  son  fuseau  pour  faire  sortir  ses  yeux  de  leur  orbite,  et  dit  à  son 
poursuivant  qu'il  pouvait  les  prendre  et  la  laisser  désormais  en  repos. 
On  ajoute  que  cette  générosité  effrayante  changea  si  fort  le  cœur  du 
jeune  homme  qu'il  embrassa  la  profession  religieuse  (cf.  Labus,  Fasti  délia 
Chiesa,  1 3  décembre.  —  Sarnelli,  Letîere  ecclesiastiche,  t.  III,  lett.  6.  — 
Théoph.  Raynaud,  0pp.,  t.  VIII,  p.  $14,  seq.).  » 

Le  P.  Cahier  n'a  pas  connu  le  frappant  parallèle  qu'offre  la  vie  de 
sainte  Brigitte  et  qu'on  a  pu  lire  dans  notre  t.  III. 

C'est  par  suite  de  cette  légende  que  sainte  Lucie  est  souvent  repré- 
sentée, dans  des  œuvres  d'art,  portant  des  yeux  sur  un  plat  (Crosnier, 
Iconographie  chrétienne,  p.  355). 

H.  G. 


BIBLIOGRAPHIE. 


L'Archéologie  préhistorique,  par  le  baron  J.  de  Baye.  Leroux,  Paris. 
Gr.  in-8"  de  417  p.,  6  pi.  et  59  grav.  intercalées. 

Ce  livre  vient  combler  une  lacune  dans  les  bibliothèques  des  érudits 
qui  s'occupent  spécialement  des  temps  les  plus  antiques  de  l'histoire  de 
l'humanité.  Depuis  quelques  années  l'étude  de  l'époque  dite,  assez  inexac- 
tement, préhistorique  préoccupe  partout  une  foule  d'esprits  curieux.  Les 
conjectures,  les  systèmes  les  plus  hasardés,  les  passions  de  toute  sorte 
ont  fait  imprimer  une  foule  considérable  de  livres  et  de  brochures.  Au 
milieu  de  ce  chaos  bibliographique  on  se  trouve  un  peu  étourdi.  M.  de 
Baye,  ayant  à  signaler  des  découvertes  et  des  monuments  d'un  haut 
intérêt,  a  saisi  cette  occasion  de  vulgariser  les  connaissances  acquises 
sur  les  études  archéologiques  des  temps  primitifs. 

Le  livre  commence  par  un  exposé  de  la  question  de  l'époque  tertiaire; 
l'auteur  y  expose  le  partage  qui  existe  entre  les  savants  ;  rédigé  avec 
clarté  et  impartialité,  ce  chapitre,  quel  que  soit  le  point  de  vue  où  se 
place  le  lecteur,  a  une  sérieuse  utilité.  Tout  le  monde,  après  en  avoir 
pris  connaissance,  sans  être  géologue  ni  médecin,  peut  se  faire  une  idée 
exacte  de  ce  qui  se  dit  ou  se  nie  sur  un  temps  oià  vivait,  suppose-t-on, 
un  être  hypothétique  qui  aurait  su  se  servir  du  feu  pour  se  fabriquer  des 
instruments  en  pierre. 

L'époque  quaternaire  est  l'objet  d'une  exposition  lucide  résumant 
l'ensemble  des  études  particulières  qui  en  ont  fourni  les  éléments,  ainsi 
que  les  longues  discussions  auxquelles  le  développement  des  recherches 
archéologiques  ont  donné  lieu.  La  plus  grande  partie  du  volume  est  con- 
sacrée à  l'époque  néoHthique,  particulièrement  en  ce  qui  concerne  la 
Champagne ,  où  elle  est  si  largement  représentée  ;  c'est  du  reste  le 
sujet  principal  de  l'ouvrage.  Les  grottes  artificielles  avec  sculptures,  les 
premières  qui  aient  été  signalées  au  monde  savant,  les  sépultures,  la  tré- 
panation, les  flèches  à  tranchant  transversal,  le  mobilier  funéraire,  la 


132  Bibliographie. 

céramique,  etc.,  sont  successivement  passés  en  revue.  Tous  ces  sujets 
variés  forment  des  chapitres  dans  lesquels  on  trouve  des  détails  inédits. 
Ici  nous  sommes  véritablement  en  présence  d'un  livre  qui  touche  aux 
plus  antiques  populations  de  notre  pays  ;  nous  sortons  de  la  géologie 
pure  pour  entrer  dans  le  domaine  de  l'histoire.  Peut-être  que  l'auteur 
aurait  rendu  service  à  ses  lecteurs  en  consacrant  un  paragraphe  à  un 
coup  d'oeil  général  sur  ce  que  les  auteurs  classiques  nous  ont  appris  sur 
les  troglodytes,  sans  oublier  les  races  qui,  aujourd'hui  encore,  habitent 
dans  des  cavernes.  Je  fais  cette  observation  sous  toute  réserve  ;  M.  le 
baron  de  Baye  a  donné  un  travail  si  curieux,  si  riche  en  faits  et  en  obser- 
vations qu'il  a  rendu  ses  lecteurs  encore  plus  exigeants. 

A.  DE  B. 


Inventaire  des  monuments  mégalithiques  du  département  des 
Côtes-du-Nord,  par  M.  G.  de  la  Chenelière.  87  p.  in-8°.  Saint- 
Brieuc,  1881.  (Extrait  des  Mémoires  de  la  Société  d'Emulation  des 
Côtes-du-Nord.) 

La  Société  d'Émulation  des  Côtés-du-Nord  a  été  invitée  à  prendre 
part  à  l'inventaire  général  des  monuments  mégalithiques  de  France  dont 
le  ministère  de  l'instruction  publique  a  pris  l'initiative  (cf.  Rev.  celt., 
t.  IV,  p.  311).  Un  membre  de  cette  Société,  M.  de  la  Chenelière,  se 
chargea  de  ce  travail,  et  les  instituteurs  du  département  lui  prêtèrent  un 
utile  concours.  M.  de  la  Ch.  a  pu  ainsi  donner  une  nomenclature  exacte, 
précise,  descriptive  et  probablement  complète.  Il  est  arrivé  au  résultat 
suivant  : 

67  dolmens,  tant  existants  que  détruits, 
161  menhirs,  id. 

3  alignements, 
3  cromlechs, 
2  polissoirs^ 
17  pierres  à  bassins, 
29  pierres  branlantes, 
16  pierres  posées, 
29  pierres  diverses. 
En  tout  327  ;  plus  un  grand  nombre  de  tumulus,  dont  5  $  décrits. 

La  Société  d'Anthropologie  de  Paris  avait  peu  auparavant  donné  une 
statistique  d'après  laquelle  le  département  des  Côtes-du-Nord  posséderait 
un  plus  grand  nombre  de  monuments  mégalithiques.  Mais  les  chiffres  de 
M.  de  la  Ch.  doivent  inspirer  plus  de  confiance,  parce  qu'ils  sont  le 


Bibliographie.  133 

résultat  de  recherches  locales  et  de  constatations  de  visu,  et  qu'ils  pré- 
sentent moins  de  chances  d'erreur.  L'erreur  la  plus  fréquente  en  pareil 
cas  (et  elle  a  été  commise  bien  des  fois  !)  est  de  prendre  des  accidents 
naturels  ou  des  blocs  erratiques  pour  des  pierres  dressées  par  la  main  de 
l'homme. 

Il  nous  faut  louer  M.  de  la  Ch.  d'avoir  donné  les  noms  locaux  de  ces 
monuments  et  les  traditions  et  superstitions  dont  ils  sont  l'objet.  Ce  sont 
des  matériaux  utiles  pour  l'histoire  des  croyances,  souvent  aussi  pour 
l'histoire  de  ces  monuments  eux-mêmes. 

C'est  en  résumé  un  travail  fait  avec  soin  et  critique.  Une  petite  critique 
seulement  :  la  brochure  de  M.  de  la  Ch.  intéresse  des  personnes  étran- 
gères à  la  Bretagne  et  aux  études  bretonnes  ;  l'auteur  aurait  donc  bien 
fait  de  ne  pas  employer  l'abréviation  typographique  de  ker  que  tout  le 
monde  comprend  en  Bretagne,  mais  qui  sera  une  énigme  pour  la  plupart 
des  lecteurs  français. 

H.  G. 


Description  raisonnée  de  la  collection  de  M.   P.-Ch.   Robert. 

In-8°  de  90  pages,  avec  pi.  et  grav.  intercalées. 

La  numismatique  gauloise  était  représentée,  à  l'Exposition  universelle 
de  1878,  parla  magnifique  collection  de  M.  Ch.  Robert;  cette  suite 
nombreuse  était  classée  d'après  les  connaissances  acquises  à  la  science  et 
le  savant  académicien  l'avait  accompagnée  de  notes  claires  et  concises 
dans  lesquelles  il  mettait  le  public  au  courant  de  l'état  de  la  science. 
C'était,  on  le  voit,  un  véritable  travail  de  vulgarisation. 

Il  eût  été  regrettable  que  ces  observations  fussent  perdues  pour  les 
travailleurs  après  la  fermeture  des  portes  de  l'Exposition  ;  M.  Robert  a 
eu  l'excellente  idée  de  les  réunir  et  d'en  former  un  court  traité  qui  a  paru 
dans  l'Annuaire  de  la  Société  française  de  numismatique  (2''  série,  t.  I) 
dont  il  a  fait  un  tirage  à  part. 

La  collection  est  divisée  en  six  grandes  séries  :  Massaliètide,  Sud  de  la 
Gaule,  Centre  moins  les  contrées  maritimes.  Contrées  maritimes,  Nord 
de  la  Gaule  et  Ile  de  Bretagne,  Régions  transrhénanes  et  danubiennes. 

Dans  chacune  de  ces  séries,  M.  Robert  signale  et  décrit  les  monnaies 
les  plus  intéressantes  qui  doivent  y  figurer  ;  il  est  très  réservé  en  ce  qui 
touche  à  l'attribution  de  types  déterminés  à  telle  ou  telle  peuplade  ;  nous 
l'accuserions  volontiers  d'une  prudence  exagérée  si  nous  ne  pensions  que 
l'excès  contraire  est  quelquefois  préjudiciable  à  la  science  en  diminuant 
la  confiance  dans  les  conjectures  de  ceux  qui  sont  trop  hardis.  Néanmoins 


1 34  Bibliographie. 

nous  aurions  aimé  que  M.  Robert,  dont  le  tact  et  l'expérience  sont 
notoires,  précisât  un  peu  plus  nettement  la  date  des  monnaies  les  plus 
anciennes  ;  il  semble  que  l'étude  des  types  étrangers  imités  dans  notre 
pays,  la  comparaison  des  poids  et  la  paléographie  numismatique  auraient 
pu  lui  fournir  des  indications  approximatives  ;  parmi  celles-ci,  plusieurs 
auraient  pu  être  discutées,  mais  le  plus  grand  nombre  serait  acquis. 

Jusqu'à  ce  jour  on  a  trop  cherché  à  rattacher  les  monnaies  gauloises  à 
légendes  des  données  historiques  fournies  par  les  auteurs  classiques,  par- 
ticulièrement par  les  Commentaires  de  César.  Il  suffisait  qu'un  nom  fût 
gravé  sur  une  pièce  gauloise  et  cité  par  César  pour  que  celle-ci  fût 
attribuée  à  un  personnage  historique  ;  ce  système  de  conjectures  est  aujour- 
d'hui abandonné  et  M.  Robert  y  a  contribué  ;  c'est  lui  qui  le  premier  a 
fait  pressentir  que  la  numismatique  gauloise  peut  se  diviser  en  deux 
grandes  périodes  :  l'une  antérieure,  l'autre  postérieure  à  la  conquête  ; 
les  homonymes  ne  doivent  pas  être  confondus  et  tels  chefs  gaulois  pou- 
vaient, avant  l'an  $o  comme  après,  au  nord  comme  au  midi  de  la  Gaule, 
porter  le  même  nom. 

Le  travail  de  M.  Robert  est  un  excellent  canevas  sur  lequel,  plus  tard, 
un  traité  pourra  être  entrepris.  L'étude  attentive  des  découvertes  moné- 
taires, le  relevé  le  moins  incomplet  des  provenances  habituelles  de  cer- 
tains types,  les  pesées  comparées  des  pièces  d'or  et  d'argent,  donneront 
les  moyens  d'arriver  à  une  classification  scientifique  et  géographique  ; 
seulement  il  ne  faut  pas  se  presser. 

Nous  recommandons  tout  spécialement  la  lecture  de  la  Description  rai- 
sonnée  de  la  collection  Robert  à  tous  ceux  qui  veulent  aborder  l'étude  de  la 
numismatique  gauloise. 

A.  DE  B. 

Saint  Martin,  par  A.  Lecoy  de  la  Marche,  archiviste  paléographe, 
professeur  d'histoire  à  l'institut  catholique  de  Paris,  xv-735  p., 
gr.  in-S".  Tours,  Mame,  1881.  —  Prix  :  2$  fr. 

Qu'on  ne  s'étonne  pas  de  nous  voir  annoncer  ici  une  vie  de  saint 
Martin.  Ce  personnage  appartient  aux  études  celtiques  à  un  double  titre. 
Il  a  activé  la  décadence  et  la  disparition  de  la  religion  gallo-romaine  par 
sa  propagande  dans  les  campagnes,  par  sa  destruction  des  idoles  et  des 
temples  païens.  Il  ferme  violemment  l'histoire  du  paganisme  en  Gaule  ; 
puis,  quand  sa  mémoire  devient  l'objet  d'un  culte  populaire  et  important, 
ce  culte  gagne  jusqu'à  l'Irlande.  Saint  Martin  passe  pour  l'oncle  de 
saint  Patrice  et  il  est  honoré  dans  l'Église  d'Irlande  presque  à  l'égal  des 
grands  saints  indigènes. 


Bibliographie.  i  j  5 

A  ces  deux  points  de  vue  tout  spéciaux,  les  seuls  que  nous  devions 
traiter  ici,  nous  ne  pouvons  louer  l'ouvrage  de  M.  L.  de  la  M.  Ce  qu'il 
dit  de  la  religion  des  Gaulois  et  des  Gallo-Romains  est  léger  et  superfi- 
ciel, et  pour  le  culte  de  saint  Martin  en  Irlande  il  est  insuffisamment 
renseigné.  Il  se  borne  à  peu  près  à  mentionner  la  légende  qui  faisait  de 
saint  Patrice  le  neveu  de  saint  Martin,  et  il  fait  remarquer  avec  justesse 
qu'il  est  difficile  de  l'admettre.  On  ne  peut  voir  là  qu'une  preuve  du 
prestige  qu'exerçait  la  légende  de  saint  Martin  ;  c'était  ajouter  à  la  gloire 
de  l'apôtre  de  l'Irlande  que  de  lui  supposer  un  lien  de  parenté  avec  le 
grand  apôtre  de  la  Gaule. 

On  a  de  même  essayé  de  rattacher  saint  Columba  à  saint  Martin  ;  mais 
comme  il  y  avait  entre  les  deux  plus  d'un  siècle  de  distance,  voici  ce 
que  la  foi  populaire  imagina  et  crut.  Saint  Martin,  avant  de  mourir,  avait 
prédit  la  naissance  de  saint  Columba  et  il  voulait  lui  léguer  son  exem- 
plaire des  Évangiles.  Il  ordonna  donc  qu'on  l'enterrât  avec  le  livre  sur 
sa  poitrine,  en  annonçant  qu'un  pieux  jeune  homme  viendrait  d'Irlande 
pour  le  demander  et  qu'il  s'appellerait  du  nom  de  l'oiseau  que  saint  Jean 
avait  vu  descendre  sur  la  tête  de  Jésus  dans  le  baptême  du  Jourdain. 
Les  choses  se  passèrent  ainsi  :  saint  Columba  naquit  plus  d'un  siècle 
plus  tard  et  vint  à  Tours  réclamer  son  legs.  On  ouvrit  la  tombe  et  saint 
Columba  emporta  en  Irlande  l'Évangile  même  de  saint  Martin  '. 

M.  L.  de  la  M.  mentionne  aussi  le  sermon  irlandais  sur  saint  Martin 
publié  dans  cette  Revue  même.  Mais  il  y  a  plus.  Une  «  deprecatio  Sancti 
Martini  »  figurait  dans  le  missel  de  l'ancienne  Irlande  entre  l'Épître  et 
l'Évangile.  Le  Liber  hymnoruin  de  l'ancienne  Église  irlandaise  contient 
un  hymne  particulier  en  l'honneur  de  saint  Martin.  Cet  hymne,  de 
médiocre  latinité,  est  assez  court  pour  que  nous  puissions  le  reproduire 
ici  : 

Martine,  te  deprecor  pro  me  rogaris  patrem 

christum  ac  spiritum  sanctum  habentem  Mariam  matrem 

Martinus  mirus  more  ore  laudavit  Deum 

pure  corde  cantavit  atque  amavit  eum 

Electus  Dei  uiui  signa  sibi  salutis 

donavit  Deus  pacis  magne  atque  virtutis 

Uerbum  Dei  locutus  secutus  in  mandatis 

uirtutibus  impletis  mortuis  resuscitatis 

Sanans  homines  lepra  cura  duplice  mira 

magnitudine  mala  egretudine  dira 

I.  Martyrobgy  of  Donegal  Ed.  Todd,  p.  ijy. 


1 36  Bibliographie. 

Deum  dominum  nostrum  passum  pro  nobis  mire 
uolontarie  propter  nos  deprecare  Martine. 

Puis  vient  une  prière  après  l'hymne  : 

Sanctus  Martinus  adhuc  catacominus  hac  me  veste  contexit  dixit  Dominus 
omnipotens. 

Per  mérita  Martini  sancti  atque  dignissimi  nos  precamur  et  mereamur  regnum 
Dei  uiui  altissimi.  Amen. 

Le  tout  est  précédé  dans  !e  ms.  du  L.  H.  d'une  préface  irlandaise 
donnant  l'origine  de  cet  hymne,  au  moins  d'après  la  légende.  Il  avait  été 
composé  à  Cluain  Fota  par  Oengus  Mac  Tipraite  fc.-à-d.  à  la  fin  du 
vu"  siècle  ou  au  commencement  du  viii''i.  Adamnan  visitait  les  églises  et 
inspectait  les  clercs.  La  convocation  arriva  à  Oengus  la  veille  de  la  fête 
de  saint  Martin.  Dans  la  crainte  de  ne  pas  se  tirer  avec  succès  de  cette 
épreuve,  il  eut  recours  à  l'intercession  de  saint  Martin  et  il  fit  cet  hymne 
en  son  honneur.  Bien  lui  en  prit,  car  lorsqu'il  vint  à  l'assemblée  saint 
Martin  parut  à  sa  droite.  Cet  événement  merveilleux  rendit  l'hymne 
populaire  comme  préservatif  contre  tout  danger,  toute  maladie,  tout 
poison  '. 

L'histoire  a  conservé  le  souvenir  d'églises  consacrées  à  saint  Martin 
et  ce  nom  est  encore  attaché  à  plusieurs  localités  ^  ;  mais,  comme  il  est 
fait  mention  d'un  Martin  parmi  les  disciples  de  saint  Patrice,  il  est  diffi- 
cile de  faire  un  partage  certain  de  ces  paroisses  et  de  ces  localités  entre 
les  deux  personnages  3.  Les  noms  de  Martan,  c'est-à-dire  de  Martin,  et 
de  Mael-Martain,  c'est-à-dire  «  serviteur  de  Martin  «,  se  rencontrent 
fréquemment  en  Irlande  du  ix^  au  xi^  siècle  4.  La  popularité  du  nom 
prouve  la  popularité  du  saint. 

L'ouvrage  de  M.  L.  de  la  M.  est  publié  avec  ce  luxe  qui  caractérise 
les  publications  illustrées  de  la  librairie  Mame.  Les  illustrations  ont  un 
caractère  historique  en  ce  qu'elles  représentent  de  préférence  les  églises 
consacrées  au  saint  ou  les  œuvres  de  l'art  du  moyen  âge  et  des  temps 
modernes  qui  ont  été  inspirées  par  la  légende  de  saint  Martin.  En  ce  qui 
concerne  le  moyen  âge  proprement  dit,  ce  sont  surtout  les  épisodes  du 
manteau  partagé  avec  un  pauvre,  du  mort  ressuscité  ou  du  démon  chassé 
d'un  possédé,  et  presque  exclusivement  la  première  de  ces  scènes. 

La  première  partie  du  livre  de  M.  L.  de  la  M.  est  consacrée  à  la  vie 

1.  Todd  :  Book  of  Hymns,  II,  p.  171  et  suiv.  -  Wh.  Stokes  :  Goidelica,  id  Ed., 
p.  99. 

2.  Shearman.  Loca  Patriciana,  p.  39)  et  suiv. 

5.  Dans  plusieurs  cas  pourtant,  on  peut  décider  en  faveur  du  Martin  de  Tours,  par 
exemple  à  Temple-Martin,  près  Kilkenny,  par  la  date  de  la  fête  (9  novembre),  ou  ail- 
leurs par  le  surnom  «  Martin  de  Tours  »  Torinis  Martan.  Cf.  Shearman,  loc.  cit. 

4.  Cf.  l'Index  des  Annales  des  Quatre  Maîtres  s.  v. 


Bibliographie.  137 

de  saint  Martin  et  au  récit  circonstancié  des  miracles  du  saint  tels  que  la 
.  légende  les  a  transmis.  La  seconde  partie,  qui  traite  du  culte  du  saint, 
est  de  beaucoup  plus  neuve.  M.  L.  de  la  M.  y  a  réuni  tous  les  faits  rela- 
;  tifs  à  ce  culte  très  important,  l'énumération  des  églises  consacrées  au 
'Saint  (près  de  4,000  pour  notre  propre  pays],  l'histoire  de  la  basilique 
;  de  saint  Martin  à  Tours  et  des  reliques  du  saint,  les  fêtes  de  saint  Martin, 
iles  légendes  populaires  où  le  saint  figure.  Cette  dernière  partie  a  été  peu 
I  développée  :  l'auteur  craignait  sans  doute  de  traiter  un  sujet  qui  lui 
;  paraissait  un  retour  au  paganisme  et  une  profanation  du  nom  de  son  saint, 
i  M.  L.  de  la  M.  a  dit  quelques  mots,  mais  fort  sommaires,  de  la  pro- 
,pagation  du  culte  de  saint  Martin  dans  les  autres  parties  du  monde,  mais 
iil  ne  dit  rien  de  la  mésaventure  de  son  saint  à  Buenos-Ayres.  Saint 
Martin  de  Tours  était  le  patron  de  cette  ville.  Or  en  1859  des  difficultés 
s'élevèrent  entre  la  France  et  le  président  Rosas.  Une  intrigue  en 
profita  pour  déposséder  le  saint  français  et  pour  le  remplacer  par  saint 
j  Ignace  de  Loyola.  «  Qui  veut  noyer  son  chien  l'accuse  de  la  rage  «,  dit 
iun  vieux  proverbe.  Voici  en  quels  termes  le  décret  de  destitution  rendu 
;par  Rosas  énumérait  les  torts  du  saint  français  : 

Il  n'a  jamais  été  capable  de  préserver  la  ville  des  fièvres  périodiques  qui  la 
Iravagent,  ni  des  sécheresses  et  des  épidémies  qui  ont  ruiné  notre  agriculture, 
{nos  moissons,  nos  troupeaux;  ni  des  inondations  qui,  chaque  année,  détruisent 
|une  partie  des  travaux  et  des  monuments  de  notre  cité,  située  au  bord  de  la 
rivière. 

Bref,  outre  qu'il  a  ainsi  négligé  nos  intérêts,  la  variole  aurait  décimé  notre 
population  si  ses  fâcheux  effets  n'avaient  été  enrayés  par  la  vaccine  qui  a  été 
introduite  du  dehors,  tandis  que  notre  saint  patron  restait  indifférent  et  ne 
tentait  pas  le  moindre  effort  pour  nous  délivrer  de  cet  horrible  fléau. 

En  conséquence  de  ces  faits,  ajoute  le  gouvernement  de  Buenos-Ayres,  nous 
javons  résolu  et  décrétons  ce  qui  suit  : 

i  Article  i".  —  L'évêque  français  saint  Martin  de  Tours,  jusqu'ici  reconnu 
jcomme  le  patron  de  cette  ville,  ayant  trahi  la  confiance  du  peuple  et  du  gou- 
Ivernement,  et  nous  ayant  abandonnés  dans  l'intérêt  de  ses  compatriotes,  du 
traître  Riengarès  et  des  autres  «  sauvages  »,  est  destitué  à  l'avenir  des  fonc- 
tions de  patron  de  la  cité  de  Buenos-Ayres,  mesure  nécessaire  à  la  sûreté 
Dublique  et  à  la  protection  efficace  de  nos  droits  dans  la  sainte  cause  de  la 
confédération. 

Article  2.  —  En  considération  cependant  de  ses  longs  services,  nous  lui 
illouons,  à  titre  de  pension  de  retraite,  quatre  cierges  de  cire,  d'une  livre  cha- 
;un,  par  an,  plus  une  messe  qui  sera  chantée  à  son  autel,  le  jour  de  sa  fête, 
ians  la  cathédrale  '. 

I.  Nous  empruntons  le  texte  de  ce  décret  au  Siècle  du  22  juin  187J  qui  le  citait 
i'après  le  Times  de  Londres,  mais  sans  indication  de  date.  Nous  laissons  au  journal  le 
Siècle  la  responsabilité  de  ce  document. 


1 38  Bibliographie. 

En  même  temps  un  saint  espagnol  remplaçait  le  saint  français  et  saint 
Ignace  de  Loyola  était  déclaré  patron  de  Buenos-Ayres.  Dans  les  sociétés 
où  la  foi  est  vive,  les  saints  sont  rendus  responsables  des  maux  qu'ils 
laissent  faire.  On  a  vu  plus  d'une  fois  des  statues  de  saints  traînées  dans 
la  boue,  et  cela  à  Rome  même.  Les  dévots  de  Buenos-Ayres  ont  été  plus 
courtois  à  l'égard  de  saint  Martin  :  ils  se  sont  contentés  de  le  mettre  en 
disponibilité  par  retrait  d'emploi. 

H.  G. 


Études  sur  le  droit  celtique  :  le  Senchus  Mor,  par  H.  d'Arbois  de 
JuBAiNviLLE.  io8  p.  in-8°.  (Extrait  de  la  Nouvelle  revue  historique  de 
droit  français  et  étranger.^  Paris,  Larose.  —  Prix  :  i,  fr. 

Ce  travail  est  une  œuvre  de  première  main  et  fait  connaître  de  la  façon 
la  plus  substantielle  les  sources  et  la  date  des  anciennes  lois  irlandaises 
et  plus  particulièrement  du  Senchus  Mor,  et  d'après  elles  la  hiérarchie 
sociale  et  l'administration  de  la  justice  dans  l'ancienne  Irlande.  Le  cha- 
pitre sur  la  langue  du  Senchus  Mor  et  sur  les  couches  linguistiques  qui 
permettent  d'en  établir  la  date  est  excellent  et  plein  d'observations  ingé- 
nieuses. 

M.  d'A.  de  J.  pense  qu'au  ix*  siècle  le  mot  senchus  a  dû  se  prononcer 
senchas  ;  nous  pensons  qu'il  se  prononçait  plutôt  senachas,  avec  une 
demi-voyelle  sourde  entre  n  et  ch.  Cette  demi-voyelle  est  conservée  par 
la  prononciation  actuelle  ;  l'on  peut  voir  de  plus  qu'elle  est  étymologique, 
et  par  l'aspiration  du  c  et  par  la  comparaison  du  latin  senex  ^pour  senec-s] 
Cf.  aussi  les  noms  gaulois  Seneconius,  Senicatus,  etc. 

A  l'occasion  des  foires  qui  se  tenaient  dans  l'ancienne  Irlande  à  la  fête 
de  Lug,  c'est-à-dire  le  i"  août,  M.  d'A.  de  J.  émet  la  conjecture  très 
vraisemblable  que  la  fête  d'Auguste  à  Lyon  (Lugudunum),  le  i"  août, 
avait  sans  doute  remplacé  une  fête  gauloise  analogue  à  la  fête  irlandaise. 
Mais  de  là  à  conclure  que  Lugus  était  le  nom  du  Mercure  gaulois,  celui 
que  César  a  en  vue  sans  le  prononcer  {De  Bello  Gall.  VI,  17),  c'est' 
s'aventurer  bien  loin  dans  l'hypothèse. 

Le  travail  de  M.  d'A.  de  J.  intéressera  non  pas  seulement  les  celtistes, 
mais  aussi  les  historiens  du  droit  et  des  anciennes  institutions.  Nous 
regrettons  seulement  que  l'auteur  ne  se  soit  pas  préoccupé  d'éclairer  par 
des  comparaisons  le  développement  historique  et  psychologique  du  peuple 
irlandais. 

M.  d'A.  de  J.  parle  en  passant  des  oghams,  et  il  émet  l'opinion^ 
(p.  35-6)  que  «  cet  alphabet  »  a  été  inventé  par  les  anciens  Irlandais 


Bibliographie.  159 

<E  pour  éviter  au  lapicide  la  peine  d'apprendre  à  écrire  ».  A  ce  compte, 
lies  inventeurs  de  l'alphabet  oghamique  seraient  des  précurseurs  de  Gri- 
bouille I 

H.  G. 


The  liturgy  and  ritual  of  the  Celtic  church  by  F.  E.  Warren, 
B.D.,  Fellow  of  S'  John's  Collège,  Oxford,  Clarendon  Press,  1881. 
XIX-291  p.  in-8°.  —  Prix  :  17  fr.  $0. 

I. 

'  Il  y  avait  autrefois  en  Occident  deux  types  bien  caractérisés  de  liturgie 
et,  en  général,  d'usages  ecclésiastiques  :  le  type  gallican  et  le  type  romain. 
Celui-ci  était  suivi  dans  l'Italie  du  centre  et  du  sud  ainsi  qu'en  Afrique. 
■L'Espagne,  la  Gaule,  l'Italie  du  nord  et  la  Bretagne  suivaient  le  système 
gallican,  que  les  liturgistes  anglais  qualifient  ordinairement  du  titre 
d'éphésien,  parce  qu'ils  le  font  remonter  par  saint  Pothin  et  saint  Irénée 
jusqu'à  saint  Polycarpe  et  saint  Jean.  Les  monuments  primitifs  de  ces 
lliturgies  latines  ne  nous  sont  point  parvenus  intacts.  Saui  une  exception, 
îtout  ce  qui  reste  de  la  liturgie  romaine  dérive  de  manuscrits  exécutés 
en  France  au  temps  de  Pépin  le  Bref  ou  de  Charlemagne.  A  part 
■quelques  fragments,  les  anciens  sacramentaires  gallicans  écrits  en  Gaule 
'ont  tous  subi  des  retouches  d'après  l'usage  romain  ;  ceux  d'Espagne  ont 
.complètement  disparu;  jusqu'à  ces  dernières  années,  on  n'en  connaissait 
point  d'antérieurs  à  la  liturgie  mozarabique  actuelle,  c'est-à-dire  au  car- 
dinal Ximénès;  dans  \'Atben£uin,  n"  2648,  on  a  parlé  de  manuscrits  plus 
lanciens,  achetés  pour  le  British  Muséum  :  ils  ne  sont  pas  encore  publiés; 
ila  liturgie  ambrosienne,  d'ailleurs  fortement  mêlée  de  romain,  n'est  pas 
mieux  documentée.  Quant  à  la  liturgie  des  églises  de  Bretagne,  on  savait 
qu'elle  était  différente  de  celle  de  Rome  et  toutes  les  vraisemblances 
^historiques  étaient  en  faveur  d'une  accointance  étroite,  sinon  d'une  iden- 
itité  absolue  avec  la  liturgie  gallicane  ;  mais  aucun  travail  n'avait  encore 
été  fait  pour  en  recueillir  les  traits  épars  et  en  classer  les  débris.  C'est  ce 
qu'a  entrepris  M.  F.  E.  Warren. 

Son  ouvrage  se  divise  en  trois  chapitres.  Dans  le  premier  il  retrace 
l'histoire  de  ce  qu'il  appelle  VÉglise  celtique,  c'est-à-dire  du  groupe 
■d'églises  établies  dans  la  Bretagne  romaine  avant  l'invasion  des  Anglo- 
Saxons,  puis  dans  le  reste  des  îles  Britanniques,  en  y  rattachant  les 
colonies  ou  missions  bretonnes  du  continent.  Il  cherche  à  démontrer  que 
!ces  éghses  étaient  indépendantes  de  Rome,  qu'elles  avaient  une  origine 


140  Bibliographie. 

orientale,  enfin  qu'elles  étaient  étroitement  apparentées  avec  celles  de 

Gaules. 

Quant  à  l'origine  orientale,  M.  W.  aurait  bien  fait  d'accepter  pur 
ment  et  simplement  la  conclusion  de  M.   Haddan,  à  savoir  que  cetti 
opinion  est  dénuée  de  tout  fondement.  Les  arguments  qu'il  développa 
contre  M.  Haddan  sont  de  nature  à  donner  une  petite  idée  de  sa  porté 
critique  ;  en  particulier,  celui  qu'il  tire  de  l'architecture  fera  sourire  tod 
les  archéologues.  Il  est  vrai  qu'après  avoir  exposé  ses  motifs  de  croir 
à  l'orientalisme  cehique,  il  concède  que  cet  orientalisme  est  identique! 
celui  des  églises  de  Gaule  auxquelles  il  a  raison  de  rattacher  l'origini 
des  églises  bretonnes.  Alors  je  ne  vois  pas  bien  pourquoi  il  parle  d'uni 
indépendance  spéciale  de  celles-ci  à  l'égard  du  siège  de  Rome.  I 
clair  que  leur  situation  sur  ce  point  devait  être  la  même  que  celle  de) 
églises  de  Gaule.  Or  les  deux  seuls  faits  bien  prouvés  de  l'histoire  de 
églises  de  Gaule  avant  Constantin,  le  massacre  de  Lyon  en  177  et  l'aÉ 
faire  de  Marcien  d'Arles  en  255,  nous  montrent  ces  églises  en  rappoi 
étroit  avec  le  pape  ;  le  seul  auteur  ecclésiastique  de  notre  pays  pendai 
la  même  période,  saint  Irénée,  est  précisément  celui  qui  a  prononcé  1« 
plus  fortes  paroles  sur  la  nécessité  de  l'union  avec  Rome.  On  ne  sai 
presque  rien  de  l'histoire  des  églises  bretonnes  pendant  les  cinq  premier 
siècles;  pourtant,  même  dans  cette  pénurie,  on  peut  encore  glaner  tro 
faits  qui  indiquent  le  même  genre  de  rapports  avec  le  siège  de  sain 
Pierre  :    i"  l'adoption  du  cycle  romain  au  concile  d'Arles   en   jl 
2°  l'ordination  de  Palladius  comme  évêque  des  Scots  par  le  pape  Céles 
tin  I^''  (422-430);  5"  l'acceptation  par  les  églises  de  Cambrie  en  45' 
d'une  détermination  pascale  du  pape  saint  Léon,  détermination  contrair 
à  tous  leurs  usages.  De  ces  trois  faits,  M.   W.   mentionne  à  peine 
premier,  cherche,  contre  le  témoignage  contemporain  de  Prosper, 
écarter  le  second  et  oublie  totalement  le  troisième.  Quand  même,  ce  qi 
n'est  pas,  l'obstination  des  Bretons  du  vii*^  et  du  viii^  siècle  à  mainter 
le  vieil  usage  romain  sur  la  Pâque  contre  les  calculs  de  Victorius  et  < 
Denys  le  Petit,  et  la  tonsure  celtique  contre  la  tonsure  latine  serait  i 
indice  d'esprit  nettement  indépendant  et  séparatiste,  on  peut  toujou 
dire  que  cet  esprit  n'apparaît  pas  dans  la  plus  ancienne  tradition  «  ce 
tique  ».  Les  anciennes  églises  de  Bretagne  suivaient  le  système  pascal  é 
Rome  et  l'on  croira  difficilement  que  les  clercs  d'Eboracum  et  de  Lort^ 
dinium  connussent,  au  iii^  et  au  iv^  siècle,  la  bizarre  coupe  de  cheveu» 
des   moines  de   saint   Colomban.    Le   particularisme   des  Bretons  du' 
vii*^  siècle  s'explique  très  bien  par   une  longue  interruption  de  leurs 
rapports  avec  le  monde  romain  et  par  le  déplaisir  qu'ils  ressentirent  en 


I  Bibliographie.  141 

voyant  le  pape  entrer  en  rapport  avec  les  Anglo-Saxons,  leurs  ennemis 
nortels. 

Au  lieu  de  tant  s'occuper  de  Rome  et  de  l'opposition  vraie  ou  pré- 
endue  que  lui  firent  les  Bretons,  M.  W.  aurait  mieux  fait  de  concentrer 
oute  son  attention  sur  les  rapports  entre  les  usages  gallicans  et  les  usages 
:)retons.  Il  me  semble  qu'il  ne  les  a  pas  mis  assez  en  relief  Ceci  soit  dit 
ant  pour  le  premier  chapitre  que  pour  le  second  où  il  est  question  de  la 
:onstruction  des  églises  celtiques,  de  leur  ornementation,  des  rites  que 
'on  y  célébrait  et  des  textes  liturgiques  que  l'on  y  employait.  Dans 
:ette  partie,  M.  W.  me  paraît  avoir  plus  d'une  fois  présenté  comme 
ipécialement  celtiques  des  usages  et  des  procédés  que  l'on  retrouve  ail- 
;eurs.  Ainsi,  p.' 8s,  la  construction  d'églises  en  bois  est  particulière  aux 
l'Zeltes  ;  les  Romains  construisent  en  pierre.  Il  me  semble  qu'il  n'y  a  pas 
!ci  une  question  de  rite.  Il  faudrait  de  plus  savoir  si  dans  la  Bretagne 
omaine,  avant  les  Anglo-Saxons,  les  églises  étaient  en  bois  ou  en  pierre. 
;e  dernier  système  est  de  beaucoup  le  plus  probable.  —  P.  61 ,  le  grand 
iiombre  de  préfaces  propres  est  donné  comme  caractérisant  en  commun 
les  rites  celtique  et  gallican  ;  mais  le  missel  gélasien  est  plein  de  préfaces 
propres  ;  il  en  est  de  même  du  sacramentaire  dit  de  saint  Léon,  le  plus 
iincien  livre  liturgique  romain  que  nous  ayons.  —  Même  page,  la  fête 
[le  sainte  Eugénie  et  la  mention  de  cette  sainte  au  canon  de  la  messe 
:st,  comme  les  préfaces  propres,  un  trait  caractéristique  des  liturgies 
:eltique  et  gallicane.  Ceci  est  tout  à  fait  étrange,  car  sainte  Eugénie  est 
ustement  une  sainte  romaine  ;  l'introduction  de  sa  fête  dans  un  missel 
gallican  prouve  que  ce  missel  avait  subi  l'influence  des  usages  romains, 
i:e  qui  est  démontré  d'ailleurs.  —  On  pourrait  multiplier  les  exemples  ; 
jnais  cela  serait  d'autant  plus  inutile  que  M.  W.  finit  le  plus  souvent 
|)ar  avouer  que  les  particularités  qu'il  signale  se  retrouvent  ou  dans  le 
[ite  gallican,  ou  dans  le  rite  romain. 

[  Le  troisième  et  dernier  chapitre  est  de  beaucoup  le  plus  important. 
A.  W.  y  a  réuni  les  plus  anciens  textes  liturgiques  où  l'on  peut  espérer 
rouver  quelques  traits  de  l'ancien  usage  celtique  ;  ils  sont  classés  par 
.égions  :  fragments  comiques,  fragments  gaéliques,  fragments  écossais, 
iragments  irlandais  ;  ces  derniers  sont  les  plus  nombreux.  Tout  ces  textes 
>ont  postérieurs  à  l'introduction  de  la  liturgie  romaine  en  Grande- 
'iretagne  et  en  Irlande;  quelques-uns  sont  de  simples  messes  romaines 
n  l'honneur  de  saints  locaux  ;  d'autres  présentent  sur  un  fond  romain 
quelques  broderies  d'un  style  différent.  Mais  quel  est  ce  style.''  Nous 
avons  que  le  pape  saint  Grégoire  autorisa  saint  Augustin  à  prendre 
lans  les  livres  romains  et  dans  les  livres  gallicans  ce  qui  lui  semblerait 


142  Bibliographie. 

utile  pour  en  composer  la  liturgie  anglo-saxonne  ;  il  faut  donc  s'attend 
à  rencontrer  du  gallican  dans  les  vieux  livres  anglo-saxons.  Distingu 
cet  élément  de  l'élément  spécifiquement  celtique  n'est  pas  chose  faci! 

La  principale  pièce  de  cette  collection  est  le  missel  de  Sîowe,  actuell 
ment  dans  la  bibliothèque  de  lord  Ashburnham  ;  c'est  un  ms.  du  ix-  < 
du  x'^  siècle,  contenant  un  Ordo  Baptismi,  un  ordinaire  de  la  messe, 
trois  messes  spéciales  à  certaines  fêtes.  Quelques  rubriques  sont 
irlandais;  il  en  est  de  même  d'un  traité  sur  la  messe  par  lequel  se  te 
mine  le  recueil.  Les  pièces  liturgiques  sont  pour  la  plupart  de  factii 
romaine  ;  elles  se  retrouvent,  avec  quelques  modifications  assez  légère 
dans  les  missels  actuellement  en  usage.  Il  y  a  quelques  détails  gallicar 
comme  la  cérémonie  du  lavement  des  pieds  après  le  baptême,  le  l'i 
Sanctus  de  la  seconde  messe  et  certaines  oraisons.  Le  plus  curieux, 
sont  les  interpolations  de  la  première  messe  et  surtout  du  canon  roma 
qu'elle  contient;  il  y  a  là  d'anciennes  litanies  où  le  personnel  des  sair 
celtiques  est  largement  représenté,  bien  qu'on  y  trouve  aussi  sai 
Hilaire,  saint  Martin,  saint  Grégoire  et  trois  des  premiers  archevéqu 
romains  de  Cantorbéry,  Laurent,  Mellitus  et  Justus.  Mais  ces  litani 
n'ont,  en  dehors  de  la  mention  des  saints  locaux,  aucun  caractère  qui 
se  retrouve  dans  les  liturgies  romaine  ou  gallicane. 

En  somme,  tout  ce  qu'on  peut  tirer  de  ces  textes,  c'est  qu'ils  ca 
tiennent  des  éléments  gallicans  mêlés  à  des  éléments  romains.  Maint" 
nant  ces  éléments  gallicans  ont-ils  été  importés  par  les  missionnair 
romains  eux-mêmes  ou  proviennent-ils  de  l'ancienne  liturgie  des  églis 
de  la  Bretagne  romaine,  c'est  ce  qu'il  est  impossible  de  détermine 
Quant  à  mettre  sur  des  choses  de  ce  genre  l'étiquette  de  celtique,  c'a 
je  le  crains ,  s'en  servir  à  contre-temps.  L'ancienne  liturgie  de 
Bretagne  différait  sans  doute  de  celle  de  Rome,  mais  non  pas  de  ce 
des  pays  romains  du  reste  de  l'Occident.  Le  particularisme  local  a  ce 
tainement  marqué  son  empreinte  sur  les  usages  religieux,  en  Irlande 
en  Ecosse  comme  ailleurs,  comme  à  Naples  et  dans  les  Calabres;  m« 
ces  manifestations  ethnographiques  sont  postérieures  à  la  diffusion 
christianisme  dans  les  campagnes  et  à  la  dislocation  de  la  grande  uni 
de  l'empire  romain.  Y  chercher  des  combinaisons  de  tempérament  nati 
nal  avec  des  traditions  apostoliques  spéciales,  c'est,  je  crois,  caress 
des  chimères. 

L.   DUCHESNE. 


Bibliographie.  145 

I 

Que  le  lecteur  nous  permette  d'ajouter  quelques  observations  de  détail 
là  Particle  que  Pon  vient  de  lire. 

I  M.  W.  a  fait  précéder  son  livre  d'une  longue  liste  des  ouvrages  mis  à 
icontribution  pour  son  travail.  Nous  avons  regretté  de  ne  pas  y  voir  la 
\Revue  Celtique;  elle  eût  pu  lui  être  utile  sur  quelques  points.  L'article  de 
iM.  Mûntz  (t.  III,  p.  245  et  suiv.)  l'aurait  éclairé  sur  l'origine  de  l'art 
(prétendu  celtique  des  Entrelacs,  sur  lequel  il  répète  (p.  50-54I  les  théories 
(confuses  et  erronées  des  savants  d'outre-Manche.  Un  article  de  M.  Wh. 
fStokes  (t.  II,  p.  381  et  suiv.)  lui  aurait  fait  connaître  un  nombre  de 
tsermons  en  langue  irlandaise  bien  plus  considérable  que  celui  qu'il  cite 
Ip.  1 59.  A  propos  de  Marianus  Scottus^,  dont  M.  W.  parle  p.  16,  n.  i, 
iil  eût  été  utile  de  renvoyer  à  l'article  où  M.  Wattenbach  (Rev.  Celt.,  t.  I, 
\p.  262]  montre  qu'il  y  avait  à  la  même  époque,  en  Allemagne,  deux 
Imoines  irlandais  de  ce  nom. 

\  La  langue  irlandaise  est  encore  d'un  abord  trop  difficile,  un  livre  aux 
jsept  sceaux,  pour  qu'on  puisse  reprocher  à  un  historien  de  l'Eglise  de 
[s'en  tenir  aux  textes  latins  et,  pour  les  textes  irlandais,  aux  traductions 
.qui  en  ont  été  publiées.  Mais  la  philologie  irlandaise  pourrait  dans  quelques 
icas  ajouter  des  renseignements  curieux  ou  intéressants.  M.  W.  rappelle, 
ip.  146,  que  les  mercredis  et  vendredis  étaient  jours  de  jeûne  à  lona.  Il 
;en  était  de  même  dans  toute  l'Irlande  et  la  langue  irlandaise  a  gardé  le 
tsouvenir  de  cette  règle  :  mercredi  se  dit  en  irlandais  dia  céadaoine  «  jour 
•du  premier  jeûne  »  ou  simplement  céadaoine,  en  ancien  irlandais  cétdin 
|«  premier  jeûne  »  de  cet  «  premier  «  et  ain  du  \aùn  jejunium.  Jeudi  se 
|dit  diadardaoin  ou  simplement  dardaoin,  c.-à-d.  le  jour  entre  deux  jeûnes, 
^ia  eiar  da  aoine,  et  vendredi  est  diahaoine.,  en  anc.  irl.  dia  aine  «  le  jour 
■de  jeûne  ». 

t  Autre  exemple  :  les  premiers  chrétiens  se  donnaient  le  baiser  de  paix 
idans  leurs  cérémonies  religieuses  :  hic  paxdatur,  disent  les  rituels.  De  ce 
ilatin  pacem  est  venu  le  mot  qui  en  irlandais  signifie  «  baiser  »  poc,  aussi 
pog,àe  même  en  gaélique  d'Ecosse  pôg,  et  en  gaélique  de  Man  paag.  En 
breton,  c'est  le  même  mot  avec  la  même  origine,  pok.  Les  Gallois  ont 
aussi  le  mot  poc  et  son  dérivé  pocyn,  mais  il  est  à  peu  près  supplanté 
dans  la  langue  actuelle  par  un  mot  venu  de  l'anglais  '.  Certains  linguistes 
;oncluent  quelquefois  de  l'histoire  des  mots  à  l'histoire  des  choses  et  des 
idées.  Tel  mot,  disent-ils,  est  d'importation  étrangère  :  donc  il  en  est 

1.  Le  comique,  aujourd'hui  éteint,  avait  également  pris  le  mot  latin. 


144  Bibliographie. 

ainsi  de  la  chose  ou  de  l'idée  qu'il  représente.  C'est  une  façon  de  raisonner 
qui  appelle  bien  des  réserves.  On  voit  dans  le  cas  présent,  que,  si  on 
l'admettait  avec  l'autorité  d'une  règle,  il  faudrait  en  conclure  que  le  baiser 
était  inconnu  aux  Celtes  avant  que  les  missionnaires  chrétiens  leur 
eussent  enseigné  cette  pratique  cléricale. 

La  littérature  irlandaise  fournirait  aussi  quelques  références  intéres- 
santes. Nous  n'en  ferons  qu'une,  à  l'occasion  de  la  description  des  églises 
et  des  costumes  des  prêtres;  c'est  la  prétendue  prédiction  des  druides 
irlandais  sur  saint  Patrice.  Le  morceau  est  joli,  comme  description 
humouristique  du  missionnaire  chrétien  et  de  sa  congrégation  rangée 
autour  de  lui  :  en  voici  le  texte  selon  le  glossateur  de  l'hymne  de  Fiacc. 
Le  morceau  est  également  cité  dans  la  vie  tripartite  de  saint  Patrice  et 
dans  le  sermon  sur  ce  saint,  du  Lebar  Brecc^. 

Ticfa  tâlcend  darmuir  merrcend 
abrat  tollcend  achrand  cromcend 
amias  in  airthair;  athige 
frisgerat  amuinter  huile 

Amen  Amen. 

C'est,  on  le  voit,  une  poésie  populaire  allitérative  et  rimée. 

((  Il  viendra  un  homme  à  la  tête  rasée  (allusion  à  la  tonsure  de  l'ancienne 
Église  irlandaise  qui  consistait  à  raser  la  partie  antérieure  de  la  tête, 
d'oreille  à  oreille),  par  dessus  la  mer  à  la  tête  folle  (c.-à-d.  aux  vagues 
agitées),  —  son  vêtement  à  la  tête  trouée  (c.-à-d.  la  chasuble  4)^  son 
bâton  à  la  tête  recourbée  (le  bâton  pastoral,  ou  crosse),  —  sa  table 
(c.-à-d.  l'autel)  dans  l'est  de  la  maison  (c'est  l'orientation  consacrée 
des  anciennes  églises]  ;  —  tout  son  monde  lui  répond  :  Amen^  Amen  !  » 

Cette  petite  poésie  n'est  pas  une  satire  ;  c'est  à  peine  une  raillerie.  Elle 
exprime  l'étonnement  inspiré  par  les  cérémonies  chrétiennes  ;  et,  pour 
nous,  nous  la  considérons  comme  une  devinette  ou  énigme  faite  sur  les 


1.  Goidelica,  2'  Ed.,  p.  129,  etWindisch,  Irische  Texte,  p.  20. 

2.  Wh.  Stokes,  Three  middle-lrish  Homilies,  p.  18. 

3.  Ms.  iarthair. 

4.  Il  ne  s'agit  pas  ici  du  cucullus  ou  manteau  à  capuchon,  comme  l'a  cru  le  glossateur 
irlandais  du  Lebar  Brecc  qui  ajoute  .1  cochait  ;  c'est  la  casai  dont  il  est  si  souvent 
question  dans  la  vie  de  saint  Patrice.  Casai  vient  du  latin  casiila  comme  notre  français 
chasuble.  Voici  comment  M.  Martigny  définit  ce  vêtement  sacerdotal  :  «  La  chasuble  est 
un  vêtement  sacerdotal  aujourd'hui  fort  réduit,  mais  qui,  dans  le  principe,  était  assez 
ample  pour  envelopper  tout  le  corps,  de  la  tête  aux  pieds,  comme  une  petite  maison, 
casula.  Elle  n'avait  qu'une  ouverture  au  centre  pour  passer  la  tête  et  point  pour  les  bras, 
de  telle  sorte  que,  pour  agir,  le  prêtre  devait  en  relever  les  pans  ou  même  les  rejeter  sur 
ses  épaules.  »  Martigny,  Dict.  d'A'nt.  chrét.,  s.  v.  Chasuble.  La  casula  dérivait  elle- 
même  du  vêtement  appelé  pcenula. 


Bibliographie.  145 

premiers  missionnaires  chrétiens,  dont  la  légende  s'est  fondue  sous  le 
nom  un  peu  collectif  de  saint  Patrice. 

A  propos  des  autels  dans  l'ancienne  Église  d'Irlande,  p.  91,  M.  W. 
omet  de  parler  d'autels  portatifs.  La  vie  tripartite  de  saint  Patrice  parle 
de  l'autel  portatif  en  pierre  de  ce  saint,  autel  qui  aurait  été  consacré  par 
le  pape,  et  que  le  saint  aurait  apporté  de  Rome  en  Irlande.  Plus  tard, 
cet  autel  fut  longtemps  conservé  comme  relique  (voir  Obits  and  Martyro- 
logy  of  Christ  Churcb,  éd.  by  Crosthwaite  and  Todd,  p.  XX  et  sq.). 

Notons  aussi  que  chez  M.  W.  saint  Tudgual  devient  saint  Frugdual, 
non  pas  seulement  dans  le  texte,  p.  1 5,  mais  aussi  dans  l'index,  sous  la 
lettre  F,  ce  qui  exclut  l'hypothèse  d'une  faute  d'impression. 

H.  G. 


The  Irish  passages  in  the  Stowe  Missal,  edited  by  Whitley 
Stokes.  Calcutta,  1881  ;  brochure  de  22  pages  in-8-,  tirée  à  50  exem- 
plaires. 

Publication  et  traduction  des  parties  irlandaises  du  missel  de  Stowe  ; 
la  pièce  principale  est  le  Traité  sur  la  messe  qui  termine  ce  manuscrit. 
C'est  une  explication  de  quelques-unes  des  cérémonies  et  prières  de  la 
messe,  suivant  un  rite  différent  du  romain.  Les  liturgistes  trouveront  un 
grand  intérêt  au  passage  sur  la  fraction  de  l'hostie  en  un  plus  ou  moins 
grand  nombre  de  parties,  suivant  la  fête.  L'usage  mozarabique  et  même 
l'usage  gallican  représenté  par  le  3^  canon  du  concile  de  Tours  de  567 
(et  non  570  comme  le  marque  M.  S.,  p.  10,  notej  comportaient,  comme 
d'ailleurs  tous  les  usages  orientaux,  la  fraction  de  l'hostie  en  parties 
assez  nombreuses.  Mais  la  variation,  selon  la  fête,  du  nombre  de  ces 
parties,  ne  se  rencontre,  à  ma  connaissance,  que  dans  un  petit  traité 
écrit  en  845  par  un  certain  Ildefonse,  évêque  espagnol  de  siège  inconnu 
(Mabillon,  Vetera  analecta,  p.  $48;  cfr.  Migne,  Patr.  lat.t.  CVI,  p.  882). 
Le  texte  irlandais  publié  par  M.  S.  n'est  pas  une  traduction  de  cet 
ouvrage  latin,  ni  réciproquement.  Mais  la  ressemblance  est  très  grande; 
il  y  a  ici  une  nouvelle  preuve  de  l'identité  des  liturgies  usitées  en  Gaule, 
en  Espagne  et  en  Bretagne.  M.  S.  a  comparé  au  traité  irlandais  du 
missel  de  Stowe  un  texte  à  peu  près  identique  (sauf  le  passage  sur  la 
fraction  de  l'hostie)  qui  se  trouve  dans  le  Lebar  Brecc  ;  il  le  donne, 
comme  le  précédent,  en  irlandais  et  en  anglais. 

L.  D. 


146  Bibliographie. 


Glossse  hibernicae.  E  codicibus  Wirziburgensi,  Carolisruhensibus,  aliis,  ) 
adiuvante  Academiae  regiae  Borussensis  liberalitate,  edidit  Henricus  ' 
ZiMMER,  Lix-288  p.  in-8°.   Berolini,  apud  Weidmannos,   1881.  — 
Prix  :  8  mk.  (10  fr.) 


M.  Zimmer  s'est  proposé  de  donner  une  édition  définitive  des  gloses 
irlandaises  éparses  dans  les  manuscrits  latins  du  moyen  âge,  à  l'exception 
de  celles  des  manuscrits  de  Milan  et  de  Saint-Gall,  dont  la  publication 
est  par  elle-même  un  travail  considérable  et  dont  M.  Ascoli  s'est  chargé. 
Ces  documents  avaient  presque  tous  été  déjà  publiés  par  MM.  Zeuss, 
Stokes,  Windisch  ;  venant  après  des  maîtres,  M.  Z.  a  trouvé  encore  à 
corriger  leur  œuvre  en  redressant  des  lectures  erronées  ou  douteuses,  et 
à  la  compléter  en  donnant  des  gloses  qui  leur  avaient  échappé.  Pour 
l'important  ms.  de  Wurzbourg,  Zeuss  n'avait  donné  que  des  extraits, 
M.  Z.  nous  donne  tout.  L'exactitude  minutieuse  du  nouvel  éditeur  nous 
paraît  mériter  tout  éloge  ' . 

La  préface,  consacrée  à  la  description  des  mss.  et  à  une  dissertation 
sur  les  abréviations  des  scribes  irlandais,  est  pleine  d'observations  nou- 
velles et  utiles.  Ainsi,  pour  le  ms.  de  Wurzbourg,  M.  Z.  a  remarqué 
qu'il  contient  des  gloses  de  trois  mains  différentes  et  divers  indices  lui 
ont  permis  de  constater  que  la  plus  grande  partie  des  gloses  a  été,  non 
pas  improvisée  par  le  détenteur  du  ms.,  mais  copiée  d'autres  mss.  Il  y 
avait  donc  dans  les  écoles  irlandaises  comme  des  traductions  juxta- 
linéaires de  certains  textes  latins  que  les  clercs  se  passaient  l'un  à  l'autre. 
—  La  glose  dronei  est  identifiée  par  M.  Z.  (p.  xiv)  comme  étant  une 
notation  phonétique  pour  drochgné  :  le  fait  est  très  intéressant  pour  l'his- 
toire de  la  phonétique  irlandaise.  —  Signalons  aussi  ce  que  M.  Z.  dit  des 
abréviations  im.  et  iinr.  =  immurgu,  et  di.  da.  =  dino,  dano. 

A  propos  du  ms.  des  lettres  de  saint  Paul  conservé  à  Vienne  (n"  1 247), 
nous  remarquerons  que  M.  Z.  a  omis  une  glose  donnant  le  nom  irlandais 
de  celui  qui  s'appelait  en  latin  u  Marianus  Miser  «.  C'est  muiredach  îrog 
macc  robartaig;  cette  glose  se  réfère  à  la  phrase  citée  par  M.  Z.  p.  xliii, 


I.  M.  z.  a  donné  un  fac-similé  photo-lithographique  d'une  page  du  ms.  de  Wurz- 
bourg. En  le  collationnant  avec  les  pages  du  volume,  nous  avons  fait  une  remarque,  de 
peu  d'importance  du  reste,  pour  les  phrases  latines  auxquelles  se  réfèrent  les  gloses. 
M.  Z.  s'est  en  général  proposé  de  laisser  au  latin  l'orthographe  des  scribes  irlandais, 
mais  dans  un  travail  aussi  fastidieux  quelques  distractions  étaient  faciles.  Nous  lui  signa- 
lons les  errata  suivants  : 

P.  32,  1.  I,  Nolo  —  1.  3  et  4,  cecitas  —  1.  19,  penetentia...  uocationes  —  P.  34, 
1.  9,  altirius —  1.  23,  exortatur...  exortando  —  1.  24,  semplicitate  —  P.  35,  '•  7, 
mettre  dicite  entre  crochets  —  1.   18,  aput. 


Bibliographie.  147 

1.  26-28.  Cf.  l'article  de  M.  Wattenbach  dans  la  Revue  celtique,  t.  I, 
p.  262'. 

Ce  livre,  publié  aux  frais  de  l'Académie  de  Berlin,  est  écrit  en  latin, 
et,  si  nous  ne  craignions  de  manquer  de  respect  aux  mânes  de  Zeuss_, 
nous  féliciterions  M.  Zimmer  de  l'élégance  et  de  la  clarté  de  son  style 
latin.  Le  choix  de  cette  langue  nous  paraît  heureux  pour  faciliter  aux 
scholars  d'outre-Manche  la  lecture  de  livres  qui,  écrits  en  allemand,  leur 
seraient  inaccessibles.  C'est  sans  doute  ici  un  précédent  que  M.  Z.  suivra 
pour  le  «  Thésaurus  linguae  Hibernicae  veteris  atque  médise  aetatis  »  qu'il 
annonce  dans  sa  préface  et  qui  sera  le  très  bien  venu  auprès  des  celtistes, 
et  par  son  sujet;,  et  par  le  nom  de  son  auteur. 

H.  G. 

Notes  on  the  Folk-Lore  of  the  North  East  of  Scotland,  by  the 

Rev.  Walter  Gregor  M.  A.  xii-  2^8  p.  in-S".  London,  Elliot  Stock, 
1881. 

Cet  ouvrage,  publié  par  la  Folk-Lore  Society  de  Londres,  peut  être 
regardé  comme  une  édition  doublée  ou  triplée  d'un  livre  ancien  déjà  de 
quelques  années  sur  le  même  sujet  et  par  le  même  auteur  (cf.  Rev.  celt., 
t.  III,  p.  488).  Mais  aujourd'hui  c'est,  malgré  le  titre  trop  modeste  de 
Notes,  un  traité  complet  des  traditions  et  superstitions  du  nord-est  de 
l'Ecosse. 

Pour  mieux  en  indiquer  le  contenu  et  la  division,  nous  reproduisons 
successivement  les  titres  de  ses  chapitres  :  Naissance  ;  —  Enfant  ;  — 
Baptême  ;  —  Temps  de  nourrice  ;  —  Usages  et  serments  d'enfants  ;  — 
Le  corps  humain;  —  Rêves,  divination,  etc.  ;  —  Sorcellerie;  —  La 
maison  ;  —  Soirées  du  foyer  ;  —  Fées  ;  —  Génies  des  eaux  ;  —  Esprits  ; 

—  Sorcières  ;  —  Contrats  avec  le  démon  ;  —  Énigmes  ;  —  Mariage  ; 

—  Dictons  géographiques  ;  —  Superstitions  relatives  aux  plantes  et  aux 
animaux  ;  —  Temps  et  saisons  ;  —  Fêtes  ;  —  Décomptes  (countings 
eut;  ;  —  Jours  de  lessive  ;  —  La  ferme  ;  —  Bateaux  et  pêche  ;  —  Mort; 
~  Sépulture. 

Comme  on  le  voit,  le  cycle  est  complet  de  la  naissance  à  la  mort,  et 
M.  G.  aurait  eu  le  droit  de  dire  :  Quidquid  agunt  homines,  nostri  est  far- 
rago  libelli.  Ses  traditions  sont  aussi  bien  racontées  que  bien  ordonnées, 

1.  M.  Z.  aurait  dû  écrire  Slovenoriim  au  lieu  de  Slovacorum.  p.  xxxviii,  dernière' 
ligne,  pour  donner  aux  noms  de  la  famille  slave  le  sens  qu'on  leur  attribue  aujourd'hui. 
En  effet,  le  nom  de  Slovaques  est  aujourd'hui  restreint  aux  Slaves,  branche  de  la  famille 
tchèque,  qui  occupent  le  ncd-ouest  de  la  Hongrie,  tandis  que  le  nom  de  Slovènes  est  loca- 
lisé dans  la  petite  tribu  jougo-slave  qui  occupe  la  Carinthie,  la  Carniole  et  la  Styrie. 

Les  Allemands  estropient  souvent  le  nom  de  notre  Ecole  des  Chartes  en  Ecole  des 
Chartres,  et  M.  Z.  a  suivi  ce  fâcheux  errement  (p.  xx  et  xxx). 


1 48  Bibliographie. 

avec  précision  et  netteté,  sans  développements  oiseux  et  avec  d'utiles 

références.  Un  index  très  bien  fait  facilite  toutes  les  recherches. 

Nous  saisissons  cette  occasion  pour  annoncer  que  M.  Gregor  entreprend 
de  fonder  une  société  pour  la  publication  d'anciens  textes  écossais,  à 
l'instar  de  la  société  qui  existe  en  Angleterre  pour  la  publication  d'anciens 
textes  anglais.  Il  a  déjà  réuni  un  certain  nombre  d'adhérents,  et  les  Ecos- 
sais ont  trop  de  patriotisme  pour  ne  pas  honorer  et  faire  revivre  l'ancienne 
littérature  des  Basses-Terres  d'Ecosse,  longtemps  rivale  de  la  littérature 
anglaise  proprement  dite. 

H.  G. 

La  littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne,  par  M.  Paul  Sébillot, 
xii-399  p.  in-i8.  Paris,  Maisonneuve,  1881.  —  Prix  :  7  fr.  50. 

Notre  Revue  annonçait  dans  son  dernier  numéro  (t.  IV,  p.  429  et  suiv.) 
le  recueil  de  contes  de  M.  Sébillot  :  ce  recueil  était  presque  aussitôt 
suivi  d'un  autre  volume  d'un  caractère  plus  général  et  plus  varié  sur  la 
littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne.  Le  cadre  choisi  par  M.  S.  et  l'art 
avec  lequel  il  en  a  rempli  les  différentes  parties  en  font  une  œuvre  de 
nature  à  intéresser  à  la  fois  les  personnes  étrangères  à  l'érudition  qui 
veulent  avoir  une  vue  générale  de  la  littérature  populaire  et  les  savants 
pour  lesquels  ces  contes,  chansons,  devinettes,  etc.,  sont  les  matériaux 
d'une  histoire  littéraire  encore  à  écrire. 

«  Mon  travail,  dit  M.  Sébillot,  se  compose  surtout  de  textes  qui  sont 
suivis  de  commentaires  ;  chaque  série  est  en  outre  précédée  d'une  courte 
introduction  ;  mais  le  plus  souvent  j'ai  laissé  la  parole  aux  paysans  et 
aux  marins.  »  Les  contes  sont  partagés  en  plusieurs  séries  de  façon  à 
donner  des  spécimens  des  genres  les  plus  répandus,  —  Féeries  et  aven- 
tures merveilleuses,  —  Facéties  et  bons  tours,  —  Diableries  et  Histoires 
de  revenants,  —  Contes  de  saints,  —  Contes  d'enfants,  —  Contes  de 
marins.  —  M.  S.  a  été  généralement  sobre  de  commentaires,  se  bor- 
nant le  plus  souvent  à  des  rapprochements  avec  des  contes  français. 
M.  Luzel  a  trop  bien  apprécié  ici-même  la  façon  un  peu  écourtée  des 
conteurs  gallots  pour  que  nous  ayons  rien  à  dire  après  lui.  —  Les  chan- 
sons forment  une  seconde  partie  et  M.  S.  a  donné  la  musique  de  plu- 
sieurs d'entre  elles.  Bien  peu  de  ces  chansons  nous  ont  paru  avoir  un 
cachet  ppétique,  et  peut-être,  pour  faire  un  meilleur  choix,  M.  S.  eût-il 
bien  fait  d'attendre  qu'il  en  eût  recueilli  davantage.  Les  devinettes,  ou, 
comme  on  dit  en  pays  gallot,  les  devinailtes,  sont  un  amusement  trop 
populaire  pour  n'avoir  pas  fourni  une  ample  moisson,  au  nombre  de  116. 
—  M.  S.  n'a  pas  non  plus  négligé  les  formulettes,  qui,  comme  il  le  dit 


Bibliographie.  149 

avec  raison,  «  ont  pour  l'élude  des  croyances  et  des  traditions  une 
^importance  égale  à  celle  des  proverbes  et  des  devinettes.  »  —  Des  pro- 
verbes et  dictons  et  des  facéties,  que  M.  S.  appelle  «  l'Esprit  à  la  cam- 
;pagne  »,  terminent  ce  volume  composé  avec  autant  d'art  que  de  variété. 
Le  volume  de  M.  S.  forme  le  premier  d'une  bibliothèque  de  tradition 
populaire  fondée  par  la  librairie  Maisonneuve.  Les  contes  chrétiens  de 
notre  ami  M.  Luzel  y  paraîtront  prochainement.  Ces  volumes  sont  impri- 
més avec  une  rare  élégance  et  un  régal  de  bibliophiles.  Il  est  seulement 
regrettable  que,  par  suite  de  la  petitesse  du  format,  on  ait  dû  adopter 
pour  les  notes  et  les  commentaires  un  caractère  si  fin  qu'il  soit  une  véri- 
table fatigue  pour  les  yeux.  H.  G. 

P.  S.  Pendant  que  nous  corrigeons  les  épreuves  de  cet  article,  nous 
recevons  un  nouveau  volume  de  M.  Sébillot,  Contes  des  paysans  et  des 
pêcheurs,  i  vol.  in-12,  Charpentier,  1881.  C'est  la  deuxième  série  des 
\Contes  populaires  de  la  Haute-Bretagne  dont  M.  Luzel  a  rendu  compte 
iplus  haut  (t.  IV,  p.  429).  Les  contes  de  Houles  ou  grottes  de  la  côte 
ihabitées  par  les  fées  en  forment  une  bonne  partie,  et,  avec  leurs  divers 
épisodes,  on  peut  se  faire  une  idée  nelte  de  cette  mythologie  à  demi 
maritime.  A  ces  contes  M.  S.  a  jointe  comme  précédemment^,  des  récits 
merveilleux,  des  facéties  et  des  diableries.  L'auteur  annonce  une  troi- 
isième  série  formée  de  contes  de  marins.  On  pourrait  lui  adresser  une 
jlégère  critique  :  il  aime  tant  les  contes  qu'il  a  recueillis  qu'il  ne  veut  en 
iperdre  aucun  ;  il  donne  les  variantes  du  même  conte  d'un  volume  à 
l'autre  ,  et,  dans  ce  volume  même,  donne  plusieurs  contes  qui  diffèrent 
peu  par  les  épisodes  merveilleux. 


1  Bibliographie  de  la  Bretagne  ou  catalogue  général  des  ouvrages 
historiques,  littéraires  et  scientifiques  parus  sur  la  Bretagne,  avec  la 
liste  des  revues  publiées  en  cette  province,  les  prix  approximatifs  des 
volumes  rares,  etc.,  par  M.  Frédéric  Sacher,  vi-236  p.  gr.  in-8°. 
Rennes,  J.  Plichon,  1881.  —  Prix  :  10  fr. 

On  a  mauvaise  grâce  à  critiquer  un  ouvrage  de  bibliographie,  car, 
fût-il  incomplet,  il  ne  rend  pas  moins  service  par  les  titres  qu'il  fait  con- 
jnaître.  Le  caractère  original  de  la  Bretagne  rend  plus  difficile  encore  la 
[rédaction  d'une  bibliographie  bretonne.  Les  ouvrages  en  langue  bretonne 
devraient  déjà  former  une  série  à  part  ;  or,  ils  sont  à  peu  près  absents 
du  livre  de  M.  S. 

M.  S.  a  patiemment  réuni  un  grand  nombre  de  titres  de  livres  qu'il  a 
classés  alphabétiquement  par  noms  d'auteur.  Il  eût  mieux  valu,  à  notre 
avis,  les  classer  par  ordre  de  matières,  avec  une  table  des  noms  d'auteurs 
Rev.  Celt.  V  10* 


ijo  Bibliographie. 

référant  aux  n°^  de  la  bibliographie.  C'est  la  marche  à  suivre  dans  une 

bibliographie  systématique  et  scientifique. 

Cette  critique  est  la  plus  sérieuse  que  nous  puissions  adresser  à  la 
Bibliographie  de  M.  S.  Quant  aux  lacunes,  l'auteur  les  sent  tellement 
qu'il  annonce  l'intention  de  donner  bientôt  un  supplément  et  qu'il  solli- 
cite l'envoi  de  renseignements  (son  adresse  est  ruelle  Saint-Cyr,  n"  8,  à 
Rennes).  Il  prie  également  les  auteurs  de  lui  envoyer  la  liste  de  leurs 
ouvrages.  —  Puisqu'il  a  ces  intentions,  nous  lui  conseillons  de  dépouiller 
avec  soin  la  Bibliographie  et  la  Nécrologie  de  notre  Revue  qu'il  ne  paraît 
pas  connaître  ;  il  y  trouvera  les  matériaux  de  très  nombreuses  additions. 

Nous  croyons  devoir  nous  abstenir  de  remarques  qui  auraient  un 
caractère  trop  fragmentaire  ;  nous  nous  bornerons  à  exprimer  notre 
étonnement  à  ne  pas  voir  signaler  un  seul  ouvrage  de  l'abbé  Henry  ni  de 
M.  Le  Men  (pas  même  sa  nouvelle  édition  du  Caîholicon  '). 

La  partie  la  plus  utile  du  livre  de  M.  S.  est  une  «  Liste  des  principales 
Revues  scientifiques,  historiques  et  littéraires  publiées  en  Bretagne  «,  qui 
comprend  dix  grandes  pages.  Elle  est  néanmoins  aussi  susceptible  d'addi- 
tions. Nous  y  signalerons  pour  notre  part  l'absence  du  Conteur  breton, 
rédacteur  en  chef  :  L.  Kermeleuc,  publication  hebdomadaire  de  8  p. 
gr.  in-8°,  qui  parut  à  Rennes  (imprimerie  Catel)  du  25  oct.  1864  au 
26  oct.  1867.  La  collection  forme  3  vol.  Cette  Revue  avait  un  caractère 
tout  à  fait  breton  :  il  suffit  de  signaler  les  articles  de  MM.  de  la  Borderie, 
Luzel,  Proux,  etc. 

En  somme,  la  tentative  de  M.  Sacher  de  dresser  une  bibliographie  de 
la  Bretagne  mérite  tous  les  encouragements  ;  mais  ce  n'est  encore  qu'une 
tentative.  H.  G. 

Les  patois  lorrains,  par  M.  Lucien  Adam.  Nancy,  Grosjean-Maupin  ; 
Paris_,  Maisonneuve,  1881.  In-8*',  Li-459  p.  —  Prix  :  10  fr. 

En  1874,  l'Académie  Stanislas  de  Nancy  décida  de  faire  une  enquête 
sur  les  patois  lorrains.  Une  commission  fut  nommée  à  cet  effet.  Quelques 
personnes  de  bonne  volonté  et,  grâce  à  l'appui  de  l'autorité  universitaire, 
bon  nombre  d'instituteurs  se  mirent  à  l'œuvre.  En  1877,  la  commission 
avait  reçu  268  mémoires.  M.  Lucien  Adam  fut  chargé  par  l'Académie  de 
débrouiller  et  de  coordonner  tous  ces  travaux  de  longueur  et  de  valeur 
diverses  et  le  livre  que  nous  analysons  est  le  résultat  de  cette  tâche  labo- 
rieuse et  délicate.  Par  suite  de  différentes  raisons  qu'il  expose  p.  xxr, 

I.  M.  s.  ne  mentionne  qu'une  seule  édition  ancienne  de  ce  livre,  et  encore  sous  le 
nom  Auffret,  non  pas  sous  celui  de  Lagadeuc  ! 


Bibliographie.  i  j  i 

M.  A.  n'a  compris  dans  son  travail  de  comparaison  que  les  patois  des 
Vosges  et  de  l'ancienne  Meurthe,  ne  faisant  que  quelques  excursions  sur 
le  domaine  des  patois  du  Barrois  et  du  Pays  messin. 

Dans  le  premier  chapitre  de  l'ouvrage,  consacré  à  la  phonétique 
(p.  1-48),  M.  A.  ne  fait  que  glisser  sur  la  distinction  si  difficile  des 
diverses  sortes  d'j,  à'e,  d'o  ;  mais  en  revanche  il  étudie  longuement  le 
son  /  suivi  d'une  nasalisation  et  le  son  aspiré  hh  qui  se  substitue  fréquem- 
ment à  diverses  articulations  latines.  Dans  la  préface,  p.  xxxii  et  p.  xxxiv, 
il  émet  l'idée  que  l'introduction  de  ces  sons  dans  les  patois  lorrains  est 
due  à  l'influence  de  langues  germaniques  qui  auraient  coexisté  avec  eux 
à  une  certaine  époque.  Nous  ne  croyons  pas  qu'il  soit  nécessaire  de 
recourir  à  l'intervention  d'une  langue  ou  d'une  race  étrangère  pour 
expliquer  la  transformation  d'un  son  en  un  autre.  La  loi  est  que  tous  les 
dialectes  dérivés  d'une  même  langue  tendent  à  une  dissimilation  phoné- 
tique constante  à  laquelle  ils  arrivent  parfois  par  la  création  de  sons 
absolument  nouveaux  pour  le  groupe  auquel  ils  appartiennent.  C'est, 
croyons-nous,  le  cas  pour  ces  deux  phonèmes  étrangers  au  latin. 
D'ailleurs  i  suivi  d'une  nasalisation  n'est  pas  particulièrement  lorrain  ;  on 
le  retrouve  en  différentes  parties  de  la  France  telles  que  la  Picardie,  les 
Iles  normandes  et  la  Provence,  qui  est  bien  éloignée  de  toute  influence 
germanique.  Ajoutons  qu'il  ne  se  prononce  pas  comme  la  syllabe  finale 
allemande  ing.  Quant  à  hh,  il  est,  à  notre  connaissance,  beaucoup  plus 
aspiré  qu'en  allemand  ;  le  patois  lorrain,  en  voulant  s'approprier  le  h  ou 
le  ch  germanique,  aurait  donc  été  plus  loin  que  le  but. 

La  grammaire  occupe  les  pp.  49-227.  M.  A.  n'explique  pas  les  formes 
pronominales  zous  (=  eux),  zolles  (=  elles).  Elles  correspondent  aux 
formes  françaises  eux,  elles,  simplement  préfixées  d'un  z  euphonique  qui 
s'y  est  soudé.  Il  n'a  pas  vu  non  plus  comment  l'adjectif  zouf  (=  leur) 
s'est  formé.  Le  patois  l'a  créé  au  moyen  de  ce  pronom  zous  {=  eux), 
par  analogie  avec  les  formes  nouf  {—  notre),  vout'  [=  votre).  La  forme 
lout'  {=  leur),  employée  à  Attigny,  est  due  au  même  procédé.  La  ter- 
minaison /'  a  été  ajoutée  à  bu,  ce  qui  cependant  n'était  pas  nécessaire 
puisque  lou  signifiait  déjà  leur  par  lui-même.  On  voit  par  ce  dernier  fait 
combien  est  grande  la  puissance  de  l'analogie,  qui  est  destinée  à  expli- 
quer nombre  de  formes  patoises  restées  énigmatiques  jusqu'à  ce  jour. 

Le  pronom  indéfini  on  (voy.  p.  98)  veut  le  verbe  qu'il  précède  au  plu- 
riel lorsqu'il  vient  d^homines  au  lieu  d'être  dérivé  à'homo.  Il  doit  s'écrire 
jalors  onz'  quand  le  verbe  qui  suit  commence  par  une  voyelle.  En  patois 
I  messin  il  se  trouve  fréquemment  au  pluriel  sous  la  forme  anz. 
1     Le  pronom  nazan  (=  personne)  (voir  même  page)  vient  de  nullus 


1 5  2  Bibliographie. 

homo.  Le  participe  passé  zeuye  (p.  1 32)  correspond  au  français  eu  précédé 

d'un  z  euphonique  soudé  au  mot. 

L'origine  de  ce  que  M.  A.  appelle  l'imparfait  prochain  (voy.  pp.  170- 
175]  ne  laisse  pas  que  d'être  assez  obscure.  En  tout  cas  l'explication 
qu'il  en  donne  dans  une  note  de  l'Introd.  (p.  xl)  est  inadmissible.  Selon 
lui  les  désinences  de  l'imparfait  prochain  proviendraient  de  la  voie 
moyenne  du  latin  ou  de  celle  du  celtique. 

Chose  curieuse,  l'imparfait  prochain  semble  ne  pas  exister  dans  le 
pays  messin,  et  d'un  autre  côté  on  ne  retrouve  pas  l'impératif  négatif  du 
pays  messin  (voir  Rornania^  1876,  p.  225)  dans  le  patois  de  la  Meurthe 
et  des  Vosges;  du  moins  M.  A.  n'en  fait  aucunement  mention.  Il  y  a 
cependant  ordinairement  une  très  étroite  parenté  entre  le  langage  de  ces 
divers  pays. 

La  conjonction  pramou  que  (=  parce  que]  (p.  22$)  équivaut  à  par 
amour  que  ;  elle  n'est  pas  particulière  à  la  Lorraine. 

Un  vocabulaire  patois  français  occupe  les  pp.  227-29?.  L'auteur  n'y 
a  fait  entrer  que  les  mots  qui  s'éloignent  le  plus  du  français.  Puis  vient 
un  vocabulaire  français  patois  comparé  (pp.  293-380)  qui  complète  le 
précédent. 

Les  traditions  populaires  sont  représentées  par  des  proverbes  météo- 
rologiques, agricoles  et  moraux  (pp.  380-398),  par  des  contes  et  par  des 
chansons  (pp.  398-459). 

Parmi  les  chansons,  une  seule  est  populaire  (p.  428),  encore  la 
manière  dont  elle  est  rimée  fait-elle  soupçonner  un  remaniement  litté- 
raire. Parmi  les  contes,  il  en  est  cinq  ou  six  d'intéressants.  Signalons  le 
loup  et  le  renard  (p.  414)  dont  les  traits  rappellent  ceux  du  n"  LIV  de  la 
collection  Cosquin  (contes  lorr.  publ.  par  la  Romania),  et  la  femme  qui  se 
noie  (p.  439),  histoire  amusante  d'un  mari  qui  obtient  de  sa  femme  tout 
ce  qu'il  veut,  même  qu'elle  coure  le  risque  de  se  noyer,  parce  que  con- 
naissant son  esprit  de  contradiction  il  lui  ordonne  toujours  le  contraire 
de  ce  qu'il  désire. 

Les  quelques  critiques  de  détail  que  nous  venons  de  faire  n'empêchent 
pas  que  nous  considérions  le  livre  de  M.  A.  comme  une  excellente  con- 
tribution à  l'étude  des  patois  français. 

Eugène  Rolland. 


Ora  maritima ,  estudo  d'esté  poema  na  parte  respectiva  à  Galliza  e  Por- 
tugal por  F.  Martins  Sarmento.  Porto,  typographia  de  Antonio  José  da 
Silva  Teineira,  1880,  93  p.  in-80  avec  une  carte. 


Bibliographie.  1 5  ? 

Mémoire  sur  la  céramique  antique  dans  la  vallée  du  Rhône , 

d'après  les  notes  et  la  collection  d'Emilien  Dumas,  de  Sommière,  par  M.  A. 
LoMHARii-DuMAS  (extrait  des  Mémoires  de  l'Académie  de  Nîmes).  Nîmes, 
1879,  98  p.  in-80  et  26  planches. 

Cette  publication  décrit  la  collection  de  marques  de  potier  des  vases  antiques 
recueillis  dans  le  midi  de  la  France  par  M.  Émilien  Dumas.  Toutes  les  marques 
décrites  dans  le  texte  sont  reproduites  en  fac-similé  dans  les  gravures,  ce  qui 
permet  et  de  contrôler  les  lectures  et  de  comparer  les  exemplaires  frustes  ou 
incomplets  à  d'autres  plus  complets  ou  entièrement  brisés. 

Les  noms  gaulois  sont  rares  dans  cette  liste,  et  déjà  connus  :  notons  au 
passage,  puisque  les  céramographes  ne  paraissent  pas  l'avoir  remarqué,  que  la 
marque  LITOGENE  (pi.  24,  fig.  14)  est  le  génitif,  pour  Litogena^  d'un  nom 
i  gaulois  en  -a,  Litogena. 

M.  D.  a  eu  la  bonne  fortune  de  pouvoir  reconstruire  avec  plusieurs  fragments 
d'un  grand  vase  une  légende  TREVERIS  FELICITER,  qui  s'ajoute  aux  ins- 
criptions ethniques  analogues  étudiées  par  M.  A.  de  Barthélémy  dans  la  Gazette 
archéologique  de  1877  et  dans  la  Revu:  celtiijue.,  t.  III,  p.  315  et  suiv. 

P.  58.  M.  D.,  parlant  d'un  vase  dont  il  ne  donne  que  la  marque,  y  décrit 
«  un  enfant  nu,  debout,  les  membres  écartés,  coiffé  de  deux  oreilles  d'âne,  entre 
deux  chiens  affrontés  courant  contre  lui  à  la  hauteur  de  sa  tête.  »  Ne  seraient-ce 
pas  plutôt  deux  cornes  de  cerf.?  et  la  scène  représentée  ne  serait-elle  pas  la 
métamorphose  d'Actéon } 

La  publication  de  M.  D.  se  recommande  encore  aux  spécialistes  de  la  céra- 
mographie  à  un  autre  titre,  par  des  détails  sur  la  fabrication  et  sur  la  compo- 
sition chimique  de  ces  vases,  détails  que  nous  n'avons  pas  le  droit  d'apprécier, 
mais  que  nous  devons  signaler;  et  c'est,  pour  résumer  notre  jugement,  une 
très  utile  contribution  à  l'épigraphie  céramique. 

Notes    archéologiques  sur    le    département    du    Finistère,    par 

M.  Flagelle,  expert  à  Landerneau.  Brest,  Lefournier,  1877,  90  p.  in-8* 
(extrait  du  Bulletin  de  la  Société  académique  de  Brest). 

Ces  «  notes  »  sont  rangées  par  ordre  alphabétique  des  localités  et  forment 
l'inventaire  succinct  des  antiquités  et  monuments  encore  existants.  Dans  le  cours 
de  sa  longue  carrière  comme  expert  agronome,  M.  Flagelle  a  eu  occasion  de 
parcourir  tout  le  département,  et  son  inventaire  a  le  mérite  d'être  fait,  presque 
partout,  de  visu.  Des  références  aux  publications  archéologiques  dont  le  Finis- 
tère a  été  l'objet,  ajoutent  à  l'utilité  de  ce  modeste  et  consciencieux  travail. 

1  Étude  sur  un  objet  celtique  en  or,  inédit,  trouvé  dans  les  environs  de 
Brest,  par  M.  G.  de  la  Chenelière.  Saint-Brieuc,  1 881,  21  p.  in-S"  et 
4  pi.  (extrait  des  Mém.  de  la  Soc.  d'émulation  des  Côtes-du-Nord). 

Cet  objet  est  une  petite  pelle  en  or  longue  de  23  centimètres.  La  dire  celtique 
est  pure  présomption,  et  assurer  qu'elle  pouvait  être  suspendue  à  la  ceinture 
d'un  ovate  ou  au  pectoral  d'un  druide  est  hypothèse  toute  gratuite.  Faut-il  y 
voir  la  cuiller  à  parfum  d'une  élégante  Gallo-Romaine  ?  ou  un  objet  votif  donné 
à  un  temple.?  ou  une  cuiller  à  verser  le  saint  chrême  sur  la  tête  des  catéchumènes 


1 54  Bibliographie.  ', 

dans  l'ancien  rite  du  baptême?  Nous  pencherions  pour  cette  dernière  hypothèse.  { 
Aux  objets  similaires  cités  par  M.  de  la  Ch.,  il  faut  ajouter  une  petite  cuiller  en  « 
or,  trouvée  en  Irlande  dans  la  rivière  Bann.  i 

j 
Keating's  History  of  Ireland,  Book  I,  Part  I.  Edited  with  Gaelic  Text 
(from  a  MS.  of  T.  C.  D.)   literal  translation,  explanation  of  Gaelic  Idioms, 
complète  Vocabulary  etc.,  by  P.  W.  Joyce,  LL.  D.,  M.  R.  1.  A.  vr-ié8p. 
in-i2,  Dublin,  Gill  and  Son,  1880. 

Le  nom  de  M.  Joyce  est  bien  connu  de  nos  lecteurs  comme  celtiste  et  comme 
un  des  champions  de  la  langue  nationale  en  Irlande.  C'est  pour  concourir  à 
l'œuvre  de  renaissance  de  cette  langue  qu'il  a  consenti  à  publier  pour  la  Société 
Gaelic  Union  le  texte  de  la  vieille  histoire  de  Keating  avec  traduction,  notes  et 
glossaire,  et  il  s'est  acquitté  de  cette  tâche  de  la  façon  la  plus  louable.  La 
première  partie  que  nous  avons  sous  les  yeux  comprend  l'histoire  légendaire  de 
l'ancienne  Irlande,  c'est-à-dire  une  mythologie  evhémerisée  et  localisée  qui  prê- 
terait à  bien  des  théories.  En  réalité  la  publication  nouvelle  de  M.  Joyce 
s'adresse  bien  plus  aux  savants  qu'aux  adeptes  des  sociétés  pour  la  conservation 
de  la  langue  irlandaise.  Ces  sociétés  devraient  s'attacher  à  publier  en  irlandais 
des  œuvres  d'instruction  populaire  et  pratique,  des  traités  d'hygiène  ou  des 
manuels  de  culture,  par  exemple  une  traduction  de  l'ouvrage  français  si  célèbre 
«  de  l'art  d'élever  des  lapins  et  de  s'en  faire  3,000  francs  de  rente.  » 

A.  LucHAiRE  :  Sur  les  noms  propres  basques.    22   p.  in-8",  sans  lieu 
ni  date. 

Il  s'agit  de  noms  contenus  dans  quelques  documents  pyrénéens  des  XI»,  XII» 
et  XIII*  siècles.  Sa  conclusion  est  que  «  sauf  quelques  différences  ethnogra- 
phiques insignifiantes,  l'état  de  la  langue,  pour  la  partie  du  lexique  dont  il  est 
question,  n'a  pas  changé  depuis  huit  siècles  ».  M.  L.  répond  par  ce  fait  à  une 
objection  que  nous  lui  présentions  ici-même,  t.  III,  p.  469,  et  il  l'explique  parce 
qu'en  basque  l'accent  tonique  étant  sur  la  dernière  syllabe,  le  mot  a  moins 
chance  de  se  déformer.  Mais  les  mots  longs  ou  composés  échappent-ils  aux 
conséquences  du  principe  de  la  moindre  action  ?  —  Avant  de  rendre  les  armes 
à  M.  L.,  nous  voudrions  avoir  des  intermédiaires  plus  anciens  que  ceux  que 
l'on  connaît  encore. 

Ueber  Mechanische  Copieen  von  Inschriften,  von  E.  Hûbneb.  28  p. 
in- 12  (plus  4  p.  non   numérotées).  Berlin,  Weidmann,   1881.  Prix  :  i  fr. 

Ce  petit  travail  de  l'éminent  épigraphiste  de  Berlin  comble  une  lacune  de  la 
littérature  archéologique.  C'est  un  manuel  de  l'art  de  copier  mécaniquement  les 
inscriptions,  c'est-à-dire  d'en  avoir  un  texte  absolument  fidèle;  tout  voyageur 
un  peu  archéologue,  ou  simplement  curieux  de  colliger  en  chemin  des  docu- 
ments épigraphiques,  devrait  être  familier  avec  ces  méthodes.  M.  H.  décrit  suc- 
cessivement les  procédés  suivants  ;  moulage  en  plâtre,  —  photographie,  — 
estampage  à  l'aide  du  papier,  —  empreinte  sur  une  feuille  d'étain,  —  frottage, 
à  la  mine  de  plomb,  —  calque.  Pour  l'utilité  des  savants  des  pays  latins  aux- 
quels la  langue  allemande  est  peu  familière,  M.  H.  a  donné  en  appendice  une 
version  française  de  son  chapitre  sur  l'estampage,  le  procédé  de  beaucoup  le 


Bibliographie.  1 5  5 

plus  simple  et  le  plus  commode  :  il  recommande  en  même  temps  un  papetier  de 
.Berlin  qui  tient  un  papier  particulièrement  propre  à  l'estampage  des  inscriptions. 

Studien  ûber  die  Entstehung  der  Nordischen  Gœtter-und  Hel- 
densagen,  von  Sophus  Bugge,  Professor  der  Universitast  Christiania.  Vom 
Verfasser  autorisierte  and  durchgesehene  Uebersetzung  von  D'  Oscar  Brenner, 
Privatdocent  der  Universitaet  Mùnchen.  Erste  Reihe,  Erstes  Heft,  96  p. 
in-8°.  Mûnchen,  Kaiser,  1881.  Prix  2  mk.  (2  fr.  50). 

C'est  le  premier  fascicule  de  la  traduction  allemande  de  l'ouvrage  où  M.  Bugge 
entreprend  de  prouver  que  les  Eddas  ont  subi  une  influence  chrétienne  et  clas- 
sique par  l'intermédiaire  des  pays  celtiques  (Irlande  et  Ecosse).  Nous  en  parle- 
rons quand  la  publication  de  la  traduction  sera  achevée. 

—  Le  premier  numéro  du  recueil  épigraphique  de  M.  Florian  Vallentin  dont 
I  nous  parlions  précédemment  (t.  IV,  p.  472)  a  paru  en  février  sous  le  titre  de 
Bulletin  épigraphitjue  de  la  Gaule.  Parmi  les  articles  les  plus  propres  à  intéresser 
nos  lecteurs,  nous  avons  remarqué  le  commencement  d'un  travail  de  M.  Mowat 
sur  les  célèbres  autels  découverts  en  1710  dans  le  chœur  de  Notre-Dame  de 
*  Paris,  et  deux  notes  de  M.  FI.  Vallentin.  L'une  a  trait  à  l'inscription  gauloise 
:déjà  publiée,  SACERPEROCO.  ||  lEVRV-DVORI  ||  GO-  V.  S.  L.  M.  ; 
M.  V.  pense,  avec  grande  vraisemblance,  qu'il  faut  voir  dans  DVORICO  le 
nom  d'une  divinité.  L'autre  note  a  trait  à  une  inscription  gravée  sur  le  manche 
I  d'une  patère  en  bronze  qu'on  a  trouvée  dans  les  anciens  thermes  d'Evaux 
;  (Creuse)  VIMPVRO'FIRMI  ||  LIBiVAV  ||  V.  S.  L.  M.  Ivau  est  évidemment 
[le  nom  du  dieu  topique:  Evaux  s'appelle  Evaunensis  Pagus  dans  Grégoire  de 
[Tours.  —  Cette  courte  mention  suffit  à  montrer  de  quelle  utilité  la  revue  de 
■M.  FI.  Vallentin  sera  pour  quiconque  s'occupe  de  la  langue  et  de  la  mythologie 
de  la  Gaule.  M.  L.  Renier  a  donné  un  article  à  ce  premier  numéro  :  c'est  dire 
que  le  Bulletin  épigraphique  de  la  Gaule  se  présente  sous  le  patronage  le  plus  autorisé. 

—  La  Société  des  amis  des  sciences,  de  l'industrie  et  des  arts  de  la  Haute- 
:  Loire  a  eu  la  très  heureuse  idée  d'ouvrir  une  enquête  sur  les  monuments  méga- 
(lithiques  et  les  traditions  qui  s'y  rapportent  et  de  publier  un  questionnaire  ad  hoc. 
,Ce  questionnaire  forme  une  brochure  de  16  p.  signée  du  nom  du  président  de  la 

Société,  M.  Aymard.  Distribué  dans  la  campagne  et  surtout  aux  instituteurs, 
il  provoquera  certainement  d'utiles  réponses  et  suggérera  bien  des  recherches. 
Mais  pourquoi,  dans  un  questionnaire  qui  peut  tomber  entre  les  mains  de  lec- 
j  leurs  peu  ou  point  archéologues,  employer  des  mots  savants  comme  bétyles,  ou 
des  néologismes  aussi  étranges  qn'archéite^  ? 

—  Un  des  ouvrages  les  plus  importants  laissés  en  ms.  par  le  savant  Th.  Ste- 
phens  va  être  publié  par  la  Société  des  Cymmrodorion,  grâce  au  zèle  et  par  les 
soins  de  M.  Llywarch  Reynolds.  C'est  sa  traduction  de  l'important  et  obscur 
poème  de  Gododin,  avec  une  introduction  historique.  Nous  ne  saurions  trop 
féliciter  les  Cymmrodorion  de  ce  service  rendu  aux  études  galloises  et  de  cet 
hommage  à  la  mémoire  d'un  des  meilleurs  savants  du  pays  de  Galles. 

—  La  Société  française  d'archéologie,  fondée  par  M.  de  Caumont  et  si  habi- 
lement dirigée  par  M.  Léon  Palustre,  a  tenu  son  congrès  de  1881,  à  Vannes, 


156  Bibliographie. 

les  28  juin  et  jours  suivants.  Le  programme  de  cette  session  annonçait  des  dis- 
cussions fort  intéressantes  sur  l'histoire  et  l'archéologie  de  la  Bretagne.  La 
souscription  au  congrès  est  de  10  fr.  payable  à  M.  Rosenzweig,  trésorier  du 
Congrès,  à  Vannes.  Les  souscripteurs  recevront  le  volume  contenant  le  compte- 
rendu  des  séances. 

—  La  Société  d'émulation  des  Côtes-du-Nord  se  propose  de  publier  sous  le 
titre  de  Trésors  archèologicjucs  de  rArmorique  un  album  in-folio  représentant  par 
la  chromolithographie  les  bijoux,  armes  et  instruments  les  plus  remarquables, 
provenant  du  travail  de  l'art  celtique  ou  gallo-romain  et  trouvés  sur  le  sol 
breton.  Cette  publication  sera  fort  belle  si  nous  en  jugeons  par  le  spécimen  que 
nous  avons  sous  les  yeux,  mais  elle  sera  forcément  d'un  prix  élevé.  S'adresser 
pour  les  demandes  de  prospectus  au  président  de  la  Société,  M.  de  la  Chene- 
lière,  place  Saint-Michel,  à  Saint-Brieuc  (Côtes-du-Nord). 

H.  G. 


NÉCROLOGIE. 

—  M.  Edouard  Breese,  né  le  13  avril  1835  à  Caermarthen,  mort  à  Londres 
le  10  mars  1881,  dans  le  cours  d'une  vie  consacrée  aux  fonctions  administra- 
tives, s'occupait  avec  zèle  de  l'histoire  et  de  l'archéologie  de  son  pays  natal.  Il 
a  donné  un  certain  nombre  d'articles  à  VArchctologia  Cambrmsis  et  publié  en 
1873,  sous  le  titre  de  Kakndars  of  GwyiieJd^  un  ouvrage  sur  l'histoire  adminis- 
trative du  nord  du  pays  de  Galles.  Il  laisse  une  belle  collection  de  livres  et  de 
manuscrits  gallois  :  les  journaux  du  pays  expriment  l'espoir  que  cette  collection 
sera  acquise  par  un  établissement  public. 

—  M.  Robert  Williams,  né  le  29  juin  1810  à  Conway,  est  mort  dans  sa 
résidence  de  Culmington,  près  Craven  Arms,  Salop,  le  26  avril  1881.  Après 
avoir  étudié  à  l'université  d'Oxford,  M.  W.  était  devenu  ministre  de  l'église^ 
anglicane  ;  et  il  était  chanoine  honoraire  de  la  cathédrale  de  Saint-Asaph. 

M.  Robert  W.  était  un  des  premiers  savants  du  pays  de  Galles  et  il  a  rendu 
d'éminents  services  aux  études  galloises.  Il  suffira  de  citer  les  ouvrages  suivants: 
History  of  Aberconwy,  1836  ;  Biographical  Dictionary  oj  E minent  Welshmen,  185}  ; 
—  Lexicon  Cornu-Britannicum^  1865. 

Dans  ces  dernières  années,  M.  W.  avait  entrepris  la  publication  des  mss.  les^ 
plus  intéressants  de  la  collection  d'Hengwrt.  Plusieurs  volumes  de  cette  collec- 
tion ont  paru,  tirés  à  petit  nombre  et  à  un  prix  fort  élevé  ;  mais  ils  ne  con-' 
tiennent,  croyons-nous,  que  des  traductions  de  la  littérature  française  du  moyen 
âge,  Saint-Graai,  Histoire  de  Charlemagne,  etc. 

H.  G. 


Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 


Imprimerie  Daupeley-Gouverneur,  à  Nogent-le-Rotrou. 


JI 


Caduynfyrr. 
mal  : 
Gijennfun      guynfau 
Geinfun      gynfal 
Cariad      gyerul 

Guried  gorau 
("Virjyà  gyrfau 
Corfyd      Rueirful 


aies  de 
s  cher, 
ooint  à 
3ngé  à 
nnées, 
Jt  à  se 
jies  ne 
chan- 

le  des 
nblent 
it,  soit 


.pe...  — 
goat. 

-ant  que 
^  trot  et 


156  Bibliographie. 

les  28  juin  et  jours  suivants.  Le  programme  de  cette  session  annonçait  des  dis- 
cussions fort  intéressantes  sur  l'histoire  et  l'archéologie  de  la  Bretagne.  La 
souscription  au  congrès  est  de  10  fr.  payable  à  M.  Rosenzweig,  trésorier  du 
Congrès,  à  Vannes.  Les  souscripteurs  recevront  le  volume  contenant  le  compte- 
rendu  des  séances. 

—  La  Société  d'émulation  des  Côtes-du-Nord  se  propose  de  publier  sous  le. 
titre  de  Trésors  archcologiijues  de  !'Armori(juc  un  album  in-folio  représentant  par 
la  chromolithographie  les  bijoux,  armes  et  instruments  les  plus  remarquables, 
provenant  du  travail  de  l'art  celtique  ou  gallo-romain  et  trouvés  sur  le  sol- 
breton.  Cet  '  I- .„A<,;.,,„„  «^1 

nous  avons  . 
pour  les  de 
lière,  place 


—  M.  E 
le  10  mars 
tives,  s'occ 
a  donné  ui 
1873,  sous 
trative  du 
manuscrits 
sera  acquis- 

—  M.  F 
résidence 
avoir  étu( 
anglicane 

M.  Roi 
d'éminent: 
History  of 
—  Lexicon 

Dans  Ci 
plus  intén 
tion  ont  p 
tiennent, 
âge,  Saint 


Caduynfyrr. 
mal  : 
Guennfun      gyynfau 
Geinfan      gynfal 
Cariad      gyerul 

Guried  gorau 
Guirfyd  gyrfau 
Corfyd      giieirful 


aies  de 

s  cher, 

3oint  à 

jneé  à 
The  foUowing  pages  are  a  fac-similé  reprint  , 

of  a  curious  and  precious  Welsh  book,  printed  ' 

at  Milan,  Italy,  A.  D.  1567.  Two  copies  only 
of  this  book  are  known  to  exist,  the  one  in  the 

Library  of  the   British   Muséum  (Pressmark,  cnan- 

€.33.3.  6.),  and  the  other  in  the  possession 

of  Sir  Watkin  W.  Wynn,  at  Wynnstay.  In  both  ^^  ^^^ 

copies  certain  of  the  tracts  of  which  the  book  nblent 

is  composed  abruptly  break  off  ;  from  which  't^  soit 

coïncidence  it  is  inferred  several  parts  were 
never  completed,  no  copy  of  any  other  portion 
having  ever  been  seen.  The  Wynnstay  copy  is 
less  imperfect  than  the  one  in  the  British  Mu- 
séum. Some  account  of  the  work  may  be  found 
in  William  Rowlands'  Welsh  Bibliography,  éd. 
by  the  Rev.  D.  Silvan  Evans,  Llanidloes,  1869,  '" 

p.  22  ;  in  notes  of  the  ""Bye-Gones'  for  1 878-79, 

and  in  several  communications  to  the  'Academy'  '^"t  que 

for  1879  and  1880.  ^  trot  et 

'  The  title-page  has  been  reproduced  by  a 
photographie  process  ;  the  other  pages,  apart 
from  an  unavoidable  différence  in  the  type,  are 
a  correct  fac-similé  reproduction  of  the  original. 


ir(5  Bibliographie. 

les  28  juin  et  jours  suivants.  Le  programme  de  cette  session  annonçait  des  dis- 
cussions fort  intéressantes  sur  l'histoire  et  l'archéologie  de  la  Bretagne.  La 
souscription  au  congrès  est  de  10  fr.  payable  à  M.  Rosenzweig,  trésorier  du 
Congrès,  à  Vannes.  Les  souscripteurs  recevront  le  volume  contenant  le  compte- 
rendu  des  séances. 

—  La  Société  d'émulation  des  Côtes-du-Nord  se  propose  de  publier  sous  le 
titre  de  Trésors  archéologiques  de  rArmorii]ue  un  album  in-folio  représentant  par 
la  chromolithographie  les  bijoux,  armes  et  instruments  les  plus  remarquables, 
provenant  du  travail  de  l'art  celtique  ou  gallo-romain  et  trouvés^  sur  le  soi 
breton.  Cet  """ 

nous  avons 

pour  les  df  ; 

lière,  place 

Inasmuch  as  the  second  part  starts  with  a  new , 
pagination,  it  has  been  deemed  abvisable,  in, 
addition,  to  continue  that  of  the  first  part^ 
throughout  like  an  Ariadne's  thread,  confiningi 
it,  however_,  to  the  bottom  of  the  page,  betweem 
brackets  ' .  ' 

The  Editor  is  alone  responsible  for  the  first, 
92  pages  and  it  is  hoped  that  no  fault  of  impor-  ' 
tance  will  be  found  therein  :  from  thenceforth  | 
the  supervision  of  the  reprint  has  been  under- . 
taken  by  a  vétéran  and  eminent  Welsh  scholar,  ■ 
The  Rev.  D.  Silvan  Evans,  to  whom  we  pré- 
sent our  w^armest  thanks.  Mr.  S.  Evans  also 
copied  the  remainder  of  the  work  from  the  • 
Wynnstay  copy  and  carefully  collated  the 
proofsheets  with  the  original  print.  The  last 
sheets  were  revised  by  Mr.  Arthur  Miller  with 
the  aid  of  the  copy  in  the  British  Muséum. 

We  sincerely  hope  that  this  reprint  of  so  rare 
a  work  will  be  found  acceptable  by  ail  lovers  of 
Welsh  Literature. 

H.  Gaidoz. 
Paris,  March  i88?. 


—  M.  E 
le  10  mars 
tives,  s'occ 
a  donné  u. 
1873,  sous 
trative  du 
manuscrits 
sera  acquis 

—  M.  r 
résidence  ■ 
avoir  étu 
anglicane 

M.  Ro; 
d'éminent 
History  of 
—  Lexicon 

Dans  C' 
plus  intér 
tion  ont  [ 
tiennent, 
âge.  Sain 


The  work  breaks  off  with  p.  [394]. 


Cadijynfyn. 
mal  : 
Guennfun      gyynfau 
Geinfun      gynfal 
Cariad      guerul 

Guried  gorau 
Guirjyd  gyrfau 
Gorfyd      gysirful 


E. 


\  rbarm^tafiramadeg  cjmraeg 

hcatr  Imero  hjnctau  <^^* 

bepûor  injna  chuen  - 

TJ^chdna.doeà-jâ 

yçjmraegyndiîeâiaitbind 


A  orchf^gojmaiagoromrffj. 


aies  de 
s  cher, 
Doint  à 
Dngé  à 
nnéeSj 
at  à  se 
DÎes  ne 
chan- 

le  des 
ïiblent 
it,  soit 


.pe...  — 
goat. 

'ant  que 
^  trot  et 


10  Bibliographie. 

les  28  juin  et  jours  suivants.  Le  programme  de  cette  session  annonçait  des  dis- 
cussions fort  intéressantes  sur  l'histoire  et  l'archéologie  de  la  Bretagne.  La 
souscription  au  congrès  est  de  10  fr.  payable  à  M.  Rosenzweig,  trésorier  du 
Congrès,  à  Vannes.  Les  souscripteurs  recevront  le  volume  contenant  le  compte- 
rendu  des  séances. 

—  La  Société  d'émulation  des  Côtes-du-Nord  se  propose  de  publier  sous  le 
titre  de  Trésors  archéologiques  de  l'Armorique  un  album  in-folio  représentant  par 
la  chromolithographie  les  bijoux,  armes  et  instruments  les  plus  remarquables, 
provenant  du  travail  de  l'art  celtique  ou  gallo-romain  et  trouvés  sur  le  sol 
breton.  Cet  "      "  '       ---—  — 

nous  avons 
pour  les  de 
lière,  place 


—  M.  F 
le  10  mars 
tives,  s'occ 
a  donné  u. 
1873,  sous 
trative  du 
manuscrits 
sera  acquis 

—  M.  f 
résidence  • 
avoir  étu 
anglicane 

M.  Ro, 
d'éminent 
History  of 
—  Lexicoii 

Dans  c 
plus  intér 
tion  ont  | 
tiennent, 
âge,  Sain 


Beth    y  y    gramadeg,    a    phessaul    rhann 

benig  syd   idi.   Cap.  i.  dol. 

Jaunscrif.    aphessaul   pane    syd   0    i'striaa 

i  chylch.  a  phump  peth  pyrthynassol  i 

thyren  oi  draethu.    Cap.    2.  dol. 

Lun  henyau  a   nifer  y  lytlirenn- 

au.    Cap.    3.  dol. 

Gyahaniad  rhyng  y   lythrênau. 

Cap.   4.  dol. 

Dosparth  ar  y   dyphdongiaid  a'r 

cysseiniaid.   Cap.    5.  dol. 

Silafiaîh.  s.  y  phord  syd  i  yneuthur  silafau 

0  gyssylt  y  lythrennau.  Cap.  6.  dol. 

Vyth  aruyd  guahaniath  y'madrod. 

Cap.  7.  dol. 

Phugrau  iaunscrifennydixth,  a  descrei- 

fiad  pob  vn  0  honynt.  Cap.  8.  dol. 

Cy^ilafi£th.  s.  mod  i  yneuthur  geiriau  o'r 

silafau.  Cap.  9.  dol. 


Jt 


Caduynjyrr. 
mal  : 

Guennfun      gyynfau 

Geinfan      gynfal 

Gariad      gueral 
Guried      gorau 

Gyirfyd      gyrfau 

Gorfyd      gyeirful 

Gorug  erul 
Gyiu  ragorau. 
io.  pam  y  gelyir  y  messur  yma  cadyynfyrr  ? 
}r.  byrr,  am  nad  oes  ond  pedair  sillaf  ym- 
ob  braich,  caduynog  am  fod  y  braich  cyn- 
if,  a'r  loscyrn  yn  unodl,  ond  y  dau  fraich 
fail  heb  gyfodli  a  rhain,  ag  yn  gyfodlig  il 
m,  taran  debig  i  brost  cadyynog,  e  fyd  he- 
^d  yndo,  yr  un  gyssain  ynnechrau'r  rhag- 
\arn,  a'r  odldarn,  ymhob  braich,  a  loscyrn  . 
liai  y  gyeluch  fod,  g,  yn  y  siaml  uchod  .  a 
hroes  odidog  nid  yn  unig  rhyng  y  rhagdarn, 
'r  odldara  ymhob   braich,   eithr   hefyd   rhung 

y 


E. 


aies  de 
s  cher, 
Doint  à 
ongé  à 
nnéeSj 
at  à  se 
bies  ne 
•  chan- 

he  des 
fnblent 
it,  soit 


coyyu  ug,  .,.^.j.. 

Gr.  yn  ior  iayn,  y  in  laymion  luynau 

Hyrdin 
Yu  heirdion  neuadau 
I  dair  dalaith  duu  a'r  delyau 
Ag  yn  beduar,  gvin  yybodau 

[321] 


0  bur 


.pe...  — 
goat. 

•ant  que 
t  trot  et 


M6 

les  28  ji 
eussions 
souscripi 
Congrès 
rendu  d 

—  Le' 
titre  de  ' 
la  chron: 
provena; 
breton, 
nous  ave 
pour  les 
lière,  p' 


—  M 
le  10  m 
tives,  s'' 
a  donné 
1873,  se 
trative  d 
manuscri 
sera  acq; 

—  M, 
résidena 
avoir  éti 
anglican 

M.  R 
d'émine; 
History  . 
—  Lexicoi 

Dans  c 
plus  intér 
tion  ont  1 
tiennent, 
âge,  Sain' 


32 


y  braich  cyntaf  a'r  ail,  a  rhung  y  trydyd  a 
loscyrn  megis  y  gyelir  yrth  graphu,  ar 
siaml  .  Mo.  oni  ellir  yn  y  messur  y  ma  arf 
cynghaned  amgen  no  chynghanei  groes?  G 
gann  na  chefais  i,  ond  y  siaml  yma  yn  uni^ 
heb  na  dogfenn  na  rheolaeth  im  gyidyd; 
gyel  teyi  a  son,  no  doedyd  ar  gam.  a  gadel  i 
cymru  athrolythig  syd  yn  i  mysc,  ag  odlil 
hen  feird  chijilio  am  bob  amryu  gynghawi 
a  eil  fod  yn  y  .  cyfryy  fessur  a  hynn.  M[ 
mae'-r  fath  syd,  ar  orchest  y  beird?  can' 
hynny  yy^r  pedueryd  me^ur  sy  a  phedair  si] 
laj  ymhob  braich  ido.  Gr.  yn  hunn  e  fyd  t- 
braich  cyfodlig  0  bedair  siUaf  bob  un,  a  II 
sciirn  anghyfodlig  0  dair  sillaf.  a  thra  bai 
ha'r  messur  hunn,  rhaid  i'-r  loscyrnau  ig]\ 
fod  yn  unodl  unsain  .  mal  : 
•  Y  rhyyd  air  kir 

Y  y  chyyd  och  yir 

I  syyd  ai  sir 
Y  syd  saeth 

U06] 


j.^^  f-^^  yn  V  injiijiu.  K^ap.  ô.  dol. 

Cy^ilafixth.  s.  mod  i  yneuîhur  geiriau  o'r 
silafau.  Cap.  9.  dol.     7 


J 


35 


!  0  glai  a  glynn 

Y  rhai  o'r  hynn 

Y  dai  0  dyn 

\  I  duy  daeth. 

Chui  a  yeluch  gynghaned  groes ,  yn  y  brei- 
chiaa  a'r  loscyrn,  a  hefyd  y  loscurn  yn  yni- 
\gloi  yn  groes  a'r  braich  ne^af  atto.  Mo.  oni 
\eil  y  hscurn  a'r  braich  diyaethaf  ymgyngha- 
\nedu  yn  gyrchiayl,  megis  deufraich  diyae- 
%af  i  englyn  unodl  cyrch  ?  mal  hynn  ? 

Da  yyd  a  doeth 

Q)urdaun  iiir doeth 

Gufyyn  gyfoeth 
yiygoeth  gad. 
Gr.  pann  na  eUir?  Mo.   oni  ellir  rhodi  pob 
]:ynghane4  yn  y  breichiau   cyntaf  megis  meun 
:ouyd  ?  mal  y  ma  : 


c    Tryy 


c 

0  fair  ufyd 

s.  I. 

Yt  ferch  serch  syd 

c 

Diduyl  dedyyd 

dyd a  àau 

E 

[307] 

aies  de 
s  cher, 
ooint  à 
ongé  à 
innées, 
at  à  se 
bies  ne 
•  chan- 

he  des 
(iiblent 
it,  soit 


\oyyd  ag  englyn  .  mal  : 

Gr.  yn  ior  iayn,  yin  laumion  luynau 

Hyrdin 
Yy  heirdion  neaadau 
I  dair  dalaith  duy  a^r  delyau 
Ag  yn  beduar,  guin  yybodau 

[321] 


0  bur 


jpe...  — 
Igoat. 

fant  que 
e  trot  et 


M6 

les  28  j' 
eussions 

souscrip 
Congrès 
rendu  d 

—  Le 
titre  de 
la  chron 
provena' 
breton, 
nous  av( 
pour  les 
liera,  p' 


—  M 
le  10  m. 
tives,  s'' 
a  donné 
1875,  se 
trative  d 
manuscri 
sera  acqi 

—  M. 
résidence 
avoir  étt 
anglican 

M.  R. 
d'éminei 
History  i 
—  Lexico 

Dans  c 
plus  intéi 
tion  ont  1 
tiennent, 
âge,  Sain' 


34 


c  Truy  Grist  tryy  gred 

l  Hygar  yared 

t.  i.        Gain  duuiol  ged, 

t.  2.  Trined,  dray. 

Gr.  ni  yelafi  dim  yn  erbyn  hynn.  Mo.  a  fy. 
bai  pana  fytho'r  breichiau  a'r  loscurn  ai  hod 
Lan  yn  brost  cyfneyid,  ne  gaduynog  mal  : 


c 
c 

c 
c 
c 
c 

t  2 


0  fair  foryyn 

Foured  firain 

Geinyych  a  gyenn 
Genau  gyin 

difrad  dyyfron 

Lanyed  yiylin 

Henyafi  honn 

Honnaf  hyn. 
Gr.  abl  y  y  hynn,  am  y  bytho  pob  loscur 
ira  barhà  'r  un  messur  yu  unodl  union  . 
pette  ugain  0  bennillion  unfessur  meyn  can 
nig,  yn  canlyn  yn  digyfryng,  rhaid  i'r  [oscyr 
nau  fod  felly,  nid  yn  unig  yn  y  messur  y  m 
eithr  hefyd   ymhob   messur   loscyrniog,    mal 

[joS] 


nviiyi 


^ ^ .....^.,..  .ap.  ô.  aol.     6ç 

Cy^ilafi£th.  s.  mod  i  yneuthur  geiriau  o'r 
silafau.  Cap.  9.  dol.    72 


J$ 


gyeluch  yrth  a  doeda^om,  ag  a  doedyn  rhag 
lau.  Mo.  oni  edlir  gyneuthur  cerd  o'r  messur 
y  ma  yn  gadyynog  dibrost?  mal  y  ma. 

lesu  oesiad 

yirfayr  eurfod 

Haelyych  hyyliad, 
I  rad  rod ; 

Gyared  gyiyrod 

Dyro'n  dirion 

Golau  gallon 
A  goeliod. 
Chyi  a  yelych  y  braich  cyntaf  yn  unodl  un- 
sain  a'r  îrydyd,  yr  ail  braich,  a'r  loscyrn  yn 
.cyfodli  yn  unsain,  heb  jod  nag  yn  unsain,  nag 
\yn  brosî  .  a'r  deufraich  erail;  yn  yr  ail  bennil 
mae'r  loscyrn  a'r  braich  cyntaf  yn  cyfodli,  y 
dau  fraich  erail  yn  cyfodli  nhyythau,  ar 
neultu,  heb  fod  nag  yn  unsain,  nag  yn  brost 
'i'r  lail.  Gr.  ni  a'ilynn  gynnig  y  fath  yma 
)iefyd,  os  myn  neb  i  gallyn ,  gynaent  yn  eny 
^duy,  ag  yeithiau,  pryd  na  aller  cynnyys 
*  E    2  cyn- 

[309] 


aies  de 
s  cher, 
point  à 
ongé  à 
innéeSj 
at  à  se 
bies  ne 
•  chan- 

he  des 
înblent 
it,  soit 


pyyd  ag  englyn  .  mal  : 

Gr.  yn  ior  iaun,  vin  laumion  luynau 

Hyrdin 
Yu  heirdion  neuadau 
1  dair  dalaith  duu  a^r  delyau 
Ag  yn  beduar,  guin  yybodau 

[321] 


0  bur 


.pe...  — 
goat. 

'ant  que 
^  trot  et 


î6 


M6 

les  28  ) 
cussion; 
souscrip 
Congre 
rendu  c 

—  L- 
titre  de 
la  chror 
provena 
breton, 
nous  avi 
pour  Ie5 
P 


lière. 


—  M 
le  10  m 
tives,  s' 
a  donné 
1875,  S( 
trative  d 
manuscr 
sera  acq 

—  M 
résidencf 
avoir  éti 
anglican 

M.  R 
d'éminei 
History  . 
—  Lexico 

Dans  c 
plus  intéi 
tion  ont  1 
tiennent, 
âge,  Sain- 


cynghaeliad,  ne  fedyl  da ,  mtyn  un  phord,  ' 
guell  yu  i  yspressu  ef  meun  math  aral,  no  i 
adel  heibio,  ag  er  bod,  y  siamlau  cynîaf  yn 
berpheldiaf,  o'r  cubl,  etto ,  nid  yu'r  (ail 
phyrd  iy  byru  ymaith  .  da  oed,  geissio'r  mod 
perpheidiaf  bob  amser,  oni<;  gellir,  rhaid  hod 
yn  fodlayn  i'r  nessaf,  ne'r  ail,  ne  i'r  trydyd, 
ag  yeithiau  i'r  pedveryd,  yn  gynt  no  gollong 
ymaith,  dychymig,  ne  cynghaeliad  odidaug, 
ne  rhag  gadel  rhannau'r  rhesym,  ne'r  yma- 
drod,  yn  anghynglyn ,  heb  ymgrogi'n  yedaid, 
ag  yn  gyfnaus  y  nail  yrth  y  lai.  Mo.  mi  a 
dybygyn  y  gellid  cadu'r  dyy  phord  sy'n  y 
siamlau  diuaethaf ,  yn  y  cadyynfyrr,  ona- 
rhodi  sillaf  myy  yn  y  loscyrn.  mal  : 

lesu  oesiad 

yirfayr  eurfod 

Haelyych  huyliad 
J  rad,  ai  rod 

Gyared  gyiurod 

Dyro'n  dur  ion 


1 


Golau 


[Jio] 


Cy^ilafi£th.  s.  mod  i  yneuthur  geiriau  o'r 


aol.    6ç 


silafau.  Cap.  9. 


dol.    72 


Î7 


Colau  gallon 
Gui  a  goeliod. 
ff-  èv-^  )'V  hynny  ;  am  y  bytho'r  odlau,  yn 
laduynog  dibrosî,  nail  ai  bob  ail  braich  megis 
n  y  pennil  cyntaf  yn  gyfodlig,  ne'r  braich 
fntaf,  a'-r  loscyrn,  yn  unodl,  a'r  dau  ganol 
n  cyfodli  nhuythau,  ynghyd,  Mo.  a  eil 
ob  cynghaned  fod  yn  y  breichiau  yma  megis 
leun  coyyd  defraich  byrrion,  ne  orchest  y 
fiird.  Gr.  mi  a  debygun  y  gai  lent,  er  bod  yn 
rau  fod  croes  odidaug  ymhob  braich  i'r  ca- 
[uynfyrr,  a  bod  yr  un  cy^einiaid,  yn  ymga- 
■{uyno  truy  V  hol  freichiau,  yn  y  dau  bennil 
'yfloscurn  .  megis  y  guelych  ynnosparth  y  ca- 
uynfyrr.  Mo.  yn  fymarnl  os  rhyd  rhoi  pob 
ynghaned ,  ymreichiaa  a  loscyrn  cadyyn- 
yrr,  nid  oes  fayr  ragor,  rhyng  dau  bennil  o 
'ouyd  deufraich  byrrion,  a  hynn  ond  bod  od- 
%u  breichiau  hynn  yn  gadyynog  dibrost. 
"iT.  bodlon  yyf  ;  od  oes  genn  y  prydydion  dim 
n  erbyn,   hynn,   ni  a'mroyn  idynt,   os  dan- 

gossant 
[3n] 


aies  de 
s  cher, 
point  à 
ongé  à 
innées, 
ut  à  se 
bies  ne 
■  chan- 

he  des 
mblent 
it,  soit 


i(oyyd  ag  englyn  .  mal  : 

Gr.  yn  ior  iayn,  yin  laymion  luynau 

Hyrdin 
Yu  heirdion  neuadau 
I  dair  dalaiîh  duu  a^r  delyau 
Ag  yn  beduar,  guin  yybodau 

[321] 


Obur 


.pe...  — 
'goat. 

'ant  que 
e  trot  et 


3» 


'56 

les  28  j 
cussion; 
souscrip 
Congre: 
rendu  c 

—  L 

titre  de 
la  chror 
provena 
breton, 
nous  av 
pour  lef 
lière,  p 


le  10  n 
tives,  s 
a  donnt 
1873,! 
trative 
manusc 
sera  ac 

—  &■ 
résiden 
avoir  é 
anglica 

M.  I 
d'émine 
History 
—  Lexia 

Dans  c 
plus  intéi 
tion  ont  1 
tiennent, 
âge,  Sain- 


gossanî  ressum  da  drostynt  ;  Mo.  oes  un  me» 
sur  a  phum  sillaf  ymhob  braich?  Cr.  oes 
cyhyded  ferr,  a  honn  a  fyd  a  thri  braic. 
cyfodlig  yndi,  a  loscurn  anghyfodlig  pur. 
sillaf  yn  y  breichiau,  a  phedair  yn  y  loscyrn 
a^r  gair  diyaethaf  o'r  trydy4  fraich  megi 
yn  air  cyrch  prost,  ne  seiniaul  i  ragdarn  ■ 
loscyrn.  mal  : 

s.  2.         0  rhoes  foes  feusyd 
s  i  Ifor  rhagor  hyd  , 

t  i  Ef  a  roe  dafyd 

t.  i  !  feir4,  deufyy. 
Mo.  beth  yy  cyrch  prost,  ne  gyrch  seiniaul 
Gr.  pann  fytho  un  gair,  nail  ai  ar  i  benn  . 
hun,  yntau  ynniyed  y  braich  o'r  blaen  i 
chysseiniaid  yndo ,  yn  gynglo ,  a'r  cysseiniaii 
ynnechrau'r  braich  sy'n  callyn,  hiinny  a  fyùi 
gyrch  prost,  breichiayl,  am  fod  y  nail  fraich. 
yn  cyrchu  i  gynglo,  0  fraich  aral ,  ne'r  loscurn, 
a  fytho  yn  canlyn.  mal  :  yn  y  pennil  diyae- 
thaf   ,f,    yn    y  geiriau  y  ma  Dafyd,   i  feird, 

cyrch 
[312]  ' 


j.„^  ^^/t/  yn  yj  nunyiu.  ^ap.  ô.  dol.      6ç 

Cy^ilafisth.  s.  mod  i  yneuthur  geiriau  o'r 


silafau.  Cap.  9. 


dol.     72 


ÎS> 


l'ch  prost  geiriaul  a  fyd  pann  fytho  gair  al- 
,rt  o'r  breichiau,  ai  gysseiniaid,  ne  rai  o  ho- 
int,  yn  ymgaduyno,  a  rhagdarn  y  braich 
tssaf  ar  i  ol,  megis  y  gvelir  meyn  paladr 
iglyn  unodl  union^  y  bytho  i  gyrch  yn  ben- 
\llayl  .  mal  :  T.  ap.  Robert. 

Oed  cyflym  Crist  ym  damyain, 

Diphuglyd, 

Phaglod  pouls  yn  l  undain, 

Pymtheccant  rhifant  y  rhain, 

Yn  iaith  roeg  un  a  thrugain. 
yrch  seiniaul  fyd,  pann  fo'r  cyfryy  fraich, 
f  air  cyrch  nid  yn  brost,  i'r  rhagdarn  ar  i  ol, 
\.d  yn  unsain  a'r  rhagodl  mal,  y  darfu  i  ni 
iderfyna  uchod,  yrth  dosparîh  englyn  uno- 
\  union,  heb  gynghaned  bengol  yn  i  baladr 
l'o.  oni  eil  breichiau^r  messur  y  ma,  fod  yn 
'ost  caduynog,  ne  gyfneyidiog,  megis  meyn 
nryy  fessurau  erail  ?  Gr.  pe  gynaechui', 
mnit,  ne  dau,  yn  y  mod  hynny,  heb  diphig 
mghanedion    yndynt ,    chyi    a    gaech    erail, 

ach 

[?n] 


AGNE. 


orales  de 
ilus  cher, 
appoint  à 
;  songé  à 
s  années, 
tout  à  se 
subies  ne 
es  chan- 

iche  des 
semblent 
lent,  soit 


oyyd  ag  englyn  .  mal  : 

Gr.  yn  ior  iayn,  yin  laumion  luynau 

Hyrdin 
Yu  heirdion  neaadau 
I  dair  dalaith  dau  a'r  delyau 
Ag  yn  beduar,  gyin  yybodau 

[321] 


0  bur 


ipe...  — 

goat. 

'ant  que 
^  trot  et 


42 


m6 
les  28 
cussion 
souscri 
Congre 
rendu  i 

—  L 

titre  de 
la  chro, 
proven.' 
breton, 
nous  a\ 
pour  le 
lière,  p 


le  10  1 
tives,  ! 
a  donn 

■873, 
trative 
inanusr 
sera  ac 

—  f 
résider 
avoir  é 
anglia 

M.  1 
d'émini 
History 
—  Lexia 

Dans  c 
plus  intéi 
tion  ont  1 
tiennent, 
âge,  Sain- 


C 

T.  2. 
T.  j. 

T.  2. 
F.  2. 
T.  2. 
c, 


loynfurd  layenfuyd 

Cynnyduych  cannaid 

Priphord  pob  prophuyd 

Qyinnioes  i'r  erraid 

Y  guiriaf  a'r  gair 

Dan  gnaud  dyn,  a  gnoir 

A'r  guaed  dyna'r  gyir. 

Mal  gyin,  ami  ai  gyyr. 

Digon   yy   hynn,  am  y    messurau,   0    freichu 

pedairsillafog.  oes  yrun,  a  chue  siUaf  ymh 

braich?  Gr.   ni  vêlais  i  yrun  ymysc  y  pryd 

dion,  ond  ef  a  ellid  yn  hayd,  rodi  chue  si 

laf  yn  hynn  a  fynnech  or   pump   messur  di. 

aethaf  a  rhodi    myy ,    ne  lai  yn  y   loscym. 

megis  y  bytho  nays  y   messur  yn   gofyn.   il 

oes  un    messur    a    saith    sillif   ymhob   bran 

ido,    heb    lau  a  doedassoch  ymysc   y  coyydi 

a'r  englynion?  Gr.  oes;  cyrch,  a  chutta,  mal 

Cyrch,  a  chutta 

c  Loer  dedfol  lariaid  adfed 

d  layen  oed  i  luneidied 


lau 


[316] 


j ^^^  ^,1  u  n<jnjiu.   K.ap.   ô.  dol.       69 

Cy^ilafi£th.  s.  mod  i  yneuthur  geiriau  o'r 
silafau.  Cap.  9.  dol.    72 


4J 


f.  4- 
4- 

c 
t 
c 


laynglud  fery,  Ion  glod  fored 
lym  orchest,  haul  lu  merched 
lus  dirion  drem  lesteiried 
lud  fi  faru  ledf  fyfyried 
lyna  son  meum  lyyn  o  serch 
lais  fannerch  les  i  fened. 
h  mi  a  yelaf  yma  yyih  o  freichiau ,    a  phob 
Il  ond  y  seithfed,   yn  unodl  unsain,   a'r  seith- 
I'  .y^  gy^^^  seiniayl  i'r  yythfed,  a'r  un  ly- 
mn.  S,  l,  yn  gyntaf  ymhob   rhagdarn  ag 

Îdarn  ai  rhaid  cady  y  pynciau  yma  i  gyd 
y  messur  yma  ?  Gr.  am  yr  odlau  a^r  cyrch 
nifer  o'r  sillafau,  a'r  breichiau,  yn  difade 
ûd,  i  cady,  am  fod  yr  un  gyssain  ynnechrau 
'?  darn,  gorchesî  yu,  ag  odidayg,  ni  lajassa- 
doedyd  i  fod  yn  anghenrhaid. 
i.  OS  ymryymir  i  rodi  yr  yn  gyssain, 
nechrau  pob  darn  truy  hol  freichiau 
trch  a  clîutta ,  ni  eil  cynghaned  sain,  ne 
Ix  fod  yn  y  messur  yma,  yn  hynaus,  anur- 
ijyssig.  Ond  pe  tynnid  y  rhyymyn  yma  m-^ 
j  F    2  ady- 

[317] 


•AGNE. 


orales  de 
olus  cher, 
appoint  à 
5  songé  à 
s  années, 
tout  à  se 
subies  ne 
es  chan- 

ache  des 
semblent 
lent,  soit 


\oyyd  ag  englyn  .  mal  : 

Gr.  yn  ior  iaun,  yin  laymion  luynau 

Hyrdin 
Yu  heirdion  neuadau 
I  dair  dalaith  duu  a'r  delyau 
Ag  yn  bediiar,  gyin  yybodau 

[321] 


0  bur 


ipe...  — 
goat. 

'ant  que 
^  trot  et 


46 


156 
les  28 
cussion 
souscri 
Congre 
rendu  « 

—  L 

titre  dt 
la  chrOi 
proven; 
breton, 
nous  a^ 
pour  le 
lière,  p 


—  I 
le  10  I 
tives,  : 
a  donn 

■873, 
trative 
manusr 
sera  ac 

—  } 
résider 
avoir  é 
anglic; 

M.  1 
d'émini 
History 
—  Lexia 

Dans  c 
plus  intéi 
tion  ont 
tiennent, 
âge,  Sain- 


yn  y  pennil  ; 

Cyhyded  liir. 
Mo,    oes  un  messur  aral    0   yth  sillaf  yml 
braich    heb    lau'r   toydgyrch    cadyynog?    ( 
oes;  cyhyded  hir  0  bedmr  braich   ne  fuy 
yyth  siUafymhob  un,  mal. 
f.  3.   Yn  ior  yduyd,  Sion  yaredavg. 
t.  5.  A^n  cyn  irfaîh  Siancyn  arfayg. 
c        yyr  feredyd,  arf  ir  yaedayg. 
c        Aer  arfodau,  oruyr  fadayg 
Mo   nid  oes   dim  amgen   yn   hynn,   iu  gad 
ond  bod  pedyar,  ne  fyy  0  freichiau,  unodl  u. 
sain,  0  uyth  sillaf  bob  un,  ag  un  o'r  pedi 
cynghaned    ymhob   braich.    onid  oes  un  mesi- 
aral  0  yyth  sillaf  ymhob  braich.''  Gr.  mae  ,' 
gyrnach  a  deufraich   0    yyth  sillaf,  deufrai' ' 
0  chuech,  a  loscyrn  gogyrchiayl,  0  chue  silla: 
Clo  gyrnach. 
Bryysguyr  dy union,  braisg  ior  donniog 
Bro  aer  rinycd  breyr  ennyog. 
Byad  bugad,  bu  gui  (f^: 

Brai 
[320] 


j ^^v-   ,n  1/  nuiij/U.    \^ap.    ô. 

Cy^ilafi£th.  s.  mod  i  yneuthur  geiriau  o'r 
silafau.  Cap.  9.  '^^ 


dol.    69 


dol.     Il 


FORMULETTES 


Il  ET  TRADITIONS  DIVERSES  DE  LA  BASSE-BRETAGNE. 


47 


Br audit r  cUiyr  cul 
j  Braich  ynniul  Brecheinog 

fo.  mi  a  yekf,  y  loscyrn,  a'r  deujraich  gyn- 
jl/  yn  unsain,  mi  ferciais  hefydy  cyrch  seini- 
yl  rhung  y  braich  diyaethaf  a'r  loscyrn  a 
lod  y  dau  fraich  diyaethaf  yn  anghyfodUg 
yr  lail  ag  yn  gyfodlig  il  deuyed,  ag  mi  a  ynn 
['  geil  pob  cynghaned  fod  yma  megis  meyn 
'^surau  erail.  Oes  muy  o'r  fath  yma?  Gr 
es  un  a  eluir  byrr  a  thodaid. 
Byrr  a  thodaid. 
à  yn.  y  messur  yma,  e  fyd  y  dechrau  a'r  diyed 
.negis  paladr  englyn  unodl  unsain,  ag  yn  y 
ianol  bedyar  braich  cyfodlig  a'r  [ail  o  uyth 
[illaf  bob  un,  a^r  cynghanedion  megis  meyn 
\oyyd  ag  englyn  .  mal  : 

Gr.  yn  ior  iaun,  yin  laymion  luynau 
Hyrdin 

Yu  heirdion  neuadan 

I  dair  dalaith  duu  a^r  delyau 

Ag  yn  beduar,  gyin  yybodau 


Obur 


orales  de 
olus  cher, 
appoint  à 
i  songé  à 
-s  années, 

tout  à  se 
subies  ne 

es  chan- 

jche  des 
semblent 
lent,  soit 


ipe...  — 
'goat. 

''ant  que 
^  trot  et 


[321: 


46 


M6 
les  28 
cussion 
souscri 
Congre 
rendu  ^ 

—  l 

titre  dt 
la  chro 
proven; 
breton, 
nous  a^ 
pour  le 
liera,  p 


le  10  1 
tives, 
a  donn 

■873, 
trative 
manus'' 
sera  ai 

—  I^ 
résidei 
avoir  t 
anglic. 

M. 
d'émin 
Histor] 
—  Lexio 

Dans  c 
plus  intéi 
tion  ont 
tiennent, 
âge,  Sair, 


yn  y  pennil  ; 

Cyhyded  hir. 
Mo,    oes  un  messur  aval    0   yth  sillaf  ymk 
braich    heb    lay'r   toudgyrch    caduynog?    G. 
oes;  cyhyded  hir  0  beduar  braich   ne  fuy  a 
yyîh  sillaf  ymhob  un,  mal. 

f.  5.   Yn  ior  ydyyd,  Sien  uaredaijg. 

t.  <;.  A'^n  cyn  irfath  Siano/n  arfavz..        ^1 


54 


messur  arhugain,    rhai    erail    a    eluir    mesé 

rau  rhydion,  pam  y  gelyir  nhuy  felly.  Gr.  A  ' 

nad  ydyu   i   breichiau   hyynt  yn   rhyymedig 

gady  un  o'r  pedair  cynghaned  yndynt  ag  a, 

i'r    cyfryy   freichiau  fod  yn   gyfodlig.    Mo. 

ydyu  yn    erbyn   gyorsibieth   bard   arfer  yr  u 

o'rhain?  Gr.    ydyy ,    meyn    traethiad  byrr,   l 

bytho    ychydig    0     bennilion.     Ond    os    bydc 

raid   traethu   yn   gyfanbarth    ryy   defnyd  hir\ 

amlbarth,   ne    scrifennu    meyn    mydr  ystori    ' 

hir  amser,   ni  ellid  fyth    yneuthur  hynny  y, 

berphaith.    meyn    un   o'r    pedyar    messur    a'r 

hugain  rhag  mor  gaeth  ydynt,  ag  mor  anaui 

i  cady  ag  yspressu,  ystyr  dyfnbyyl,   liospartl 

yn  eglur,  hydalt,  a  gyedaid.    A  m  hynny   ef  c 

eil  bard  enyog,  yn  y  cyfryy  leoed  fod  yn  fo- 

dlon,  i'r  fath  fessurau   y  mae'r  eidaluyr  yn  1 

arfer.   s.   a   breichiau  yn  cyfodlig  bob  dau,  & 

dau,    a'r    un    nifer  safedig  0  siUafau    ymhoh 

un,  heb  ymorol  am   yr  un   o'r   cynghanedion. 

mal. 

Cre- 
[?281 


FORMULETTES 

ET  TRADITIONS  DIVERSES  DE  LA  BASSE-BRETAGNE. 


55 


\     Creaud  duu  bennaf  er  ces  oe'^.oed 
I     Yn  y  dechrau,  nef,  a  daearoed 
I     Y  daear  oed  yag,  ag  anphryythlayn 
1     A^r  toyyllug  ar  yyneb  yr  eigiayn 
\     A  doeth  yspryd  yr  ior  da  diau, 
\     Ai  rym  cynnydiayl^  ar  y  dyfrau. 
jo.  ai  rhaid  bod  nay  sillaf  bob  amser,  yn  y 
\fryy   freichiaa?    Gr.    na    raid,    canys  ef   a 
Ifir  i  gyneuthur  o  chue  sillaf,  ne  o  saith,  ne 
nh,  ne  0  deg  am  y  bytho'r  un  nifer  o  silla- 
ii  ymhob  braich  tryy'r  hol    lyfr,  ne'r  guaith 
•;  scrifenner   yn    y    me^uraa    yma,    mae    heb 
'il  rhain  fessur  carol,  yr  hyn,  er  i  fod  yn  fes- 
sr  rhyd,   etto  mae    yn  gaeîhach   no  hunn.   e 
14  ymhob  pennil    bedyar  braich,  yr  ail,   a'r 
idyeryd    yn    gyfodlig,    a  g    odl  y    cyntaf  yn 
pain,    a    rhagodl  yr    ail,   ag  odl  y   îrydyd 
!i  unsain  a  rhagodl  y  pedyeryd,  y  cyntaf  a'r 
ydyd  heb  gyfodli  a  neb,  er    bod    yn  or  au, 
ioi  saith  sillaf  ymhob    braich,  etto  gann   i 
d  ef  yn  se'^ur  rhyd   ni  yasnaetha  moi   ruy- 

mo 


ns  orales  de 
it  plus  cher, 
d'appoint  à 
pas  songé  à 
[ues  années^ 
Dartout  à  se 
nt  subies  ne 
utres  chan- 

bouche  des 
ne  semblent 
sèment,  soit 


étoupe...  — 

lueigoat. 

'enfant  que 
;,  le  trot  et 


[329] 


46 


156 
les  28 
cussior, 
souscri 
Congn 
rendu  ■ 

—  I 

titre  dt 
la  chro 
proven 
breton, 
nous  a' 
pour  le 
liera,  r 


yn  y  pennil  ; 

Cyhyded  hir. 
Mo,    oes  un  messur  aral    0   yth  sillaf  ymht 
braich    heb    lau'r   toudgyrch    caduynog?    G 
oes;  cyhyded  hir  0  bedyar  braich   ne  fyy  c 
y  yth  sillaf  y  mhob  un,  mal. 

ï.  3.   Yn  iorydyyd,  Sien  yaredayg. 

t.  ^  A'n  cyn  irfaîh  Siancyn  arfavs.. 


le  10  i 
tives, 
a  dont, 

■873, 
trative 
manus' 
sera  ai 

1 

réside: 
avoir  1 
anglic. 

M. 
d'émin 
Histor: 
—  Lexic 

Dans  c 
plus  intéi 
tien  ont 
tiennent, 
âge,  Sair 


Ond  hebod,  gan  fod,  gyan  yy  fi,  buched, 
truy  bechod  i'n  Coeîhi; 
delid  ol,  rhag  y'n  colli, 
y'n  urdas  dy  deyrnas  di. 
Gyneler  nef  gloeyder,  naf  glyys,  dy  yllys 
dealler  yn  gymuys 
dryy  rad,  mal  ymharadyys 
houdgar  'ar  y  daear  dyys 
Hedyu  i  bob  rhyy,  y'n  rhi,  dod  fara      jf 
oth  foyred  y  gelli, 
yn  gymorth  i  yir  borthi, 
y  dyn  a  yych  laniais  di. 
Madau  bechodau^  baich  y  dyn,  arnom 
yn  arynad  i'n  herbyn  ; 
Ninnau  heb  gel  [bid  gelyn] 
sy'n  madau' n  diau  i  dyn. 
Nad  y'n  dyyn  er  muyn  mab  maeîh,  yyir 
oed  yyrferch  a  mamaeth, 
i  oerfayr  nad  y  gad  gaeîh, 
a  digyyd  profedigaeth. 
Rhag  tynged  galed,  a  gelyn,  a  phoen 
a  phenyd  iy  erbyn 
a  dialed  ai  dylyn 
yn  rhuyd  0  duy  rhydha  dyn 
[336J  ' 


FORMULETTES 

ET  TRADITIONS  DIVERSES  DE  LA  BASSE-BRETAGNE. 


I.  JEUX  ENFANTINS,  DIALOGUES,  ETC. 

Les  formulettes  tiennent  une  large  place  parmi  les  traditions  orales  de 
la  Basse-Bretagne.  L'enfance  n'a  pas  d'amusement  qui  lui  soit  plus  cher, 
et  Page  mûr,  lui-même,  ne  dédaigne  pas  de  les  faire  servir  d'appoint  à 
la  conversation.  Il  est  regrettable,  toutefois,  que  l'on  n'ait  pas  songé  à 
les  recueillir  dans  la  première  moitié  du  siècle.  Depuis  quelques  années, 
les  productions  analogues  de  la  France  tendent  presque  partout  à  se 
substituer  à  leurs  rimes  naïves,  et  les  altérations  qu'elles  ont  subies  ne 
manquent  pas  d'être  déjà  très  appréciables.  Autres  temps,  autres  chan- 
sons. 

Voici,  parmi  ces  compositions  ingénues  auxquelles  la  bouche  des 
mères  sait  prêter  tant  de  charme  et  de  fraîcheur,  celles  qui  me  semblent 
présenter  le  plus  d'intérêt,  soit  comme  modes  de  divertissement^,  soit 
comme  termes  de  comparaison  : 

a)  Didedoup  !  Didedoup  ! 
Da  Vontroulez  da  vit  stoup... 
Dibedon  !  Dibedon  ! 
Da  Garaez  da  vit  kraon. 
a)  Dibedoup!  Dibedoup  !  —  (Allons)  à  Morlaix  chercher  de  l'étoupe...  — 
Dibedon  !  Dibedon  !  —  (Allons)  à  Carhaix  chercher  des  noix.     Le  Huelgoat. 

Cette  formulette,  ainsi  que  les  six  qui  suivent,  se  récite  à  l'enfant  que 
l'on  fait  sauter  sur  les  genoux,  en  simulant  tour  à  tour  l'amble,  le  trot  et 
le  galop  d'un  cheval, 

b)Heï!  Heï!  dikodrin... 
Da  Landerne  da  vit  gwin  ; 

Rev.  Celt.  V  1  j 


1 5  8  Formuleîtes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Da  vit  gwin  ha  bara  mad 
Da  lannik  vihen  da  wellaad. 

b)  Hue  !  Hue  !  que  l'on  tricote...  —  (Il  faut  aller)  à  Landerneau  chercher  di 
vin,  —  Chercher  du  vin  et  du  bon  pain  —  Pour  le  petit  Jean,  afin  qu'il  devienm 
fort.  Braspartz. 

c)  la  ',  ia,  ia  !  d'ar  Pont... 

Da  Bon'-'n-Abbat  e  renker  mont, 
Da  glask  brignon  d'ann  intron 
A  n-euz  droug  en  he  c'halon. 

c)  Çà,  çà,  çà  !  à  Pont-Croix...  —  A  Pont-L'Abbé  il  faut  aller  —  Cherche 
de  la  farine  d'avoine^  pour  la  dame  —  Qui  a  mal  au  cœur.       Audierne. 

d)  la,  da  Gemper,  ia,  d'ar  Pont... 
Da  Bon'-'n-Abbat  e  renker  mont 
Da  vit  brignon  hag  halon, 

Da  ober  souben  d'ann  intron. 

d)  Enroule  pour  Quimper,  en  route  pour  Pont-Croix...  —  A  Pont-L'Abb 
il  faut  aller  —  Chercher  de  la  farine  d'avoine  et  du  sel,  —  Pour  faire  de  1 
soupe  à  la  dame.  Plouhinec, 

e)  la,  da  Gemper,  ia,  d'ar  Pont... 
Da  Boul-Dahu  ''renker  mont 
Da  glask  bara  d'ann  intron 

A  n-  euz  droug  en  he  c'halon. 

e)  Cheval,  à  Quimper,  cheval,  à  Pont-Croix...  —  A  Poul-David  il  faut  aile 
—  Chercher  du  pain  pour  la  dame  —  Qui  a  mal  au  cœur.  Gouiien. 

f)  Ehudo  !  da  Gemper, 
War  or  marc'hik'  gwer  ; 
Ehudo  !  da  Baris, 
War  or  marc'hik  gris  ; 
Ehudo  !  da  Boul-Dahu, 
Da  gerc'hat  paneradou  ehu. 

f)  Vite,  à  Quimper,  —  Sur  un  petit  cheval  vert  ;  —  Vite,  à  Paris,  —  Su 
un  petit  cheval  gris  ;  —  Vite,  à  Poul-David,  —  Pour  chercher  des  panerées  d 
foie  !  Douarnenez. 

Cf.  Mélusine,  col.  510. 

1 .  la,  dans  le  vocabulaire  de  l'enfance,  a  des  significations  très  diverses  dont  je  ir 
suis  efforcé  de  tenir  compte  dans  la  traduction. 

2.  La  farine  d'avoine  délayée  dans  de  l'eau  sert  à  donner  du  corps  à  la  soupe.  Il  n'e 
pas  pour  le  paysan  armoricain  de  réconfortant  plus  salutaire.  On  dit  proverbialement,  e 
parlant  d'un  homme  robuste  :  «  Hen-ne  n-euz  brignon  en  he  vanch,  —  Celui-là  a  de  1 
farine  d'avoine  dans  sa  manche  ». 


Fomulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  1 59 

g)  Dia  !  ioik,  da  vit  gwin... 
Dishouarn  ha  digabin  ' , 
Dre  ann  drein,  dre  ar  vein, 
Peder  dimezel  war  he  gein  ; 
Peder  ail  war  he  lost... 
Darc'h,  pot!  Darc'h,  pot! 
g)  A  droite!  poulain,  pour  cherclier  du  vin...  —  Déferré  et  débridé,  —  (Il 
s'avance)  à  travers  les  épines,  au  milieu  des  cailloux,  —  Quatre  demoiselles 
sur  son  dos,  —  Quatre  autres  sur  sa  queue...  —  Fouette,  garçon!  fouette 
garçon  !  Plounévez-Lochrist. 

Cf.  Grégoire  de  Rostrenen,  Dictionnaire  françois-celtique,  au  mot 
déchevêtré,  p.  250;  —  Revue  Celtique,  Lavarou  Koz,  432. 

A  l'île  de  Sein,  où  la  vue  d'un  cheval  est  un  événement  presque  aussi 
merveilleux  que  le  serait,  dans  les  rues  de  Paris,  la  promenade  d'une 
baleine,  l'exercice  du  cavalier  est  remplacé  par  celui  du  rameur.  L'enfant 
ne  saute  plus,  il  est  balancé,  comme  il  pourrait  l'être  dans  un  bateau,  et 
l'on  fait  exécuter  à  ses  petits  bras,  successivement  étendus  et  ramenés  à 
lui,  tous  les  mouvements  que  nécessite  le  maniement  de  l'aviron.  On  lui 
dit,  pendant  cette  manœuvre  : 

a)  Rouanv  'ta,  rouanv  'ta  ! 
Kass  ar  vag  d'he  feaz  ; 

Ha  pedal  ne  hall  ket  mont. 

Passe  ar  rivier  ha  passe  ar  C'honk. 

Da  Boul-Dahu  e  rankomp  mont 

Da  vit  brignenn  d'ann  intron 

A  n-euz  droug  en  he  c'halon. 
a)   Rame  donc,  rame  donc  !  —  Conduis  la  barque  à   son  ancrage  ;  —  Et 
puisqu'elle  ne  peut  s'y  rendre,  —  Passe  la  rivière  et  passe  le  Conq.  —  A  Poul- 
David  nous  devons  aller  —  Chercher  de  la  farine  d'avoine  pour  la  dame  —  Qui 
a  mal  au  cœur. 

b)  Rouanv  'ta,  rouanv  'ta  ! 
Domp  ac'hann  da  besketa. 
Ma  'r  bo  pesket  bremija 
Da  zribi  gant  ar  bara  ; 
Ha  warc'hoaz,  da  zijuni. 
Ni  hor  bo  pesket,  bridilli. 
Eat  ar  bagou  d'ar  Vajin, 

I .  Digabin,  mot  défiguré  sans  aucun  doute  pour  obéir  aux  exigences  de  la  rime,  me 
semble  une  altération  de  digabestr,  dont  je  lui  ai  prêté  le  sens. 


i6o  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Nemet  tonto  lann  ar  Spin  ; 

Deut  ar  bagou  tout  en  od, 

N'euz  bet  nemet  or  c'hellok. 
b)  Rame  donc,  rame  donc  !  —  Allons-nous-en  pêcher,  —  Pour  avoir  du 
poisson  tout-à-l'heure  —  A  manger  avec  le  pain  ;  —  Et  demain,  à  déjeuner,  — 
Nous  aurons  du  poisson,  des  maquereaux.  —  Les  bateaux  sont  allés  à  la 
Basse-froide,  —  Hormis  (celui  de)  tonton  Jean  L'Épine  ;  —  Les  bateaux  sont 
tous  revenus  au  rivage,  —  On  n'a  rien  pris  qu'un  courlis. 

L'enfant  emmailloté  ressemble,  on  le  sait,  à  une  petite  momie  enve- 
loppée dans  ses  bandelettes.  Lorsqu'elles  approchent  du  feu  leurs  mar- 
mots ainsi  mis  à  la  torture,  les  mères  bretonnes  se  servent  d'une  compa- 
raison moins  poétique,  mais  tout  aussi  exacte  : 
Eun  tantad  tan  sku// 
Da  domma  'n  andu//. 
Un  grand  feu  de  joie  flambe  —  Pour  chauffer  les  andouilles.     Audierne. 

Jouer  avec  les  tisons  est  une  grande  jouissance  pour  les  enfants;  on 
leur  dit,  en  leur  mettant  dans  la  main  une  paille  allumée  qu'ils  foni 
tourner  : 

a)  Bio,  bio,  biolet  ! 

Stag  e  ann  tan  en  oalet, 

Hag  en  oalet  hag  en  ti, 

Hag  e-kreiz  al  leur-zi. 

Katerinik  o  cela  : 

Me  ne  chomin  ket  ama, 

Da  c'hounid  boed  d'ar  re-ma. 

Me  ialo  ac'hann  da  Normandi, 

Par  ha  par  da  Vari, 

Ha  pa  vo  maro  Mari  bar, 

Me  her  c'haso  d'ann  douar. 
a)  Bio,  bio.,  biolctte!  —  Le  feu  a  pris  dans  le  foyer,  —  Et  dans  le  foyer  ei 
dans  la  maison,  —  Et  au  milieu  du  sol  de  la  maison.  —  Catherinette  est  à  pleurer 
—  Je  ne  resterai  pas  ici  —  A  gagner  du  pain  pour  ces  gens-ci.  —  Je  m'e 
irai  en  Normandie,  —  L'égale  en  tout  de  Marie,  —  Et  quand  mourra  Marie 
ma  compagne,  —  Je  la  porterai  en  terre.  Ile  de  Sein. 

b)  ...  Me  ia  ac'hann  da  Normandi, 
Hag  a  savo  eno  un  ti, 

Hag  a  poanio  em  gwaic'h, 

Hag  am  mo  arc'hant  leun  ma  ialc'h. 


Fomulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  1 6 1 

b)  Je  m'en  vais  en  Normandie,  —  Et  j'y  bâtirai  une  maison,  —  Et  je 

peinerai  tant  que  je  pourrai,  —  Et  j'aurai  de  l'argent  plein  ma  bourse. 

Goulien. 

En  termes  familiers  les  doigts  de  la  main  s'appellent  : 

a)  Bezik  bihannik,  bezik  ann  tan,  bezik  ar  bizaou  ', 
Bezik  lip  ar  c'hrok,  bezik  chaker  al  laou. 

a)  Petit  doigt  tout  petit,  petit  doigt  du  feu,  petit  doigt  de  la  bague,  — 
Petit  doigt  lèche-croc,  petit  doigt  écraseur  de  poux.  Goulien. 

b)  Bez  bihan,  bez  al  logodenn,  bez  ar  biaou, 
Krogik  ar  ioud  ha  maillik  al  laou. 

b)  Petit  doigt,  doigt  de  la  souris,  doigt  de  la  bague,  —  Petit  croc  à  bouillie 
et  maillet  à  poux.  Châffeaulin. 

Cf.  L'Armery,  Dictionnaire  françois-breton,  au  mot  doigt,  p.  114;  — 
Mélusine,  col.  294;  —  Sébillot,  Littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne, 
Formulettes,  p.  339. 

On  dit  aux  enfants  en  touchant  d'abord  la  paume  de  leur  main,  puis 
le  pouce,  puis  chaque  autre  doigt  suivant  l'ordre  naturel  : 
a)  Ama,  eo  bet  ar  c'hadik  wenn  0  peur!  ; 
He-ma  hen  deuz  he  gwelet, 
He-ma  hen  deuz  he  redet, 
He-ma  hen  deuz  he  paket, 
He-ma  hen  deuz  he  zrebet, 
Hag  he-ma,  bihan  paour, 
A  zo  chomet  er  ger  gant  he  vamm  ; 
Ha  n'hen  deuz  bet  tamm, 
Ha  c'hoaz  eo  bet  fouetet  gant  eur  bod  lann. 
a)  Ici,  broutait  le  petit  lièvre  blanc;  —  Celui-ci  l'a  vu,  —  Celui-ci  l'a  pour- 
suivi, —   Celui-ci  l'a  attrapé,  —  Celui-ci  l'a   mangé,  —  Et  celui-ci,  pauvre 
petit,  —  Est  resté  à  la  maison  avec  sa  mère  ;  —  Et  il  n'a  eu  miette,  —  Et 
encore  a-t-il  été  fouetté  avec  une  touffe  d'ajoncs.  Châteaulin. 

b) 

Hag  he-man  bihan  n'hen  deuz  bet  tamm, 

Ha  'zo  eet  da  lavar't  d'he  vamm, 

Hag  hen  deuz  bet  eun  tamm  bara  amann. 

b) —  Et  ce  petit-ci  n'a  eu  miette,  —  Et  il  est  allé  le 

dire  à  sa  mère,  —  Et  il  a  eu  un  morceau  de  pain  beurré.         Braspartz. 

I.  C'est  le  médius  et  non  l'annulaire  qui  porte  communément  la  bague  de  mariage. 


i62  Fomuleltes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

La  formulette  qui  suit  est  relative  à  un  jeu  semblable,  à  cela  près  que 
l'on  se  contente  de  toucher  seulement  l'un  après  l'autre,  et  comme  par 
surprise,  trois  doigts  de  l'enfant  : 

Eur  c'hadik,  diou  c'hadik,  teir  c'hadik  rouz 

A  zo  bet  da  noz-man  bars  ar  bern  plouz  : 

Warc'hoaz  da  noz  a  deufont  'darre  ; 

Mar  gallan,  mar  gallan,  me  tapo  'nhe. 
Un  petit  lièvre,  deux  petits  lièvres,  trois  petits  lièvres  roux  —  Sont  venus 
cette  nuit  dans  le  tas  de  paille  :  —  Demain  soir,  ils  y  viendront  de  nouveau  ; 

—  Si  je  puis,  si  je  puis,  je  les  attraperai.  Morlaix. 

On  raconte  aux  enfants,  pendant  qu'on  les  habille  : 
a)  Doup,  doup,  doup  ! 

Ema  ma  c'haz  o  neza  stoup. 
Ha  ma  c'hi  o  tibuni 
D'ober  dillad  nevez  d'in. 

a)  Doup,  doup,  doup  !  —  Mon  chat  file  de  l'étoupe,  —  Et  mon  chien  est  à 
dévider  —  Pour  me  faire  un  habit  neuf.  Kerlouan. 

b)  Boudadoup,  boudadoup,  boudadoup  ! 
N'int  ket  mad  al  loerou  stoup  ; 
Al  loerou  stamm  violet 
'Zo  mad  d'ar  paotrik  da  gaouet. 

b)  Boudadoup,  boudadoup^  boudadoup  !  —  Rien  ne  valent  les  bas  d'étoupe  ; 

—  Les  bas  de  tricot  violet  —  Sont  bons  à  avoir  pour  le  garçonnet. 

Ergué-Gabéric. 

L'heure  des  repas  venue,  les  mères  disent;,  au  moment  de  retirer  du 

feu  le  bassin  de  bouillie  :  \_ 

Piou  a  zeu  ha  me  a  ia 

Da  di  ann  tortik  da  goania  ? 

E  ti  ann  tortik  ema  ar  cher 

Euz  tri  gaz  bihan  deuz  ar  ber  ; 

Euz  tri  gaz  bihan  ha  diou  vran 

'Zo  e  ti  ann  tortik  da  goan. 

Qui  vient,  moi  je  vais,  —  Chez  le  petit  bossu  souper  ?  —  Chez  le  petit 

bossu  il  y  a  bonne  chère  :  —  Trois  petits  chats  à   la  broche  ;  —  Trois  petitsi 

chats  et  deux  corbeaux  —  Sont  chez  le  petit  bossu  pour  le  souper. 

Châteaulin. 

a)  Petra  vo  da  zijuni  ? 

—  Souben  ar  glujuri. 

—  Petra  vo  da  lein  ? 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  i6j 

—  Souben  ar  c'hik  brein. 

—  Petra  vo  da  goan  ? 

—  Souben  ar  c'hik  bran. 

a)  Qu'y  aura-t-il  à  déjeuner?  —  Soupe  de  perdrix.  —  Qu'y  aura-t-il  à 
dîner?  —  Soupe  de  viande  pourrie.  —  Qu'y  aura-t-il  à  souper?  —  Soupe  de 
cliair  de  corbeau.  Guingamp. 

b)  Pera  vezo  da  vern  ? 

—  Ar  vaz  war  ho  kern. 

—  Pera  vezo  da  lein  ? 

—  Ar  vaz  war  ho  kein. 

—  Pera  vezo  da  goan  ? 

—  loud  poazet  war  ann  tan. 

b)  Qu'y  aura-t-il  à  déjeuner  ?  —  Le  bâton  sur  vos  cornes.  —  Qu'y  aura-t-il 
à  dîner?  —  Le  bâton  sur  votre  dos.  —  Qu'y  aura-t-il  à  souper?  —  De  la 
bouillie  cuite  sur  le  feu.  Ergué-Gabéric. 

Me  'm  euz  eun  ti  war  ar  mez 

A  zo  toennet  gant  krampoez  ; 

Ar  vougeriou  gret  gant  ioud, 

Al  leur-zi  gant  lez  riboud 

D'ann  enet  e  vez  kig  maout, 

Kig  ejin  ha  kig  saout. 
J'ai  une  maison  de  campagne  —  Couverte  avec  des  crêpes  ;  —  Les  murs  en 
sont  faits  de  bouillie,  —  Le  sol  de  la  maison  de  lait  baratté...  —  Au  carnaval, 
il  y  a  viande  de  mouton,  —  Viande  de  bœuf  et  viande  de  vache.      Plouhinec. 

Quand  Tenfant  commence  à  marcher,  on  le  fait  tourner  sur  lui-même, 
en  le  tenant  par  la  main  : 

Tro,  tro,  meill  Kervro  ! 

Meill  Kerharo  'ia  en  dro. 

Ar  goukou  e  kana  d'eï, 

Ar  galc'heï  e  vala  hei, 

Ar  babous  e  aoza  ioud, 

Ha  Guillou  Rous  a  zreb  tout. 
Tourne,  tourne,  moulin  de  Kervro!  —  Le  moulin  de  Kerharo  tourne  aussi. 
—  Le  coucou  chante  pour  lui,  —  Le  héron  moud  l'orge,  —  Le  babouin  pré- 
pare la  bouillie,  —  Et  Guillaume  Le  Roux  dévore  tout.  Goulien. 

Guillou  Rous,  Guillaume  Le  Roux,  est  le  nom  poétique  du  loup. 
Comme  synonyme  de  glouton,  on  le  donne  aussi  aux  habitants  du  Cap- 
Sizun  qui,  loin  de  le  répudier,  apprennent  à  leurs  enfants  à  en  tirer  jac- 
tance : 


164  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Guillou  Rous  mab  ar  bleï 
A  n-euz  drebet  kant  barr  heï, 
Eur  bodezet  bara  drailled, 
Ha  c'hoaz  ne  oa  ket  hanter-garged  ; 
Hag  eur  biliget  ioud, 
Ha  c'hoaz  a  levere  ne  oa  ket  bout  ; 
Hag  eur  biliget  lez  kaouledet, 
Ha  c'hoaz  ne  oa  ket  krevet  ; 
Hag  a  levere  he  vamm  : 
—  Klaon  ar  C'haper,  ne  zreb  tamm. 

Guillaume  Le  Roux,  fils  du  loup,  —  A  mangé  cent  mesures  d'orge,  —  De 
plus  un  pot  rempli  de  tranches  de  pain,  —  Et  encore  n'était-il  pas  à  demi 
rempli  ;  —  De  plus  un  bassin  de  bouillie,  —  Et  encore  disait-il  qu'il  n'était 
pas  à  bout  ;  —  De  plus  un  bassin  de  lait  caillé,  —  Et  encore  n'était-il  pas 
crevé  ;  —  Et  sa  mère  disait  :  —  Malade  est  le  Capiste,  il  ne  mange  mie. 

Goulien. 

Cf.  Rev.  Celt.,  Lavarou  Koz,  954. 

La  première  leçon  de  gavotte  sert  aussi  de  prétexte  à  formulettes  : 
Me  'm  euz  eur  vennik  'dreon  va  zi, 
Pevar  aval  ru  en  en-hi  : 
Unan  d'in,  unan  d'am  mestrez 
Ha  daou  d'he  c'haraaradez. 

J'ai  un  petit  arbre  derrière  ma  maison  ;  —  Sur  cet  arbre  sont  quatre  pommes 
rouges  :  —  Une  pour  moi,  une  pour  ma  mie  —  Et  deux  pour  sa  camarade. 

Me  'm  euz  aman  tud  iaouank 
Hag  ho  deuz  kalonou  frank  : 
Aotrou,  prestit  d'in  ho  sali, 
Eun  nebeudik  da  zansal... 
Me  'm  euz  aman  tud  iaouank 
Hag  ho  deuz  kalonou  frank. 

J'ai  ici  des  jeunes  gens  —  Qui  portent  des  cœurs  francs  :  —  Monsieur,  prê- 
tez-moi votre  salle,  —  Un  peu  de  temps  pour  danser...  —  J'ai  ici  des  jeunes 
gens  —  Qui  portent  des  cœurs  francs.  Plouhinec. 

Un  marmot  donne-t-il  quelque  sujet  de  plainte,  on  le  menace  du  loup. 
Quand  le  charme  a  produit  son  effet,  on  rassure  le  petit  peureux,  en  lui 
racontant  la  fuite  piteuse  du  féroce  animal  : 
a)  Ar  bleï  e  vont  d'ar  c'hoad_, 
Or  minaouen  en  he  droad, 


Formuleites  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  16^ 

Ar  poudik  koc'hienn  '  war  he  benn, 
Hag  heon  karget  a  zienn... 
En  eul  lammet  dreist  ann  ti, 
Eat  ar  c'hrok  e  toul  he  fri  ; 
En  eul  lammet  dreist  ar  veol, 
Eat  ar  c'hrok  e  toul  he  reor. 

a)  Le  loup  s'en  va  au  bois,  —  Une  alêne  dans  le  pied,  —  La  burette  à  crasse 
sur  la  tête,  —  Et  celle-ci  est  remplie  de  crème...  —  Comme  il  sautait  par- 
dessus la  maison,  —  Le  croc  est  entré  dans  son  naseau  ;  —  Comme  il  sautait 
par-dessus  la  cuve,  —  Le  croc  est  entré  dans  le  trou  de  son  c...  Plogoff. 

b)  Harz  ar  blei  0  vont  er  c'hoad, 
Eur  minaouen  en  he  droad, 

Skudel  ar  veol 
Deuz  toul  he  reor, 
Ar  vasin  wenn 
Deuz  kost'  he  benn  ! 

b)  Sus  au  loup  qui  va  dans  le  bois,  —  Une  alêne  dans  le  pied,  —  L'écuelle 
de  la  cuve  —  Au  trou  de  son  c,  —  Le  bassin  blanc  —  Sur  le  coin  de  l'oreille  ! 

Langolen. 

c)  Harz  ar  blei  0  vont  er  c'hoad , 
Eur  menaouet  en  he  droad, 

Ar  forc'h  houarn  e  toul  he  c'houk  ! 
E  toul  he  reor  ema  ann  drouk... 

c)  Sus  au  loup  qui  va  dans  le  bois,  —  Une  alêne  dans  le  pied,  —  La  fourche 
de  fer  dans  le  trou  du  cou  !  —  C'est  au  trou  du  c.  qu'il  a  mal.       Châteaulin. 

Au  touche-à-tout  qui  se  heurte  à  tous  les  meubles,  s'accroche  à  tous 
les  clous  et  se  blesse  sans  cesse,  on  dit  de  même  pour  l'empêcher  de 
pleurer  : 

Doupa  !  doupa  !  gad  ar  gelienenn  : 
En  he  zorn  ema  ar  spillenn  ; 
Pe  en  dorn  diou,  pe  en  dorn  kleï, 
Ema  skouarn  ar  blei. 
Doupa!  Doupa!  la  mouche  l'emporte:  —  Dans  sa  main  est  l'épingle;  — 
Dans  sa  main  droite  ou  sa  main  gauche  —  Est  l'oreille  du  loup.     Douarnenez. 

L'enfant  demande-t-il  des  histoires,  on  lui  donne  ainsi  satisfaction  : 
Biskoaz  n'em  boa  gwelet  kement  ail 

I .  Dans  les  fermes  du  littoral,  on  nomme  poudik  koc'hienn  le  petit  vase  dans  lequel  on 
verse  le  dépôt  laissé  au  fond  des  lampes  par  l'huile  de  poisson.  Cette  crasse  est  employée 
au  graissage  des  roues  de  charrettes. 


1 66  Formuleties  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

'Vel  em  boa  gwelet  e  Brasparz,  en  deiz  ail  : 
Gwelet  ar  bleï  o  prena  per 
Hag  al  louarn  o  werza  ier. 
Jamais  je  n'avais  vu  pareille  chose  —  A  ce  que  je  vis  à  Braspartz,  l'autr 
jour  :  —  Je  vis  le  loup  acheter  des  poires  —  Et  le  renard  vendre  des  poules'. 

Châteaulin. 

En  deiz  ail,  me  voa  bet  e  menez  ^Wal  hag  a  zeue  ac'hano,  ken 
danfoultre  ma  divisker  être  ar  vein,  da  di  ar  zoc'h  da  voannaat  beg  a 
marichal.  Ha  me  pignat  e  beg  eur  wen  brun  halek  da  hija  moc'h  da  vez 
Ha  goude  Voan  eet  ac'hano  a-dreuz  ar  foennek  hag  em  baoe  bet  lei' 
ma  zour  a  voutou,  ha  panefete  ma  c'hi  e  vije  lammet  ma  baz  gan-in. 

L'autre  jour,  je  m'étais  rendu  à  la  montagne  de  Saint-Rivoal,  et  j'en  revir 
si  vite  à  la  maison  du  soc,  pour  aiguiser  la  pointe  du  maréchal,  que  me; 
jambes  jetaient  du  feu  à  travers  les  cailloux.  Et  moi  de  grimper  à  la  cime  d'u' 
prunier  de  saule  pour  secouer  des  porcs  aux  glands.  Ensuite,  je  m'en  retournîi 
en  traversant  la  prairie,  oij  j'eus  plein  mon  eau  de  souliers,  et,  n'eût  été  moi 
chien,  mon  bâton  serait  sauté  sur  moi.  Châteaulin. 

Aux  récits  facétieux  et  aux  histoires  invraisemblables  succèdent  le 
jeux  destinés  à  tenir  l'esprit  de  l'enfant  en  éveil,  et  à  lui  enseigner  l'ai 
de  trouver  réponse  à  tout  : 

a)  Da  biou  out-te  mab  ?                     a)  De  qui  es-tu  fils  ? 

—  Da  lann  Galvez.  —  De  Jean  Charpentier, 

—  Pe  seurt  Kalvez  ?  —  Quel  Charpentier  .? 

—  Kalvez  mené.  —  Charpentier  de  la  montagne. 

—  Pe  seurt  mené  ?  —  Quelle  montagne  ? 

—  Mené  Arre.  —  La  montagne  d'Arré. 

—  Pe  seurt  Arre  ?  —  Quel  Arré  ?                            i 

—  Arre  Fouillou.  —  L'Arré  de  La  Feuillée. 

—  Pe  seurt  Fouillou  ?  —  Quelle  Feuillée  ? 

—  Fouillou  stoup.  —  La  Feuillée  Tétoupe. 

—  Pe  seurt  stoup  ?  —  Quelle  étoupe  ? 

—  Stoup  goulou.  —  L'étoupe  à  chandelles. 

—  Pe  seurt  goulou  ?  —  Quelles  chandelles  ? 

—  Goulou  koar.  —  Les  chandelles  de  cire. 

—  Pe  seurt  koar  ?  —  Quelle  cire  ? 

—  Koar  melen.  —  La  cire  jaune. 

—  Pe  seurt  melen  ?  —  Quel  jaune  ? 

—  Melen  vi,  —  Le  jaune  d'œuf. 

—  Pe  seurt  vi  ?  —  Quel  œuf  ? 

1.  Ces  noms  d'animaux  sont  aussi  des  noms  de  famille  très  répandus  en  Bretagne. 


Fortnulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-, 

—  L'œuf  de  poule. 

—  Quelle  poule  ? 


167 


—  Vi  lar. 

—  Pe  seurt  iar  ? 

—  lar  wenn, 
Plant  ta  fri  en  he  zalbenn. 


—  La  poule  blanche, 
Fourre  ton  nez  dans  son  croupion. 

Primelin. 
b)  Où  est  allé  ton  père  ? 

—  A  Tréguier. 

—  Que  faire  ? 

—  Etendre  du  drap. 

—  Quel  drap  ? 

—  Du  drap  d'étoupe. 

—  Quelle  étoupe  .? 

—  De  bonne  étoupe. 

—  A  quoi  bonne  ? 

—  Bonne  à  feu. 

—  Quel  feu  ? 

—  Le  feu  de  chandelles. 

—  Quelles  chandelles  ? 

—  Les  chandelles  de  cire. 

—  Quelle  cire  ? 

—  La  cire  jaune. 

—  Quel  jaune  ? 

—  Le  jaune  d'œuf. 

—  Quel  œuf.? 

—  L'œuf  de  poule. 

—  Quelle  poule  ? 

—  La  poule  blanche...  [tes  dents, 
Un  morceau  de  viande  salée  entre 
Entre  les  miennes  du  pain  blanc. 

Morlaix. 
Lavar  d'in,  Rozik,  perag  ez  eo  du  da  c'hinou  .? 

—  Gant  ar  mouar  'zo  du. 

—  E  pe  lec'h  emaint  ar  mouar  ? 

—  Ar  mouar  e  zo  war  ann  drez. 

—  E  pe  lec'h  emaint  ann  drez  ? 

—  Ann  drez  e  zo  war  ar  c'hleun. 

—  E  pe  lec'h  ema  ar  c'hleun  .'' 

—  Ar  c'hleun  e  zo  war  ar  mené. 

—  E  pe  lec'h  ema  ar  mené  .'' 

—  Ar  mené  e  zo  dindan  ann  erc'h. 

—  E  pe  lec'h  ema  ann  erc'h  ? 


b)  Pe  lec'h  e  eat  da  dad  ? 

—  Da  Landreger. 

—  D'ober  petra  ? 

—  Da  gousket  mezer. 

—  Petore  mezer  ? 

—  Mezer  toupin. 

—  Petore  toupin  ? 

—  Toupin  mad. 

—  Petore  mad  ? 

—  Mad  tan. 

—  Petore  tan  ? 

—  Tan  goulou. 

—  Petore  goulou  ? 

—  Goulou  koar. 

—  Petore  koar  ? 

—  Koar  melen. 

—  Petore  melen  ? 

—  Melen  vi. 

—  Petore  vi .? 

—  Vi  iar. 

—  Petore  iar  ? 

—  Iar  wenn... 

Eun  tamm  kik  sal  en-tre  ta  zent, 
En-tre  ma  hini  bara  gwenn. 


i68  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

—  Ann  erc'h  'zo  teuzet  gant  ann  heol. 

—  E  pe  lec'h  ema  ann  heol  ? 

—  Ebarz  ar  mour  da  guzet... 
Ma  na  gredet  ket,  ed  da  welet. 

Dis-moi,  Rosette,  pourquoi  ta  bouche  est-elle  noire?  —  Les  mûres  l'on 
noircie.  —  Où  sont  les  mûres  ?  —  Les  mûres  sont  sur  les  ronces.  —  Où  son 
les  ronces  ?  —  Les  ronces  sont  sur  la  haie.  —  Où  est  la  haie  ?  —  La  haie  es 
sur  la  montagne.  —  Où  est  la  montagne.?  —  La  montagne  est  sous  la  neige. - 
Où  est  la  neige.?  —  La  neige  est  fondue  par  le  soleil.  —  Où  est  le  soleil  ?  - 
Dans  la  mer  à  se  cacher...  —  Allez-y  voir,  si  vous  ne  croyez.         Douarnene2 

Parler  avec  volubilité  est  un  talent  dont  le  paysan  breton  fait  grani 
cas  ;  il  veut  que  ses  fils  se  préparent  de  bonne  heure  à  l'acquérir,  et  rien 
dit-il,  ne  convient  mieux  à  cette  préparation  que  l'exercice  connu  sou 
le  nom  de  «  displun  al  laouenanik.,  plumer  le  roitelet  ». 
Mi  a  zisplunfe  bigik  al  laouenan, 

Hi  vik,  hi  vik, 
Ha  mi  a  zisplunfe  big  al  laouenanik, 

la,  tout  da  hid,  da  hid. 
Mi  a  zisplunfe  friik  al  laouenan, 

Hi  fri^  hi  vik, 
Ha  mi  a  zisplunfe  fri  al  laouenanik, 

la,  tout  da  hid,  da  hid. 
Mi  a  zisplunfe  skouarnik  al  laouenan, 

Hi  skouarn,  hi  fri,  hi  vik. 
Ha  mi  a  zisplunfe  skouarn  al  laouenanik, 
la,  tout  da  hid,  da  hid. 
Je  plumerais  le  petit  bec  du  roitelet,  —  Son  bec,  son  bec,  —  Et  je  plumerai 
le  bec  du  petit  roitelet,  —  Oui,  tout  du  long,  du  long.  —  Je  plumerais  le  peti 
nez  du  roitelet,  —  Son  nez,  son  bec,  —  Et  je  plumerais  le  nez  du  petit  roite; 
let,  —  Oui,  tout  du  long,  du  long.  —  Je  plumerais  la  petite  oreille  du  roitelet] 

—  Son  oreille,  son  nez,  son  bec,  —  Et  je  plumerais  l'oreille  du  petit  roitelet- 

—  Oui,  tout  du  long,  du  long. 

Et  ainsi  de  suite,  pendant  un  nombre  interminable  de  couplets  don 
voici  le  dernier  : 

Mi  a  zisplunfe  toullik  al  laouenan, 
Hi  doul,  hi  lost,  hi  ivin,  hi  vis-troad, 
Hi  droad,  hi  c'har,  hi  c'hlin,  hi  vorzed, 
Hi  gof,  hi  vruched,  hi  askell,  hi  c'houk, 
Hi  gein,  hi  benn,  hi  lagad,  hi  skouarn, 
Hi  fri,  hi  vik, 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  169 

Ha  mi  a  zisplunfe  toul  al  laouenanik, 
la,  tout  da  hid,  da  hid. 
Je  plumerais  le  petit  trou  du  roitelet,  —  Son  trou,  sa  queue,  son  ongle,  son 
doigt  de  pied,  —  Son  pied,  sa  jambe,  son  genou,  sa  cuisse,  —  Son  ventre, 
son  jabot,  son  aile,  son  cou,  —  Son  dos,  sa  tête,  son  œil,  son  oreille,  —  Son 
nez,  son  bec,  —  Et  je  plumerais  le  trou  du  petit  roitelet,  —  Oui,  tout  du  long, 
du  long.  Beuzec-Conq. 

i     Cf.  dans  les  chants  populaires  de  la  Franche-Comté,  recueillis  par 

;  Max  Buchon,  la  Chanson  du  Merle  aussi  connue  dans  le  Finistère. 

i     L'enfant  qui  peut  réciter  cette  leçon  rapidement,  sans  hésitation,  sans 

omettre  un  détail^  sans  intervertir  un  mot,  a  le  filet  de  la  langue  bien 

:  coupé,  distagellet  mad,  assurent  les  commères,  et  n'a  plus  besoin  de  per- 

,  sonne  pour  se  tirer  d'affaire.  Le  displun  al  laouenanik  se  chante  souvent, 

mais  c'est  la  manière  à  la  portée  de  tous,  et  les  véritables  amateurs 

dédaignent  de  l'employer. 

Un  jeu  en  vogue,  le  jeu  de  la  Petite  Souris,  tient  le  milieu  entre  cette 
gymnastique  où  la  langue  lutte  d'agilité  avec  la  mémoire,  et  les  exer- 
cices corporels  proprement  dits. 

Les  enfants  superposent  leurs  poings  sur  les  genoux  de  l'un  de  leurs 
camarades  désigné  comme  chef  de  jeu.  Celui-ci  demande,  en  glissant 
l'un  de  ses  doigts  entre  le  pouce  et  l'index  de  la  main  qui  forme  le  som- 
met de  la  pyramide  : 

Pe  lec'h  eo  eet  ma  logodennik-ma  ac'hann  ? 
Où  s'en  est  allée  ma  petite  souris.? 

—  En  toullik.  ail, 
Dans  un  autre  petit  trou, 

'  répond  l'enfant  dont  la  main  a  été  touchée,  et  qui  la  retire  aussitôt. 

\     Même  glissement  de  doigts,  même  question  et  mêm.e  réponse  jusqu'à 
I  ce  qu'il  ne  reste  plus  qu'une  seule  main  sur  le  chef  de  jeu.  Le  débat  se 
poursuit  alors  entre  les  deux  joueurs  demeurés  en  présence  : 
Pe  lec'h  eo  eet  ma  zamm  bara  kik-ma  ac'hann  .'' 

—  Gant  ar  chass. 

—  Pe  lec'h  eo  eet  ar  chass  ? 

—  Dindan  ar  gwele. 

—  Pe  lec'h  eo  ar  gwele  ? 

—  D'ann  tan  da  zevi. 

—  Pe  lec'h  eo  eet  ann  tan  ? 

—  D'ar  mor  da  veuzi. 

—  Pe  lec'h  eo  eet  ar  mor  .'' 


170  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

—  Efet  gant  ann  ejennet. 

—  Pe  lec'h  eo  eet  ann  ejennet  ? 

—  Draillet  gant  ar  bouc'hili. 

—  Pe  lec'h  eo  eet  ar  bouc'hili  ? 

—  D'ar  c'hoel  da  lemma. 

—  Pe  lec'h  eo  eet  ar  marechalik  koz  ac'hann  ? 

—  Da  glask  eur  vaz  kled 
Da  ganna  lannik  hag  he  wreg... 
Dao  dik  ha  dao,  dao,  dao,  dao  ! 

Où  est  allé  mon  morceau  de  pain  et  de  viande?  —  Avec  les  chiens.  —  C 
sont  allés  les  chiens?  —  Sous  le  lit.  —  Oh  est  le  lit?  —  Dans  le  feu  à  brûle 

—  Où  est  allé  le  feu  ?  —  Dans  la  mer  se  noyer.  —  Où  est  allée  la  mer?  - 

—  Les  bœufs  l'ont  bue.  —  Où  sont  allés  les  bœufs  ?  —  Les  haches  les  oi 
taillés  en  pièces.  —  Où  sont  allées  les  haches  ?  —  A  la  forge  pour  être  aigu 
sées.  —  Où  s'en  est  allé  le  vieux  petit  maréchal  ?  —  Chercher  un  pieu  c 
palissade  —  Pour  battre  Petit-Jean  et  sa  femme...  —  Tape  dessus  et  fermi 
pan,  pan,  pan  !  Châteaulin. 

Aux  derniers  mots  de  la  formuletle  qu'ils  répètent  en  chœur,  k 
enfants  se  précipitent  sur  le  chef  de  jeu  et  frappent  à  qui  mieux  mieu 
ses  genoux  en  guise  d'enclume. 

Le  jeu  de  la  Petite  Souris  est  également  connu  des  enfants  des  villes 
qui  la  langue  française  seule  est  familière.  En  voici  une  version  recueilli 
à  Brest  : 

La  petite  souris  est-elle  là  ?  —  Plus  bas.  —  La  petite  souris  est-elle  là  ?  - 
Oui.  —  Que  fait-elle?  —  De  la  dentelle.  —  Pour  qui  ?  —  Pour  la  Vier^ 
Marie  et  son  petit  fils.  —  Que  fait  l'homme?  —  Il  travaille.  —  Et  la  femme 

—  Elle  bat  le  blé...  Battons,  battons,  battons  le  blé  ! 

Le  jeu  du  Loup  est  un  peu  plus  compliqué.  En  dedans  d'un  cercl 
tracé  à  terre  se  tiennent  le  berger  et  les  moutons.  Le  loup  rôde  auiou 
de  la  bergerie,  prêt  à  fondre  sur  l'agneau  qui  s^aventurera  au  dehors 
Le  mouchoir  qu'il  tient  en  main  a  des  nœuds  menaçants  pour  l'épaule  o  ■ 
le  dos  de  celui  qu'il  rencontre,  mais  comment  ne  pas  céder  à  la  tentatio: 
de  braver  l'ennemi  !  Bientôt  tout  le  troupeau  s'éparpille,  et,  pendar 
que  le  loup  donne  la  chasse  aux  plus  éloignés,  le  berger,  tout  en  s'effor 
çant  de  défendre  les  imprudents,  rallie  ainsi  le  gros  de  la  bande  : 
a)  Denvidigou  deut  d'ho  kraou.  a)  Petits  moutons  rentrez  au  ber 

[cail 

—  Pera  ^zo  nevez  en  traou  ?  —  Qu'y  a-t-il  de  nouveau  dans  1 

—  Ar  bleizi  er  c'hoat.  —  Les  loups  dans  le  bois,  [vallée 

—  Ped  ?  —  Combien  ? 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 


171 


—  Nao  pe  zek. 
Deut  d'ar  ger,  mar  gellet. 

b)  Chataligou  deut  d'ar  ger,  mar 

—  Perag  ?  [gellet. 

—  Ar  bleizi  er  c'hoad. 
~  Ped  ? 

—  Nao  pe  zek. 

—  Hag  ar  vamm  ? 

—  Ar  gountel  gamm. 

—  Ann  tad  ? 

—  Ann  abad . 

—  Ar  breur  ? 

—  Ann  hebeu), 

—  Hag  ar  c'hoar  ? 

—  Eat  gant  al  loar. 


—  Neuf  ou  dix. 
Rentrez   chez  vous,    si  vous   le 

[pouvez,     Goulien, 

b)  Petites  bêtes,  rentrez  chez  vous, 

—  Pourquoi  ?  [si  vous  le  pouvez. 

—  Les  loups  dans  le  bois. 

—  Combien  ? 

—  Neuf  ou  dix. 

—  Et  la  mère  .? 

—  Le  couteau  recourbé. 

—  Le  père  ? 

—  L'abbé. 

—  Le  frère  .'' 

—  Le  poulain. 

—  Et  la  sœur  ? 

—  Emportée  par  la  lune. 

Ile  de  Sein. 
Cf.  un  extrait  de  la  collection  de  M.  J.-M.  de  Penguern  inséré  dans 
les  Mémoires  de  la  Société  archéologique  et  historique  des  Côtes-du-Nord, 
année  1867. 

Au  jeu  de  la  Colombelle  blanche.,  les  enfants  s'assemblent  en  cercle  et 
se  donnent  la  main  comme  pour  danser  une  ronde.  En  dehors  de  ce 
cercle  se  promène  le  chef  de  jeu  qui,  le  moins  ostensiblement  possible, 
et  pendant  qu'il  récite  la  formulette  ci-dessous,  laisse  tomber  aux  pieds 
de  l'un  de  ses  camarades  son  mouchoir  solidement  noué.  Si  celui-ci  ne 
remarque  pas  le  mouvement  et  ne  s'empresse  pas  de  relever  le  mou- 
choir, il  en  reçoit  plusieurs  coups  et  la  partie  recommence.  Dans  le  cas 
contraire,  il  poursuit  le  chef  de  jeu  qui  passe  et  repasse  sous  les  bras 
des  joueurs,  sans  qu'il  lui  soit  permis  de  s'éloigner  du  cercle,  et,  s'il 
parvient  à  l'atteindre,  en  suivant  le  même  chemin  que  lui,  il  use  du  droit 
de  frapper  jusqu'à  ce  que  le  vaincu  se  rende  à  merci. 

Ar  gouimik  wenn  e  vont  en-dro... 

Ann  hini  he  c'havo  a  ri  «  chou  «  ! 

A-benn  tri  miz,  gala-me. 

Me  reï  glac'har  da  eur  re, 

Pa  ve  d'in-me  va-unan  e  ve. 

Rika,  rika,  rikara, 

Divinet  gan  piou  ema. 
La  colombelle  blanche  va  se  promener...  —  Qui  la  trouvera  fera  «  chou  »  ! 
—  Avant  trois  mois,  aux  calendes  de  mai,  —  Je  ferai  de  la  peine  à  quelques- 


172  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

uns,  —  Quand  ce  devrait  être  à  moi-même.  —  Rica,   rica,  ricara,  —  Devin 

avec  qui  elle  est.  Goulien. 

Au  jeu  de  la  balançoire,  on  dit  : 

a)  Bransigellet;,  tourigellet, 
Kass't  va  mamm  da  pigellet, 
Ha  va  zad,  d'ar  c'hoste  ann  henchou, 
Da  zrailla  mein  gad  he  zentou  ; 
Va  breur,  d'ar  mené  glaz, 
D'ober  krampouz  gad  mein  glaz, 
Ha  va  c'hoar,  d'ar  mené  gwenn, 
Da  ober  krampouz  gad  dienn. 
a)  Balancez-vous,  renversez- vous,  —  Envoyez  ma  mère  biner  la  terre,  —  E 
mon  père,  sur  le  bord  des  chemins,  —  Couper  les  pierres  avec  les  dents  ;  - 

—  Mon  frère,  à  la  montagne  verte,  —  Faire  des  crêpes  avec  des  ardoises,  - 
Et  ma  sœur,  à  la  montagne  blanche,  —  Faire  des  crêpes  avec  de  la  crème. 

Goulien. 

b) 

Ha  va  breur,  e  penn  ann  dol, 
Da  gont'  argant  d'ar  minor  ; 
Ha  va  c'hoar,  er  mené  gwenn, 
D'oza  krampoz  dre  'r  radenn  ; 
Ha  va  c'hoar,  er  mené  du, 
D'oza  krampoz  dre  '1  ludu. 

b) —  Et  mon  frère,  au  bout  de  la  table,  - 

Compter  de  l'argent  à  l'orphelin  ;  —  Et  ma  sœur,  dans  la  montagne  blanche 

—  Préparer  des  crêpes  parmi  la  fougère  ;  —  Et  ma  sœur,  dans  la  montagnj 
noire,  —  Préparer  des  crêpes  au  milieu  de  la  cendre.  Ile  de  Sein. 

Il  y  a  de  nombreuses  formules  d'élimination  au  jeu.  Quelques-unes  n 
présentent  aucun  sens  appréciable.  D'autres  sont  farcies  de  mots  françai 
plus  ou  moins  défigurés.  En  voici  quelques  exemples  : 

Ann  ek,  ann  el,  —  va  demezel,  —  pili,  pirou,  —  iou,  iou  ;  —  Pcj 
ar  Pont,  —  Kolaïk  ar  C'harz,  papillon,  —  Komantad,  Komanton  ;  — ! 
missa,  missa  diganel  ;  —  une,  deux,  trois,  —  difelli,  difelloi,  —  roi. 

Goulien. 

Inutile  d'essayer  de  traduire  cette  pièce,  dans  laquelle  il  est  facile  d(j 
reconnaître  l'imitation  d'une  formulette  française  que  les  enfants  de;' 
villes  bretonnes  récitent  ainsi  : 

Un  i,  un  1,  —  ma  tante  Michel  ;  —  des  raves,  des  choux,  —  des  raisin 
doux;  —  pour  y  goûter,  —  Marie  Perron,  —  hors  choux. 


Formuleties  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  17^ 

La  suivante  est  moitié  française  et  moitié  bretonne  : 
Un  i,  un  n,  —  Madame  Duchêne  ;  —  Perri,  Perron,  —  Du  pic  et  du  pon. 
A  rez  ann  dour 
Gweliou  paper  krog , 
Saill  ebarz  ar  c'hrog. 
Au  ras  de  l'eau  —  Des  voiles  de  papier  tendues  ;  —  Saute  au  milieu  du  croc. 

Piouhinec. 

La  formulette  éliminative  la  plus  répandue  est  celle-ci  : 

a)  Bicha  bula,  bicha  bala, 
Piou  e  ialo  da  ingala  ? 
Marc'h  ar  Brunik  a  Lesunik 
A  n-euz  torret  va  c'hoz  billik  ; 
Pillik  vihan,  pillik  vras, 

Pillik  ann  holl  bourc'hisien  'zo  bras. 

la  !  du,  ia  !  gell, 

Pe  me  derro  da  eskell, 

Eskell  gell  ann  drujenel, 

Kerz  d'ar  foennek  da  iouel. 

a)  Bicha  bula,  bicha  bala,  —  Lequel  ira  faire  le  partage  ?  —  Le  cheval  de  Le 
Brunie  de  Lessunic  —  A  brisé  ma  mauvaise  poêle  ;  —  Petite  poêle,  grande 
poêle,  —  La  poêle  de  tous  les  bourgeois  est  grande.  —  A  droite  !  noir,  à 
droite  !  bai,  —  Ou  je  te  briserai  les  ailes,  —  Les  ailes  brunes  de  la  tourterelle, 
—  Va-t'en  dans  la  prairie  crier.  Douarnenez. 

b)  Bicha  bula,  kik  ala, 
Piou  a  ielo  da  gerc'hat  ? 
Ki  ar  Breunik  a  Saleunik 
A  zo  fritet  war  ar  billik  ; 
Pillik  vihan,  pillik  vras, 
Pillik  ar  bourc'his  a  zo  bras. 
Cha  !  du,  cha  1  gell, 

Pe  me  derro  da  eskell, 
Eskell  briz-du  ar  sparfel  ; 
Kerz  d'ar  foennek,  mar  g-e  red. 
Chichon,  mignon  ;  lagad,  dilagad, 
Kerz  d'ar  ger,  pe  te  vezo  taget. 

b)  Bicha  bula,  qulc  ala,  (qui  va  là?)  — Lequel  ira  à  la  recherche?  —  Le 
chien  de  Le  Breunic  de  Saleunic  —  Est  frit  sur  la  poêle  ;  —  Petite  poêle, 
grande  poêle,  —  La  poêle  du  bourgeois  est  grande.  —  Debout  !  noir,  debout  ! 
bai,  —  Ou  je  te  briserai  les  ailes,  —  Les  ailes  tachetées  de  noir  de  l'épervier  ; 


174  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

—  Va-t'en  dans  la  prairie,  s'il   le  faut.  —  Chichon^  ami  ;  œil,  sans  œil  ;  — 

Va-t'en  à  la  maison,  où  tu  seras  étranglé.  Ploaré. 

Je  n'ai  trouvé,  en  Bretagne,  aucune  formulette  numérative,  si  ce  n'es' 
peut-être  le  fragment  que  voici  : 

Deomp  atao,  Allons  sans  cesse, 

Pemp  ha  pevar  a  ra  nao  ;  Cinq  et  quatre  font  neuf  ; 

Deomp  bepred,  Allons  toujours, 

C'houec'h  ha  pevar  a  ra  dek.  Six  et  quatre  font  dix. 

Nao  Neuf 

'Ra  eur  gont  vrac  ;  Fait  un  beau  compte  ; 

Dek,  Dix, 

Kont  ar  wrek.  Le  compte  de  lafemme.  Châteaulin 

Le  nom  des  différents  jours  de  la  semaine  s'enseigne  ainsi  en  Cor- 
nouaille  : 

Dilun,  dimeurs  ha  dimerc'her,  Lundi,  mardi  et  mercredi, 

Ha  deriaou  ha  dergwener.  Et  jeudi  et  vendredi, 

Disadorn  o  vont  da  Gemper,  Samedi,  voyage  à  Quimper, 

Ha  disul  o  tont  d'ar  ger.  Et,  dimanche,  retour  à  la  maison 

Loc-Renan. 
Cf.  les  diverses  versions  de  la  chanson  des  Nains. 
Quand  deux  enfants  veulent  s'engager  à  ne  pas  revenir  sur  un  échange 
ils  se  présentent  l'un  à  l'autre  le  petit  doigt  de  la  main  droite,  les  enla 
cent  ensemble,  et  disent  :  | 

Bizik  bihan,  bizik  bern, 
Ann  hini  a  zistroko  a  ielo  d'ann  ivern. 
Petit  doigt,  petit  doigt  l'un  sur  l'autre,  —  Celui  qui  détroquera  ira  en  enfer 

Braspartz. 

Cf.  Mélusine,  col.  29  et  294. 
A  qui  réclame  sa  place,  le  nouvel  occupant  répond  : 
Ann  hini  a  ia  da  foet'  ar  chass 
A  goU  he  blass. 
Qui  va  fouetter  les  chiens  —  Perd  sa  place. 

Landéda,  Audierne,  Braspartz,  etc. 

Une  coutume  enfantine  de  la  Cornouaille  est  de  faire  des  chalumeau 
avec  les  tiges  de  seigle  restées  en  terre.  Si,  par  suite  d'une  obstructior 
d'un  nœud  le  plus  souvent,  l'instrument  reste  muet,  les  enfants  y  tailler 
une  languette,  en  chantant  : 

Son,  son,  sonerez,  Sonne,  sonne,  sonneuse, 

Ma  zanzo  ar  billaouerez  ;  Pour  faire  danser  la  chiffonnière 


Formuletles  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  1 7  5 

Ma  ne  zones  ket  mad,  Si  tu  ne  sonnes  pas  bien, 

Me  dolo  ac'hanout  dreist  ar  c'hoad      Je  t'enverrai  par-dessus  le  bois 
:  Da  glask  da  vamm  ha  da  dad.  Chercher  ta  mère  et  ton  père. 

Douarnenez. 

Dans  les  villes  du  Finistère  où  l'on  ne  parle  que  français,  les  enfants 
disent  à  l'escargot  qui  se  trouve  à  portée  de  leur  pied  ou  de  leur  main  : 
Limas,  limas,  montre-moi  tes  cornes  ;  —  Si  tu  n'me  les  montre  pas,  j't'as- 
somme. 

Bien  différent  est  le  langage  des  petits  paysans  qui,  tous,  ont  appris 
de  bonne  heure  à  se  montrer  affectueux  et  secourables  envers  les  chers 
animaux  du  bon  Dieu  : 

Blaizou_,  Blaizou, 
Tenn  da  gorn  e-mezou, 
Me  'roi  d'id  eun  tamm  bara  lezou. 
Biaise,  Biaise,  —  Tire  ta  corne  dehors,  —  Je  te  donnerai  un  morceau  de 
pain  au  lait.  Audierne. 

Papa  Lèj, 
Dibouj  da  gornigou  er-mez, 
I  Ha  me  reï  d'id  soubennig  al  lez. 

;      Papa  Lèje,  —  Allonge  tes  petites  cornes  au  dehors,  —  Et  je  te  ferai  une 
i  petite  soupe  au  lait.  Ile  de  Sein. 

Cf.  E.  Rolland,  Faune  populaire,  III,  pp.  196,  197  et  suiv. 
La  fourmi  est  appelée  : 
j  a)  Mamm  al  labour  vras 

A  labour  en  haon 
Evid  ar  gaon. 
1      a)  Mère  du  grand  labeur  —  Qui  travaille  l'été  —  Pour  l'hiver.       Audierne. 
b)  Mamm  al  labour  vras 
A  labour  hirio  evit  warc'hoas. 
b)  Mère  du  grand  labeur  —  Qui  travaille  aujourd'hui  pour  demain. 

Ergué-Gabéric. 

Les  mères,  dont  les  garçons  commencent  à  s'émanciper,  disent  en 
'  riant  à  leurs  voisines  : 

Ann  neb  hen  deuz  ier  ho  zappa  kloz, 
Rak  me  losko  ma  louarn  koz 
Da  glask  he  damm,  pa  zeuï  ann  noz. 
Qui  a  des  poules  les  tienne  renfermées,  —  Car  je  lâcherai  mon  vieux  renard 
—  A  la  recherche  de  sa  pitance,  quand  viendra  la  nuit  Châteaulin. 


1 76  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Il  arrive  assez  souvent  que,  pour  tirer  les  vers  du  nez  à  quelqu'un^  on 
l'accuse  d'une  faute  imaginaire,  en  se  gardant  de  la  spécifier.  Évente-t-il 
le  piège,  il  répond  par  l'excuse  suivante  : 

N'am  euz  drebet  marc'h  maro  e-bet, 

Na  lonket  karr  houarnet, 

Na  pilet  maouez  gourvezet, 

Na  forset  dor  digor  e-bet. 
Je  n'ai  point  mangé  de  cheval  mort,  —  Ni  avalé  de  charrette  ferrée,  —  Ni 
terrassé  de  femme  renversée,  —  Ni  forcé  de  porte  ouverte.         Landéda. 

Le  travailleur,  qui  prend  un  moment  de  repos  aux  champs,  a  aussi  sa 
formulette  : 

Butun  ha  tan  ! 
Ann  neb  a  labour  hen  deuz  poan. 
Ha  pa  vije  ann  diaoul  e  korf  ar  wrek, 
Pa  labourin  me  mo  bouet. 
Tabac  et  feu  !  —  Celui  qui  travaille  a  de  la  peine,  —  Et  le  diable  fût-il  au 
corps  de  la  femme,  —  Quand  je  travaillerai  j'aurai  à  manger.       Châteaulin. 

S'il  n'allait  pas  plus  loin  dans  ses  exigences,  la  paix  du  ménage  serait 
assurée,  mais  il  a  soif  plus  souvent  encore  qu'il  n'a  faim,  et  combien  de* 
fois  sa  femme  ne  pourra -t-elle  pas  redire,  avec  un  peu  d'exagération 
peut-être  : 

Bemde,  bemde,  bemde... 

Piou  ann  diaoul  a  bade  ! 

Daou  skoet  herio, 

Daou  skoet  deac'h, 

Daou  skoet  ail  warc'hoaz, 

Eiz  de  'zo  eo  mec  va  goaz. 
Chaque  jour,  chaque  jour,  chaque   jour...  —  Qui   diable  y  résisterait!  — 
Deux  écus  aujourd'hui,  —  Deux  écus  hier,  —  Deux  autres  écus  demain,  —  Il 
y  a  huit  jours  que  mon  mari  est  ivre.  Châteaulin. 

Les  dialogues  entre  seigneurs  français  et  paysans  bretons  ont  aussi 
leur  place  dans  la  littérature  traditionnelle  et  orale  : 
Combien  la  bécasse  ?  

—  Eur  c'hefelek  tapet  el  las.  —  Une  bécasse  prise  au  lacet. 

—  Qu'est-ce  qu'il  dit  .f"  — 

—  Kaset  a  vez  d'ho  ti.  —  On  la  portera  chez  vous. 

—  Que  les  paysans  sont  bêtes  !  — 

—  la,  aotrou,  hen-man  zo  hir  he      —  Oui,  seigneur,  elle  a  le  bec  long. 

[vek.  Landéda. 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  177 

La  conversation  ne  s'arrête  pas  toujours  là,  et  le  fils  des  vieux  Bre- 
tons se  révèle  dans  le  trait  final  : 

—  A  quel  prix  veux-tu  la  donner?      — 

—  la,  aotrou,  pleon  brao  'zo  war      —  Oui,  seigneur,  elle  a  de  belles 

[he  c'horre.  [plumes  sur  le  dos. 

—  Laisse,  de  grâce,  ton  sale  bre-      — 

[zonek.  [mon  c, .  francisé. 

—  la,  aotrou,  da  fri  em  reor  gai-      —  Oui,  seigneur,  ton  nez  dans 

[laouek.  Châteaulin. 


II.  SUPERSTITIONS,  PRIÈRES  POPULAIRES. 

Pour  détourner  la  pluie  qu'annonce  l'arc-en-ciel,  les  enfants  crachent 
dans  leur  main  gauche,  et,  d'un  coup  sec  de  la  main  droite,  coupent  le 
crachat  par  le  milieu,  en  disant  : 

Kanavedennik,  troc'het  a  vi 
Ha  banne  glo  e-bet  na  doli. 
Petit  arc-en-ciel,  coupé  tu  seras  —  Et  goutte  de  pluie  aucune  ne  jetteras. 

Châteaulin. 

Dans  quelques  localités,  pour  conjurer  les  maléfices  de  l'arc-en-ciel, 
il  suffit  de  tracer  une  croix  en  l'air  avec  un  couteau,  un  fil  ou  le  premier 
objet  que  l'on  a  sous  la  main,  et  de  dire  en  même  temps  : 
Ar  ganavedenn  war  he  marc'h, 
Eur  gontel  gant-hi  en  he  ialc'h  : 
Troc'h,  troc'h,  pe  me  da  troc'ho. 
L'arc-en-ciel  sur  son  cheval  —  Porte  un  couteau  dans  sa  bourse  :  —  Coupe, 
coupe,  ou  je  te  couperai.  Douarnenez. 

Kanavedenn,  rez  ha  rez, 
Troc'h  ar  penn  ha  losk  ar  c'hreiz. 
Arc-en-ciel,  ras,  ras,  —  Coupe  la  tête  et  lâche  le  milieu.         Poullan. 

Troc'h,  troc'h,  kanevedenn, 
Pe  me  droc'ho  gant  ma  neudenn. 
Coupe,  coupe,  arc-en-ciel,  —  Ou  je  te  couperai  avec  mon  fil.  Goulien. 

On  se  contente  aussi  quelquefois  de  disposer,  en  forme  de  croix,  deux 
pierres  l'une  sur  l'autre  : 

Kanavedenn,  boued  ann  dour, 
Kerz  d'ann  aod  da  derri  da  c'houg. 


lyS  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Arc-en-ciel,  aliment  de  l'eau  ;  —  Va-t'en  au  rivage  te  rompre  le  cou. 

Audierne. 

Cf.  Mélusine,  col.  502;  —  Sébillot,  Litt.  orale  de  la  Haute-Bretagne, 
Form.,  p.  ^5^ 

La  coccinelle,  personne  ne  l'ignore,  vient  du  ciel  en  droite  ligne.  Les 
enfants  lui  donnent  les  plus  doux  noms,  elik  Doue,  petit  ange  de  Dieu, 
iarik  Doue,  poulette  de  Dieu,  bioc'hik  Doue,  petite  vache  de  Dieu,  etc.. 
C'est  une  grande  joie  pour  eux  de  la  faire  sauter  dans  leur  main  où  elle 
laisse  des  traces  rouges,  qu'ils  croient  produites  par  le  sang  de  ses  pattes.. 
Ce  sang  leur  sert  à  former  des  croix,  pendant  qu'ils  répètent  pieusemeni' 
la  prière  ci-dessous  : 

Buoc'h  Doue,  me  ho  ped,  Vache  de  Dieu,  je  vous  prie. 

Va  zreminit  dreist  ar  gled  ,  Passez-moi  par-dessus  la  barrière 

Ma  c'haset  d'ar  baradoz,  Emportez-moi  au  paradis, 

Me  ho  suppli  deiz  ha  noz.  Je  vous  supplie  jour  et  nuit. 

Braspartz. 

Cf.  Mélusine,  col.  441  ;  —  E.  Rolland,  Faune  populaire,  III,  p.  5  0 

Un  coléoptère  noir,  le  Meloë  proscarabacus ,  laisse  aussi  suinter  ui 
liquide  rouge  ;  les  enfants  le  connaissent  bien  et  lui  disent  : 
C'houilik  Doue,  toi  da  woad.  Hanneton  de  Dieu,  jette  ton  sang 

Me  cheto  ac'hanout  dreist arc'hoad      Je  t'enverrai  par-dessus  le  bois 
Da  gaout  da  vammik  ha  da  dad.         Trouver  ta  petite  mère  et  ton  pèr( 
Da  zikour  destum  ar  wiad.  Pour  les  aider  à  ramasser  de  1; 

[toile.  Châteaulin. 

Cf.  E.  Rolland,  Faune  populaire,  III,  p.  34$. 

Le  soleil,  si  souvent  voilé  en  Bretagne,  est  Pobjet  d'invocations  nom 
breuses  : 

a)  Deuz  'ta,  heolik  benniget, 
Deuz  d'ara  gwelet  : 

Me  roï  d'id  or  poudet 
Amann  boukedet. 

a)  Viens  donc,  petit  soleil  béni,  —  Viens  me  voir  :  —  Je  te  donnerai  ui 
pot  rempli  —  De  beurre  fleuri  (c.-à-d.  sur  lequel  on  a  tracé  des  fleurs). 

Douarnenez. 

b)  Heolik  benniget,  deuz  'ta, 
Deuz  d'ara  zi  da  bara  : 

Me  roi  d'id  or  c'houblad  keveleget 
Hag  or  c'hillok  dilostet. 

b)  Petit  soleil  béni,  viens  donc,  —  Viens  briller  dans  ma  demeure  :  — Je  t 
donnerai  une  couple  de  bécasses  —  Et  un  coq  sans  queue,        Audierne. 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  179 

c)  Heolik  Doue^  deuz  da  bara  : 
Me  roi  d'id  on  tammik  bara, 
Hag  on  dousan  keveleget, 
Hag  or  iarik  dilostennet, 

Hag  or  c'hillok  pevar  gwennek. 

c)  Petit  soleil  de  Dieu,  viens  briller  :  —  Je  te  donnerai  un  morcelet  de  pain 

—  Et  une  douzaine  de  bécasses,  —  De  plus  une  poulette  sans  queue  —  Et  un 
coq  de  quatre  sous.  Ile  de  Sein. 

d)  Heolik  Doue,  atao,  'tao, 
Deuz  d'am  c'hichen  da  barao  ; 
Heolik  Doue,  deuz  da  bara  : 
Me  roi  d'id  eur  c'hornik  bara, 

Eur  vech  bennag,  pa'm  mo  goneet... 
Evit  brema  n'em  beuz  ket. 

d)  Cher  soleil  de  Dieu,  toujours,  toujours,  —  Viens  briller  auprès  de  moi  ; 

—  Cher  soleil  de  Dieu,  viens  briller  :  —  Je  te  donnerai  un  morceau  de  pain, 

—  Quelque  jour,  quand  je  l'aurai  gagné...  —  Pour  maintenant,  je  n'en  ai  point. 

Châteaulin. 

Les  pièces  inspirées  par  la  foi  chrétienne  sont  généralement  emprun- 
tées à  un  formulaire  unique,  le  livre  d'heures.  J'en  ai  cependant  retrouvé 
quelques-unes  dont  l'origine  doit  être  cherchée  ailleurs  : 
Me  ho  salud,  kroaz  benniget, 
Kement  kroaz  a  zo  dre  ar  bed  ; 
Me  a  ro  d'hoc'h  va  ene  da  viret 
Ha  ma  c'horf  d'ann  douar  benniget. 
Je  vous  salue,  croix  bénie,  —  (Vous  et)  toutes  les  croix  qui  sont  au  monde; 

—  Je  vous  donne  mon  âme  à  garder  —  Et  (je  donne)  mon  corps  à  la  terre 
bénite.  Ergué-Gabéric. 

Me  ho  salud,  beziou  mud, 
A  zo  ebars  korvou  tud  ; 
Ha  ma  hini  a  teuio  ive, 
Pa  teuio  ar  pred. 
Je  vous  salue,  tombes  muettes,  —  Qui  renfermez  des  corps  humains  ;  —  Le 
mien  y  descendra  aussi,  —  Quand  l'heure  sera  venue.  Ploaré. 

Koulmik,  koulmik  wenn, 

Pe  lec'h  e  leverit-hu  d'i-me  diskenn  ? 

—  En  eur  gerik  a  zo  du-ze, 

War  lein  ar  mené  ; 

E-lec'h  'ma  Per  ha  Paol 


1 8o  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse- Bretagne. 

Ha  Mari  Madalen  ; 
Tri  0  skiva,  tri  o  lenn, 
Ha  tri  o  talc'hen  eur  c'houlaouenn. 
Pater  noster  prinsipala... 
Mabik  Jésus  a  lavare  : 
—  Hen-nez  a  zo  eur  bâter, 
Hag  ann  hini  a  c'houfe, 
Hag  he  lavarfe 
Ter  gwec'h  bemde, 
Abars  ma  varfe, 
Birvikenn  e  puns  nag  e  tan  ann  ifern  na  gouefe. 

Colombelle,  colombelle  blanche,  —  Où  me  dites-vous  de  descendre  ?  —  Dans 
un  petit  village  qui  est  de  ce  côté-là,  —  Sur  le  sommet  de  la  montagne;  —  Où; 
se  trouvent  Pierre  et  Paul  —  Et  Marie-Madeleine;  —  Trois  qui  écrivent,] 
trois  qui  lisent,  —  Et  trois  qui  tiennent  une  chandelle.  —  Pater  noster,  l'orai-j 
son  par  excellence...  —  Le  petit  enfant  Jésus  disait  :  —  Celle-là  est  une' 
prière,  —  Et  celui  qui  la  saurait  —  Et  la  dirait  —  Trois  fois  le  jour,  —  ' 
Avant  de  mourir,  —  Jamais  dans  le  puits  ni  dans  le  feu  de  l'enfer  ne  choirait. 

Châteaulin. 


En  hano  Doue,  d'am  gwele  e  z-an, 

Ann  tri  eal  mad  a  saludan; 

Daou  em  c'halon,  eun  ail  em  penn, 

Jésus  ha  Mari  em  c'herc'henn, 
A  pedan  da  zont  d'am  zifenn 
Em  dihun  hag  em  c'housket. 
Evel-se  bezet  gret  ! 


Au  nom  de  Dieu^  à  mon  lit  je  me 
[rends. 
Les  trois  bons  anges  je  salue  ; 
Deux  dans  mon  cœur,   un  autre 
[dans  ma  tête, 
Jésus  et  Marie  dans  mon  sein. 
Je  les  prie  de  venir  me  défendre 
A  mon  réveil  et  pendant  mon  som- 
Ainsi  soit-il!  [meil. 

Ploudalmézeau. 


Eal  Doue,  pa  z-oc'h  d'in  eur  gar-      Ange  de  Dieu,  puisque  vous  êtes 

[dienn,  [pour  moi  un  gardien 

Pa  respountet  evid-oun  davikenn,      Puisque  vous  répondez  de  moi  à 

[jamais, 
Pa  zavan  ha  pa  c'hourvezan.  Quand  je  me  lève  et  quand  je  me 

[couche. 
Didan  ho  skoazel  e  repozan.  Sous  votre  protection  je  repose. 

Breman  ho  sikour  hag  hini  Doue. . .      Maintenant  (je  requiers)  votre  assis- 

[tance  et  celle  de  Dieu... 
Lukas,  lann,  Mark  ha  Maze,  Luc,  Jean,  Marc  et  Mathieu, 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  i8i 

Setu  eno  pevar  c'horn  ar  bed  ;  Voilà  les  quatre  coins  du  monde  ; 

Hor  mirit  diouz  ann  drouk-spered.      Gardez-nous  du  malin  esprit. 
Evei-se  bezet  gret  !  Ainsi  soit-il  ! 

Cf.  Mélusine,  col.  509.  Plougastel-Daoulas. 

III.  LES  SOUHAITS.  —  PROPOS  DE  TABLE. 

Bennoz  Doue  gan-e-hoc'h  ! 
(Que  la)  bénédiction  de  Dieu  (soit)  avec  vous  ! 
est  le  plus  répandu  des  souhaits.  On  emploie  aussi  cette  formule  comme 
salut  et  comme  remercîment.  A  Kerlouan,  on  dit  emphatiquement  : 
Benediksion  ar  beuz 
Da  goueza  war  ar  pez  hoc'h  euz  ! 
(Que  la)  bénédiction  du  buis  —  Tombe  sur  ce  que  vous  avez  ! 
Certain  coureur  de  grèves  qui  se  servait  à  tout  propos  de  ces  paroles, 
et  passait,  malgré  son  apparente  bonhomie,  pour  cacher  les  plus  noires 
fourberies  au  fond  de  sa  besace,  s'attira  devant  moi  cette  réponse  assez 
piquante  : 

Bennaz  Doue  en  ho  kodell, 
Ha  nao  pe  zek  soroc'hell. 
La  bénédiction  de  Dieu  dans  votre  poche,  —  Et  neuf  ou  dix  vessies  pleines 
de  vent. 

D'après  le  commentaire  de  l'auteur  de  la  réplique,  ce  langage  signi- 
fiait :  K  Les  flagorneries,  les  paroles  mielleuses  vous  coûtent  peu  ;  vous 
en  avez  toujours  mille  et  mille  en  réserve,  mais  cène  sont  que  des  mots, 
du  bruit,  du  vent.  «  Soroc'hell.,  en  breton,  signifie  au  propre  une  vessie 
de  porc  que  l'on  gonfle,  après  y  avoir  introduit  quelques  pois  secs.  C'est 
une  des  amusettes  de  l'enfance. 

Des  souhaits  auxquels  il  ne  faut  pas  se  fier  davantage  sont  ceux  du 
nouvel  an.  Un  dicton  du  Cap-Sizun  dit,  au  sujet  des  baisers  que  l'on 
échange  le  i'^''  janvier  : 

Bouchou  kals  gad  kals  mein  ebarz  ar  zac'h. 
Beaucoup  de  baisers  avec  beaucoup  de  cailloux  dans  la  poche. 
On  accompagne  généralement  le  baiser  traditionnel  des  paroles  qui 
suivent  : 

Eur  bloavez  mad  a  zouetan  d'e-hoc'h,  iec'het  ha  prospérité^,  hag  ar 
baradoz  da  fin  ho  puez. 

Une  bonne  année  je  vous  souhaite,  santé  et  prospérité,  et  le  paradis  à  la  fin 
de  votre  vie. 


i82  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Rretagne. 

Deiz  mad  d'hoc'h  !  Evit  ar  bloaz  ne  'm  euz  ket  gwelet  ac'hanoc'h  ;  at 
bloavez  mad  'zouetan  d'hoc'h  ha  kals  davantach,  iec'het  ha  prospérité, 
hag  ar  baradoz  da  fin  ho  pue. 

Bonjour  à  vous  !  Je  ne  vous  ai  pas  encore  vu  cette  année  ;  la  bonne  année  j( 
vous  souhaite  et  beaucoup  d'autres,  santé  et  prospérité,  et  le  paradis  à  la  fir 
de  votre  vie.  Ergué-Gabéric. 

Par  manière  de  plaisanterie,  on  modifie  ainsi  la  fin  de  la  phrase  : 
Iec'het  ha  prospérité, 
Keit  ha  lost  eur  gweskle. 
Santé  et  prospérité —  Aussi  longues  que  la  queue  d'une  grenouille.  Landéda 
Les  mauvais  plaisants  ne  s'arrêtent  pas  en  si  beau  chemin,  mais  je  m 
puis  les  suivre  dans  l'énumération  de  leurs  vœux  grotesques  et  souven 
licencieux.  A  Plouguerneau,  j'ai  entendu  quelquefois  : 
Bloavez  mad  d'ho  lod 
Ha  tiegez  di-logod  ! 
Bonne  année  à  tout  ce  qui  est  vôtre  —  Et  dans  le  ménage  point  de  souris 
Cf.  Emile  Souvestre,  le  Foyer  breton,  la  Souris  de  terre  et  le  Cor 
beau  gris. 

On  dit  communément  aux  gens  qui  éternuent  : 
Doue  ho  sikouro  ! 
Dieu  vous  soit  en  aide  ! 
Les  Paganiz  se  servent  d'une  expression  plus  énergique  : 
Doue  ra  grevo  ann  diaoul  ! 
Que  Dieu  crève  le  diable  ! 
Boire  à  la  santé  de  ses  hôtes  et  de  ses  compagnons  de  plaisir  est  u 
acte  de  courtoisie  cher  à  tous  les  Bretons.  On  ne  saurait  s'y  dérobe 
sans  manquer  aux  convenances,  mais  que  penser  du  toast  suivant,  l'u 
de  ceux  dont  on  fait  le  plus  fréquemment  usage  : 
D'ho  iec'het  da  beb-unan. 
Hag  ar  profit  d'in  va-unan  ! 
A  la  santé  de  chacun,  —  Et  le  profit  pour  moi  seul  ! 

Plouhinec,  Douarnenez,  etc. 

Faut-il  le  prendre  au  pied  de  la  lettre  ?  Tout  ce  que  je  puis  affirmei 
c'est  qu'il  ne  soulève  ni  objections  ni  murmures.  Il  en  çst  de  même  d 
certains  propos  de  table  dont  on  chercherait  vainement  des  exemple 
dans  le  code  de  la  civilité  puérile  et  honnête. 

Iec'het  mad,  kerkouls  euz  ann  adreon  hag  ann  araok  ! 
Bonne  santé,  aussi  bien  par  derrière  que  par  devant  !      Ergué-Gabéric. 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  1 8  5 

Drebomp  hag  efomp, 

Chenchomp  gan-e-omp  ; 

Drebomp  ann  eil  egile  ac'hanomp. 

Kargomp  hor  boellou, 

Ne  lakomp  ket  'n  hor  chakoltou. 

—  Drebet  hag  efet, 

Chenchet  gan-e-hoc'h  ; 

Drebet  ann  eil  egile  ac'hanoc'h. 
Mangeons  et  buvons,  —  Tirons  à  nous  ;  —  Mangeons-nous  l'un  l'autre.  — 
Chargeons  nos   boyaux,  —  Ne  mettons  rien  dans  nos  poches.  —  Mangez  et 
buvez,  —  Tirez  à  vous  ;  —  Mangez-vous  l'un  l'autre.  Châteaulin. 

A  Audierne,  l'ogre  rentre  un  peu  les  dents,  mais  il  faut  toujours  se 
défier  de  ses  griffes  : 

Drebomp  hag  evomp, 
Chenchomp  gan-e-omp  ; 
Groeomp  cher  vad 
Ha  birvikenn  ne  veomp  laeron. 
Mangeons  et  buvons,  —   Tirons  à  nous  ;  —  Faisons  bonne  chère  —  Et  ne 
soyons  jamais  voleurs. 

Dans  les  franches  lippées  qui  sont  l'accompagnement  obligé  des  noces, 
des  baptêmes  et  des  fêtes  patronales,  le  maître  de  maison  ne  néglige 
aucun  soin,  aucune  instance,  pour  obtenir  de  ses  convives  la  réponse 
consacrée  : 

Leun  oun  ken  a  bakan  gant  ar  biz. 

Je  suis  rempli  au  point  de  toucher  du  doigt  (les  aliments  qui  sont  dans  ma 
gorge). 

C'est  alors  que  se  distribue  le  coup  de  l'étrier  et  que  l'on  porte  la 
dernière  santé  dans  ces  termes  : 

Da  iec'het  ann  huni  han  euz  pourveet 
Hag  ann  huni  han  euz  drebet  ! 
A  la  santé  de  celui  qui  nous  a  repus  —  Et  de  celui  quia  mangé! 

Plouhinec,  Plozévet,  etc. 

Quelquefois^  dans  les  repas  de  baptême,  une  personne  ajoute  : 
Iec'het  d'ann  hini  bihan  ma  teuio  bras  ! 
Santé  au  petit  afin  qu'il  devienne  grand  ! 
et  tous  les  invités  de  répondre  : 

—  Ichu  zo  d'ezhan  être  ann  douar  hag  ann  eon. 
—  Il  y  a  de  la  place  pour  lui  entre  la  terre  et  le  ciel. 


1 84  Formalettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

IV.  LES  SERMENTS. 

Racontât-il  les  choses  les  plus  invraisemblables,  le  paysan  breton  ne 
peut  admettre  qu'on  refuse  d'ajouter  foi  à  ses  paroles.  Au  moindre  signe 
de  dénégation,  il  vous  répondra  : 

Doue  a  zo  test  d'in. 
Dieu  m'est  témoin. 
Me  a  gemer  da  dest  ann  eon  hag  ann  douar. 
Je  prends  à  témoin  le  ciel  et  la  terre. 
Ker  sur  ema  Doue  er  baradoz. 
Aussi  vrai  que  Dieu  est  dans  le  paradis. 
Ne  c'houlennan  pers  e-bet  e  baradoz  Doue,  mar  lavaran  gaou. 
Je  ne  demande  part  aucune  dans  le  paradis  de  Dieu,  si  je  mens. 
Gwir  eo  kement-se,  pe  me  vezo  dall  ha  mud  ! 
Tout  cela  est  vrai,  ou  je  veux  être  aveugle  et  muet. 

Le  chapelet  est  long  et  il  l'égrène  jusqu'au  bout  sans  broncher. 
Malgré  tous  les  témoignages  qu'il  invoque,   toutes  les  protestations 
qu'il  accumule,  reste-t-il  quelque  doute  à  dissiper,  il  crache  dans  sa  main 
droite,  fait  le  signe  de  la  croix,  et  dit  en  levant  sa  main  mouillée  : 
M'hin  toue  ru. 
Je  le  jure  rouge.  Audierne. 

M'hin  toue  tan  ruz. 
Je  le  jure  (sur  ou  par  le)  feu  rouge.  Trégarantec,  Guissény,  etc. 

Ces  formules  sont  à  peu  de  chose  près  les  mêmes  dans  toute  la  Bre- 
tagne. 

V.  PROVOCATIONS,  QUERELLES  ET  INJURES. 

On  connaît  la  patience  proverbiale  de  l'habitant  de  nos  campagnes,  il 
faut  se  garder  pourtant  de  la  croire  à  toute  épreuve.  S'il  a  l'oreille  pares- 
seuse quand  on  le  plaisante,  s'il  dédaigne  les  coups  d'épingle,  il  est  une 
Hmite  qu'il  est  prudent  de  ne  pas  franchir.  Bon  sang  ne  peut  mentir,  et  i 
ce  n'est  pas  en  vain  qu'il  est  le  fils  d'une  race  guerrière.  A  ceux  qui  j 
l'oublieraient;,  il  lui  arrive  parfois  de  le  rappeler  par  un  avertissement  de 
ce  genre  : 

Roes  peuc'h  d'in,  pe  me  zec'ho  da  fri  d'id  gant  eur  mochouar  a  bemp 
pez,  glabouser  ! 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  185 

Donne-moi   la  paix,    ou  je  te  moucherai  le  nez  avec  un  mouchoir  de  cinq 
i  pièces,  hâbleur  !  Châteaulin. 

Tant  pis  si  le  conseil  n'est  pas  suivi,  car  l'offensé  ajoutera  tout  aussitôt  : 
'     Traou  awalc'h  e  t-euz  lavaret  ;  deuz  er-mez  gan-in,  mar  d-out  eun 

den,  ha,  ma  ne  t-euz  ket,  sarr  da  veg,  pe  me  raïo  sutellou  deuz  da 

eskornou. 

]     Assez  parlé  ;  sors  avec  moi,  si  tu  es  un  homme,  et,  si  tu  ne  l'es  pas,  clos 
'  ton  bec,  ou  je  ferai  des  sifflets  de  tes  os.  Châteaulin. 

L'agresseur  est-il  de  race  et  de  taille  à  se  mesurer  avec  un  tel  adver- 
saire, il  relèvera  ainsi  le  gant  : 

—  Me  a  zo  den  ha  mab  da  zen 
I  A  sko  war  ann  douar  ken  a  grenn. 

I     —  Je  suis  homme  et  fil^  d'homme  —  Qui  frappe  sur  la  terre  si  fort  qu'elle 
1  tremble.  Châteaulin. 

Quelquefois  l'attaque  et  la  riposte  le  prennent  de  moins  haut,  témoin 
ce  débat  entre  trois  pêcheurs,  le  premier  de  Douarnenez,  les  deux 
autres  de  Crozon  : 

Euz  a  be  lec'h  oc'h  ? 

—  Oc'h  a  Graoun. 

—  Kraouniz  moc'h,  gwell  e  ve  d'in  kac'hat  em  bragou  evit  sarmoun 
d'e-hoc'h. 

—  Panefe  gwizi  ar  ger-ma_,  ne  vije  ket  bet  a  voc'h  e  Kraoun. 

D'oià  êtes-vous.?  —  De  Crozon.  —  Pourceaux  de  Crozonnais,  j'aimerais 
mieux  embrener  mes  braies  que  vous  adresser  la  parole.  —  N'étaient  les  truies 
de  cette  ville  (Douarnenez),  il  n'y  aurait  pas  eu  de  pourceaux  à  Crozon. 

Autres  exemples  :  —  Une  commère  regardant  les  danses,  à  un  pardon 
quelconque,  aperçoit  dans  \e  jabadao  une  drôlesse  de  sa  sorte,  et  le  dia- 
logue suivant  s'établit  entre  elles  : 

C'hui  ive,  Jannet  kam.? 
—  Pep  hini  'n  eus  he  nam  : 
i  Te  'zo  gast,  ha  me  zo  kam  ! 

I     Vous  aussi,  Jeannette  la  boiteuse .?  —  Chacun  a  son  défaut  :  —  Tu  es 
;  ribaude  et  moi  boiteuse  ! 

Deux  commères,  peut-être  les  mêmes,  se  prennent  de  querelle,  et,  en 
forme  de  conclusion,  l'une  d'elles  dit  à  l'autre  : 

Me  garrie  gwelet  iliz  Plou...  enkreiz  da  gof  ! 
Je  voudrais  voir  l'église  de  Plou...  au  milieu  de  ton  ventre  1 


i86  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

La  réplique  ne  se  fait  pas  attendre  : 

—  Neuze  bepred  a  vefe  red  d'id  tremen 
Dre  ma  zor-dal  evit  mont  d'ann  ofern  '  ! 
—  Alors,  toujours,  il  te  faudrait  passer  —  Par  ma  grande  porte  pour  allei 
à  la  messe  !  Plouaret. 

L'homme  qui  se  plaît  dans  la  société  des  femmes  est  raillé,  montré  ai 
doigt,  et  gratifié  de  qualificatifs  dans  le  goût  de  ceux-ci  : 
lannik  Tro-ann-henchou, 
Marc'hadour  ann  inkiniou, 
Dilosterik  ar  c'hezek 
Ha  boucherik  d'ar  merc'het  ! 
Jeannot  Tourne-chemins  (qui  évite  les  sentiers  battus),  —  Marchand  de  fer 
à  fuseaux,  —  Coupeur  de  queues  de  chevaux  —  Et  donneur  de  baisers  aui 
filles.  Châteaulin. 

Le  tailleur,  lui  aussi,  est  un  ami  des  femmes,  et  Taversion  séculain 
que  l'on  professe  pour  lui  tient  pour  beaucoup,  quoi  qu'on  dise,  à  ui 
sentiment  difficile  à  avouer,  la  jalousie.  Combien  de  fois,  depuis  qu'i 
tient  l'aiguille,  le  malheureux  n'a-t-il  pas  été  poursuivi  par  les  enfant: 
criant  à  tue-tête  : 

a)  Laver't-hu  d'i-me,  brocher  laou, 
Dont  daved-on  'benn  deriaou  : 
Me  'ra  euz  tri  gi  ha  tri  gaz, 
Hag  ho  c'houec'h  eman  e  noaz; 
Dont  da  ober  d'e  bep  a  chupenn, 
Da  vont  disul  d'ann  overenn. 

a)  Dites-moi,  embrocheur  de  poux,  —  Venez  chez  moi  jeudi  :  —  J'ai  troi 
chiens  et  trois  chats,  —  Et  tous  les  six  sont  nus;  —  Venez  leur  faire  à  chacui 
un  pourpoint  —  Pour  aller  dimanche  à  la  messe.  Braspartz. 

b)  Kemenerien,  potret  ar  vas, 

Deut  daved-omp  'benn  warc'hoas  : 
Me  'm  beuz  tri  gi  ha  tri  gaz, 
Hag  ho  c'houec'h  'man  e  noaz  ; 
Me  raï  d'eho  bep  a  vragou 
Hag  ive  chupennou. 

b)  Tailleurs,  gars  au  bâton,  —  Venez  chez  nous  demain  :  —J'ai  trois  chien 
et  trois  chats,  —  Et  tous  les  six  sont  nus  ;  —  Je  leur  donnerai  à  chacun  de 
culottes  —  Et  des  pourpoints  aussi.  Langolen. 

i.  Communiqué  par  M.  Luzel. 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  187 

Biskoaz  n'em  euz  gwel't  kemener 
Enez  ma  ve  brammer  pe  louer, 
Pe  ar  c'hall  'n  he  zivisker, 
Pe  laou  out-hon  kement  ha  kicher. 
Jamais  je  n'ai  vu  tailleur  —  Qui  ne  fût  péteur  ou  vesseur,  —  Ou  n'eût  la 
gale  aux  jambes,  —  Ou  des  poux  sur  lui  gros  comme  des  chats.        Braspartz. 

Le  meunier,  autre  paria^,  est  traité  partout  avec  autant  de  sévérité  que 

de  mépris  (voir  Rev.  Celt.,  Lavarou  koz,  857,  858,  861).  L'épithète  de 

laer,  larron,  le  poursuit  de  village  en  village,  et  il  ne  peut  quitter  sa 

meule,  sans  que  le  dernier  des  valets  de  ferme  ne  l'interpelle  de  la  sorte  : 

Ingaler  kaoc'h  marc'h. 

Partageur  de  crottin  de  cheval. 

Parmi  les  appellations  injurieuses  les  plus  fréquentes,  on  peut  citer  : 
Lieu  ar  groug,  Couleur  de  potence  (face  patibu- 

Boed  ar  c'houn,  Pâtée  à  chiens,  [laire), 

Spaer  moc'h,  Châtreur  de  porcs, 

Diblaser  kezek,  Déplaçeur  (voleur)  de  chevaux, 

Marc'h-mul,  Cheval-mulet, 

Marmous,  Marmouset,  singe, 

Ginou  gwelienn.  Bouche  à  lavures  (bouche  d'évier). 


VI.  MALÉDICTIONS,  IMPRÉCATIONS  ET  JURONS. 

Si  le  paysan  breton  est  lent  à  se  mettre  en  colère,  il  ne  l'est  pas  moins 
à  maîtriser  son  emportement.  Essayez  de  le  calmer,  vous  perdrez  votre 
peine.  Pour  peu  même  qu'il  soit  sous  l'influence  du  gwin  ardant,  le  vin 
de  feu,  sa  colère  deviendra  de  l'exaspération,  et  l'on  dirait  à  l'entendre, 
tant  les  imprécations  et  les  malédictions  se  précipitent  sur  ses  lèvres, 
qu'il  épuise  les  formules  de  quelque  sauvage  et  mystérieux  rituel  : 
Mil  malloz  ru,  diaoul  bras  ! 
Mille  malédictions  rouges,  de  par  le  grand  diable  ! 

Kant  mil  malloz  a  roan  d'id,  malloz  ann  heol,  malloz  al  loar  hag  ar 
stered. 

Cent  mille  malédictions  je  te  donne,  la  malédiction  du  soleil,  la  malédiction 
de  la  lune  et  des  étoiles. 

Mallas  Tou',  devet  kroc'henn  da  wrek  ha  da  vugale  ! 
Malédiction  de  Dieu,  brûlée  soit  la  peau  de  ta  femme  et  de  tes  enfants! 


i88  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Ra  vez  klaon  gant  klenvet  sant  Tujan  ! 
Puisses-tu  être  frappé  du  mal  de  saint  Tujeau  '  ! 
Reï  a  ran  ac'hanout  d'ar  bar-avel,  d'ar  gounnar  ha  kement  droug  'zo  ! 
Je  te  donne  au  coup  de  vent,  à  la  rage  et  à  tous  les  maux  qui  existent. 
Reï  a  ran  ta  loenet  d'ann  diaoul,  stripou  ha  boellou  ! 
Je  donne  ton  bétail  au  diable,  tripes  et  boyaux  ! 
Ann  tanfoultr  war  n-out  ! 
Que  le  tonnerre  t'écrase  ! 

Ann  diaoul  r'az  tougo  ! 
Que  le  diable  t'emporte  ! 
Ra  zigoro  ann  douar  d'am  lounka  ! 
Que  la  terre  s'ouvre  pour  m'engloutir  ! 
Son  répertoire  de  jurons  n'est  ni  moins  riche,  ni  moins  varié.  Quand 
il  y  a  recours,  il  le  fait  largement,  et  sans  plus  de  souci  des  dates  que 
des  provenances.  Les  mordié,  tonnerdié,  tettedié,  jarnidié,  vantredié^  s'y 
croisent  avec  leurs  équivalents  de  tournure  vraiment  bretonne,  mardoue, 
foultr  Doue,  etc.  Voici  un  aperçu  de  ce  que  les  Cornouaillais  appellent 
communément  «  dibuna  litanioa  ann  diaoul,  dévider  l'écheveau  des  lita- 
nies du  diable  »  : 

Tan  foultr  !  Tan  foultr  ru  !  Feu  de  foudre  !   Feu    de  foudre 

[rouge  !  Audierne. 
Boul  c'hurun  !  Boule  de  tonnerre  !         Plozévet. 

Gurun  ru  !  Tonnerre  rouge  !  Moëlan. 

Gurun  mour!  Tonnerre  de  mer  !      Douarnenez. 

Mil  luiet  kam  !  Mille  zigzags  d'éclairs  !  Audierne. 

Seiz  kant  luiet  !  Sept  cents  éclairs  !  Plogoif. 

Diaoul  !  Kaoc'h  ann  diaoul  !  Diable  !  Excrément  du  diable  ! 

Audierne. 
Gurun  ha  spern  !  Tonnerre  et  épines  !  Moëlan. 

Spern  'od  !  Épines  de  rivage  !  Audierne. 

Gast  ru  !  Ribaude  rouge  !         Pouldreuzik. 

Mil  bosenn  !  Mille  pestes  !  Clohars. 

Mallaz  Doue  !  Malédiction  de  Dieu  !  Pont-Croix. 

Mallac'h  c'hi  !  etc.  Malédiction  de  chien  !  Douarnenez. 

Cette  nomenclature,  on  le  pense  bien,  est  loin  d'être  complète.  Je  , 
n'ai  voulu,  d'ailleurs,  qu'effleurer  le  sujet,  et  j'ai  omis  intentionnellement 
les  variantes,  malgré  l'intérêt  très  réel  qu'elles  présentent,  au  point  de 

I .  La  rage. 


Formai ettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  1 89 

vue  de  l'étude  des  déformations  du  langage.  Le  juron,  ainsi  considéré, 
appartient  en  effet  à  la  phonétique,  dont  il  constitue,  pour  ainsi  dire,  un 
chapitre  spécial,  celui  de  l'altération  réfléchie  et  volontaire,  et  Sort  par 
là  même  du  cadre  que  je  me  suis  tracé. 

VII.  LE  POISSON  D'AVRIL. 

Le  premier  jour  d'avril  est  en  Bretagne,  comme  dans  le  reste  de  la 
France,  le  jour  des  mystifications.  Partout,  à  la  ville  aussi  bien  que  dans 
le  plus  humble  village,  le  «  peskik  avril,  petit  poisson  d'avril,  »  est  fêté 
à  grand  renfort  de  huées  et  de  cris.  Parmi  les  formules  d'attrape  les  plus 
répandues,  je  citerai  les  suivantes  : 

Kerz  da  gerc'hat  gwinegr  dous  e  ti  apotikaer. 
'       Va  chercher  du  vinaigre  doux  chez  le  pharmacien.  Douarnenez. 

Kerz  da  gerc'hat  daouenneget  moul  manigeiar. 
Va  chercher  pour  deux  sous  de  moule  à  gants.  Douarnenez. 

Kerz  da  di  ann  toer  da  gerc'hat  eur  gordenn  evit  troï  ann  avel. 
Va  chez  le  couvreur  chercher  une  corde  pour  détourner  le  vent.      Ploaré. 
Kerz  da  gerc'hat  d'in  men  lemma  reun. 
Va  me  chercher  de  la  pierre  à  aiguiser  le  crin.  Audierne. 

Kerz  da  gerc'het  d'i-me  deg  gwenneget  bara  drebet. 
Va  me  chercher  pour  dix  sous  de  pain  mangé.  Châteaulin. 

Kerzda  vit  deg  gwennegat  treid  zilio  zall. 
Va  quérir  pour  dix  sous  de  pieds  d'anguilles  salées.  Trévérec. 

Kerz  da  vit  losto  gwiziklevet. 
Va  quérir  des  queues  de  grenouilles.  Trévérec. 

A  l'île  de  Sein,  à  Audierne,  et  dans  quelques  localités  voisines,  le  pois- 
son d'avril  est  remplacé  par  le  coq  d'avril.,  kok  avril.  Les  dupes  que  l'on 
parvient  à  faire  sont  saluées  de  ce  dicton  railleur  : 
Kog  avril,  mis  me,  kog  le, 
Coq  d'avril,  mois  de  mai,  coq  aussi. 
que  l'on  peut  interpréter  de  la  sorte  :  «  Niais  en  avril,  en  mai  tu  le  seras 
aussi  ». 

VIII.  LANGAGE  DES  ANIMAUX. 

Bien  qu'ils  parlent,  d'ordinaire,  un  langage  devenu  inintelligible  aux 
oreilles  humaines,  si  ce  n'est  pendant  la  nuit  de  Noël,  les  animaux 
emploient  quelquefois  la  langue  bretonne,  et  il  n'est  pas  impossible  alors, 
Ra.  Celt.  V  I  j 


190  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

avec  un  peu  d'attention,  de  suivre  leurs  discours  ou  leurs  chants.  Il  est 
vrai  que  l'interprétation  qu'on  en  donne  varie  souvent  d'une  manière 
sensible,  mais  il  est  des  textes  communément  adoptés  comme  fidèles,  et 
l'on  me  saura  gré  peut-être  de  les  rassembler  ici. 

Le  roitelet  a  une  haute  opinion  de  sa  personne,  il  se  croit  oiseau  de 
poids,  et,  quand  il  a  choisi  pour  s'y  balancer  la  branche  la  plus  grosse  et 
la  plus  saine  d'un  arbre,  il  est  rare  qu'il  ne  s'écrie  : 

Ne  dorr  ket,  'dorr  ket,  'dorr  ket  ; 

Dir,  dir,  dir,  pa  ne  dorr, 

Dir,  dir,  dir,  pa  ne  dorr. 
Point  ne  se  brise,   ne  se  brise,  ne  se  brise;  —  Elle  est  d'acier,  d'acier, 
d'acier,  puisqu'elle  ne  se  brise,  -^  D'acier,  d'acier,  d'acier,  puisqu'elle  ne  se 
brise.  Douarnenez. 

Rencontre-t-il  sur  sa  route  un  compagnon,  il  ne  manque  jamais  de  lui 
vanter  les  charmes  et  les  curiosités  de  son  pays  natal  : 
Em  bro-me  ez  euz  keuneud  kordenn  teo,  teo,  teo,  ken  teo  ha  ma  gar. 
Dans  mon  pays  à  moi,  il  y  a  du  bois  de  corde  gros,  gros,  gros,  aussi  gros 
que  ma  jambe.  Châteaulin. 

Cf.  George  Sand_,  Légendes  rustiques,  le  Casseu'  de  bois. 
L'alouette  matinale,  —  dans  quelques  cantons  on  l'appelle  «  alc'houe- 
deiz,  clef  du  jour,  »  —  vole  si  haut,  si  haut  au-dessus  des  nuages,  que 
souvent  le  vertige  la  saisit.  C'est  en  ce  moment  qu'on  l'entend  appeler 
à  son  aide  le  portier  du  paradis  : 

Sant  Per,  digor  ann  nor  d'in, 
Terri  ma  goug  a  rin. 
Saint  Pierre,  ouvre-moi  la  porte,  —  Je  vais  me  rompre  le  cou.      Quimper. 
C'est  aussi  sous  la  forme  de  cet  oiseau  que  l'âme,  après  s'être  dégagée 
des  liens  du  corps,  monte  au  ciel  pour  recevoir  son  jugement.  Arrivée 
près  de  la  porte,  elle  implore  le  vigilant  gardien  : 
Sant  Per,  digor  ann  nor  d'in, 
Ha  me  ne  bec'hin  muin. 
Saint  Pierre,  ouvre-moi  la  porte,  —  Et  je  ne  pécherai  plus.  Landéda. 

L'âme  du  juste  entre  sans  difficulté,  tandis  que  celle  du  réprouvé, 
honteusement  chassée,  redescend  aussitôt  en  criant  : 
Pec'hin,  pec'hin  ! 
Je  pécherai,  je  pécherai  ! 
Cf.  Laisnel  de  la  Salle,  Croyances  du  centre  de  la  France,  I,  225  ;— •< 
Barzaz  Breiz,  p.  506  ;  —  Sébillot,  Form.,  p.  342. 


Formulâtes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  191 

On  lui  fait  dire  aussi  : 

a)  Pignet  e  ran,'pignet  e  ran, 
Pignet  e  rankan... 
Koueza  e  ran,  koueza  e  ran  ; 
Terri  va  goug  a  rin,  mar  kouezan... 
Koueza  e  ran,  koueza  e  ran, 
E  puns  ann  ifern  e  gouezan. 

a)  Je  monte,  je  monte,  —  Il  me  faut  monter...  —  Je  tombe,  je  tombe  ;  — 
Si  je  tombe,  je  me  casserai  le  cou...  —  Je  tombe,  je  tombe,  —  Dans  le  puits 
de  l'enfer  je  vais  tomber.  Douarnenez. 

b)  Mont  e  ran  en  eon,  en  eon,  en  eon  ; 

Diaoul  !  diaoul  !  diaoul  !  koueza  en  ifern  e  raon. 

b)  Je  vais  au  ciel,  au  ciel,  au  ciel  ;  —  Diable  !  diable  !  diable  !  je  tombe  en 
enfer.  Pioaré. 

A  l'île  de  Sein,  on  assure  que  l'alouette  envie  les  richesses  dont  elle 
voit  le  sol  couvert  à  l'époque  de  la  moisson.  On  l'entend  alors  chanter 
du  haut  des  airs  : 

Krik,  krik,  ma  labousik, 
Ma'm  befe  sac'h,  em  befe  id. 
Cric,  cric,  mon  oiselet,  —  Si  j'avais  sac  j'aurais  du  blé. 

Le  pigeon  personnifie  la  tendresse,  mais,  chez  lui  comme  chez  l'homme, 
elle  a  ses  relâchements  et  ses  intermittences  : 

Ar  pichounez.  —  Poket  d'in  ma  dous  ! 
Ar  pichoun.  —  Poket  am  euz  deac'h. 
Ar  pichounez.  —  N'am  euz  ket  a  jonch. 
La  femelle.  Un  baiser  mon  doux  (ami)  !  —  Le  pigeon.  Je  vous  en  ai  donné 
hier.  —  La  femelle.  Je  n'en  ai  pas  souvenance.  Morlaix. 

Le  coq  est  un  philosophe  cynique  qui  se  moque  de  tout  et  de  tous,  en 
commençant  par  lui-même.  Ses  thèmes  favoris  sont  les  suivants  : 
Kals  doganet  'zo 
Ha  meur  da  hini  vo. 
Ha  meur  da  hini  ail  a  ve  c'hoaz. 
Ma  'n  defe  ar  merc'het  beb  a  voaz. 
Il  y  a  beaucoup  de  c...  —  Et  il  y  en  aura  bien  d'autres,  —  Et  il  y  en  aurait 
bien  plus  encore,  —  Si  toutes  les  femmes  prenaient  un  mari.     Chàteaulin. 

Kog  a  lur  a  lur  : 
Krampouz  ozet  'zo  ; 
Ma  n'euz  ket,  a  vo. 


1 92  Formuleîtes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Le  coq  chante  à  lurelure  :  —  Crêpes  préparées  il  y  a  ;  —  S'il  n'y  en  a,  il  y 
en  aura.  Douarnenez. 

Plant  ta  benn  er  c'hleun  ! 
Fourre  ta  tête  dans  le  fossé  !  Goulien. 

Stok  da  reour  er  c'hleun  ! 
Cogne  ton  croupion  contre  le  fossé  !  Plusquellec. 

Et,  comme  tout  a  une  fin,  il  ajoute  en  songeant  au  suprême  plongeon: 
Lost  ar  c'hog  er  poud  ! 
La  queue  du  coq  dans  le  pot  !  Audierne. 

La  lavandière,  appelée  en  breton  «  kannerezik  ann  dour.,  petite  bat- 
teuse d'eau  «,  a-t-elle  besoin  de  guenilles  pour  exerter  son  industrie,  ou 
se  souvient-elle  d'avoir  été  chiffonnière,  on  ne  saurait  le  dire,  mais  quii 
ne  croirait  entendre  le  pillaouer  lui-même,  quand  elle  descend  dans  le  ' 
courtil  des  fermes,  en  chantant  : 

Tamm,  tamm,  pillou,  tamm  ! 
Drilles,  drilles,  guenilles,  drilles!  Landéda. 

Si  le  temps  se  met  à  l'orage,  la  grive  familière  s'abat  sur  le  joug  deS' 
bœufs  de  labour,  en  les  incitant  de  sa  voix  grêle  : 
Dia  !  duik,  dia  !  ruik, 
Tenna  'r  c'harrik, 
Deuz  ann  toullik  ! 

A  droite  !  noiraud,  à  droite  !  rougeaud,  —  Tire  la  charrette —  De  l'ornièrei" 

Quimper. 

Gros  et  gras,  le  merle  siffleur  n'a  d'autre  préoccupation  que  de  songen 
à  son  déjeuner  : 

Kik  ha  bara  louet 
H  en-nez  eo  va  bouet 
Viande  et  pain  moisi,  —  Voilà  mon  ordinaire.  Landéda. 

Le  pinson  célèbre  à  sa  façon  le  retour  du  printemps,  en  se  félicitanti 
d'avoir  échappé  aux  rigueurs  de  l'hiver  : 

Ebad  e  d-id  pa  out  choumet  beo  ! 

Réjouis-toi  d'être  resté  vivant.  Landéda. 

D'autres  fois,  vers  le  déclin  du  jour,  il  raille  les  gens  qui  reviennenti| 
en  titubant  de  la  ville  : 

Piou,  piou,  piou, 
Zo  eet  da  Gemper  hiriou.'' 
Qui,  qui,  qui  —  Est  allé  à  Quimper  aujourd'hui.?  Plonéis. 

Mais  ses  grandes  qualités  de  chanteur,  c'est  quand  brille  un  gai  raye 


Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne.  193 

de  soleil  qu'il  les  montre.  Comme  il  est  fier  alors  de  ses  trilles  et  de  ses 
roulades  ! 

E  pe  lec'h  ema,  e  pe  lec'h  ema 
Ann  hini  evel  d-on  a  oar  kana  ? 
Où  est-il,  où  est-il  —  Celui  qui  sait  chanter  comme  moi?   Douarnenez. 
Quand  arrive  la  bécasse,  elle  échange  avec  le  coucou  qui  disparaît  les 
paroles  suivantes  : 

Ar  c'hefelek.  —  Petra  'zo  er  vro  ? 
Ar  goukouk.  —  Lez  kaoulet  ha  lez  tro. 
La  bécasse.  Qu'y  a-t-il  au  pays?  —  Le  coucou.  Lait  caillé  et  lait  tourné. 
A  la  rentrée  en  scène  du  coucou,  la  bécasse  quitte  notre  pays  et  ils  se 
disent  encore  : 

Ar  goukouk.  —  Petra  'zo  e  Breiz  ? 
Ar  c'hefelek.  —  Krougerez  e-leiz. 
Le  coucou.  Qu'y  a-t-il  en  Bretagne  ?  —  La  bécasse.  Pendaisons  en  grand 
nombre.  Eliiant. 

La  caille  crie  :  Pemp  gwennek,  cinq  sous  ;  —  cf.  le  français  :  Paye  tes 
dettes  !  —  la  pie  :  Pik  al  lagad,  crève-lui  l'œil  ;  le  corbeau  :  Clao,  glao, 
de  la  pluie,  de  la  pluie  ;  et  l'hirondelle  de  mer  avertit  ainsi  les  marins  de 
l'approche  du  mauvais  temps  :  Kuit,  huit,  allez-vous-en,  allez-vous-en! 

L'interprétation  bretonne  du  chant  du  rossignol  n'est  ni  complète  ni 
littérale,  comme  celle  du  docteur  Bechstein,  tant  admirée  par  Nodier, 
mais  elle  a  sur  celle-ci  l'avantage  d'ouvrir  aux  mythographes  de  nou- 
veaux horizons  : 

Me  am  boe  eur  vammik  koz,  koz,  koz,  koz,  koz,  koz,  koz,  ha  me 
mont  hag  hen  laza,  hag  abaoue  emon  e  kuz,  kuz,  kuz,  kuz,  kuz,  kuz, 
kuz,  e-tre  ar  boudennouigou. 

J'avais  une  petite  mère  vieille,  vieille,  vieille,  vieille,  vieille,  vieille,  vieille,  et 
moi  d'aller  et  de  la  tuer,  et  depuis  lors  je  me  cache,  cache,  cache,  cache,  cache, 
cache,  cache,  entre  les  buissons. 

Cf.  E.  Rolland,  Faune  populaire,  II,  p.  271  et  272. 

Je  voudrais  pouvoir  donner  ici  une  leçon  du  même  chant  plus  répan- 
due que  la  précédente,  mais,  outre  qu'elle  n'a  rien  de  commun  avec  la 
légende,  l'éditeur  anonyme  a  pris  avec  son  texte  de  telles  libertés  qu'elles 
eussent  mis  dans  l'embarras  l'auteur  des  Propos  rustiques^  le  bonhomme 
Noël  du  Fail  lui-même.  La  naïveté,  je  le  sais,  a  des  privilèges,  mais  il 
ne  faut  pas  en  abuser. 


1 94  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne. 

Je  glisserai  également  sur  les  indiscrétions  amoureuses  de  la  chatte, 
pour  arriver  à  la  confession  de  son  sournois  et  traître  seigneur  : 

Me  ^m  euz  eur  mignon  e  Pontreo, 

Daou  re,  daou  re  ! 

Ma  zad  e  voa  rousmouzer_, 

Ma  mamm  e  voa  rousmouzerez, 

Ma  c'hoar  a  zo  rousmouzerez 

Ha  me  a  zo  rousmouzer. 
J'ai  un  ami  à  Pontrieux,  —  Deux  de  trop,  deux  de  trop  !  —  Mon  père  était 
cachottier,  —  Ma  mère  était  cachottière,  —  Ma  sœur  était  cachottière  —  Et 
je  suis  cachottier.  Plusquellec. 

A  Lanrodec,  le  ronronnement  du  chat  se  traduit  plus  simplement  : 

A  re  da  re, 

Ma  zad  zo  laer  ha  me  zo  ie. 
De  race  en  race,  —  Mon  père  est  voleur  et  je  le  suis  aussi. 

La  Revue  Celtique  [Lavarou  koz,  264]  a  publié  un  spécimen  des  confi- 
dences qu'échangent  entre  eux  divers  animaux  domestiques,  au  sujet 
de  leur  maître.  Voici  de  cette  même  leçon  une  variante  en  bas-vanne- 
tais  recueillie  à  Guéméné-sur-Scorfî  par  M.  Loth  : 
Er  c'hok.  —  Ta  er  mèst  er  gér. 
Er  c'hac'h.  —  Ha  yon  mèu. 
Er  c'hi.  —  Bamdéj  bamdé  ma  hinèc'h  èl-se. 
Le  coq.  Le  maître  vient  à  la  maison.  —  Le  chat.  Et  lui  ivre.  —  Le  chien. 
Tous  les  jours,  tous  les  jours,  celui-là  est  comme  ça. 

C'est  brutal,  mais  en  Bretagne  comme  ailleurs,  on  n'est  jamais  trahi 
que  par  les  siens. 

L.-F.  Sauvé. 


MACGNIMARTHA  FIND. 


•    This  text  is  preserved  in  the  well-known  Bodleian  Codex  Laud  6 1  o, 

where  it  occupies  about  six  pages  and  a  half,  beginning  in  the  middle  of 

i  fo.  1 18  a  2_,  and  ending  abruptly  on  the  top  of  fo.  12 1  b  '.  Part  of  it  has 

•  been  printed  twice  already,  first  by  O'Donovan  in  the  4th  vol.  of  the 
Ossianic  Society's  Transactions,  in  1859,  and  again  this  year  (1881)  by 

;  Mr.  David  Comyn  for  the  Gaelic  Union  ;  as  to  the  deficiency  of  both 
which  éditions  see  a  letter  from  me  to  the  Academy  of  Aug.  1 3th  1881 . 
In  the  following  print  the  reader  has  a  faithful  rendering  of  the  text  as  it 
stands  in  the  Ms.  I  hâve  added,  however,  a  punctuation  of  my  own, 

•  except  in  the  poem  ascribed  to  Finn  (§  20)  which,  as  it  offers  a  great 
;  many  difficulties  some  of  v^hich  I  hâve  not  been  able  to  overcome,  I 

thought  bestto  print  entirely  as  it  reads  in  Ms.  Besides,  I  hâve  corrected 
several  palpable  mistakes  of  the  scribe,  but  the  reading  of  the  Ms.  will 
then  be  found  noted  below  the  text. 

The  following  is  a  list  of  the  most  remarkable  irregularities  and  incon- 
sistencies  of  the  scribe  (who,  according  to  O'Donovan,  copied  the  text 
in  1453)  which  are  those  usually  met  with  in  Irish  Mss.  from  the  i2th 
century  downwards.  Cf.  Stokes,  Three  Homilies,  p.  viii.  note. 

Confusion  of  a  and  u  in  inlaut  :  aenar  and  aenur,  Mumun,  Albun. 

Confusion  of  e  and  /  in  auslaut  :  doroine^  file,  also  feined  [=^  féinnid], 
and  in  gaisced  (gen.),  d  in  auslaut  being  no  longer  pronounced  at  the 
time  when  the  time  when  the  text  was  copied. 

a  instead  of  i  :  in  the  article,  the  préposition  i  n-  :  amach,  amuig. 
jj       i  instead  of  a  :  isbert,  idcondairc. 
\  ■    a  instead  of  u  [o]  in  auslaut  :  jorra,  caca^  etarra. 


I  c)6  Macgnimartha  Find. 

ea  instead  oî  e  :  celeabraid,  ceann,  eagla. 

eo  instead  of  é  ;  meodon. 

ai  instead  of  oi  :  faillsithea. 

oi  instead  of  ai  :  aroile  and  araile,  oidche  and  aidche. 

ae  instead  of  ôe  :  aen^  macaem. 

Neglect  of  infection  :  Cumull  (gen.),  bunad  (gen.),  Cethern  (gen.). 

Irregularity  of  infection  :  berid  and  beirid,  Demne  and  Deimne,  Uirgrenn 
and  Urgrend^  rome  and  roime. 

Confusion  of  infected  d  and  g  :  urnaige,  erid  [—  érig],  laig  (=  làid>, 
naimdige  [=  naimtide). 

Omission  of  infected  d  or  g  :  faiche,  rofaillsithea. 

Sinking  of  c,  /,  and  p  to  g,  d,  and  b  :  eagla  (=  ecla),  foda,  sed  (= 
sét),  iardain,  condebert. 

Prosthesis  of  /  ;  fiarfaig,  rosfuc,  conosfaccaid. 

Omission  of  aspirated  /  ;  roaccaib  (=  ro  fhdcaib) . 

Omission  of  the  mark  of  length  :  mor,  gnatach  (=  gndthach),  rig,  dun, 
dib,  suanan.  Instead  of  the  accent,  we  sometimes  fmd  the  vowel  doubled 
to  mark  its  length  :  ree,  laa.  i,  as  in  Latin  Mss.,  often  has  an  accent. 

Omission  of  the  mark  of  aspiration  :  roîescair,  dogairtea,  gnatach,  toc- 
marc,  Lucet. 

A  very  common  irregularity  of  our  scribe  is  to  put  a  single  consonant 
for  a  double  one,  and  vice  versa.  Thus  we  fmd  :  Conachtaib,  feinid, 
Boin,  im,  fogluim,  timnas,  frisum,  laiside,  deisid,  iarair,  ile  ;  and  again  : 
innad,  fassaid  (==  fdsaig),  accaib  (fhdcaib),  Fiaccail,  rdnicc,  Tairrsig, 
tairrngire.  Instead  of  double  n,  we  then  hâve  nd,  e.  g.  condebert  (=  co 
n-epert],  like  andebert  (=  inn  epert?).  On  the  other  hand,  we  fmd  m  for 
double  m,  instead  of  original  mb  :  comad  (=  co  m-bad],  imresnaid  (=. 
imbresnaig) . 

In  conclusion,  the  following  remarks,  in  référence  to  a  few  passages 
of  the  text,  will  not  be  out  of  place. 

With  §§  2  and  3  compare  the  Fotha  Catha  Cnucha  in  LU.  p.  41  b, 
where  the  last  two  verses  of  the  poem  on  this  battle  occur  with  some 
slight  variations. 

§  3,  13,  in  order  to  hâve  the  correct  mètre,  ought,  I  think,  to  be 
read  :  clanda  M  orna  isin  chath. 

§  4,  imda  gilla  tailcair  tinnesnach.  tailcair  (or  talchar]  and  tinnesnach 
are  also  found  together  in  FB.  37  (Windisch,  Ir.  T.  p.  271),  and  LBr. 
232  a  :  iar  sin  ro  mebaid  for  in  sluag  n-génnslige  re  Cônsatin  cor  theichset 
co  tinnesnach  talchar  re  Râmanchaib. 

§  5,  ocus  dono  ba  hecail  le  maie  Morna  dô.  The  same- construction 


I  Macgnimartha  Find.  197 

occurs  LBr.  p.  145  b  :  ar  dia  m-bad  ecal  leis  bas  (leg.  bas]  for  a  chind, 
ni  dingned  cech  a  n-derna. 

§  14,  îecoiscid-sim  lais,  wrongly  rendered  by  O'Donovan  'he  (Finn) 
!played  against  him',  instead  of  :  'he  (the  king)  was  prompted  by  him', 
.  viz.  in  the  movements  of  his  play.  Compare  the  similar  narrative  of  the 
:  Toruigheacht  Dhiarmuda  agus  Ghrainne  p.  146  (O'Grady's  édition)  where 
,the  same  expression  Cîeagasg  mhic  Ui  Dhuibhne  agad')  is  used. 
!  §  24,  iar  scithlim  a  fé  fiadib,  I  understand  to  mean  'after  having  with 
difficulty  cleared  their  ramparts  before  them'.  lim  hère  seemsto  be  léimm 
'a  leap'  which  in  composition  has  become  shortened  by  force  of  accent, 
,  like  céimm  in  îôchim. 

I     §  28,  dama  'a  sepulchral  mound'  O'Don.  Suppl.  Cf.  ni  chumdaigem 
adnocla  na  duma  for  marbu.  LBr,  p.  2 1 1  b. 

Kuno  Meyer. 
Leipzig,  october  1881. 


MACGNIMARTHA  FINN  INN  SO  SIS. 

I.  Dorala  comtinol  aigh  ociis  imfich  debtha  imon  fianaigecht  ocus  im 
ardmaeraigechl  Eirenn  idir  Cumul!  mac  Trenmoir  ocus  Uirgrenn  mac  Lui- 
gech  Cuirr  do  Luaigne,  .i.  do  Corco  Oche  Cuile  Chonîuind  don  Cumull  sin, 

j  air  ba  dibside  hû\  Tairrsig  a  thuath-som  Cumull.  Torba  ingin  Eochamain 
do  Ernaib  is  i  ba  bancele  do  Chumull  noco  tard  Muirne  Munchaim. 

\      2.  Tucâd  iarum  cath  Cnucha  eaîurra  À.  iûv  Cumull  ocus  Urgrend.  Daire 

'  Dearg  mac  Echach  Find  mie  Coirpre  Galaigh  mie  Muiredaig  ocus  a  mac  .1. 

I  Aed  ic  îabain  in  chatha  i  farrad  in  Urgxinn.  Ainm  n-aill  don  Dare  sin 
Morna  Muncham.  Doberar  iarum  in  cath  iar  sin.  Dorala  itir  Luicet  ocus 
Aed  mac  Morna  isin  chaîh.  Gonus  Lucet  Aed  co  ros  mill  a  lethrosc,  cor\idde 

I  ro  m  a  ainm  Goll  0  sin  ile  é.  Dotuit  Lucet  la  Coll.  Gonas  dax\a  fer  coimeta 
corrbuilg  a  set  feisin  Cumull  isin  cath.  Dotuit  Cumull  la  Goll  mac  Morna 
isin  cath  ocus  beirid  a  foidb  ocus  a  cend  leis,  conid  de  sin  bui  fich  bunad 
itir  Finn  ocus  maccu  Morna. 

] .  Conid  de  sin  ro  cet  in  senchaià  : 

Goll  mac  Dare  Deirg  co  m-blaid 

Mie  Echach  Finn  —  finn  a  gail  — 

Mie  Cairpre  Galaid  conn-gail 

Mïc  Muiredaig  a  Findmaig.  4 


198  Macgnimartha  Find. 

Ro  marb  Goll  Luicet  na  cet 
A  cath  Cnucha.  —  nocha  bréc  —  : 
Luicel  Finn  in  gaisced  glain 
La  mac  Morna  dorochâh.  i 

Is  leis  dotait  Cumull  môr 

I  cath  Cnucha  na  cathslog. 

Aire  tucsat  in  cath  tend 

Im  fianaidccht  na  hErenn.  i  ; 

Batar  clanda  Môrna  isin  cath 

Ocus  Luaigne  na  Temrach, 

Air  ha  leo  fianus  fer  Fail 

Fri  lai  m  cach  rig  co  robaig.  i  ( 

Bui  mac  ac  Cumull  co  m-buaid 

In  Finn  fuilech  faebur  cruaid. 

Finn  ocus  Goll  —  mor  a  m-blad  — 

Tren  doronsatar  cogad.  ic 

lar  sin  doronnsatar  sidh 

Find  ocus  Goll  na  cet  n-gnim, 

Co  torcuir  Banb  Sinna  de 

Fan  niuicc  a  Temuir  Luaicre.  2. 

Aed  ba  hainm  do  mac  Dare 

Cor  gaed  Luichet  co  n-aine  : 

0  ro  gaet  in  laigne  lond, 

Aire  conraitea  ris  Goll.  G.  2^ 

4.  Torrach  ro  accaib  Cumull  a  mnai  .i.  Muirne,  ocus  beirid  si  mac  ocuii 
bertha  '  ainm  do  A.  Deimne.  Tic  Fiaccail  mac  Concinn  ocus  Bodbmall  bandrai< 
ocus  in  Liath  Luachra  do  saiged  Muirne,  ocus  beridleo  in  mac,  air  nir  km. 
a  mâthair  a  beth  aicce.  Fuidis  Muirne  la  Gleor^  Lamderg  la  ri  Lamraiga 
iardain,  conid  eiside  in  rad  Finn  mac  Gleoir.  Luid  txa  Bodbmall  ocus  in 
Liath  ocus  in  mac  leo  i  foitrïb  Sleibi  Bladma.  No  hailed  in  mac  and  sin  i 
taide.  Deithbïr  on,  ar  ba  himda  gilla  tailcair  tinnesnach  ocus  laech  neimnech 
naimdige  ocus  feinid  fergach  frithnusach  do  laecxaid  Luaigne  ocus  do  mac- 
caib  Morna  for  ti  in  mie  sin  ocus  Tulcha  m'ic  Cumuill.  Ro  ailseî  iarum  in 
dà  banfeindig  sin  fri  re  foda  fan  samail  sin. 

$ .  Tic  a  /nâthair  a  cind  se  m-Wiadan  iar  sin  d'fis  a  mie,  air  do  hinnsid 


1.  Ms.  berra. 

2.  Ms.  gleor  witii  i  added  after  0  under  the  line. 


Macgnimartha  Find.  199 

a  a  beîh  isin  inad  ut,  ocus  dono  ha  hecail  le  maie  Morna  do.  Cià  fra  acht 
^trac\\\.  as  cach  fasach  i  n-a  celé  co  rainicc  foiînb  slebe  Bladma.  Fogeib  in 
fianboiîh  ocus  in  mac  i  n-a  codlad  innti.  Ocusîocbaid  si  an  mac  i  n-a  hucht 
iardain  ocus  îimsaige  fria  he,  ocus  si  trom  iarum.  Conid  and  sin  doroin  na 
ranna  ic  muirn  im  a  mac  : 

Codait  re  suanan  saime  etc. 
Timnas  an  ingin  celcbrad  do  na  banfeindedaib  iar  sin  ocus  atbert  friu  no  in- 
gabdais  in  mac  comad  infeineàa  é.  Ocus  10  forban  in  mac  iar  sin  cur  ba 
'hinselga  e. 

6.  Tanic  in  mac  i  n-a  aenur  imach  i  n-araile  la  and  ocus  idcondairc  na 
lachain  forsin  [loch]  '.  Tarlaic  urchur  fuithib  ocus  ro  tescair  a  finnfad  ocus 
|fl  heteda  di,  co  tocuir  tamnell  fuirre  ocus  ro  gab-som  iarum  ocus  ras  fuc  leis 
^dochum  na  fianboithi.  Conid  hi  sin  cétsealg  Find. 

•  7.  Luid-sium  la  aes  cearda  iartain  for  tethed  mac  Morna,  co  m-boi  fo 
Crottaib  accu,  h  e  a  n-anmand  ^  side  :  Tuth  ocus  Ruth  ocus  Régna  Madh- 
feada  ocus  Ternie  ocus  Oilpe  ocus  Rogein.  Tanig  imbuile  tairisim  ann  sin 
cor\n-derna  carrach  de,  conid  de  dogairtea  Deimne  Mael  de.  Bi  foglaid  a 
Laigmh  in  tan  sin  .i.  Fiaccail  mac  Codhna  eside.  Dorala  dino  Fiacail  i  Fid 
Gaible  forsan  aes  cerdai  ocus  ro  marb  uili  acht  Deimne  a  aenur.  Bui-sum 
oc  Fiacail  mac  Codna  iar  sin  i  n-a  tig  a  sescinn  uairbeoil.  Teccait  in  da 
banfeindig  budes  co  tech  Fiacla  mie  Codnai  for  iarair  Dcmne  ocus  doberar 

\doib  e.  Ocus  doberait  ko  andes  hé  iartain  cusin  inad  cétna. 

8.  Dochuaid-som  laa  and  a  aenar  amach  co  riacht  Mag  Life  go  aroile 

\dun  ann,  conos  faccaid  in  macraïd  6g  oc  imain  for  faiche  in  duine.  Tic-som 
comludh  no  comimain  friu-som.  Tic  iarnabarach  ocus  doberat  cethraime 
inna  agaid.  Ticit  aris  a  trian  i  n-a  agaïd.  Cid  tra  acht  atnagat  uile  inna 

;  agaïd  fadeoig  ocus  dobered-sum  lethcluiche  forra  uili. 

i     9.  «  Cia  hainm  fil  fort?  y)  ol  siat.  «  Demne  «  ol  se.  Innisid  in  macrad  d'fir 

•  in  dunaid  inni  sin.  «  Marbthar  [?]  side  e  mad  contuicti  masa  cumachXachi  e  » 
\olse.  «  Ni  caemsamais  ni  do  «  ol  siat.  «  And  ebert  a  ainm  jnb?  »  ol  se. 
U(  Adobert  »  ol  siat,  <c  eurub  Demne  a  ainm.  »  «  Cindas  a  htccosc?  »  ol 

se.  «  Macaem  tuchtach  find  »  or  siat.  «  Is  ainm  do  Demne  Find  amlaid 
sin  »  ol  se-seam.  Conid  de  sin  adbertis  in  macrad  frisum  Finn. 

10.  Tic-sum  iarnabairech  dia  saigid  ocus  luid  euccu  i  n-a  cluichi. 
Focertat  a  lorgafair  a  n-aenfechî.  Imasai-sium  fuithibh-sium  ocus  txascraid 
morfesir  dib.  Luid  uaithib  a  foithrib  slebe  Bladma. 

1 1.  Tic  iarum  i  chind  sechimuine  iar  sin  cusin  m-baile  cétna.  Is  amlaid 


1,  Ms.  om.  loch. 

2.  Ms.  anmand,  with  a  added  under  the  Une. 


200  Macgnimartha  F'ind. 

hatdx  in  macraid  ic  snamh  forsin  loch  bi  i  n-a  farrad.  Grennaigit  i 
macrad  eisium  imîecht  d'imbadha  friu.  Lingid-sim  isin  loch  cuca  iar  si 
ocus  bàdid  nonbur  dib  {on  loch,  ocusteitjein  fa  sliab  Bladma  iar  sin.  «  Ci 
ro  haid  in  macraid  ?  »  ol  cach.  «  Finn  »  ol  siat.  Comad  assin  no  lena 
Finn  é. 

1 2 .  Tic-sium  fecht  ann  tar  Sliab  Bladma  amach,  ocus  in  da  banfendid 
immaille  fris,  co  n-acar  aima  imdiscir  ^  d'agaib  alllaïb  for  ais  in  slebi 
«  Monuar  /ra!  »  or  in  da  senîuinn  «  ni  tic  dino  astud  neich  dib  su 
accainn.  »  «  Tic  dim-sa,  »  ocus  rithaid  forro  ocus  astaid  da  n-ag  dibh  oci 
beirid  leis  dia  fianboiîh.  Dogni-som  sealg  co  gnatach  doibh  iar  sin.  «  En 
uain  3  festa,  a  gilk,  »  or  na  banfeneda  fris  «  air  atait  mie  Morna  fc 
aicill  do  marbta.  » 

13.  Doluid-sium  a  aenar  uadib  co  riacht  Loch  Lein  os  Luacliair,  ci 
athcuir  a  amsaine  ac  rig  Benntraige  and  sin.  Ni  ro  sloind-sim  isin  inna 
sin  he,  acht  cena  ni  bui  isin  re  sin  sealgaire  a  innsamla.  As  amlaid  ishe 
in  ri  fris  :  «  Dia  facbad  Cumull  mac  »  ol  se  «  andar  limm^  ro  bo  tu-sa  r 
Acht  cena  ni  cualamar-ne  mac  d'facbail  do  acht  s  Tulcha  mac  Cumail 
ocus  atà  sin  ac  ri  Albun  a  n-amsaine. 

14.  Celebraià-sim  don  ri  iar  sin  ocus  tet  uaidib  co  Carbrige  .i.  Ciarrai^, 
indiu,  ocus  atnaig  ic  a  rig  sin  a  n-amsaine.  Tic  in  ri  iarum  ac  fidcellachl  i 
n-araile  lo^.  Tecoisgid-sim  lais  ocus  berid  secht  cluichi  diaig  aroile.  «  Ci 
tu-sa  ?  »  ol  in  ri.  «  Mac  aiting  do  Luaignib  Temrach  «  ol  se.  «  Ace,  »  1 
in  ri  «  acht  is  ta  in  mac  ros  fuc  Muirne  do  Cumail,  ocus  na  bi  sunn  ni  , 
sia  narut  marbtar  for  m'enech-sa.  » 

1 5.  Luid  as  iar  sin  co  Cuillind  0  Cuanach  co  tech  Lochain  flaithgobanr 
Ingin  rocaem  laiside  .i.  Cruithne  a  halnm.  Adnaig  side  gvàd  don  gillcl 
«  Dobér-sa  m'ingin  duit  »  ol  in  goba  »  cin  co  fetar  cia  tu.  »  Faidis  i 
n-ingin  leis  in  gilla  iartain.  «  Dena  slega  dam  »  ol  in  gilla  risin  n-gobam 
Dogni  dino  Lochan  di  sleig  do.  Celeabraid  dana  do  Lochan  ocus  luid  reimC 
«  A  mk,  »  ar  Lochan  «  na  heirg  isin  slige  for  sa  m-bi  an  mue  dianadi  a/n;j 
in  Beo.  »  Is  si  ro  fassaid  meodon  Mumun.  Ocus  is  ed  tra  dorala  don  giH'i 
dul  forsin  sligïd  for  m-bi  in  mucc.  Adnaig  in  mueecuice  iar  sin.  Foceirdl 
sim  dana  urenr  di  sleigh  fuirri  co  ra  luid  irite  corus  farcaib  cen  anmain 


1.  Ms.  banfednid.  Compare  with  this  orthographies  like  ilchjaduch  Harl.  528 

2.  Ms.  imdicscir. 

3.  Ms.  buain. 

4.  Ms.  andarlat. 

5.  Ms.  ach. 

6.  Ms.  inaraik  lo  araile. 

7.  Ms.  diana. 


n  Macgnimartha  Fini.  201 

]Beirid-som  dana  ceann  na  muicce  leis  don  gobainn  a  coibche  a  ingine.  îs  de 
sin  ata  Sliab  Muice  a  Mumain. 

•  16.  Doluid  in  gilla  rome  iar  sin  i  Conachtaibh  dlarraid  Crimaill  mie 
\Trenmoir.  Amd\  ro  bai  for  a  sed  co  cualaid  gui  na  henmna.  Luid  fai  co 
n-acca  in  mnai  ocus  ba  déra  fola  cech  re  fecht  ocus  ba  sceith  fola  in  feacht 
aile,  co  m-ba  derg  a  bel.  «  Is  at  belderg,  a  ben  »  ol  se.  «  Ata  deiîhbir  ocum  » 
olsL  a  m' oenmac  do  marbad  d'oenlaechforgranda  mor  dorala  cucum.  »  «  Cia 
Mnm  do  mk?  »  ol  se.  «  Glonda  a  ainm  «  ol  si.  Is  de  ata  Ath  n-Glona  ocus 
Jochar  n-Glonna  for  Maenmuig,  ocus  is  on  beldeivgi  sin  ata  Ath  m-Beldeïrgi 
\o  sin  aie.  Luid  dino  Find  i  n-degaid  in  laich  ocus  ferait  comlonn  ocus 
■dofuit  lais  e.  Is  anûaid  immorro  ro  bui-sim  ocus  corrbolg  na  sed  aigi  .i. 
seoid  Cumuill.  Is  de  dino  dorochair  ann  sin  .i.  Liath  Luacva.  Is  e  célguin 

i^Cumull  i  cath  Cnucha. 

j     17.  Teid  i  Conachlaib  iar  sin  ocus  fageib  Crimall  i  n-a  senoir  a  n-dith- 

\reib  caille  and  ocus  drem  don  seinfeinn  maille  fris,  ocus  is  iad  sin  dogni 
sealga  do.  Tocbaid  in  corrbolg  dino  do  ocus  atfet  a  scela  0  tùs  co  deired 
ama\  ro  marb  fer  na  sed.  Ceilebraid  Finn  do  Crimall  ocus  luid  roime  d'fog- 
laim  eicsi  co  Finneces  ro  boi  for  Boin.  Nir  lam  immorro  beith  a  n-Er'vcm 

iCena  no  conn-dechaid  re  filidecht  ar  eagla  mk  Uirgr'inn  ocus  mac  Morna. 

I  18.  Secht  m-bl\adna  do  Finnecis  for  Boin  oc  urnaige  iach  Linné  Feic  ; 
air  do  bui  a  tairrngire  do  eo  Feic  do  tomailt  ocus  cen  ni  'n-a  ainfis  itk 
iarum.  Frith  in  mbradan  ocus  ro  herbad  do  Demne  immorro  in  braddn  do 
faine  ocus  asbert  an  file  fris  cen  ni  don  bradan  do  tomailt.  Dobert  in  gilla 
do  an  bradan  iar  n-afuine.  «  Inar  îomlis  ni  don  bradan,  a  gilla  ^  »  ol  in 

,file.  «  Ni  to  y>  ol  in  gilla,  «  acht  mo  ardu  do  loisces  ocus  doradus  im  beolu 
iartain.  »  «  Cia  hainm  fil  ort-sa,  a  gilla  i'  »  ol  se.  «  Demne  »  ol  in  gilla. 
«  Finn  do  ainm,  »  ol  se  «  a  gilla,  ocus  is  duit  tucad  in  bradan  dia  tomailt, 
ocus  is  tu  in  Find  co  fir.  »  Toimlid  in  gilla  in  bradan  iartain.  Is  ed  sin 

. /ra  dorât  in  fis  do  Finn  .i.  an  tan  do  bered  a  ordain  i  n-a  beolu  ocus  nocha 
na  tria  teinm  laega,  ocus  no  faillsithea  do  iarMxn  in  ni  no  bid  'n-a  ainfis. 
19.  Ro  fogluim-sium  in  treide  nemtigius  filid  .i.  teinm  laega  ocus  /mus 

Jorosna  ocus  dicedul  dicennaib.  Is  ann  sin  doroine  Finn  in  laig  si  oc  fromad 

j  a  eicsi  : 

\     20.  Cettemain  cain  ree  rosair  and  cucht  canait  luin  laid  lain  diambeith 

:  laigaig  ann  Gairid  cai  cruaid  dean  is  focen  samh  sair  suidig  sine  serbimme 
cerb  caill  craib  Cearbaid  sam  suaill  sruth  saigid  graig  luath  linn  lethaid 
folt  foda  fraich  forbrid  canacli  fann  finn  Fuabair  dsgell  sceill  shigine  imrid 
reid  riaenrith  rena  cuirither  sal  suan  tuigither  blath  inbith  Beraid  beich  beg 
anevt  bert  bond  bochta  blaith  berid  buarslaib  resliab  feraid  seng  saidbir 


202  Macgnimartha  Find. 

saith  Sein  crot  caille  ceôl  congrenn  seolsid  sldn  siadair  dean  dacach  dih  , 
do  lochlinn  lain  Lahr  tragna  trén  bard  canaid  eus  nard  nua  fallu  dotinr) 
tanlc  luachra  luad  Lingid  fainnlefannafuas  Imasoich  cruas  ciuil  crolch  foi 
brid  mes  maeîhmed  innisid  loth  loith  Leig  lath  fathfeig  fertar  cam  c 
chruaid  cuiriîher  iasg  mbrecc  mbedg  is  baie  gedg  laith  luaith  Losaid  f 
foirbrig  ogh  inabuaid  mbreg  mbras  cain  cach  caille  oinn  de  clar  cdin  cat 
mag  mdrmas  Melldag  ree  riian  gaith  garb  gain  gel  cach  ros  toirtech  sic 
subach  samh  Suidither  ialen  amilean  buirither  gort  glas  ambi  bras  glasge 
Greid  merort  imrimeach  imsemar  sreth  sluaig  rosaerad  crand  geai  istir  con. 
ôr  eilesîar  uad  Egal  ferfann  fedil  focain  aird  ucht  uisl  us  menn  imaco. 
cetteman  cain  ciuin  cucht  x. 

2 1 .  Luid  Finn  dino  co  Ceîhern  mac  Fintain  do  fogluim  eicsi  beos  aig 
Bni  \ngin  rocaem  dino  a  m-Brig  Ele  an  n-inbuid  sin  A.  a  sidh  Brig  Ele  . 
Ele  ainm  na  hingine  sin.  Batar  imresnaid  feir  Erenn  imon  ingin.  No  îegi 
cach  fer  for  uair  dia  îochmarc.  Dia  samna  cacha  bliaàna  dognithea  in  ta 
marc  ;  ar  badair  oslaicîe  sidlia  Erenn  im  samain  dogres,  air  ni  fêta  diama 
dia  samna  dogres  for  sidaib.  Cech  fer  teged  dia  îochmarc,  is  ed  dognitt 
fris  :  ro  gontafer  dia  muintir.  Do  dearbad  in  fechtais  dognitea  sin  ocus  i 
finnta  cia  dogni  beos. 

22.  Doluid  Ceîhern  in  file  dia  îochmarc  na  hingine  a  cuma  caich.  B 
holc  dino  la  Finn  a  îoidecht  Ceîhern  frisin  îoisc  sin.  Ocusba  Finnecisdino 
ainm  m\cc  Cumuill  in  îan  sin.  Doronsaî  îri  lurga  dib  oc  îoidecht  don  tocl. 
marc.  Nonbur  cech  luirg  dib.  In  îraîh  doloîar  dochum  inî  sida  gaeîafer  di 
muinîk  eîarra  ocus  ni  fes  cia  noî  geogna.  Oircbel  Eces  ainm  in  fir  gaet 
ann.  Is  de  Ftvî  Oircbeil  i  Cluain  Foîa.  Scarsaî  iarsin  ocus  luid  Finn  uaidi 
ocus  ni  îhaire.  Ba  saeîh  dino  la  Finn  anni  sin  ocus  ba  mêla  mor  lais. 

23.  Luid-sim  co  ranicc  do  îig  an  feineda  .i.  Fiackch  mk  Conchinn  c 
Sleib  Marga;  is  ann  bui  a  aiîreib  sin  in  îan  sin.  Accainis  Finn  dino 
imnedfris  ocus  ro  indis  do  ama\  ro  bith  in  fer  occa  isin  sidh.  Aîberî  Fia 
clach  fris  ar  îechî  co  n-deisid  oc  dib  cichib  Anann  iar  Luachair.  Luid  din> 
co  n-deisid  iîir  in  da  dun  fileî  iîir  da  cich  Anand. 

24.  A  m-bai  n-and  iarum  inîi  Finn  eaîurra  aidchi  samna  co  n-accai  i. 
da  sid  osluicîi  ime  .i.  in  da  danad  iar  sciîhlim  a  fe  fiadibh.  Co  n-acca 
ielne  mor  cechtar  in  da  dunad  .i.  co  cualaid  in  guîh  di  araile  cond-ebert 
a  In  maiîh  bar  suabais-si  ?  »  «  Maiîh  em  »  ol  in  guîh  issin  sidh  araile 
Ceisd  :  «  In  ni  berîar  ni  uaine  duib-si?  Dia  îardîar  dino  duin-ne  sin,  ber- 
îhar  ni  daib-si  îar  a  eisi.  »  A  m-bui  Find  and  co  n-accai  fer  assin  sidh 
Losaî  i  n-a  laim  co  muic  slainsi  fuirri  ocus  laeg  fuinîi  ocus  dlochî  cretni 
ann  dia  samna  sin.  Doluid  in  fer  sech  Find  do  ascnam  inî  sidha  eli.  Foceirù: 
Finn  urchur  do  sleig  Fiaclaid  mk  Conchinn.  Berîais  uaid  ânes  do  Sleil\ 


Macgnimarîha  Find.  205 

Mairge.  Asbert  Find  and  sin  :  «  Ma  dia  roised  int  sleg  nech  uainn,  diamad 
beo  de.  Doig  lium  ha  si  digail  nio  celé.  » 

;  2j.  Teichid  sin  co  cualaid  focheXoir  in  mairgnigh  ocus  inna  caine  mor  ' 
tond-ebert  : 

«  Do  gai  Birga  Forberba  dorochair  Aed  mac  Fidga. 

Do  sleigh  Fiaclaig  m\c  Codna  ro  geoguin  Finn  iar  n-imdai.  » 

Tainic-  dino  Fiacail  iar  sin  co  Finn  co  m-bi  oc  dib^  cichib  Anann.  Ro  fiar- 
faig  Fiacail  di  cia  rotnoirg.  «  Ni  fedar  »  ol  Finn.  «  Cid  ni  fil  ha  arsodain 
don  arcur  ro  laais,  doig  em  »  ol  FiacaW  «  condrigeisi  nech  do  gain.  Is 
doig  lium,  »  ol  Fiacail  «  mina  derna  anocht,  ni  digne  co  cend  m-blhdna 
doridisi.  »  Asb&vt  dino  Finn  doteilgestar  iircur  ocus  ba  dochu  lais  ro  soicli 
nech  ocus  docualaid  in  cainead  mor  isin  sidh  conad  asbert  : 
R.   «  Neim  in  gai  seo 

Is  neim  in  cdch  isa  gai 

Ocus  neim  in  caich  ro  là 

Neim  in  caich  no  ailcedai.  » 

26.  Ro  gab  Finn  mnai  fri  sid  Cruachain  Brig  Elle  amuig  a  n-gell  rena 
gai.  Ro  gcall  in  ben  an  gai  amach  îar  a  cenn.  Leicid  Finn  in  mnai  nadha 
isin  sidh.  Is  and  isbevt  in  ben  iar  tiachtain  4  isin  sidh  : 

«  Neim  in  gai 
Is  neim  in  Idm  ro  lai  de. 
Mina  curf/iir  assin  sidh, 
Gebaid  conach  in  tir  de.  « 

Atnagar  an  gai  imach  iar  sin  ocus  berid  Finn  lais  é  co  hairm  i  m-boi  Fia- 
cail. «  Maith  »  ol  Fiacail  u  bith  agud  in  gai  dia  n-dernais  in  gnim  n-am- 
'fa.  »  Asbert  Fiacail  ann  sin  ba  segda  in  fectus  diar  gonad  in  fer  s  ro 
■geoguin  a  cele-sim  Finn.  <(  In  fer  rod  goin  ann  so  »  ol  se  «  is  eside  ro 
geodnad  cech  fer  teged  do  tochmarc  ^  na  hingine,  fodaig  is  eside  ro  carastar 
an  ingin. 

|i  27.  Lodar  reompu  iar  sin  Find  ocus  Fiacail.  Bui  dino  dail  Fiacla  frisin 
■feind  a  n-Inber  Colptha.  Asbert  dino  fri  Finn  air  co  tiasat  gid  daimh  dia 
tig  0  ro  gle  a  toise.  Asbert  Finn  :  «  Nom  leic-si  let  »  ol  se.  «  Ni  hail  dam 
do  tiachxain  lim,  »  ol  Fiacaxl  «  ar  teith  urcra  lathair  fort.  »  «  Forfinn- 


1.  Ms.  moi. 

2.  Ms.  slainic. 
}.  Ms.  di. 

4.  Ms.  tiachx. 

$.  Ms.  diargonad  infer  diargonad  infer. 

6.  Ms.  tomarc.  ■ 


204  Macgnimarîha  Find. 

fat  »  ol  Finn.  Lotar  ass  iarum.  Da  meall  dec  do  luaige  fo  hragait  in  Fiat 
do  toirmesc  a  luiîh  ar  a  laas.  No  leicedh  cech  mell  ar  uair  dibli  uada  oc 
dobert  Finn  leis  iat  ocus  nir  luaithe  dorith  Fiacla  beos  ina  dorith  Finn. 

28.  Ro  soichit  Inber  Colptha.  Dobert  Find  air  sin  a  mill  luaide  do  . 
XII.  ocus  ba  maith  leis.  Faidetar  ann  iaram  in  aidchi  sin.  Doberaid  iaru 
for  Hnn  foraire  do  denum  an  oidche  sin,  ocus  isberî  fris  ar  conduisced 
feinnig  dia  cloised  a  n-ecin.  A  m-bui  Find  and  iaram  îrath  do  aidchi 
cualaid  an  egem  atuaid  ocus  ni  ro  duisid  infeinldK  Luid  a  aenur  fon  eigt 
co  Sleib  Slangha.  A  m-boi  Finn  ann  iarum  trath  nona  do  aidchi  la  Ulltu 
far  nie  tri  mna  and  ar  a  cinn  ac  duma  glas  co  conngnaib^  bansidha.  A  m-b 
tax  oc  caine  ar  in  duma  sin  doberdis  a  lama  uile  forsin  duma  beos.  TeicI 
iaram  na  mna  isin  sidh  re  Finn.  Tarraid  Finn  oenmnai  dib  oc  techt  a  sii 
Slang.  Gadas  Finn  a  heo  as  a  brut.  Doluid  in  ben  a  n-a  degaid  ocus  gaie 
Finn  fa  eo  a  bruitt  do  tobuirt  di  ocus  isbert  nar  bo  du  di  teacht  co  n-fl/«ij 
isin  sidh  ocus  targaig  logh 

1.  Ms.  fein-j. 

2.  There  seems  to  be  a  punctum  delens  under  the  compendium  for  con. 


LA  PROSE  DE  SAINT  COLUMBA. 


Parmi  les  saints  qui  ont  illustré  l'Irlande,  il  n'en  est  point  après  saint 
Patrice  dont  la  légende  soit  plus  belle  que  celle  de  saint  Columba  (Mon- 
talembert,  Les  moines  d'Occident,  III,  p.  ioi-i?i).  Inscrit  dans  le  mar- 
tyrologe romain  au  9  juin  {Martyrologiuin  Notkeri  dans  Canisius,  Lectiones 
Anticjuae,  VI,  p.  761,  et  Cardinal  Baronius  dans  ses  annotations  au 
martyrologe)  Columba,  que  l'on  a  quelquefois,  mais  à  tort,  confondu 
avec  saint  Columban,  vécut  dans  le  vi^  siècle  (521-591).  Sa  vie  fut 
écrite  avec  beaucoup  de  charmes  par  Adamnan  et  a  été  publiée  pour  la 
première  fois  par  Canisius  {Lectiones  Antiquae,  V,  p.  5  59-621)  d'après  un 
manuscrit  du  monastère  de  Windberg  en  Bavière  :  elle  a  été  reproduite 
par  Thomas  Messingham  [Florilegium  insulae  sanctorum,  seu  Vitae  et  acta 
sanctoram  Hiberniae,  Paris,  1624,  p.  141-184,  avec  un  portrait  du  saint), 
,  Colgan  [Acta  SS.  Hiherniae,  II,  p.  336-372),  les  BoUandistes  (Juin,  II, 
p.  197-236),  Gonon  {Vitae  patrum  occidentis,  Lyon,  1625,  p.  420), 
Pinkerton  ÇVitae  antiquae  sanctorum,  1789,  p.  47-187),  Migne  [Patrolo- 
giae  cursus,  LXXXVIII,  p.  726)  et  la  Société  archéologique  d'Irlande 
{Life  of  S.  Columba  by  Adamnan  abbot  of  Hy  or  lona,  by  Wm.  Reeves. 
Dublin,  1857).  Une  autre  vie  de  ce  même  saint  a  été  donnée  par  D.  Ma- 
billon  {Acta  SS.  OSB.  I,  p.  361-366),  et  commentée  par  le  P.  Baertius 
(Bolland.  Jun.  II,  p.  180-189].  La  mission  de  S.  Columba  a  été  juste- 
ment admirée  par  le  vénérable  Bède  qui  l'appelle  «  le  premier  docteur 
de  la  foi  chrétienne  chez  les  Pietés  du  Nord  et  le  premier  fondateur  du 
monastère  de  l'île  de  lona  ».  Aussi  son  souvenir  est -il  resté  très  popu- 
laire (Historia  ecclesiast.  gentis  Anglorum,  anglo-saxonice  et  latine,  Canta- 
brigiae,  1644,  lib.  III,  cap.  4,  et  lib.  V,  cap.  10).  Jacques  Usserius 
{Britannicarum  ecclesiarum  Antiquitates,  Londres,  1687,  p.  559-364) 
Rev.  Celt.  V  14 


2o6  La  prose  de  saint  Columba. 

décrit  fort  au  long  les  travaux  de  saint  Columba  comme  apôtre  et  nous 

rappelle  les  noms  de  douze  de  ses  disciples  qui  continuèrent  son  œuvre. 

Mais  si  la  vie  et  la  mission  de  notre  saint  sont  connues,  il  n'en  est 
pas  de  même  de  ses  écrits.  Très  peu  d'auteurs  en  ont  parlé.  Colgan  est 
le  seul  qui  ait  publié  un  hymne  attribué  à  saint  Columba,  et  sans  le  tra- 
vail remarquable  du  savant  D'  Todd  (Book  of  hymns  of  the  Ancient  Irish 
Church,  fasc.  II,  Dublin,  p.  201-251)  nous  ne  saurions  absolument  rien 
de  ses  œuvres. 

Dans  ces  derniers  temps,  mon  attention  fut  appelée  sur  des  gloses  ^ 
bretonnes  que  j'avais  signalées  dans  mon  catalogue  encore  inédit  des 
mss.  de  Fleury  et  qu'a  publiées  M.  Bradshaw.  Un  article  de  M.  Gaidoz 
dans  la  Revue  celtique  sur  les  hymnes  de  l'ancienne  liturgie  irlandaise  me 
remit  en  mémoire  un  document  que  je  ne  savais  à  qui  attribuer.  En 
effet,  dans  un  manuscrit  de  la  bibhothèque  d'Orléans,  si  riche  encore 
malgré  ses  pertes  immenses,  je  trouvai  au  milieu  des  œuvres  de  saint, 
Prosper  un  rythme  alphabétique  sans  titre  que  j'aurais  pris  tout' 
d'abord  pour  des  vers  de  l'auteur  ci-dessus  mentionné,  sans  une  note 
écrite  d'une  main  moderne  :  «  Haec  quae  secuntur  aliéna  sunt  a  gravi- 
tate  Prospero  familiari,  ce  qui  suit  est  peu  conforme  à  la  gravité  ordi- 
naire de  saint  Prosper.  »  Je  reconnus  que  c'était  l'hymne  de  saint 
Columba.  Pour  expliquer  l'origine  de  ce  document,  il  me  faudrait  racon- 
ter dans  tous  leurs  détails  les  rapports  de  Fleury-sur-Loire  avec  l'Angle- 
terre et  la  Bretagne,  je  le  ferai  plus  tard,  en  publiant  une  nouvelle  viCj 
de  saint  Paul  de  Léon  d'après  un  ms.  de  ce  même  monastère.  Je  me' 
bornerai  aujourd'hui  à  donner  une  description  exacte  du  ms.  qui  m'a 
fourni  l'hymne  dont  je  reproduis  le  texte. 

Le  ms.  146,  du  x"^  siècle,  est  d'une  magnifique  exécution,  offrant  très, 
peu  d'abréviations.  Chaque  strophe  commence  par  une  majuscule  hors; 
texte  de  huit  millimètres,  tandis  que  les  lettres  ordinaires  n'en  ont  que 
quatre.  La  feuille  entière  comprend  0,28  de  hauteur  et  0,21  de  largeur, 
mais  la  partie  écrite  n'a  que  0,176  sur  0,125,  ce  qui  donne  detrèSi 
belles  marges  de  chaque  côté,  au  haut  et  au  bas.  Les  lignes  sont  très' 
espacées,  puisque  la  page  entière  n'en  contient  que  dix-huit,  réglées  à 
la  pointe  sèche.  Le  volume,  couvert  d'une  peau  grossière,  est  relié  en 
bois,  d'une  épaisseur  de  0,05  centimètres,  et  est  parfaitement  conservé, 
ce  qui  donne  une  grande  valeur  à  mon  texte. 

L'hymne  commence  à  la  neuvième  ligne  de  la  page  300  (la  pagination 
est  toute  moderne)  et  se  termine  à  la  page  308.  La  lecture  n'offre  aucune 
difficulté.  Quelques  mots  sembleront  un  peu  barbares,  parce  qu'ils  ne  se 
trouvent  pas  dans  Ducange  ;  mais  ils  pourraient  donner  lieu  à  une  foule 


La  prose  de  saint  Columba.  207 

.  de  remarques  et  de  notes  curieuses  dont  je  m'abstiendrai,  après  le  tra- 
vail du  D''  Todd.  D'ailleurs,  pour  quiconque  a  lu  les  vies  de  S.  Columba, 
de  S.   Samson,  de  S.  Gildas,  de  S.  Paul  de  Léon,  et  de  beaucoup 
d'autres  saints  de  la  Bretagne,  il  est  hors  de  doute  qu'il  serait  facile  de 
composer  un  véritable  glossaire,  auquel  on  pourrait  donner  le  nom  de 
Glossaire  latin-celtique. 
f      En  outre,  mon  ms.  a  été  revu  et  corrigé  par  un  scribe  postérieur,  car 
!  j'ai  vu  plusieurs  corrections  que  j'indique  dans  le  texte  ;  la  plus  impor- 
tante à  signaler  est  celle  de  quorus^  qui   doit  être  lu  quorum  :  aussi 
au-dessus  de  l'i,  on  voit  trois  points  (vers  81). 
f      Ce  rythme  renferme  toutes  les  lettres  de  l'alphabet  et  comprend  douze 
î  petits  vers,  sauf  la  lettre  A  qui  en  a  quatorze  et  la  lettre  Z  qui  en  a  seize. 
Ces  vers,  dont  la  forme  appartient  aux  tétramètres,  se  composent  en 
■  général  de  huit  syllabes  et  riment  deux  à  deux,  sauf  le  vers  25.  Sept 
!  vers  seulement  ne  sont  pas  tétramètres  (2,  14,  22,  55,  97,  102,  119). 
i      Enfin,  après  la  strophe  Z  se  trouve  une  oraison  qui  prouve  que  ce 
I  document  est  un  monument  liturgique. 

Je  ne  veux  pas  faire  l'analyse  de  cette  prose  mesurée  telle  que  la 
donne  le  ms.  146;  elle  n'est  que  le  développement  de  l'Ecriture  Sainte 
rapportant  la  création  des  anges  et  la  chute  de  Lucifer,  la  Genèse  du 
monde  et  de  l'homme,  sa  désobéissance,  la  description  de  l'enfer,  du 
jugement,  de  la  fm  du  monde,  et  le  séjour  des  âmes  dans  le  ciel.  Tel 
qu'il  est,  cet  hymne  ecclésiastique  n'a  d'autre  intérêt  que  celui  d'appar- 
tenir à  l'Église  d'Irlande  et  d'avoir  été  composé  par  S.  Columba.  Pour 
notre  pays,  il  a  une  valeur  plus  grande  encore,  parce  qu'il  fait  mieux 
ressortir  l'importance  du  monastère  de  Fleury-sur-Loire,  dont  l'influence 
sur  les  Iles  Britanniques  n'a  pas  encore  été  étudiée. 


Altus  prosator  vetustus       Dierum  et  ingenitus 
Erat  absque  origine       Primordii  et  crepidine 
Est  et  erit  in  sascula       Saeculorum  infinita 
Cui  est  unigenitus      Christus  et  Spiritus  sanctus 
5  Coaeternus  in  gloria       Deitatis  perpétua  : 
Non  très  deos  depromimus       Sed  unum  Deum  dicimus 
Salvâ  fide  in  personis      Tribus  gloriosissimis. 

Bonos  creavit  angelos      Ordines  et  archangelos 
Principatuum  sedium       Potestatum  et  virtutum, 


2o8  La  prose  de  saint  Columba. 

10  Uti  non  esset  bonitas      Otiosa  ac  majestas 
Trinitatis  in  omnibus       Largitatis  muneribus  ; 

i 

Sed  haberet  cœlestia       In  quibus  previlegia 
Ostenderet  magnopaere      Possibili  fatimine, 

Cœli  '  de  regni  apice       Stationis  angelicae 
^        Claritate  pro  fulgoris      Venustate  speciminis 
Superbiendo  ruerat      Lucifer  quem  formaverat 
Apostataeque  angeli       Eodem  lapsu  lugubri 
Auctoris  cœnodoxiae       Pervicacis  invidiae 
Céleris  remanentibus      in  suis  principibus. 

20    |-x  raco  magnus  teterrimus      Terribilis  et  antiquus 
L'Qui  fuit  serpens  lubricus      Sapientior  omnibus 
Bestiis  et  animantibus      Terrae  ferocioribus 
Tertiam  partem  syderum       Traxit  secum  in  baratrum 
Locorum  infernalium       Diversorumque  carcerum 

25  Refugas  veri  luminis       Parasito  praecipites. 

Exceisus  mundi  machinam       Praevidens  et  armoniam 
Cœlum  et  terram  fecerat      Mare  et  aquas  condidit 
Herbarum  quoque  germina       Virgultorum  arbuscula 
Solem,  lunam  ac  sydera       Ignem  ac  necessaria 
30  Aves  pisces  et  pecora      Bestias  animalia 

Hominem  demum  regœre       Protoplaustum  praesagmine. 

Factis  simul  syderibus      ^Etheris  luminaribus 
Conlaudaverunt  angeli       Factura  pro  mirabili 
Inmensae  molis  Dominum       Opificem  cœlestium 
3  5  Praeconio  laudabili       Debito  et  inmobili 

Concentuque  egraegio      Grates  egerunt  Domino 
Amore  et  arbitrio       Non  naturae  donario. 

Grassatis  primis  duobus  Seductisque  parentibus 

Secundo  ruit  diabolus  Cum  suis  satellitibus 

40  Quorum  orrore  vultuum  Sonoque  volitantium 

Consternarentur  homines  Metu  territi  fragiles 

1.  Le  C  est  carré  et  ressemble  à  un  L  double. 


La  prose  de  saint  Columba.  209 

Non  valentes  carnalibus       Heec  intuaeri  visibus 
Qui  nunc  ligantur  fascibus       Ergastolorum  nixibus. 

Hic  sublatus  e  medio       Dejectus  est  a  Domino 
^^  Cujus  aeris  spatium       Constipatur  satellitum 

Globo  invisibilium      Turbido  per  duellium 
Ne  malis  exemplaribus       Inbuti  ac  sceleribus 
Nullis  umquam  tegentibus       Septis  ac  parietibus 
Fornicarentur  homines       Palam  omnium  oculis. 

50    ¥  nvehunt  nubes  pontias      Ex  fontibus  brumalias 

1  Tribus  profundioribus      Oceani  dodrantibus 

Maris,  cœli  clematibus       Cheruleis  turbinibus 

Profuturas  segetibus      Vineis  et  germinibus 

Agitatae  flaminibus      Thesauris  emergentibus 
5  5  Quique  plaudes  marinas      Euacuant  reciprocas. 

Kaduca  ac  tirannica       Mundique  momentanea 
Regum  praesenti  gloria       Nutu  Dei  deposita 
Ecce  gygantes  gemere       Sub  aquis  magno  ulcère 
Conprobantur  incendio      Aduri  ac  supplicio 
60  Cocitique  carubdibus       Strangulati  turgentibus 
Scillis  obtecti  fluctibus       Eliduntur  et  (s)crupibus. 

Ligatas  aquas  nubibus      Fréquenter  crebrat  Dominus, 
Ut  ne  erumpant  protinus       Simul  ruptis  obicibus, 
Quarum  uberioribus      Venis  velud  uberibus 
65  Pedetentim  natantibus      Telli  pertractus  istius 
Gelidis  ac  ferventibus       Diversis  in  temporibus 
Usquam  influunt  flumina      Numquam  deficientia. 


M 


agni  Dei  virtutibus      Appenditur  dealibus 
Globus  terrse  et  circulus      Abysso  magnae  inditus 
70  Suffultu  Dei  idama      Omnipotentis  valida 

Columnis  velud  vectibus       Eundem  sustentantibus 
Promontoris  et  rupibus       Solidis  fundaminibus 
Velud  quibusdam  basibus       Firmatis  inmobilibus. 

Nulli  videtur  dubium       In  imis  esse  infernum 
, ,  Ubi  habentur  tenebrœ      Vermes  et  dirae  bestiae 


p 


210  La  prose  de  saint  Columha. 

Ubi  ignis  sulphurens      Ardens  flammis  ac  dacibus. 
Ubi  rugitus  hominum       Fletus  et  stridor  dentium, 
Ubi  gehennae  gemitus      Terribilis  et  antiquus 
.  Ubi  ardor  flammaticus      Sitis  famisque  orridus. 


80   >^rbem  infra  ut  legimus      Incolas  esse  novimus 

vyQuorus'  genus  praecario       Fréquenter  flectit  Domino, 
Quibusque  inpossibile       Librum  scriptum  revolvere 
Obsignatum  signaculis       Septem  de  Christi  monitis 
Quem  idem  [re]signaverat      Postquam  victor  extiterat 

85  Explens  sui  praesagmina      Adventus  prophetalia. 

Plantatum  a  prochemio       Paradysum  a  Domino 
Legimus  in  primordio       Genesis  nobiiissimo 
Cuius  ex  fonte  flumina      Quattuor  sunt  manantia 
Cuius  etiam  florido       Liguum  vitae  in  medio 
90  Cuius  non  cadunt  folia      Gentibus  salutifera 
Cuius  inenarrabiles       Deliciae  ac  fertiles. 


Quis  ad  condictam  Domini       Montem  conscendit  Sinai 
Quis  audivit  tonitrua       Ultra  modum  sonantia, 
Quis  clangorem  perstrepere      Inormitatis  bucinas 
95  Quis  quoque  vidit  fulgora      In  gyro  coruscantia 
Quis  lampades  et  iacula      Saxaque  conlidentia 
Praeter  Israhelitici      Moysen  judicem  populi  ? 


iXi 


egis  regum  rectissimi      Prope  est  dies  Domini, 
-Dies  irae  et  vindictae      Tenebrarum  et  nebulae 
100  Diesque  mirabilium       Tonitruorum  fortium, 
Dies  quoque  angustiae       Meroris  ac  tristitiae 
In  qub  cessabit  mulierum      Amor  ac  desiderium 
Hominumque  contentio       Mundi  huius  et  cupido. 

S  tantes  erimus  pavidi      Ante  tribunal  Domini 
.  _  _,        Reddemusque  de  omnibus      Rationem  adfectibus 
Videnies  quoque  posita      Ante  obtutus  crimina 
Librosque  conscientiae       Patefactos  in  facie, 

I.  Vs  est  marqué  de  trois  points,  mais  sur  l'u  se  trouve  le  signe  abréviatif  de  1'/ 


La  prose  de  saint  Columba. 
In  fletus  amarissimos      Ac  singultus  aerumpemus 
Subtracta  necessaria       Operandi  materia. 


t; 


luba  primi  archangeli      Strepente  admirabili 
Erumpent  munitissima       Claustra  ac  poliandria 
Mundi  presentis  frigola       Hominum  lucescentia 
Undique  conglobantibus      Ad  conpagines  ossibus 
Animabus  etralibus       Eisdem  obviantibus 
1 1 5  Rursumque  redeuntibus      Debitis  mansionibus. 


v; 


ragatur  ex  climactere      Orion  celi  cardine 
Derelicto  Virgilio       Astrorum  splendiensimo  ' 
Per  metas  tethis  ignoti      Orientalis  circuli 
Gyrans  certis  ambagibus       Redit  priscis  reditibus 
120  Oriens  post  biennium       Vesperugo  in  vesperum 
Sumpta  in  problematibus       Tropicis  intellectibus, 

Xristo  de  coelis  Domino       Descendente  celsissimo 
Praefulgebit  clarissimum       Signum  crucis  et  vexilium 
Tectisque  luminaribus       Duobus  principalibus 
125  Cadent  in  terram  sydera       Ut  fructus  deficulnea 
Eritque  mundi  spatium       Ut  fornacis  incendium 
Tune  in  montium  specubus      Abscondent  se  exercitus, 


y; 


'mnorum  cantionibus      Sedulo  tinnientibus 
Tripudiis  sanctis  milibus      Angelorum  vernantibus 
ijo  Quattuorque  plenissimis       Animalibus  oculis 
Cum  viginti  felicibus      Quattuor  senioribus 
Coronas  admittentibus      Agni  Dei  sub  pedibus 
Laudatur  tribus  vicibus      Trinitas  aeternalibus. 

Zelus  ignis  furibundus      Consumet  adversarius 
.  _, ,        Nolentes  Christum  credere       Deo  a  pâtre  venisse, 
Nos  vero  evolabimus      Obviam  ei  protinus 
Et  sic  cum  ipso  erimus      In  diversis  ordinibus 
Dignitatem  pro  meritis      Proemiorum  perpetuis 

I.  Au-dessus  de  en,  dis. 


212  La  prose  de  saint  Columba. 

Permansuri  in  gloria      A  seculis  in  secula. 
1 40  Quis  potest  Deo  placera      Novissimo  in  tempore 
Variatis  insignibus      Veritatis  ordinibus. 

Adesto  Domine  officio  servitutis  nostrae,  ut  quia  tu  dignatus  es  lavare 
pedes  discipulorum  tuorum  opéra  manuum  tuarum  ne  despicias,  quae 
nobis  retinenda  mandasti,  sed  sicut  his  abluuntur  exteriora  inquinamenta: 
corporum,  ita  perte  omnium  nostrorum  interiora  laventur  peccata.  Pei'j 
Dominum  nostrum,  etc. 

Ch.  Cuissard. 


MANUMISSIONS 


LEOFRIC    MISSAL 


I  hâve  recently  come  across  some  unpublished  ms.  entries  of  manu- 
missions  of  slaves,  which  may  be  thought  to  deserve  a  place  in  the 
pages  of  the  Revue  Celtique.  Although  they  are  written  in  Anglo-Saxon 
they  belongtothe  half-Saxon^  half-Celtic  diocèse  of  Exeter,  and  préserve 
a  few  names  of  places  which  hâve  an  evidently  Celtic  ring  about  them. 
They  occur  on  fol.  8b  of  the  Leofric  Missal  a  x-xi  cent.  ms.  now  pre- 
served  in  the  Bodleian  Library  at  Oxford.  This  Service  Book  was  pre- 
sented  to  Exeter  cathedral  by  Leofric,  the  last  Bishop  of  Crediton  A.  D. 
1046-10 50  who  in  the  latter  year  transferred  the  see  from  Crediton  to 
Exeter,  and  sat  as  first  Bishop  of  Exeter  A.  D.  1050-1072.  His  see  was 
co-extensive  with  the  modem  counties  of  Devonshire  and  Cornwall. 

Some  uncertainty  hangs  over  the  nationality  of  Leofric.  Inett  calls 
him  «  a  Burgundian'  «.  Oliver  is  a  little  more  circumstantial  and  descri- 
bes  him  as  «  descended  from  an  illustrious  family  in  Burgundy  »  -,  but 
as  neither  of  thèse  writers  produce  any  authority  for  their  statements, 
and  as  évidence  can  he  produced  which  is  inconsistent  with  them,  the 
Burgundian  theory  may  be  dismissed  without  further  notice.  Florence  of 
Worcester  calls  him  'Britonicus',  a  word  which  has  been  interpreted 
tomean  «  a  Breton  »  or  «  native  of  Brittany  »  by  M'  Pedler  ?,  and  Pro- 
fessor  Stubbs  4_,  and  «  an  inhabitant  of  the  Cornish  portion  of  the  dio- 
cèse of  Crediton  »  by  M""  Freeman  5 .  The  latter  interprétation  seems 


1.  Inett  J.,  Origines  anglicane,   18 j 5,  l,  468. 

2.  Oliver  G.,  History  of  Exeter,  182 1,  p.  15. 

3.  Anglo-saxon  episcopate  of  Cornwall,  p.  47. 

4.  Foundation  of  Waltham  abbey  (or  De  Inventione  Crucis),  p.  ix. 

5.  Norman  conquest,  ij,  83. 


2 1 4  Manumissions  in  the  Leofric  Missal. 

to  be  the  more  probable  ;  yet  a  person  bearing  the  common  Saxon  nam 
of  Leofric  ',  cannot  hâve  been  a  Celt  pure  and  simple,  and  «  Britonicus 
can  only  imply  that  be  was  born  on  what  was  actually  or  traditionall 
Celtic  ground,  or  that  on  one  sideof  his  family  Celtic  blood  was  flowin 
in  his  veins. 

Thèse  manumissions  are  written  on  fol.  8b.  of  the  Leofric  Missal 
The  text  runs  as  follows.  The  original  spellings  and  divisions  of  word 
hâve  been  retained.  For  want  of  a  fount  of  Anglo-Saxon  type  the  thor 
of  the  ms.  has  been  represented  by  th,  the  barred  d  by  the  Greek  o. 

(i)  j- thys sint thara manna naman oe man freode for ordgar cet bradanstan, 
Za  he  lœg  on  adle^  th  ys  cynsie  fram  liwtune,  7  godcildoj  lamburnan,  7  leo\ 
fric  of  swuran  tune  dota  wines  sunu,  7  eadsige  of  cyric  forda,  7  œlfgyth  c 
hoc  lande,  7  smala  of  ocmund  tune,  7  wifman  of  brada  stane,  7  byrhflœ 
of  tref  meu  tune,  7  œlflœd  of  clymes  tune,  on  wynstanes  gewytnesse  mœsse. 
preostes,  7  on  wulfsies  œt  lamburnan,  7  on  eallra  para  hired  preosta,  7  œl)'. 
gyZ  of  swuran  tune,  7  thœr  his  to  gewitnysse  cynsie  p[reost],  y  goda  p[reosf' 
7  œlfric  p[reost]  oe  this  gewryt  wrat,  this  was  œt  borslea  gedon  for  ordgar. 

(2)  -J-  eadgifu  gefreode  œlfgile  birhsies  dohtor  hlaf  bryttan  œt  borslea  0 
feower  wegas,  on  wynstanes  gewittnesse  mœssep[reostes]  7  on  goda  p[reostei 
7  on  cynstanes  goda  suna,  7  on  afan.  birhtric  gefreode  œffan  œtcurritune  0 
brunes  gewitnesse  messe  p[reostes],  7  on  wynstanes  p[reostes],  7  on  eallr 
thœra  hyred  p[reosta]. 

(3)  f  eadgyfu  gefreode  leofrune  œt  curritune  for  ordgar,  on  brunes  gewii 
nesse  messe  preostes,  7  on  ealra  thœra  hyred  preosta. 

(4)  f  byrhtric  gefreode  ribrost  7  hwite  on  middes  wintres  messe  dœg  a 
tiwdrhel  on  prudes  gewitnysse  mœsse  preost. 

(5)  T"  ^<^àgyfu  gefreode  wulfric  on  feower  wegas  thrim  ucan  œr  midda 
sumera  on  gewitnysse  byrstanes  mœssepreostes,  7  on  cynstanes,  7  on  clerici 
the  this  gewraî. 

(6)  \  eadgyfu  gefreode  wulfwunne  on  middes  summeres  mœsse  dœg,  0 
wulfnothes  gewitnysse  mœsse  preostes,  7  on  ealra  thœra  hired  preosta. 

(7)  f  eadgyfu  gefreode  œthelgyfe  wuncildes  wif  on  feower  wegas  on  middit 
sumeres  mœsse  œfen  œt  brœg,  on  brunes  gewitnisse  mœssep[reostes],  j  0 
wulfnooes  messe  p[reostes],  7  on  eallra  thœra  hyred  preosta. 


I.  e.  g.  Leofric  Earl  of  Mercia  or  Coventry,  f  1057.  His  grandfather  and  that  persoij 
great  grandfather  bore  the  same  name.  A  duke  Leofric  and  an  Abbot  Leofric  witness  i 
charter  of  king  Ethelred  in  994  (Kemble,  Cod.  diplom.,  n°  686.  Many  more  instano 
of  the  name  occur  in  W.  de  G.  Birch's.  Index  of  Saxon  abbots,  p.  82.  Three  persoi 
named  Leofric  are  among  the  witnesses  to  manumissions  in  the  Leofric  missal. 


Manumissions  in  the  Leofric  Missal.  2 1 5 

We  may  notice  in  thèse  entries  : 

(a)  The  préservation  ofseveral  otherwise  unknown  names  of  persons 
'and  places  in  Devon  and  Cornivall. 

1  (b)  An  allusion  to  an  office  or  occupation  in  the  «  hlaf  bryttan  »  as  a 
i  description  of  Birhsie  in  line  9. 

'  (c)  Proof  of  the  existence  in  Great  Britain  of  a  custoin,  unevidenced 
•hitherto  by  any  published  anglo-saxon  documents,  and  perhaps  confined 
'to  Devon  and  Cornwall,  of  manumitting  slaves  at  places  where  four  cross 
roads  met.  «  On  feower  wegas.  »  The  prevalence  of  such  a  custom  in 
England  has  been  inferred  by  Mi"  Kemble  '  from  its  later  use  in  England, 
|and  from  its  use  among  other  Teutonic  nations,  and  this  extract  from 
the  Leofric  Missal  proves  the  correctness  of  his  inference.  Publicity 
was  secured,  and  freedom  was  symbolized  by  the  choice  of  such  a 
■locality.  Thèse  manumissions  were  entered,  in  the  same  way  as  manu- 
'  missions  made  before  a  high  altar,  in  a  Service  Book  of  the  nearest 
cathedral  or  important  Abbey  Church. 

The  foUowing  names  of  persons  and  places  occur  in  the  above  entries  ; 
the  suggested  identifications  of  the  latter  are  based  mainly  upon  the 
Domesday  Book. 

i  Persons  Places. 

MUa  (2)  Bocland  (i)  Buckland  in  Devon. 

Mfgyth  ( I  )  Borslea  (  i  )  (2)  Boslie  (Bowsleigh)  in  Devon. 

M\f\xd  (1)  Bradanstan  (i)  Bradstone  in  Devon. 

MUric  (i)  Braeg  (7)  near  Helston  in  Cornv/all. 

Afa  Clymestun  (i)  Climestone  in  Cornwall. 

Birhsie  (2]  Curritun  (2)  (]]  Coryton  in  Devon. 

Birhtric  (2)  (4)  Cyricforda  (1)  Churchford  ? 

Brun  (2)  (?)  (6)  Lamburnan  (1)  Lamborne.? 

Byrflœd  (1)  Liwtun  (1)  Lifton  in  Devon  ? 

Byrstan  ($)  '  Ocmundtun  (i)  Oakhampton  in  Devon. 

Cynsie  (i)  Swurantun  (i)  Sourton  in  Devon. 

Cynstan  (2)  ($)  Tiwarhel  (4)  near  S.  Pelrock  in  Cornwall. 


I.  Saxons  in  England,  1875,  I,  221.  Latin  authorithies  for  other  places  of  manumis- 
sion  besides  the  church  are  given  in  B.  Thorpe's  Diplomatarium.  p.  xviii.  Professor 
Earle  suggests  that  places  where  four  roads  met  were  considered  sacred  from  the  custom 
of  erecting  crosses  there.  —  [1  would  rather  ihink  that  crosses  were  erected  where  four 
roads  meet  because  thèse  places  were  already  considered  sacred  in  prae-christian  times  ; 
such  was  the  case  in  Greece  and  in  the  Roman  Empire.  —  H.  G.] 


2 1 6  Manumissions  in  the  Leofric  Missal. 

Dolawine  (i)  Trefmeutun  (i)  Trematon  in  Cornwall. 

Eadgi(ylfu  (3)  (5)  (6)  (7) 

Eadsig  (i) 

Goda  (i)  (2) 

Godcild  (i) 

Hwite  (4) 

Leofric  (i) 

Leofrun  (5) 

Ordgar  (1)  (3) 

Prude  (4) 

Ribrost  (4) 

Smala  (1) 

Wifman  (1) 

Wulfnoth  (6)  (7) 

Wulfsie  (i) 

Wulfwunn  (6) 

Wuncild  (6) 

Wynstan  (i)  (2) 

F.  E.  Warren. 
S.  John's  Collège.  Oxford.  Oct.  1881. 

P.  S.  Since  writing  the  above,  I  hâve  ascertained  that  thèse  manumis 
sions  were  printed  by  M'  Davidson,  with  a  translation,  by  way  c 
appendix  to  a  Paper  on  Anglo-Saxon  Boundaries  in  Devonshire,  in  th 
'Report  and  Transactions  of  the  Devonshire  Association  for  the  AdvanI 
cément  of  Science'  tom.  viii,  1876,  p.  417.  My  readings  differ  from  hii 
in  twenty  points,  of  which  the  following  are  spécimens  of  importance 
The  remainder  are  merely  orthographical. 


Présent  reading. 

M'  Davidson's  readingi 

No  II, 

line    3, 

on  afan  [=  iu  witness 
Afa.] 

of 

on  afun  [=  at  Avon 
a  river  or  place.] 

—  V, 

—     I, 

ucan  [=  weeks] 

euen  [=  eves.] 

—  V, 

—    2, 

byrhstanes 

byrstunes. 

—  V, 

—     2, 

cynstanes 

cynstunes 

—  V, 

—     h 

gewrat 

gewrite. 

M'  Davidson  identifies  the  'Ordgar'  who  is  mentioned  in  thèse  entrie 
as  lying  ill  (line  2)  with  'Earl  Ordgar'  who  died  in  971,  and  therefor' 
assigns  them  to  the  year  970.  I  was  inclined  to  identify  this  person  wit' 


Manumissions  in  the  Leofric  Missal.  217 

an  Ordgar  who  is  mentioned  more  than  once  in  the  Exeter  Domesday 
Bock  as  holding  land  in  ûevon  and  Somerset  in  the  reign  of  Edward 
the  Confesser,  and  therefore  to  assign  them  to  the  time  of  Leofric's 
Episcopate  at  Exeter  1 050-1 072  ;  but  as  the  places  named  in  thèse 
manumissions  lie  chiefly  in  West  Devon  (or  Cornwall)  the  country  of  the 
earlier  Ordgar,  who  according  to  one  account  was  buried  at  Trematon, 
,  and  as  they  are  not  named  among  the  possessions  of  the  later  Ordgar, 
1 1  am  constrained  to  acquiesce  in  M''  Davidson's  conclusion. 


MOTS  ET  EXPRESSIONS  CELTIQUES 

DANS  LE  GALLOT  DES  HAUTS-BRETONS. 


ABRÉVIATIONS. 

E.            Ercé                                  L. 

Lamballe 

M.            Matignon                           Pr. 

Plérin 

P.            Penguily                           Pv. 

Plouvara 

(Mots  recueillis  par  M.  Sébillot)        SB. 

St-Brieuc 

sn. 

St-Donan 

Tn. 

Tréveneuc. 

anva  M.  anvaï,  anvé  E.  anvain  M.  SB.  lanvert,  lonvert  SD.,  masc. 
anvie  SB.  fém.  Orvet^  anguisfragilis.  Franc,  anvain^  anvot,  Dom  Le  Pal 
letier  ;  envoyé,  Littré  ;  anc.  fr.  anvoie,  anvoye,  E,  Rolland  (voy.  sa  Faun 
popul.  III,  pp.  18-19,  0^  sont  citées  une  foule  de  variantes).  Du  bret 
anaff  Catholicon,  a nauff  CslÛi.  éd.  in-4,  au  mot  dall;  Cath,  ms.  anafan 
à  Lanvollon  afinaff,  à  Sarzeau  ënan,  etc.  [Rev.  celt.  III,  58;  IV  146) 
anv,  anf,  D.  Le  P.,  id.  ;  comique  anaf,  stellio,  Voc.  Cf.  gall.  ana. 
mutilation,  défaut  physique,  v.  irl.  anim^  à  cause  de  la  prétendue  cécittj 
de  l'animal  plutôt  que  pour  sa  fragilité  réelle.  «  Nos  Bretons  regarden, 
anf  comme  adjectif  ;  puisqu'ils  disent  anf-aezr,  qui  signifie  aveugle  ser-l 
pent  «  D.  Le  P.  La  contraction  de  anaff  en  anv  (cf.  trécorois  anvout:\ 
connaître,  =  léonnais  anaout,  anavout,  Cath.  aznauout,  gall.  adnabod' 
peut  avoir  eu  lieu  en  certains  dialectes  dès  le  xv*  siècle,  lorsque  l'au-, 
teur  du  Cath.  traduisait  anaff  en  français  par  auvin,  lisez  anvin.  Ces) 
ainsi  qu'actuellement  vivent  côte  à  côte  des  formes  d'âges  différents.: 
comme  anneu[enn],  trame  (Léon)  et  anve,  ahnve  (à  Lanvollon).  Cettt' 
dernière  est  certainement  la  plus  ancienne  (cf.  gall.  anwé\,  quoique  l'autre' 
soit  seule  dans  le  Cath.  [anneu,  anneuenn,  anneuyff).  —  Les  déformations 


Mots  et  expressions  celtiijues  en  gallot.  219 

du  lat.  anguilla,  anguille  (E.  Roll.,  Faune  popul.  III,  99)  sont  trop  diffé- 
rentes des  mots  étudiés  ici  pour  que  ceux-ci  puissent  venir  d\mgais. 

bara-bara-bara-bè  !  Tn.  Cri  pour  appeler  les  brebis.  Bret.  bara-bè  ! 
\Rev.  celt.  IV,  147,  de  bara  pain,  et  bè,  onomatopée. 
;     barailler  Tréguidel,  bâiller.   Du  bret.  baraillat,  prononciation  tréco- 
roise  de  bazailbt  "^baailler'  Cath.  de  badare,  cf.  v.  br.  bat  gl.  frenesin 
i(Wh.  Stokes,  Orléans  Gl.  272). 

barze,  barse.  SD.  Pv.,  m.  P'tit  — ,  enfant  espiègle,  remuant.  Br.  barz^ 
menestrier,  1.  mimus,  Cath.,  proprement  «  barde  ». 

bèr  Tn.  masc,  écart  avec  la  charrue  ;  berjons  Tn.  m.  pi.  sillons  plus 
courts  que  les  autres.  Cf.  berhienn,  pl.ao,  id.  à  St-Mayeux  (Cornouaille) . 
La  rac.  semble  le  bret.  berr,  court  (corniq.  ber,  gall.  byr).  'Faire  un  bèr% 
répondrait  à  l'expression  française  «  couper  court  ». 

bcrlu  Pv.  L.  m.  digitale.  Br.  burlu^  brulu,  digitales  (Cath.  burluenn, 
bruluenn,  estoquion,  1.  eleborus,  uiacrum)  cf.  corniq.  breilu  rosa  Voc.  ; 
gall.  briallen,  pi.  briallu,  primevère.  Le  mot  gallot  semble  tiré  d'une 
forme  bretonne  où  la  première  voyelle  n'était  pas  encore  assimilée  à  Vu 
suivant. 

berne  Dinan,  M.  bergne  SD.  derne  Hénanbihen,  M.  f.  amas,  mulon  de 
foin,  de  paille,  etc.  Bret.  bern,  m.  Cath.  bernn^  monceau,  Voc.  comique 
bern  acervus,  gall.  bwrn,  pi.  byrnau.  Ce  mot  se  prononce  parfois  bîn  en 
dialecte  de  Tréguier.  Pour  l'échange  de  b  et  d,  cf.  le  haut-bret.  bruche 
et  drache,  sciure  de  bois,  et  le  mot  digaré,  cité  plus  loin. 
I  berzonec  Pv.  m.  Celui  qui  ne  sait  que  le  breton.  Br.  de  Tréguier  bre- 
zonekzà].,  breton,  onne;  subst.,  la  langue  bretonne.  Le  changement 
:de  re  en  er  entre  deux  consonnes  est  régulier  en  gallot  :  Bertons  —  Bve- 
lons^  ter  pied  =  trépied,  etc.  Il  a  lieu  aussi  en  vannetais  :  berhonêk  = 
léon.  brezounek. 

.    bihan  petit,  dans  'les  courtieux /^//za^^',  c'est-à-dire  'les  petits  courtils', 
i-nom  d'un  champ  à  St-Donan.  Br.  bihan^  gall.  bychan. 
'    bras  grand,  dans  l'expression  marmous  bras  Pv.  SB.,  t.  d'injure,  litt. 
:'grand  singe'  bret.  corniq.  gall.  et  irl.  bras. 

.  buyen  (pron.  bu-yen)  m.  ver  de  terre,  Pr.  Pv.  Tn.  ;  ver  blanc,  Pr. 
Tréméloir;  parasite  des  vaches,  Pr.  SD.;  t.  de  mépris,  Pr.  Pv.  SD.  Tn. 
'Bret.  buzugenn^  van.  buhugenn,  buhigenn,  ver  de  terre.  Le  Cath.  traduit 
buzuguenn  en  franc,  par  bugue  et  en  lat.  par  buga.  D.  Le  P.  cite  bugue 
comme  usité  dans  la  partie  française  du  pays  de  Vannes.  Coapoux  de 
buyens^  Tn.,  sobriquet  des  laboureurs,  répond  au  bret.  troc'her  buzuk. 
'Vy  de  buyen  semble  venu  de  g  comme  dans  le  mot  cayusse. 
'•    Cd^ef  (pron.  ...èfe)  SD.,  dans  l'expression  enfantine  «  il  a  fait  cahet 


220  Mots  et  expressions  celtiques  en  gallot. 

de  bragotte  »  est  l'infinitif  trécorois  kac'het,  Cath.  cachet,  léon.  kac'hom 

caccare. 

cayusse  (pron.  ca-yus')  Tn.,  espèce  de  ciguë  qui  vient  dans  les  lieu 
humides.  Trécorois  kegust,  id.  (avec  un  /  adventice  comme  dans  polo' 
=  bobs,  beloce),  gall.  cecys,  tiges  creuses,  ciguë;  ceccysen  'canna' 
Davies.  Cf.  angl.  keksy,  ciguë. 

chef,  bout,  dans  Chef-du-Boys,  Chef-du-Pont  (Armoriai  breton  de  Gu 
Le  Borgne,  Rennes,  1667,  pp.  47,  48),  Cheffontaines  (Armoriai  de  M.d 
Courcy,  p.  189)  est  une  traduction  du  bret.  penn,  tête,  bout  [Penarhoat 
Penfeunteniou,  etc.)  :  cet  emploi  de  ce  mot,  comme  l'a  fait  remarque 
M.  d'Arbois  de  Jubainville,  ne  se  trouve  qu'en  Bretagne. 

choua  (ou  ch'va)  d'caleuv'  SD.  Tn.  libellule,  litt.  'cheval  de  couleuvre' 
C'est  probablement  la  traduction  du  tréc.  marc'h-aer,  id.  cf.  gall.  gwa 
y  neidr. 

chouquenne  m.  Tn.  Le  foin  ou  la  paille  qu'on  met  dans  le  sabot  su 
son  pied  pour  le  garantir.  Bret.  choukenn  [Rev.  celt.  IV,  150). 

cône  m.  cônée  f.  pipe.  Bret.  korn  {-butun).  L'altération  phonétique  es 
la  même  que  dans  cônière  M.,  =  cornière  M.  SD.  et  Normandie,  coin 
dont  la  racine  latine  est  originairement  la  même  que  celle  du  bret.  korn 

couéner  SB.  Pv.,  s'ecouéner  Pv.,  pleurnicher,  se  plaindre;  couénoux 
fém.  ouse  SB.,  pleurnicheur;  tout  penaud.  Bret.  keina,  gémir,  Cath. 
queiniff;  les  mots  gallots  sont  plus  près  encore  du  gallois  cwyno,  v.  iri'. 
côinim  (et  cdinitn,  infinitif  cdiniud,  mod.  caoineadh,  d'où  l'anglo-irlan! 
dais  keen).  Voici  d'autres  mots  gallots  qui  tiennent  à  ceux-ci  de  for' 
près  :  couiner,  couigner,  E,  M.,  crier,  pousser  des  cris  plaintifs,  e; 
parlant  des  animaux  ;  à  Pv.  s'écouiner.  Cf.  l'angl.  to  whine,  ail.  winseln 

cousquet  (pron.  ...ète)  aller  dé  cousquet  SD.,  aller  dormir  (se  dit  pa 
plaisanterie).  Bret.  mont  dd  gousket,  de  kousket,  Cath.  cousquet,  gall' 
cysgu  dormir,  cwsg,  sommeil,  que  M.  Gaidoz  tire  avec  beaucoup  d 
vraisemblance  du  bas-lat.  cesquere  pour  quiescere.  Cf.  dysgu,  (bret.  moy 
disquiff)  de  discere. 

crée-chemin  SD.,  croix-chemin  M.  m.  carrefour,  traduction  du  bret 
kroaz-hent,  Cath.  croashent  Z.^  889,  litt.  'chemin  en  croix'.  Ce  genre  di 
composition  répugne  au  génie  du  français,  c'est  même  probablement  C' 
qui  l'a  fait  devenir  rare  en  breton,  tandis  qu'il  a  gardé  toute  sa  vigueu 
dans  le  gallois,  où  il  n'est  pas  combattu  par  l'influence  anglaise. 

croguille  Pv.  crodille  Tn.  cordille  M.  crosille  SB.i.  coquillage.  Ce  mo 
semble  le  franc,  coquille,  dont  le  radical  aura  été  accommodé  au  bret' 
krogen,  Cath.  croguenn,  Voc.  corn,  crogen,  concha,  gall.  cragen,  demêrm 
qu'inversement  le  suffixe  a  été  francisé  dans  le  trécorois  krogillen  e 


Mots  et  expressions  celtiques  en  gallot.  22 1 

le  pluriel  vannetais  gregail  (dict.  ms  de  Châlons).  Le  suppl.  de  Littré 
donne  le  terme  normand  crazilles,  f.,  débris  de  coquillages,  qui  doit  être 
tout  différent. 

cutte  f.  provision;  jouer  à  cutte  SB.,  à  cutte-cutte  Pv.,  à  cache-cache  ; 
cutter  SB.  cacher;  cuttemusser  E.  cacher  avec  soin;  cattemussoire  E. 
cachottière;  décutter,  tirer  ce  qui  est  caché.  Br.  kuzat,  Cath.  cuzaff,  corn. 
cuthe  Z.ï  142  gall.  cuddio. 

derbot  SD.  m.,  tesson,  du  br.  darbod,  litt.  fragment  de  pot,  composé 
de  darn  m.,  morceau,  Cath.  darn,  corn,  et  gall.  darn  (d'où  le  fr.  darne 
f.  tranche;  cf.  angl.  to  darn,  rapiécer),  et  de  pot,  pot. 

derdin  m.  SD.  cf.  drine  f.  SB.  ventre,  panse,  t.  enfantin.  Peut-être 
du  br.  teur,  tor,  v.  br.  tar,  dar,  tor,  dor,  v.  gall.  torr^  corn,  tor,  irl.  tar. 
Cf.  le  norm.  du  Bessin  dure  f.  bedaine;  durée,  plein  la  panse  (Joret). 
:  Voy.  tarague. 

i     digaré  SD.  bigaré  Tn.  m.,  prétexte.  Du  bret.  de  Trég.  digare^  excuse, 
i  Léon,  digarez  Cath.  id.  Le  changement  de  ^  en  i^  se  trouve  en  breton 
dans  le  vannetais  brogon,  éclairs,  à  Sarzeau  drogon,  cf.  gall.  draig,  dragon, 
,  éclair. 

I  drèu  SD.  f.  sorte  de  mauvaise  herbe.  Br.  dreok  (P.  Grégoire  de 
i  Rostrenen  dréeucq]^  gall.  drewg,  ivraie,  d'oii  le  fr.  droc  dans  Littré. 
I  druger  Pv.  SD.  E.  M.  s'amuser,  folâtrer,  badiner,  «  mot  en  usage 
j  dans  les  provinces  voisines  de  Bretagne,  «  dit  Dom  Le  Pelletier.  Dra- 
.joux,  f.  drujoére,  SD.  joueur,  joueuse;  drugerie  E.  M.  druge,  v.  fr.  druje 
;  (Séb.)  act.  de  «  druger  n.  En  norm.  du  Bessin,  dragié,  v.  n.  (Joret). 
;  Bret.  drujal,  cf.  gall.  drud,  héros,  et  le  fr.  dru. 

;  fali  Tn.  SD.  m.  coquillage,  en  partie,  'bigorneaux',  du  tréc.  vàli, 
■Jàli,  qui  lui-même  semble  venir  du  haut-breton  farin  SB.,  comme  le 
itréc.  m,  prunelles,  vient  de  irin  (Léon)  en  gall.  eirin. 
,  gallot,  haut-breton,  nom  du  peuple  et  du  langage  de  la  Haute-Bre- 
tagne, du  br.  gall,  français,  proprement  'gaulois',  avec  un  suffixe  dépré- 
ciatif  comme  dans  le  synonyme  chinot,  patois  haut-breton  (SD.)  :  «  parler 

■  chinot.  »  Chinot  signifie  'petit  François'  ;  il  vient  de  Fanchin,  diminutif  du 
.bret.  Fanch  (h. -bret.  Fèche,  environs  de  Moncontour) ,  tiré  de  Fran- 
çois, nom  propre  que  les  Hauts-Bretons  prononcent  français,  comme  le 

(nom  de  la  langue. 

gapâ  Tn.  SD.  balle,  enveloppe  du  grain  dans  l'épi  ;  débris  de  blé 

■  vanné.  Marée  des  gâpâs,  ou  marée  gâpaillouse,  M.  SB.,  la  marée  d'équi- 
noxe  de  septembre,  qui  apporte  au  rivage  beaucoup  d'herbes  marines 
parmi  lesquelles  on  trouve  des  gâpâs.  Egapailloué,  Pv.,  gros  balai  de 
branches  vertes;  égapaiiler,  Pv.,  enlever  les  morceaux  de  paille  mêlés 

Ra.  Celt.  V  1 5 


222  Mots  et  expressions  celtiques  en  gallot.  1 

au  grain  ;  et,  par  extension,  balayer  négligemment.  Cf.  le  cornouaillaÎM 
gwaspel  (St-Mayeux)  [gwespel  à  Plélauff),  paille  hachée  par  la  machinai 
battre,  de  gwas,  gwes,  pire,  et  de  pell,  balle,  confondu  ici  par  le  haut- 
breton  avec  le  mot  paille. 

golvet  m.  SB.  Pv.  SD.  Tn  ;  f.  golvette  Tn.,  qui  n'a  qu'une  oreille.  Cf 
le  bret.  moy.  golff,  Cath. ,  sans  queue  ;  trécorois  gô/,  qui  n'a  pas  d'oreilleii 
(se  dit  des  brebis,  à  Tréméven),  et  peut-être  l'irl.  goll,  aveugle  (menu 
association  d'idées  que  nous  avons  vue  au  mot  anva] . 

guinguer  SD.,  ginguer  Pv.,  donner  des  coups  de  pied  :  «  —  quelqu'ui. 
en  vache  »,  lui  donner  des  coups  de  pieds  en  arrière,  comme  fait  un( 
vache  qu'on  trait.  Ouinquer  Tn.,  frapper  avec  le  pied,  en  parlant  de:, 
vaches;  vache  guinchouse  SD.,  celle  qui  a  l'habitude  de  donner  de: 
coups  de  pied.  Bret.  gwinkal,  gall.  gwingo,  cf.  l'angl.  to  wince,  to  winci 
ruer,  regimber. 

harzer  SD.  retenir  (un  chien  qui  veut  mordre,  une  vache  qui  veu 
passer,  etc.)  Br.  harza,  Cath.  harsaff,  cf.  gall.  aros  ? 

herzer  SD.  durer,  tenir.  'N'y  a  pas  moyen  d'herzer  dans  la  vie-là  j 
qu'est-ce  qui  pourrait  herzer  là-dedans  ?'  Br,  herzel.  C'est  le  même  verb(( 
que  le  précédent,  pris  neutralement. 

hibe  SD.  hippe  Pv.  SD.  fém.  (hibette  f.  SB.  et  pays  de  Vannes,  d'aprè 
un  ms.  de  M.  Hamonic);  guibette  f.  M.  E.  éphémère,  moucheron,  cou- 
sin. Cf.  bret.  c^houibuen,  fibuen,  van.  huib,  haiben,  huibeden ;  corn, 
gwiban,  gall.  gwyban,  gwybedyn,  v.  fr.  pi.  wibez  (Séb.);norm.  bibeî.  bibel 
m.  (Joret),  vibet  (Le  Héricher).  Le  Cath.  tvaduii  fubuenn cnlal.  parbibiO' 
et  Du  Cange  a  bibiones,  bibones,  bibrones,  moucherons  ;  mais  le  primili' 
a  dû  commencer  par  le  son  v.  Pour  le  passage  de  gw  à  c'hw  en  bret.  j 
voy.  Wh.  Stokes,  Orl.  gl.,  p.  7,  et  M.  d'Arbois  de  Jubainville,  Mém 
de  la  Soc.  de  Ling.  IV,  257. 

hoari  SD.,  du  — ,  du  jeu.  Br.  c'hoari,  gall.  chwarae  et  gwarae. 

hourde[l)  pi.  hourdiaoux  SD.,  bélier;  hourr  SD.  Pv.  SB.,  bélier 
homme  de  mauvaise  humeur  ;  hourro!  hourro  !  SD.,  cri  pour  appeler  lij 
bélier  ;  houro  SD.  «  têtu  comme  un  hourr  »  ;  hourrl  SB.,  syn.  de  pelé 
se  dit  quand  une  toupie  que  l'on  a  jetée  sur  celle  de  son  adversainj 
Véteint,  mais  ne  vire  pas  elle-même.  Cf.  gall.  hwrdd,  bélier^  mot  qui  ;! 
dû  exister  en  bret.,  d'après  le  dict.  gallois  de  Richards  (cf.  corn,  hortil 
Voc,  plus  tard  hor),  mais  qui  a  de  bonne  heure  pris  un  t  initial  (îourz)] 
probablement  parce  qu'il  est  le  plus  souvent  précédé  de  maout:  tourz  al 
maout  tourz  Cath.  in-4. 

ian  (i  syll.),  quelquefois  han  Broons,  St-Méen,  Montfort,  oui.  ian-\ 


Mots  et  expressions  celtiques  en  gallot.  22 ? 

mée  anc.  évêchés  de  St-Malo,  Rennes  et  Dol,  oui  mais,  comme  à  SB. 
vère  mée  =  voire  mais.  Br.  ia,  gall.  ië. 

lagat  m.   (pron.   at']   SD.  œil,   par  plaisanterie  :  'Ovèr' don  tes  —  ; 
où's'que  t'as  mins  tes  —  ?'  On  ajoute  quelquefois  'comme  disent  les 
'  Bertons'  ;  Br.  lagad,  lagat,  gall.  llygad. 

■  lucet  pi.  lusets  SD.  et  qqf.  par  abus  luciaoux  Pv.,  fruit  de  l'airelle 
myrtille.  Br.  lus,  Cath.  lusenn,  uaccinium  ;  gall.  lias.  Brizeux  a  dit  : 
'Cueillant  des  iucets  noirs  pour  cette  brune  enfant'  (Œuvres  complètes, 

*  Paris,  1800.  T.  Il,  p.  413)- 

mad,  bon.  Se  dit  à  Pv.  dans  l'expression  très  commune  mad-vad! 

'  qui  exprime  qu'on  trouve  quelque  chose  à  son  goût  ;  bret.  mâd,  'vâd. 

'     maoues  (pron.  es'\  Pv.,  s'emploie  au  vocatif  en  parlant  à  une  'brette' 

ou  femme  bretonne.  C'est  aussi,  au  masculin,  le  nom  de  jeunes  pâtours 

ou  bergers  de   10  à   1 5  ans  :  'un  p'tit  maoues'.  Br.  maoues,   maouez, 

I  femme,  proprement  féminin  du  corniq.  maw,  irl.  mug,  serviteur. 

ménette  f.  Callac  (Morbihan)  chèvre.  Bret.  menn,  mennik,  chevreau, 
Cath.  menn,  Voc.  corniq.  min,  irl.  écoss.  meann.  D.  Le  P.  parle  d'un 

•  mot  fr.  menniguette  ou  manighette,  pour  désigner  «  certain  petit  poisson 
dit  ailleurs  chevrette  ». 

!     mort.  Il  était  net  morte,  SD.  Cf.  bret.  noz  marv,  tout  à  fait  nuit,  comme 
^skaiz-marv,  litt.  mort  de  fatigue,  et  en  fr.  'mort  de  faim,  ivre-mort'. 
'     nkhe  f.  Pv.,  lien  pour  attacher  les  vaches  à  l'étable;  nâcher  SD.  Pv. 

attacher  (les  vaches)  [ennâcher,  id.,  ms.  de  M.  Hamonic)  ;  dénàcher  E., 

ôter  la  nâche;  empenâcher  Pv.  embarrasser,  embrouiller.  Bret.  nask, 
:Cath.  nasq,  lien,  v.  irl.  nasc,  anneau  ,  bret.  naska,  lier,  v.  irl.  nascim  ; 
•br,  dinaska,  délier;  pen-naska,  lier  la  tête. 

neu  SD.  :  'avér  du  —  pour  faire  quelque  chose',  savoir  s'y  prendre. 

Trécorois  kaout  neû,  id.;  léon.  neùz  forme,  mine,  gall.  nawd  nature, 

caractère,  v.  irl.  gnâs. 
paoubran  Pv.  m.  bouton  d'or.  Br.  pao-bran,  litt.  'patte  de  corbeau'. 
péguémenne  m.  SB.,  etc.,  argent  ;  affaire  :  'je  lui  dirai  son  — ;  tréc. 
■pegemen  (léon.  pegement]  combien,  qui  s'emploie  aussi  dans  le  même  sens 
■■(Me  larou  he  begemen  d'han),  Cath.  peguement. 
'    pierre  verte  Tn.,  ardoise,  est  peut-être  une  traduction  du  bret.  men 

glas,  où  glas  veut  dire  sans  doute  'bleu'  plutôt  que  'vert'. 

■    quigner  Pv.  SD.  écorcher  (la  terre),  enlever  une  bande  de  gazon; 

quignage  m.  ibid.  act.  de  quigner  la  terre.  Br.   kigna,  kignaden.  Cf.  ken, 

peau  ? 
ractal  SD,,  sur-le-champ  :  payer  — .  Bret.  raktal,  litt.  devant  le  front. 


224  ^^'^  ^'  expressions  celtiques  en  gallot. 

taoume  f.  SD.,  Plainehaute  ;  îaoune,  îèune  Tn.  fronde  ;  déîaoumer  SD.' 
(syn.  de  déguinder),  jeter  brutalement  ;  détaouner  Pv.  lancer  par  dessou; 
la  jambe  ;  renverser.  Br.  ialm  f.  Cath.  talm  fronde,  van.  talm  un  coup 
(de  tonnerre),  gall.  talm  espace,  etc.;  v.  irl.  tailm  f.  fronde;  talmaidi 
soudain. 

tarague  f.  M.  tiquet,  parasite  du  chien.  A  SD.  taraque,  qui  ne  ser 
que  comme  terme  de  comparaison  :  'rond,  raide,  saoul  comme  eune  — ' 
et  dans  'petite  — '  injure  à  un  homme  gros  et  court.  Cath.  taraguenn 
fr.  tarague;  bret.  de  Vannes  tarrak  m.',  ailleurs  teurek,  teurk,  rac.  teur 
voy.  derdin.  Cf.  gall.  torogen,  personne  qui  a  une  grosse  panse.  Le  Cath 
porte  taraguenn  als.  teureguenn,  tique.  L'adj.  teurek,  ventru,  a  ses  ana 
logues  dans  toutes  les  langues  celtiques. 

trinchon  m.  SD.  Tn.,  sorte  d'oseille  sauvage.  Le  Cath.  donne  en  fr 
trincfion,  en  bret.  trinchonenn.  Bret.  mod.  trinchin,  cf.  trefik,  aigre.  L 
Cath.  in-4  a  en  bret.  trinchenenn. 

Emile  Ernault. 

I.  tarraq,  Châlons,  au  mot  boscart. 


MÉLANGES. 


LE  BRETON  DANS  MAISTRE  PATHELIN 

NOTE  COMPLÉMENTAIRE  '. 

M.  de  la  Villemarqué  nous  fait  savoir  qu'il  vient  de  retrouver  dans  des 
notes  déjà  vieilles  de  vingt-cinq  ans  une  lecture  du  passage  breton  de 
Pathelin,  dont  la  correction  lui  semble  inattaquable  (Bulletin  de  la  Société 
archéologique  du  Finistère,!.  VIII.  Procès-verbaux  et  mémoires,  1880- 
1881,  p.  81-7}.  La  voici  : 

1  ayoul  dan  diaoulyen  ra  veze 

2  Corf  hac  eneff! 

3  Hui,  rot  bezou  drouc  nos,  badou 

4  digant  an  tan  en  hoz  madou 

5  Empedij  dich  guiîebunan 

6  Guesquerien  ol  dre  douch  aman 

7  ma  ez  cachet  hoz  bouzclou 

8  En  un  ober  goadeguenou 

9  maz  rechet  eruz  dan  hol  con 

10  sa  ol  oz  mervel  gant  nafon 

1 1  aluzen  ac  cher  e  pysy 

12  Hac  cals  amour  ha  courtesy. 

Nous  constatons  avec  satisfaction  que  la  lecture  de  M.  de  la  Villemar- 
qué ne  s'éloigne  guère  de  la  nôtre,  si  l'on  excepte  le  vers  8  pour  lequel 
il  propose  une  restitution  de  M.  Ernault. 

Signalons  cependant  au  vers  i  diaoulyen  ravezi  pour  diaoulen  ravezei; 

Vers  4,  tan  pour  can  ; 

Vers  6,  guesquerien  pour  quet  querent ; 

I.  cf.  t.  IV,  p.  450. 


226  Le  breton  dans  maislre  Pathelin. 

Vers  7,  ma  ez  pour  menez; 

Vers  9,  erux  pour  truez  ; 

Vers  II,  ac  cher  pour  archet; 

Vers  12,  hac  pour  /!oz. 

M.  de  la  Villemarqué  ayant  oublié  cette  lecture  dans  ses  cartons  depuis 
si  longtemps,  n'a  pas  songé,  dans  ses  nombreux  voyages  à  Paris,  à  con- 
sulter les  manuscrits.  Il  n'avait,  au  moment  où  il  s'est  occupé  de  ce  tra- 
vail, que  le  texte  des  plus  anciennes  éditions  entre  les  mains.  M.  de  la 
Villemarqué  affirme  qu'il  a  tiré  grand  parti  des  variantes  qu'elles  pré- 
sentent. 

En  réalité,  en  face  du  texte  du  manuscrit  Téchener,  ces  variantes 
n'offrent  aucun  intérêt^  comme  nous  l'avons  constaté  dans  notre  article. 
Nous  n'en  relevons  qu'une  seule,  que  M.  de  la  Villemarqué  a  jugé  digne 
d'être  introduite  dans  sa  restitution  :  c'est  ae  cher  au  vers  1 1  (édition  de 
1497,  M.  de  la  Villemarqué  lit  ac-cher). 

Pour  les  lectures  qui  s'éloignent  des  nôtres,  nous  allons  les  discuter 
sommairement. 

Diaoulyen  est  un  pluriel  que  nous  ne  connaissons  pas.  On  dit  aujour- 
d'hui partout,  si  nous  ne  nous  trompons,  diaoïiled  ou  diaoulou.  Spurrell , 
donne  également  pour  le  gallois  diawliaid.  Si  M.  de  la  Villemarqué  l'a  ! 
trouvé  en  moyen  breton,  nous  n'avons  qu'à  nous  incliner.  Ra  vezi  a  un 
tort  grave,  c'est  de  ne  pas  rimer  avec  ayst. 

Badou  dans  le  sens  d'étourdissement  nous  semble  très  acceptable,  et 
nous  l'avons  proposé  dans  notre  traduction  à  côté  d'une  première  hypo- 
thèse. Si  on  adopte  badou,  il  va  de  soi  qu'il  faut  entendre  droucnos  dans 
le  sens  de  mauvaise  nuit. 

Tan  au  vers  4  peut  se  lire  au  lieu  de  can,  mais  il  nous  semble  que 
can,  chant  ou  lamentations,  explique  mieux  badou  étourdissements  que 
tan  feu. 

Guesquerien  est  inadmissible  à  cause  du  g  initial  et  de  l'absence  du  / 
final  que  donnent  les  manuscrits  et  les  éditions. 

Ma  ez  n'explique  pas  men  ez  qu'on  trouve  dans  toutes  les  éditions.  En 
un  ober  goadeguenou  (en  faisant  des  boudins)  pour  en  y  0  b eu  grande  canou 
est  de  la  pure  fantaisie  et  ne  saurait  se  justifier  paléographiquement. 

Eraz,  ou  plutôt  ereuz  (dégoût) ,  pour  truez  fpitié)  n'est  pas  impossible, 
mais  est  moins  satisfaisant  pour  le  sens  général  du  morceau,  au  moins 
tel  que  nous  le  comprenons.  Il  est  vrai  qu'ereuz  s'explique  beaucoup 
mieux  dans  la  traduction  de  M.  de  la  Villemarqué. 

Ac  cher  pour  ae  cher  a  contre  lui  le  texte  des  manuscrits  et  des  plus 
anciennes  éditions.  Cette  variante  se  trouve  dans  deux  éditions,  de  beau- 


Le  breton  dans  maistre  Pathelin.  227 

coup  les  plus  corrompues.  De  plus,  si  l'auteur  avait  voulu  dire  aumône 
et  bon  visage,  il  eût  probablement  écrit  aluzen,  ha  cher.  Nous  maintenons 
archet  qu'on  trouve  dans  le  manuscrit  Téchener  et  les  deux  plus  anciennes 
éditions.  Nous  préférons  hopysy  du  manuscrit  Téchener  à  e  pysy ,  à 
I  cause  de  hui,  de  rechet  etc.,  qui  indique  une  deuxième  personne  du  pluriel. 
Voici  le  sens  du  passage  d'après  M.  de  la  Villemarqué  : 

1  Puisses-tu  être  aux  diables, 

2  Corps  et  âme, 

3  Puissiez-vous  avoir  mauvaise  nuit,  des  étourdissements. 

4  Par  suite  du  feu  dans  vos  biens. 

5  Je  vous  souhaiterai  à  vous  tous  sans  exception, 

6  Oppresseurs,  par  l'effet  de  la  peur 

7  Que  vous  rendiez  (cacetis)  vos  entrailles 

8  En  faisant  des  boudins 

9  Que  vous  donniez  dégoût  à  tous  les  chiens 

10  Qui  sont  mourant  de  faim. 

1 1  Tu  auras  aumône  et  bon  visage 

12  Et  beaucoup  de  tendresse  et  de  civilité. 

Ce  sens  repose  sur  certaines  lectures  qui  nous  semblent  inadmissibles. 
De  plus,  les  deux  derniers  vers  ne  se  lient  pas  du  tout  à  ce  qui  précède. 
Le  sens  général  en  outre  est  loin  d'être  clair. 

Nous  ne  nous  flattons  pas  d'avoir  bien  saisi  le  sens  général  de  ce  pas- 
sage. Cependant  notre  traduction  nous  semble  avoir  le  mérite  de  ne  pas 
trop  violenter  le  texte.  Elle  semble  confirmée  par  ces  mots  de  Guil- 
lemette  : 

Il  se  meurt  :  ceci  nous  enseigne 
Qu'il  faut  les  derniers  sacrements. 

M.  de  la  Villemarqué  ne  dit  pas  un  mot  des  deux  nouveaux  textes  que  nous 
avons  découverts.  Pour  le  passage  connu,  notre  travail  est  présenté  d'une 
façon  si  singulière  que  les  lecteurs  de  M.  de  la  Villemarqué  ne  peuvent 
en  avoir  qu'une  idée  fausse. 

J.  LOTH. 


BIBLIOGRAPHIE. 


Gontribuzioni    allô    studio  délia  eplgrafia   etrusca  per  Vittorio 
PoGGi.  Genova,  1879,  pp.  96  (estratto  dal  GiornaleLigustico). 

Signor  Vittorio  Poggi,  so  well  knownas  a  student  of  the  Etruscan  in- 
scriptions, deserves  grateful  récognition  from  the  readers  of  the  Revue; 
Celtique  not  only  for  having  published  the  Gaulish  inscription.  KOMO-. 
NEOSII  VARSILEOS,  found  in  a  tomb  at  S.  Pietro  di  Stabio  in  thei 
Canton  Ticino,  but  also  for  having  brought  to  light,  in  pp.  82-90  of  the| 
above  pamphlet,  some  dozen  other  relies  of  a  language  apparently  Gau- 
lish which  hâve  lately  been  found  in  northern  Italy. 

Of  thèse  the  first  is  VITILIOS,  'graffita  a  vaso  cotto'  found  in  a  tombi 
in  the  neighbourhood  of  Alzate  in  the  Brianza.  The  t  is  shaped  some-1 
what  like  a  Saint  Andrew's  cross  :  the  angle  of  the  /  is  acute,  the  0  is  ' 
open  at  the  bottom.  Thèse  palaeographicalcharacteristics,together  with 
the  ending  in  -os,  seem  to  shew  that  the  inscription  is  Gaulish  and  not 
archaic  Latin.  The  name  reminds  one  not  only  of  the  Lat.  Vitellius,  but  j 
of  the  Irish  Fithel,  Laws  i.  24,  26  speit  Fithal  by  Cormac,  the  judge  of 
Cormac  mac  Airt.  The  second  is  DIKO  ...  on  a  coin,  imitating  a  Massa- 
liote  triobolus,  found  in  a  tomb  at  Alzate.  Compare  the  names  Diceto,  ' 
Dicetus  cited  by  Gluck,  Keltische  Namen,  22.  75.  106  n.  The  third  is 
ALIOS  on  an  earthen  beaker  found  in  the  sepolcreto  of  Civiglio  six  kilo-  ] 
mètres  east  of  Como,  and  now  in  the  city  muséum  of  Como.  This  may  j 
be  Ir.  aile  (stem  alla),  'alius',  'secundus',  Z.^  ^09,  Gr.  àXAcç,  hereused  i 
as  a  name,  like  Lat.  Secundus.   The  fourth  is  RITUKALOS,  on  a  pot  ' 
found  at  Cernusco  Asinario.  Perhaps,  as  there  is  no  G  in  the  alphabet 
in  which  this  inscription  is  written,  we  should  transliterate  it  thus  : 
RITUGALOS.  Compare  with  the  first  élément  of  the  name  Ritunus, 
Riîunu,  Frœhner  \jS2,  1711,  cited  in  Kuhn's  Beitraege  III,  188.  The  W. 
rhyd  'ford'  seems  from  its  plural,  rhydau,  to  hâve  been  an  u-stem  and 
may  possibly  be  the  neo-celtic  form  of  our  ritu-.  Compare  also  Augusto- 


!  Bibliographie.  229 

riton,  Cainho-ritum,  Laco-riton,  Vago-riton,  GlùckK.  N.  25.  WithKALOS_, 
if  this  be  the  right  reading,  cf.  Boio-calus^  Kuhn's  Beitr.  III,  197.  If  we 
read  -GALOS  cf.  Galava  ibid.  412,  Galatae,  Diefenbach  Origg.  345, and 
the  Irish  names  Art-gai,  Fer-gai  etc.  The  fifth  is  ITIVSIVILIOS  (leg. 
Itius  Ivilios  ?) ,  which  Signor  Poggi  unaccountably  reads  :  Itiusiulos.  The 
sixth  is  KOLIVETV,  on  a  small  earthen  vase,  purchased  in  the  Veronese 
by  Sig.  Amilcare  Ancona  of  Milan,  who  préserves  it  in  his  collection. 
This  is  perhaps  for  Kolivetus.  But  I  doubt  if  the  name  is  Celtic.  The 
seventh,  eighth,  ninth,  tenth  and  eleventh  are  on  fragments  of  bowls 
from  the  excavations  of  Adria,  and  are  preserved  in  the  Bocchi  muséum  : 
lAIRISIV,  lOVRIV,  TITVIIV,  FASIIV,  VASAIVCO.  As  to  thèse,  louriu 
is  probably  cognate  with  the  wellknown  Gaulish  verb  ieuru,  stwpou,  and 
the  ii  in  Tituiiii  and  Fasiiii  (if  indeed  thèse  names  be  Celtic)  may  be 
compared  with  those  in  Caliidu  and  Ciciidu  (Dictionn.  archéol.  de  la 
Gaule,  Monn.  gauloises^  130,  134)'. 

Our  director  M.  Gaidoz,  to  whose  kindness  I  am  indebted  for  Sign. 
Poggi's  pamphlet,  informs  me  that  the  latter  is  about  to  publish  in  M.  Val- 
lentin's  Bulletin  épigraphique,  another  recently  discovered  Italo-Gaulish 
inscription.  Celtists  will  receive  this  publication  with  gratitude.  Still  more 
grateful  would  they  feel  for  a  complète  collection,  by  a  scholar  so  care- 
ful  and  compétent  as  Sign.  Poggi,  of  ail  the  inscriptions,  certainly  orpos- 
sibly  Gaulish,  which  hâve  been  found  in  Gallia  Cisalpina. 

W.  S. 
Simla,  29  May  1881. 

'Taranis  Lithobole,  Étude  de  mythologie  celtique,  par  M.  J.-F.  Cer- 
!  QUAND,  inspecteur  d'Académie  honoraire.  59  p.  in-8"  et  2  pi.  Avignon, 
\    Séguin,  1881. 

I  Voici  une  étude  pleine  d'érudition  et  de  finesse  sur  un  des  dieux 
igaulois  dont  on  s'est  occupé  le  plus  dans  ces  dernières  années,  en  sui- 
vant une  voie  ouverte  par  M.  de  Barthélémy.  Il  s'agit  du  dieu  représenté 
le  plus  souvent  avec  un  vase  d'une  main,  et  tenant  de  l'autre  main  un 
marteau  emmanché.  M.  G.  a  cru  pouvoir  lui  identifier  un  personnage 
représenté  sur  un  monument  d'Avignon  avec  une  syrinx  et  un  marteau, 
et  cette  identification  est  le  point  de  départ  d'une  étude  où  quelques 
rapprochements  de  détail  sont  peut-être  contestables,  mais  ou  M.  G. 
éclaire  le  sujet  par  d'utiles  comparaisons.  Ce  sont  par  exemple  le  passage 
^de  Strabon  sur  les  pierres  de  la  Grau,  un  épisode  du  siège  de  Delphes 

'    I.  [In  thèse  Gaulish  coins,  Il  is  not  ii,  but  an  archaic  form  of  the  letter  «.  —  H.  G.] 


2  jo  Bibliographie. 

raconté  par  Pausanias.  M.  C.  rattache  aussi  au  culte  de  ce  dieu  les  tra- 
ditions populaires  où  figure  un  personnage  lithobole,  et  les  croyance, 
relatives  aux  «  pierres  de  tonnerre  »  ;  nos  propres  recherches  nou; 
avaient  également  amené  à  cette  conclusion.  Nous  comptons  nous-mêm' 
traiter  bientôt  ce  sujet,  et  ce  sera  Poccasion  de  parler  avec  plus  d 
détail  du  remarquable  mémoire  de  M.  Cerquand. 

H.  G.  1 


Irische  Texte  mit  Wœrterbuch,  von  Ernst  Windisch.  0.  Professorde' 
Sanskrit  an  der  Universitaet  Leipzig.  Leipzig,   i88o,  pp.  xv  and  886 

Some  little  time  after  the  death  of  John  O'Donovan,  I  remembe 
speaking  to  the  late  D^  Todd  about  the  prospects  of  Irish  philology.  , 
said,  despondingly,  that  there  was  no  one  to  take  the  dead  scholar'i 
place,  that  the  tradition  of  the  Irish  language,  in  its  older  and  pure- 
forms,  would  again  be  lost,  and  that,  owing  to  the  decay  of  ail  genuin; 
Irish  patriotism,  no  one  would  ever  again  dévote  his  life  to  recoveringj 
perfecting  and  handing  on  that  tradition.  But  my  wise  old  friend  took  ( 
more  hopeful  view,  and  said  in  efïectthat,  though  much,  no  doubt,  woul 
be  lost,  more  would  be  gained  in  the  future  :  that  the  trained  philologis), 
of  the  Continent,  especially  in  Germany,  would  continue  the  wor, 
commenced  by  Zeuss  ;  and  that  the  results  which  they  would  attain  bj 
applying  scientific  methods  to  the  mass  of  Irish  ms.  material  woul' 
exceed  in  certainty  and  value  the  best-intentioned  labours  of  nativi 
Irish  scholars.  Ebel's  recast  of  the  Grammatica  Celiica,  Ascoli's  editio^ 
of  the  St-Gall  and  Milan  Glosses,  and  now  this  book  of  the  Leipzig  proi 
fessor  of  Sanskrit  amply  justify  D""  Todd's  prédiction.  No  native  scholai! 
living  or  dead,  could  hâve  produced  any  one  of  the  works  just  mentio' 
ned.  Thefirst  and  second  are  indispensable  for  the  study  of  Oid-Irisï 
and  for  learning  Middle-Irish  (the  language  in  which  the  bulk  of  Iris; 
literature  is  written),  Prof  Windisch's  Irische  Texte  afïord  the  mosttruslj 
worthy,  cheap  and  convenient  material  now  available.  j 

Of  Middle-Irish  prose  and  verse,  this  book  contains,  first,  the  welP 
known  taie  of  the  exile  of  the  sons  of  Uisnech,  hère  printed  from  the  Boo' 
of  Leinster  (about  A.  D.  1 1 50),  with  various  readings  from  the  Yello^i 
Book  of  Lecan  (Trin.  Coll.  DubHn)  and  Egerton  1782  (Brit.  Mus.)] 
secondly,  the  story  of  Mac  Dâthô's  Pig,  now  for  the  firsttime  pubhshec 
also  from  the  Book  of  Leinster,  with  various  readings  from  H.  5.  i 
(Trin.  Coll.  Dub.)  and  Harl.  5280  (Brit.  Mus.)  :  thirdly,  the  Courtshi| 
of  Etâin,  in  two  texts  ;  one  from  Egerton  1782,  the  other  from  tb! 


Bibliographie.  2  ?  1 

Lebor  na  huidre  (about  1 100)  :  fourthly,  the  Birth  of  Cûchulainn  in  two 
texts,  from  the  same  mss.  :  fifthly,  three  so-called  Ossianic  poems  from 
the  B.  of  Leinster  i''that  the  first  and  third  thèse  are  not  Old-lrish  is  clear 
from  forms  like  gairsiu  =:  gair-ré-siu,  na  troich  for  in  troich,  mam  162 
for  immam,  selais  163,  a  mère  figment  of  the  mediaeval  scribe  (like 
mebais,  220,  25)  for  0.  Ir.  roselaig,  i.  e.  ro-seslaig,  root  slac]  ;  sixthly, 
Adamnân's  Vision  of  Heaven  and  Hell,  in  two  texts,  one  from  Lebar 
na  huidre,  the  other  (now  for  the  first  time  printed)  from  Lebar  Brecc 
(about  1400)  :  seventhly,  the  Sickbed  of  Cûchulainn,  from  the  Lebar  na 
huidre  (this  pièce  was  first  published  by  O'Curry  in  the  Atlantis,  vols.  I 
and  II,  with  a  courageous  translation  ')  :  various  readings  from  a  ms.  in 
Trinity  Collège,  Dublin  (H.  4.  22)  are  given  in  pp.  326-350;  and, 
eighthly,  the  Feast  of  Bricriu,  now  for  the  first  time  published,  from  the 
Lebar  na  huidre,  \vith  various  readings  from  H.  3.  18  (Trin.  Coll. 
Dublin  and  Egerton  93  (Brit.  Muséum).  This  last  mentioned  ms.  has 
supplied  the  interesting  new  form  fathar  'vestrum',  corresponding  with 
the  long-since-known  nathar  'nostrum'.  It  seems  to  occur  in  Wb.  i  b 
where,  however,  Prof.  Zimmer  gives  us  setha..  (gl.  vestram).  It  will 
hâve  been  observed  that,  except  in  the  case  of  some  of  the  poems, 
prof.  Windisch  has  acted  on  the  rule  that  no  text  should  be  published 


I.  For  instance  :  diag  innacomraime  'after  the  trophies',  should  be  'because  of  the 
.contentions'  :  agat  cksamnaig  'let  games  be  arranged',  should  be  'let  jugglers  perform'  : 
m  très  'one  of  the  three',  should  be  'the  third'  :  ni  fil  diib  mndl  nachiuharad  no  nd 
beth  cuit  dait  -because  there  is  not  among  them  a  woman  who  would  not  share  her  love 
;and  friendship  with  you'  should  be  'there  is  not  of  them  a  woman  who  would  not  love 
Ihee.  or  who  would  not  be  a  share  (assigned)  to  thee'  :  tré  sciath  n-ele  indala  heoin 
'through  the  flying  wing  of  one  of  the  birds',  should  be  'through  the  shoulder  of  the 
wing  of  one  of  the  two  birds'  :  nachinglùasid  res  atchi  'do  not  move  him  before  night' 
should  be  'do  not  ye  disturb  it,  a  vision  which  he  sees',  and  as  Windisch  remarks, 
.noticfitis  diamtis  lat  'if  they  were  with  thee  and  they  would  come',  should  be  'they 
would  heal  thee  if  they  were  with  thee'.  Again,  bid  imda  'he  is  ever  in  good'  should  be 
'abundant  will  be' :  tinhen  [tinbec,  O'C.J  laeochu  'gentle  to  his  sieeds'  should  be  'who 
repels  (?j  heroes'  :  do  Cheltchar  na  celg,  'upon  thee  vindictive  Celtchair',  should  be  'to 
Celtchar  of  the  wiles'  :  rogabus  immaig  denna  laddnatraig  imchenna  'l  passed  the  flowery 
plain  with  two  rapid  advancing  feet'  should  be  'I  was  in  Mag  Denna  (the  plain  of  the 
hill,  dind),  by  two  double-headed  serpents'  :  renirê  'I  shall  ever  say'  should  be  'in  my 
time'  :  foid  'retired'  should  be  'sleeps'  :  atchichither  'they  move'  should  be  'thou  wilt 
isee'.  In  conclusion,  O'Curry  thus  prints  a  corrupt  couplet  in  one  of  Liban's  songs  about 
,the  hero  Labraid  : 

Lninid  tech  ades  tindben 
t  Cet  eolach  inîi  asidfet, 

and  renders  it  by  'Happy  house  which  a  soft  woman  orders,  An  hundred  learned  men  in 
itthat  are  adepts'.  Windisch,  comparing  the  phrase  applied  to  Labraid  (supra  p.  382) 
'Jtiimttch  a  des  ...  tindben  laeochu,  restores  the  true  reading  thus  : 

Laimtech  ades  tindben  cet 

eolach  inti  asidfet 
that  is 

Daring  (is)  his  right  (hand)  which  repels  a  hundred  : 

Wise  (is)  he  who  déclares  it. 


2  5  2  Bibliographie. 

from  a  single  ms.  Any  one  familiar  with  the  blunders  made  by  the  scribe 

of  even  the  best  Irish  codices  will  recognise  the  wisdom  of  this  rule. 

To  each  of  the  prose  pièces  now  published  is  prefixed  an  introductio 
in  German,  giving  a  clear  and  accurate  précis  of  its  contents  :  indicating 
when  necessary,  its  place  in  one  or  other  of  the  great  saga-cycles  c 
the  Irish  :  pointing  out  similar  motive  in  the  literatures  of  other  nations  ' 
noticing  the  lights  which  thèse  stories  throw  on  the  mythical  bearings  c 
Irish  tradition  ;  or,  lastly,  mentioning  some  of  the  instances  of  naïve  rea 
lism  and  of  prehistoric  savagery  and  superstition,  which  render  thj 
Irish  sagas  (if  only  they  were  honestly  translated  !)  such  a  mine  fc' 
anthropologists  and  students  of  Indo-european  antiquity^.  in  thisconnec 


1.  See,  for  example,  p.  231.  Prof.  Windisch  might  well  hâve  done  more  in  this  direi 
tion.  Compare,  for  instance,  with  the  opening  of  Sneewittchen  (Kinder- und  Haus-Maercheii 
No.  S})  and  the  taies  referred  to  in  Grimm's  note  and  in  his  préface  to  Liebrecht. 
translation  of  the  Pentamerone,  pp.  xxij,  xxiij,  the  passage  in  the  Longes  mac  Uisnifj 
§  7  (Irische  Texte,  p.  71),  which  may  be  rendered  thus  :  'Once  upon  a  time  in  tfi 
winter  the  girl's  foster-father  was  flaying  a  ...  calf  on  the  snow  outside,  to  cook  it  fci 
her,  and  she  saw  the  raven  drinking  the  blood  on  the  snow.  Then  she  said  unto  Levarj 
cham  ;  «  Dear  to  me  were  the  one  man  on  whom  were  yon  three  colours,  the  hair  lik' 
the  raven,  and  the  cheek  like  the  blood,  and  the  body  like  the  snow.  »  So  in  Peredu  : 
Mabinogion  i.  324  :  'And  in  the  morning  he  arose,  and  when  he  went  forth,  behoid  : 
shower  of  snow  had  fallen  the  night  before,  and  a  hawk  had  killed  a  wild  fowl  in  froi; 
of  the  cell.  And  the  noise  of  the  horse  scared  the  hawk  away,  and  a  raven  alighted  upc' 
the  bird.  And  Peredur  stood  and  compared  the  blackness  of  the  raven,  and  whiteness  i; 
the  snow,  and  the  redness  of  the  blood,  to  the  hair  of  the  lady  that  besthe  loved,  whicl 
was  blacker  than  iet,  and  to  her  skin,  which  was  whiter  than  the  snow.  and  to  the  twi 
red  spots  upon  her  cheeks,  which  were  redderthan  the  blood  upon  the  snow  appeared  li 
be.  ))  Other  parallel  incidents  in  Irish  sagas  and  the  Mabinogion  are  the  practice  (1 
fighting  duels  in  the  middle  of  fords.  Tain  bô  Cùalnge  passim  and  LL.  ii-j  b,  and  Pwy'' 
Prince  of  Dyved,  Mabin.  III.  45  :  giving  names  from  incidents  happening  at  or  soonafte: 
birth,  Félire  of  Oengus,  Introduction,  p.  23,  cf.  Mabin.  III,  69  (Pryderi),  200  (Dylai 
Eilton),  203  (Llew  Llaw  Gyfïes),  360  (Tal-iesin)  :  the  music  made  by  Donnbo's  heai 
{Fragments  of  Irish  Annals,  éd.  O'Donovan,  Dublin,  1860,  pp.  45,  47)  and  the  pleasai, 
converse  of  the  head  of  Bendigeid  Vran,  Mabin.  III,  124,  127  :  the  dispute  betwee 
S.  Patrick  and  the  Angel  on  Croagh  Patrick  in  the  Tripartite  Life  and  the  conversatic 
between  Manawyddan  vab  Lhyr  (=  Manannan  mac  Lir)  and  the  enchanter  Llwyd  son  c 
Kilwed  :  Finn's  thumb  and  the  finger  of  Gwion  Bach,  Mabin.  III,  358.  The  incident  (■ 
Pryderi's  hands  deaving  to  the  bowl  and  his  feet  to  the  slab  reminds  one  of  the  cleavini 
of  Bran  mac  Febail's  hand  to  the  bail  of  yarn  (H.  2.  16.  col.  397)  and  of  the  way  i 
which  the  Argo  stopped  when  the  king  of  Thrace  grasped  Medea's  certle  (LL.  221  a 
Prof.  Rhys  and  Mr.  Hennessy  could,  I  am  sure,  easily  add  to  this  list. 

2.  Warriors  showing  as  trophies  the  tongue-tips  of  their  slain  enemies  (p.  20s) 
démons  spesking  out  of  weapons  (p.  206)  :  divining  from  the  dream  of  a  man  sate' 
with  the  flesh  of  a  white  bull  (p.  21 3)  :  ladies  drinking  heavily  (p.  259  :  cf.  Mabin.  i.  ]<] 
ac  angwneuthur  yn  vedw),  and  lifting  their  smocks  co  mellaib  a  larac  fp.  260)  :  a  danf 
hill  in  the  doorway  of  the  palace  (p.  296)  and  dung  under  the  grianan  of  Briccriu 
splendid  house  (p.  26j)  :  queen  Medb  taking  150  naked  girls  with  her  to  Ciichulainn  ar 
his  two  co.T.rades  (p.  280),  the  gift  of  her  own  daughter  (Findabair)  for  a  night  ■ 
Cûchulainn  (p.  281,  and  see  p.  286  as  to  the  girls  Sadb  and  Conchend  and  the  que« 
herselfj  :  Déduire  being  her  brother  Conchobar's  charioteer  (p.  136J  and  bedfelio| 
(p.  1 39)  :  women  staining  their  nails  purple  (p.  79,  where  chorcu  should  be  chorcru),  whic 
reminds  one  of  the  practice  of  Arab  ladies  dying  their  fmger-tips  with  /iinnâ  {Lawsom' 
inermis).  The  curious  practice  described  in   the  Destruction  of  Da  Derga's  Hostel  ar 


Bibliographie.  23  j 

lion  may  be  mentioned  the  following  passage  in  the  Conception  ofCûcha- 
lainn  {Irisclie  Texte,  p.  136),  which  prof.  Windisch  has  not  noticed, 
though  Sir  Henry  Maine,  in  his  Early  History  of  Institutions,  p.  114, 
quotes  it  as  pointing  to  the  time  at  wliich  the  change  from  a  System  of 
collective  to  a  system  of  restricted  enjoyment  of  land  took  place  in 
Ireland ,  and  as  attributing  this  change  to  the  growth  of  population. 
«  There  wasneither  trench  nor  fence,  nor  stone-wall  round  land  inthose 
days  until  there  came  the  time  of  the  sons  of  Aed  Slane  [A.  D.  604],  but 
only  smooth  fields.  Because  of  the  abundanceofhouseholdsintheirtime, 
therefore  it  is  that  they  made  (?)  boundaries  in  Ireland.  » 

Furthermore ,  professor  Windisch  has  given  us  twelve  Old-Irish 
poems,  eight  from  the  Trinity  Collège  Liber  Hymnorum  (with  various 
readings  from  the  Franciscan  copy,  formerly  in  St.  Isidore's,  Rome),  and 
four  from  a  codex  in  the  monastery  of  St-Paul,  Carinthia.  With  the 
exception  of  one  of  the  poems  from  the  Carinthian  codex  {'■Messe  ocus 
Pangnr  Bàn')  thèse  difficult  compositions  hâve  ail  been  printed,  with 
tentative  translations,  in  my  Goidelica,  London,  1872  ;  but  prof.  Win- 
disch has  added  excellent  notes  which  correct  some  of  the  errors 
contained  in  those  attempts.  Thus  :  fordonté,  Colm.  i,  'may  it  help 
us!';  ron-sndid,  Colm.  11,  'who  protected  it';  ro-n-tolomar,  Colm.  35, 
Met  us  please  him' ;  batar  ile  Cothraige  cethartrebe  dia-fognad,  Fiacc  6, 
'many  were  they  whom  Cothraige  (i.  e.  Patrick)  of  the  four  households 
served'.  Dofaid  tar  Elpa  huile...  conid  furggaib  la  German,  Fiacc  9,  10, 
•he  (the  angel)  sent  him  (Patrick)  over  ail  the  Alps,  until  he  left  him 
with  Germanus'  ;  bed  fds  tir  Temrach  tua,  Fiacc  20,  'that  the  land  of 
silent  Tara  would  be  a  waste',  is  cian  doreracht  Emain,  Fiacc  43,  'long 
since  it  (the  kingdom)  deserted  Emain'  ;  beith  in  géillius  maie  Maire  ba 

quoted  in  the  Wœrterbuch  s.  v.  carn  (each  member  ofa  party  of  marauders,  before  star- 
ting,  contributed  a  stone  to  a  heap,  from  which.  on  returning,  each  survivor  took.  away 
a  stone,  so  that  the  number  of  the  remaining  stones  shewed  the  number  of  those  that 
had  fallen)  is  paralleled  by  a  custom  of  the  ancient  Persians,  which  Sir  Samuel  Fergu- 
son  has  pointed  out  in  a  note  to  his  récent  volume  of  poems.  See  Procopius,  de  bell. 
Pers.  1.  1,  c.  18.  NojjLo;  èaTi  Ilsp^ai;,  r|vcxa  km  twv  tioXeijiîwv  Ti'vaç  crTfaTeOecôac 
jiÉXXouffi,  TÔv  (i.£v  éadiXéa  en\  Ôpôvoy  toù  6affi),etou  xaôïjaôat,  xo^uvo-jç  6è  ol  TroXXoù; 
£VTa09à  itvi  elvac,  xai  uapsîvai  [lèv  tov  ffTpaTYjyàv,  oç  ôy)  tw  crTpaTw  InX  -couç  evav- 
TiO'j;  éïnYriCEffôat  ÈttiSoÇôç  èayi,  Ttapilvat  6à  tô  CTTp(iTEU|xa  toOto  èç  t'oO  ëaffiXÉMî^T-nv 
o'I'iv  xax'  avo'pa  é'va,  xa\  a'jTàiv  IxaaTov  oéloç  ev  èç  Tac  xapTia;  p'i-KXEiy,  p-Z-zk  ôl 
ttuTa?  [jièv  Tf)  ëaaù.éitii  a-çpayîôt  y.aTa(j£a7)jxa<7|i,lva;  çuXàaffEffOat,  ETrsioàv  6e  eç  Yléçoaç 
èîtavcoi  TO  (TTpâTE'jjxa  to-jto,  twv  (jTpaTiwTcov  sxaaxov  èx  tûv  àppt"/tov  ëv  àcpaipEcyôat 
èù.o;.  apiOfjioOvTe;  oviv  tûv  ê£).â)V  ôax  Ttpoç  tûv  àvSpcov  ojx  àvr,pr)Tat,  oi:  èncxEiTai 
ri  Tifxr,  a'jTj-i),  à'^^iWoxi'Si  t^   êctGÙsi  to  ■nîrfio;,  tùv  oùx  ETtavïi'xôvxtov  CTpaTtwTÛv, 

TaÙTYl   TE   0(701,    Èv    T(5   Tto)  EJAW  T£T£>>£UT7)Xa(7tV    £vSï)>,Ot   yiVOVTai.    O'JTW     [J.EV    OUV   IlÉptJatÇ 

ô  vô(io;  Èx  itaXaioO  éxEi.  (Procopius  e  recensione  G.  Dindorfii,  Bonna;,  1853,  I,  97.) 
See  also  the  dinnsenchas  of  Carn  Mail,  cited  by  O'Donovan,  Mise.  Celt,  Society,  p.  66. 


2  34  Bibliographie. 

sén  gairé  in-genair,  Fiacc  68,  'to  be  in  the  service  of  Mary's  Son,  tha 
was  the  duty  [pietas]  in  which  he  wasborn'  '.  Admuinemmair,  Nin.  i ,  'wi 
venerate';  for  maig  anitachî  cathir  dollaid  ronsnade  sluagu,  Br.  lo,  'on  ; 
plain  (her)  city  —  may  she  protect  us  to  (the  heavenlyi  Icingdom  !  - 
refreshed  hosts'  ;  snechta  tria  sin  liiades  gaeth,  Br.  19,  'wind  drove  snov 
through  storm';  conidn-arlaid  siîh,  Br.2o,'so  that  peace  came  unto  him' 
manibad  foraid  (ms.  fororaid)  in  ri  blegon  innambô  fothri,  Br.  32,  'i 
there  had  not  been  —  the  King  helped  (her)  —  themilking  of  the  cow: 
thrice'  ;  ba  mô  amru  arailiu,  Br.  40,  47,  75  'it  was  greater  than  (any 
other  marvel'  ;  Ingen  amlabar  do  berî  Brigta  ba  hoen  a  amra^  Br.  43 
'(there  was)  a  girl  dumb  from  birth  —  it  was  one  of  her,  Brigit's,  mar- 
vels'  ;  ba  maith  conid-rualaid  dô,  Br.  49,  'twas  well  that  it  happened  t( 
him';//z  daim  do-da-ascansat  fô  leà  rodas-cload  nech,  Br.  53,  'the  oxet' 
that  had  gone  to  her  —  well  for  them  had  any  one  heard  them'  ;  mac  à' 
roreraig  in  riglaim,  Br.  56,  'God's  Son  stretched  out  the  royal  hand'  1 
dobert  di  am-mac  co  airm  Rrigteir-rochloîh  a  bolh^,  Br.  70,  'her  Sonbrough'î 
to  her  (the  oak)  to  the  place  wherein  her,  Brigit's,  house  was  built'  ' 
nad  chlethi,  Br.  71,  'which  is  not  to  be  hidden' ;  ar-do-utacht,  Br.  73. 
'who  refreshed  her'  ;  robbet  inna  lobran  leith,  Br.  90,  'may  they  be  on  the 
weaklings'  side  !';  admunemar,  Br.  98,  'we  venerate'  ;  ddn  buada,  Br . 
ICI  ;  'art  of  victory' ;  bâges  arbaga  finna,  Sanct.   17,  'who  fights  gooc, 
fights  (arbaga  =  erbdgà).  To  the  hymns  attributed  to  Fiacc  and  Broc-, 
cân,  prof.  Windisch  has  added  valuable  appendices  containing  illustra-; 
tive  passages  from  Irish  and  Latin  prose  lives  of  Patrick  and  Brigit.  Ir 
his  appendix  to  the  hymn  about  the  latter  saint,  he  might  hâve  inserted' 
much  from  a  Bodleian  ms.  Rawl.  B.  5 12,  f' 3$  ^,  and  I  can  add  from  thC' 
Book  of  Leinster,  p.  3  5  3  ^,  a  passage  which  seems  to  shew  that  in  her' 
case,  as  certainly  in  that  of  Patrick,  incidents  of  the  lives  of  severai^ 
homonymous  saints   were  attributed  to  a  single  person  :  Brig  ic  Tig 
Brige  .  is  lé  iomlachtd  na  bae  fothri  inoen  là  dona  epscopaib.  7  is  lé  topacht 
in  lathi  mbuana  diambu  anmech  fon  tir  archena.  Compare  Broccân'shymn, 
11.  30,  32. 

Lastly,  there  is  the  dictionary  :  it  comprises  a  glossarial  index  to 
the  whole  work  and  a  sélection  of  words  from  the  Zeussian  mss.,  the 
Félire  of  Oengus,  the  glossaries  of  Cormac  and  O'Davoren,  and  many 
other  sources  enumerated  in  pp.  xi,  xii,  xiii.  It  is  to  be  regretted  the' 


1 .  Hère  I  only  partially  foUow  Windisch  who  regards  sén  as  =  Lat.  signum  and  gaire 
as  gen.  sg.  l  think.  sén  is  for  sen  (cf.  réraig  for  reraig)  the  démonstrative  pronoun,  and 
gaire  is  nom.  sg. 

2.  This  is  Windisch 's  conjectural,  but,  I  think,  certain,  emendation. 


Bibliographie.  2  5  5 

not  even  one  of  thèse  sources  has  been  completely  exhausted  ;  future  lexi- 
cographers  will  therefore  hâve  to  treat  them  ail  as  untouched.  But  the 
dictionary  contains  about  7000  words  for  the  most  part  sufficiently 
belegt,  and  is,  accordingly,  by  far  the  most  important  contribution  yet 
made  to  Irish  lexicography.  Of  spécial  lexicographical  value  are  the 
articles  relating  to  the  différent  prepositons.  Hère  and  there,  too,  it 
contains  valuable  contributions  to  philology,  e.  g.  the  équation  of  glanim 
with  Ohg.  kienan,  the  explanation  of  trûalnim  as  from  do-for-elnim,  of 
tintarrad,  Fiacc,  18,  as  do-ind-dan-ro-sôad,  oi  doréracht  as  the  t-pret.  of 
dérgim  'desero',  and  of  do-rat  'dedit^  as  for  do-ro-dad,  cf.  skr.  dadâmi. 
1  will  now  mention  the  few  corrigenda  which  I  hâve  noticed  in  rea- 
:ding  the  text  and  notes  of  prof.  Windisch's  book  :  I  will  then  give 
some  of  the  corrections  which  I  think  should  be  made  in  his  Wœrter- 
buch;  and  I  will  conclude  by  giving  some  additional  words  and  forms 
which  1  think  might  by  usefully  inserted  in  the  next  édition  of  that  dic- 
,tionary. 

Corrigenda.  * 

First,  in  the  Hymns  and  Notes  thereto  : 

Page  8,  line  i,  for  'Job'  read  'lob'  ('Ià)6,  a  dissyllable).  P.  9,  1.  5, 
lonas.  P.  15,  last  line,  read  ciasu  threbrech.  P.  16,  note  68  &,  for 
'borne'  read  'born'.  P.  17,  I.  22  read  m-brathar.  P,  21, 1.  30  read  'com- 
bad'.  P.  28,  1.  7,  for  'air  slébe'  read  'airslébe'.  P.  29,  note  20a,  for 
i'und...  und...  Gendalough'  read  'lind...  lind.,.,  Glendalough'.  P.  35, 
;1.  4  and  note  72  a,  roit  gen.  of  roat  (rout  n-aurchora,  Tâin  hô  Fraich) 
may  be  a  dissyllable,  as  W.  himself  conjectures  p.  748.  P.  36,  note  79  b 
fofrith  is  right  :  it  is  the  3d  sg.  praet.  pass.  of  the  verb  of  which /o/ui- 
ratar  is  the  3d  pi.  perf.  P.  36,  note  84  a,  As  criol  is  a  dissyllable,  the 
proposed  insertion  of  dl  would  be  wrong.  P.  39,  1.  20  for  'ind  aurtige^ 
read  'in  daurtige',  1.  27  read  'matutinum'.  P.  43,  1.  14  read  'chaillech'. 
P.  48,  1.  23,  for  'lassair'  read  'Lassair'  the  name  of  the  widow  referred 
to.  P.  49,  note,  tûus  is  a  dissyllable,  W.  îywys. 

P.  5 1 ,  note  in  1.  1  $  a  :  My  version  of  is  noi  tholl  dia  n-eslind  guas  'he 
,is  a  leaky  ship  in  perilous  danger',  hère  quoted  with  a  sic  after  'in',  is, 
pace  Windisch,  perfectly  right,  for  dian  stands  for  dianid  (=  dianî  of 
the  St  Paul  Codex),  which  means  'cui  est'.  'A  leaky  ship  to  whichis  peri- 
lous danger'  would  not  be  English. 

I  will  leave  this  part  of  the  book  with  the  remark  that  I  cannot  under- 
stand  the  principle  in  which  Windisch  varies  from  ail  the  mss.  and  bisects, 


2^6  Bibliographie. 

and  some  times  trisecîs,  without  putting  even  a  hyphen  ',  words  lik 
donfe  from  dofedim,  p.   6,  fordonte  from  forîiag,  p.  6,  immuntisat  fror 
immîhigim,  p.  6,  ardonroigse,  p.  8,  from  erchissim.,  rotcobrath,  p.  122 
from  cobraim.  There  is  no  T[j.rjci;  hère.  Whatever  may  hâve  been  th 
case  in  prehistoric  Irish,  they  are  verbs  compounded  with  inseparabl 
préfixes  and  having  the  pronouns  and,  in  such  cases  as  ar-don-roi-gse 
also  Ihe  verbal  particle  ro,  infixed  between  the  prefix  and  the  root.  H 
also  prints  (e.  g.)  ro  anacht,  Colm.  30.  But  roanacht  is  a  trissyllable  witl 
the  accent  on  the  antepenuhima  (as  the  allitération  shows),  justasin  th 
Félire,  prol.  18,  rogbusi—rogabus),  is  a  dissyllable  with  the  accent  on  th 
penultand  no  accent  on  the  radical  word.  There  is  no  tmesis  hère;  comi 
pare  ciâ  ts  p-riSacOai  (=  y.ai  otappïi^acÔat),  7c5XeiJ-ov  -spt  tcvû£  (pxfcvTe' 
(=  TreptçuYovTcç  Tcvcc  Tcv  r.),  wherebothlhe  préposition  and  the  radica^ 
word  are  accented.  J  may  add  that  to  carry  out  Windisch's  practice  con  j 
sistently  would  produce  monstrosities  such  as  ro  gbus,  for  tn  iadae.,  doh 
r  ema,  on  which,  I  think,  the  most  arbitrary  reformer  ofOld-Irishorthoi 
graphy  would  not  venture.  Even  where  there  is  no  infixation  (e.  g.  D. 
gnither,  p.  71)  he  prints  the  prefix  separately.  His  ireatment  of  the  suf 
fixes  —  e.  g.  is  taig  seo  p.   104  (ms.  istaigseo  =  i-sin-taig-seo]  and  eu 
Irath  sa  p.  210  (ms.  custrathsa=^  cusin-trath-sa)  is  also  objectionable 
In  this  respect,  too,  he  is  inconsistent,  writing  as  he  does,  p.  7 1 ,  < 
haiti-si  with  a  hyphen,  and  a  m-bài-sium,  or  sei-seom,  p.  72.  The  Ok 
and  Early  Middle  Irish  scribes  knew  how  to  spell  their  own  language 
and  (except  in  grammars  and  texts  intended  for  mère  beginners)  tht' 
only  changes  I  would  make  in  their  orthography  are  four,  first,  the 
use  of  initial  capitals  for  proper  names,  secondly,  the  use  of  the  aposl 
trophe  to  shew  when  a  vowel  has  been  lost  or  elided,  thirdly,  the  us(î 
of  the  hyphen  when  a  transported  n  occurs  in  the  anlaut  of  a  word  begin  i 
ning  with  a  vowel  ;  and  fourthly,  the  insertion  of  infected  /  and  s  {f,  s" 
whenever  thèse  letters  are  wrongly  omitted. 
Next,  in  the  Longes  mac  nUsnig  (LL.  fac-similé  259  i»). 
P.  67,  1.  8  read  scréich.  P.  69,  1.    1 1  Gessid.  P.  70,  11.  16,  17  Thf 
fac-similé  has  arcôi^fed  guilig  guin,  P.  72,  11.  15,  17,  19  read  or  ses- 
seom.  P.  75,  1.   11  (5ic,  1.   16  Etair.   P.  76,  1.   17  sargud,  1.    18  thf 
words  et  cath  do  thabairt  eturru  are  repeated.  P.  77,  1.    16,  tein  (no 
téin).  P.  78,  1.  9,  isi.  P.  80,  1.  16  dail  dath,  1.  i8  soerdath. 
Then,  in  the  Scél  mucci  Mie  Dâthd  (LL.  fac-similé  \\i  b). 

I.  He  uses  hyphens  in  no-bor-mairfither,  p.  75.  He  writes  dosbert  (not  dos-bert 
p.  119.  For  don,  p.  37,  hux  fordon,  p.  }8,  fosn  opair  p.  132,  but  fos  n-opair  p.  5J4 
Why  thèse  inconsistencies  ? 


j  Bibliographie.  237 

I      P.  96,  1.  I,  read  B6i,  1,  2  eu,  1,  7  sessed.  P.  97,  I.  7,  tâib.  P.  98, 
;  1.  3  bérthair  1.    12,  nombertaigedar.  P.  99,  I.    5,  formna,  11.  11,  23 
■  mochen.  P.  100,  1.  6,  cdch  dib  buille,  1.  18  béim.  P.  105,  1.  12  com- 
batar.  P.  108,  1.  4  crothais,  1.  9  uathud,  1.   1 1  relie  ..ri.  1.   12  Feidli- 
mid,  1.  14  immon,  1.  16  bang,  1.  17  erodai,  1.  19  fina. 
Fourthly,  in  the  Tochmare  Etâine  (LL.  fac-similé  p.  129^), 
P.  119,  1.  28  no  ingine,  1.  33,  6itid.  P.    121,  1.  29  bâeobor  i.  e.  ba 
accobor,  l.  30  fria  eneeh.  P.  122,  1.  29,  eethrai.  P.  124,  1.  31  fesmâis. 
P.  1 30, 1.  28  condé:rsai.  P.  131,1.  30  asibed.  P.  132,1.  11  ocom  thig-si, 
1.   1$  oenuch  Bodbgnai,  last  line  but  four,  co  ind.  P.  133,  1.  2  re 
'  siun,  1.   3  teithmillsi. 
'      Fifthly,  in  the  Compert  Conculainn  (LL.  fac-similé  12813)  : 

P.  138,  1.  3,  read  atdises  '  (.i.  rucastar)  birt,  1.    1 1  bla  ieee.?  1.  15 
humi.  P.  1 39,  1.  1 1  thré  mesci,  1.  25  ionach.  P.  144,  1.  12  raibe. 
Sixthly.  Three  Ossianic  Poems  (LL.  fac-similé  154^,  192^,  2o8fl). 
P.  158,  1.  I  (of  the  poem)  read  téigtis,  1.  4  robf,  1.  7  fûaratar,  gléo, 
'  I.  8  mbéo,  1.  14  intogom. 

P.  160,  1.  4  (of  the  poem)  iuchdelb. 

P.  162,  1.  1  (of  the  poem)  sùan,  1.  2  mu  genum  ...  bdi,  1.  6  féie, 

P.  163,  1.  I  the  second  meit  has  the  mark  of  length  on  ê,  1.  3  tnû. 

P.  162.  Glosses  :  i   chotlatâr,  4  fam  sleig,  9  for  the  syllable  -gi,  the 

,  fac-similé  has  .i.  mor  intaslingi  atehondare  'great  the  vision  which  I  saw'. 

:  W.  prints  this  last  word  [atehondare]  as  a  gloss  on  armothd.  This  blunder 

i  is  doubtless  due  to  prof.  Atkinson  in  Dublin,  from  whose  eopy  this  poem 

and  the  glosses  are  unfortunately  printed.    12  mo  choin  (in  marg.).  19 

'  for  moing  the  Facs.  has  droing,  which  is  clearly  wrong.  21  for  'per'  read 

'.  'proprium'  i.  e.  proprium  nomen  (Find).  24  for  'isseom'  (!)  readïssed. 

25  commeit  :  the  words  ri  cori  môr  (not  mor)  etc.  are  a  gloss  on  ri  habraid. 

26  comméit.  31  for  'pro'  read  'proprium',  scil.  nomen  (Tallâin). 
Seventhly,  The  Vision  of  Adamnân  (LU.  fac-similé  p.  27  a,  LB.  fae- 

simile  p.  253). 

\  P.  169,  1,  8  for  nâ  read  nach,  1.  16  for  roinsorchet/ reaid  roinsorcha/^, 
jl.  21  /or  afferre  re^rf 'aserere  (i.  e.asserere')',!.  iS  for  pater  read  postquam, 
jl.  30 /or  ecsamla  read  examla  and  so  in  many  other  places.  P.  170,  1.  i 
censa,  1.  8  Fo/rend.  P.  171,  1.  4,  àana.  P.  174,  1.  27,  atchuadumar 
(=  itchuadumar  p.  179,  1.  28).  P.  181,  1.  3  d'idnad.  P.  185,  1.  27 /or 
'  'nanas'  read  'nac/zas'.  P.   188,  1.   19 /or  Terend'  read  'Fo/rend',  l.  24 

!      I.  This  corrupt  form  should  probably  headsaites. 

Rev.  Celt.  V  16 


238  Bibliographie. 

after  impu  insert  'co  lâr'  from  the  preceding  line  of  the  ms.  P.    189. 

1.  29  for  'chloincholaig'  read  'chloin  cholaig'. 

P.  190,  1.  7  ms.  and  fac-similé  hâve  comdib^  which  W.  corrects 
silently  to  comdid.  A  similar  correction  is  needed  in  p.  220  line  9,  where 
the  ms.  has  Ferait  for  Feraid. 

Eighthly,  Cuchulainn's  Sickbed  (LU.  fac-similé  pp.  45-50). 

P.  206, 1.  6  read  firfider.  Hère  and  elsewhere  in  this  pièce  the  con- 
tractions 'cul',  'cucl',  cl.,  ciicul,  should  be  extended  thus  :  Cùchulaind 
(as  Windisch  correctly  prints,  p.  872),  butnot  'Cuculainn'  as  he  prints 
hère,  nor  'Cuculaind',  as  in  p.  207,  1.  4,  and  elsewhere,  nor  'Cùchu- 
laind'as  in  p.  269.  P.  206,  1.  9  canitar  (jd  pi.  imperative  passive).; 
P.  207,  1.  1  W.  prints  (intan)  ba  holc  (a  menma)  for  the  ba  n-olc  of  the; 
ms.,  which  he  banishes  to  a  footnote.  But  the  n  hère  isthe  relative  pro-: 
noun,  which  is  often  infixed  between  the  verb  subst.  (the  copula)  and, 
the  noun  predicated  :  see  Z.*  346,  where  twenty-three  examples  are' 
given.  P.  208,  1.  27  W.  prints  randa  as  the  ace.  pi.  of  rand  'a  quatrainV 
and  says  in  a  footnote  that  the  ms.  has  randu.  The  ms.  has  randa  (= 
runnu  LU.  40  /?  8),  which  is  the  regular  ace.  pi.  oïrand,  a  masc.  a-stem., 
P.  210,  1.  2.  The  ms.  has  'oliban'.  Windisch  corrects  ('ol  Liban'; 
silently.  P.  212,  1.  6  'ni  tanbi'  (non  est  nobis'j  should  be  printed  accor- 
ding  to  W.'s  practice,  nitan  bi.  P.  214  note  on  line  27  :  for  'bansidi 
read  'ban  sidi'  (the  same  correction  is  needed  in  p.  366,  s.  v.  andregoin. 
p.  774  s.  v.  side  and  p.  818  s.  v.  terbaig]. 

P.  218,  1.  13  insinn  (for  isind)  ait  hi  fanend  grian  'in  the  place  (ai; 
p.  356)  wherein  the  sun  sets'  :  cf.  cusinf-dt  fris  funenn  grian,  Laudôio/ 
f°  10.  P.  219,  1.  1 1,  is  not  breg  gen.  pi.  of  a  proper  name?  (see  fîr«|| 
p.  879).  P.  220,  1.  17  drundechta  (leg.  drùidechta)  dogensat  int-slùai§( 
'the  enchantments  which  the  hosts  had  performed'.  P.  221,  1.  22  shouldi 
be  :  [ilach^]  uallach  uabrech  drd  la  gol  mairgfri{s]siabra  se.  P.  223, 1.  rf 
chûichidis  a  scribe's  mistake  for  chûicid,  and  should  be  corrected.  P.  224 
1,  14  for  'ce  tha',  the  fac-similé  has  'cetha',  the  ms.  (LU.)  cetera, 
P.  226,  1.  16  ara  corbàlic  should  be  ar  n[o]co-r-b-dlic  'for  she  was  no' 
pleasing'  (alic,  p.  358). 

Ninthly,  The  Feast  of  Bricriu  (LU.  99 1), 

P,  2$$,  1.  7,  read  de  intrub,  1.  33  atabairecen  =  atâ-bar-écen  'it  is 
necessary  for  you\  The  note  should  be  cancelled.  P.  260,  1.  24,  fo 
tia  dig,  read  dia  tig.  P.  266,  1.  i  demis  chas  (leg.  cas  ?).  P.  279,  1.  2; 
cotomélam  (sic  in  ms.)  should  certainly  be  co-ton-méla  'nos  commolet 

I.  Ilach  (gl.  paean)  Z.2  810. 


Bibliographie.  2  $9 

=  cu-tan-méla  1.  20,  the  ^d  sg*  redupl.  fut.  act.  of  comlaim  Mch  reibe' 
p.  441.  P.  285,  1.  6  should  apparently  be  'is  ad  linnV,  or  Ailind 
[=  Ailill]  corop  si,  etc.  P.  290,  1.  24  for  dorardusi  reaà  dorar  (.i.  dochur) 
dusi  (.i.  tr enfer). 

Tenthly,  the  Carinthian  poems. 

P.  516,  last  line  but  one,  for  oen  lâu  read  oenlâu. 

P.  318,  read  M'airiuclân. 

Before  proceeding  to  criticise  some  of  the  articles  in  Windisch's  Wœr- 
terbuch,  I  wish  to  say,  generally,  that  it  would  hâve  gained  in  practical 
utility  had  he  laid  down,  and  steadily  adhered  to,  some  rules  as  to 
the  spelling  of  the  leading  word  of  each  article.  He  bas  done  so  in 
the  case  of  words  beginning  with  the  prepositional  prefix  /mm-,  which 
he  always  prints  imm-,  though  the  mss.  hâve  also  the  forms  imb-  and 
im-.  But  he  has  not  done  so  in  the  case  of  air-,  which  he  also  prints 
a\ir-,  er-y  ir-,  ur-,  or  of  aith-,  which  he  also  prints  ed-,  id-,  ud-,  and  his 
practice  as  to  the  umlaut  is  just  as  unsettled  as  that  of  the  Old  and 
Middle-Irish  scribes.  He  prints,  for  instance,  acher  and  ainech,  acciu  and 
aichnim,  dlgenaigim  and  dilgen,  etech.,  dethbir,  anàeitchim^égim  and  éicni- 
gim:  opne,  ordnide  and  oician,  oifrend,  ôcmil  (leg.  ôcmil)  and  ôibela:  dlu- 
gim,  unse,  usce  and  dochuiriur,  uisse.  Surely  the  first  thing  he  should 
hâve  done  is  to  décide  whether  the  epenthetic  vowels  should  be  uni- 
formly  printed  or  omitted.  Again,  the  older  scribes  express  infected  b 
by  three  différent  signs  :  b,  f,  ph.  Windisch  follows  them,  and  prints 
(e,  g.)  arbeitim,  arpeittim  (leg.  arpheittim)  and  its  infinitive  airfitiud, 
for  'your'  (pronounced  vor)  and  ur-phaisiu.  On  the  other  hand,  the 
older  scribes  make  no  distinction  between  the  diphthongs  di,  bi  and  i/,  ôi 
the  unilauts  of  a  and  6.  I  think  the  latter  might,  at  least  in  a  dictionary, 
be  written  respectively  aï  and  ôï.  Windisch,  however,  writes  (e.  g.) 
■dibind,  ôibind,  nôidiu,  where  a/,  ôi  are  diphthongs,  and  dilim.,  derôil, 
where  they  are  umlauts. 

The  following  corrigenda  seem  required  in  the  glossary  in  addition  to 
ithose  mentioned  in  pp.  885,  886  of  Prof.  Windisch's  book  : 
acher  =  lat.  'acer'.  It  so,  we  should  hâve  had  dcher  =  0.  Br.  ocr  (in 

occrouy  ar-ocrion).  I  think  acher,  W.  egr,  is  cognate  with,  but  not  bor- 
'.    rowed  from,  âcer. 
;ad-daimim,  attaimim,  ataimim,  should,  I  think,  be  addmaitn,  atmaim  : 

the  accent  in  the  case  of  this  verb,  being  on  the  prefix,  not  the  root, 

the  atonie  vowel  is  elided. 
adeir  ...  Vgl.  deirim.  There  is  no  such  word  in  the  dictionary  :  adeir  is 


240  Bibliographie. 

the  Early  Mid.  Ir.  "aleir  (for  atbeir],  jd  sg.  près,  indic,  act.  of  fl/iar- 
sa,  LL.  91  a,  for  which  we  find  tiur-sa,  LL.  9?  a  12,  96  a  17.         j 

aice  :  for  acci  a  threbi  seems  to  mean  ''near  his  dwelling'  [aice  .i.  inaice.' 
O'Cl.).  Compare  Loc  don  liubur  so  Aicil  ar  aice  Temair  'the  place  O' 
this  book  is  Aicill,  close  to  Temair',  Laws  III,  82, 

aided  'Tod'  :  it  always  means  death  by  violence,  whether  of  man  01 
nature. 

airer  .i.  eineachlann,  O'Don.  suppl.  The  quotation  hère  given  (tûalaini 
airer  crichi  d'imdiîen  'fit  to  protect  a  territory's  harbour'),  has  nothinj 
to  do  with  the  word  cited.  airear  .i.  cu^in,  'haven',  O'Cl.  Cl.  gen.  sg 
dochiun  ind  airir,  LL.  220  a.  dat.  do  gabail  iVz-a/rmr,  ibid. 

airfen.  No  such  word!  See  infra,  s.  v.  taissfenim. 

airiuclân  'Kleines  Haus'  should  be  'Kleines  Geniach'. 

aithesc  generally  means  answer. 

arbar  :  for  'Jesu'  read  'l'su'. 

'ardaimim'.  There  is  such  word.  See  infra,  s.  v.  taissfenim. 

'ar-fertaigim  III  ich  bewirthe'.  There  is  no  authority  for  the/  ;  it  doe 
not  occur  in  the  cognate  noun  ertach.,  urtach  p.  868. 

ar-slaithim  ich  vertheidige,  should  be  ar-slaidim^  root  slad,  W.  llâd] 
'occidere'.  The  simple  verb  slaidim  'ich  slage'  and  inf.  slaide  'Schla] 
gen'  are  rightly  given  at  p.  779.  So  imm-ar-slaide,  p.  621,  where 
is  wrongly  explained  by  mutuus  furor.  The  inf.  ursclaide  given  unde 
'arslaithim'  may  perhaps  be  right  ;  but  the  form  airsclaige,  ursclaigt 
which,  so  for  as  I  know,  is  invariably  used  in  the  Book  of  Leinster 
makes  me  suspect  that  the  infected  d  in  'ursclaide' \s,  asoften,  writtCi 
for  infected  g.  In  the  près.  sg.  3  ar-slaithe,  F.  B.  23,  which  misle. 
Windisch,  infected  t  is  written  for  d,  as  in  priîhchite,  budith  Z.^  6; 
63,  do  coith  Z.2  456,  fer-  graith,  Stowe  Missal. 

•asa  und  V  In  the  quotation  maith  in  fer  asa  eich  means,  I  think,  'goo'i 
is  the  man  whose  horses  they  are'.  See  the  articles  asa.,  aîa  in  m' 
glossary  to  the  Calendar  of  Oengus.  See  also  isa  is  Windisch's  Wœr 
terbuch  p.  646. 

'athchumha  wounding',  should   be  ath-cham-ma  or  aith-chiim-ba  :  s{. 
gen.  aithchummi,  Stowe  Missal,  dat.  aithchumbu,  ibid.  The  root 
bha,  bhan,  Curtius  No.  299. 

'athreds'  is  glossed  by  leasughadh,  O'Cl.  so  îaithreos  in  Amra  Chol.  r 
cited  by  W.  p.  806. 

1.  For  example  :  d'airsclaigi  nan-arm,  244  a.  12  :  n  airsclaige  na  gona  d\b,  244 
4  :  d'ursclaigi  nanechtrand  ond  airiur,  224  b. 


Bibliographie.  •  241 

'bantrebthach  wirthin'.  The  Irish  word  (O'Reilly's  bantrach)  means 
'widow'  ;  not  'hostess'.  Maireseo,  dono,  bantreb[th)ach  hae  im  coraefri 
Cormac,  Dinnsenchas  cited,  Petrie's  Tara,  p.  1 12,  gen.  sg.  im  chroman 
tige  banirebth.aige,  Laws,  i.  224,  and  see  ihe  gloss  at  p.  140,  whence 
it  would  seem  that  she  had  a  fer  lesach  ('guardian')  to  make  reprisai 
{athgabdil)  for  her. 

beist,  peist,  read  béist,  péist  (=  W.  bwyst)  :  the  Latin  source  was 
bëstia. 

biail  :  the  gen.  sg.  is  given  as  '^beili'  from  O'Donovan's  supplément  to 
O'Reilly's  dictionary.  This  supplément  was  printed,  with  shameful 
carelessness,  after  O'D.'s  death,  and  should  be  used  with  thegreatest 
caution.  The  regular  form,  bêla,  occurs  in  LL.  117  b  [do  chor  bêla  i 
îenid) . 

biu.  The  ïovms  for-don-bêt,  for-don-ra-bai,  cited  p.  391,  belong to /ortm 
(:=  Lat.  superfio)  :  forbi'ad  a  ainm  hErind  cobrath.  LU.  6\^. 

'6.  bla  land'  should,  I  suspect,  be  blae  =  Ducange's  plaia,  plagia  'cam- 
pus planus'. 

'brâth  M.  Gericht'.  The  ^cobrath'  quoted  hère  from  the  Tochmarc  Etaine 
(p.  122,  line  8)  is  the  pass.  prêt.  sg.  3  of  the  verb  cobraim  'I  assist'  : 
ni  rot-  cobrath  ass  cose  'thou  hast  not  hitherto  been  helped  out  of  it'. 

'brec  bunt',  should  be  brecc  =  W.  brych. 

'brethnais'  should  be  bretnais  or  bretnas. 

brucbtaim  :  the  'bruchtaib'  hère  cited  as  a  ''B-praet.'  is  probably  a  scri- 
bal  mistake  for  bruchtaid. 

bruth  :  the  'brud'  hère  cited  from  Z.2  641,  as  an  example  of  the  dat. 
sg.,  is  t/u^  in  the  ms.  (Ml.  23.  a.  13). 

'bug'  should  be  'buga',  O'Clery's  bagha. 

cachranûair  seems  for  cach-ala-n-ûair  'every  other  (second)  hour'  :  cf. 
the  modem  andara  'the  second'  for  0.  Ir.  indala. 

cairdes.  The  quotation  from  the  Félire  belongs  to  cairde. 

3.  cara.  The  ace.  pi.  cardiu.,  cairdiu  given  by  W.  is  a  vile  Middle  Irish 
corruption  of  the  0.  Ir.  cairîea  =  cairde  in  LL.  241  a. 

4.  ci'a  .i.  fear  'man'  O'Cl.  In  FB.  1 1  it  is  the  nom.  sg.  :  in  Oss.  II,  9 
it  is  gen.  plural  :  it  has  nothing  to  do  with  ceô  mist,  but  may  be 
cognate  with  Lat.  civis,  Ose.  cêvs,  Fick  III  76. 

cin.  frisin  cin  sin  means  against  that  crime,  not  'contra  hoc  scelus'. 
claideb.  In  the  quotation  from  FB.  1 3,  the  word  claidib  has  been  acci- 

dentally  omitted. 
clé  =  clavus.  The  dat.  pi.  'clothib'  hère  given  from  FA.  is  very  cor- 

rupt.  In  the  Stowe  missal  we  hâve  cloaib.,  better  clôaib. 


242  Bibliographie. 

'cloc  M.  Glocke',  should  be  clocc,  W.  cloch.  In  the  gloss  at  cluic  (gl.  i 

galea)  hère  cited  the  at  is  borrowed  from  0.  N.  haîîr,  Eng.  hat  and  ■ 

the  cluic  is  cognate  with  W.  clog,  in  pen-glog. 
clod  'a  clod,  turf,  O'R.'  ?  ?  In  the  quotation  given  by  Windisch  from 

FB.  ^4  clod  signifies  a  print,  mark  or  impression,  which  is  the  mea- 

ning  of  the  modem  clodh. 
coblath  should  be  coblach,  sg.  gen.  coblaig,  LL.  219b. 
co-cele  should  be  co-céle  :  n.  pi.  cocéile  LL.  228  a. 
*c6ic  n-  (indecl.)  fùnf.  There  is  no  transported  n  after  côic  in  the  nom. 

In  the  gen.  (e.  g.  co  cend  côic  mbliadan)  it  naturally  occurs,theuseof 

the  transported  n  having  become  a  mère  matter  of  syntax. 
c6im  'a  cover,  covering'.  Hère  at  least  three  différent  words  are  confu- 

sed,  first,  O'Clery's  comh  .i.  coimhéd.,  secondly,  côim  (in  sain-chôim 

Wb.  28d)  then.  pi.  m.  ofthe  adj.  côem,  thirdly,  C(5/m  afeast  (O'Reil-! 

ly's  caomh).,  gen,  côima,  Z.^  954. 
c6ir  gerade  :  'die  aeltere  form  cauir'  is  c^n/r 'canitur',  according  to  Zim- 

mer,  Glossae  Hibernicae,  p.  271. 
'comairche  Schutz'  should  be  commairche,  or  commairge, 
'com-bruithe  zerstossen'  :  del  combruithe,   LU.  23  a,  whence  W.   has 

made  this  strange  meaning,  is  simply  'calx  cocta',  'burnt  limestone'  : 

cf.  O'R. 's  bruighîhe  'boiled'  :  grut  bruithe  LL.    wjb,  dam  bruiîhe, 

LU.  23  a,  cited  by  Windisch  s.  v.  5.  tinne. 
cômdignad  is  misspelt  for  comdidnad  consolation, 
comna  is  a   scribe's  mistake  for  coemna   =    O'Clery's    caomhna    .i. 

comairce. 
connad  'Feuerholz'  should,  I  think,  be  connud  (Cormac's  condud),  W. 

cynud,  Mid.  Br.  queuneud-en,  Lat.  comminuta  ? 
contuil  (=  com-n-tuil)  seems  from  a  verb  *com-îhuilim,  of  which  the 

verbal  noun,  comtholad  .i.  codladh,  occurs  in  O'Clery's  Glossary  s.  v. 

Gaimean . 
corthe  does  not  always  mean  a  standing-stone  :  Doniat  nafir  corthe  môr 

don  t'snechîu,  LL.  125.  For  'backing'  read  'back'. 
coss^  like  arillim,  cenél.,  cesc,  dichill,  fôs^  irgaire^  nôidenacht  and  other 

words,  is  out  of  its  alphabetical  order. 
costud  ...  'to  wrangle,  dispute'?.''  In  droch-  costud  hère  cited,  it  seemsi 

borrowed  from  lat.  consuetudo.  ■ 

'crann,  crand.  M.'  It  is  neuter  in  Old-Irish  :   cf.  camm-chranna  (gl. 

trabes)  Sg.  \Sç)\ 
crot  should  be  croît,  Old-Celtic  crotta,  W.  crwth.  The  gen.  sg.  cruitti  is 

in  Amra  Chol.  20. 


Bibliographie.  243 

cubât  =  Lat.  cubitus.  The  cubât  hère  cited  from  a  gloss  in  Lib.  Hymn. 
,     seems  to  stand  for  con-fat  'co-length',  equal  length  :  as  com-lethet  is 

«  equal  breadth  »,  cf.  cubus  for  con-fis^  etc.  Cubât,  cubad  often  means 

'tomb',  'grave',  Petrie's  Tara,  p.  116,  p.  1 17  n. 
cuilche  «  sackcloth  »  (?)  is  explained  by  brat  no  cochall,   O'Ci.,  and 

cornes  from  the  Latin  culcita,  whence  Spanish  colcha,  French  couette 

and  courte  (in  courte-pointe] . 
dan  (for  to  which  W.  writes  dam,  s.  v.  derigim)  is  non-existent.  It 

should  be  dano  or  dana. 
*déed  inquietus'  really  means  dëses,  desidis,  from  which  Latin  adjective 

it  is  borrowed  :  deeid  (gl.  deses)  Cod.  Bedae  Carolis.  33  a  6,  pL  dat. 

déedib  Ml.  131  d  cited  Rev.  celt.  I,  159.  Hence  déess  'desidia'  Wb. 

25b. 
déne.  The  'dene'  hère  given  as  an  example  of  the  dat.  sg.  is  a  gen.  sg. 

governed  by  the  following  dul.  Compare  colla  cisu,  domuin  catha, 

G.  C. 2  919. 
dét.  The  compound  calg-dét  certainly  does  not  mean  'a  straight-edged 

sword'  ;  but  a  sword  hilted  with  the  tooth  of  the  narwhal.  The  Welsh 

hilted  their  daggers  with  the  same  substance  (asgwrn  moruil,  Mabin. 

vol.  I.  pp.  3.  10$). 
dichrichide.  Windisch  compares  'dechrigim  (von  cn'ch)  dispesco.'  But 

dechrigim  is  a  denominative  from  dechur  'unterschied'  Ml.  26b.  Cognate 

is  dechraigthid  (gl.  disceptatrix  )  Ml.  1 33  d. 
di-gabim  should  be  digbaim  (gl.  démo)  Goid.  168.  Hère,  as  in  the  case 

of  so  many  other  verbs,  the  accent  was  on  the  prefix,  and  the  vowel 

of  the  root  was  therefore  elided. 
'din'  conj.  should  be  di/jo  or  di^za. 
dligim  :  for  '■he  oweth  ...  him'  (a  mistake  of  mine,  corrected,  Rev.  Celt. 

IIL  512)  read  ^thou  owest ...  thee'. 
'doichlech  unberûhmt,  gemein'.  This  word  means  'unwirthbar',  'unga- 

stlich'  (inhospitable),  and  is  derived  from  doichell  'grudging',  inhospi- 

tality,  gen.  sg.  cend  doichill  Ereann,  Four  Masters,  A.  D.  1486,  and 

see  note  i . 
'duabais  sorrowful'  ?  in  nathraig  nduabais,  LL.  223  a.  It  seems  to  hâve 

meant  'exécrable',  'unlucky'- 
é,  p.  508  :  hère  é-sin  ille,  kv.iivo;  is  treated  as  équivalent  to  é-side  ol-zoq. 
ecraim  :  coer  comraicc,  hère  cited,   should  not  be  rendered  'focal  bail' 

(one  of  O'Curry's  absurd  guesses),  but  'brand  of  battle',  hère  applied 

metaphorically  to  that  warlike  saint  Columba. 
eim,  era,  read  éim,  ém. 


244  Bibliographie. 

'eithne  kernel',  should  be  eitne,  ettne,  LB.  215  a,  pi.  etneda,  LB.  219a. 

élaim  :  the  verbal  noun  is  élud,  not  elud. 

erbada.  For  'orders'  read  'banes'. 

'faircle  s.  forglu'.  Thèse  words  hâve  nothing  to  do  with  each  other  :  So 
'farclib  s.  forglu'. 

'feiss  schlafen,  inf.  z\ifoaim'.  It  is  the  inf.  of  feissim  :  fessit  samlaid  co 
matin,  LL.  $  5  a. 

2.  ferb  'blotch'  :  it  is  rather  'blister'  or  'swelling'  :  Br.  gwerbl  'bubon'. 

2.  feth  should  be  féth. 

fin-gal  :  the  ace.  sg-  fingal  hère  cited,  is  a  scribe's  mistake  iox  fingail  : 
cf.  na  dingned  fingail  for  mac  a  brathar,  LL,  117  b. 

fiugrad  'praedicare'  :  it  is  a  loan  from  the  LaXm  figurare. 

for-aith-miniur.  The  form  foraithmenatar,  hère  cited  as  an  example  of  the 
3d  pi.  passive,  is  a  scribe's  mistake  ior  foraiîhmenathar  =  foraithmine-  j 
dar  (gl.  memor  est)  Ml.  17b  23,  and  foram-cliss,  cited  pp.  426,  568  ; 
as  a  nom.  pi.,  is  an  ace.  sg.  The  old  form  of  des  is  cliuss  (St.  P.  11. 
6),  gen.  clessa,  F.B.  64,  an  u-  stem. 

forrânach,  gen.  sg.  f.  foîhugud  feirgi  forranaigi  LL.  239  a  :  cf.  imtnfor- 
ran,  p.  625. 

frith-orcim,  better -orgim  :  see  p.  725. 

fûacru  s.  fôcraim.  The  article  meant  is  fôcarim,  fûacraim. 

fûath-craibdig  'haters  of  belief  :  does  it  not  rather  mean  the  'formally  j 
pious'  (fi'iath  'forma')  ?  ' 

fuined.  The  angels  of  the  west  hère  mentioned  are  the  fallen  angels,  as  ; 
may  be  seen  from  the  Book  of  Enoch,  éd.  Dillmann.  ■ 

'ga  s.  gae'.  The  référence  should  be  to  'gai'  spear. 

2.  gabaim.  The  phrase  gabdil  lama  seems  to  mean  'to  enjoin',  ''man- 
dare'  :  cf.  ragab  lâim  ara  araid  arangabad  a  eochu  'he  commanded  his 
charioteer  to  take  his  horses',  LL.  5732  (old  paging). 

2.  gâeth.  The  'gôith-luch'  (read  gôithlach)  'palus'  hère  cited  is  certainly  1 
not  a  compound  oi gâeth  'wind',  though  both  thèse  words  may  corne 
from  the  root  gi  'erregen',  'beleben'  Fick  3  .i.  570  (compare  the 
English  {]uick-sand] .  I  may  hère  remark  that  the  gdethlaige  meotecdai 
which  are  mentioned  so  often  in  the  Book  of  Leinster^  are  simply 
the  Palus  Maeotica.  Had  this  been  seen,  some  nonsense  about  Gothia 
and  Gaetulia  in  Keating  and  his  translater  O'Mahony's  note,  would 
hâve  been  avoided. 

2.  gaire  :  this  is  only  a  later  form  of  goire  'pietas'  p.  599. 

2.  geilt.  This  seems  to  mean  a  lunatic  whose  madness  was  produced  by 


Bibliographie.  245 

terror.  It  is,  as  E.  Magnûsson  has  pointed  out,  the  Old-Norse  gjalti 
in  the  phrase  verdha  at  gjalti  'to  turn  a  coward'. 

gentilecht  should  be  gentlechî  or  geinîlecht. 

geocach  should  be  ge6cach,  Four  Masters,  A.  D.  1 1 10. 

gnâth,  line  9,  for  'is'  read  'was'. 

gniad.  The  quotation  from  O'Cl.  Gl.  should  be  '.i.  foghantaidh,  no  fear 
dhénta  foghainte.'  It  is  gnia  which  O'Clery  explains  by  reachtaire  no  fear 
foghainte. 

2.  grkà.  fer  graid  [=  fergraiîh,  Stowe  Missal)  means  a  man  in  (eccle- 
siastical)  orders. 

grechaim.  The  forn  rôgrecha  hère  cited  as  Près.  sg.  3,  is  probably  a scri- 
bal  corruption  of  'ro-grechai.,  one  of  those  forms  which  I  would  com- 
pare with  the  Welsh  preterites  in  -awd,  -odd  ^^Liih.  -ôjô,  Skr.  -ayat. 
So  asm-bruchîa  Fél.  Ap.  4  1,  marha  LL.  4  a.  33. 

grîan  F.  sonne.  There  is  anothergn'^n,  M.  (or  N.  ?),  meaning  the  gravel 
at  the  bottom  of  the  sea,  a  lake  or  a  river  [grinneall  mara^  locha  no 
ahhann,  O'Cl.).  The  quotation  hère  given,  from  FB.  52  —  ar  ûir  ocus 
grian  —  is  an  example  of  this  grian,  which  seems  the  Welsh  graian 
'sabulum,  saburra,  glarea'.  The  Br.  grouan  'gravier,  gros  sable'. 
grouanenn  'arena'  Cath.,  Corn,  myyn  growyn,  0.  2756,  groii  (gl. 
harena)  W.  gro,  and  the  Romance  words  (grava,  grève,  gravelle,  etc.) 
cited  by  Diez.  E.W.4  604,  appear  to  corne  from  a  différent  root. 

grian-maine  'blackberries'  should,  I  think,  ht  grian-muine  {muine  '■rnhns' 
p.  698). 

gus  'weight,  force,  strength'  O'R.  gusmar  strong,  powerful,  O'R.  Pro- 
bably not  one  of  thèse  meanings  is  right.  O'Clery  explains  gus  by 
fearg  'anger',  gniomh  'deed',  bas  'death'  and  aigneadh  'nature'. 

iach.  O'Clery  has  iach  .i.  braddn.  Hence  the  gen.  sg.  iaich  LU.  16b, 
which  Windisch  thinks  should  be  iach. 

iarr6e  'fawn'  seems  a  scribe's  mistake  for  iarnôe  =  O'Clery's  iarndoe  .i. 
fiadh  beag  6g  'a  little  young  deer'. 

iartaige  'Nachkommenschaft'  has  the  meaning  of  'conséquence',  'resuit' 
in  LL.  230  a.  Rathairchanastar  inn-iartaigi  nobiad  dôib  de  A.  dilgend  a 
sluaig  etc.  'she,  Cassandra,  prophecied  the  conséquence  thereof  that 
they  would  hâve,  to  wit,  the  destruction  of  their  host'  etc.  This  per- 
haps  may  be  its  meaning  in  the  phrase  co  dea  iartaige,  Fiacc  20.  The 
root  of  iar-taige  seems  tak,  whence  tak-man,  tsxoç,  tsx-vov  etc.  Cur- 
tius  No.  235. 

I.  îc  'Heilung'  should  be  icc  =  W.  iach-ad. 

!.  icaim  ich  heile,  should  be  iccaim,  W.  iachau. 


246  Bibliographie. 

'icht  .i.  cinn  (?)'.  Hère  'cinn'  should  certainly  be  c'mél. 

2.  imm-archor.  This  word  is  spelt  immachor  in  LB.  64a  =  iumock 
LB.  177  a  24. 

immarchuirthide.  The  nom.  sg.  immarchuirihid  should  hâve  been  giver 
cf.  Carôn  port-immarchurthid  iffirn,  LL.  241a,  the  ferryman  of  heli. 

immarslaide,  v.  supra  s.  v.  ar-  slaithim. 

imm-chossâit  :  for  'complain'  read  'complaint'. 

imm-degail  is  said  lo  be  the  infinitive  of  imdichim.  Maybe  so  ;  but  a  vei 
imdeglas  'who  protects',  occurs  LL.  109  b. 

'imm-etaim'.  I  know  of  no  such  verb.  In  the  example  quoted  by  Wii 
disch,  nach-imm-eta-sa  om  muintir  'that  thou  dost  not  get  me  fro 
my  family',  imm  is  the  infixed  pers.  pron.  of  the  ist  sg.  and  the  verb 
the  près.  conj.  sg.  2  of  étaim  p.  551.  Compare  for  the  infixed  pronoi 
isindi  nach-im-r-indarpai-se  'eo  quod  non  reppulit  me',  Wb.  5  a. 

imm-forran  should  be  imm-forrân  :  gen.  sg.  imforrdin  LU.  21b  34. 

immorro  «  in  den  Mss.  stets  abgekùrzt  im  geschrieben  ».  I  hâve  twj. 
found  it  written  at  length,  once  in  LL.  238  a,  where  it  is  immor 
secondly,  in  a  Bodleian  ms.  (Laud  610,  f*  82  b,  col.  i,  left  margi; 
where  it  is  imuro,  also  with  one  r.  In  p.  99  of  his  book  Windisc 
twice  prints  imorro.  The  Old-Irish  form  is^  as  Zimmer  points  ou 
immurgu. 

immotacht  should  be  inotacht. 

immsuide.  The  s  should  be  dotted. 

imtha.  With  the  ben  imtha  hère  cited,  cf.  ben  imtha  (gl.  pellex)  S 
68  b.  9  and  do  macaib  imihach  7  caratban,  LL.  399a. 

I.  ind  Ende,  Spitze.  The  quotation  given  as  an  example  of  the  nom.  f 
ni  tharraid  acht  an  indai  should  be  cancelled  ;  for  hère  indai  stands  f 
indûi  =  inndûi,  LL.  368  lower  margin,  =  innaôi,  Martyrology 
Donegal  p.  176,  where  O'Curry  says  that  it  is  the  'pi.  of  ionnua,  tl 
fifth  génération,  including  the  first  parent'  (in  English,  the  great-gre^ 
grandson,  the  Latin  abnepos). 

'ire  Land'  should  be  îriu  (.i.  ferann,  O'Dav.) 

irnechtaib  seems  the  dat.  pi.  of  the  following  word  irnigde,  irnichte. 

'lâmind'  is  a  mère  fancy  of  Cormac's.  The  word  is  Idmann  or  lâmand. 

legim  =  lat.  lego.  Read  légim  and  cf.  grâd  =  Lat.  gràdus. 
en.  In  corp-len,   meirh-len  hère  cited,  in  ro-lenad,  Fél.  Prol.    25 
lian-  char  .i.  ailgen  and  liain,  Amra  Chol.  8 1 , 1  suspect  we  hâve  wor 
cognate  with  Lat.  Unio,  Icnis. 

lenu  :  for  'meadows'  read  'meadow'. 

'2.  leô  .i.  leatra'  should  be  leod  .1.  letrad  :  leod  7  letrad,  LL.  243  a. 


Bibliographie.  347 

5.  les  is  lés  in  Amra  Chol.  20. 

'liu  Se.  M.  21,  i'.  see  O'Clery,  s.  v.  Uu,  where  this  passage  is  glossed. 
'luge  C-C.s  LU.  ?'  It  is  =  O'Clery's  lugha  .i.  tart  no  iota  'thirst'. 
"1.  maisse  F.'  It  rather  seems  masc.  or  neuter  :  cf.  ho  er-maissiu  firinne, 

Z.  1064. 
malartaim.    Hère  two  différent  words  are  confounded  :   malartaim    I 
1    exchange,  and  malartaim  I  destroy  (ni  malartaesiu  gl.  ne  disperdas, 
t    Ml.  74d).  As  to  malartach,  see  O'Don.  Four  Masters,  A.  D.  1186, 

1224,  1543- 
i'mathadh  .i.  cunntabairt'  is  mathfadh  in  O'Cl, 

II.  mell  :  the  nom.  pi.  in  LL.  223  a  is  mill  [mill  umai  for  cennaib  nan- 
f  iall  sain  'lumps  of  copper  on  the  ends  of  those  thongs').  The  mella 
\    cited  by  W.  seems  an  instance  of  the  Middle  and  Mod.  Irish  use  of 

the  ace.  for  the  nom.  pi. 
menach.  For  'goum'  read  'ogum'. 
imenic.  Read  menicc  =  W.  mynych,  Corn,  menough. 
•'menmnach,  cheerful,  highspirited'  :  it  rather  is  'thoughtful'  (Média  men- 

mnach  michomairlech,  LL.  220b). 
iraenmarc  is  =  the  meanmarc  .i.  smuainead  'thought'  of  the  Lebar  Lecain 

Vocabulary.  It  is  connected  with  menme  'mens',  and  has  nothing  on 

earth  to  do,  as  Windisch  imagines,  with  menchomarc,  Beitr.  i.   340, 

i.  e.  m'én-chomarc  'my  one  request'. 
'ménogud,  dissonantia'  :  it  means  'hiatus'  (mén  .i.  bel  'mouth',  Corm.). 

■  See  Corm.  B.  s.  v.  Emain. 
merbal  should  be  merball. 

methel  a  party  of  reapers.  It  means  a  party  of  turf-cutters  in  the  Four 

i    Masters,  A.  D.  1488. 

''mianach  ore'.  The  gen.  sg.  is  miannaig,  with  two  ns^  in  LL.  218b  : 

'     Tuaircnech  nah-goband  ic  méinlegad  miannaig. 

'miding  :  the  nom.  sg.  is  midheng  .i.  meadhonseang.,  O'Gl.It  may,  asW. 
conjectures,  be  mid-seng,  or  it  may  be  mid-eng,  where  eng  is  perhaps 
=  Goth.  aggvus,  Skr.  àhus,  Nhg.  eng  :  compare  0.  Ir.  cum-ang 
ang-us-tus. 

•mirbail  should  be  mirbail. 

mocol  'Wœlbung,  Hœhlung'  .??  In  the  passage  cited  hère  from  LU.  26b 
mocoll  means  the  mesh  of  a  net^  (retis  macula)  and  is  borrowed  from 
Lat.  macula  :  why  mocol  lin  glosses  subtel  'the  hollow  of  the  foot'  I 
cannot  say. 

'muilend  =  lat.  molendinum',  is  rather  =  molina,  as  cuilenn  is  =■  Lat. 

■  culina.  Three  Ir.  Gl.  XXII,  XXIV.  The  double  n  is  due  to  the  accent. 


248  Bibliographie. 

'muUeôir,  M.  MûUer  ...  Germanisches  Lehnwort'.  It  stands  for  muilneô 
O'Don.  Gr.  LXXXIV,  and  ihis  for  *inmlndeôir,  a  regular  Irish  deriv' 
tive  from  muilend. 

'2.  muin  ...  fur  main  ?'  No  :  muin  is  a  common  word  meaning  lo\ 
liking  :  dorât  muin  imbe  do  chathugud,  LL.  399a.  The  root  is  man 

muoralach  :  for  'simlae'  (a  misreading  of  mine)  read  'nimiae'. 

'nathir  M.-"  Windisch's  quotation  from  the  Félire  {do  neim  ina  nathrac 
shows  that  nathir  is  féminine,  not  masc. 

ninsa  should  be  ni  anse,  as  in  Sg.  1 8  a  [ni  anse  on] . 

n6e  .  co  n6e  p.  183,  29  seems  an  adverb,  meaning  'newly',  ^anew'. 

notlaic  ...  Weihnachten'.  This  is  notlaic  mér  :  notlaic  becc  is  the 
January,  O'Don.  Four  Masters,  A.  D.  1444,  eittir  da  nottlaig. 

'2.  6a  jecur',  a  very  doubtful  word. 

ogura,  1.  4  for  'sribtar'  read  'scrîbtar'. 

'i.  6n  schande'.  I  hâve  never  seen  the  mark  of  length  over  the  0. 
rhymes  with  col,  p.  133,  and  with  mông,  H.  2.  16,  col.  396a. 

ossad  'con-opartatar  ...  vgl.  idpraim'.  This  form  seems  to  stand 
com-n-opartatar,  3dpi.  t-  preterite,  (with  infixed  relative)  of  a  vf 
cognate  with  com-opair  (workmanship,  construction,  building 
O'Dav.  p.  83,  s.  V.  ecomarî,  which  is  of  course  a  loan  from  L 
opéra.  For  the  infixation,  cf.  co-n-bongar,  co-n-recutar,  Stowe  Miss 
'truce'.  The  example  hère  given  of  the  dat.  sg.  should  come  une 
sossad  p.  790  :  niba  issint  {s]ossud  na  firflaîha. 

'rdm  remus'.  The  nom.  sg.  is  rame,  ràma.  For  example,  andsein  ron 
niaid  in  ràma  robdi  iilàim  ir  cotorchair  daraais  siar  'then  brake  1 
oar  that  was  in  Ir's  hand,  so  that  he  fell  backwards/  LL.  12  b.  T 
form  rdmae  quoted  by  Windisch  as  a  nom.  pi.  is  really  a  gen. 
governed  by  cet  'a  hundred'  :  cet  rdmae  fuiri  (gl.  centenaque)  i. 
'a  hundred  of  oars  on  it'. 

2.  rann,  rand.  The  ace.  pi.  'randa'  hère  cited  is  a  figment.  The  ms.  h. 
rightly,  rundu. 

rigim.  The  forms  rechti,  ro-recht,  p.  734,  seem  to  belong  to  rigim. 

rindaird  should  be  rindard  (rind  +  ard  .?). 

rô  zu  viel .''  The  note  of  interrogation  may  be  omitted. 

'roirindi,  roerindi  ist  an  folgenden  Stellen  wahrscheinlich  weiter  Nie  : 
als  rind  (Spitze)  mit  dem  intensiven  ro'.  Hère  Windisch  has  run  t' 
words  together  and  failed  to  observe  that  'an  folgenden  Stellen'  1  ; 
former  is  a  dissyllable  : 

cesais  roi  rindi  (Fél.  Apr.  26). 
luid  tre  roe  rinde  (Fél.  Aug.  27). 


j  Bibliographie.  249 

I  Ro-i,  ro-e  is  an  adj.  in  the  ace.  pi.  meaning,  according  to  the  glosso- 
I  grapher  'very  keen',  I  conjecture  that  it  really  means  'very  poiso- 
I  nous',  and  is  compounded  of  the  intensive  ro  and  a  derivative  from 
I  //  =  Lat.  virus,  Gr.  léz  (for  Ficor),  Skr.  vislm. 
'sâr-tol,  sartolach  should  be  sâr-thol,  sârtholach. 
sciath  'Schild'.  In  the  phrase  hère  quoted  from  S.  C.  7  :  tré  sciath  n-ete 
indala  heàin,  'through  the  shoulder  of  the  wing  of  one  of  the  two 
t  birds',  sciath  is  =  W.  ysgwydd  humérus,  armus,  Br.  scoaz,  Corn. 
scuid  (gl.  scapula)  and  has  nothing  to  do  with  sciath  'scutum',  W. 
!    ysgwyd,  Br.  scoet,  Cath. 

sois.  In  the  quotation  from  LU.  21  b  'imforaim'  should  be  imforrâin,  as 
'    in  the  ms. 

'scoltad  spalten'  should  be  scoltud,  cf.  tulguba  na  sciath  ic  a  scoltad,  LL. 
226a. 

scor.  At  least  four  words  are  dealt  with  hère  i .  the  inf.  to  scorim,  scui- 
I    rim  (root  skar  .?),  2.  a  paddock,  3.  a  tent  —  tdncatar  Greic  assa  sco- 
;    raib,  LL.  239a,  rachôraig  na  scuru,  LL.  238b  — and,  4,  scor  ^  mul- 
titude =  Ohg.  scara  heerablheilung,  Nhg.  schaar  menge. 

scoth  :  for  'shout'  read  'shoot'. 

■screch  readscréch  (in  the  quotation  from  Lg.  'screich'  should  be  'scréich', 

!    as  in  LL. 

'scret  :  read  cualatar. 

î'sechaigim',  no  sechaiged  should  probably  be  sechtaigim...  no sechtaiged : 

\     cf.  intsechtaigtha  (gl.  simulationis)  Ml.  31a  7. 

l'selb  F.  Besitz  (vgl.  got.  silba)'.  In  selb  (=  *selva)  the  i»  is  a  graphie 

I    bezeichnung  for  v,  as  we  see  from  the  W.  helw.  The  Gothic  silban-, 

'     (Ohg.  sëlb,  selp]  if  cognate,  has  a  very  différent  suffix. 

''semar  klee'  should  be  semmar,  whence  the  modem  seamrdg,  whenee 

'     Eng.  shamrock  is  borrowed. 

sétim  :  sétis  hère  cited  if  not  the  'Praes.  sg.    3'  but  the  3d  sg.  s-pret. 
'    absolute  form. 

'sigin  r=  lat.  signum'.  This  is  the  ace.  sg.  The  nom.  is  sigen  F.  tech  ir- 
\     rabi  int-'sigen  satuirn,  LL.  230  a. 

t'i.  sin  ...  Demonstrativ  pronomen,  anaphorisch  wie  gr.  ou-uoç;  hic'.  The 
[  corresponding  pronouns  in  Greek  and  Latin  are  èy.etvoç  and  ille.  I 
f  venture  to  think  that  Zeuss,  Ebel,  Ascoli,  Windisch  hâve  ail  gone 
'  wrong  as  to  this  pronoun.  Almost  the  first  gloss  in  the  St  Gall  codex 
:  —  indead  innani-sin  (gl.  post  illos)  —  shews  that  in  Old  as  in  modem 
Irish,  sin,  like  ille,  désignâtes  what  is  not  close,  either  in  space  or 
time.  So  the  gloss  in-du-sin  (gl.  eo)  Ml.  $  3  r.  So  phrases  like  0  sin 


250  Bibliographie, 

immach  'thenceiorwarà'.  So  O'Don.  Gr.  p.  134:  «  the  demonstr, 
tive  pronouns  are  so  this,  thèse  [O.  Ir.  so,  sa,  se,  seo,  siu],  sin  th;l 
those,  sud  or  ûd  [0.  Ir.  sût,  ût]  yon.  «  So  in  the  Highland  Societ;; 
dictionary  :  'so  démons,  pron.  ind.  This,  thèse,  hic,  hicce,  hi,  hîi 
haec.  Sm,  pron.  démons.  That,  those,  ille,  iste,  iili,  isti.  Sud  ...  yc; 
thatthere,  iste,  isteillic.  Ud...  that,  yon,  yonder,  iste,  ille,  iste,  illij 

'sirid,  sirid  longitudo'.  This  is  not  a  substantive  :  it  is  the  ^d  sg.  pn 
indic.  act.  of  the  verb  sirim  I  seelc,  search.  The  passage  to  which  \ 
refers,  Cr.  3  ?  d  (Z.^  105  ^  n.)  —  sirid  in  rindide  nuile  6  hisul  co  hua. 
—  means  «  it  searches  the  whole  zodiac  from  bottom  to  top  ». 
sirid  were  a  subst.  the  transported  n  hère  would  be  inexplicable. 

'slâetan',  should  be  slaetân  =  slaotîdn,  the  name  for  an  épidémie  disea^ 
(influenza  ?)  which  attacked  the  Irish  A.  D.  1 328.  See  the  Four  Mj 
ters  at  that  year.  It  is  derived  from  slaed  [leg.  slaet]  .  i .  galar,  am 
adubairt  Finn,  cia  mesa  do  slaetlaib]?  Fuithi  ol  in  ingen,  H.  2.  i 
p.  131,  col.  2. 

'srâth  =  lat.  strata?'  The  Irish  word  is  srdt  (the  t  uninfected),  e.  g. 
srdtib  na  senchathrach,  LL.  230a.  It  is  now  srdid  'street',  when 
srdidin  'lane'  and  other  derivatives.  The  'srathaib'  which  W.  cil 
from  the  Cogadh  Gaedel  re  Gallaib  is  either  a  clérical  error  or  a  mi 
print. 

'srôl  satin,  silk'  :  srol  or  sroll  never  means  'silk'  (which  is  série  =  L; 
sericum,  Eng.  silk,  or  sida  =  Lat.  seta,  Fr.  soie).  The  mark  of  leng 
may  be  right,  but,  except  in  dictionaries,  I  hâve  always  found  it  wr 
ten  srol,  sroll:  thus  sroll  (gl.  byssus)  Ir.  Gl.  577  :  corugsat  ko  a  srol 
a  sida,  Ir.  Nennius  74,  Sroll  ocus  scarloit  do  mag  righ  erind  (leg.  éren 
Laws  II,  146.  a  chocall  seang  sroll-etaigh  (var.  lect.  sroilledaigh]  Boi 
of  Rights  84,  277.  It  stands  (as  Prof.  Bugge  has  pointedout  to  me)  f 
*jrol,  and  this  for  *flor,  Fr.  velours,  Diez  E.W.4697,  Burgund.  velci 
velor  (Littré),  whence  also  Br.  flour  'doux',  'velouté',  Corn,  flour,  fie 
floyr  [BU.  184,  631,  1076,  1391,  1434,  i6oo,  3296,  where  t 
word  is  wrongly  rendered  by  'flower'),  and  Middle-Low-Germ.  /Zoii' 
fluel,  fluwel. 

'2.  sûanem  Anstrengung  .?'  In  support  of  this  novelty  W.  quotes  tv 
glosses  from  the  Wûrzburg  codex  of  the  Pauline  epistles.  The  first 
on  2  Thess.  II,  8  ('in  labore  et  fatigationenocte  et  die  opérantes';  ai 
runs  as  follows  :  denum  suanemun  inaidchi  precept  fridei,  that  i 
'making  ropes  at  night,  preaching  by  day'.  The  second  is  on  i  Thés 
II.  9  ('memores  estis  laboris  nostri  et  fatigationis')  and  runs  as  fo 
lows  :  suaneinuin  do  dénum  inaidchi  do  reicc  ar  biad  et  deitach  dia  mu, 


Bibliographie.  2$i 

i  tir .  precept  fri  dei  do  icc  anman  sochuide,  that  is,  'to  make  ropes  at 
ï  night  in  order  to  sell  (them)  for  food  and  clothing  for  his  household  : 
S  to  preach  by  day  in  order  to  heal  the  soûls  of  the  multitude'.  St  Paul 
[  was,  as  every  one  knows,  a  tent-maker  (r,cav  Y^p  cxr|V07:oioi  Tr,v 
\  TÉxvYjv,  Acts  XVIII,  5),  •/]  and  et  were,  in  the  eighth  century,  probably 
\  identical  in  sound,  and  so,  as  Prof.  Tawney  of  Calcutta  has  sugges- 
f  ted,  our  ignorant  Irish  glossographer  confounded  axT,vor.oio\  with 
j    o^otvoTtoiot  'rope-makers'. 

Isui.  The  form  sûide,  hère  cited  from  the  socalled  Félire  of  Oengus  as  an 
I  example  of  the  nom.  pi.,  is  really  an  ace.  pi.  (0.  Ir.  snidea)  hereused, 
:  in  the  corrupt  Middle-Irish  fashion,  for  the  nom.  pi.  which,  as  sui  is 
|i  a  d-stem,  would  in  Old-Irish  hâve  been  sûid. 
i'suilbir  ...  Vgl.  duilbir'.  There  is  no  such  word  in  the  book. 
'taid-chur  redemptio  Wb.  5  a.'  Surely  'redemptio'  is  a  clérical  error 
i  for  'reversio'  :  cf.  tathchor^  taîhchur  p.  812,  and  taidchoirîe  (gl.  rever- 
I  sorum)  Ml.  82  c.  The  Irish  word  for  'redemptio'  is  taithchricc,  taid- 
I    chricc. 

i'taimthiu  bed-death'.  The  word  tamîhine,  hère  quoted  with  a  ?  from  the 
I  FéHre,  Oct.  29,  as  an  example  of  the  ace.  plural  of  this  word,  (which 
1  would  be  *tamthena],  is  a  proper  name  in  the  gen.  sg.  governed  by 
!    talgud  and  should  be  written  Taimthine.  Thus  the  scholiast  in  Lebar 

Brecc,  p.  98,  writes  over  the  word  'uirgo  et  ne[s]cio  ubi  est^,  and  in 
t  the  Martyrology  of  the  Book  of  Leinster,  p.  364,  column  g,  we  fmd, 
t  at  October  29,  'Quinti  martyris.  Taimthinae  uirginis'.  Misled  by  the 
i  gloss  in  Lebar  Brecc  —  la  tàin  éca  doib.,  I  took  tamthine  to  be  a  fem. 
\  ia-stem,  meaning  'death',  and  Windisch  in  copying,  exaggerated  my 
I    blunder. 

itairicim  I.  ich  komme.  The  jd  pi.  redupl.  prêt,  to-sn-airnechtâr  'they 
(  prepared  for  them',  hère  cited,  belongs  to  another  verb  of  which 
\    tairec  (=  O'Clery's  taireag)  is  the  infmitive. 

hairnim',  better  tairndim  :  cf.  the  imperative  notairind  (i.  e.  not-tairind 
}    bow  thyself  down)  LL.    365,  don-rind  quoted  by  Windisch  s.  v. 

toirnim.  The  verbal  noun  is  îairinnud  {intairinnud  gl.  deiectio,  Cod. 
f!    Bedae  Carolisr.  33  d  4). 

ï'taiss-fenim  ...  Zu  derselben  Wurzel  do  airfenus  exploravi'.  It  not  only 
i  comes  from  the  same  root,  but  is  the  regular  ist  sg.  s-pret,  of  tais- 
I  fenim,  better  spelt  taisbenim.  In  verbs  compounded  with  î-as  [do-as] 
\  the  s  is  lost  before,  or  assimilated  by,  the  r  of  the  infixed  ro.  Thus 
\  tdirilb,  tarilb  Ml.  46  d)  is  the  3d  sg.  prêt.  act.  oïîaiselbaim,  and  stands 
l   for  dû-as-ro-silb  and  tarilbae  is  the  2d  sg.  conj.  of  the  same  verb  and 


2  5  2  Bibliographie. 

stands  for  *do-as-ro-silbae.  So  doderbai  (^.  conddit)  Z.^  88 1  isforc- 
es-ro-bai  (root  ba  =  çx  Curtius,  No.  410)  onr  do  air  je  nus  stands  for  *<  ■ 
as-ro-benus^  root  ban,  Curtius  No.  487.  A  similar  loss  or  assimilât)  1 
takes  place  in  verbs  compounded  with  aith-.,  ad-,  taith-,  tad-  (c  • 
aith)  :  Thus  ardamair  'confessus  est'  F.  B.  90,  is  5d  sg.  depon.  pr 
of  atmaim  and  stands  for  ad-ro-damair  :  conddrbais  'ut  demonsir 
stands  for  'con-do-ath-ro-bat-si,  the  2d  sg.  s-  future  of  tadbadim,  n; 
bat  =  Lat.  fat  in  fateor;  tarfas  'it  was  shewn'  (*dc-ath-ro-bat-ta),  de  ■ 
mdrfas  'it  was  shewn  to  me'  (*do-mm-ath-ro-bat-ta),  the  jd  sg.  pr 
pass.  of  the  same  verb.  The  s  of  the  prep.  es  is  also  lost  before,  • 
assimilated  by,  /  :  cf.  teilcim  =  do-es-léicim. 

*talam  F,  Erde'.  It  is  always  masculine  in  LU.,  LL.  and  LB.  oslucud  '. 
talman,  LU.  27a,  trénmilidi  togaidi  tridnrainni  in  îalman  À.  na  Eor^, 
LL.  235  a,  firu  in  talman  uili,  LB.  2556.  In  Windisch's book,  p.  iC', 
line  26  na  talman  may  be  the  gen.  pi.  ;; 

'tar-laicim  III  (fur  do-air-lécimy  I  do  not  think  there  is  any  such  vei;, 
The  forms  cited  by  Windisch  {sixch  as  darlecius  =  do-ro-lécius,  ti 
laie  =  do-ro-léic,  îarlacad  =  do-ro-lécad)  ail  seem  preterites  of  de 
cim  p.  497^  with  the  infixed  ro.  Hère  and  in  ta-r-la,  ta-r-ilbae,  a 
da-r-bastar,  Zeuss  sees  the  two  prépositions  do,  air.  But  in  eachi 
thèse  instances  the  r  is  a  relie  of  the  infixed  ro. 

'tarr  F.  Hintertheil,  schwanz'.  Itis  either  masc.  orneut.,  as  the  gen.  s 
(cend  in  tarra]  shews.  And  it  means  'hypogastrium'  in  the  Scél  rau( 
mie  Dath6. 

2.  tarraid.  The  passage  hère  cited  -ni  tharraid  acht  an-indai  —  means 
found  only  their  great-great-grandsons',  and  should  be  placed  un^ 
I.  tarraid. 

3.  tinne.  For  dambruthe  read  dam  bruthe. 

1 .  tô  fur  do-  (wenn  der  Accent  darauf  ruht  ?).  The  vowel  is  short. 
tôchathim,  td-chimm,  î6-chrechad,  tô-gairm  should  be  to-chathim, 
chimm,  to-crechad,  to-gairm. 

2.  toirnim.  The  quotation  hère  given  from  my  Three  HomiHes,  p.  i 
belongs  to  i.  toirnim. 

tongim.  Notwithstanding  do-d-fongad,  Ml.  36  a,  which  is  due  to  the  fa 
analogy  of  tailgim,  tarcaim,  toihnim,  tôbndim,  tônuch,  torbenim,  e 
for  do-failgim,  do-farcaim,  do-benim,  do-foirndim,  do-fo-nuch,  do-fr 
benim  etc.  ' ,  I  agrée  with  Prof.  Schuchardt  that  tongim  is  a  simple  vei 

I.  False  analogy  plays  a  great  part  in  Irish.  To  it,  for  instance.  1  would  ascribei 
preterite  ni  chair  'non  amavit'  Br.  i,  and  the  redupl.  future  ni  con-chechrat  'non  an 
bunt',  Z.2  4j}, 


Bibliographie.  2  5  J 

cognate  with  Lat.  tango.  The  form  do-îhung  occurs  in  LL.  5  5  a.  The 
redupl.  prêt.  [dn-cui-]tig  'iuravit  Z.^  449,  is  =  the  Lat.  tetigit. 
The  British  forms  W.  tyngu,  Br.  tocaff  Ca.\h.,  now  toui,  Corn,  iye  are 
inconsistent  with  Windisch's  assumption  that  tongim  is  from  do- 
fongim. 

torbenim  :  the  quotation  from  Cormac's  Gl.  s.  v.  prull  should,  I  think, 
be  rendered  'the  monster  hath  profited  thee_,  0  Senchân  :  and  that 
will  be  thy  servant,  provided  we  get  to  land'  :  Compare  with  dot- 
rorbai  beist,  Fél.  prol.  25,  28:  dom-rorbai  ...  rith  roraith  in  slâg-sa 
'the  course  which  this  host  ran  hath  profited  me'.  Hère  muinîir  {which 
Windisch  renders  by  'Mannschaft')  means  a  single  servant,  as  in  the 
Félire  May  1 1,  Aug.  9,  LL.  109  b  [nibat  munîar  dam]  and  LU.  1 34  a 
{fri  muinîir  Mongdn). 

''torgabim' should  probably  be  torgbaim,  the  atonie  vowel  of  the  root 
being  elided. 

'^tôxal  s.  tàcosal'  read  tdchossol. 

.trénae  eine  Festzeit.  This  certainly  seems  to  be  the  meaning  in  LU.  4ja 
But  in  the  cases  of  the  Trena  Taillten  hère  the  penult  is  short,  and 
O'Clery  explains  it  by  ''handsmiting  or  beating  of  the  palms  :  îreana 

1     Tailtean  i.e.  beating  of  the  palms  or  sobbing  which  was  wont  to  be  in 

I  Taihe.  He  also  has  treanadh  .i.  caoineadh  'lamenting'.  'Trauerzeit' 
rather  than  'Festzeit'  would  seem  to  be  the  meaning  hère. 

'tûas-cert  Norden'  should,  I  think,  be  analysed  thus:  îûa[îli]-scert,  where 

;  scert  (=  W.  parîh,  spart  in  ào-sparth  '^distinctio,  divisio')  is  .from  the 
xool  skard,  Fick.3  i.  239,  'brechen',  'spalten'.  See  Rhys,  Rev.  Celt. 

(    11,335- 

ii.tuath  F.  Volk.  The  phrase  do  thuataib,  hère  quoted  from  Fiacc  40 
I    and  Br.   12  as  an  example  of  the  dat.  pi.,  belongs  to  tûata  'gentilis'. 
tuillim.  For  'attain'  read  'earn'. 
u  (for  uu,  auu)  is  the  dat.  sg.  oi  ua. 

'uim,  allestar  uim',  is  a  misreading  oi  liumi,  gen.  sg.  oï  umae,  p.  865. 
'ursclaige  .  v.  supra  s.  v.  arslaithim. 

:  Thèse  are  the  principal  corrections  which  hâve  occurred  to  me  in 
perusing  this  Wœrterbuch.  I  hâve  others  of  minor  importance;  but  I 
must  hold  my  hand  lest  readers  of  Prof.  Windisch's  book  and  my  review 
should  compare  us  to  the  two  unlucky  kings  in  Thackeray's  taie,  who 
joined  the  strictest  order  of  the  Flagellants,  and  applied  the  lash,  humbly 
but  resolutely,  to  each  other's  shoulders. 

p  As  to  addenda,  I  had  intended  to  give  ail  those  that  I  had  entered  in 
the  margin  of  my  copy  of  Prof.  Windisch's  book.  But  this  paper  has 


Rev.  Celt.  V 


•7 


254  Bibliographie. 

extended  tosuch  alength  thati  shall  confine  myselftosomeof  those  rel: 

ting  to  words  beginning  with  the  first  letter  of  the  alphabet.  The  res' 
hâve  sent  to  him,  and  he  will  doubtless  publish  the  more  important 
them  in  the  Nachtraege  which  he  announces  in  his  préface,  and  whic 
I  am  sure,  will  be  welcomed  not  only  by  Celtists,  but  by  comparai! 
philologers.  i 

Addenda. 

acarb  :  in  cend  attnech  ('furzy')  acarb,  LL.  1 1 1  b. 

adall  :  see  also  imm-adall. 

adart  also  means  a  sword-rest  :  a  claidbefor  an-adartaib,  LL.  11134 

ad-daimim  (rectè  atmaim)  :  redupl.  fut.  sg.  2,  atum-didmae  Fél.  Ep.  49 

adiu  :  fri  sonnach  adiu  ...  fri  sonnach  denall  (de  anallj  LU.  23  b. 

ad-muiniur  :  admuiniur  epscop  n-Ibar,  spell  in  Stowe  Missal  66  b  : 

muiniur  teora  ingena  Flithais,  spell  in  LB.  99. 
aicme  =  W.  achwedd,  'idem  quod  ach,  stemma,  prosapia,  parente 

generatio'  (Davies). 
airbe  :  rabâgait  a  mbrechta.  7  racanait  a  ndi'chetla  co  ra-eirgetan 

n-airbeda  drùad  impu,  LL.  239  a  'their  spells  were  uttered  and  th 

incantations  were  sung,  so  that  their  druidical  fences  arose  al 

them'.  Compare  the  magical  cae  nywl  ^hedge  of  mist',  in  Gerainf 

Erbin,  Mabinogion  II,  6$. 
airde  'signum'  :  sg.  dat.  6  airdiu  croiche,  LU.  24  a  :  pi.  acc.tre  airde 

firto,  Stowe  Missal. 
airdig  :  sg.  dat.  con-airdig  meda,  LL.  1 1 1  b, 
airdmes  :  sg.  dat.  ic  ardmius,  LL.  221  a. 
airec,  airecar  :  arista  'inventas  esset',  Sg.  184b  3  (dofuaircitis  inna 

la  arsidi  resiu  arista  brao  'the  grains  were  pounded  by  the  anci© 

before  a  quern  was  invented'). 
airge  :  sg.  dat.  dond  airgi  bùi  oc  sliab  Mis,  LL.  117  b. 
airlech  :icoirlecharaile.act.  prêt.  sg.  3  ra-âirligan-ilchuradu.  LL.  221 

pass.  prêt.  sg.  3,  a  crund  ...  fris  ra-airlecht  P61,  LL.  370a.  Ri 

/?M,  pleg.  Curtius  No.  367. 
airslébe  is  gen.  sg.  of  airsliab.   Another  example  is  a  hucht  airsli 

LL.  243  b  1 5. 
h-ais  :  assa  (gl.  soccus)  Sg.  22  b. 
aithech  :  is  this  (as  M.  d'Arbois  de  Jubainville  suggests)  connected  w 

aithe  foenus  ?  Comp.  aiîhech-thuath  :  pi.  n.  annam  lib  athechthu 

do  thâinsemad  bar  tren/er,  LL.  238a. 


Bibliographie.  255 

aithrige  :  sg.  dat.  du  aithrigi  dia  pecthaib,  Stowe  Missal. 
âlgenaigim  :  ^d  sg.  prêt.  act.  ro-âilgenaig  LU.  23  b. 
allud  :  sg.  gen.  do  chungid  allaid  7  étala,  LL.  217  b. 
ammus  :  ammus  catha  do  thabairt  ar  trénmilid,  LL.  225  b.  ar  ammus  a 

churaig,  LL.  148  b. 
amsach  :  oclaech  amsach^,  LU.  22  b. 
anal  :  sg.  gen.  fot  an-anali,  LU.  26  a  b. 
andam  :  see  above  s.  v.  aithech. 

anrad.  Hence  anrathacht:  sg.  gen.  cend  anratachta  uli  Assia,  LL.  2  job. 
ansa  :  ni  anse  6n,  Sg.  i8ab. 
âr  :  pi.  ace.  co  ra-lâ  âra  mora  forru,  LL.  2356. 
larâi  :  araisom  dana  dofocrait  cath,  LL.  124  b. 
lâram  :  hence  the  adj.  ârmech:  mdr  do  arbrib  ârmecha;,  LL.  232  b. 
ar-chanaim  :  ar-a-cain  (gl.  incinère). 
lasait  :  roscâich  a  asait-si  ara  chind,  LL.  126a:  ace.  iaetaid  dana  lia 

basait,  ibid. 
lascad  Geschenk,  should^,  I  think,  be  ascid  (gl.  donum)  LL.  229a.  It  is 

probably  the  same  word  as  ascid  Bitte  :  cf.  English  boon,  formerly 
[    meaning  Bitte  'request',  now  'gift'. 
jasna  :  pi.  ace.  eter  a  hasna,  LL.  125  a. 
iathreôs  .i.  leasughadh^  O'Cl. 

I  W.  S. 

Simla,  24  april  1881. 


Keltische  Studien  von  Heinrich  Zimmer.  Erstes  Heft  :  Irische  Texte 
mit  "Wœrterbuch  von  E.  Windisch.  Berlin,  Weidmannsehe  Buch- 
(  handlung,  1881,  p.  143. 

In  the  foregoing  article  I  hâve  sought  to  point  out  the  faults  in  Prof, 
A^indisch's  Irische  Texte  rather  than  to  dwell  on  its  manifold  and  obvious 
i.'xcellences.  But  I  should  hâve  acted  quite  otherwise  had  I  supposed  it 
oossible  that  Windisch's  book  would  hâve  been  made  the  occasion 
)f  an  attack  on  its  author,  so  unfair,  discourteous  and  virulent  that  it 
.eminds  one  of  the  old  times  when  rival  scholars  and  theologians  called 
ach  other  porcus  quidam  and  putidissimus  iste.  I  refer,  of  course,  to 
'rof.  Zimmer's  récent  pamphlet  called  Keltische  Studien.  I  will  not  gra- 
;ify  Prof.  Zimmer,  and  pain  the  readers  of  the  Revue  celtique,  by  trans- 
;ribing  the  insults  which  he  has  flung,  like  mud,  at  a  scholar  to  whom  ail 
^eltic  students,  including  Prof.  Zimmer  himself,  are  so  deeply  indebted. 


20  Bibliographie. 

I  will  merely  quote  a  few  passages  from  Prof.  Zimmer's  récent  public, 
tions  so  as  to  enable  ail  compétent  persons  to  judge  how  far  he  is  entitk 
to  assume  the  position  of  a  contemptuous  critic  of  Windisch's  work. 

I  hâve  now  before  me  the  following  publications  of  Prof.  Zimmei 
first,  a  paper  containing  etymologies  of  various  Celtic  words,  in  Kahi 
Zeitschrift,  XXIV,  201,  secondly,  a  paper  on  ihe  privative  particle  a 
in  the  Celtic  languages,  in  the  same  volume  p.  52^,  thirdly,  a  review 
my  four-text  édition  of  the  Calendar  of  Oengus,  in  the  Deutsche  Liîter 
turzeitung,  1881,  Nr.  6,  fourthly,  his  Glossae  Hibernicae.,  Berlin,  188 
and,  fifthly,  the  pamphlet  above  mentioned. 

In  the  first  {Kuhn's  Zeitschrift,  XXIV,  206)  he  refers  the  Old-lri 
redupl.  s-  future  con-roig-set  that  they  may  pray'  Z.^  22$,  624,  to  t 
root  Ih,  t^-avîv  (Fick  H,  28]  though  an  s-  future  mlh  the  ending  of  t 
root  preserved  is  unknown  in  the  older  language.  Conroigset  stands  1 
con-ro-ge-ged-set  and  belongs  to  the  verb  guidim,  root  gad,  whence  si 
jagâda. 

In  the  same  essay,  p.  2 1 2,  he  quotes  as  an  example  of  the  interchan 
of/and  b  «  infide  gl.  in  vinculis,  ZE.  1042  »,  and  refers  this  tothe  rc 
vadh.  Our  readers  will  hardly  believe  .that  in  ZE.  1042  'infide'  glos; 
'filio  (Epistola  ad  Philemonem,  v.  io)notin  'vinculis' ;  and  is  nothi 
but  the  latin  words  in  fide  (St  Paul  mentions  his  'son'  Onesimus  wh( 
he  says  'he  has  begotten  in  his  bonds'.  Compare  i  Corinth.  IV.  1 5). 
we  cannot  suppose  that  Prof.  Zimmer  deliberately  miscopied  the  Gra 
maîica  Celtica,  we  must  hold  him  guilty  hère  of  gross  carelessness. 

In  the  same  essay,  p.  212,  he  renders  arub  hithes,  Z.^  1040,  by  ' 
edat'  !  and,  p.  21 5,  he  puts  impessi  (gl.  obesi  cordis)  Ml.  20a  with  1 
skr.  admi,  lat.  edo,  not  seeing  that  that  impessi  stands  for  imb-sessi  a 
'obesi'  for  'obsessi',  and  that  the  corresponding  skr.  and  latin  roots  ; 
sad  and  sod,  whence  solum. 

In  his  essay  on  the  privative  particle  an-  [Kuhn's  Zeitschrift,  XXI 
524),  in  order  to  explain  the  privative  particle  am-  he  invents  the  thec 
that  n  before  following  /,  r  and  m  becomes  m.  This  is  true  in  the  case 
a  following  m  (where  n,  naturally,  is  assimilated),  but  is  false  in  the  c;  : 
of  /  and  r.  The  right  explanation  of  this  am-,  W.  af-,  is  that  it  stands  ' 
*sam-,  and  is  cognate  with  sâmi,  t,[j.i,  semi  :  cf.  A.  S.  sàm-vis  'paru 
sapiens',  sâm-boren  'abortivus'.  For  the  loss  of  initial  s  in  Irish,  cf.  '  ; 
article  [s]in,  (s)amail,  uaim  etc. 

In  the  same  essay,  p.  534,  he  brings  andred,  in  the  phrase,  Ciî 
Andred  'the  weald  of  Kent',  from  an  and  tred  'a  place  of  resort,  a  ha;: 
let'.  This  '"tred  (.?)  does  not  occur  in  Davies,  and  seems  one  of  Pughi 


Bibliographie.  257 

forgeries.  Andred  is  simply  manufactured  from  the  Anderida  of  the  Notitia 
Imperii  and  the  A.  S.  forms  Andredes-weald,  Andredes-leage. 

In  his  paper  in  the  Deutsche  Liîîeraiurzeitung  on  my  édition  of  the 
Ipélire,  after  pointing  out  a  misreading,  and  conséquent  mistranslation, 
'of  which  I  confess  myself  guilty',  he  says  it  is  hardly  conceivable 
'[schwer  begreiflich)  how  the  meaning  of  the  first  lines  of  Fothud  na 
icanoine's  poem  Eclas  dé  bii,  leic  dil  ndsnai  could  remain  obscure.  He  says 
l'that  ndsnai  stands  for  *no-an-senai  and  he  translates  as  follows  :  'the 
'church  of  living  God ,  leave  to  it  that  thou  dénies'.  The  Irish  and 
English  hère  are  about  equally  impossible.  The  Irish  passage  quoted  is 
tcorrupt  and  I  therefore  left  it  untranslated.  But  I  hâve  since  found  the 
'true  reading  in  the  Book  of  Leinster  (149  a  1)  namely  :  Eclas  dé  bi[i\, 
\leic  di  anasnai  i.  e.  «  The  church  of  living  God,  leave  [léic]  to  her  [di] 
Iwhat  is  hers  »  [an-  as-  n-  di).  Hère  di  is  the  gen.  sg.  of  the  pronoun  é  : 
'compare  ind-ài  fosodin  (gl.  éauxoD),  ai,  di  (gl.  suus,  illius),  filius)  Z.^ 
527,  citing  Sg.  209  b,  198  a,  204a  :  an  is  the  relative  pronoun,  and  as-n 
lis  the  relative  form  of  the  verb  subst.  (root  AS)  with  the  suffixed  n 
ialso  found  in  is  follus  doib  as-  n-  oipred  fir  oirdnithi  'est  clarum  iis,  esse 
''Opus  viri  ordinati',  Wb.  ib,  cited  Z.'  487,  488. 
j  Again,  in  the  same  review,  he  objects  to  my  rendering  of  midchûairt 
l(Fél.  Ep.  94)  by  'midcourt',  and  translates  King  Cormac's  ^Miodh- 
uhuairt^  by  'Metsal'  'Meadhall'.  Hère  the  prefix  mid-  (also  in  mid-des, 
''tnid-lde,  mid-nochf)  which  is  cognate  with  médius,  l-'i'^oçj  madhya,  is  con- 
founded  by  Prof.  Zimmer  with  the  noun  med  'mead',  which,  of  course, 
is  cognate  with  [j.éOu,  madhu.  The  blunder  is  as  gross  as  if  one  transla- 
'ting  German  should  mistake  mitte  for  meth. 

!  Fourthly,  in  his  Glossae  Hibernicae  p.  68  note,  he  renders  ind  ail 
^rùnde  asa-toréimed  a  srùaim  môr  ind  forcitil  spirddldi  ar-rodibaid  itith  ind 
Israhel  spiurdalîi  inna  nôib  indithrub  in  beotho  by  «  petra  mystica  quae 
effundebatamnem  magnum  doctrinae  spiritualis,  qui  extinxit  sitim  Israël 
spiritualis  sanctorum  in  deserto  mundi',  and  explains  asaîorôimed  âs  a 
isecondary  présent,  comparing  doesmet  'profundunt'  [root  sem].  But  as-a 
'is  a  compound  of  the  prep.  as  and  the  relative  pronoun,  and  torôimed  is 
'the  3d  sg.  redupl.  perfect  oitomaidim  'erumpo',  cognate  with  the  com- 
■mon  noun  tomaidm  'eruptio',  root  mat,  Curtius  G.  E.  No.  476.  Hère  (as 

I.  For  armaid  ...  tanaisi.  in  the  Irish  préface  (p.  i).  Une  2,  read  armad  ...  thanaisi 
,  and  in  the  translation  (p.  iij)  for  'why  he  thinks'  read  'wherefore  it  should  be'.  Hère,  as 
Prof.  Zimmer  points  out,  armad  stands  for  armbad.  ar-an-bad.  I  take  this  opportunity 
of  saying  that,  if  I  live  to  return  to  Europe,  1  shall  bring  out  the  three  unprinted  texts 
of  the  Félire.  It  will  then  perhaps,  but  certainly  net  tiil  then,  be  possible  to  construct  a 
■  critical  text  of  that  poem. 


258  Bibliographie. 

in  co-rôe-mid  ceo  môr  dia  chind  'so  that  a  great  mist  burst  forth  from  h, 
head',  LU.  $b)  the  reduplication-syllable  has  been  lost  after  changii 
the  preceding  particle  ro  into  râi,  rôe  ;  and  ar  isnot  the  relative  pronoi 
but  a  conjunction,  Z.*  713.  The  right  rendering  of  the  passage  abœ' 
quoted  is  therefore  'petra  mystica  ex  qua  erupit  amnis  magnus  doctrin. 
spiritualis,  quia  extinxit  [scil.  Christus]  sitim  Israël  spiritualis  sanctoru 
in  deserto  mundi,  » 

In  p.  196  he  gives  a  marginal  gloss  on  the  Epistle  to  the  Hebre\ 
V,  12,  quibus  lacté  opus  sit  non  solido  cibo,  in  this  strange  fashior 
brothchdn  as[ec]oir  duibni  biad  sonairt.  This  is,  if  he  will  allow  me  to  u 
an  expression  of  his  own,  'reiner  Galimathias'.  The  true  reading  | 
obviously  [is]  brothchdn  as  [c]ôir  duib,  ni  biad  sonairt  'it  is  brothchdn  th' 
is  meet  for  you,  not  solid  food'  (brothchdn,  gen.  brothchain  LB.  21 5 
seems  to  mean  a  hot  mess,  LB.  11 3  b,  49,  but  hère  'milk-porridge' 
some  such  soft  food). 

Again,  in  his  'textus  restitutus'  of  the  Cambray  homily,  we  find  t 
foUowing  wonderful  forms  : 

P.  214,  1.  6,  arenindurbe,  read        arenindarbe. 

P.  21 5,  1.  23,  ^iersercg,  —  adeserce. 

P.  216,  1.  4,  maire,  —  martre. 

1.  22,  aranetathaim.,        —  aranetham  i. 

At  p.  277  he  quotes  a  note  from  the  Franciscan  copy  of  the  Lib 
Hymnorum,  and  translates  the  passage  bersiu  lat  e  dotigernu,  by  'i 
tu  eam  domino'.  He  does  not  see  that  dotigernu,  with  its  uninfected 
stands  for  dot-tigernu  and  should  be  rendered  by  'domino  tuo'. 

Having  thus  got,  from  his  other  récent  works,  some  idea  of  Pr( 
Zimmer's  claims  to  criticise  contemptu  ac  displicientiâ,  a  meritorio 
scholar  like  Windisch,  let  us  now  look  at  his  pamphlet. 

P.  13.  Hère  he  quotes,  as  from  the  Franciscan  copy  of  the  Lib 
Hymnorum,  the  passage  arslicht  Neill  nanngialaigh  finit.  For  'nanngi 
laigh'  (which  he  will  excuse  me  for  saying  again  is  mère  Galimathia 
the  ms.  must  hâve  naoigiallaigh  or  nôigiallaigh ,  gen.  sg.  of  nôigialla 
'having-nine-hostages',  the  title  of  the  famous  King  Niall,  who  reigm 
from  A.D.  384  to  A.D.  41 1. 

P.  15.  He  cites  from  the  same  ms.  the  préface  to  the  Nicean  cre»; 
which  States,  according  to  Prof.  Zimmer,  that  this  creed  was  composfj 
«  ar  dichor  eirr  Airr.  »  Is  it  not,  to  use  his  favourite  expression,  lu] 
clarior,  that  for  eirr  the  ms.  must  hâve  erse  or  eirse  and  that  this  pa 
sage  means  'for  casting  out  the  heresy  of  Arius'  ?  Prof.  Zimmer  seeri 
unable  to  copy  accurately  even  from  an  easily  read  ms.  like  the  Bec 


Bibliographie.  259 

:of  Lecan.  Thus  at  pages  19  and  89  of  his  pamphlet  we  hâve  the  follo- 
iwing  : 

balair  ms.       baleir 

abind  —        aibind 

fiar  faided  —       fiarfaidid  [leg.  fiarfaigid] 

cet  À.  ait  —        cet  ./.  di  l.  ait  [i.  e.  di  côecait] 

and  so  on.  In  the  same  page  he  quotes  from  H.  3.  18,  p.  6<)0,fodard 
'dormiebat'.  There  can  hardly  be  a  doubt  that  the  ms.  must  hâve  fodaid 
.i.  e.  foaid.  At  p.  12  $,  line  24,  for  the  'si  ainrit'  of  the  LU.  fac-similé  he 
gives  -so  amrit'.  I  notice  thèse  mistakes  w^ith  sincère  regret,  for  they 
justify  doubt  as  to  the  accuracy  of  the  transcription  of  every  Irish  gloss 
.  and  note  in  his  Glossae  Hibernicae  which  is  not  also  found  in  the  Gram- 
matica  Celtica  ',  or  my  Goidelica. 

P.  16.  He  quotes  from  the  Franciscan  Liber  Hymnorum  the  phrase 
A  daine  codlas^  which  he  calls  a  confession  ('bekenntniss')  and  translates 
by  '0  mensch,  ich  habe  geschlafen'.  Hère  codlas  is  a  ^d  sg.  relative 
présent  and  means  'qui  dormit'.  Prof.  Zimmer  has  mistaken  both  tense 
and  person. 

PP.  30-52.  Hère  he  explains  combail,  as  =  co-bail,  go  bh-fuil,  0-Ir. 
00  fil  'es  geschieht,  findet  statt,  ist'.  The  phrase  bé  combail  in  which  it 
occurs  is  a  common  cheville  :  it  is  found,  for  instance,  in  LL.  2$9a,  and 
means  'woman  with  goodness'  [bail). 

PP.  39,  72.  Prof.  Zimmer  tries  to  correct  ar  apaide,  a  corrupt  pas- 
sage in  the  Scél  Mucce  mie  Dith6,  thus  :  ar  araide,  which  he  renders  by 
'sagte  er,  indess\  The  obvions  correction  is  arse  arâide.  His  ar  araide 
is  not  Irish. 

P.  62,  note,  line  12  and  p.  74.  In  quoting  the  passage  dàigh  is  air- 
dhena  sercci  sîrsilliuth  «  because  long-looking  is  a  sign  of  love  »,  he 
bisects  airdhenu  and  reads  airdhe  na.  But  airdhenu,  better  airdhena 


I.  Some  of  his  transcriptions  in  the  Glossae  Hibernicae  are  certainly  wrong,  e.  g. 
pp.  xxvj,  229,  hi  cluain  m{acc)  canois,  where  Zeuss  has  rightly  m[acc)cunois .  Pan  Gurbân, 
pp.  xxxix,  267,  where  the  ms.  has  pangur  bdn  :  p.  4  seîha.  (gl.  vestram),  leg.  fethar  ? 

j  p.  18  iscuitirimraito  (!),  p.  29  nifarmaid,  leg.  nip-ar-maid,  p.  109  rodboisprecept  (!), 
p.  M^builnni,  p.  14s  donduccum  (leg. -am),  p.  152  etiteccaib  {kg.  eritedaib,  eritecdaib), 
p.  19s  mainiroimsid  (leg.  ma  imroimsid  ^U ye  shall  sin' the  2d  pL  .f-fut.  oi immruimdiur), 

,  p.  242  sathuaid  {gl.  ad  septentrionem)  leg.  fathuaid,  p.  268  Mairiu  clan,  leg.  m'airiuclAn 
{=  m'araglan,  Reeves,  Adamnan,  p.  288),  p.  270  ceinsieth,  leg.  ceingeth  or  (with  Zeuss) 
ceingdEth,  imperat.  jd  sg.  aa.oi  cingim.  P.  276,  Unes  i  and  2,  im  cechdu  im  cechtan  hg. 
(with  Zeuss)  incechdu,  incechtan.  P.  27,  note  3,  line  9  ruth  oir,  read  bruih  oir,  line  1 1  coa- 
muccna  read  coa  mucca  'unto  his  swine'  ;  line  1 3  late  read  lat  t.  The  greatest  service  which 
could  now  be  rendered  to  Celtic  philology  would  be  for  some  compétent  palaeographer 
(say  Mr  Bradshaw)  to  collate  with  the  original  texts  Prof.  Zimmer's  Glossae  Hibernicae, 
the  fac-similés  issued  by  the  Royal  Irish  Academy,  Mr  Skene's  Four  Ancient  Book's  of 
Wales,  and  the  Liber  Landavensis,  and  to  publish  the  results  of  this  collation. 


26o  Bibliographie. 

'signum',  is  the  true  reading.  The  word  is  familiar  to  every  one  mode 
rately  acquainted  with  Middle-Irish  writings.  Thus  sg.  n.  airdena  bais  ■ 
éca  7  aideda,  LL.  66  a,  ba  trâag  airdena  na  gona  don  rigmilid,  LL.  244a' 
pi.  n.  tudcatar  airdhena  aighthidhe  adhuathmara  antan  sin,  Four  Mastersi 
A.  D.  767,  dat.  airdheanaibh  'constellations',  O'Reilly's  Dict.  'cf.  cœ 
subter  labentia  signa,  Lucr.). 

PP.  6-j-6ç).  Prof.  Zimmer  attacks  Windisch  for  extending  the  contrac 
tiens  es,  c.scc  (=  quaestio)  by  cesc.  If  Windisch  bas  erred  hère,  he  haj 
erred  in  the  company  of  O'Clery  and  O'Curry.  The  former  has  ceas 
[=  Mid.  Ir.  cesc]  à.  fiarfaighim.  The  latter  has  in  his  Tochmarc  Moner 
(H.  2.  26),  Dublin,  1855,  p.  ij^.line  ij,  Cesc  contiucfa  ar  Eber.  '\  zs, 
when  he  shall  corne,  said  Eibhear'.  I  should  myself  prefer  to  write  ceist'\ 
but  there  can  be  no  doubt  that  the  two  forms  ceist,  cesc  co-existed  i  ' 
Middle-Irish. 

PP.  8?,  84.  Hère  Prof.  Zimmer  attacks  Windisch,  O'Reilly  an, 
O'Curry  for  believing  in  the  existence  of  the  word  rebrad  'sportivenessj 
play'.  The  sceptical  professer  only  proves  his  ownrashness  and  want  (' 
familiarity  with  Middle-Irish.  The  word  in  question  occurs  in  the  fir; 
line  of  a  poem  beginning  ranacsa  rem  rebrad  ran.  This  means  'I  hav 
come  with  my  bright  sportiveness'  —  rem  standing  for  {f)rim  as  in  rci 
chorp,  rem  chenn,  rem  chridi,  rem  ré  (Ir.  Texte,  p.  735)  and  having  her 
a  sociative  meaning  as  in  ragat  rim  cheli  'I  will  go  with  my  husband'. 

As  to  rebrad,  examples  of  its  use  are  :  Sg.  n.  tuig  nachar'  reabhrad 
mac,  a  mhic  'understand  that  this  was  no  boys'  play,  my  son'.  Ban 
quel  of  Dùn  nan-  Gedh,  p.  44,  gen.  eolaig  rebraid,  aneolaig  reri,  LU 
344  d,  for  a  baothréim  baoisi  7  fora  chuairt  macdachta  7  reabhraidh,  Fouj 
Masters  A.  D.  i  $87  —  also  rebartha  :  ara  baethair  bdisi  7  ara  luagji 
rebartha,  LL.  250  a,  dat.  drémm  eli  oc  rebrad  [leg.  rebrad]  7  oc  ail  mi 
oc  dorddn,  LB.  136  a.  It  is  obviously  derived  from  the  common  wor 
reb  'trick',  O'Clery's  reabh  .i.  cleas.  Prof.  Zimmer  asserts  that  rebrad  is 
gen.  sg.  governed  by  ran  which  he  says,  stands  'wie  haeufig'  [^1  k 
rann  'part',  though  it  rhymes  with  gndd  and  must  therefore  be  read  ràn 
bisects  rebrad  thus  :  re-brad,  equates  re  with  ré  'time',  compares  bra  ,r 
with  brafad  and  Goth  brahv  aiigins  'augenblick',  mistakes  rem  for  rcmiii 
'ante  me',  and  renders  the  line  above  quoted  by  Ich  kam  nun  so  vc 
mich  hin  in  einem  Theil  der  Zeit,  wsehrend  die  Augenwimper  zuckt' 
'Accordingly',  says  Prof.  Zimmer,  «  one  article  in  Windisch's  dictionar 
must  be  cancelled,  a  new  one  must  be  added,  and  in  six  or  eigl 
places  his  statements  (angaben)  should  be  essentially  modified.  »  I  thin  : 
one  may  safely  say  that  when  Prof.  Zimmer  is  five  years  older  and  a  littij 


Bibliographie.  201 

\  more  versed  in  Irish  he  will  be  ashamed  of  such  ignorant  presumption. 

i      P.  109.  Hère  he  says  that  cair  originally  means  'wherefore',  and  is 

compounded  of  ce  fl/r  'quid  propter'.  But  'quid  propter'  is  cid  ar-an  in 

■  Irish  (Z.2  357^  where  it  is  rendered  by  'cur'),  and  cair  is  nothing  but 
:  the  latin  quaere,  whence  it  is  borrowed,  like  the  Eng.  query^  O.  Fr. 

querre. 

I     P.  1  M.  Hère  Prof.  Zimmer  objects  to  the  phrase  in  cech  dû  'in  every 

\  place'  in  Z.  '  691  and  in  Windisch's  dictionary  s.  v.  dû.  He  says  it  should 

.  be/m  cech  dû  'die  grammatisch  einzig  mœgliche  form'.  In  cech  dû  isper- 

fectly  right,  though  the  ms.,  which  is  not  in  an  Irish  hand,  erroneourly 

uses  the  mark  for  m.  It  is  in  gach  dû  in  the  Four  Masters,  AD.  860,  and 

'  they,  as  I  hope  Prof.  Zimmer  will  allow,  must  hâve  known  something  of 

their  own  language.  The  grammatical  impossibility  to  which  Prof.  Zimmer 

refers  is  probably  the  préservation  of  the  n  of  in  before  c.  But  this  occurs, 

f  not  only  in  Prof.  Zimmer's  own  book  p.    15,  line  2  [in-  cech-  Une  'in 

'  every  line'),  but  also,  one  may  safelysay,  in  every  page  of  every  Middle 

1  Irish  ms.  now  in  existence.  Take  for  instances  the  following  pair  of  quota- 

.'  tions  from  the  Book  of  Leinster  :  com-bad  môti  a  grain  7  a  ecla  7  a 

uruamain  in  cach  cath  7  in  cach  cathrdi.  in  cach  comlund  7  in  cach 

'  comruc  iteiged,  LL.  82  b,  in  cach  la,  LL.  21$  b.  The  explanation,  of 

■  course,  is  that  Ciac/î,  cech  were  pronounced  gach,  gech  even  in  Early 
Middle  Irish  times. 

Atp.  112.  Prof.  Zimmer  blâmes  Windisch  for  not  using  the  British 

'  languages  to  elucidate  the  words  in   his   dictionary.   Hère  again  the 

i  blâme  is  reckless  and  undeserved,  for  at  odb,  fodb,  W.  compares  the 

Welsh  oddf  :  at  foss  he  compares  the  Old-Welsh  guas  ;  and  there  may 

be  other  instances  which  I  hâve  overlooked.  Excited  by  his  fancied 

triumph.  Prof.  Zimmer  proceeds  to  attack  ail  living  and  recently  dead 

•  Cehic  scholars,  and  coolly  asserts  that  «  the  complète  neglect  of  the 
British  languages  is  a  further  characteristic  of  the  prevailing  super- 
ficiality  [yerflachung\  of  Celtic  studies  during  the  last  ten  years.  »  How 
false  this  assertion  is  will  appear  from  -the  following  list  of  a  few  of  the 
Welsh,  Cornish  and  Breton  publications  which  hâve  appeared  during 

'  the  last  decennium. 

a.  Welsh. 

1 .  Y  Seint  Greal,  by  the  late  Robert  Williams,  1876.  Text  pp.  1-435. 

•  Translation  pp.  437-720.  Glossary  pp.  721-737. 

2.  Campeu  Charlymaen,  by  the  same,  1878.  Text  pp.  1-115.  Trans- 
■■  lation  pp.  437-5 17,  and  shorter  tracts  such  as  Bown  0  Hamtwn,  Purdan 


202  Bibliographie. 

Padric.,  Bached  Meir  wyry,  Y  seith  Pechawî  Mamawl,  Euangel  Nicodem\u\ 
Y  Groglith,  Hanes  Ponîius  Pilaîus,  Historia  ludas,  Arwydon  cyn  Dyd  Brawt 
Prophwydolyaeth  Sibli  doeth,  Breuddwyt  Pawl  Ebostol,  Pwyll  y  Pader,  w' 
y  traethawdd  Ha  Sant  [Hugo  de  Saint- Victor],  Rinweddeu  gwrando  Offerenl 
Rinweddeu  gwelet  corff  Crist,  Rhybudd  Gabriel  Angel,  Evengyl  leuanepostoi 
Seith  Doelhion  Rufein,  Ystorya  Gwlat  leuan  Vendigeit,  Ipotis  Ysprytaw'i 
(unfinished)  owing  to  the  death  of  the  zealous  and  learned  editor, 

2.  Lectures  on  Welsh  Philology,  by  Prof.  Rhys,  ist  éd.  1877,  2d  ed 
1879  :  the  same  scholar's  papers  in  this  journal,  II,  11$,  118;  hi 
édition  of  the  Ystoria  Charles  from  the  Red  Book  of  Hergest,  and  his  lis 
of  Welsh  loanwords  in  the  Archaeologia  Cambrensis  187?,  1874,  1875.  i 

3.  A  Description  of  the  Day  of  Judgment,  from  Cotton  ms.  Titusj 
D.  XXII.  Text  and  translation  in  Y  Cymmrodor,  vol.  IV,  part  I,  pp.  106' 
138,  by  Thomas  Powell. 

4.  Studies  in  Cymric  Philology,  by  the  late  Professor  Evander  Evans 
in  Archaeologia  Cambrensis,  1875,  1874. 

5.  The  Old-Welsh  Glosses  on  Martianus  Capella,  Archaeologia  Cam' 
brensis,  January,  1873,  and  Kuhn's  Beitraege  zur  verg.  Sprachf.,  VII 1 
385. 

6.  Kedymdeithyas  Amlyn  ac  Amie,  by  M.  Gaidoz,  Revue  celtique,  IV 
pp.  201-244. 

7.  The  Luxembourg  Folio,  by  Prof.  Rhys,  Revue  celtique,  I,  346 
37$;  II,  119. 

b.  CORNISH. 

8.  Beunans  Meriasek,  a  Cornish  drama,  London  1872  (4568  lines  c 
text,  with  translation  and  notes). 

9.  The  Manumissions  in  the  Bodmin  Gospels,  Revue  celtique,  I,  332 

345- 

10.  Cornica,  Revue  celtique,  IV,  258. 

c.  Breton. 

1 1 .  Poèmes  bretons  du  moyen  âge  (Tremenvan  an  Ytron  Guerche 
Maria,  Pemzec  Levenez  Maria,  Buhez  Mabden),  par  le  vicomte  Hersar 
de  la  Villemarqué.  Paris,  1879. 

12.  Middle-Breton  Hours,  Calcutta,  1876. 

13.  Old-Breton  glosses  [from  Berne,  Paris,  Oxford,  London],  Calcutta 
1879,  and  Rev.  cehique,  IV,  324. 

14.  The  Old-Breton  Glosses  at  Orléans,  Calcutta,  1880. 

15.  Papers  by  M.  d'Arbois  de  Jubainville,  Rev.  celtique,  II,  204 


Bibliographie.  265 

404,  III;  595,  449,  and  Mémoires  de  la  Société  de  Linguistique,  IV, 
239. 

16.  Papers  by  M.  Emile  Ernault,  Rev.  celtique,  IV,  465  ;  V,  124. 

17.  Papers  by  M.  Loth,  Mémoires  de  la  Société  de  Linguistique,  IV, 
37  ;  Revue  celtique,  IV,  450  ;  V,  104. 

To  thèse  we  may  add  : 

d.  Old-British. 

18.  Hùbner,  Inscriptiones  Britanniae  Christianae.  Berlin,  1876. 

Had  Prof.  Zimmer  even  looked  at  one  of  the  shortest  of  the  above 
Works,  he  would  not  hâve  brought  forward  (p.  1 1 3)  as  his  own  the  iden- 
tification of  Ir.  cétbuid  with  Welsh  ainfod.  This  had  already  been  publi- 
shed  in  the  Revue  celtique^  IV,  333,  and  is  due,  as  well  as  I  remember, 
to  Prof.  Sophus  Bugge  of  Christiania. 

P.  116.  Prof.  Zimmer  brings  faiscim  'I  press,  squeeze'  from  a  root 
vase,  and  compares  the  Old-High  German  waskan  lavare,  luere,  wiskjan 
tergere.  The  meanings  are  too  remote,  and  faiscim  may,  with  much  grea- 
ter  probability,  be  connected  with  lat.  vexo.  Gr.  c)C^vÉw,  root  vagh,  Cur- 
tius  No.  169.  Another  etymology  which  seems  to  me  clearly  wrong,  is 
at  p.  124  where,  Prof.  Zimmer  connects  the  common  word  commus 
'power'  with  Goth,  miîan  (root  mad,  Curtius  No.  286).  It  stands  for 
com-med-tu,  and  comes  from  the  root  madh  in  £-ij.a6:v,  ij.â6oç  (Curtius 
No.  42  9I.  Compare  kennen  and  kœnnen  for  the  connexion  of  the  ideas 
'knowledge'  and  'power'.  At  p.  126  we  hâve  another  instance  of  confoun- 
ding  two  words  which  Windisch  rightly  séparâtes  :  drad  'ladder'  and  ara 
'charioteer'.  The  former  word  (now  pronounced  in  Ireland  and  the  High- 
lands  f-dradh  with  prothetic  /,  but  in  the  Isle  of  Man  aarey]  is  an  ^-stem, 
raaking  its  gen.  sg.  draid  :  the  latter  is  a  dental  stem,  making  its  gen. 
sg.  drad. 

P.  120.  Hère  Prof.  Zimmer  dénies  the  existence  of  the  verb  arnascim 
'ich  verlobe',  asserts  that  its  reduplicated  perfect  ar-nenaic  stands  for 
aà-ro-nenaisc  and  that  ar-ob-rôi-nasc  is  miswritten  (verschrieben)  for 
ar-adob-rôi-nasc.  This  is  ail  wrong  :  arnascim  does  exist  :  its  imperat. 
sg.  2  (with  th.  infixed  pron.  of  the  second  person  sg.  occurs  in  LL. 
251b:  ar-ot-naisc  dô  'betroth  thyself  to  him'. 

P.  129,  line  29.  Prof.  Zimmer  renders  anisin  'that'  (jenes)  by  'dies' 
(this)  ;  and,  though  it  thus  appears  that  he  does  not  know  the  différence 
between  so  and  sin.,  the  two  commonest  démonstrative  pronouns,  he 
would  fain  make  his  readers  believe  (p.  106  note,  p.  135)  that  he  can 
speak  Irish. 


264  Bibliographie. 

P.  132.  Hère  Prof.  Zimmer  quotes  Windisch's  article  dethiîiu 'care'.} 
and  rudely  asserts  'Die  ganze  Nummer  ist  falsch'.  On  the  conîrary,  itij* 
perfectly  correct  :  dethitiu  (not  deihidiu)  occurs  in  the  Book  of  Leinster. 
p.  122  a,  line  23,  as  I  can  say  positiveiy  from  photograph  of  that  page 
which  is  now  before  me;  dethiti  occurs  in  LB.  255  a.  In  O'Mulcon- 
ry's  Glossary  (H.  2.  16,  col.  99)  we  hâve  ^deithiten  gr^ece dietan  [sic!' 
À.  observatio  legis  et  vitae  .i.  airchisechi  cuirp  7  anmai.  Lastly,  O'Clery'; 
has  deithide  [=  0.  Ir,  dethitiu^  deithitiu]  À.  friochnamh  no  cûram. 

P.  1 34.  Hère  Prof.  Zimmer  commits  a  mistake  which  shews  that  h( 
has  not  yet  mastered  even  the  little  about  Irish  mètres  which  O'Donovar 
has  given.  He  says  that,  in  the  poem  printed  (with  a  translation  by  Win-j 
disch)  in  Revue  celtique,  V,  128,  an  Irish  monk  living  in  a  Germarj 
raonastery  compares  his  tendencies  and  efforts  with  those  of  a  Slovati 
Pan  Gurbân.  The  ms.,  however,  has  in  l-wophcespangur  bdn,  and  thail 
this  is  the  true  reading  appears  from  the  fact  that  the  mètre  of  the  poerr 
is  deibide.  This  requires  a  monosyllable  (technically  called  rinn]  at  th(| 
end  of  the  first  half  of  each  line  (where  the  words  pangur  bàn  occur) 
and  a  dissyllable  or  trissyllable  ^technically  called  airdrinn]  at  the  end  0 
the  second  half'.  See  O'Donovan's  Irish  Grammar,  pp.  419,  420  an(| 
0' Molloy's  Grammatica  latino-hibernica,  Romae^  1677,  pp.  172-180. 1  ma]' 
hère  mention  that  several  kinds  of  deibide  [d.  scailte,  d.  baisi  re  toin^  à 
smot,  d.  focliael  a  cubaid,  d.  imrind.,  etc.)  are  exemplified  in  the  Book  0 
Ballimote,  fo.  138a. 

P.  135.  He  renders  the  Hnes 

faelid-sem  eu  ndene  (leg.  ndéne)  dul 
hi  nglen  luch  inna  gerchrub 
by  'he  delights  (er  freut  sich)  in  the  swift  créature  (Geschœpf),  whei 
the  mouse  struggles  [zappelt]  in  his  impetuous  (ungestixmen)  hand'.  Hen 
he  mistakes  the  adj.  jaelid  for  the  verb  failtigedar,  he  confounds  dul 
'a  going'  with  dùil  'a  créature',  and  he  mistranslates  glen,  the  3d  sgj 
près,  indic.  act.  of  glenaim.  The  meaning  is  (as  Windisch  has  seenj 
Rev.  celt.,  V,  1 39)  'Happy  (is)  he  (Pangur  Bân,  the  name,  apparently 
of  a  pet  white  cat)  with  a  swift  motion  [lit.  with  a  going  of  swifiness 
in  which  a  mouse  sticks  in  his  sharp  claw'. 

There  are  other  points  in  which  Prof.  Zimmer,  in  his  eagerness  ti 
attack  his  brother  professor  and  former  teacher,  has  laid  himself  opeii 
to  hurtful  counterblows.  But  I  hâve  said  enough  to  shew  every  one| 

I.  In  line  15  of  the  poem  as  printed  in  Rev.   celtique,   v,  128,  there  is  a  mistake 
oen  lâu  should  be  oenldu,  a  dissyllable. 


Bibliographie.  265 

except,  I  fear,  himself,  how  ill  fitted  he  is,  at  présent,  to  assume  the 
rôle  of  an  infallible  dealer  out  of  scientific  damnation  ;  and  Ileave  him 
with  the  hope  that  he  will  make  his  acquaintance  with  Irish  a  little  more 
accurate  and  extensive,  and  that  he  will  ultimately  attain  to  the  tolé- 
rance, modesty  and  caution  which  generally  come  with  advancing  years 
and  knowledge. 

Whitley  Stokes. 
Simla,  October  6,  1881. 


'  Indices  Glossarum  et  Vocabulorum  Hibernicorum  quae  in  Gram- 
maticae  celticae  editione  altéra  explanantur.  Composuerunt  B.  Gûter- 
;     BOCK  et  R.  Thurneysen,  iv-i$o  p.  gr.  in-8°.  Leipzig,  Hirzel,  1881. 
i     —  Prix  :  7  mk.  (8  fr.  75). 

;■      «  Abondance  de  biens  ne  nuit  pas.  »  Il  nous  semble  que  ce  proverbe 
î  peut  s'adresser  justement  à  une  œuvre  encore  utile  aux  travailleurs,  mais 
'  qui  l'eût  été  davantage  il  y  a  quelques  années.   Le  nombre  de  mots 
irlandais  qui  figurent  dans  la  Grammatica  celtica  de  Zeuss  est  tel  qu'un 
index  de  ces  mots  forme  à  lui  seul  un  lexique  abrégé  de  l'ancien  irlan- 
dais, et  c'est  un  instrument  de  travail  qui  a  longtemps  manqué;  mais 
deux  lexiques  partiels,  celui  de  M.  Windisch  dans  sa  Chrestomathie,  de 
[  M.  Stokes  dans  son  édition  du  Félire,  ont  déjà  commencé  à  combler  cette 
lacune. 

L'index  de  MM.  G.  et  Th.  est  double.  La  première  partie  comprend, 
rangées  selon  la  pagination  des  mss.  originaux,  les  gloses  expliquées 
dans  le  courant  de  la  Grammaire  avec  références  à  toutes  les  pages  où 
elles  sont  soit  partiellement,  soit  intégralement  expliquées.  Les  étudiants 
'  qui  dès  les  premières  pages  de  la  Gr.  C.  rencontrent  dans  les  exemples 
des  gloses  expliquées  seulement  plus  tard  ou  en  plusieurs  endroits,  pour- 

■  ront,  grâce  à  cette  table,  éclaircir  bien  des  obscurités  de  la  première 
heure.  Les  plus  longues  de  ces  gloses  pourraient  même  ainsi  servir  de 
petite  chrestomathie.  Comme  l'ouvrage  se  réfère  à  la  Gr.  C,  les  gloses 
y  sont  données  comme  elles  ont  été  publiées  par  Zeuss  et  Ebel,  quoique 

'  sur  plusieurs  points  leur  lecture  ait  été  amendée  par   des   collations 
.  récemment  publiées. 

On  a  profité  de  ces  corrections  dans  la  2^  partie  qui  comprend  les 
mots  isolés,  classés  alphabétiquement.   La  difficulté  ici  était  de  bien 

■  identifier  et  de  bien  grouper  les  formes  grammaticales,  notamment  en  ce 
qui  concerne  les  verbes  :  MM.  G.  et  Th.  se  sont  acquittés  de  cette  tâche 
avec  une  grande  finesse  de  critique,  et  ils  y  ont  montré  des  qualités  de 


266  Bibliographie. 

philologue  que  nous  espérons  retrouver  bientôt  dans  des  oeuvres  plu; 

personnelles. 

Ce  double  index  représente  une  somme  énorme  de  labeur,  et  il  n'eu' 
fallu  à  ses  auteurs  que  quelques  veillées  de  plus  pour  le  rendre  complet, 
Us  nous  annoncent  en  effet  dans  leur  préface  n'avoir  dépouillé  que  h 
partie  irlandaise  de  la  Grammatica  Celtica.  Il  leur  a  échappé  que  dans  h 
partie  britannique  (notamment  à  la  phonétique  et  à  l'appendice),  Zeus; 
avait  cité  par  manière  de  comparaison  un  certain  nombre  de  mots  irlan- 
dais et  même  des  gloses  qui  ne  se  trouvent  point  dans  la  partie  irlan- 
daise,, p.  ex.  calian  et  cuilén  97  a,  loeg  et  îâib  10^  a,  foirenn  127  b, 
mong  106$  a,  cicce  io66b^  etc.  Quelquefois  même  ces  mots  omis  com- 
plètent les  indications  du  glossaire  de  MM.  G.  et  Th.  ;  ainsi  le  compa- 
ratif îigiu  a  son  positif  dans  le  îiug  de  la  p.  886. 

Un  conte  breton,  récemment  publié  par  M.  Luzel  ',  rapporte  qu'ur 
Jeune  homme  fut  damné,  quoique  dévot,  parce  qu'une  nuit  il  était  tombé 
dans  le  péché  et  qu'il  s'était  couché  sans  faire  sa  prière  ;  et  il  était  mon, 
cette  nuit-là  même.  Malgré  ce  précédent,  nous  ne  damnerons  poini' 
MM.  Gùterbock  et  Thurneysen  pour  leur  négligence  accidentelle;  maisj 
nous  estimons  que  ce  'péché  d'omission'  mériterait  une  courte  station  en 
purgatoire. 

H.  G. 

Groupement  des  populations  de  l'Armorique  d'après  la  termi-; 
naison  des  noms  de  lieux,  par  le  comte  Régis  de  l'EstourbeillonJ 
(Extrait  du  Bull,  de  la  Soc.  arch.  de  Nantes,  t.  XIX),  25  p.  in-8"  et 
I  carte.  Paris,  Champion,  1881.  —  Prix  :  3  fr. 

M.  de  l'Estourbeillon  part  du  fait  que  les  noms  de  lieu  en  -ec  ne' 
prennent  pas  de  terminaison  latine,  dans  les  chartes  et  documents  latins,] 
pour  soutenir  que  le  pays  où  se  rencontrent  ces  noms  est  toujours  resté! 
celtique.  La  zone  des  noms  en  -eue  -ac  serait  une  zone  mixte  ;  la  zone 
où  -ac  est  devenue  -y  -e  serait  purement  gallo-romaine.  Toute  la  thèse 
de  M.  de  l'Estourbeillon  repose  sur  une  erreur  de  chronologie.  Le  suf- 
fixe -ec  n'est  autre  chose  que  -eue  -oc  -ac.  La  forme  gauloise  était  -Ticu. 
Devenu  -oc  en  Armorique  dès  le  vi^  siècle,  au  xiii"  il  se  transforme  en 
-eue  et  en  -ec.  On  trouve  aussi  quelquefois  vers  le  xi'^  siècle  -uc.  L'his- 
toire du  suffixe  -MO  est  présentée  avec  beaucoup  de  méthode  dans  les 
Etudes  grammaticales  sur  les  langues  celtiques  de  M.  d'Arbois  de  Jubain- 
ville  pp.  1 5-27.  Tout  n'est  pas  dit  cependant  sur  ce  point.  On  va  beau- 

1.  Luzel  :  Légendes  chrétiennes  de  la  Basse-Bretagne,  t.  11,  p.  144. 


Bibliographie.  267 

coup  trop  loin,  en  supposant  que  tous  les  noms  de  lieu  en  -ac  en  Armo- 
rique  sont  d'origine  gallo-romaine.  On  pourrait  citer  plus  d'un  village 
dont  on  ne  trouve  pas  trace  avant  le  xv*  ou  le  xvi''  siècle  et  dont  la 
terminaison  est  en  -ac.  Il  nous  est  difficile  de  voir  dans  des  noms  comme 
Radenac  à  côté  de  Radenuc  et  Radenec  des  noms  gallo-romains.  Pont- 
Guéhénac  est  certainement  un  nom  d'origine  bretonne. 

Aujourd'hui,  en  bas-vannetais,  les  noms  en  -ac  se  prononcent  -èc 
avec  l'accent  sur  la  dernière.  Dans  les  noms  en  -ec,  Ve  est  muet  et  ne 
porte  pas  l'accent.  Y  a-t-il  là  un  phénomène  analogue  à  celui  qui  s'est 
produit  en  comique,  où  nous  trouvons,  au  moyen  âge,  marrak  et  gwarac 
pour  marhec  et  gwarec?  Le  suffixe  s'est-il  dédoublé  en  vannetais?  Un 
point  reste  acquis,  c'est  que  les  noms  de  lieu  en  -ac,  en  Armorique, 
dérivés  des  noms  d'homme,  et  non  précédés  de  termes  bretons  comme 
p/ou,  tref,  ker,  etc.,  sont  d'origine  gallo-romaine  :  le  travail  de  M.  d'Ar- 
bois  de  Jubainville  ne  laisse  aucun  doute  à  cet  égard.  Il  reste  à  détermi- 
ner parmi  les  autres  ceux  qui  peuvent  être  revendiqués  par  les  Bretons. 

Les  noms  en  -eue  sont  intéressants  à  un  autre  point  de  vue.  Nous 
savons  que  le  suffixe  -âco  est  devenu  -eue  vers  le  xiii^  siècle.  Or,  les 
noms  en  -eue  se  retrouvent  surtout  en  pays  gallo  :  il  semble  donc  que  le 
breton  ait  complètement  disparu  de  ce  pays  dès  cette  époque.  Le  suffixe 
-aco  y  est  resté  figé  sous  cette  forme  et  n'a  pas  eu  le  temps  d'y  devenir 
-ec.  Quoi  qu'il  en  soit,  on  voit  que  la  question  des  noms  de  lieu  n'est 
pas  encore  complètement  vidée,  et  nous  serions  heureux  de  voir  M.  de 
l'Estourbeillon  porter  de  nouveau  de  ce  côté  ses  efforts  et  sa  pénétra- 
ition. 

Ce  qui  a  manqué  à  M.  de  l'Estourbeillon,  comme  à  la  plupart  de  nos 
compatriotes,  c'est  la  connaissance  historique  de  la  langue  bretonne.  Il 
lui  sera  maintenant  facile  de  combler  cette  lacune  :  il  lui  suffira  de  par- 
courir le  travail  de  M.  d'Arbois  de  Jubainville  sur  la  phonétique  et  la 
dérivation  bretonnes. 

J.  LOTH. 

Études  grammaticales  sur  les  langues  celtiques,  par  H.  d'Arbois 
DE  Jubainville,  correspondant  de  l'Institut.  —  Première  partie.  — 
Introduction.  Phonétique  et  dérivation  bretonnes.  Paris,  F.  Vieweg, 
1881.  1  vol.  in-8°,  pp.  xv-i22*-69. 

Ces  69  dernières  pages  comprennent  deux  intéressants  articles  extraits 
•des  Mémoires  de  la  Société  de  linguistique  de  Paris  (t.  IV).  Il  a  été  question 
du  premier  plus  haut  [Rev.  celt.  IV,  465)  ;  j'ajouterai  ici  deux  obser- 
vations. 


208  Bibliographie. 

Le  breton  kroz,  réprimande,  identifié  au  gallois  cerydd^  reproche  (p.  8) 
répond  mieux  à  cwys-edd,  dispute,  comme  le  montre  sa  variante  kros 
cerydd  est  le  bret.  moyen  carez,  vannetais  kare,  f.,  reproche,  mal 
propos  corrigé  par  M.  Troude  en  gare,  m. 

Le  mot  beli,  puissance  [juridiction],  assimilé  au  gall.  bri  (p.  23),  vien 
sans  doute  du  vieux  français  baillie,  baylye^  balie,  bas-latin  balia,  car  01 
ne  peut  pas  le  séparer  de  belly^  g.  baillif,  1.  bailliuus,  Catholicon;  cf 
belli,  puissance,  baillif,  P.  Maunoir.  Le  substantif  armoricain  correspon 
dant  au  gall.  bri,  honneur_,  rang  (v.  irl.  brig,  valor  Z^  21  ;  auctorita, 
917;  cf.  Gluck,  Kelt.  Nam.  pp.  126-127;  et  les  Beitr.  zur  Kunde  de] 
indog.  Spr.,  III,  165),  se  trouve  en  vannet.  :  bri,  «  égard  »,  considération 
(L'A.),  cf.  na  zouguet  bri  d^é  innoçance,  vous  n'avez  pas  égard  à  soi. 
innocence,  p.  35  des  Sîationeu  hiir  Salvér...  laçait  é  berhonec  dre  C.  V 
Cillart,  person  a  Guergam.  Vannes,  chez  Galles,  1829.  C'est  le  corniqu 
bry,  par  ex,  dans  a  neze  na  wre  vry,  of  them  he  made  no  account,  Pasc 
26,  2.  Cf.  le  moy.  bret.  bry  dans  l'expression  men  bry,  mem  bry  (sur 
ma  foi,  d'où  ebry  U..  ].  185  son  assurance,  sa  promesse. 

L'autre  article  (pp.  3) -69)  contient  les  suffixes  nominaux  du  léonnai 
moderne,  rangés  par  ordre  alphabétique,  avec  la  restitution  des  forme 
primitives.  C'est  un  travail  excellent,  où  se  trouvent  cependant  un  peti 
nombre  d'explications  contestables. 

Ainsi  damant  pitié,  soin,  souci,  rapporté  au  suffixe  -ahî  {^.  41)  vien 
du  verbe  damahti  avoir  souci,  plaindre,  soigner,  qui  lui-même  est  li 
vieux  franc,  se  démenter,  se  plaindre  (vannet.  demantein,  id.),  normanc 
s' démente  s'occuper,  s'inquiéter  (joret)  du  bas-latin  dementare,  rendn 
furieux. 

De  même  les  mots  hiboud  murmure,  et  hirvoud  gémissement,  considé-' 
rés  (p.  63)  comme  dérivés  du  même  suffixe  que  gall-oud  puissance,  son! 
plutôt  des  composés  du  mot  bret.  boud  bourdonnement.  Hiboud  (mieu;] 
iboud)  semble  être  pour  "imboud,  de  même  que  ibouda  vient  de  imbouda 
aussi  usité,  du  lat.  *impotare,  comme  le  fr.  enter.  Hir-voud  signifii 
littéralement  'long  murmure'.  Cf  Cath.  boudai  {Rev.  celt.  1,  398)' 
'g.  bondier,  1.  bombizare',  le  même  (comme  kouvlet  =  convié)  que  notn 
fr.  bondir,  encore  employé  au  sens  étymologique  par  V.  Hugo  dans  le: 
Orientales  (Mazeppa)  : 

Et  quand  il  passera,  ces  hommes  de  la  tente, 
Prosternés,  enverront  la  fanfare  éclatante 
Bondir  autour  de  lui. 

Des  6  chapitres  d'introduction  qui  forment  la  partie  nouvelle  de  l'ou-, 
vrage,  le  2"  intitulé  'Les  lettres  primitives  du  breton  par  ordre  alphabé-; 


Bibliographie.  269 

j  tique'  (pp.  5o*-6o')  et  le  6«  'Les  suffixes  bretons  dans  l'ordre  alphabé- 
tique des  sons  primitifs'  (pp.    i04*-i22*)  sont  un  fort  utile  résumé  en 
même  temps  qu'un  complément  instructif  des  deux  mémoires  qui  suivent. 
,  Etudiés  ainsi  successivement  aux  deux  termes  de   la  série,   les   faits 
s'éclairent  les  uns  par  les  autres,  et  se  classent  mieux  dans  l'esprit.  — 
,  C'est,  Je  crois_,  par  suite  d'une  inadvertance  qu'on  lit  p.  109*  que  «  les 
;  noms  de  contenu  bretons  en  -ad  n'ont  pas  d'analogues  dans  le  reste  de 
I  la  famille  celtique  ».  Car  le  gall.  moy.  a  -eiî,  -eyî,  aujourd'hui  -aid  (Z.» 
1840,841). 

Le  chap.  i",  'Notions  générales  et  exemples  de  phonétique  celtique' 
;  (pp.  i*-5o*),  est  une  étude  sur  différents  mots  gaulois,  et  sur  les  dentales 
]  spirantes  en  breton.  Le  savant  auteur  fait  l'histoire,  entre  autres,  du 
,  suffixe  -âco-s,  devenu  en  breton  du  vi'^  siècle  au  xiii^  oc  (quelquefois  uc) 
et  du  xin«  siècle  à  nos  jours  ec  (p.  24*),  Cette  chronologie  linguistique, 
comme  toutes  celles  qui  résultent  seulement  d'un  petit  nombre  de  témoi- 
gnages écrits,  n'est  point  absolue  :  la  forme  -ok  est  encore  de  nos  jours 
très  vivante,  en  bas  Léon  surtout.  De  même,  on  lit  p.  43*  :  «  C'est  ... 
^  au  xiii"  siècle  que  le  d  médial  s'est  changé  en  z  ».  Ce  changement  n'est 
pas  encore  partout  un  fait  accompli  ;  de  là  vient  que  le  d  initial  est  sou- 
ivent  aussi  gardé  intact  en  Tréguier,  et  que  le  P.  Maunoir  a  écrit 
[  (comme  le  remarque  M,  d'A.  de  J.,  p.  81  ')  cals  a  dour,  beaucoup  d'eau, 
da  derc'hel,  te  tenir,  etc.  Les  mots  féminins  précédés  de  l'article  ne 
changent  leur  d  initial  en  z  que  par  une  exception  très  rare  :  eur 
'Zavalen,  une  vallée,  Mur  (et  même  er  zourn,  la  main,  presqu'île  de  Batz), 
cf.  ur  zraizeen^  une  ronce...,  et  dùart,  noirâtre,  fém.  ur  zùardel  (dict. 
;de  Châlons). 

I  Le  chap.  III  (pp.  61 '-82*]  traite  des  'consonnes  initiales  muables'.  Il 
contient  beaucoup  d'observations  très  importantes  et  très  justes  sur  ce 
curieux  sujet.  Seulement  l'exemple  baz  deo,  gros  bâton,  pour  baz  teo 
(p.  62*),  quoique  emprunté  à  Le  Gonidec,  n'est  pas  heureusement 
choisi.  M.  Troude  a  signalé  cette  erreur  relative  [Nouv.  dict.  franc. -bret., 
pp.  16,  17,  604),  et  M.  l'abbé  Hingant  a  formulé  dans  sa  Grammaire 
\breî.^  p.  45,  la  règle  suivante,  qui  avait  échappé  à  Le  Gonidec  :  «  Les 
noms  dont  la  finale  n'est  pas  ...  /,  m,  n,  r  ou  une  voyelle,  ...  ne  font 
jamais  varier  les  initiales  k,  p.,  t.  »  Jamais  est  trop  absolu  ;  mais  il  est 
certain  que  l'on  suit  généralement  cette  règle  dans  l'usage.  Les  puristes 
bretons  n'y  manquent  point,  et  ils  ont  raison.  Il  se  passe  en  comique 
:un  phénomène  analogue,  étudié  par  Ebel  dans  les  Beiîrsge  de  Kuhn, 

y,  183-4. 

Enfin  le  chap.  IV  (pp.  83"-96*)  parle  de  la  chute  du  p  indo-européen 
Rev.  Celt.  V  1 8 


270  Bibliographie. 

en  celtique,  et  le  ch.  V  des  explosives  celtiques  comparées  à  celles  de; 
langues  voisines.  Je  remarquerai  à  ce  propos  la  singulière  division  Pe/j-, 
noo-vindos  (pp.  93*  et  94*),  qui  se  retrouve  encore  pp.  77*,  78*  eij 
H  5  *.  Ce  nom  étant  écrit  en  caractères  grecs  sur  la  monnaie  qui  nous! 
l'a  fait  connaître  [Rev.  celt.  l,  2Ç)-j)  doit  se  décomposer  ainsi  :  newo-j 
outvBoç,  c'est-à-dire  en  caractères  romains  :  Penno-vindos,  cf.  OùivS6i;.a'j 
Yoç  (Ptolémée  cité  par  M.  Desjardins,  Géographie  de  la  Gaule  romaine.\ 
II,  220). 

Le  développement  de  ces  critiques  de  détail  m'a  entraîné  trop  loir 
pour  que  je  puisse 'parler  tout  au  long  des  idées  neuves  et  des  décou- 
vertes que  renferme  ce  livre.  Il  faudrait  signaler,  par  exemple,  le  sor; 
du  dd  gallois  retrouvé  en  vannetais  actuel  (p.  46*),  l'ingénieuse  théoriti 
du  changement  en  breton  des  fortes  en  aspirées  (p.  72*),  l'applicatior! 
du  principe  d'analogie  aux  mutations  initiales  (pp.  64*,  73*),  l'étymologit} 
du  bas-lat.  peîia,  pièce,  par  une  forme  gauloise  du  thème  cjuoîi-,  v.  irl! 
cuit,  part,  cf.  lat.  quotus,  bret.  ped,  combien  (p.  56'),  etc.  L'ouvrage! 
d'ailleurs,  s'impose  tout  entier  à  l'étude  des  celtologues,  qui  en  atten-j 
dront  impatiemment  la  continuation. 

Emile  Ernault. 


Telyneglon,  ar  destunau  amrywiol,  gan  Daniel  Silvan  Evans,  S 
T.  B.;  ail  argrafiad,  gyda  chwanegion,  63  p.  in-12,  Aberystwyth 
John  [sic!]  Morgan,  1881. 

M.  Silvan  Evans  n'est  pas  seulement  un  des  savants  dont  s'honore  1( 
plus  la  littérature  galloise  contemporaine  ;  c'est  aussi  un  lettré  et  ur 
poète  au  goût  délicat.  Au  sortir  du  collège,  en  1846;,  il  publiait  un  peti' 
volume  de  vers,  poésies  originales  et  traductions  de  l'allemand  ou  di, 
grec  (surtout  d'Anacréon).  C'est  ce  petit  livre  qu'après  trente-cinq  ans  i 
réimprime  avec  quelques  additions. 

Notre  meilleur  moyen  de  l'annoncer  est  d'en  citer  un  morceau,  ei 
nous  choisissons  de  préférence  une  traduction  pour  que  le  lecteur  puissf 
mieux  juger  de  la  richesse  et  de  la  flexibilité  de  la  langue  galloise.  C'esii 
le  Roi  de  Thulé  de  Goethe  dont  M.  Evans  a  pour  la  circonstance  fait  ur 
roi  de  Mona,  lui  donnant  ainsi  de  toute  manière  des  lettres  de  grande 
naturalisation.  Autant  que  nous  pouvons  juger  deux  langues  qui  nous 
sont  toutes  deux  étrangères,  la  version  galloise  a  l'harmonie  et  la  simpli- 
cité qui  font  la  grâce  de  l'original  allemand. 


Bibliographie.  271 

Y  CWPAN  AUR 

Oedd  brenin  gynt  ym  Mona, 

Gwir  ffyddlawn  drwy  ei  oes  : 
l'r  hwn  ei  Fun  wrth  farw 

Hardd  gwpan  aur  a  roes. 
Ni  feddai  ddim  mwy  gwerthfawr, 

Dyspyddid  ef  bob  gwledd  ; 
Ond  llifai  ei  lygaid  drosodd 

Bob  tro  y  profai  'r  medd. 

Pan  nesodd  awr  ei  farw, 

Yr  oU  o'i  deyrnas  gain 
A  roes  i'w  etifeddion,  — 

I  neb  y  cwpan  glain. 
Eisteddai  mewn  gwledd  freiniawl 

Mewn  castell  uwch  y  raôr, 
Yn  rhwysgfawr  lys  ei  dadau, 

A'i  ddugiaid  iddo'n  gôr  ; 

Y  teyrn  gan  sefyll  yfai 

Dân  olaf  bywyd  lion  ; 
A  thaflai  'r  cwpan  santaidd 

Draw,  draw,  i'r  ferwawg  don. 
Èdrychai  arno'n  disgyn, 

Bwrlymu,  suddo  i'r  gwy  ; 
Nos  daenodd  dros  ei  lygaid, 

Nid  yfodd  ddefhyn  mwy  ! 

■  Et  maintenant,  puisse  M.  S,  Evans  trouver  bientôt  un  éditeur  à  ce 
'dictionnaire  de  la  langue  galloise  auquel  il  travaille  depuis  tant  d'années! 
On  nous  dit  que  la  Clarendon  Press  d'Oxford  annonce  l'intention  de  s'en 
charger.  Ce  serait  un  service  rendu  aux  études  celtiques  ;  car  nous 
attendons  encore  un  bon  dictionnaire  gallois.  H.  G. 

Revista  d'Ethnologia  e  de  Glottologia.  Estudos  e  notas  por  F. 
Adolpho  CoELHO,  professer  de  sciencia  de  langagem  no  curso  supe- 
rior  de  letras.  Fasc.  I-III,  144p.  in-8.  Lisboa,  typographiauniversal, 
1880-1881. 

Cette  revue,  rédigée  par  M.  Coelho  seul,  débute  par  un  «  programme 
;  d'études  d'ethnologie  péninsulaire  »  tracé  avec  une  excellente  méthode. 


272  Bibliographie. 

M.  C.  y  fait  entrer  les  traditions  et  les  usages  populaires  à  côté  de  ce!| 
objets  matériels  auxquels  on  réserve  souvent  d'une  façon  abusive  le  nonj 
d'antiquités.  La  variété  des  sujets  traités  dans  cette  revue  montre  ur 
homme  également  compétent  dans  des  études  d'ordre  divers. 

Un  article  sur  le  nom  de  Citania,  où  l'on  a  découvert  de  si  curieuse; 
antiquités  (cf.  Revue  celtique,  t.  IV,  p.  279)  montre  les  difficultés  quj 
entourent  la  toponomastique,  surtout  quand  on  croit  pouvoir  tou 
expliquer  avec  des  mots  ramassés  dans  les  dictionnaires  celtiques 
D'abord  on  ne  sait  d'où  vient  ce  nom  de  Citania,  ni  s'il  est  anciei 
ni  s'il  est  moderne.  S'il  est  ancien,  il  est  la  déformation  d'une  form(| 
primitive  que  nous  ne  possédons  pas  et  en  l'absence  de  laquelle  nous  ni 
pouvons  rien  dire.  A  posteriori,  M.  C.  montre  qu'une  étymologie  par  b 
gallois  cwt,  pi.  cyîidu  est  sans  valeur,  puisque  le  gallois  a  pris  ce  mot . 
l'anglais  cot.  Nous  voudrions  voir  cet  article  traduit  en  français  pou 
l'édification  des  savants  qui,  sans  être  philologues  de  profession,  croien, 
pouvoir  expliquer  tous  les  noms  de  lieu.  M.  C.  est  sévère  pour  sel 
compatriotes  portugais  et  aussi  pour  les  Espagnols,  auxquels  il  déclar 
que  tout  ce  qui  a  été  écrit  jusqu'ici  dans  la  péninsule  sur  son  ancienn 
onomatologie  est  «  entièrement  dépourvu  de  méthode  ».  Pour  peu  qu 
M.  C.  fasse  école,  il  n'en  sera  plus  de  même  à  l'avenir. 

Mais  la  plus  grande  partie  de  ces  fascicules  est  occupée  par  le  com 
mencement  d'un  calendrier  populaire.  M.  C.  donne  d'abord  les  usage 
portugais,  puis  un  commentaire  comparatif  et  souvent  explicatif.  Comm 
dans  ce  commentaire  il  donne  ses  citations  dans  les  langues  originale! 
(français,  anglais,  allemand,  etc.),  son  travail  peut  être  utile,  même 
ceux  qui  lisent  difficilement  le  portugais.  Le  chapitre  sur  Noël  est  parti 
culièrement  intéressant,  non  qu'on  ne  puisse  y  ajouter  (tant  la  matièr 
est  infinie!),  mais  parce  que  M.  C.  y  donne  le  principal,  et  cherche 
retrouver  les  origines  avec  un  sentiment  exquis  de  l'histoire.  Il  montr 
très  justement  les  origines  payennes  de  la  fête  de  Noël,  sortant  d'u 
syncrétisme  auquel  concouraient  également  la  fête  de  Mithra  et  l'antiqu' 
tradition  du  solstice  d'hiver. 

M.  C.  est  à  lui  seul  toute  une  académie,  et  nous  désirons  vivement  1 
voir  continuer  sa  très  utile  publication.  H.  G. 

J.  Costa.  Poesia  popular  espanola  y  mitologia  y  literaturi| 
celto-hispanas.  —  viii-500  p.  in-8.  Madrid,  iniprenta  de  la  Revist, 
de  legislacion.  1881. 

Nous  regrettons  que  notre  inexpérience  de  la  langue  espagnole  n 
nous  ait  pas  permis  de  consacrer  à  cet  ouvrage  l'étude  qu'il  mérite  pa 


Bibliographie.  273 

;on  étendue,  par  les  recherches  de  l'auteur  et  par  le  sujet  traité.  Après 
•/être  occupé  de  la  poésie  populaire  espagnole,  M.  C.  dans  la  plus 
rrande  partie  de  ce  volume  a  essayé  de  synthétiser  tout  ce  que  les  ins- 
:riptions  hispano-romaines  peuvent  nous  apprendre  sur  les  mœurs,  les 
nstitutions  et  la  religion  des  anciens  habitants  de  la  Péninsule.  Le  savant 
îspagnol  avait  publié  par  avance  quelques  passages  de  ce  livre  dans  une 
orochure  dont  nous  avons  précédemment  rendu  compte  (t.  IV,  p.  282)  ; 
nais  nous  regrettons  d'avoir  à  répéter  les  réserves  que  nous  exprimions 
ilors  sur  des  étymologies  aventurées  ou  douteuses  ;  c'est  là  le  côté  faible 
le  son  œuvre. 

L'Espagne  a  dans  les  débris  de  son  passé  bien  des  matériaux  précieux 
oour  l'histoire,  et  nous  sommes  heureux  de  voir  des  savants  espagnols, 
ie  jour  en  jour  plus  nombreux,  travailler  à  les  mettre  en  œuvre  et  inté- 
•esserà  ces  questions  le  public  d'Outre-Pyrénées;  mais  nous  ne  saurions 
rop  leur  recommander  de  s'attacher  aux  sévères  méthodes  de  la  critique 
philologique. 

H.  G. 


Société  Polymathique  du  Morbihan.  Catalogue  du  Musée  archéolo- 
gique, par  M.  J.-M.  Le  Mené,  chanoine,  conservateur  du  Musée.  72  p.  in-8 
-  et  3  planches.  Vannes,  imprimerie  Galles,  1881.  Prix  :  1  fr. 

De  nos  divers  musées  de  province,  celui  de  Vannes  est  un  des  plus  riches  en 
)bjets  préhistoriques.  Ces  objets  y  sont  classés  par  ordre  de  fouilles,  ce  qui  en 
•end  l'étude  plus  systématique.  L'époque  gallo-romaine  n'a  guère  fourni  que  des 
)bjets  en  bronze  et  en  terre  cuite  analogues  à  ceux  que  l'on  rencontre  ailleurs, 
^e  catalogue  de  M.  Le  Mené  (auquel  on  pourrait  peut-être  reprocher  d'être  un 
oeu  succinct)  fournit,  grâce  à  l'ordre  adopté  dans  le  Musée,  comme  un  inven- 
aire  résumé  des  fouilles  dont  s'est  formée  la  collection  de  Vannes.  Trois 
)lanches  représentent  les  principaux  types  d'armes  et  de  vases. 

Le  culte  chez  les  Pictons  d'après  les  inscriptions  gallo-romaines,  par 
M.  de  la  Ménardière,  président  de  la  Société  des  antiquaires  de  l'Ouest. 
31  p.  in-8''.  Poitiers,  1881.  —  Discours  prononcé  à  la  Société  des  anti- 
quaires de  l'Ouest,  et  qui  se  lit  avec  grand  intérêt. 

2aer  Pensauelcoit,  a  long  lost  Unromanised  British   Metropolis.  A  Re- 

■  Assertion  Occasioned  by  Two  Reports  of  an  Exploration  Committee  of  The 

Somersetshire  Archaeological  and  Natural  History  Society  ...  by  the  Author 

of  the  Assertion  «  A  Primseval  British  Metropolis  »,  with  a  Sketch  Map. 

London,  Reeves  and  Turner,  1882,  45  p.  in-S". 

—  A  la  fin  du  t.  VIII  des  Actes  de  la  Société  philologique  (Alençon,  1881), 
vl.  de  Charencey  compare  au   celtique  plusieurs  mots  basques.  Ces  sortes  de 


274  Bibliographie. 

problèmes  ont  un  élément  indéterminé,  puisqu'on  n'a  pas  la  forme  ancienne  i. 
mots  basques;  c'est  une  raison  de  plus  de  contrôler  sévèrement  l'autre  ter) 
de  comparaison.  Les  mots  «  bretons  »  pelu,  naviguer  à  l'entour,  et  kouch\ 
peu,  résultent  de  quelque  méprise.  —  Le  correspondant  armoricain  du  basci 
izokin^  saumon,  n'est  pas  glizik,  mais  eok,  lat.  esox.  —  Le  rapport  (indire  i 
du  basq.  iratze^  fougère,  avec  le  bret.  raden  est  au  moins  très  probable.  Pai 
les  quelques  rapprochements  de  ce  genre  qui  semblent  à  l'épreuve  de  la  pho  • 
tique,  je  citerai  encore  celui-ci  :  basq.  arhan,  prune,  irl.  airne^  écossm  airnd 
bret.  irinen  (prunelle),  sanskrit  arani,  premna  spinosa. 

E.  Ernault. 

The  Pursuit  of  Diarmuid  and  Grainne.  Part.  II.  xl-63-i94  p.  in- 
Dublin, Gill,  1881.  —  Prix  :  1  s.  6  d.  (1  fr.  90). 

Ce  volume  forme  la  suite  des  publications  de  la  Société  pour  la  conservât 
de  la  langue  irlandaise  dont  nous  avons  parlé  précédemment  (t.  IV,  p.  457 
sq.).  La  légende  de  Diarmuid  et  de  Grainne  qui  est  publiée  ici  est  un  texte 
langue  moderne  destiné  non  à  l'édification  des  philologues,  mais  à  l'instruct 
des  Irlandais  qui  veulent  étudier  leur  langue  nationale  comme  une  lan< 
vivante.  Le  texte  et  la  traduction,  dus  à  M.  Standish  0'Grady,sont  réimprin 
des  Transactions  de  la  Société  Ossianique,  avec  l'addition  d'un  glossaire. 

A  ce  volume  est  annexé  un  rapport  sur  les  progrès  faits  par  la  Société  r 
seulement  en  Irlande,  mais  aussi  à  l'étranger.  «  En  Amérique,  l'étude  de  l'irl. 
dais  est  poursuivie  avec  le  plus  grand  enthousiasme  et  le  plus  grand  suce 
Nous  apprenons,  d'après  les  rapports  qu'on  nous  fait  des  cours  et  des  socié 
irlandaises,  qu'on  voit  des  jeunes  gens  américains,  allemands  et  hébreux  s'; 
seoir  à  côté  des  jeunes  Irlandais  et  apprendre  la  langue  irlandaise  uniquem  . 
pour  ses  mérites  littéraires....  Il  est  aussi  digne  de  remarque  que  des  journa- 
imprimés  en  espagnol  aux  pieds  des  Andes  contiennent  des  annonces  en  irlsj 
dais.  »  Une  branche  de  la  Société  vient  de  se  constituer  en  Australie  et  pron 
d'y  jeter  de  nombreux  rameaux.  Tout  cela  est  magnifique. 

Macbeth,  édition  classique,  par  M.  James  Darmesteter,  docteur  ès-lettr 
directeur-adjoint  à  l'École  des  Hautes-Études,  xciv-172  p.  in-12,  Par 
Delagrave,  1881. 

La  légende  qui  forme  le  fond  du  Macbeth  de  Shakespeare  est  une  légende 
l'Ecosse  celtique.  A  ce  titre,  nous  croyons  pouvoir  signaler  ici  et  nous  recoi 
mandons  vivement  au  lecteur  français  l'excellente  édition  que  M.  D.  vient 
donner  du  grand  drame  shakespearien.  Introduction  exquise  sur  le  génie 
l'œuvre  de  Shakespeare,  texte  établi  avec  une  minutieuse  critique,  histoire  de 
légende,  et  histoire  de  la  pièce,  tout  est  digne  d'un  aussi  grand  sujet.  Notcj 
aussi  que  M.  D.  est  le  premier  à  introduire  en  France  les  résultats  auxquels  I 
critique  anglaise  est  arrivée  depuis  quelques  années  en  suivant  les  progrès 
les  variations  du  poète  dans  les  modifications  de  la  langue  et  du  rhythme. 


Bibliographie.  275 

A.  NuTT.  The  Aryan  Expulsion  and  return-formula  in  the  Folk 
and  Hero  Taies  of  the  Celts,  44  p.  in-S"  (Reprinted  from  the  Folk- 
Lore  Record,  vol.  IV).  London,  May  1881.  —  Intéressante  étude  de  mytho- 

f   graphie  comparée. 

A.  DE  Charencey.  Le  Fils  de  la  Vierge.  28  p.  in-8.  Havre,  1879.  — 

*  Les  traditions  relatives  au  Fils  de  la  Vierge.  40  p.  in-8.  Paris, 
\  1881. 

Dans  ces  deux  curieuses  brochures,  M.  de  Charencey  s'est  efforcé  de  réunir 
!  les  principales  traditions  concernant  le  héros  sauveur^  le  libérateur  que  bon 
lombre  de  peuples,  tant  de  l'ancien  que  du  Nouveau-Monde,  se  figuraient 
iomme  né  ou  devant  naître  d'une  vierge  ».  Les  conceptions  ou  naissances  mer- 
eilleuses  se  rencontrent  aussi  fréquemment  dans  les  traditions  celtiques,  et  aux 
exemples  si  nombreux  réunis  par  M.  de  Ch.,  nous  pourrions  ajouter  saint 
\idan  ou  Maedoc  (31  janvier)  né  d'une  étoile  tombée  dans  la  bouche  de  sa 
'lère  endormie.  —  Un  incident  analogue  est  fréquent  dans  les  contes  popu- 
îires  :  M.  de  Ch.  le  trouvera  encore  dans  les  Contes  grecs  publiés  par 
H.  Legrand^  p.  ni,  et  dans  les  Légendes  chrétiennes  de  la  Basse-Bretagne  de 
'î.  Luzel,  t.  I,  p.  45  et  60. 

!,ugène  Rolland.  Faune  populaire  de  la  France,  t.  IV.  Les  mammi- 

*  fères  domestiques,  première  partie,  xij-275  p.  in-8°.  Paris,  Maisonneuve, 
'  1881.  —  Suite  d'un  ouvrage  dont  nous  avons  plusieurs  fois  parlé.  Ce  volume 
!  traite  du  chien,  du  chat,  du  cheval,  de  l'âne  et  du  mulet. 


Jmanach  des  traditions  populaires.  Première  année,  1882,  118  p. 
|in-i8.  Paris,  Maisonneuve,  1882. 

i  Ce  charmant  almanach,  publié  par  M.  E.  Rolland,  «  est  destiné  à  servir  de 
«n  entre  les  personnes  du  monde  entier  qui  s'occupent  de  la  science  des  tradi- 
ons  populaires  »,  et  que  M.  R.  appelle  du  nom  (nouveau  en  français)  de 
olkloristes.  Ce  volume  comprend  ;  r  un  calendrier  populaire  pour  1882  :  un 
,:rtain  nombre  de  saints  guérisseurs  y  sont  indiqués  à  leur  date,  mais  comme 
t  culte  de  ces  saints  est  souvent  local,  il  faudrait  marquer  la  région  ;  2°  les 
iresses  des  Folkloristes;  3°  la  bibliographie  des  ouvrages  spéciaux  publiés 
jjns  ces  derniers  temps  ;  4°  des  chansons  populaires  recueillies  dans  les  envi- 
ons de  Lorient  ;  plusieurs  sont  données  avec  la  musique.  Elles  sont  toutes  en 
ançais,  sauf  une  en  breton.  Dans  la  traduction  de  cette  dernière,  p.  1 1 1,  1.  10, 
.faut  lire  :  de  dix-sept  ou  dix-huit  ans. 

H.- G. 


NÉCROLOGIE. 

M.  James  Miln,  mort  à  Edimbourg  le  26  janvier  1881,  à  l'âge  de  62  a: 
Cet  amateur  écossais  avait  fait  à  Carnac  des  fouilles  dont  il  a  consigné 
résultat  dans  un  magnifique  ouvrage  (cf.  Rev.  celt.,  t.  III,  p.  495). 

—  Mgr  Jean  Mac-Hale,  archevêque  de  Tuam,  dans  le  Connaught,  est  ni< 
le  6  novembre  1881  à  l'âge  de  90  ans.  Quelques  années  auparavant,  il  avi 
célébré  le  50''  anniversaire  de  sa  consécration  épiscopale.  On  l'appelait  famil' 
rement  a  le  grand  Jean  de  l'Ouest  n,  et  aucun  prélat  n'était  plus  aimé  du  peu: 
irlandais,  parce  qu'à  ses  vertus  privées  Mgr  Mac-Hale  joignait  un  ardr 
amour  de  l'Irlande.  C'est  dans  son  diocèse  seul,  et  par  sa  volonté,  que  l'éti! 
de  l'irlandais  s'était  maintenue  dans  les  séminaires  et  dans  les  écoles  calholiqui' 
dans  le  dernier  quart  du  siècle,  il  avait  trouvé  pour  cette  œuvre  patriotique 
collaborateur  zélé  dans  M.  l'abbé  Ulick  Bourke.  Mgr  Mac-Hale  peut  ê 
regardé  comme  le  dernier  des  Irlandais  qui  ait  écrit  sa  vieille  langue  nationa: 
Il  avait  traduit  en  vers  irlandais  les  six  premiers  chants  de  l'Iliade  d'Homère; 
les  Mélodies  irlandaises  de  Thomas  Moore  (une  nouvelle  édition  de  ce  dern 
ouvrage  vient  d'être  publiée  à  New-York).  Il  a  aussi  écrit  une  traduction  irli 
daise  de  la  Genèse  et  une  ode  irlandaise  à  l'Immaculée-Conception  datée 
Rome  même,  le  jour  où  le  nouveau  dogme  y  fut  proclamé.  H.  G. 


CHRONIQUE. 


Par  décret  en  date  du  3  janvier  1882,  une  chaire  de  philologie  celtique  a 
créée  au  Collège  de  France,  et  confiée  à  M.  d'Arbois  de  Jubainville,  dont 
savoir  et  les  travaux  sont  bien  connus  de  nos  lecteurs. 

Voilà  maintenant  sur  le  continent  d'Europe  quatre  cours  réguliers  de  philo 
gie  celtique:  1°  M.  Windisch  à  l'université  de  Leipzig;  2°  M.  Zimmer 
l'université  de  Greifswald  ;  3°  notre  enseignement  à  l'École  des  Hautes  Étud( 
4°  celui  que  M.  d'A.  de  J.  va  inaugurer  au  Collège  de  France.  —  Ces  dt 
derniers  à  Paris. 

Pour  être  complet,  nous  devons  ajouter  le  cours  occasionnel  que  M.  Scb: 
chardt,  à  l'université  de  Graz  en  Autriche,  avait  annoncé  pour  cet  hiver  ; 
l'ancien  celtique.  Nous  souhaitons  grandement  que  ce  brillant  et  charm; 
esprit  continue  ses  incursions  dans  le  domaine  celtique. 

H.  G. 


Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 


Imprimerie  Daupeley-Gouverneur,  à  Nogent-le-Rotrou. 


Cyfarchiad  yr  angel  a  elyir  yr  afi  Maria 


Grasol  mair  yduyd,  dy  groessi,  buryen, 

a  baro  duu  Celi  : 

mae'r  arglyyd  ni  digyydi, 

ag  odietli  da,  gidaîh  di. 

Ymysc  gyraged  yed,  diyann^  daed  oedyt, 

dedyydaf  ith  farnan 

Phryyth  dy  fru^  ner  lu  a  lan 

Bendigyyd  baun  diogan 

Euraid  fair  mam  duu  iryen,  y'in  drousuyr 

dro^om  erfyn  fyynyen, 

y  nayr  rhag  dryg  maur  Amen, 

ag  ayr  angau,  gyir  angen. 


Yr  un  meyn  messur  Cyhyded  nouban 

^4  layen  fair  yen  diuair  foruyn, 
\yn  rhad  adas,  l  yyn  euraid  adyyn, 
Ida  thi  iorlan  cayd  ith  orlyyn, 
'  dra  helaeth,  mae'tfendith  trylyyn, 
nysg  hol  jerched  firain  gredfyyn 
phruyth  irlyyth  dy  groth  eurlyyn 
.  bendiged  lesu  baun  digyyn, 


[337] 


arafeidfod 


,AIRE 


le  mieux 
ulaires  et 
laires  que 
mes  obli- 
.  II  était 
is  sur  la 
.  français 

:rés  à  la 
e  comme 
jssi  pensé 
;ues  a  été 
•st  encore 
•reurs  de 


j>  «6  /  et  a  ynel  yn  i^. 

iounyaith  digamyaith  gymorth 

yirion  i  gallon  i  gyd 

1  didyyl  ar  i  doedyd 

i  yirthred  heb  niyedu 

^yn  îlaud  na'r  cymrayd  eu 

■kb  gablu,  nag  absennu  sayl, 

[353] 


a  genau 


mante  et 

onogra- 

enseigne- 

'iste  des 

journaux 

?gendes  ; 

hansons, 

Pour 

)nner, 

l'idée 

^es  où  il 


M.  Jar 
Cet  ama 
résultat  c 

—  Mg 
le  6  novt 
célébré  h 
rement  « 
irlandais 
amour  d 
de  l'irlai 
dans  le  c 
collabor 
regardé 
Il  avait  ■ 
les  Mélf 
ouvrage 
daise  di 
Rome  m 


arafeidfod  mah  y  yyrf  aduyn. 
0  diueiriaf  fair  da  yir  foryyn, 
mam  duy  Usa,  mam  diau  yiusyyn, 
Pechyyr  ydym,  cayn  anap  achyyn, 
erfyn  dro^om  arglyydes  yirfyyn, 
y  f^^^V^  ëPy^f^V^  angau  orig  anfyyn^ 
a'r  ayr  bonn  hefyd  euryir  hyfyyn. 

Yr  afi  meyn  messur  aval . 

Dyddaych  fair  loeygrair  oleugred,  Sanîaid 
mae  gras  gyedaid  luniaid  dy  loned 
mae'r  penphyd  dojyd  dyyfayl  gidathi 
ith  ur4oni  eneth  urdeiniayl 
Pennaeîh  ag  odiaeth  ydyyd,  o'r  gyraged 
doeth  fuyn  degyed  da  ith  fendigyyd 
Bendith  ymhob  rhith  a  rhad,  ith  phryyîh  eu 
Ynaf  duy  lesu  nef  deyisiad 
0  fair  yenn  disglair  deyisclod,  gyfion 
Mam  da  duu  ion,  mam  didannod  : 
ar  duy  gvyn  erfyn  cynn  oerfed,  bridlon 
Dro^on  bechydion  drays  yn  buched, 
ynayr,  rhag  dirfaur  dyrfau,  guydius 
ag  yn  ayr  ingus  gyynoer  angau. 


38] 


Par  d 

créée  au 
savoir  e) 

Voilà 
gie  celt 
l'univers 
4°  celui  1.^ 
derniers  à  . 

Pour  être  complet,  nous  devons  ajouter  le  cours  occasionnel  que  M.  bu 
chardt,  à  l'université  de  Graz  en  Autriche,  avait  annoncé  pour  cet  hiver 
l'ancien    celtique.    Nous  souhaitons  grandement  que  ce  brillant  et  charm, 
esprit  continue  ses  incursions  dans  le  domaine  celtique. 

H.  G. 


yî 


Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 


Imprimerie  Daupeîey-Gouverneur,  à  Nogent-le-Rotrou. 


Y  deg  gorchymyn,  a  aluai'r  hen  gymni 
y  dengalr 


Na  chymer  un  liin  yn  le,  y  guiniiiu 

gyahardyyd  yn  die 

Car  di'-r  argluyd,  ath  luyde 

nid  duy  a  fyd,  ond  y  fe. 

Y  dyn  da,  guilia  bob  guaith,  rhag  cymryd 

meun  camraint  fod  diphaith, 

truy  arfer  meun  oferyaith 

heny  da  duu  hynod  idaith. 

Gorphyys  rhag  chiiys,  a  chyant,  y  suliay 

pob  salyed  ni  charant 

A'r  Sabboth,  cymer  seibiant  : 

ith  blaid,  yth  tylyyth,  ath  b'uint. 

Os  gyedaid  beraid  bara,  a  geisi 

a  g  oessoe4  pob  gurda, 

dayu'r  ued  anrhydeda 

dad,  a  mam,  yn  dinam  da. 

Gochel  di  sorri,  a  siarad  milain 

a  malais  :  a  byriad, 

a  ludia  di  bob  ladiad 

gyradyydus,  broychiis  a  brad 


[339] 


Ys 


.AIRE 


le  mieux 
)ulaires  et 

laires  que 
imes  obli- 
.  Il  était 
is  sur  la 
j  français 

:rés  à  la 
e  comme 
jssi  pensé 
;ues  a  été 
'St  encore 
•reurs  de 


I  f 6  /  et  a  ynel  yn  i^ 

punuaith  digamyaith  gymorth 

'•Jirion  i  gallon  i  gyd 

î  didyyl  ar  i  doedyd 

,  yirthred  heb  niyedu 

yn  tlaud  na'r  cymrayd  eu 

eb  gablu,  nag  absennu  sayl, 


a  genau 


mante  et 

onogra- 

enseigne- 

Hste  des 

journaux 

jgendes  ; 

hansons, 

Pour 

)nner, 

l'idée 

^es  où  il 


M.  Ja' 
Cet  ama 
résultat 

—  Mf 
le  6  novt 
célébré  1 
rement  c 
irlandais 
amour  d 
de  l'irla. 
dans  le  i 
collabor 
regardé 
Il  avait 
les  Mél 
ouvragi 
daise  d 
Rome  n 


Ys  da  uaiîh  talaith  pob  teulu,  gochel, 

ag  iachus  oed  fedru, 

mab  a  merch  rhag  gorderchu, 

guaiîh  aneduyd  y  dyd  du. 

Meyn  lys  oth  yyUys  na  thyylla,  garur, 

y  guirion  na  threisia  : 

a  ladrad  na  juriada 

i  dyn  am  i  gyfion  da .  (r  l 

Os  puyth  laun  o  phryyth  dyn  phraeth,  rh  j 

a  geri  tryy  phynniaeth 

Cam  annyiol  dystiolaeîh 

na  dry  g  rhag  gyg  a  fo  gyaeth 

Na  yna  anlad  frad  i  fro,  cymydog, 

Cam  y  doed  i  dyyllo, 

a  blesser  paid  a  blyssio, 

i  yreigan  druan  ar  dro. 

Nai  urdas,  nai  vas  yn  uir,  nai  foruyn 

nai  foyred  da  couir, 

nai  a^ennod  o  sonnir, 

na  dim  a  fedo  nai  dir. 


Parc 
créée  ai 
savoir  e-  [34°] 

Voilà 
gie  celt 
l'univers 
4»  celui 
derniers  à  * 

Pour  êtr 
chardt,  à  1'^  ^  ..uL.,Lne,  ...cv  _.,... .icé  pour  cet  hiver 

l'ancien   celtique.    Nous  souhaitons  grandement  que  ce  brillant  et  charm. 
esprit  continue  ses  incursions  dans  le  domaine  celtique. 

H.  G. 


Sh 


Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 


Imprimerie  Daupeley-Gouverneur,  à  Nogent-le-Rotrou. 


Saiih  rinued  yr  eggluys,  a  eluir 
Sagrafennau. 
iaith  guued  rinued  o  ranniad,  lesu, 

ner  oessau  iv  gariad, 

gun  i  henui  yn  diyad 

Sagrafennau  rhannau  rhad. 
f  sagrafen  gyntaf  o'r  salth  a  eluir  Bedyd  tryy 
I     *r  honn  y  genir  dyn  eilyaith  i  fyy  ynphydlon 
^  dan  gyjraith  Crist. 

Tryy  fedyd  dedyyd  diydijaith,  genir 
i     yn  geinyed  dyn  eiluaiîh, 
^urphyd  i  fyy  yn  berphaith, 

yshrydol  a  duyiol  daith. 
1  -  Hun  hefyd  syd  ennaint  a  chyjared  rhag 
I    ,  gyraidbechod 

\iyn  syd  med  yr  hol  hen  saint,  yn  barod, 

i  beri  guir  ennaint, 

i  gyeirio  dyn  yn  gouraint, 

rhag  gyraidbechod  hynod  haint. 
ieb  lay  hyn  meyn  dynnion  syd  o  oedran  i  ad- 

nabod  dry  g  a  da,  a  fedydier  yn  deilyng,  ef  a. 

iachà  bechodau  aethayl,  ai  hol  benyd. 
Fynn  feiau,  ueithiau  aethayl,  ai  penyd 
\  B    2  ai 

[34>] 


■AIRE 


le  mieux 
)ulaires  et 
laires  que 
imes  obli- 
.  Il  était 
is  sur  la 

y  français 

:rés  à  la 
e  comme 
jssi  pensé 
,'ues  a  été 
■st  encore 
•reurs  de 


(  le'r  ei  a  ynel  yn  iorîh 

hynyaith  digamyaith  gymorth 

uirion  i  gallon  i  gyd 

1  didyyl  ar  i  doedyd 

i  yirthred  heb  niyedu 

^yn  tlaud  na'r  cymraud  eu 

kb  gablu,  nag  absennu  sayl, 

[Î53] 


a  genau 


mante  et 

onogra- 

enseigne- 

Hste  des 

journaux 

.^gendes  ; 

hansons, 

Pour 

)nner, 

l'idée 

'es  où  il 


M.  '  ■ 
Cet  arrid 
résultat 

—  Mf 
le  6  nov 
célébré  1 
rement  « 
irlandais 
amour  d 
de  l'irla, 
dans  le  ( 
collabor 
regardé 
Il  avait 
les  Mél 
ouvragi 
daise  d 
Rome  n 


Par  c 

créée  ai 
savoir  e 

Voilà 
gie  celt 
l'univers 
4°  celui 
derniers 

Pour  êtt 
chardt,  à  1'. 
l'ancien    celtique, 
esprit  continue  ses 


ai  poenau  meruinaul 
a  rhyd  dyn  mayr  yn  rhuydaul 
meun  gradau  a  modaii  maul. 
Yr  ail  sagrafen  yu'r  bedyd  escob  a  eluir  Cr) 
fad,  a   honn  a  gadarnha  dyn  uedi  i  feà 
dio  yn  y  phyd  yn  erbyn  diayl  a  drug  dy 
nion,  a  geissiant  i  dynnu  o  diar  y  yir  phy 

Y  mourrad  grysfad  grassaid,   iaun   yyrthia 
a  nertha'r  bedy diayl 

yn  i  grefyd  yn  gryfiaul 

er  gyaetha  dyn  a  guaith  diayl 

Y  dryded  sagrafen  yu  rhinyed  y^raUayr  a 

yir  efcharisten  ne  efchristen,  a  honn  a  bc 

tha   dyn  a   chorph  Christ,  ag  ai  yir  yc\ 

bendigedid,  fal  y  gallo  barhau  yngyasanUi] 
Crist  yn  dibal , 
Aryyduych  duu  a  rodod,  aberthoed 

i  borthi'-n  y  sbrydoljoi 

a  îhryy  gred  e  safedlod 

yr  efchrysten  radyen  rod. 
Dan  sanîaid  beraid  phurf  y  bara  ;  guiy. 

ar  gyin  cyssegreidia 

mae  corph,  gvaed,  rhad,  na  uada 

"f 

[342] 


..uL.cne,  c,,^,.  ..icé  pour  cet  hiver  sp 

Nous  souhaitons  grandement  que  ce  brillant  et   charma, 
incursions  dans  le  domaine  celtique. 

H.  G. 


Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 


Imprimerie  Daupeley-Gouverneur,  à  Nogent-Ie-Rotrou. 


M 


duu  lesu  de  g  devis  da. 

bedijared  Sagrafen  yu  penyd,   honn   a  fedi- 
•   gnaeîha  dyn  uedi  ido  syrthio  eiluaith  meurt 

pecliod  uedi  i  fedydio, 
enyd,  rhag  oeruyd,  ag  irad  bechod 

a  huched  dryg  drad 

a  rodiph  enaid  rydiad, 

iacheidfod  yy'r  rhod  a  rhad, 
:  Bumed  sagrafen  y u^r  ol eu,  a  elyir  anghenad, 

honn  a  rodir  pan  jo  dyn  yn  trengu,  iu  gyf- 

nerthu  yn  erbyn  y  cythrel  a  fyd  yn  ceisio  me 

thel  y  no  ar'  yr  enaid  urth  fyned  or  corph  yn 
fuy  nag  amser  aral . 
.nghenann  glafuann  gluyfayl,  cyyn  ingus 
:■    Cynn  angau  erchylliaul 

i  nerthu'-r  dyn  yn  iorthayl 

rhag  bachel ,  a  dichel  diayl. 
hnn  a  Scuba^n  lan  y  brychau  a'r  gyedillion 

a^dou^ai'r  pechodau  maryol  heb  darfod  i  car- 
thu  yn  lyyr  or  blaen, 
■lanha,  a  chartha,  yychyyrîhiau'rinued 

yr  enaid  o'r  brychau, 
,    gyedillion  a  bryision  brau 

mou- 
[343] 


-AIRE 


le  mieux 
)ulaires  et 
laires  que 
imes  obli- 
.  Il  était 
is  sur  la 
.s  français 

:rés  à  la 
e  comme 
jssi  pensé 
;ues  a  été 
:st  encore 
•reurs  de 


■  le-r  ei  a  une!  yn  iorîh 

'oynuaith  digamuaith  gymorth 

yirion  i  gallon  i  gyd 

1  didyyl  ar  i  doedyd 

i  yirthred  heb  niuedu 

'yn  tlaud  na'r  cymrayd  eu. 

'eb  gablu,  nag  absennu  sayl, 

[Î53] 


a  genau 


mante  et 

onogra- 

enseigne- 

'iste  des 

journaux 

?gendes  ; 

hansons, 

Pour 

jnner, 

l'idée 

:;es  où  il 


M.  I 
Cet  ani< 
résultat 

—  M; 
le  6  no\ 
célébré  '. 
rement 
irlandai: 
amour  c 
de  l'irla 
dans  le 
collabor 
regardé 
Il  avait 
les  Mél 
ouvrag 
daise  d 
Rome  n 


Pan 

créée  ai 
savoir  e 

Voilà 
gie  cell 
l'univers 
4°  celui 
derniers 

Pour  êti 
chardt,  à  1'. 
l'ancien    celtique, 
esprit  continue  ses 


moyryael  fod,  marijol  feriaa. 
Y  chmched  sagrafen  yii  priodas  truy'r  honn 
mae  duy  yn  rhyymo  gyr  a  gyraig  ynghy 
mal  na  allô  dyn  moi  gyahanu  a  hym  er  mv 
tripheth,   i  fod  yrth  gydfyy  yn  help  y  n, 
i'r  lai,  i  ennil  plant,  i  ochel  cydgnaud  c 
ghyfreithlon,  ag  i  dibechu  hynny  rhyng  a 
briod. 
Priodas  yiyras  euraid,  sy  rymus 
ruymo  dau  enaid, 
gydfyu  ymhob  rhyy  rhaid 
gael  i'rblanî  guely  eurblaid, 
Hynod  ydyy  bod  honno,  yn  rhinued 
yn  rhannu  gra^oldro 
da  fyyiayl  i  difeio 
Cydgnayd  dau  vriayd  meun  bro 
Y  Seithfed  sagrafen  yy'r  urdau,  tryy'r  hyn  y  n\ 
duy  yn  rhodi  i'r  urdedig  urdas ,  a  gallu, 
aydurdod  i  bregethu,  ag  i  dyscu  guasnaet. 
duy,  i  yneuthur  cyfraith  eglyysig,  i  foli  d 
yn  solefnaid,  i  rannumanna  ysprydol.  s.  gi 
duy  yrth  finystrydu'-r  sagrafenau  bendigedi 
yn  anyedig  yn  y  Santeidiaf  efcharisten, 

Vrd 
[M4] 


..iui.iv.ne,  «rc.v  ^.icé  pour  cet  hiver  s 

Nous  souhaitons  grandement  que  ce  brillant  et  charma 
incursions  dans  le  domaine  celtique. 

H.  G. 


Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 


Imprimerie  Daupeley-Gouverneur,  à  Nogent-le-Rotrou. 


15 


rdau  sy  radau,  o  yreidiayl,  guir  daun, 

ag  urda^  egglvyssayl, 

i  roi  adysg  yir  duuiayl, 

Cyphraith  da,  manna  a  mayl. 
<■  yyth  dedyydych  .s.  yyth  rad  ne  yyth  ris,  a 

fyd  meyn   buched  dedyyd  yn  y  hyd  y  ma. 

Gyyn  i  hyd  nhyy  sy'n  dlodion  tryy'r  ysbryd 

.s.  nid  oi  banfod,  ond  o  spirydiad  yr  ysbryd 

glan  ymyrthod  a  serch  i  da  bydol  o  al  lys  i 

callon,  canys  nhyy  pie  teyrnas  nefoed 
ae  sprydayl  ioynfayl  yynfyd,  taladyy 

Ir  tlodion  druy'r  ysbryd, 

nhyy  a  gant  idyn  i  gyd 

hoeyfraisg  nef  deyrnas  hyfryd, 
■  ail  dedyydych,  gyyn   i   byd  nhyy  syd  ya- 

raid  .s.  yn  ujudgar,  yn  adyyn,  yn  ymostyn- 
!  gaid  heb  chyanî  i  ryysg  ag  anrhyded  bydol, 

canys  y  nhyy  a  fediannant  y  tir. 
guaraid  a  rhai  gyirion,  a  henyir 
i  yn  hynod  dedyydion 
l  un  dyd  i  fediannu  don 
'  y  îiroed  layen  tir  ion, 

trydyd  gynfyd  ne  dedyydych  y  y   galarych, 

ne 

[M5] 


ULAIRE 


le  mieux 
oulaires  et 
îlaires  que 
imes  obli- 
.  Il  était 
is  sur  la 
is  français 

:rés  à  la 
e  comme 
jssi  pensé 
!ues  a  été 
•st  encore 
•reurs  de 


■  U'r  ei  a  ynel  yn  iorth 
ounuaith  digamyaith  gymorth 
'Jirion  i  gallon  i  gyd 
I  didyyl  ar  i  doedyd 
uirthred  heb  niyedu 
yn  tlaud  na'r  cymrayd  eu 
eb  gablu,  nag  absennu  sayl, 

[?55] 


genau 


mante  et 

onogra- 

enseigne- 

liste  des 

journaux 

?gendes  ; 

hansons, 

Pour 

mner, 

l'idée 

^es  oii  il 


Y  ma'n  duyn  buom  yn  daUy 

Baich  aduyth  o  bechodau. 

Balchder  ymysc  niferoed, 

M. 

Battra  guaith,  bouyd  drug  oed. 

Cet  anh 

gida  balchder  fa' r fer  fu, 

résultat 

gyag  yeiniaith,  a  goganu. 

—  M 

Cynfigen  a  fu  yn  lenui, 

le  6  no\ 

Anghoyir  phydfynghorphï. 

célébré 

Lesgedhydfed  [ehydfum] 

rement 
irlandai 

Diogi  mi  ai  dygum. 

amour  c 

a  bodi  meun  cybydiaeth 

de  l'irla 

ni  chaent  [o  4uy)  chyant  oed  yaeth 

dans  le 

Glytliineb  godineb  dyn, 

collabor 

oed  eiluaith,  yn  dau  elyn 

regardé 
Il  avait 

Tri  gelyn  i  dyn  a  dau, 

les  Mél 

i  roi  dul  ar  ei  dyyllau 

ouvrag 

Yr  anysbryd,  a'r  byd  bas, 

daise  d 

y  cnaud  svydog  cnud  Sudas, 

Rome  n 

Cyae  dynfyth,  guydyn  i  fai, 

Drythil,  nidym  lyyydraethai, 

i  fyd,  Cyn  myned  iy  fed, 

\ 

yn  da,  erbyn  i  diyed. 

i  gosbi  drygioni  dryd 

i  Jyd,  Cyn  myned  ly  fed,                             ^ 

\ 

yn  da,  erbyn  i  diyed. 

Par  ( 

i  gosbi  drygioni  dryd                                     ' 

créée  a 

savoir  e 

[348] 

VoilA 

gie  celi 

l'univerj 

4°  celui 

derniers 

Pour  êti 

chardt,  à  r. 

..u...^ne,  w.,c .....ce  pour  cet  hiver  s 

l'ancien    celtique. 

Nous 

souhaitons  grandement  que  ce  brillant  et  charma 

esprit  continue  ses 

incursions  dans  le  domaine  celtique. 

H.  G. 

Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 

Imprimerie 

Daupeley-Gouverneur,  à  Nogent-le-Rotrou. 

19 


iàuant  y  corph  hefyd. 

;effy  hun  àuy  sy  haint 

inuarchaf  fadeyaint. 

p  hanes,  a  gyphessaf, 

pfi  manegi  aunaf. 

jMoeîh  ruysc,  heb  ofn  na  thranc, 

fmefyd,  tra  fum  ifanc  : 

in  doedais,  cam  gerdais  gynî. 

l'gsyydau,  gyagus  oedynt. 

Cl  deimlo,  cymod  amlug, 

(ssio  da,  cashau  ai  dyg 

en  ryfig,  à  chynfigen, 

(m  edrych  ar  dyn  yych  yen. 

(nmol,  heb  reol,  heb  ras 

;^,  ne  dorri  priodas. 

t  thyl  y  g,  a  du  g  i  dyn 

cled  os  hir  dylyn. 

(i!  unaiin,  iayn  o  neyyd, 

iiy  cyn  dyfod  i  dyd 

r,uilied  neb  olud  nant, 

l'ifary  y  difeiriant. 

u'af  galyaf  ar  geli 

mair  fyyn  cyn  fy  mary  fi 
C  1 
[349] 


Am 


'ULAIRE 


■  le  mieux 
oulaires  et 
ilaires  que 
imes  obli- 
■.  Il  était 
lis  sur  la 
is  français 

:rés  à  la 
e  comme 
jssi  pensé 
çues  a  été 
!St  encore 
•reurs  de 


\ivr  et  a  ynel  yn  iorth 
Wnyaith  digamyaith  gymorîh 
lirion  i  gallon  i  gyd 
didyyl  ar  i  doedyd 
;  yirthred  heb  niyedu 
m  tlaud  na'r  cymrayd  eu 
'■b  gablu,  nag  absennu  sayl, 

[Î53] 


a  genau 


mante  et 

onogra- 

enseigne- 

liste  des 

journaux 

?gendes  ; 

hansons, 

Pour 

)nner, 

l'idée 

4es  où  il 


M. 
Cet  ani. 
résultat 

—  M 
le  6  no\ 
célébré 
rement 
irlandai 
amour  ( 
de  l'irla 
dans  le 
collabor 
regardé 
Il  avait 
les  Mél 
ouvrag 
daise  d 
Rome  n 


Par  i 
créée  a 
savoir  e 

Voil^ 
gie  ceh 


l'univen 
4°  celui 
derniers 

Pour  êti 
chardt,  à  1'. 
l'ancien    celtique, 
esprit  continue  ses 


yn  y  bed  yn  faru  y  bu 
Ar  trydyd  dyd  uj  tradoeîh 
0  garchar  daear  y  doeth 
ag  yno'r  aeth  bennaeth  bern 
Barîh  ophis  i  borth  uphern 
A  thynnoci  o  uaith  yna 
mal  salfadyd,  dofyd  da 
Ada  a  Noe  oeden  yir, 
ynnion  yyr  cyfion  couir 
Abram  dinam,  dianoeth, 
Moesen  frau,  a'r  dedfaa  doeth 
Y  difai  brophuyd  dafyd, 
ai  Salmau  phynnonnau  phyd. 
A'r  eneidiau  diau  dayn, 
enyog  i  buched  uniayn, 
Diasgen  oed  yn  disgyyl 
yr  haul,  ai  nefolyir  hyyl, 
Pyy'n  iol  a  dug  dolur, 
er  tynny  payb,  o'r  tan  pur 
yas  dirym,  fyth  ysîyria 
ond  lesu  ai  dad,  nad  oes  da 
ag  ar  duy  gyir  yedia, 
ai  fron  yn  don  frenin  da. 

Sion  Cent 

US2] 


^.u..,^ne,  cTc.  - icé  pour  cet  hiver  s' 

Nous  souhaitons  grandement  que  ce  brillant  et  charma 
incursions  dans  le  domaine  celtique. 

H.  G. 


Le  gérant  :  F.  VIEWEG. 


Imprimerie  Daupeley-Gouverneur,  à  Nogent-le-Rotrou. 


BIBLIOGRAPHIE 


DES  TRADITIONS  ET  DE  LA  LITTÉRATURE  POPULAIRE 


2? 


oyyd  0  uaith,  Grnphyd,  archdiagon  mon,  ar 
destyn  y  bedyared  Salm  a'rdeg  eido  Dafyd 
brophiiyd. 

Domine  quis  habitabit. 

arglyyd  nef  gouirglod, 
\p  i  ni  uyt,  an  pen  nod, 
my  o'r  diued  y  byd, 
r  ag  ennyd  yir  gynnyd  ? 
lel  yn  sed,  ag  annedfa, 
I  dabernagl  difagl  da 
pha  gorph  a  gaiph  orphyys, 
glir  ar  dy  fynyd  glyys  ? 
didrais,  gyirion  didrych, 
M  i  meyn  yn  dilych, 
Je'r  el  a  ynel  yn  iorth 
ivnuaith  digamyaith  gymorîh 
irion  i  gallon  i  gyd 
,  didyyl  ar  i  doedyd 
■  uirthred  heb  niyedu 
'n  tlaud  na'r  cymrayd  eu 
'b  gabk,  nag  absennu  sayl, 


•  le  mieux 
oulaires  et 
ilaires  que 
imes  obli- 
'.  Il  était 
lis  sur  la 
is  français 

:rés  à  la 
^e  comme 
issi  pensé 
;ues  a  été 
!st  encore 
■reurs  de 

mante  et 
onogra- 
enseigne- 
liste  des 
journaux 
?gendes  ; 
hansons, 

Pour 
)nner, 

l'idée 
jes  oij  il 


[Î5î] 


a  genau 


M.  , 
Cet  ani 
résultat 

—  M 
le  6  no' 
célébré 
rement 
irlandai 
amour  ( 
de  l'irla 
dans  le 
collabor 
regardé 
Il  avait 
les  Mél 
ouvrag 
daise  d 
Rome  fi 


Par. 
créée  a 
savoir  e 

VoilA 
gie  ceh 
l'univer: 
4°  celui 
derniers 

Pour  é 
chardt,  } 
l'ancien 
esprit  COI 


yn  y  bed  yn  fary  y  bu 
Ar  trydyd  dyd  ur  tradoeth 
0  garchar  daear  y  doeth 
ag  yno'r  aeîh  bennaeth  bern 
Barth  ophis  i  borth  uphern 
A  thynnod  o  uaiîh  yna 
mal  salfadyd,  dofyd  da 
Ada  a  Noe  oeden  yir, 
unnion  v\r  cyfion  couir 


Ni  chaphun  yaeth,  ni  chaiph  nayi, 
na  myy  degan,  am  digiayd, 
Dodi  nayd,  nid  oeda  neb, 
dychanu  cadach  yyneb. 
Trussiad  gyych,  byssiad  go  chuith, 
Truynfrat,  o  yaith  îaranfrith 
Tryyth  glutt  a  gud  traiheg  liy 
Tryynphruyn,  amgylch  tirionphriy. 
Gyain  phroen,  a  genau,  a  phryd, 
Gyenfa,  debig  i  ynfyd 

Mynn  yn  dyyn  ir  man  i  del, 

misyrn  fal,  arîh  a  mysel 

Mae  i  ryy  fui,  ymrafaelfyyd 

un  oi  fath,  i  dyyn  i  fuyd. 

anard  yy  hyn  ar  dyen, 

oni  bai  dryyn,  bydr  i  yen. 

ynte  gan  yynt  oi  genau, 

a  sauyr  o  hyn,  yn  surhau  : 

ne  ofn  fyth,  na  finnai  fod, 

y  doe  neb,  y  y  dynabod  : 

husio  yyneb,  sy  anard 

hulio  yn  y  tir,  haul  nid  hard. 

un  sud,  yn  hyssio  ydoed, 


[360] 


BIBLIOGRAPHIE 

DES  TRADITIONS  ET  DE  LA  LITTÉRATURE  POPULAIRE 


31 


/  ar  y  saint,  y  grauys  oed, 
r.  anjuyn,  ond  i  unfath  ; 
i  dibechod,  fod  i  faih 
anail  ai  balchder  ai  gyna, 
o'hegych,  ag  rii  thygia. 
i  cneuen,  cenfigen  fach, 
)  boen  dig,  na  bai'n  degach, 
)  uir  anafus,  e  neb, 
co  dyn,  gudio  i  y  y  neb. 
Cdian  ryy  fan,  ar  y  fo, 
y  y  gyedus  y  y  gudio 
p/  drau  ychaf,  pe  i  drychyn 
a:nayd  teg,  ai  cnotiau  hyn 
r>n  i  roi  hyn,  i  mae'n  rhaid, 
nnm  dyfr,  man  syd  afraid 
oyd  pen  et,  iy  helynt, 
irey  ag  od,  oer  a  guynt. 
noi  gady,  oriau  gyiydeg, 
yjn  dyd,  araf  hin  deg. 
l'hoed  os  myn,  ar  des  mayr. 
ca  yen,  0  dy  unaur, 
^doe  neb,  y  y  hyyneb  hi, 
ihae  hayd  gyfarch  idi; 

[361] 


été  le  mieux 
populaires  et 
)pu!aires  que 
ommes  obli- 
lée.  Il  était 
irons  sur  la 
pas  français 

isacrés  à  la 
que  comme 
;  aussi  pensé 
angues  a  été 
il  est  encore 
;  erreurs  de 

étonnante  et 
le  monogra- 
;s  renseigne- 
la  liste  des 


es  journaux 


Os 


s  légendes  ; 
>  chansons, 
livres.  Pour 
les  donner, 
ontes  l'idée 
vrages  où  il 

19 


M. 
Cet  am. 

résultat 

—  M 
le  6  no' 
célébré 
rement 
irlandai 
amour  ( 
de  l'irla 
dans  le 
collabo: 
regardé 
Il  avait 
les  Mél 
ouvrag 
daise  d 
Rome  n 


yn  y  bed  yn  jaru  y  bu 
Ar  trydyd  dyd  vr  tradoeth 
0  garchar  daear  y  doeth 
ag  yno'r  aeîh  bennaeth  bern 
Barth  ophis  i  borîh  uphern 
A  thynnod  o  uaith  yna 
mal  salfadyd,  dofyd  da 
Ada  a  Noe  oeden  yir, 

imninn  iivr  rvfinn  rnuLf 


38 

ag  evch  yn  iach,  gychion  uyr. 
y  gyirdoeth  farchog  urdol, 
yniach  i  yr,  yn  ych  ol. 
Pharyel  farchog  diogan, 
Pharuel  i  ur,  a  phriy  lan. 


Sion  Tudur. 


Par . 

créée  a 
savoir  e 

VoiU 
gie  cel'. 
l'univer; 
4°  celui 
derniers 

Pour  t 
chardt,  • 
l'ancien 
esprit  co. 


Gyae  ni'-r  Beird,  gan  air  y  byd. 
guae  ail  fod,  y  gelfydyd 
Suyd  y  bard,  syd  heb  ardas 
oed  enyog  cynt,  heb  duyn  cas. 
Moliannu  duy,  ymlaen  dim, 
mayl  iayn,  [tayd  moliant  didim] 
Moli  gyaed  mil  0  gedyrn  ; 
Tyysogion,  marchogion,  chyyrn^ 
Arglyydi,  ar  goel  adysg  ; 
escobion,  mou  r  ion  y  n  mysg; 
leirl  i'n  mysg,  er  lenyi  mayl 
A  Baruniaid,  gyaed  breniayl. 
Pendefigion,  phryythlon  phraeth, 
yn  dal,  0  hen  yaedolaeth. 
Pennaethiaid  opheiriaid  phyd, 


[j68] 


BIBLIOGRAPHIE 

DES  TRADITIONS  ET   DE  LA  LITTÉRATURE  POPULAIRE 
DE  LA  BRETAGNE. 


La  Bretagne  est  de  toutes  les  provinces  de  France  celle  qui  a  été  le  mieux 
^explorée  au  point  de  vue  des  légendes,  des  coutumes,  des  chants  populaires  et 
des  costumes,  de  tout  ce  qui  constitue  cet  ensemble  des  choses  populaires  que 
les  Anglais  désignent  par  un  seul  mot,  Folk-Lore,  alors  que  nous  sommes  obli- 
gés d'employer  plusieurs  périphrases  pour  exprimer  la  même  idée.  Il  était 
naturel  de  commencer  par  elle  la  bibliographie  que  nous  préparons  sur  la 
France,  ses  colonies  et  les  pays  de  langue  française  qui  ne  sont  pas  français 
politiquement. 

.  Sous  le  titre  de  généralités,  nous  avons  classé  les  livres  consacrés  à  la 
fois  à  la  partie  française  ef  à  la  partie  bretonnante,  alors  même  que  comme 
Habasque  ils  ne  s'occupent  que  d'un  seul  département.  Nous  avons  aussi  pensé 
qu'il  était  bon  de  signaler  les  ouvrages  où  la  limite  des  deux  langues  a  été 
tracée  d'une  manière  non  rigoureusement  scientifique,  —  ce  travail  est  encore 
à  faire  ;  —  mais  pourtant  de  façon  à  ne  laisser  place  qu'à  des  erreurs  de 
quelques  hectomètres. 

Nous  avons  ensuite  distingué  la  Basse-Bretagne  ou  Bretagne  bretonnante  et 
ia  Haute-Bretagne  ou  pays  gallot,  et  chacune  d'elles  est  l'objet  d'une  monogra- 
phie spéciale.  Celle-ci  comprend  :  i°  les  ouvrages  où  se  trouvent  des  renseigne- 
ments, en  quantités  variables,  sur  les  mœurs  et  les  coutumes  ;  2°  la  liste  des 
:ontes  et  des  légendes  publiés  jusqu'ici  soit  en  volumes,  soit  dans  les  journaux 
il  les  revues  ;  3°  les  livres  qui  traitent  des  superstitions  et  des  légendes  ; 
\°  les  poésies  populaires.  (Ici  nous  n'avons  donné  les  titres  des  chansons, 
gwerziou  ou  soniou  que  lorsqu'ils  sont  en  petit  nombre  dans  des  livres.  Pour 
es  recueils  généraux,  nous  n'avons  pas  pensé  qu'il  lût  nécessaire  de  les  donner, 
i'autant  que  les  titres  des  chansons  éveillent  moins  que  ceux  des  contes  l'idée 
iu  sujet,  parce  qu'ils  sont  plus  arbitraires);  5°  l'indication  des  ouvrages  où  il 
Rev.  Cdt.  V  I Q 


278  Bibliographie  des  traditions 

est  parlé  de  la  musique  bretonne;  6°  les  devinettes  et  les  formulettes  ;  7»  le 
proverbes  ;  8°  les  costumes.  Enfin,  pour  la  Bretagne  bretonnante  seule,  nou 
avons  signalé  les  pièces  de  théâtre  inédites  ou  manuscrites,  les  livres  populaire' 
imprimés.  Quant  à  la  Bretagne  française,  ses  livres  populaires  sont,  à  1, 
réserve  de  quelques  complaintes  locales  dont  nous  donnons  le  titre,  les  même' 
que  ceux  des  autres  pays  de  langue  française;  ils  ne  présentaient  pas  par  consé 
quent  le  même  intérêt  que  ceux  de  la  Bretagne  bretonnante  ;  ceux-ci  sont  u 
appendice  naturel  à  sa  littérature  populaire. 

Ceci  n'est  qu'un  essai,  et  nous  serons  reconnaissants  à  ceux  qui  voudror 
bien  nous  signaler  les  erreurs  ou  les  omissions  qui  s'y  seraient  glissées  :  leur 
observations  nous  seront  utiles  quand  ce  travail  paraîtra  en  volume. 


GÉNÉRALITÉS. 

LIMITES    DU    BRETON    ET    DU    FRANÇAIS. 

SÉBiLLOT  (Paul).  Sur  les  limites  du  breton  et  du  français.  Broch.  m-i] 
de  8  p.  Paris,  Hennuyer,  1878  —  (extrait  des  Bulletins  de  la  Sociét( 
d'anthropologie,  séance  du  6  juin  1878,  et  accompagnant  une  carte  lin 
guistique  exposée  au  Trocadéro,  actuellement  au  musée  anthropologique 

Cf.  un  travail  additionnel  du  même  auteur  dans  la  Revue  celtique,  t.  IV 
p.  128-130  ;  une  discussion  à  la  Société  d'anthropologie,  Bulletins,  t.  I 
{y  série,  2  janvier  1879),  à  propos  d'une  carte  de  la  langue  bretonn 
dressée  par  M.  Mauricet  (p.  22-31);  une  carte  dressé  par  M,  Micau 
d'après  les  renseignements  fournis  par  l'évêché  et  analysée  par  M.  d 
Mortillet  dans  les  Bulletins,  même  année,  p.  31-32  (séance  du  16  janvif 
1879). 

Gaultier  du  Mottay.  Géographie  des  Côtes-du-Nord  ;  Ogée.  Nou 
velle  édition,  —  indiquent  à  chaque  article  si  on  parle  le  breton  ou  i 
français;  Guyot-Jomard  le  fait  aussi,  mais  moins  complètement,  dans  s 
Géographie  du  Morbihan  ;  toutefois  la  délimitation  exactement  rigoureus 
est  encore  à  tracer  :  les  travaux  cités  ci-dessus  n'ont  point  relevé  villagj 
par  village  la  limite  des  deux  langues,  ainsi  que  l'a  fait  pour  le  Bourgl 
de-Batz  (Loire-Inférieure)  M.  Léon  Bureau.  ; 

Sur  le  nombre  approximatif  des  Bretons  bretonnants,  on  peut  consulK- 
une  note  de  M.  Paul  Sébillot  dans  la  Revue  celtique,  t.  IV,  p.  128-1 5c 

Lejean  (Guillaume).  Récits  d'un  voyageur  dans  la  Cornouaille.  Ecl 
de  Morlaix,  29  juillet  1874,  —  ^  étudié  la  limite  des  deux  langues  dar 
les  communes  de  Saint-Caradec  et  de  Saint-Guen.  Habasque,  Notior 
historiques,  t.  II,  p.  433,  note,  —s'était  aussi  occupé  de  la  première  d 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  279 

ces  communes.  Il  y  a  aussi,  t.  I",  p.  1 10  et  suiv.,  quelques  renseigne- 
ments sur  les  limites  des  deux  langues. 
Sur  la  géographie  de  la  langue  bretonne,  on  peut  aussi  consulter 
i  l'abbé  Mahé,  Essai  sur  les  antiquités  du  Morbihan.  Vannes,  1825,  in-8^ 
i  Aurélien  de  Courson,  Cartulaire  de  Redon,  Prolégomènes,  p.  xc.  La 
'  ViLLEMARQUÉ,  Introduction  au  dictionnaire  français-breton  de  Legoni- 
dec,  p.   XX.  GuiBERT,  Ethnologie  armoricaine,  octobre  1867.   Saint- 
■  Brieuc,  1868.  La  Borderie,  Sur  la  distinction  en  Haute  et  Basse-Bre- 
tagne, Congrès  archéologique  de  Nantes  (1856),  p.  21.  —  Et  sur  la 
limite  des  dialectes  bretons,  Hamonic,  Préface  du  dictionnaire  français- 
breton  de  Troude.  Brest,  Lefournier,  1869,  et  Sébillot,  ouvrage  cité. 
«  Selon  M.  de  Romieu,  sous-préfet  de  Quimperlé,  on  peut  mesurer  combien 
de  lieues  la  langue  bretonne  perd  dans  un  certain  nombre  d'années.  Voy.  aussi 
les  ingénieux  articles  qu'il  a  insérés  dans  la  Revue  de  Paris.  »  (Michelet,  Histoire 
de  France.,  t.  II,  p.  21,  n.) 

OUVRAGES  COMMUNS  AUX  DEUX  BRETAGNES. 

I      Ogée  (J.-B.).  Dictionnaire  historique  et  géographique  de  la  province 
I  de  Bretagne,  dédié  à  la  nation  bretonne.   Rennes,  Vatar,  1778-1780, 
4  vol.  in-4". 

—  Dictionnaire  historique  et  géographique  de  la  province  de  Bre- 
tagne par  Ogée,  nouvelle  édition  revue  et  augmentée  par  MM.  Marte- 
ville  et  P.  Varin.  Rennes,  1843-53,  2  vol.  gr.  in-S". 
Delaporte.  Recherche  sur  la  Bretagne.  Rennes,  1819-23,2  vol.  in-8°. 
Habasque.  Notions  historiques,  géographiques,  statistiques  etagrono- 
I  iniques  sur  les  Côtes-du-Nord.  Saint-Brieuc,  1832-36,  3  vol.  in-8°. 

SoucHET  (abbé).  Lettre  à  M.  Habasque,  auteur  des  Notions  histo- 
,  riques,  etc.,  sur  le  littoral  des  Côtes-du-Nord.  Saint-Brieuc,  Prudhomme, 
[•  1837,  in-8°  de  16  p. 

I     Mérimée  (P.).  Notes  d'un  voyage  dans  l'Ouest  de  la  France.  Paris, 
t  Fournier,  in-8°  1836. 

Taylor  et  Nodier.  Voyage  pittoresque  et  romantique  dans  l'ancienne 
province  de  Bretagne.  Paris,  s.  d.,  2  vol.  gr.  in-folio,  pi. 

Chateauneuf  (de)  et  Villermé.  Rapport  d'un  voyage  fait  dans  les 
cinq  départements  de  la  Bretagne  en  1840  et  1841.  Paris,  1843,  in-fol. 
Pitre-Chevalier.  La  Bretagne  ancienne  et  moderne.  Paris,,  Coque- 
'  bert,  1844,  gr.  in-8°,  fig. 
'     Nouvelle  édition  refondue.  Didier,  1858,  in-8''. 


28o  Bibliographie  des  traditions  1 

Janin  (J.).  La  Bretagne  historique,  pittoresque  et  monumentale. 
Paris,  Bourdin,  1844,  grand  in-S",  gravures. 

Autres  éditions.  Garnier,  1862,  etc. 

Cayot-Delandre.  Le  Morbihan,  son  histoire  et  ses  monuments 
Vannes,  Cauderan,  1847,  in-8". 

Le  Pelletier  (de  laSarthe).  Voyage  en  Bretagne,  illustré  de  vuei 
prises  sur  les  lieux.  Le  Mans^  gr.  in-S",  1853. 

Bretagne  (la)  contemporaine,  sites  pittoresques,  monuments,  costumes 
scènes  de  mœurs,  histoires,  légendes,  traditions  et  usages  des  cinc, 
départements  de  cette  province,  dessins  d'après  nature  par  Félix  Benoist 
texte  par  MM.  Aurélien  de  Courson,  Pol  de  Courcy,  Gaultier  du  Mottay, 
etc.^  avec  une  introduction  historique  par  M.  A.  de  la  Borderie,  et  ui' 
épilogue  sur  la  poésie  bretonne  par  M.  de  la  Villemarqué.  Nantes,  Char 
pentier,  1855,  in-folio  (souvent  relié  en  3  volumes). 

Les  planches  consacrées  à  la  Loire-Inlérieure  sont  au  nombre  de  27,  l'ille-et 
Vilaine  a  26  pi.,  les  Côtes-du-Nord  28,  le  Morbihan  28,  le  Finistère  54. 

JoLLiVET  (B.).  Les  Côtes-du-Nord;  histoire  et  géographie  de  toutej 
les  villes  et  communes  du  département.  Guingamp,  Jollivetet  Rouquettei 
185  5-1861,  5  in-8». 

ViOLEAU  (Hippolyte).  Pèlerinages  de  Bretagne  (Morbihan).  In- 12 
Paris,  Bray,  1855. 

La  Borderie.  Droits  et  usages  curieux  de  la  féodalité  en  Bretagne 
dans  l'Annuaire  historique  et  archéologique  de  la  Basse-Bretagne 
Année  186 1  (Rennes  et  Paris),  p.  185-196. 

LouDUN  (Eugène).  La  Bretagne,  paysages  et  récits.  Paris,  Brunet 
i862,in-i2. 

JEHAN  DE  Saint-Clavien  (L.-F.).  La  Bretagne,  esquisses  pittoresque 
et  archéologiques.  In-8°.  Tours,  Cattier,  1863. 

Courcy  (Pol  de).  De  Nantes  à  Lorient,  à  Saint-Nazaire  et  à  Rennes 
itinéraire  descriptif  et  historique.  Paris,  Hachette,  1863,  in-i8. 

D""  Fouquet.  Guide  des  archéologues  dans  le  Morbihan.  Gr.  in-i8j 
Vannes,  Cauderan,  1864;  Galles,  1874.  , 

Courcy  (Pol  de).  De  Nantes  à  Brest  et  à  Saint-Nazaire.  Paris; 
Hachette,  in- 18,  186$. 

Max  Radiguet.  A  travers  la  Bretagne.  Souvenirs  et  paysages.  Paris 
Michel  Lévy,  in- 18,  186$. 

Barbé  (M«  C).  La  Bretagne.  Rouen,  1866. 

RoSENzwEiG  (L.)  Les  fontaines  du  Morbihan.  —  Dans  les  Mémoire! 
lus  à  la  Sorbonne  dans  les  séances  extraordinaires  du  Comité  impérisf 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  28 1 

des  travaux  historiques  et  des  sociétés  savantes,  tenues  les  4,    5  et 
6  avril  1866.  —  Archéologie.  —  Paris,  1867,  in-8%  p.  2^^-244. 
Mélanges  historiques,   littéraires,   bibliographiques,    publiés   par  la 
'  Société  des  bibliophiles  bretons.  Nantes,  1878  et  années  suiv.,  in-8°. 

JoANNE.  Itinéraire  général  de  la  France.  Bretagne.  2'  éd.  Paris, 
'  Hachette,  1881,  in-12  de  xxxii-639  p. 

LuzEL.  Les  fées  des  houles,  les  Morganed  de  l'île  d'Ouessant  et  les 
f  Femmes  cygnes.  [Bull,  de  la  Soc.  archéol.  du  Finistère.,  t.  IX  (1882), 
\  p.  66-103.) 


Galerie  armoricaine.  Costumes,  vues  pittoresques  de  la  Bretagne, 
accompagnés  d'un  texte  sur  les  costumes  et  les  mœurs  et  usages  de  la 
Bretagne,  etc.  Nantes,  Charpentier,  in-folio. 

L'ouvrage  comprend  26  livraisons,  composées  chacune  de  quatre  costumes 
dessinés  d'après  nature  et  lithographies  par  Hippolyte  Lalaisse  ;  il  y  a  des 
livraisons  coloriées. 

Costumes  pittoresques  de  la  France  —  (Pontivy,  Guérande.  2  grav.; 
texte  signé  K).  (^Musée  des  Familles,  t.  I,  1839,  P-  360-361.) 

MUSIQUE. 

BouRGAULT-DucouDRAY.  Mélodies  populaires  de  la  Bretagne.  Cours 
professé  au  Conservatoire  national.  [Le  Ménestrel,  4,  11,  18,  25  déc. 
1 881,  et  Revue  de  Bretagne  et  de  Vendée,  janvier  et  février  1882.) 

HAUTE-BRETAGNE. 

PATOIS   GALLOT. 

Legonidec.  Extrait  du  Glossaire  breton,  ou  recueil  des  expressions 
vicieuses,  surannées  ou  rustiques  usitées  dans  la  ci-devani  province  de 
Bretagne.  {Mém.  de  la  Soc.  des  Ant.,  t.  IV,  1823,  p.  322-337.) 

Lemière  de  Corvéy  (J.-F.-A.).  Liste  alphabétique  de  quelques  mots 
en  usage  à  Rennes,  avec  les  différentes  tournures  de  phrases  en  usage 
dans  ce  pays.  (Société  des  Antiquaires  de  France,  t.  VI,  1824,  p.  23$- 
72.) 

Se  compose  de  deux  cents  mots  environ.  —  Il  existe  un  tirage  à  part. 

SÉBiLLOT  (Paul).  Essai  sur  le  patois  gallot,  broch.  in-8°  de  21  pages 
(extrait  de  la  Revue  de  linguistique,  janvier  1879). 


282   '  Bibliographie  des  traditions 

Il  a  été  fait  plusieurs  glossaires  de  ce  patois,  dont  aucun  n'a  été  publie 
jusqu'ici. 

Feu  Hamonic  avait  recueilli  en  diverses  parties  de  la  Bretagne' 
1 500  mots  environ.  Son  manuscrit  a  été  perdu  ou  égaré  après  sa  mort 
mais  il  l'avait  communiqué  à  M.  Sébillot.  Celui-ci  prit  note  des  mots,  ai 
nombre  de  400  environ,  qu'il  n'avait  pas  trouvés  personnellement  ;  une 
forte  partie  de  ces  mots  avaient  été  recueillis  dans  la  partie  française  di 
Morbihan  et  dans  la  Loire-Inférieure. 

M.  Coulabin,  officier  d'artillerie  en  retraite  à  Rennes,  a  un  glossain 
gallot  manuscrit. 

Enfin  M.  Paul  Sébillot  a  recueilli  5000  mots  environ  dans  les  Côtes- 
du-Nord  et  dans  l'Ille-et-Vilaine.  Ce  glossaire,  complété  par  des  note 
prises  par  M.  Emile  Ernault  sur  la  limite  du  breton  et  du  français 
paraîtra  en  1883. 

TRADITIONS,  MŒURS  ET  USAGES. 

Lavallée.  Voyage  dans  le  département  de  l'Ule-et-Vilaine.  1794 
in- 8°,  carte. 

Voyage  dans  la  Loire-Inférieure,  1795,  in-S",  carte. 

BoRiE.  Statistique  du  département  d'Ille-et-Vilaine.  Paris,  an  IX 
in-8°. 

HuET  DE  CoETLiZAN.  Statistique  du  département  de  la  Loire-Inféricure 
Paris,  an  X  (1802),  in-8".  Nouvelle  édition,  1804,  1x1-4°. 

Peuchet.  Statistique  du  département  d'Ille-et-Vilaine.  Paris,  i8ic 
in-4<'. 

Id.  Statistique  du  département  de  la  Loire-Inférieure.  Paris,  i8ic 
in-40. 

MoRLENT.  Précis  sur  Guérande,  le  Coisic  et  leurs  environs.  Nantes 
1819. 

PoiGNAND.  Antiquités  historiques  et  monumentales  à  visiter  de  Mon) 
fort  à  Corseul,  par  Dinan,  et  au  retour,  par  Jugon,  avec  addition  de 
antiquités  de  Saint-Malo  et  de  Dol,  étymologies  et  anecdotes  relatives  , 
chaque  objet.  Rennes,  Duchesne,  1820,  in-8\  j 

RiCHER.  Description  des  bords  de  l'Erdre.  Nantes,  1820. 

Parle  de  la  légende  de  Barbe-Bleue. 

GiRAULT  DE  Saint-Fargeau.  Histoire  nationale  et  Dictionnaire  géc 
graphique  de  toutes  les  communes  du  département  d'iUe-et- Vilaine  (ave 
cartes,  costumes,  etc.).  Paris,  Baudouin,  1829,  in-8°. 

Id.  Loire-Inférieure.  . 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  283 

Caillo  (jeune).  Notes  sur  le  Croisic.  Nantes,  Forest,  1842,  in-8"  de 
284  pages. 

DucREST-ViLLENEUVE.  Châtcau  (le)  et  la  commune.  Histoire  bre- 
tonne. LaGacilly,  Morbihan,  par  E.  D.  V.  Rennes,  Molliex,  1842, in- 12, 
2  vues  et  I  portr. 

Chevas.  Notes  historiques  et  statistiques  sur  l'arrondissement  de 
Paimbœuf.  Nantes,  1852,  in-80. 

SouvESTRE.  Les  derniers  paysans. 

Les  récits,  III.  Les  Bryérons  et  les  Saulniers,  VII.  Les  Boisiers,  donnent  des 
détails  sur  les  croyances,  les  coutumes  et  les  superstitions  d'une  partie  de  la 
Loire-Inférieure. 

Jeannel  (C).  Aboyeuses  (les)  de  Josselin.  Excursion  en  Bretagne 
au  mois  de  mai  185$.  In- 12.  Rennes,  Catel. 

BiZEUL.  De  Rezay  et  du  pays  de  Rais.  Nantes,  Guéraud  etC'e,  1857, 
in-8-,  112  p.  (extr.  de  la  Revue  des  prov.  de  l'Ouest]. 

(E.  DucREST  DE  Villeneuve].  Guide  itinéraire,  historique  et  statistique 
du  voyageur  en  Bretagne.  Première  partie,  Ille-et-Vilaine,  par  M.  E. 
D.  V.  Rennes,  Oberthur,  in-i8. 

RoBiDou  (B,).  Histoire  et  panorama  d'un  beau  pays,  ou  Saint-Malo, 
Saint-Servan,  Dol,  Dinan.  Saint-Malo,  Coni  ;  Dinan,  Bazouge.  i'^  éd., 
in-8°,  1853;  2%  in-4°,  1861. 

Annuaire  dinannais  pour  1860,  publié  avec  le  concours  de  plusieurs 
écrivains  et  archéologues  du  pays  ;  suivi  du  Guide  du  touriste  à  Dinan 
ou  Promenade  à  travers  la  ville  et  ses  environs.  In-i8.  Dinan,  Huart. 

Desmars  (J.).  Redon  et  ses  environs.  Redon,  Guihaire,  1869. 

ID.  La  presqu'île  guérandaise.  Redon,  1869,  in- 18. 

Album  dinannais.  Souvenirs  de  Dinan,  sites,  monuments,  ruines,  pay- 
sages, histoire,  par  J.  Bazouge.  Avec  6  lithographies  par  Deroy.  In-4". 
Dinan,  Bazouge. 

Danjou  de  la  Garenne.  Statistique  des  monuments  celtiques  de  l'ar- 
rondissement de  Fougères.  (Mém.  de  la  Société  archéologique  d'Ille-et- 
Vilaine,  année  1862,  p.  28-83.) 

Maupillé  (L.).  Notices  historiques  et  archéologiques  sur  les  paroisses 
du  canton  d'Antrain.  (Ibid.,  t.  VI,  p.  140-242.) 

Id.  Notices  historiques  et  archéologiques  sur  les  paroisses  des  deux 
cantons  de  Fougères.  (Ibid.,  t.  VIII,  p.  213-409.) 

Id.  Notice  sur  les  paroisses  du  canton  de  Louvigné-du-Désert.  (Ibid., 
t.  XI,  p.  257-379.) 

GuiLLOTiN  DE  GoRSON.  Statistique  historique  et  monumentale  du  can- 
ton de  Redon.  (Ibid.,  t.  XII,  p.  i-i  18.) 


284  Bibliographie  des  traditions 

Maupillé  (L.).  Notices  sur  les  paroisses  du  canton  de  Saint-Brice 
(Ibid.,  t.  XIII,  p.  221-J18.) 

Theuvenot.  Note  sur  quelques  monuments  anciens  de  la  Manche,  dv. 
l'Ille-et-Vilaine  et  de  la  Haute-Saône.  Tours,  Bouzerez,  in-S"  de  1 1  pj 
(Extrait  des  comptes-rendus  de  la  Société  franc,  d'arch.,  Congrès  di 
Mans  et  de  Laval,  1878.) 

SÉBiLLOT  (Paul).  Traditions,  superstitions  et  légendes  de  la  Haute- 
Bretagne.  Maisonneuve,  1879,  in-8°  de  41p.  (Tirage  à  part  de  la  Revui 
de  linguistique,  t.  XIII,  janvier  1880). 

ID.  Les  oiseaux  sauvages  de  la  Haute-Bretagne.  (Revue  de  linguistique 
t.  XIV,  p.  1-19.) 

Id.  Les  poissons  de  mer,  proverbes,  formulettes,  superstitions.  In-8 
de  1 5  pages.  (Tirage  à  part  de  la  Revue  de  linguistique,  t.  XIV.) 

Ernoul  de  la  Chenelière.  Inventaire  des  monuments  mégalithique; 
du  département  des  Côtes-du-Nord,  Saint-Brieuc,  Guyon,  1881,  in-8° 
(Tirage  à  part  des  Mémoires  de  la  Société  d'émulation  des  Côtes-du- 
Nord,  année  1881.) 

La  Borderie  (Arthur  de).  Saint-Lunaire,  son  histoire,  son  église,  se; 
monuments  (avec  10  planches).  Rennes,,  J,  Plihon;  impr.  Catel.  1881 
gr.  in-8»  de  47  p. 

ID.  Galerie  bretonne,  historique  et  littéraire.  1881,  in- 12.  Sommaire 
Saint-Lunaire.  —  Anne  de  Bretagne.  —  Bataille  d'oiseaux.  —  Vieu) 
conte  rennais.  —  La  poésie  de  Noël  en  Bretagne... 

SÉBILLOT  (PaulK  Traditions  et  superstitions  de  la  Haute-Bretagne 
Paris,  Maisonneuve,  1882,  2  vol.  in- 12  elzévir. 

Première  partie.  —  L'homme,  les  esprits  et  les  démons.  Chap.  l".  Le; 
monuments  préhistoriques.  II.  Le  culte  des  pierres,  des  arbres  et  des  fontaines 
III.  Les  fées.  IV.  Les  lutins.  V.  Le  diable.  VI.  Les  superstitions  de  la  nuit 
VII.  Les  revenants.  VIII.  Les  sorciers  et  les  loups-garous.  IX.  Dieu  et  I; 
vierge.  X.  Les  saints  et  les  moines.  XI,  Les  souvenirs  historiques. 

Seconde  partie.  —  Cliap.  I»"".  Les  mammifères  domestiques.  II.  Les  mammi-, 
fères  sauvages.  III.  Les  oiseaux  domestiques.  IV.  Les  oiseaux  sauvages.  V.; 
Les  reptiles.  VI.  Les  poissons.  VII.  Les  insectes.  VIII.  Les  arbres.  IX.  Le; 
Plantes.  X.  Les  Météores. 

Orain  (a.).  Géographie  de  l'Ille-et- Vilaine.  Rennes,  1882. 

CONTES    POPULAIRES. 

FouQUET  (le  D''  Alfred).  Légendes,  contes  et  chansons  populaires  du 
Morbihan.  Vannes,  A.  Cauderan,  1857,  in-12  de  180  p.,  avec  musique 
des  chansons. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  285 

■  Les  légendes  du  Morbihan,  recueillies  pour  la  plupart  en  pays  gallot,  con- 
iennent  vingt-sept  récits  dont  voici  les  titres  :  le  Meunier  qui  jette  des  sorts, 
:a  Borne,  la  Jument  du  diable,  la  Légende  de  Rieux,  le  Trésor  de  Kerbihan,  le 
Douanier  emporté  par  le  diable,  le  Pommier  de  misère,  Saint  Jugon,  les  Follets 
;t  les  vieilles  filles,  Apparition  de  Noël,  le  Follet  du  château  de  Callac,  la 
Drague  de  Sérent,  les  Aboyeuses,  la  Filandière  de  nuit,  les  Sept  Saints,  Saint 
3obrien,  la  Légende  du  sire  de  Garo,  Kergornet,  les  Lutins  du  château  de 
Coetbo,  Alice  de  Q^uinipilly,  le  Plus  grand  saint  du  paradis,  la  Messe  du  fan- 
tôme, un  Sorcier  de  Loyat,  le  Revenant  du  Châtellier,  la  Légende  de  Kerleau, 
Clémence  de  Cancoët,  Comment  Kernascleden  fut  bâti. 
Voir  la  note  de  la  partie  bretonnante. 

DuLAURENS  DE  LA  Barre.  Lcs  veillécs  de  l'Armor,  récits  populaires 
lies  Bretons.  Vannes,  Lamarzelle,  1857,  in-i8. 

Deux  des  contes  qui  le  composent  :  le  Pêcheur  de  Konkored  et  les  Korigans 
je  Tréhorenteuc,  ont  été  recueillis  en  pays  gallot. 

j  Fantômes  bretons.  —  (Voir  la  Basse-Bretagne.)  Ravage,  le  garde- 
:hasse  du  diable  ;  conte  de  la  Loire-Inférieure. 

D'Amezeuil.  —  (Voir  la  Basse-Bretagne.)  Récits  bretons. 

Quelques  légendes  recueillies  en  pays  gallot  :  le  Moulin  du  diable,  le  Pilous 
de  nuit,  une  Mésaventure  de  messire  Guillaume. 

1  Cerny  (M"i«  Elvire  de).  Saint-Suliac  et  ses  traditions  ;  Dinan,  Huart, 
il 861,  in-8°  de  95  p.  et  I  p.  d'errata. 

Il  contient  quatorze  contes  dont  voici  les  titres  :  les  Anes  de  Rigourdaine,  la 
Guivre,  la  Fée  du  Bec  du  Puy,  Plainte  d'une  maison  de  la  rue  Besnier,  le 
■Lièvre  à  Campion,  le  Cierge,  les  Trois  mortes,  le  Terreneuvat  noyé,  le  Vicaire, 
leanne  Malobe,  la  Jeune  fille  du  cimetière,  les  Fées  de  la  Rance,  la  Mare  et 
le  Buglede  Saint-Coulman,  la  Dent  de  Gargantua. 

L'auteur  a  quelque  peu  brodé  sur  le  fond  populaire;  il  y  a  ajouté  des  des- 
criptions et  des  réflexions  personnelles,  et  ne  s'est  pas  assez  effacé  derrière  ses 
:onteurs.  Le  fond  des  récits  est  cependant  populaire,  et  la  lecture  de  ce  petit 
ivre,  facilement  écrit,  est  attrayante.  Saint-Suliac,  le  lieu  où  ces  récits  ont  été 
recueillis,  est  un  bourg  de  l'Ille-et-Vilaine,  bâti  au  bord  de  la  Rance,  dans  une 
situation  pittoresque. 

Kermin  (R.).  Rieux  et  Redon,  légende.  [Conteur  breton,  2?  année, 
186^-66,  p.  21?.) 

Orain  (A.).  Les  deux  noix.  {La  Semaine  des  enfants,  1866,  n"  690.) 

La  Grenouille  verte.  (Ibid.,  1867,  n°  834.) 

Les  Korigans.  (Ibid.,  1868,  n"  91 3.) 
]   Fleur  d'épine.  (Ibid.) 

\    La  Fée  des  houx.  (Dans  la  Jeunesse  bretonne,  1868- 1869.) 
;    Petit-Jean.  [La  Semaine  des  enfants,  1869,  n°  1001.) 


286  Bibliographie  des  traditions 

La  Mare  à  la  fiancée.  (Ibid.,  n°  1028.)  L 

La  Levrette  blanche.  (îbid.,  1870,  n"  1142.)  1 

Le  Sifflet  merveilleux  (récit  du  braconnier).  (Revue  de  Bretagne  et  î 

Vendée,  1870.) 
GuiLLOTiN  DE  CoRSON.   Récits  historiques,  traditions  et  légendes  ; 

l'arrondissement  de  Redon.  Redon,  1870,  in- 18. 

Contient  par  ci  par  là  des  légendes,   mais  non   racontées  populairemer 

légende  de  saint  Melaine,  p.  19.  Le  blé  qui  revient  dans  le  grenier,  p.  75.  i 

légende  du  Gourmalon,  p.  99.  La  vierge  d'Anast,  p.  144.  La  dame  et  la  j, 

p.  177. 

Orain  (a.).  Jean  l'Hébété.  [La  Semaine  des  enfants,  1  871,  n"  11 57 

Jean  Sans  Peur.  (Ibid.,  n°  1 188.) 

Le  Rocher  d'Uzel  (récit  du  batelier).  [Revue  de  Bretagne  et  de  Vena 
1871.) 

L'âne  qui  fait  de  l'or.  (La  Semaine  des  enfants,  1872,  n°  1224.) 

Le  Chemin  du  Paradis.  (Ibid.,  n°  1252.) 

L'eau  qui  danse,  la  pomme  qui  chante  et  l'oiseau  qui  dit  tout.  (Ibi . 
n"  1236.) 

La  légende  du  rouge-gorge.  [La  poupée  modèle,  1872.) 

La  chèvre  blanche  et  ses  deux  biquets.  (Ibid.) 

Jacques  Robert  à  la  porte  du  paradis.  {La  Semaine  des  enfants,  i8-, 
n»  1299.) 

Le  crapaud  qui  se  marie.  (Ibid.,  1874,  m  1 3 18.) 

Les  trois  frères.  (Ibid.,  no  1 320.) 

Les  trois  chevaliers  de  la  Belle  Étoile.  (Ibid.,  n°  1335.) 

Mirlificochet.  (Ibid.,  n»  1345.) 

La  Mare  à  la  fiancée  (récit  du  tailleur).  [Revue  de  Bretagne  et  de  V  ■ 
dée,  1874.) 

La  couronne  du  roi  Hoël  III.  (Ibid.) 

Le  meunier  du  Boël.  [La  Semaine  des  enfants,  1875,  n"  1375.) 

Le  géant  de  la  forêt  de  Brocéliande.  (Ibid.,  n"  1 382.)  , 

Ver  de  terre,  poussière  de  mes  mains,  ombre  de  mes  moustach; 
(Ibid.,  n°  1401.) 

Sainte  Ouenna  (récit  de  la  gardeuse  de  vaches) .  {Revue  de  Bretagn  t 
de  Vendée,  1875.) 

Le  rouet  enchanté.  (La  Semaine  des  enfants,  1876,  n"  1422.) 

Jean  de  l'Ours,  Tord-Chêne,  Pousse-Montagne  et  Bras  de  Fer.  (Ibi , 
nM44$.)  ' 

La  médaille  de  sainte  Anne  (légende  bretonne).  (Revue  de  Bretagn  t 
de  Vendée,  1876.) 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  287 

DuMERSAN.  Mistigris,  conte  breton  de  Ploërmel.  (Le  Soleil,  27  nov. 

!i8770 

I  Laurent  (Ch. -M.).  L'amour  en  Prusse.  Paris,  Ghio^,  1878,  in-i8. 
Contient  un  conte  gallot,  p.  299;  c'est  une  variante  de  Jean  le  fin  et 
jlean  le  fou,  contes  populaires  de  la  Haute-Bretagne,  n"  35. 

GouDÉ  (l'abbé).  Histoire  et  légendes  du  pays  de  Châteaubriant,  pro- 
Tienades  aux  environs,  monuments  civils  et  religieux,  antiquités  et  curio- 
,iités,  par  l'auteur  de  l'histoire  de  Châteaubriant.  Châteaubriant,  1879, 
[n-8». 

Contient  quelques  légendes  :  la  Bête  de  Béré,  p.  53.  Ravage  ou  le  garde- 
chasse  du  diable,  p.  223.  La  Tombe  à  la  fille,  p.  352.  L'âme  damnée  du  sire 
Je  Coetenfao,  p.  3  54. 

I    Orain.  La  boursée  d'or.  (La  Poupée  modèle,  1879.) 

'    SÉBiLLOT  (Paul).  Contes  populaires  de  la  Haute-Bretagne,  i  volume 

in-i2  de  xii-360  p.  Paris,  Charpentier,  1880. 

I.  Les  Féeries  et  les  Aventures  merveilleuses.  (1  le  Petit  roi  Jeannot  ;  2  la 
Bergère  des  champs  ;  3  le  Taureau  bleu  ;  4  la  Houle  de  Chêlin  ;  5  les  Cornes 
er.chantées  ;  6  le  Capitaine  Pierre  ;  7  les  Trois  dons  ;  8  les  Quatre  fils  du  meu- 
nier ;  9  le  Géant  aux  sept  femmes  ;  10  la  Houle  de  la  Corbière  ;  1 1  Jean  Sans 
Peur;  12  la  Fève;  13  la  Princesse  aux  pêches;  14  l'Oiseau  bleu  ;  1 5  la  Fille 
aux  bras  coupés  ;  16  les  Galants  dupés  ;  17  l'Enfant  de  la  fée;  18  le  Roi  des 
poissons  ;  19  la  Perle  ;  20  le  Mariage  de  Jean  le  Diot  ;  21  les  Bas  enchantés  ; 
22  la  Fée  et  le  marin;  23  la  Dédaigneuse  punie;  24  la  Couleuvre;  25  la 
Princesse  Dangobert  ;  26  la  Fille  et  ses  sept  frères  ;  27  Césarine  ;  28  le  Pilote 
de  Boulogne;  29  l'Enfant  vendu  au  diable;  30  le  Chien  capitaine;  31  la 
Demoiselle  en  blanc.) 

II.  Les  Facéties  et  les  bons  tours.  (32  le  Fin  larron  ;  33  Jean  le  Diot;  34 
Comment  il  arriva  malheur  à  Jean  le  Diot  ;  35  Jean  le  Fin  et  Jean  le  Fou  ;  36 
D'un  vieux  cheval  et  d'une  vieille  femme  ;  37  le  Voyage  des  Jaguens  à  Paris; 
38  Comment  les  Jaguens  allèrent  voir  le  roi  ;  39  le  Fils  du  roi  de  France  et  le 
Jaguen  ;  40  le  Recteur  volé;  41  le  Diable  attrapé). 

III.  Les  diableries,  sorcelleries  et  histoires  de  revenants.  (42  le  Pacte  ;  43  la 
Messe  du  fantôme;  44  les  P'emmes  et  le  Diable;  '45  le  Sorcier;  46  le  Matelot 
Jean-Jacques  ;  47  le  Loup-Garou  ;  48  Rodomont  ;  49  le  Drap  mortuaire  ;  50 
le  Diable  ménétrier  ;  51  les  Chats  sorciers  ;  $2  la  Danse  des  chats.) 

IV.  Contes  divers.  (53  Saint  Pierre  en  voyage  ;  54  la  légende  de  saint  Mau- 
ron  ;  55  la  Mort  du  rat  ;  56  le  Loup  et  le  Renard  ;  ^7  le  Chat;  58  la  Petite 
brebiette  blanche;  59  le  Merle  et  le  Renard  ;  éo  les  Souliers  rouges;  61  Elisa- 
botte  ;  62  le  Voleur  de  crêpes;  63  la  Légende  de  saint  Lénard  ;  64  Vadoyer  ; 
65  les  Trois  violoneux  en  Paradis  ;  66  la  Petite  fille  dans  un  puits.) 

Articles  de  M,  de  Gubernatis  dans  la  Nuova  Antologia,  juin  1880;  André 


288  Bibliographie  des  traditions 

Lefèvre,  RépubUtjue  française^  6  juillet  1880;  Gaston  Paris,  Romania,  18? 
p.  328-330;  A.  d'Ancona,  Rassegna  stttimanak,  22  août  1880;  A.  Fleu) 
Journal  de  Saint-Pétersbourg^  8  (20)  septembre  1880;  A.  Theuriet,  Le  Par 
mg«f,  20  septembre;  Luzel,  Revue  celtique^  janvier  1881  ;  de  Puymaigre, 
Monde,  5  janv.  1881  ;  Lang,  S'  James'  Gazette,  14  mars  1881. 
Orain  (A.).  Jeanne  l'Hébétée.  [La  Poupée  modèle^  juillet  1880.) 
Sébillot  (Paul).  Les  Jaguens  en  voyage.  [La  Bretagne  artistique 
littéraire,  t.  I,  n"  2,  p.  80-89.) 

ID.  La  Goule  es  Fées  (en  patois).  (Ibid.,  n"  3,  p.  133-135.) 
MoNNiER  (Edouard).  Le  fossoyeur  de  Saint-Saturnin,  légende  na 
taise.  (Ibid.,  t.  II,  p.  49-52.) 

Sébillot  (Paul).  Littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne.  Paris,  M; 
sonneuve,  1881.  In- 12  elzévir  de  xii-400  p. 

La  première  partie  contient  des  spécimens,  au  nombre  de  44,  des  con 
populaires  en  Haute-Bretagne. 

I.  Les  féeries  et  les  aventures  merveilleuses,  a)  Contes  à  apparences  local 
§  I.  Légendes  des  Houles,  i  la  Houle  de  la  Corbière;  2  la  Houle  de  Poulift 

3  la  Goule-ès-fées  ;  4  la  Houle  Cosseu.  §  2.  Autres  contes  de  fées.  §3-0, 
gantua  en  Haute-Bretagne:  la  Dent  de  Gargantua,  b)  Contes  de  fées  qui  ne 
passent  pas  dans  un  lieu  déterminé  du  pays.  —  §  1.  Contes  qui  présentent  c 
analogies  avec  ceux  de  Perrault,  i  Barbe-Rouge  ;  2  la  Pouilleuse.  —  %2  Con 
divers  de  fées  et  d'enchantement,  i  le  Merle  d'or  ;  2  Jean  le  Laid  ;  3  P( 
d'ânette.  —  §  3.  Contes  des  géants  et  des  hommes  forts:  Jean  de  l'Ours. 

II.  Les  facéties  et  les  bons  tours  :  les  Jean  le  Diot.  i  le  Garçon  sans  idé 
2  Jean  le  Fou  ;  3  les  Boutons  d'or  ;  4  C'est  nous  autres  messieurs  ;  5  le  I 
voleur  ;  6  le  Navet  ;  7  le  Prêtre  qui  n'a  pas  de  chance  ;  8  la  Coquette  et  ses  bc 
amis  ;  9  les  Trois  dons  ;  10  les  Trois  balais  ;  1 1  le  Fermier  et  son  domestiqi 

III.  Les  diableries,  sorcelleries  et  histoires  de  revenants.  — §  i.  Les  diableri' 
I  la  Coquette  et  le  diable  ;  2  le  Diable  danseur  ;  3  Misère.  —  §  2.  Les  lutins 
les  sorciers.  1  le  Faudeur;  2  le  Mouton  sorcier;  3  les  Sorciers.  —  §  J-  I^ 
revenants,  i  la  Messe  du  fantôme  ;  2  le  Linceul  promis  ;  3  les  Deux  fiancf 

4  le  Revenant  de  la  Garaye  ;  4  la  Lavandière  des  Noes  Gourdais. 

IV.  Contes  divers.  —  §  i .  Contes  de  saints  et  de  l'autre  monde,  i  Saint  Anto 
portier  du  paradis  ;  2  la  Fève.  —  §  2.  Contes  d'enfants.  1  les  Trois  frères  ;  2  \ 
Petits  souliers  rouges  ;  3  le  Sifflet  qui  parle;  4  la  Robe  de  beurre;  5  le  Rat' 
la  Râtesse.  §  3.  Fables  et  contes  d'animaux,  i  le  Colimaçon  et  le  Renard;' 
les  Loups  ;  3  la  Chèvre. 

V.  Contes  des  marins  et  des  pêcheurs.  1  Jean  de  l'Ours  ;  2  les  Jaguen; 
l'auberge. 

Articles  de  d'Ancona  {La  Rassegna  settimanale,  24  avril).  0.  de  Goure 
(Revue  de  Bretagne  et  de  Vendée,  mai  1881).  Notes  and  Queries,  6  aoiJt  188 
A.  de  Gubernatis  {Nuova  Antologia,  i^'  mars  1881).  R.  Kœhler  {Literariscl' 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  289 

Ccntralblait,  10  décembre).  Guiseppe  Pitre  (Archivio  per  lo  studio  délie  tradizioni 
mpolixri,  janvier  1882).  Liebrecht  (Germania,  1882,  p.  228-233). 

Orain  (Ad.).  Une  excursion  dans  la  forêt  de  Paimpont.  Rennes, 
'1880.  In-8°,  48  p. 

Contient  un  conte  :  La  Bûche  d'or. 

Lagneau.  Guide  du  Casino  de  Dinard.  In-32.  Saint-Malo,  1880.  Deux 
:ontes  : 

La  Goule-ès-Fées.  —  Légende  de  la  Garaye. 

SÉBiLLOT  (Paul).  Contes  des  paysans  et  des  pêcheurs.  Paris,  Char- 
pentier, 1881,  in-i8  de  xvi-344  p. 

I  L  Les  fées  des  houles  et  de  la  mer.  —  i  la  Houle  du  Châtelet  ;  2  la  Seraine 
Ida  la  Fresnaye  ;  autre  version  de  la  Seraine;  3  la  Houle  de  la  Teigneuse;  4  le 
Pain  des  fées  et  l'œil  de  cristal  ;  5  la  Houle  Saint-Michel  ;  6  la  Fleur  du  rocher; 
,7  la  Houle  de  Chêlin  (2^  version)  ;  8  la  Poule  noire  ;  9  le  Pertus  es  Fêtes  ;  10 
la  Houle  du  Grouin  ;  1 1  les  Fées  du  Guildo;  12  l'Homme  de  mer  ;  1 3  les  Fées 
jde  Lûla  ;  14  la  Houle  de  Beauçais;  14  bis  la  Houle  de  Saint-Briac  ;  1 5  l'Enfant 
changé;  15  bis  l'Enfant  des  fées;  16  le  Marsouin;  17  la  Danse  des  fées;  18 
la  Houle  du  Longval  ;  19  les  Fées  du  Port  Blanc  ;  20  la  Mort  des  fées. 
,  II.  Les  féeries  et  les  aventures  merveilleuses.  —  21  la  Fée  deCréhen;  22  la  Prin- 
cesse Félicité  ;  23  les  Petites  coudées  ;  24  le  Corps  sans  âme  ;  25  l'Enfant  qui 
.entend  le  langage  des  bêtes  ;  26  Petite  Baguette  ;  27  les  Sept  garçons  et  leur 
,sœur;  27  bis  les  Sept  garçons  et  leur  sœur  (autre  version);  28  le  Pillotous; 
29  le  Petit  mouton  Martinet  ;  30  le  Roi  des  crapauds  et  la  reine  des  grenouilles; 
.31  Cendrouse;  32  le  Présent  de  la  fée;  33  les  Bœufs  des  fées;  34  l'Enfant  qui 
,va  chercher  des  remèdes  ;  3s  le  Berger  qui  épousa  la  fille  du  roi;  36  la  Belle- 
Mère;  37  le  Pertus  doré;  38  Point  du  Jour;  39  la  Fille  aux  bras  coupés;  40 
le  Bœuf  d'or;  41  la  Vieille  qui  veut  rajeunir  ;  42  la  Chèvre  blanche. 

III.  Les  facéties  et  les  bons  tours.  —  43  Jeanne  la  Diote  ;  44  l'Instruction  et 
,1e  jugement  ;  45  Saint  Dénigé  ;  46  Janvier  et  Février  ;  47  Et  moi  aussi  ;  48  la 
Citrouille  ;  49  Celui  qui  coupa  la  tête  d'un  Jean. 

IV.  Les  diables,  les  sorciers  et  les  lutins.  —  50  le  Bélier  courant  et  la  Bergère 
aux  champs  ;  51  le  Meneur  de  loups;  52  Misère;  53  la  Charrette  moulinoire  ; 
54  le  Doreur  et  le  Diable  ;  5  5  le  Fersé  ;  56  le  Pacte;  57  Bénédicité;  57  bis  le 
Reçu;  58  la  Grange  du  diable;  59  les  Sorciers  de  Knéa  ;  60  les  Chats-Sorciers 
et  les  Bossus. 

V.  Contes  d'animaux  et  petites  légendes.  —  61  Moitié  de  coq  ;  62  les  Boucs 
deSaint-Brieuc  des  Iffs  ;  63  les  Trois  petites  poules  ;  64  l'Homme  dans  la  lune  ; 
65  la  Mauvaise  étoile  ;  66  la  Chèvre  de  Trigavou  ;  67  le  Biniou  ;  68  la  Biquette 
et  ses  petits  Biquions. 

Comptes-rendus  principaux.  J.  Fleury  {Journal  de  Saint-Pétersbourg.,  3-15  juil- 
let 1881).  A.  de  Gubernatis  (Nuova  Antologia.^  i"  juin  1881).  A.  Theuriet  {Le 
Parlement,  27  juin   1881).  A.  Machado  y  Alvarès  [Revisia  lllustrada.,  aoCit). 


290  Bibliographie  des  traditions 

A.  Lefèvre  (Le  Réveil,   25   novembre    1881).   0«  de  Puymaigre  [Le  Mot, 

10  décembre  1881). 

Hamonic  (E.).  Le  moine  amoureux.  S.  1.  n.  d.  (1882).  In-12  de  20. 
non  chiffrées. 

Imprimé  par  l'auteur  lui-même,  et  non  mis  dans  le  commerce. 

Orain  (a.).  Jeanne  l'Hébétée,  illustré.  [La  Mère  Gigogne,  alman;i 
de  la  Poupée  modèle.) 

SÉBiLLOT  (Paul).  Contes  des  marins.  Paris,  Charpentier,  1882,  in-  . 

I.  Les  aventures  merveilleuses,  i  le  Cordon  enchanté  ;  2  le  Crapaud  à  boi.j 
3  la  Rose  ;  4  Tribord-Amures  ;  5  les  Fées  de  la  mer  et  les  marins  ;  6  le  Pri .; 
Ivrogne  ;  7  le  Bateau  qui  va  sur  terre  comme  sur  mer  ;  8  le  Petit  marj; 
9  Jean  le  Teignous;  10  le  Cordon  de  la  fée  ;  1 1  la  Houle  du  Vâlé  ;  12  Jl 
des  Merveilles;  131a  Belle  aux  clés  d'or;  13  bis  Petit-Jean;  14  Blanche  Nei|i 
15  le  Grand  Coquelicu  ;  16  Jean  de  Calais;  17  les  Douze  pairs  de  Franj 
le  grand  prince  et  le  petit  soldat  ;  18  le  Château  suspendu  dans  les  airs  ;  ici 
Pilote  de  mer;  20  la  Sirène;  21  Jean  le  soldat;  22  le  Grand  géant  Gra[ 
Sourcil. 

II.  Les  vents.  —  25  l'Origine  des  vents  ;  24  Norouâs  ;  24  bis  Norouâs  ; 
Surouâs  ;  26  Suète  ;  27  Nord-Est  ;  28  Comment  le  bonhomme  Gonnevé 
Nord-Est  ;  29  la  Bonne  femme  qui  tua  Suète. 

III.  Les  joyeuses  histoires  des  Jaguens.  —  30  le  Bon  Dieu  de  Saint-Jacut; 
l'Oie  de  Saint-Quay.  32  le  Vœu  ;  33  le  Calvaire  ;  34   les  Trois  jeûnes;  35  ■ 
Jaguens  chez  le  roi;   36  l'Ane;  37  la   Vache  défalaisée  ;  38  la  Bataille  . 
Bourdineaux. 

IV.  Les  facéties.  —  39  Galette  de  biscuit  et  quart  de  vin  ;  40  le  Galetier  pr 
la  ligne  ;  41  Mailloche  à  fourrer  ;  42  les  Pêcheurs  de  Fécamp. 

V.  Les  diables,  les  sorciers  et  les  revenants.  —  43  Mathurin;  44  le  Diaf 
laboureur  et  marin  ;  45  l'Équipage  révolté  ;  46  le  Navire  du  diable  ;  47  Mj 
credi  ;  48  le  Saint-Marquand;  49  le  Diable  à  bord  de  la  frégate;  50  Pierre 
51  le  Capitaine  sous  la  protection  du  diable.  1 

VI.  Fables  et  petites  légendes.  —  52  les  Rats  et  les  Souris  ;  53  le  Roué  der| 
et  la  fée  ;  54  le  Roué  de  mer  et  le  homard  ;  55  le  Roi  des  Maquereaux  et  le 
des  Brèmes;  56  la  Poule  de  mer;  57  le  Ricardeau  et  le  Coulieu  ;  58  Compf 
le  Coulieu  et  compère  le  Renard;  59  le  Pêcheur  de  lançons.  I 

CHANSONS. 

Instructions  relatives  aux  poésies  populaires  de  la  France,  déci 
du  13  septembre  1852.  Imp.  impériale,  1853,  in-80. 

C'est  un  tirage  à  part  du    Bulletin  du  Comité  de  la  langue,  de  l'histoire 
des  arts  de  la  France,  t.  I,   1852-3,  p.   217-273.  Ces  instructions  ont 
rédigées  par  Ampère. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  291 

Il  contient  plusieurs  chansons  recueillies  en  pays  gallot  dont  voici  les  titres 
vec  les  noms  de  ceux  qui  les  ont  envoyées  : 

D'  RouLiN.  La  Cane  de  Montfort,  p.  13. 

Marre.  En  entrant  dans  cette  cour.  Chanson  de  mai,  p.  15. 

D^  RouLiN.  Qui  veut  ouïr  la  chanson 

De  sainte  Marguerite,  p.  18, 
:  De  Corcelle.  Adieu,  ma  mie,  je  m'en  vas,  p.  22. 

D'  RouLiN.  Voulez-vous  ouïr  l'histoire 
D'une  fille  d'esprit,  p.  26. 

Chanson  du  duc  de  Guise,  p.  27. 

Le  maréchal  Biron,  p.  29. 

Monsieur  de  Bois-Gilles,  p.  30. 

J'ai  fait  un  rêve  cette  nuit,  p.  34  (la  musique  se  trouve  p.  10). 

En  chevauchant  mes  chevaux  rouges,  p.  36. 
i  De  Corcelle.  A  Nantes,  à  Nantes  sont  arrivés,  p.  41. 

En  revenant  des  noces  dondaine,  p.  42. 

Mon  père  m'a  mariée  à  la  Saint-Nicolas  ah  !  ah  !  p.  48. 

Rossignolet  des  bois,  rossignolet  sauvage,  p.  49. 
;  A  la  claire  fontaine,  p.  52  (musique,  p.  11). 
:  Marre.  Les  cordonniers  sont  pir's  que  les  évêques,  p.  57. 

Derrière  chez  mon  père,  y  a  un  ormeau  fleuri,  p.  61. 
i  FouQUET.  Légendes  du  Morbihan. 

!  Chansons,  p.  155-180  :  La  semaine  bien  remplie.  Ce  que  valent  les  hommes, 
iJne  fille  avisée.  Le  duc  de  Kervoisy,  Les  gars  de  Locminé,  La  fille  à  marier, 
\u  diable  la  médecine.  L'âne  qui  change  de  peau.  Rien  pour  rien,  La  recon- 
laissance  des  filles.  Le  choix  d'un  époux.  Les  regrets,  Bal  breton,  Une  femme 
lui  sait  vivre,  Une  femme  mal  mariée,  Serai-je  nonnette,  L'amour  par  procura- 
ion.  Désir  de  fille  est  un  feu  qui  dévore,  Comme  l'amour  rend  bête,  Une  ven- 
jeance  de  femme.  Rien  sans  peine,  Le  faux  berger.  Une  bonne  précaution,  Un 
;)on  conseil,  Le  roi  de  Sardaigne. 

En  plus,  5  pages  de  musique. 

D'Amezeuil.  Récits  bretons  : 
Quand  la  feuille  était  verte,  p.  195. 
Au  bois  rossignolait,  p.  200. 
La  belle  est  au  jardin  d'amour,  204. 
Pastorale  :        Qui  veut  ouïr  l'historiette 

D'un  jeune  couple  d'amants. 

Rathery.  Rapport  sur  dix  chansons  populaires  (paroles  et  musique) 
ecueillies  dans  la  partie  bretonnante  du  Morbihan  et  sur  dix-sept  chan- 
sons populaires  (paroles  et  musique)  recueillies  en  pays  gallot  (et  notes 
iur  quelques  danses).  (Revue des  Sociétés  savantes,  5^  série,  t.  IV,  p.  414- 

^20.) 


292  Bibliographie  des  traditions 

Orain  (A.).  L'Ane  du  bonhomme.  {La  Semaine  des  enfants,  i8(, 
n°  1005.) 

Et  moi  de  m'encourir.  (Ibid,  n»  1007.) 

L'alouette  et  le  pinson.  (Ibid,  iSyi.n"  1157.) 

ID.  L'ami  Pierre.  —  Tu  ris,  tu  ris  bergère.  —  Toujours  gai,  gai.  - 
Et  moi  de  m'encourir.  —  L'alouette  et  le  pinson.  —  Le  joli  bas  ; 
laine.  (Dans  Rondes  et  Chansons  populaires  illustrées,  1876.  Imprimfe 
générale  Lahure.) 

Id.  Le  prisonnier  de  Rennes.  (Dans  Romania,  t.  X,  1881,  p.  2-, 
L'Echo  théâtral,  journal-programme  du  théâtre  de  Rennes,  9  nov.  187  ) 

Bureau  (L.).  Ronde  du  Grand  Auverné.  [Mélusine,  col.  269.) 

Ernault.  L'Arrivée  des  navires.  (Méi,  col.  338.) 

Le  petit  navire.  (Ibid.,  col.  463.) 

GouDÉ.  Chanson  de  saint  Eloi,  chantée  par  les  forgerons.  [Châîd- 
triant,  p.  235.) 

Orain  (A.).  La  chanson  des  filles  des  forges.  (Dans  Une  excursio  1 
la  forêt  de  Paimpont.) 

Id.  La  flûte  à  mon  gas.  —  Gentil  Coqueliqui.  —  Le  Battoué  cas 
—  L'Ane  du  bonhomme.  —  Les  sabots  d'Anne  de  Bretagne.  (Ronu 
et  chansons  publiées  hors  texte  avec  la  musique  dans  la  Poupée  modèi\ 

Id.  Les  sabots  d'Anne  de  Bretagne.  [Revue  de  Bretagne  et  de  Vena' 
1881.) 

Fleury(T.).  Lebatoué  cassé,  ronde  bretonne.  {Romania,  t.  X,  18!, 
p.  408.) 

Sébillot  (Paul.)  Littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne,  2<^  p^ 
19  chansons  dont  8  avec  la  musique. 

I.  Chansons  enfantines.  — (La  plus  belle  fille  qu'il  y  ait  au  monde,  L'ivroj  : 
et  sa  femme,  Ma  tante  Perrine,  Jeannette.) 

II.  Chansons  à  marcher  ou  à  danser.  —  (Le  petit  couturier  (dérobée),  L'; 
changé,  Les  galants.  Chanson  de  conscrit.) 

III.  Chansons  d'amour  et  de  mariage.  —  (L'avis  du  mariage,  La  servante  1 
meunier,  La  fille  pressée,  Le  ménage,  Le  mariage,  La  bonne  amie  morte.) 

IV.  Chansons  satiriques  ou  gouailleuses.  —  (Chanson  de  mensonges,  La  bic 
à  Jacques  André,  La  bonne  femme  aux  prunes,  La  chieuve  de  Trémaudan,  ': 
Gas  faraud.) 

DEVINETTES. 

Ernault  (Emile).  Quatre  devinettes  de  Saint-Brieuc.  (Dans  Mt, 
col.  292.) 

Sébillot  (Paul).  Littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne,  2^  part 
1 16  devinettes,  non  compris  les  variantes. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  29  J 


FORMULETTES, 


Bureau  (L.).  Minette,  Randonnée  pour  amuser  les  enfants.  [Mélusine, 
col.  149.) 

I     SÉBiLLOT  (Paul).  Littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne,  2^  partie; 
•  formulettes  de  la  page  33  $  à  5  $7. 


CouFFON  de  Kerdellec  (Gabriel-Marie).  Adages  agricoles  à  l'usage 
des  fermiers  du  Bosquily. 

I     Trésor  des  laboureurs,  ou  adages  à  l'usage  des  fermiers  du  canton 
de  Lamballe.  Saint-Brieuc,    Le  Maout,    1 841,  in- 18  de  49  pages. 

C'est  le  même  volume,  sous  des  titres  différents  ;  les  adages  sont  en  vers, 
avec  des  termes  gallots  ;  quelques-uns  sont  très  directement  empruntés  à  des 
proverbes  d'un  usage  courant  à  la  campagne,  lis  ont  été  reproduits  avec  une 
■  traduction  bretonne  en  vers  en  regard  (non  signée)  dans  le  Journal  de  Pontivy., 
'n's  des  20  février,  26  mars,  2  et  9  juillet  1876. 

SÉBILLOT  (Paul).  Littérature  orale  de  la  Haute-Bretagne;  ouvrage 
cité;  contient,  2^  partie,  142  proverbes  populaires. 


Costume  guérandais  décrit  dans  Mém.  de  V Académie  celtique.,  t.  V, 
,p.  158. 

Benoist  (Félix).  Nantes  et  la  Loire-Inférieure,  monuments  anciens  et 
.modernes,  sites  et  costumes  pittoresques.  Nantes,  1850,  i  vol.  in-fol., 
avec  74  planches. 

BASSE-BRETAGNE. 

LANGUE   BRETONNE. 

Le  breton  étant  une  langue  et  non  un  patois,  nous  ne  donnons  pas 
ici  la  bibliographie  des  ouvrages  de  linguistique  qui  lui  ont  été  consacrés. 
jLa  liste  en  est  longue  et  n'a  jamais  été  dressée  d'une  manière  complète. 


Rev.  Celt.  V  20 


294  Bibliographie  des  traditions 

TRADITIONS,  MŒURS  ET  USAGES. 


Cambry.  Voyage  dans  le  Finistère.  Paris,  an  VII.  3  vol.  in-8%  fig.    | 

Legonidec.  Notice  sur  la  cérémonie  du  mariage  dans  la  partie  de  1 

Bretagne  connue  sous  le  nom  de  Bas-Léon.  [Mém.  Acad.  Celt.,  II,  180S: 

562-374-)  I 

Cambry,  Voyage  dans  le  Finistère.  Nouv.  éd.  accompagnée  de  note! 
historiques,  archéologiques,  etc.,  par  le  chevalier  de  Fréminvillt' 
Brest,  Lefournier,  1836;,  in- 8". 

ID.  Voyage  dans  le  Finistère,  revu  et  augmenté  par  E.  Souvestn, 
Brest,  Côme  fils,  1835,  2  in-4'',  avec  des  lithographies.  i 

La  deuxième  partie  est  en  entier  de  Souvestre. 

Peuchet.  Statistique  du  département  du  Finistère.  Paris,  1810,  in-4 

Pétitions  sur  la  nécessité  de  détruire  la  superstition  en  Basse-Bretagni, 
d'interdire  aux  curés  de  brûler  le  prince  d'Orange  en  effigie  etd"anéanti 
la  gale.   1828.  In-8^  de  28  p. 

Gilbert-Villeneuve.  Itinéraire  descriptif  du  département  du  Fini: 
tère.  Nantes,  1828,  in-8^ 

R0MIEU  (A.),  sous-préfet  de  Quimperlé.  Les  luttes.  (Revue  de  Franc. 
1832,  reprod.  dans  le  Finistère,  8  janv.  1873  et  numéros  suiv.)  J 

Fréminville  (le  Chev.  de).  Antiquités  de  la  Bretagne.  Finistère.  Bres'i 
Lefournier,  in-8"  fig.  1832  ;  2«  éd.  1835. 

Guionvac'h.  Etudes  sur  la  Bretagne  par  L.  Kérardven.  Paris,  Ebran 
1835,  387  p.  in-8°. 

L.  Kérardven  est  le  pseudonyme  de  M.  Louis  Dufilhol,  alors  principal  ( 
collège  de  Rennes,  et  plus  tard  recteur  de  l'Académie  de  Rennes.  M.  Jul, 
Simon,  à  cette  époque  maître  d'études  au  collège  de  Rennes,  fournit  à  son  prii, 
cipal  des  matériaux  qui  furent  mis  en  usage  dans  ce  roman  de  mœurs.  Guioi 
vac'h  contient  dix  chansons  bretonnes,  en  traduction  française,  avec  le  tex 
breton  en  appendice.  M.  Gaidoz  doit  à  l'amitié  de  M.  René  Paquet  de  possij 
der  les  textes  manuscrits  d'après  lesquels  M.  Dufilhol  a  publié  ces  chansons.  ! 

Voici  la  liste  de  ces  chansons  : 

Traduction  Tex 

Chant  de  Gertrude  et  de  sa  mère  p.     15  P- 5', 

Chant  du  jeune  Breton  20  }( 

Chanson  de  Jacquette  et  Gallaù  102  3< 

Chanson  pour  demander  sa  fille  à  un  vieillard  151  3' 

Le  chant  des  âmes  205  3;! 

J'avais  choisi  une  jeune  fille  243  3;! 


295 

301 

378 

312 

382 

?>4 

383 

341 

385 

et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne. 
Esprit-Saint,  viens  enflammer  mon  âme 
Chrétiens,  je  vous  en  conjure 
Chant  des  Arzonais 
Chant  Je  Plunéret 

La  deuxième  partie  a  été  réimprimée  dans  le  Conteur  breton,  3"  année,  p.  i, 
17,  23,  33,  41,  49,  65,  73,  sous  le  titre  de  : 

Louis  Dufilhol.  Etudes  sur  la  Bretagne. 

Fréminville  (le  chev.  de).  Antiquités  de  la  Bretagne,  Côtes-du- 
Nord.  Brest,  1855,  in-8"  fig. 

SouvESTRE  (E.).  Les  derniers  Bretons,  18^6. 

Voir  les  contes. 

Id.  Les  derniers  paysans. 

Les  récits  6,  les  Kacous  de  l'Armor  8,  la  Groach,  sont  seuls  empruntés  à  la 
Bretagne  bretonnante. 

Luttes  en  Bretagne.  Mag.  pitt.,  1857,  p.  56  (avec  dessin). 

SouvESTRE  (E.).  Le  Finistère  en  18^6.  Brest,  1838,  in-4°. 

Usages  des  cimetières  de  Bretagne.  [Bull.  Mon.  T.  XVI,  1850, 
p.  431-456.) 

Fréminville  (le  chev,  de).  Guide  du  voyageur  dans  le  Finistère. 
In-i2.  Brest,  Proux.  1844. 

Du  Camp  (Maxime).  Souvenirs  de  Bretagne.  {Revue  de  Paris,  avril 
1852,  septembre  1852,  août  i8<j3.  Reproduit  par  le  Morlaisien  du 
3  mai  au  6  septembre  1876.) 

Riou  (A.).  Promenades  dans  le  Finistère.  Brest,  Lefournier. 

Charles  de  la  Touche.  Histoire  de  Belle-Isle-en-Mer.  Nantes,  1852, 
in-S". 

Saint-Genis  (de),  Notice  sur  Ouessam,  1853. 

MouiLLARD  (abbé).  Croyances  et  pratiques  qui  ont  lieu  en  Bretagne. 
(Société  polymathique  du  Morbihan,  année  1857.) 

Fouquet.  Pierres  à  bassins.  (Ibid.,  1858.) 

Vallin  (E.).  Voyage  en  Bretagne.  Finistère,  préc.  d'une  notice  sur  la 
Bretagne  au  xix'  siècle.  Paris,  1859,  in-12,  pi.  et  carte. 

RosENzwEiG.  Répertoire  archéologique  du  Morbihan.  Paris,  1863. 
In-4". 

Luzel.  Alan   Kourio.   Superstitions.    (Le   Conteur  breton,   1865-66, 

P-27$-) 
Une  partie  a  été  reproduite  à  la  fin  des  Légendes  chrétiennes,  t.  IL 
RoPARTz  (Sigismond).  Mobilier  d'un  paysan  breton  au  xviie  siècle 

(c'est  une  erreur,  le  document  visé  étant  de  1 5 18).  (Le  Conteur  breton, 

t.  II,  p.  145  et  suiv,,  1 53  et  suiv.) 


296  Bibliographie  des  traditions 

EuzENET.  Les  feux  de  la  Saint-Jean.  (Société  polymathique  du  Morbi- 
han, 1869.) 

RosENzwEiG  (L.).  Les  Cacous  de  Bretagne.  Vannes,  L.  Galles  1872, 
in-S"  de  26  p.  —  Tirage  à  part  du  Bulletin  de  la  Société  polymathique 
du  Morbihan  (2^  semestre  1871,  p.  140-165.) 

Le  Men.  Les  lépreux  et  cacoux  de  la  Basse-Bretagne,  {Bulletin  de  la' 
Soc.  archéol.  du  Finistère.  T.  IV,  1877,  p.  138-151.  T.V,  p.  40-132.) 

H.  DE  LA  ViLLEMARQuÉ.  Poésie  dcs  Cacoux.  (Ibid.  T.  V,  p.  167-174.) 

Une  Saint-Hubert  en  Bretagne,  messe  des  chiens.  (Chasse  illustrée, 
n°  du  16  nov.  1872.) 

Après  la  messe,  le  prêtre  bénissait  le  pain  des  veneurs  qui  devait  pendant 
l'année  préserver  le  chenil  du  fléau  de  la  rage. 

LuzEL  (F.-M.j.  Voyage  à  l'île  d'Ouessant.  (L  Archéologie,  costumes, 
mœurs.  II.  Traditions  populaires.;  [Revue  de  France,  mars,  avril  1874, 
pp.  186-207,772-783.) 

Le  Men  (R.-F.).  Traditions  et  superstitions  de  la  Basse-Bretagne. 
{Rev.  celt.,  I,  p.  226-242  61414-435.) 

Les  nains.  —  Les  géants.  —  Les  lutins.  —  Les  loups-garous.  —  Les  esprits 
follets.  —  Les  conjurés.  —  La  peste.  —  Le  diable. 

LuzEL.  L'arc-en-ciel,  la  lune.  (Ibid.,  t.  III,  p.  450-2.) 

Id.  Veillée  de  Noël.  Apparitions  et  revenants.  [Morlaisien,  1876.) 

Flagelle.  Notes  archéologiques  sur  le  département  du  Finistère. 
Brest,  Lefournier,  in-8°  de  94  p. 

Contient  quelques  traditions. 

Renan.  Souvenirs  d'enfance.  {Revue  des  Deux-Mondes  à\i  15  mars, 
1876.) 

Mauricet  (le  df  Alph.).  L'Isle-aux-Moines.  Ses  mœurs  et  ses  habi-' 
tants,  ses  monuments  mégalithiques.  Vannes,  impr.  Galles,  1878,  gr.. 
in-8°,  18p.,  2  pi.  (Extrait  des  Mém.  delà  Soc.  polym.  du  Morbihan.) 

Installation  du  maire  de  Brest  au  xvii«  siècle.  (Mag.  pitt..,  1876, 
p.  389-91.) 

ouvrages  et  articles  sur  les  légendes  bretonnes. 

MoRiN  (E.j.  Remarques  sur  les  contes  et  les  traditions  populaires  des' 
Gaëls  de  l'Ecosse  occidentale,  recueillis  par  M.  F.-J.  Campbell.  Rennes, 
Catel,  32  p.in-S-.  (Extrait  des  Mém.  de  la  Soc.  arch.  d'iUe-et-Vilaine.) 

Tachet  de  Barneval.  L'esprit  de  tradition  en  Bretagne.  [Revue  con- 
temporaine, 15  mars  1859.) 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  297 

La  Borderie  (de^.  Du  caractère  national  de  la  race  bretonne  {Revue 
de  Bretagne  et  de  Vendée,  janvier  1860.) 

Le  Guen.  Recherches  sur  l'origine  d'une  ancienne  coutume  bretonne. 
Essai  de  tentative  d'explication  de  l'aguilaneuf.  Brest,  Lefournier,  1869, 
48  p.  in-S". 

Levot  (P.).  La  légende  de  Sainte-Tryphine  et  le  conte  de  Barbe-Bleue. 
Brest,  Godreau,  1874,  in-8°  de  29  p.  (Extrait  du  Bulletin  de  la  Soc. 
acad.  de  Brest.  T.  VIII,  p.  185-213.  Brest,  1874.) 

LuzEL.  Traditions  orales  de  la  Basse-Bretagne  ;  tirage  à  part  du  Con- 
grès scientifique  de  France.  Saint-Brieuc,  1874,  p.  541-559. 

Id.  Origine  commune  des  contes  populaires  européens.  —  Contes 
populaires  de  la  Bretagne-Armorique.  Saint-Brieuc,  L.  Prudhomme, 
1874,  broch.  in-S"  de  20  p. 

Id.  La  légende  de  saint  Eloi,  in-8°  de  12  p.  (Extrait  des  Bull,  de  la 
Société  acad.  de  Brest.) 

Id.  Le  Nirang  des  Parsis  en  Basse-Bretagne.  {Mél.  col.  494.) 

Id.  La  chapelle  des  sept  saints.  {Mél.,  col.  201.) 

Renan  (E.).  La  légende  des  Sept  Dormants  en  Basse-Bretagne.  {Mél., 
col.  204.) 


SouvESTRE  (Emile).  Les  derniers  Bretons,  i"  éd.  1836.  Paris,  Char- 
pentier, 4  V.  in-8°.  Paris,  Coquebert,  1843,  in-8";  Michel-Lévy,  1854 
et  1858,  2  vol.  in-i2. 

Moustache.  —  Le  poulpican  et  le  boucher.  —  La  Mary  Morgan  de  l'Etang 
au  Duc.  —  La  première  édition  contenait,  t.  I,  p.  72,  un  conte,  le  Drap  mor- 
tuaire, qui  a  été  supprimé  dans  les  suivantes. 

Kerambrun.  Rannou  et  la  Sirène.  {Nouvelle  Revue  de  Bretagne,  1838- 
39,  p.  466.) 

Dans  ce  même  volume  se  trouve  aussi  p.  584  le  résumé  d'un  vieux  conte 
populaire. 

La  pierre  bornale,  tradition  bretonne.  [Mag.  pitt.,  1859,  p.  21 5.) 

Corbière  (Edouard),  La  sainte  Folle.  {Revue  bretonne,  r^  année, 
1843,  p.  86  et  suiv.) 

Souvestre  (E.).  Le  Foyer  breton,  traditions  populaires,  illustré  par 
Tony-Johannot,  Penguilly,  A.  Leleux,  Fortin  et  Saint-Germain.  Paris, 
Coquebert,  s.  d.  (1844),  in- 8°. 

Tréguier.  Comorre.  Les  trois  rencontres.  Saint  Galonnek.  Jean  Rouge-Gorge. 
—  Léon.  Les  lavandières  de  nuit,  La  Groach  de  l'île  du  Lok.  L'invention  des 


298  Bibliographie  des  traditions 

ballins.  Teuz  ar  Pouliet.  —  Cornouaille.  La  ville  d'Is.  L'heureux  Mao.  La 
souris  de  terre  et  le  corbeau  gris.  Les  quatre  dons.  —  Vannes.  Le  diable  rec- 
teur. Les  Korils  de  Plaudren.  Perronik  l'idiot.  Les  pierres  de  Plouhinec. 
L'auberge  blanche.  Le  sonneur.  Al  lew  drez  (la  lieue  de  grève).  —  Editions 
non  illustrées.  Michel  Lévy,  1853,  2  in-i 2  ;  et  1858,  2  in- 12. 

Stœber  (August).  Volkssagen  und  Legenden  aus  der  Bretagne,  dans 
Elsaessische  Neujahrsblaetter  fur  1845,  hrsgg.  von  Aug.  Stœber  und  Fr. 
Otte,  Basel,  184$,  p.  133-154. 

Légendes  bretonnes  racontées  d'après  Souvestre  et  M.  de  la  Villemarqué. 

BoDE  l'Heinrich).  Volksmaerchen  aus  Bretagne,  fur  die  Jugend  bear- 
beitet,  mit  Bildern  von  Prof.  Richter  und  T.  Johannot,  Leipzig,  O.  Wi- 
gand,  1847,  in-12. 

Contient  14  contes  arrangés  d'après  Souvestre. 

FouQUET.  Légendes  du  Morbihan.  (Ouvrage  cité). 

Quelques  contes  ont  été  recueillis  en  pays  bretonnant,  entre  autres  les  sui- 
vants :  Le  trésor  de  Kerbihan.  Saint  Jugon.  Les  sept  saints.  Saint  Gobricn 
Légende  du  sire  de  Garo.  Kergornet.  Le  plus  grand  saint  du  paradis.  La  messi 
du  fantôme.  La  légende  de  Kerleau.  Comment  Kernascleden  fut  bâti. 

DuLAURENS  DE  LA  Barre.  Les  velilécs  de  l'Armor.  Récits  populaire 
des  Bretons.  Vannes,  1857,  in- 18. 

Récits  des  Disrevellers.  i  Geneviève  de  Kastel-Mendy.  2  Le  hucheur  de  nuit 
3  La  fiancée  de  Saint-Herbot.  4  Le  trésor.  5  Les  wikings  (!  !).  6  Les  mines  di 
Huelgoat. 

Les  Marwailhers  (les  deux  premiers  contes  sont  gallots).  5  La  chapelle  d 
Béléan  ou  le  Retour  du  croisé.  4  L'aire  neuve.  5  Le  diable  boiteux.  6  Le  châ 
teau  de  Koct  Kandek.  7  Le  testament  du  recteur. 

La  3"  partie  n'est  populaire  qu'en  apparence  ",  il  y  a  d'ailleurs  des  réserves 
faire  sur  les  récits  de  cet  auteur,  presque  toujours  de  forme  arrangée;  parfoi 
le  fonds  lui-même  ne  doit  être  accepté  qu'avec  prudence. 

D'Amezeuil  (pseudonyme  de  Ch.-P.  Acloque).  Récits  bretons.  Dentu 
1863,  in-12.  j 

Aventures  du  chevalier  de  Kéraude  et  de  Spern-Gwern.  L'innocente  de  1 
grève.  Berthe  la  Mignonne.  La  mère  qui  vient  emporter  ses  enfants.  La  légend 
delà  petite  Mariaek.  Annaïk  et  la  croix  de  l'honneur. 

Tous  ces  contes,  qui  semblent  recueillis  à  la  limite  des  deux  langues,  quelques 
uns  en  pays  gallot,  ne  sont  pas  sous  forme  populaire  et  doivent  être  consulte': 
avec  une  extrême  réserve. 

Id. Légendes  bretonnes.  Souvenirs  du  Morbihan,  1863  (ou  64),  in-12 
Dentu. 
Les  deux   bossus  de  Nivillac.  Lena,  la   pâle  fiancée.  Saint  Carapibo.  Le 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  299 

Korils  et  !e  bedeau.  Légende  de  sainte  Tryphine.  Légende  de  Béléan.  Légende 
de  Nicolazic.  Yves  Hervec  et  les  revenants.  Le  pâtour  et  le  papillon.  Jaouen  le 
sonneur. 
1      Mêmes  observations  que  pour  le  précédent  volume. 

Kermeleuc.   Le   Kreisker,    légende.    {Conteur   breton,    r«   année, 
1864-$,  p.  60.) 
Kermin  (René).  Mikel,  légende  bretonne.  (Ibid.,  p.  90.) 
Kermor.  La  nuit  de  Noël,  légende.  (Ibid.,  p.  126.) 
Kermeleuc.  Un  avènement.  (Ibid.,  p.  150.) 
Amédée  B.  L'appel  du  reliquaire.  (Ibid.,  p.  17$.] 
Kermeleuc.  Comment  le  diable  faillit  être  noyé  par  trois  filles  de 
Beuzit.  (Ibid.,  2"  année,  p.  115.) 
Armand.   Les  Kourils.  (Ibid.,  p.  213.) 

Conte  littéraire  fondé  sur  une  superstition.    Presque  tous  les  contes  de  ce 
i  recueil  sont  très  arrangés. 

;     DuLAURENS  DE  LA  Barre.  Les  aventures  du  seigneur  Tête-de-Corbeau 
'  (Pen-ar-Vran) .  (Ibid.,  p.  379.) 

ID.  La  pierre  tremblante  de  Trégunc.  (Ibid.,  3»  année,  p.  132.) 
LuzEL.  Histoire  de  lann  Kerlouarn  et  de  son  cheval  Maugis,  p.  147. 
.     Robert  de  Salles  (Gaston).  Le  rouge-gorge  à  la  croix,  légende  de 
'  Guémené.  [Conteur  breton,  3^  a.,  p.  193.) 

Dulaurens  de  la   Barre.  Les  aventures  de   M.  Tam-Kik.  (Ibid., 
,  p.  337  sqq.) 

Id.  Sous  le  chaume.  Vannes,  Cauderan,  1863,  in-12. 

i'^  partie.  Le   Den-Bras,    récit  du   mendiant  ;  le   Bassin  d'or,  récit  du  fau- 

■  cheur;  le  Pilote  du  Raz,  récit  du  marin  ;  le  vieux  chien  de  la  Laita,  récit  du 

pêcheur  ;  le  Revenant  de  la  grève,   récit  de  la   veuve  du  matelot  ;  la  pierre 

tremblante  de  Trégunc,  récit  du   charretier;   Lao,  le  biniou  du  diable,  et  le 

Tireur  rouge,  récits  du  gardeur  de  vaches. 

2^  partie.  Les  aventures  du  seigneur  Tête  de  Corbeau,  récit  du  fermier;  le 
rouet  de  la  tante  Marguerite,  récit  de  la  demoiselle  du  manoir  ;  le  Lièvre  au 
chapeau  de  paille  et  le  loup-sorcier,  causeries  ;  les  aventures  de  Tam-Kik,  récit 
du  cabaretier  ;  la  veillée  de  Landévant,  causeries. 

1      Belz  (Marguerite  de).  La  clé  des  champs,  ou  les  Enfants  parisiens  en 
!  province.  Paris,  i  vol.  in-8°  de  269  p.  s.  d. 

La  fille  aux  bras  coupés  (conte  de  Cornouailles).  Le  lutin  Furti-Furton.  La 
provenance  de  ce  conte  n'est  vraisemblablement  pas  bretonne. 

Luzel.  Les  deux  bossus  ou  la  danse  des  nains  (dans  Breuriez  Breiz- 
Izei.  Morlaix,  Ledan,  1869.  Texte  breton  seulement. 


5 00  Bibliographie  des  traditions 

ID.  Contes  et  récits  populaires.  Nantes,  1869.  V.  Forest_,  in-S-  d 
22  p.  (Extrait  de  la  Revue  de  Bretagne  et  de  Vendée.) 

Le  Chevalier  Fortuné. 

Troude.  Nouveau  dictionnaire  pratique,   français  et  breton.  Brest 

1869,  in-S". 

Contient,  p.  912-918,  un  conte,  a  extrait  du  manuscrit  d'un  ami  »  M.  Milir 
et  intitulé  :  Benedisité.  —  Texte  breton  seul. 

Troude.  Nouveau  dictionnaire  pratique ,  breton  Français.  Brest 
Lefournier,  1876,  in-8^ 

Contient,  p.  431-444,  trois  contes,  en  texte  breton  seulement  :  1»  Ar  paol 
Laouïk  hag  ann  aotrou  Doue  (le  gars  Laouic  et  le  bon  Dieu)  ;  ce  conte  a  et 
analysé  par  M.  Luzel,  dans  ses  Légendes  chrétiennes,  t.  I,  p.  247,  n°  ;  - 
2°  Treiz  Plougastel,  tost  da  Vrest  (la  grève  de  Plougastel,  près  de  Brest)  ;  - 
3«  Fillor  Sant  Per  (le  filleul  de  saint  Pierre). 

Delangle  (Calixte).  Le  grillon  du  foyer.  Légendes  bretonnes.  Parij 
Durand,  1860,  in-8°  de  185  p. 

Contient  six  contes  :  Archange  et  capucins,  la  Vieille  de  la  falaise  de  Pon 
porder,  les  Métamorphoses  du  diable,  la  Folle  des  bruyères,  la  Vierge  Berhetti 
le  roi  du  menhir.  Le  i^"",  le  3«,  le  5»  sont  populaires  quant  au  fond;  le  dernitj 
est  douteux  ;  le  2«  et  le  4<=  sont  de  simples  nouvelles. 

Luzel.  Contes  bretons  recueillis  et  traduits  par  F. -M,  Luzel.  Quim 
perlé,  in- 12,  1870. 

Le  géant  Goulaffre.  L'homme  aux  deux  chiens.  Le  filleul  de  la  Sainte  Viergi 
Jezuz-Krist  en  Breiz-Izel.  Jésus-Christ  en  Basse-Bretagne,  conte  légendaii, 
chrétien,  texte  dialecte  de  Tréguier  et  traduction.  Daou  vab  ar  pesketaer.  Lei 
deux  fils  du  pêcheur  (en  français  et  en  breton).  Ar  Miliner  hag  he  aotro.  L 
meunier  et  son  seigneur  (en  français  et  en  breton). 

Troude  et  G.  Milin,  Ar  Marvailler  brezounek.    Brest,   Lefournier, 

1870,  in- 18  de  546  p.  Texte  breton  et  traduction  française. 
L'oiseau  de  vérité.  La  perruque  du  roi   Fortunatus.  Jean  à  la  barre  d 

fer.  Le  coq  d'or,  la  poule  d'argent  et  la  feuille  du  laurier  qui  chante.  Le  corp' 
sans  âme.  Christophe.  Le  diable  en  route  pour  Brest. 

Luzel.  Théodore  ou  le  château  de  Cuivre.  [Electeur  du  Finistère,  i 
4,  6  avril  1870.) 

L'abbé  Sans-Souci.  (Ibid.,  1 1  avril  1871.) 
L'homme  de  fer.  (Journal  de  Redon,  14,  21,  28  septembre  1871.) 
Le  chat  noir.  [Electeur  du  Finistère,  20,  22,  23^  24  et  25  mai  1872. 
Id.  Ar  potr-koz  Mizer  ha  sant  Per  (le  bonhomme  Misère  et  sain| 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  301 

Pierre),  texte  breton'.  —  Ar  Mesaër-denved  a  c'honeaz  merc'h  ar  roue 
gant  ur  gir  hep-ken  (le  berger  qui  obtint  la  fille  du  roi  pour  une  seule 
parole).  (Dans  Almanak  Breiz-Izel  evit  ar  blavez  biseost,  1872.  Brest, 
jGadreau,  in- 12  de  96  p.) 

Id.  Jésus-Christ  en  Basse-Bretagne,  texte  breton  et  traduction  fran- 
Içaise.  {Revue  de  Bretagne,  t.  XXVI  [vi"  de  la  série],  p.  3 '-37-) 
!    ID.    L'ermite  voyageant  avec  un  inconnu.  (Mémoires  du  Congrès 
iscientifique  de  France,  3 8^  session.  Saint-Brieuc,  1872.) 
\    ID.  Marguerite  Kerlagadec,  ou  le  laboureur,  sa  femme  et  le  moine, 
iconte  facétieux.  {L'Electeur  du  Finistère,  3,  4,  5  mars  1873.) 
[    Id.  Les  trois  frères  métamorphosés  en  corbeaux  et  leur  sœur.  [Le 
'.Finistère,  9,  19,  21,  23,  27  et  30  août  1873.) 

Id.  Rapports  sur  une  mission  scientifique  en  Bretagne.  Archives  des 
missions  scientifiques  (1872-1873). 
.     \"  rapport.  Le  berger  qui  obtint  la  fille  du  roi.  Le  corps  sans  âme. 

2^  rapport.  Celui  qui  racheta  son  père  et  sa  mère  de  l'enfer.  Le  docteur 
^Coathalec. 

!    3«  rapport.  Bihannic  et  l'ogre.  Porpant.  Jean  de  Ploubezre. 
[    4e  rapport.  Trégont-a-Baris.  L'homme  poulain.  La  princesse  de  Tréméné- 
fzaour. 

5«  rapport.  Le  berger  qui  sauve  une  princesse  d'un  serpent.  L'épervier  et  la 
jsirène.  Le  prince  de  Portugal.  Le  chat  et  sa  mère.  Les  trois  souhaits.  La  prin- 
cesse de  Tronkolaine.  Le  fils  du  pêcheur.  Le  poirier  aux  poires  d'or.  Le 
capitaine  Lixur  et  la  Santirine.  Le  prince  Serpent  et  le  prince  de  Tréguier. 
L'hiver  et  le  roitelet.  Janvier  et  février. 

,    Id.  Voyage  à  l'île  d'Ouessant,  i"  partie. 

Les  Morgans  et  Morganes.  Le  Morgan  et  la  Fille  de  la  terre.  Pipi  Meiiou  et 
la  Fille  du  magicien.  Jésus-Christ  et  le  bon  larron. 

\    Id.   Le  fils  ingrat.   (Bulletin  de  l'Association  bretonne,    session   de 

:Vannes,  1874  ou  75,  avec  commentaires.) 

j    Id.  Le  prince  turc  Frimelgus,  ou  la  femme  mariée  à  un  mort.   (Dans 

;Levot,  Sainte-Tryphine,  1874.) 

;    DuLAURENS  DE  LA  Barre.  Histoire  authentique  du  géant  Hok-Bras. 

\[Le  Publicateur  du  Finistère,  5  sept.  1874.) 

LuzEL.  Le  fils  du  marchand  et  le  magicien.  (Ibid.  Quimperlé_,  16  mai 
1874  et  les  deux  numéros  suivants.) 

\' 

ï  I.  Ce  conte  n'est  autre  chose  qu'une  traduction  en  breton  du  récit  normand  publié 
par  M.  Edelestaud  du  Méril  dans  la  Revue  germanique,  1858,  livraison  du  31  octobre, 
page  68. 


J02  Bibliographie  des  traditions 

ID.  Les  trois  fils  de  la  veuve.  (Bulletin  de  la  Société  académique 
Brest,  t.  IV,  1876-77.) 

Id.  Contes.  (Dans  Mélusine.) 

Le  voleur  avisé,  col.  17.  Le  lièvre,  le  renard  et  l'ours,  c.  57.  Les  trois 
du  roi,  c.  64.  Le  tailleur  et  l'ouragan,  c.  129.  Le  pourvoyeur  du  parad 
c.  133.  Les  trois  frères,  c.  153  (observation  de  Kœhler,  c.  158).  Les  tr 
filles  du  boulanger,  c.  206  (obs.  de  Kœhler,  c.  213).  Histoire  de  Christic  c 
devint  pape  à  Rome,  c.  300  (obs.  de  Kœhler,  c.  384).  La  destinée,  c.  323. 
femme  qui  ne  voulait  pas  avoir  d'enfants,  c.  325.  Le  pape  innocent,  c.  3 
(obs.  de  Kœhler,  c.  384).  Les  neuf  frères  métamorphosés  en  moutons,  c.  41 
Fanch  Scouarnec,  c.  465  (obs.  de  Kœhler,  col.  473).  La  petite  fourmi  qui  ail 
à  Jérusalem  et  la  neige,  c.  3  56. 

Rolland  (Eugène).  (Dans  MéL).  La  danse  des  Korrigans,  col.  11 
suivi  d'observations. 

LuzEL.  Koadalan,  texte  breton  et  traduction  française.  [Rev.  celt., 
106-131.  Observations  par  M.  R.  Kœhler.  Ibid.,  p.  152-4.) 

La  femme  du  soleil.  (Rev.  celt.,  U,  289-320.) 

Sous  ce  titre  M.  Luzel  a  réuni  les  quatre  contes  suivants  :  La  fille  ( 
épousa  un  mort.  La  femme  du  trépas.  Le  prince  turc  Frimelgus.  Le  chàte 
vert. 

L'homme  juste.  iRev.  celt.,  III,  379-385.) 

Ernault  (E.).  Conte  populaire  de  Sarzeau,  texte  et  trad.  {Rev.  cel 
111,232-4.) 

Luzel.  Formules  initiales  et  finales  des  conteurs  bretons  en  Bass 
Bretagne.  [Rev.  celt.,  III,  336-341.) 

DuLAURENS  DE  LA  Barre.  Fantômes  bretons,  contes,  légendes 
nouvelles.  Paris,  C.  Dillet,  1879. 

Le  pousseur  de  la  Dourdu.  L'homme  emborné.  Coat  an  Roc'h.  Une  cha 
en  enfer.  Roc'h  Toui.  Les  poires  d'or.  La  jument  maigre.  Tremeur,  l'hom 
sans  tète. 

Luzel  (F. -M.).  Veillées  bretonnes,  mœurs,  chants,  contes  et  réc 
populaires  des  Bretons-Armoricains,  in-18.  Paris,  Champion,  1879. 

La  messe  du  fantôme,  p.  4.  La  princesse  Blcndine.  Le  pêcheur.  Petit  Lou 
La  princesse  aux  cheveux  d'or.  Les  finesses  de  Bilz.  Cochenard  et  Turquin. 

DuLAURENS  DE  LA  Barre.  Nouveaux  fantômes  bretons,  conte 
légendes  et  nouvelles.  Lettre-préface  de  M.  de  la  Villemarqué.  Par 
C.  Dillet,  1 88 1 ,  in- 1 8  de  299  p. 

I.  Le  filleul  de  la  mort.  2  Le  veneur  infernal.  3  Saint-Quay  et  les  femnj 
curieuses.  4  Efflam  et  Hénora.  5  Mathurin  le  menteur.  6  Le  diable  charbonni  ; 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  503 

iLa  chapelle  de  Saint-Guen.  8  L'heureux  voleur.  9  La  fontaine  de  Barenton. 
)  Fall-i-tro.  11  La  pilleuse.  12  Le  géant  Hok-Bras.  13  Les  Korrigans. 
\  Aventures  de  lann-Houarn.  15  Le  troc  d'âge.  16  Les  pierres  maudites. 
7  Le  casseur  de  croix.  18  La  vierge  de  Lockrist.  19  La  volonté  de  Dieu.  20  La 
•oix  qui  marche.  21  La  fontaine  du  maudit  (les  n^^  22  à  24  sont  de  pures 
juvelles  ;  les  contes  à  fond  populaire  reprennent  au  n"^  2^  et  26.  Le  vaisseau 
'ntôme  —  Forban-Ru  —  qui  sont  intitulés  Fantômes  de  la  mer  et  sont  en 
Ifet  des  contes  de  marins,  très  arrangés). 

,  LuzEL.  Légendes  chrétiennes  de  la  Basse-Bretagne.  2  voL  petit  in- 12 
tlzévir.  Paris,  Maisonneuve,  1882. 

Première  partie.  Le  bon  Dieu,  Jésus-Christ  et  les  apôtres  voyageant  en 
asse-Bretagne  (i  La  vache  de  la  vieille  femme.  2  Le  bon  Dieu,  saint  Pierre  et 
lint  Jean.  5  Le  bon  Dieu,  le  sabotier  et  la  femme  avare.  4  La  vache  de  saint 
'ierre.  5  Le  pain  de  saint  Pierre.  6  La  vieille  qui  voulait  faire  comme  le  bon 
)ieu.  7  La  fiancée  de  saint  Pierre.  8  Porpant.  9  Saint  Philippe.  10  Jannig  ou 
is  trois  souhaits.   1 1  Le  fils  de  saint  Pierre). 

Deu.\ième  partie.  Le  bon  Dieu,  la  sainte  Vierge,  les  saints  et  le  diable 
oyageant  en  Basse-Bretagne  (i  Saint  Eloi  et  Jésus-Christ  2.  Pour  avoir  travaillé 
';  jour  de  Noël.  3  Les  trois  fils  ou  la  fête  de  saint  Joseph.  4  Le  bon  Dieu  et  la 
'jinte  Vierge  parrain  et  marraine  (!••«  version).  ^.  Le  Diable  et  la  sainte  Vierge 
arrain  et  marraine  (2«  version).  6  Jésus-Christ  et  le  bon  larron.  7  Une 
ourte  prière.  8  Le  garçon  sans  souci  ou  la  vertu  d'une  prière  dite  de  bon 
œur.  9  Les  trois  frères  qui  ne  pouvaient  s'entendre  au  sujet  de  la  succession 
e  leur  père). 

Troisième  partie.  Le  paradis  et  l'enfer  (1  Le  fils  du  diable.  2  L'enfant  voué 
u  diable  et  le  brigand  qui  se  fait  ermite.  3  Le  brigand   et  son  frère   l'ermite. 

Le  brigand  sauvé  avant  l'ermite.  5  L'ermite  et  le  vieux  brigand.  6  Le  bri- 
and  et  son  filleul.  7  Le  petit  pâtre  qui  alla  porter  une  lettre  au  paradis 
i'6  version).  8  Celui  qui  alla  porter  une  lettre  au  paradis  (2"  version).  9  Celui 
jui  rachète  son  père  et  sa  mère  de  l'enfer.  10  Le  marquis  de  Tromelin.  1 1  Le 
lape  Innocent). 

Quatrième  partie.  La  mort  en  voyage  (1  Sans-Souci  ou  le  maréchal-ferrant  et 
a  mort.  2  L'homme  juste.  3  L'Ankou  et  son  compère). 

Cinquième  partie.  Les  ermites,  les  moines,  les  brigands,  les  saints  et  les 
lapes  (1  L'ermite  voyageant  avec  un  inconnu.  2  L'ermite  et  la  bergère.  3  Le 
rère,  la  sœur  et  leur  fils  le  pape  de  Rome.  4  Les  deux  moines  et  les  deux 
emmes.  5  La  fille  de  mauvaise  réputation  qui  alla  au  paradis.  6  Cantique  spi- 
ituel  sur  la  charité  de  saint  Corentin.  7  Le  miracle  des  trois  gouttes  de  sang. 
i  Sainte  Touina.  9  Sainte  Déodié.  10  L'ermite  Jean  Guérin), 

Sixième  partie.  Diableries,  revenants  et  damnés  (i  Le  pont  de  Londres  trois 
ois  plus  long  que  la  grâce  de  Dieu.  2  L'ombre  du  pendu.  3  L'âme  damnée. 
\  Le  méchant  avocat  emporté  par  le  diable.  5  Les  deux  sœurs  qui  se  haïssent. 
3  Damné  quoique  dévot.  7  L'enfant  gâté.  8  Emporté  par  le  diable.  9  Le  saint 


304  Bibliographie  des  traditions 

vicaire  et  le  diable.  10  Les  deux  méchantes  sœurs.  11  FanticLohoou  le  lin'jl 

des  morts.  12   Quelque  compagnie  que  l'on  suive,  on  en  a  toujours  sa  p;. 

13  Teuz  ar  Pouiiet). 

Septième  partie.  Récits  divers  (i  Le  fils  ingrat.  2  Le  pain  changé  en  têti  e 
mort.  3  La  miche  de  pain.  4  II  est  bon  d'être  charitable  envers  les  pauv;. 
5  La  femme  qui  ne  voulait  pas  avoir  d'enfants.  6  Marie  Petit-Cœur.  yLabcie 
petite  servante.  8  La  destinée.  9  François  Kergargal  et  Françoise  Ker|{. 
10  Le  jeu  de  cartes  servant  de  livre  de  messe.  11  La  bonne  femme  ea 
méchante  femme.    12  Le  petit  agneau  blanc.  13  Les  deux  frères  et  leur  se. 

14  L'oiseau  bleu.  1 5  Le  soldat  qui  délivra  une  princesse  de  l'enfer). 

CHANSONS  ET  POÉSIES  POPULAIRES. 

L'Héritière  de  Keroulaz,  ballade  bretonne  du  xvi"  siècle.  (Mém.  S  . 
ant.,  26  série,  III  (1837),  468-483,  cf.  p.  xxxii. 

Publication  par  Legonidec  de  la  ballade  déjà  publiée  par  M.  de  Fréminv., 
Antiquités  du  Finistère,  2«  partie.  Brest,  1835. 

SouvESTRE.  Les  derniers  Bretons.  I,  p.  53,  57,  95,  135. 

Contient  des  chansons  ;  celle  de  la  page  51,  éd.  Lévy,  a  remplacé  une  aie 
delà  l'e  édition.  Les  chapitres  II  et  III  de  la  2^  partie  qui  a  pour  titre:  Poéis 
de  la  Bretagne  donne  des  poésies  populaires,  mais  sans  le  texte. 

La  première  édition  contenait  plusieurs  chansons  que  Souvestre  a  fait  dis  • 
raître  dans  les  suivantes. 

Dans  le  2*  volume,  p.  196,  se  trouvait  un  cantique  intitulé  Hommaj^ 
Dieu  dans  la  solitude,  dont  je  ne  connais  pas  le  texte  breton  ;  je  le  soupço^ 
fort  au  reste  de  n'avoir  jamais  existé  ;  à  la  page  260,  un  gwerz  sombre  inti'jî 
La  tête  de  mort.  C'est  le  carnaval  de  Rosporden  du  Barzaz-Breiz  arrangé.  ' 

L'Infanticide,  p.  260  (j'en  ai  publié  une  version  dans  mes  gwerziou)  ;  la  ch'- 
son  de  la  danse,  p.  318;  deux  sones,  l'un  p.  321,  l'autre  p.  361  (note.î 
M.  Luzel). 

La  prière  des  âmes. 

Le  gwerz  de  Cathel  Collet,  Marie-Yvonne  enlevée  par  les  Angli. 
{Nouvelle  Revue  de  Bretagne,  1838-1839,  p.  20,  437,  472.)  Traducti('j 
françaises  de  Kerambrun. 

Le  sône  de  Kloarec  Rosmar. 

Le  Chant  des  âmes.  (L'Illustration,  F*' année.)  Traductions  françai  ; 
de  Kerambrun. 

Le  Bihan.  Les  conscrits  de  Lanmeur,  traduction  peu  fidèle,  p.  i^ 

L.  Hamon.  Dispute  entre  le  Léonnard  et  le  Trécorrois,  p.  394. 

L.  ***.  Dispute  entre  Simon  de  Kerjulot  et  Pol  de  Kerdogan  au  su: 
du  tabac,  p.  $88.  (Nouvelle  Revue  de  Bretagne^  1838-59.) 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  305 

Dans  le  texte  breton  le  nom  des  disputeurs  sont  Simon  ar  Gontel-Gam  et 
ol-ar-Pri  (L.).  (Nouvelle  Revue  de  Bretagne^  1838-39.) 
La  vieille  Ahès,  chant  populaire  breton.  —  Dans  l'Annuaire  historique 
[archéologique  de  la  Bretagne  de  M.  de  la  Borderie,  1861.  Rennes  et 
laris,  p.  177-82,  avec  des  commentaires.  Publié  de  nouveau  par  M.  E. 
lorin,  professeur  à  la  faculté  des  lettres  de  Rennes  (texte  breton  et  tra- 
!jction),  dans  l'Armorique  au  v*-"  siècle.  In-8"  de  142  p.  Rennes,  Ver- 
ger, 1867,  p.  37. 

^M.  Morin  y  a  ajouté  des  commentaires  non  moins  enthousiastes  que  ceux  de 
.  de  la  Borderie.  Un  examen  un  peu  attentif  du  texte,  au  point  de  vue  phi- 
logique,  aurait  dû  suffire  pour  lui  inspirer  au  moins  des  doutes  sérieux. 
Ce  prétendu  chant  populaire  vient  delà  collection  de  M.  de  Penguern.  C'est 
I  pastiche  à  prétentions  historiques,  comme  on  en  a  tant  fabriqué  dans  ce 
;cle.  Son  auteur  paraît  être  feu  Kerambrun,  écrivain  breton  de  beaucoup  de 
lent.  (Nous  devons  ce  renseignement  à  M.  Luzel,  ami  et  parent  de  Keram- 
un.) 

'L'original  de  cette  pièce  est  dans  la  collection  Penguern  (Bibl.  nat.,  départ. 
15  mss.  Fonds  celtique  et  breton  n"  91,  t.    III,  p.    123)  et,  nous  apprend 
,.  Luzel,  écrit  de  la  main  de  Kerambrun). 
jMene'ch  ann  enès  c'hlaz.  Les  moines  de  l'île  Verte. 
iChant  populaire  breton,  publié  pour  la  première  fois  avec  commentaires  dans 
;;  Anciens  évèchés  de  Bretagne  de  MM.  Geslin  de  Bourgogne  et  A.  de  Barthé- 
fny,  t.  IV  (1864),  p.  13. 
Paraît  être  aussi  un  pastiche  de  Kerambrun  (L.). 

SouvESTRE.  Le  Cloarec  de  Laoudour,  traduction.  [Le  Conteur  breton, 

méro-programme,  p.  5,  23  oct.  1864.) 

Luzel.    Histoire  admirable  de  Boudedeo  (le  Juif-Errant).   (Conteur 

'.ton,  27  janv.  1866.) 

L'héritière  de  Coatgouré  (Ibid.,  17  février  1866). 

Guillaouik  Calvez  (Ibid.,  24  mars  1866). 

L'enfant  de  cire  (Ibid.,  18  août  1866). 

.D'Amezeuil.  Légendes  bretonnes. 

^Contient  quelques  chansons  bretonnes,  en  traduction  seulement  (sauf  An  hini 

z);  mais  plusieurs  sont  suspectes  d'arrangement. 

Le  chant  du  pillawer,  p.  78.  Sône  du  pillawer,  p.  82.  Chanson  du  mendiant, 

,103.  Le  ciel  et  l'enfer,  parodie,   p.    163.  Le  chant  des  âmes  (entendu  par 

'uteur  en  français  ;  la  traduction,  qui  était  psalmodiée  par  un  aveugle  breton, 

isemble  à  celle  de  Dufilhol).  An  hini  goz,  p.  270. 

ID.  Récits  bretons. 

Quelques  traductions  de  Gwerziou,  p.  206  et  208.  Soizic  la  meunière  et  le 

nneur  de  cloches. 


3o6  Bibliographie  des  traditions 

De  Penguern.  Noces  du  roitelet.  (Mém.  de  la  Soc.  arch.  des  Côj- 
du-Nord,  1866,  p.  20J.) 

Ballades  bretonnes  sur  le  Juif-Errant  citées  par  Champfleury.  (v, 
germanique,  i"août  1864,  p.  30$.) 

LuzEL.  Gwerziou  Breiz-Izel.  Chants  populaires  delà  Basse-Bretaj», 
recueillis  et  traduits.  Gwerziou^  i^r  vol.  Lorient,  Corfmat.  Paris,  Frrk 
(1868).  In-S"  de  viii-5$9  p. 

Art.  de  M.  Liebrecht  dans  les  Gœttingische  Gckhrte  Anzeigcn  du  7  avril  1  9, 
p.  522.544. 

T.  II,  VII-484P.  in-8°,  1874. 

Art.  de  M.  Reinhold  Kœhler,  dans  la  Deutsche  Literataneitung,  1874,  i- 
kel  301. 

Art.  de  M.  Liebrecht  dans  les  Gœttingische  Gelehrte  Anzeigcn  du  29  avril  1  ^4. 

MiLiN.  Légendes  bretonnes.  La  Tour  de  plomb  de  Quimper.  lîit 
in-8°  de  38  p.  (Bulletin  de  la  Soc.  ac.  de  Brest.)  | 

Contient  quatre  chansons  populaires  :  An  Tour  plom  (la  tour  de  ploi). 
Cloarec  Lambaul.  Maro  markis  Gwerrand  (la  mort  du  marquis  de  Guernl). 
Biron  ha  d'Estin  (Byron  et  d'Estaing).  i 

Elles  sont  accompagnées  de  curieuses  notes,  et  à  la  suite  des  deux  dernijs, 
on  trouve  deux  chansons  françaises  sur  la  prise  de  Grenade.  j 

Lejean  (J.-M.).  Chants  populaires  des  Bretons  :  Ar  Jouiz  Braz  '?z 
Treger),  [Revue  de  Bretagne  et  Vendée,  octobre  1873,  p.  286-297.) 

LuzEL.  La  mort  du  roitelet,  berceuse  (breton  et  français).   (Mélu.e, 

col.  73-74-) 

Les  noces  du  roitelet  (breton  et  français).  (Ibid.,  col.  193-196.) 
Ernault.  Facétie  bretonne.  (Ibid.,  col.  461-63.) 
Havet  (L.).  Chanson  bretonne  (avec  musique).  (Ibid.,  col.  533-3; 
LuzEL.  La  chanson  de  Petit-Jean  (en  breton  et  en  français).  (II}., 

col.  550-552.)  ' 

ID.  Chansonnette  bretonne.  Texte  et  trad.    [Rev.  celt.,  II,  p.  24<.'.) 
Lejean  (Guillaume).    La  poésie  populaire  en  Bretagne.  [Rev.  >U 

t.  II,  p.  44-70-)  1 

La  Vieille  et  la  Jeune,  ou  la  Bretagne  et  la  Gaule.  8  p.  m-8°.  Qf»- 

perlé,  Clairet,  s.  d.  i 

C'est  la  chanson  populaire,  augmentée  d'un  nombre  considérable  de  couits, 

destinés  à  réaliser  l'allégorie  politique  du  sous-titre.  ' 

Barzas-Breiz. 

Barzas-Breiz.  Chants  populaires  de  la  Bretagne,  recueillis  et  pu 
avec  une  traduction  française,  des  éclaircissements,  des  notes  ères 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  P7 

nélodies  originales,  par  Th.  de  la  Villemarqué.  Paris,  Charpentier, 
1839,  2  vol.  in-8°  de  vi-Lxxviii-275  et  387  p.,  avec  12  p.  de  musique. 
Cette  première  édition  contient  (t.  I,  p.  261-272)  des  «  Essais  de  traductions 
:n  vers  »  qui  n'ont  pas  été  reproduits  dans  les  éditions  suivantes. 
,  On  remarquera  que  le  principal  mot  du  titre  est  écrit  avec  un  s  (Barzas) 
andis  qu'il  est  écrit  avec  un  z  (Barzaz)  dans  les  éditions  suivantes.  Le  mot 
l'existant  pas  dans  la  langue  bretonne  et  ayant  été  créé  par  M.  de  la  V.,  on  ne 
)eut  contester  à  son  auteur  le  droit  d'en  modifier  l'orthographe. 

Barzaz-Breiz.  Chants  populaires  de  la  Bretagne  recueillis  et  publiés 
ivec  une  traduction  française,  des  arguments,  des  notes  et  les  mélodies 
)riginales,  par  Th.  Hersart  de  la  Villemarqué.  Troisième  [sic)  édition, 
lugmentée  de  trente-trois  nouvelles  ballades  historiques.  Paris,  Delloye, 
1845,  2  vol.  in-i2  de  xix-Lxxviii-400  et  492  p.  avec  56  pages  de 
nusique. 

Quelques  mois  après  son  apparition,  le  fonds  de  cette  édition  était  acheté  par 
a  librairie  Franck  qui  la  mettait  en  vente  avec  une  nouvelle  couverture  et  un 
louveau  titre  portant:  «  Quatrième  [sic]  édition.  Paris,  Franck,  1846  ».  On 
l'avait  pas  remarqué  que  ce  changement  dans  le  numérotage  de  l'édition  était 
ontredit  par  l'avant-propos  de  la  p.  ix  intitulé  «  Avant-propos  de  cette  troi- 
ième  édition  »  et  signé  «  Paris,  25  juin  1845  "•  Ce  changement  était  égale- 
nent  contredit  par  une  note  de  la  p.  140  dut.  I. 

Barzaz-Breiz.  Chants  populaires  de  la  Bretagne,,  recueillis,  traduits 
;t annotés  parle  vicomte  Hersart  de  la  Villemarqué,  membre  de  l'Ins- 
itut.  Sixième  [sic]  édition.  Ouvrage  couronné  par  l'Académie  française. 
,^aris,  Didier,  1867,  in-8'  de  Lxxxii-539  p.  et  xliv  p.  de  musique. 
■  La  librairie  Didier  a  l'usage  de  faire  un  second  tirage  dans  le  format  in- 12 
les  livres  qu'elle  publie  d'abord  dans  le  format  in-8°.  Ce  tirage  in- 12  a  reçu  le 
itre  de  «  Septième  [sic]  édition.  Paris,  Didier,  1867  ». 

Malgré  toutes  nos   recherches,   nous    n'avons    pu    trouver  trace    ni    d'une 

seconde  »  ni  d'une  «  cinquième  »  édition,  et  nous  avons  tout  lieu  de  croire 
|u'elles  n'existent  pas.  La  «  cinquième  »  est  inconnue  à  la  fois  à  la  librairie 
■"ranck  qui  a  publié  la  «  quatrième  »   et  à   la   librairie  Didier  qui  a  publié  la 

sixième  ». 
;  Le  Barzaz-Breiz  ne  nous  paraît  avoir  eu  en  réalité  que  trois  éditions  : 

La  première  en  1839  ; 
.  La  seconde  en  1845,  inexactement  appelée  «  troisième  d  et  «  quatrième  »  ; 

Et  la  troisième  en  1867,  inexactement  appelée  «  sixième  »  et  «  septième  ». 

Traductions  et  imitations. 

Keller  und  Seckendorff,  Volkslieder  aus  der  Bretagne  ins  Deutsche 
ibertr.  mit  16  Orig.-Melodien.  In-8°.  Tùbingen,  1841. 


3o8  Bibliographie  des  traditions 

M.  Hartmann  und  L.  Pfau.  Bretonische  Volkslieder.  In-i8.  Kœ 
1859. 

Ballads  and  songs  of  Britanny,  by  Tom  Taylor.  London,  1865. 

Traductions  en  vers  anglais  de  poésies  du  Barzaz-Breiz  dans  7  ■ 
Catholic  World  de  ]m\\et  1875  (article  intitulé  :  Brittany,  its  people  a 
its  poems). 

L'ouvrage  suivant,  que  nous  ne  connaissons  que  par  un  catalogi 
nous  paraît  être  une  traduction  polonaise  du  Barzaz-Breiz  : 

Piosennik  ludôwy.  Zeszyt  I.  :  (seul  paru)  piesni  bretonskie.  Pozn^ 
1842. 

La  Croix  du  chemin,  traduction  en  vers  d'une  pièce  du  Barzaz-Bre 
[Le  Conteur  breton,  F"  année,  p.  94.) 

La  chanson  de  fête  des  petits  pâtres,  par  M.  Em.  Ernault;  trad. 
vers  d'une  poésie  du  Barzaz-Breiz.  {Revue  de  Bretagne  et  de  Vend 
octobre  1877,  p.  273-5.) 

Ernault.  Poèmes  bretons  :  Merlin,  Lez-Breiz,  traduits  du  breton 
Barzaz-Breiz  en  vers  français.  (Mémoires  de  la  Société  d'émulat: 
des  Côtes-du-Nord,  année 'i  881.  T.  XIX.) 

Le  Constant  (Paul).  Ballades  et  légendes  bretonnes,  accompagm 
de  notices  historiques,  Paris,  1882,  in- 12  de  248  p. 

Le  Barzaz-Breiz  a  fourni  les  principaux  matériaux  de  ce  volume. 

A  consulter  sur  la  question  de  l^ authenticité  du  Barzaz-Breiz. 

Le  Men.  The  Athenasum,  1 1  avril  1868,  p.  527. 

D'Arbois  de  JuBAiNViLLE.  Bibliothèquc  de  l'Écolc  dcs  chartcs,  3«  se 
t.  III,  p.  265-281.  T.  V,  p.  621  et  sq. 

Id.  Revue  archéologique,  t.  XX,  p.  12  et  sqq. 

Id.  Revue  critique,  16  février  et  23  novembre  1867,  3  octobre  186 

LiEBRECHT.  Gœttingische  gelehrte  Anzeigen,  7  avril  1869. 

LuzEL  (F. -M.).  De  l'authenticité  des  chants  du  Barzaz-Breiz.  Sai: 
Brieuc,  Guyon,  et  Paris,  Franck.  In-8''  de  47  p.  1872. 

Id.  Revue  archéologique,  t.  XX,  p.  120  et  suiv. 

Halléguen.  Congrès  international  celtique  de  Saint-Brieuc,  i8( 
in-80,  p.  291  et  suiv. 

Le  Men.  Revue  celtique,  t.  I,  p.  432  (sur  la  peste  d'Elliant).  P  • 
face  du  Catholicon  de  Jean  Lagadeuc.  Lorient,  Corfmat,  s.  d.  (un  c  • 
ton  a  adouci  la  note  primitive). 

L.  Havet.  Les  poésies  populaires  de  la  Basse-Bretagne,  in-i8  ' 
42  p.  Tirage  à  part  de  la  Revue  politique  et  littéraire,  i"  mars  1873. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  509 

:  H.  d'Arbois  de  Jubainville.  Encore  un  mot  sur  le  Barzaz-Breiz. 
Paris,  Dumoulin,  1873,  8  p.  in-S",  Cf.  article  de  H.  Gaidoz  dans  la 
Revue  celtique,  t.  II,  p.  1^1-3. 

(     Dr  Halléguen.  m.  de  la  Villemarqué,  le  Barzaz-Breiz.  Dans  la  Revue 

•politique  et  littéraire,  n°  du  19  juillet  1873. 

Le  tome  II  de  la  Correspondance  de  Sainte-Beuve  contient  plusieurs 

'lettres  échangées  entre  M.  Luzel  et  Sainte-Beuve  au  sujet  du  Barzaz- 
Breiz.  Sainte-Beuve  se  proposait  de  consacrer  une  étude  à  la  question 
du  Barzaz-Breiz  ;  mais  il  n'a  pas  réalisé  ce  projet. 

Barzaz  pe  ganaouennou  Breiz,  dastumet  enn  enor  d'ar  vro,  gand 
Théodore  Hersart  de  la  Villemarqué,  ha  moullet  gand  taolennou  Ernest 
. Boyer.  Paris,  Delloye,  in-8"  (sans  date). 

I  Nous  ne  connaissons  que  deux  feuilles  de  cette  publication,  faite  exclusive- 
ment en  breton  :  c'était  une  sorte  de  revue  littéraire  bretonne  et  qui  contenait 
avec  d'autres  pièces  des  poésies  du  Barzaz-Breiz. 

.  On  peut  remarquer  la  disposition  du  titre  :  Barzaz,  pe  ganaouennou  Breiz, 
c'est-à-dire  en  français  «  Barzaz  ou  Chansons  de  la  Bretagne  ».  M.  de  la  V., 
s'adressant  à  un  public  bretonnant,  jugeait  opportun  de  traduire  le  mot  Barzaz, 
parce  que  ce  mot  est  aussi  étranger  au  breton  qu'au  français. 

Le  Comité  des  Sociétés  savantes  a  reçu,  à  plusieurs  reprises,  des 
chansons  bretonnes  ;  la  collection  formée  par  le  Comité  a  été  déposée  à 
la  Bibliothèque  nationale,  département  des  manuscrits.  Mais  plus  impor- 
,  tante  est 

LA  COLLECTION  DES  MANUSCRITS  BRETONS 

DE  M.  JEAN-MARIE  DE  PENGUERN. 

La  collection  de  Penguern,  dont  il  a  été  beaucoup  parlé  il  y  a  quelque 
temps,  est  aujourd'hui  déposée  à  la  Bibliothèque  nationale,  où  l'on  peut 
la  consulter,  département  des  manuscrits,  fonds  celtique. 

Elle  contient  sept  volumes,  manuscrits,  portant  les  numéros  89-90- 
^91-92-93-94  et  9$  du  fonds  celtique.  Les  textes  bretons  dont  elle  se 
compose  sont  tous  écrits  (sauf  pourtant  les  6^  et  7^  vol.  consacrés  aux" 
mystères)  de  la  main  de  M.  de  Penguern  ou  de  R.  G.  Kerambrun,  son 
collaborateur.  On  y  trouve  peu  de  traductions,  et  presque  toutes  sont 
de  l'écriture  de  Kerambrun.  Cinq  volumes  sont  consacrés  aux  chants 
populaires,  gwerziou,  sonioa,  berceuses,  rondes,  refrains  de  danse,  pro- 
verbes, etc. 

Rev.  Celt.  V  2  I 


3 1  o  Bibliographie  des  traditions 

Le  titre  du  i^''  vol.  est  ainsi  conçu  : 

Tome  I. 

Cliants  populaires  de  Léon  (breton),  recueillis  par  M.  J.-M.  de  Pen 
guern.  Volume  de  261  feuillets.  Manquent  les  feuillets  5,  6,  55,  57,  61 
64,  87^  94,  117,  119,  126,  127,  1 36,  139,  i6i_,  168,  170,  19$,  196 
199,  200,  219,  227,  228,  2$4,  258,  259. 

Le  feuillet  78  est  répété  cinq  fois. 

Tome  II. 

Chants  populaires  de  Léon  (suite).  —  Volume  de  292  feuillets.  - 
Manquent  20  feuillets. 

Le  t.  III  contient  les  chants  du  Trécorrois,  du  Goello  et  de  la  Cor 
nouaille.  Il  contient  2 1 1  feuillets.  —  Beaucoup  de  lacunes,  comme  dan 
les  précédents.  C'est  dans  ce  vol.  que  se  trouve  la  Vieille  Ahès  :  Groac' 
Ahès,  p.  121 . 

Le  tome  IV  contient  les  chants  bretons  recueillis  par  M"*  de  Saint 
Prix,  de  Morlaix,  partie  dans  les  Côtes-du-Nord,  à  Callac  et  aux  envi 
rons,  partie  à  Morlaix.  122  feuillets.  —  Nombreuses  lacunes. 

Dans  le  tome  V,  qui  est  de  1 19  feuillets,  on  a  rassemblé  des  frag 
ments,  résidus  et  notes  de  MM.  de  Penguern  et  Kerambrun.  On  y  trouvl 
des  projets  et  des  brouillons  de  pièces  de  Kerambrun,  avec  ratures  e* 
tâtonnements.  A  la  page  51  du  t.  III  existe  également  un  brouillon  d 
^)V£rz  incomplet,  de  sa  composition.  A  la  page  52  (ibid.),  il  se  trouv 
un  projet  de  chant  patriotique,  resté  incomplet,  et  portant  le  titre  dj 
Roué  ann  Arvor,  le  roi  d'Armor.  Chaque  volume  a  sa  table  des  matières! 
dressée  par  M,  de   Penguern  lui-même,  et  il  suffit  d'y  jeter  un  cou:j 
d'œil  pour  voir  qu'un  nombre  considérable  des  morceaux  qui  y  son 
indiqués  ont  disparu,  dans  les  pérégrinations  de  la  collection  depuis  1 
mort  de  M.  de  Penguern  jusqu'au  dépôt  qui  en  a  été  opéré  à  la  Biblio 
thèque  nationale,  en  décembre  1878.  —  Ces  soustractions  portent  prinj 
cipalement  sur  les  pièces  où  le  clergé  breton  des  xvi%  xvii^  et  xviii'  s 
est  représenté  sous  un  jour  défavorable,  au  point  de  vue  des  mœurs. 

La  collection  de  Penguern  a  été  rassemblée  de  1840  à  1852,  dan 
les  arrondissements  de  Lannion  et  de  Morlaix,  pendant  le  séjour  d 
M.  de  Penguern  dans  ces  deux  arrondissements^  comme  juge  de  paix  di 
canton  de  Perros-Guirec,  d'abord,  puis  du  canton  de  Taulé.  Si  cettj 
collection  contient  plusieurs  pastiches  de  M.  Kerambrun,  assez  faciles  ■ 
reconnaître,  du  reste,  elle  n'en  offre  pas  moins  un  intérêt  sérieux.  L 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  3 1 1 

nombre  des  pièces  authentiques  y  domine  de  beaucoup,  et  M.  de  Pen- 

guern  était  un  collecteur  consciencieux,  plein  de  respect  pour  les  textes 

populaires,  qu'il  recueillait  et  reproduisait  avec  exactitude.  M.  Keram- 

I   brun  lui-même  ne  voyait  dans  ses  pastiches  qu'un  exercice  littéraire  et 

,  poétique,  sans  importance  historique,  et  l'exemple  lui  en  était  d'ailleurs 

1  donné  par  des  personnages  connus,  et  qui  joignaient  à  l'approbation  et 

aux  encouragements  de  la  science  officielle  la  faveur  du  public. 

Sauf  pour  les  soniou,  la  collection  de  Penguern  contient  peu  de  mor- 

.  ceaux  authentiques  qu'on  ne  rencontre  pas  dans  les  Gwerziou  Breiz-Izel 

,  de  M.  Luzel  ;  mais  les  variantes  intéressantes  y  sont  nombreuses. 

C'est  M.  le  docteur  Halléguen,  resté  seul  propriétaire  de  la  collection 
de  M.  de  Penguern,  après  avoir  partagé  pendant  quelque  temps  cette 
propriété  avec  MM.  Luzel  et  Hippolyte  du  Cleuziou,  qui  en  a  opéré  le 
dépôt  à  la  Bibliothèque  nationale,  en  décembre  1878.  Ce  dépôt  se  com- 
'  pose  en  réalité  de  trois  collections,  réunies  et  classées  par  M.  de  Pen- 
guern :  celle  de  M.  de  Penguern  d'abord,  puis  celle  de  M°"=  de  Saint- 
Prix  et  celle  de  Kerambrun  ' . 

MUSIQUE. 

;   ■    Dumoulin  (A.).  Grammatica  latino-celtica,  Pragae  Bohemorum,  1800. 
■  In-8''. 

Donne  à  la  fin,  p.  185-194,  Sacra  Cantamina  et  Profana  Cantamina,  texte 
breton,  trad.  latine  et  musique. 

Ann  hani  goz,  et  chanson  d'une  Bretonne  pour  endormir  son  enfant, 
.  paroles  bretonnes,  trad.  anglaise  et  musique,  publiées  par  Carnhua- 
',  nawc  dans  'A  tour  through  Britanny',  dans  le  Cambrian  Quarterly  Maga- 
j  zine,  t.  II  (1830),  p.  38-40,  et  reproduit  dans  les  Literary  Remains  of 
;  Th.  Price  (Carnhuanawc),  Llandovery,  1854,  t.  I,  p.  22-24. 

Ann  hini  goz.  Paroles  bretonnes,  trad.  franc,  et  musique,  dans  Perrin 
et  Bouet,  Breiz-Izel,  t.  III,  p.  66. 
Neuf  airs  bretons  notés  dans  : 

Le  Joubioux.  Doue  ha  mem  bro.  Dieu  et  mon  pays,  poésies  bre- 
tonnes. Vannes,  J.-M.  Galles,  1844,  i^-^"  de  91  p.  Les  airs  (en  plain- 
chant)  ne  sont  pas  paginés. 

Chardin  (P.).  Air  breton  du  comte  Guillou  (musique).  [Mélusine, 
col.  148.1 

!    '    I.  Cette  notice  sur  les  mss.  de  la  collection   Penguern  nous  a  été  communiquée  par 
f    M.  Luzel.   —  Une   notice   sur  M.  de  F'enguern  a  été  publiée    dans  le   Collectionneur 
breton  de  1862,  p.  85,  qui  à  certaine  époque  paraissait  comme  supplément  à  la  Revue  de 
'    Bretagne  et  de  Vendée. 


3 1 2  Bibliographie  des  traditions 

Fischer.  Note  sur  l'origine  de  l'air  Ann  hini  Goz.  —  Dans  le  Bull 
de  la  Soc.  arch.  du  Finistère,  t.  VII  (1879,  p.  67-69). 

CHANSONS  FRANÇAISES  RECUEILLIES  EN  PAYS  BRETONNANT.  I 

La  ViLLEMARQUÉ.  Sont  les  fiU's  de  la  Rochelle,  p.   54.  (Instruction; 
relatives  aux  poèmes  populaires  de  la  France.) 
MiLiN  (G.).  La  prise  de  la  Grenade. 

Keppel,  bataille  navale  d'Ouessant.  (Dans  la  tour  de  plomb,  etc.) 
E.  ROLLAND.  La  bergère  résignée  (avec  musique).  (Dans  Méi,  col 
99-101.) 
La  magicienne  (avec  musique).  [Méi,  col.  123-125.) 
La  chanson  du  rendez-vous  (avec  musique).  [Méi,  col.  285-287.) 
L'arrivée  des  navires   avec  musique;.  [Méi,  col.  337.) 
Les  derniers  adieux.  [Méi,  col.  389-390,) 
Le  mari  cruel  (avec  mus.l.  (Méi,  col.  435.) 
Le  canard  blanc.  [Méi,  col.  459,  avec  musique.) 
Sauvé  (L.).  Sainte  Catherine  (à  Brest).  [Méi,  col.  508-510.) 
Les  noces  de  la  bécasse  et  de  la  perdrix.  [Méi,  col.  552-53.) 
E.  Rolland.  Almanach  des  traditions  populaires.  Paris,  Maisonneuve 
1882,  in-i8. 

Contient  16  chansons  recueillies  à  Lorient,  mais  populaires  en  Haute-Bre- 
tagne ;  sont  accompagnées  de  la  musique. 

Le  Comité  des  Sociétés  savantes  a  reçu  à  plusieurs  reprises  des  chan- 
sons françaises  recueillies  dans  la  partie  bretonnante  de  la  Bretagne 
elles  se  trouvent  dans  la  collection  déposée  à  la  Bibliothèque  nationale 
département  des  manuscrits. 

DEVINETTES. 

Sauvé.  Devinettes  bretonnes,  texte  breton  et  traduction  française, 
(^Reviie  celtique,  1879,  t.  IV,  p.  60-64.) 

Id.  Formulettes  françaises  recueillies  en  pays  bretonnant.  (Mélnsine. 
col.  170  et  5 10.) 

Formulette  bretonne.  (Me/.,  col.  319.) 

Id.  Formulettes  et  traditions  diverses  de  la  Basse-Bretagne,  texte 
breton  et  trad.  franc.  [Rev.  celt.,  V,  1 57-194.) 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  3 1  j 


PROVERBES  ET   DICTONS. 

Brizeux.  Furnez  Breiz,  Sagesse  de  Bretagne,  ou  recueil  de  proverbes 
bretons.  In- 1 2 .  Lorient,  1 8 5  j .  —  Réimprimé  dans  les  œuvres  complètes 
de  Brizeux. 

Mgr  Le  Joubioux.  Proverbes  bretons,  chants  bretons.  (Bull,  de  la 
Soc.  archéol.  du  Morbihan,  année  1858.)  Vannes,  1860. 

Krenn-Lavarou  (proverbes)  27.  Dans  Almanak  Breiz-Izel,  1872. 

Lavariou-Koz,  dans  Troude.  Dictionnaire  breton-français.  Brest, 
Lefournier,  1876,  p.  793-823. 

Sauvé.  Proverbes  et  dictons  de  la  Bretagne.  {Rev.  celt.,  t.  I,  II,  III.) 
Tiré  à  part  sous  ce  titre  :  Proverbes  et  dictons  de  la  Basse-Bretagne 
recueillis  et  traduits  par  L.-F.  Sauvé.  Texte  breton  et  français.  In-8°, 
vil- 168  p.  Paris,  Champion. 

Donne  dans  la  préface  l'indication  de  recueils  antérieurs  de  proverbes 
bretons. 

Sentences  proverbiales  en  vers  français,  traduction  bretonne  en  regard 
aussi  en  vers  dans  le  Journal  de  Pontivy,  20  février,  26  mars,  2  et  9  juil- 
let 1876. 

COSTUMES. 

Le  Meder.  Galerie  armoricaine.  Nantes,  Charpentier,  1846-47.  2  v. 
in-fol.  avec  lithographies  par  Fel.  Benoit.  (Le  Meder  '\e  Moissonneur'. 
Pseudonyme  de  Jean-Louis  Chevas,  né  à  Pornic.) 

E.  Maillard.  Le  bourg  de  Batz  :  monuments  et  paysages  ;  industrie 
et  costumes.  6  feuilles  de  placards  in-fol. 

Lalaisse  et  Benoist.  Galerie  armoricaine  ;  costumes  et  vues  pitto- 
resques de  la  Bretagne.  Nantes,  s.  d.  In-fol.,  fig.  col. 

Les  Français  peints  par  eux-mêmes.  (Le  Breton,  liv.  72-81.)  Paris, 
J.  Philippart. 

L.  Bureau.  Études  sur  le  bourg  de  Batz.  Association  française.  Con- 
grès de  Nantes,  1875.  Quelques  dessins  de  costumes. 

L.  Bureau.  Le  bourg  de  Batz,  Loire-Inférieure.  Costume  de  rele- 
vailles.  [MéL,  col.  15-17.) 

Dans  la  Bretagne  artistiqne  (passim). 

Du  Cleuziou  (h.).  L'art  gaulois  et  les  broderies  bretonnes.  (Bre- 
tagne artistique,  t.  I,  n°  i  (juillet  1880)  avec  grav.  p.  21.) 

Tisbères  (Louis).  Le  mobilier  rustique  breton.  (Bretagne  artistique, 
t.  II,  n°  3,  p.  120-1 35.) 


JI4  Bibliographie  des  traditions 

Parenteau  (F.).  Les  bijoux  bretons.  (Ibid.,  t.  I,  n"  2,  p.  72-80.] 

Feu  M.  Le  Men,  l'organisateur  du  musée  départemental  d'arciiéologie 
à  Quimper,  y  a  établi  une  collection  de  costumes  bretons  authentiques, 
montés  sur  des  mannequins  de  grandeur  naturelle. 

M.  Pinard,  photographe  à  Nantes,  rue  Crébillon,  avait  formé  une 
remarquable  collection  de  photographies  des  Bretons  du  bourg  de  Batz, 
de  Guérande,  etc.  —  M.  Mage,  photographe  à  Brest,  rue  de  Siam,  eRJ 
avait  également  formé  une.  j 

On  trouve  à  Quimper,  chez  M.  Villars,  photographe,  rue  Keréon.j 
une  remarquable  collation  des  anciens  costumes  du  Finistère,  reproduits! 
avec  une  exactitude  irréprochable,  nous  dit  M.  Luzel.  ; 

ICONOGRAPHIE. 

Barthélémy  (A.  de) .  Lettre  à  M.  Hucher  sur  l'iconographie  de  quelques  j 
saints  de  Bretagne.  1858.  Pet.  in-8°.  (Extrait  de  la  Revue  de  l'art  chrétien.]\ 

Essai  d'iconographie  et  d'hagiographie  bretonne,  par  M.  J.  Gaultiefj 
DU  MoTTAY.  Saint-Brieuc,  Prudhomme,  1869.  In-8°  de  177  p.  (Extraii' 
des  Mémoires  de  la  Soc.  arch.  et  hist.  des  Côtes-du-Nord.) 


Le  musée  archéologique  du  Finistère  à  Quimper  contient  les  bois  d{ 
deux  rébus,  l'un  français,  l'autre  par  moitié  français  et  par  moitié  breton 
Chaque  rébus  commence  par  le  mot  DIUINAIL.  Ces  bois  sont  di 
xvii^  siècle. 

THEATRE  POPULAIRE. 


OUVRAGES    IMPRIMES. 

SouvESTRE.  Les  derniers  Bretons.  Les  chapitres  IV  (tragédies); 
V  (drames)  donnent  l'analyse  et  des  morceaux  entiers  de  plusieurs  pièce; 
du  théâtre  breton. 

Rapport  de  M.  Luzel,  chargé  d'une  mission  littéraire  en  Basse-Bre- 
tagne, sur  des  pièces  de  théâtre  manuscrites  en  bas-breton,  dans  h 
séance  du  19  janvier  1846  du  Comité  historique  des  monuments  écrits. 

Ce  rapport  n'a  pas  été  publié,  mais  il  est  signalé  dans  les  Extraits  des; 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  3 1 5 

procès-verbaux  des  séances  du  Comité  historique  des  monuments  écrits. 
Paris,  1850,  p.  31  ?. 

Rapport  de  M.  Magnin  sur  l'envoi  de  M.  Luzel.  —  Observations  de 
M.  de  Carné.  —  Séance  du   16  février  1846  du  même  Comité.  Ibid., 

p.  3'6-7- 

La  légende  de  saint  Armel,  mise  en  vers  français,  sous  forme  de  tra- 
gédie, par  messire  Baudeville,  représentée  en  1600  à  Ploërmel,  publiée 
pour  la  première  fois  par  Sigismond  Ropartz,  Saint-Brieuc,  Prudhomme, 
18$ 8.  I  vol.  gr.  in-4°  de  135  p.  avec  planches. 

A  Breton  Pleasant-Play.  Dans  le  Cornhill  Magazine  de  janvier  1878. 

Pastorales  pour  les  fêtes  de  Noël  et  de  VÉpiphanie. 

Bucé  en  tri  Roué,  pe  en  Hoari  Rouéèd.  Guénèd  (Vannes),  24  p. 
in- 18. 

Pastorale  sur  la  naissance  de  Jésus-Christ,  avec  l'adoration  des  ber- 
gers et  la  descente  de  l'archange  saint  Michel  aux  Limbes,  revue  et  cor- 
rigée, dédiée  aux  dévots  à  l'Enfant  Jésus,  par  frère  Claude  Macée, 
ermite  de  la  province  de  Saint-Antoine.  Vannes,  Galles,  48  p.  in- 18. 

D'Arbois  de  Jubainville.  Le  mystère  des  Trois  Rois  à  Vannes.  Revue 
celt.,  t.  II,  p.  248-250. 

Pastoral  var  Guinivelez  Jesus-Christ,  gant  Adoration  ar  Bastoret  hac 
ar  Rouane,  Disqen  an  Arc'hel  Sant  Mikel  ebars  el  Limbou,  Massacr  an 
Inoçantet  ha  Nouelliou  nevez.  Dediet  d'an  dud  dévot  d'ar  Mabik  Jésus. 
Montroulez  '.  Ledan,  82  p.  in-18. 

Drames  et  Mystères. 

An  Passion,  etc.  Paris,  Quilléveré,  1530,  in-24.  Nouv.  éd.  à  Mor- 
laix,  chez  G.  Allienne,  1622,  in-32. 

Réimprimé  par  M.  de  la  Villemarqué  dans  la  publication  suivante  : 

Le  grand  Mystère  de  Jésus.  Passion  et  Résurrection.  Drame  breton 
du  moyen  âge,  avec  une  étude  sur  le  théâtre  chez  les  nations  celtiques, 
par  le  vicomte  Hersart  de  la  Villemarqué,  membre  de  l'Institut.  Paris, 
1865,  in-8°  de  cxxxv-263  p. 

Art.  de  M.  P.  M[eyer]  dans  la  Revue  critique,  1866,  t.  I,  p.  219-229, 
et  de  M.  Halléguen,  ibid.,  p.  313. 

^  Aman  ez  dezrou  buhez  sa  [|  te  Barba  dre  rym  :  euel  maz  ||  custumer 
he  hoary  en  goelet  j|  breiz.  E  Paris  neuez  impri-  ||  met  \  gant  Benard  de 

I.  Remarquons  une  fois  pour  toutes  que  Montroulez  est  le  nom  breton  de  Morlaix. 


j  i6  Bibliographie  des  traditions 

leuae.  \\  ^  Imprimet  :  E  :  Paris  euit  ||  Bernard  de  Leaupe  hiuy  :  \\  a  :  chon 
e  mouutroulles  [sic]  ||  var  pont  bourret  \\  en  Bloaz.  ||  m.  d.  lvii  [i  5  57].  - 
Finis.  Pet.  in-8°  goth.  de  96  ff.  non  chiffr.  de  34  lignes  à  la  pag( 
impr.  en  lettres  de  forme,  sign.  A.-L. 

Au  titre  un  petit  bois  qui  représente  sainte  Barbe. 

Au  v°  du  dernier  f.,  au-dessous  de  12  lignes  de  texte,  la  marque  d 
Bernard  de  L'Eau. 

Un  exemplaire  de  cette  édition  se  trouvait  en  1880  entre  les  mair 
d'un  amateur  breton,  M.  Prudhomme.  Cet  exemplaire  était  incomplet  d 
plusieurs  feuillets. 

Nous  devons  à  M.  Emile  Picot  la  description  de  ce  rarissime  ouvrage. 

La  Bibliothèque  nationale  possède  une  autre  édition  de  ce  mystèr 
dont  voici  la  description  : 

Amant  ez  \\  dezraou  Buhez  ||  Santés  Barba  dre  rym,  ||  euel  maz  custu 
mer  he  hoary  en,  ||  Goelet  Breiz.  ||  Gant  euriou  an  Itron  sanctes  Barba 
hac  he  Offiçou  amplamant.  ;  E  Montroulez,  |)  Gant  îan  Hardouyn,  Impri- 
mer \\  ha  Librer,  peheny  à  chom  é  Rù,  ||  ...  mdcxlvii  [1647].  In-i6  d 
206  p. 

Au  titre,  un  bois  qui  représente  le  Christ  en  croix. 

Le  texte  commence,  au  verso  du  même  titre,  par  un  prologue,  et  s 
termine  à  la  p.  198.  Les  pp.  199-206  contiennent  les  Heuriou  sancît 
Barba. 

L'imprimeur  Jean  Hardouyn  s'établit  par  la  suite  à  Quimper,  où 
publia,  en  1659,  un  livre  du  P.  Julien  Maunoir  :  Le  sacré  Collège  ù 
Jésus  divisé  en  cinq  classes,  etc.,  in-8"  (Biblioth.  nat.,  D,  5095). 

L'exemplaire  du  mystère  que  possède  la  Bibliothèque  national' 
(Y,  6180.  Rés.)  a  été  trop  rogné.  Le  premier  mot  de  la  dernière  lign 
a  été  presque  entièrement  emporté  par  le  couteau  du  relieur  ;  la  dat  ' 
elle-même  n'est  pas  certaine. 

Dans  la  seconde  moitié  du  xvr  siècle,  il  a  été  imprimé,  nous  assure 
t-on,  un  Mystère  de  saint  Guennolé  ;  mais  nous  n'avons  pu  nous  pro  \ 
curer  de  renseignements  précis  à  cet  égard  et  nous  ignorons  où  il  eiî 
existe  encore  des  exemplaires. 

Buez  ar  Pêvar  mab  Emon,  duc  d'Ordon,  laqet  e  form  un  drajedi 
Montroulez,  Lédan,  181 8,  416  p.  in-8". 

Buez  ar  Pêvar  mab  Emon,  duc  d'Ordon,  laqet  e  form  un  drajedi,  h; 
reizet  en  urz  gant  A.  L.  M.  L.  Montroulez,  Lédan,  1835,408  p.  in-i: 

Ces  deu.x  éditions  donnent  l'acte  VII  en  prose. 

Buez  ar  pêvar  mab  Emon,  duc  d'Ordon,  laqet  e  form  eun  drajedi  h.' 
reizet  en  urz  gant  A.  L.  M.  L.  Montroulez,  Lédan,  1866. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  517 

;  Cette  édition  est  la  quatrième,  nous  a  dit  l'éditeur.  Elle  donne 
l'acte  VII  en  vers. 

:  Tragédien  sant  Guillarm,  condt  deus  a  Poetou.  128  p.  in-18.  Mont- 
roules,  Guilmer,  1815. 

Nouvelle  édition  du  même  ouvrage,  128  p.  in-18.  Montroulez^  Haslé, 
ii872. 

Buhez  Santez  Nonn,  ou  Vie  de  sainte  Nonne,  et  de  son  fils  saint  Devy 
(David),  archevêque  de  Menevie  en  $19.  —  Mystère  composé  en  langue 
bretonne  antérieurement  au  xii"  siècle,  publié  d'après  un  manuscrit 
unique,  avec  une  introduction  par  l'abbé  Sionnet,  et  accompagné  d'une 
traduction  littérale  de  M.  Legonidec.  Paris.  Merlin,  1837,  in-8«  de 
!l-2I2  p. 

I    Tiré  à  300  exemplaires. 

t  Sainte  Tryphine  et  le  roi  Arthur,  mystère  breton,  en  deux  journées  et 
huit  actes,  publié  et  précédé  d'une  introduction  par  M.  F.  M.  Luzel  ; 
texte  revu  et  corrigé  d'après  les  manuscrits  de  l'abbé  Henry.  Quimperlé, 
iClairet,  1865,  XLiv-453  p.  in-8°. 

Art.  de  M.  Reinhold  Kœhler,  dans  la  Revue  celtique,  t.  I,  p.  222-225. 

Luzel.  Une  représentation  de  sainte  Tryphine.  (Revue  celtique,  III, 
.386-394.) 

■  Trajedi  Jacob,  les  hanvet  Israël,  patriarch  Hebrean,  reizet  gant  A.  L. 
M.  Lédan.  Montroulez,  Lédan,  1850,  310  p.  in-18. 

Dans  le  même  volume,  p.  141-310,  Trajedi  Moyses,  lesennour  an 
Hebreanet,  reizet  gant  A.  L.  M.  Lédan. 

:    Buez  Santez  Helena.  Lannion,  Ar  Goffik,  1862,  107  p.  in-18. 
\    Buez  Santez  Genovefa,  Tragedienn  en  try  act  gant  eur  Proloc  en  pep 
;act.  Lanhuon,  Ar  Goffik,  1864,  298  p.  in-18. 

'    Buez  Louis  Eunius,  Dijentil  ha  pec'her  Bras,  Trajedien  en  daou  act, 
gant  eur  proloc  vit  peb  act.  Lanhuon,  Ar  Goffic,  1871,  166  p.  in-18. 
•    Trajedi  Sant  Bihui.  Guenèd,  Galles,  187$,  58  p.  in-18. 

II. 

OUVRAGES    MANUSCRITS. 

Collection  de  la  Bibliothèque  nationale. 

La  Bibliothèque  nationale  possède,  outre  le  ms.  de  la  Vie  de  sainte 
Nonne  publié  par  M.  l'abbé  Sionnet  en  1837  (voir  plus  haut),  une  col- 
lection de  mystères  et  drames  bretons,  formée  par  M.  Luzel  en  1863  ; 


3 1 8  Bibliographie  des  traditions 

M.  Luzel  avait  reçu  à  cet  effet  une  mission  du  ministère  de  l'instruction 

publique. 

Nous  les  énumérons  d'après  le  catalogue  du  fonds  celtique  et  breton, 
au  département  des  manuscrits.  Tous  ces  mss.  sont  sur  papier. 

N"  12.  Le  mystère  de  la  Création,  in-fol.  xviii^  siècle. 

N°  13.  Le  mystère  de  la  Passion  et  de  la  Résurrection,  i  vol.  in-fol. 
xviii''  siècle. 

N°  14.  Le  mystère  de  saint  Jean-Baptiste.  1  vol.  in-4°.  xix'^  sièclt 

{'847). 

No  15.  Le  mystère  de  saint  Jean-Baptiste.  1  vol.  in-fol.  xix'^  siècle. 

N°  16.  Le  mystère  de  Jacob  et  de  ses  fils  ;  le  mystère  de  Moïse,  i  v 
in-fol.  pap.  xviii'^  siècle. 

N°  17.  Le  mystère  de  la  Vie  de  sainte  Anne.  1  vol.  in-fol.  papier 
xix^  siècle. 

N"  18.  Tragédie  de  la  naissance  de  l'Enfant  Jésus,  i  vol.  in-4" 
xix^  siècle. 

N°  19.  Le  mystère  de  l'Enfant  prodigue,  i  vol.  in-4°.  xix=  siècle. 

N°  20.  Le  mystère  de  saint  Crépin  et  saint  Crépinien.  1  vol.  in-fol 
xviii"  siècle. 

No  21.  Le  mystère  de  saint  Laurent,  i  vol.  in-fol.  xviii^  siècle. 

N°  22.  Le  mystère  de  sainte  Tryphine.  i  vol.  in-fol.  xix^  siècle. 

N°  23.  Le  mystère  de  sainte  Tryphine  et  le  roi  Artus.  1  vol.  in-fol 
xix*  siècle. 

N°  24.  Le  mystère  de  sainte  Geneviève  de  Brabant.  i  vol.  in-fol 
XIX'  siècle. 

N"  25.  Tragédie  de  sainte  Geneviève,  i  vol.  in-fol.  xix'  siècle. 

No  26.  La  Vie  de  Geneviève,  princesse  de  Brabant.  1  vol.  in-fol 
XIX'  siècle. 

N°  27.  La  tragédie  de  saint  Martin;  la  tragédie  de  saint  Louis,  i  vol 
in-fol.  XIX'  siècle. 

N°  28.  Le  mystère  d'Eulogius,  patron  des  maçons;  en  2  journées , 
5  actes,  $  prologues,  2  épilogues;  suivi  d'un  prologue  du  Jugemeni 
dernier,  i  vol.  in-fol.  xix^  siècle. 

N°  29.  Louis  Ennius,  ou  le  Purgatoire  de  saint  Patrice,  i  vol.  in-fol 
XIX'  siècle. 

N"  30.  Le  mystère  de  sainte  Hélène,  i  vol.  in-fol.  xix'^  siècle  (1840) 

N°  31.  Le  mystère  de  saint  Antoine.  1  vol.  pet.  in-4".  xix«  siècle. 

N°  32.  Le  mystère  de  Charlemagne  et  des  douze  Pairs  de  France 
I  vol.  pet.  in-4°.  xix*^  siècle. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  5 1 9 

N"  3?.  Le  mystère  de  Charlemagne  suivi  du  Carnaval,  farce,  1  vol. 

-fol.  xix^  siècle. 

N°  34.  1°  Orson  et  Valentin,  poème  chevaleresque,  en  3  journées, 

actes,  9  prologues  et  3   épilogues;  2°  Ourson  et  Valentin,  tragédie. 
I  vol.  in-fol.  xix^  siècle. 

N°  35.  Les  quatre  fils  Aymon.  i  vol.  in-fol.  xix^  siècle. 

N°  36.  Pierre  de  Provence  et  la  belle  Maguelonne.   i  vol.  in-fol. 

X*  siècle. 

N»  37.  Jérusalem  délivrée,  ou  Godefroi  de  Bouillon,    i   vol.  in-fol. 

x^  siècle. 

f  N"  38.  Vie  de  la  princesse  Athenaïse,  fille  du  roi  de  Lombardie. 
j  vol.  in-fol.  XIX''  siècle. 

'  N"    39.  Cognomerus,  ou  Comorre  et  sainte  Tryphine.  1  vol.  in-4" 
iblong.  xix'^  siècle. 

I  N"  40.  Chédoni  et  Helena  Rosalba.  i  vol.  in-fol.  xix^  siècle. 
j  N"  41.  Fadlala.  i  vol.  in-fol.  xix^  siècle. 
î  N°  43.  Huon  de  Bordeaux,  drame  en  6  actes,  i  vol.  in-fol.  xviii«  s. 

N»  44.  Les  quatre  fils  Aymon.  i  vol.  in-fol.  xviii^  siècle. 
j  N"  4$.  Louis  Ennius,  ou  le  Purgatoire  de  saint  Patrice,  i  vol.  in-fol. 
•ix"  siècle. 

I  N°  46.  La  vie  du  patriarche  Jacob  et  de  ses  fils.   1  vol.  in-fol.  xix"  s. 
!  N°  47.  1°  Jacob  et  ses  fils;  2°  Moïse,  i  vol.  in-fol.  xviii'^  s.  (1758). 
•  N°  48.  Sainte  Anne.  In-fol.  xviii'^  siècle. 

N"  49.  Saint  Jean-Baptiste,  i  vol.  in-fol.  xv!!!*^  siècle. 

N"  50.  La  conquête  de  Charlemagne.  1  vol.  in-fol.  xix^  siècle. 

N°  $  I .  Robert  le  Diable,  drame  en  6  actes  et  en  2  journées,  i  vol. 
'i-foi.  xviH''  siècle  (1741)- 
■  N"  52.  La  fille  aux  cinq  amoureux,  comédie.  1  vol.  in-fol.  xix*"  siècle. 

N"  53.  Guillaume,  comte  de  Poitou,  suivi  d'Arlequin,  scène  comique, 
i  vol.  in-fol.  xviii'^  siècle. 

1  N"  54.  Saint  Pierre  et  saint  Paul.  1  vol.  in-40.  xix^  siècle. 
I  N»  55.  Sainte  Hélène,  i  vol.  in-4".  xix*  siècle. 
\  N°  56.  Charlemagne.  i  vol.  in-4°.  xix«  siècle. 
.  N"  57.  Le  Jugement  dernier,  i  vol.  in-4».  xix«  siècle. 

N"  58.  Guillaume,  comte  de  Poitou,  i  vol.  in-4".  x'^"  siècle  (181 1). 

N°  59.  Jacob  et  ses  fils,  i  vol.  in-4".  ^'x"  siècle  (1837). 

N°  60.  Moïse.  I  vol.  in-4°.  xix''  siècle. 

N°  61.  Destruction  de  Jérusalem  par  Titus,  i  vol.  in-4°.  xix'  siècle. 


9  20  Bibliographie  des  traditions 

N"  62.  Saint  Guennolé,  avec  la  submersion  de  la  ville  d'Is.  1  m 
in-4°.  XIX'  siècle  (1832). 

N°  6?.  Saint  Guigner,  i  vol.  in-4°.  xix«  siècle  (1839). 

N°  64.  Sainte-Tryphine.  i  vol.  in-4''.  xix^  siècle. 

N°  65.  Saint  Pierre  et  saint  Paul.  1  vol.  in-4°.  xix^  siècle. 

N"  96.  Mystère  de  sainte  Geneviève  de  Brabant.  i  vol.  in-8°.  xix^ 

N"  97.  Mystère  de  saint  Guennolé.  i  vol.  in-4°.  xix*"  siècle 

N"  98.  Mystère  de  Charlemagne  et  des  douze  Pairs,  i  vol.  in-. 
xix«  siècle. 

N"  99.  I"  Allonzor  ;  2°  Flavia.  i  vol.  in-4°.  xix^  siècle. 

N»  100.  Mystère  de  saint  Garand,  saint  Denis  et  saint  Clément,  i  vi 
in-fol.  xix'=  siècle. 

Collection  de  M.  Luzel. 

M.  Luzel,  archiviste  du  Finistère^  à  Quimper,  possède  encore  qu(| 
ques  mystères  et  drames  bretons  manuscrits  dont  il  a  bien  voulu  net 
communiquer  la  liste. 

La  vie  des  Quatre  fils  Aymon,  parmoy  Etienne  Le  Bourdonnec  deme 
rant  en  sa  maison,  au  lieu  de  Kerroual,  commencé  aujourd'huy  le  9aoi 
1784,  in-fol.  de  427  p.  numérotées. 

A  la  fin  on  lit  :  Gand  aprobation  en  deus  tennet  anotro  ar  chanchcj 
lier  eul  livre  jntitulet  ar  pevoar  map  a  Aymon,  deus  a  pehinin  e  permd 
ter  err  eimpriman  ac  en  gallec  a  brézounec,  en  Paris  ar  27  juin  173  j 
—  Signet  Clerier  .?  —  En  breton  par  maitre  Pierre  Lebruno,  malt 
d'école  an  sa  maison  au  Vieux-marché  de  Plouar[et].  Ecrit  par  mo' 
Etienne  Le  Bourdonnec.  Fini  aujourd'huy  le  24  janvier  lan  1785. 

Abrégé  euz  a  Bassion  hon  zalver  Jesus-Christ,  1846.  100  pages  in-^ 
32  lignes  à  la  page,  en  moyenne,  sans  prologue  ni  épilogue,  ni  distr' 
bution  par  actes.  —  Un  sommaire  des  scènes  que  contient  la  pièce,  ar 
pages  I  et  2.  —  Mauvaise  versification.  Fait  par  Auguste  Corre,  «| 
Morlaix,  en  1846.  —  Représenté  pour  la  première  fois,  le  9  mars  184' 
dans  la  maison  du  Tartre. 

J'ai  déposé  à  la  Bibliothèque  nationale  un  autre  manuscrit  de  \ 
Passion,  meilleur,  sous  tous  les  rapports,  avec  prologues  et  épilogue 
langue  et  versification  correctes,  ou  peu  s'en  faut. 

Tragédie  a  bue  Jacob  hag  e  Vugule.  Ar  hahier-man  apparcant  dim 
Joseph  Coat,  0  chom  rue  Sant  Ervoan,  en  paros  Sant  Vazé,  en  Mon 
roules,  183 1 .  —  81  pages  in-folio  de  38  lignes,  en  moyenne,  à  la  pag- 
sans  prologues  ni  épilogues  ni  divisions  par  actes  et  scènes.  Langue 
versification  mauvaises. 


et  de  la  liiiéralure  populaire  de  la  Bretagne.  3  2 1 

Cahyer-Tragedi.  —  Buez  santés  Triffina  ac  he  friet  Artur,  roue 
îreiz-vihan,  pini  a  régné  er  blavessio  ar  c'huec'hvet  sied.  Curunet  e 
•oe  er  blaves  pemp  cani  eiz.  He  falès  a  voa  er  gêr  gapital,  pîni  a  voa 
Jrest. 

Ar  vue-man  zo  abreget  dre  enonmé  (par  moi)  Auguste  Le  Corre,  né 
•  Lannion,  le  2^  août  1807. 

Commancet  da  gopia  an  20  a  viz  Guenver  1844.  —  Ac  echuet  ar 
levarzec  a  viz  c'hoerver  1 844. 

Réduction  en  une  seule  journée  de  la  pièce  de  Sainte  Tryphine,  à 
usage  de  la  troupe  de  Morlaix,  par  un  des  acteurs,  du  nom  de  Auguste 
.e  Corre. 

Manuscrit  de  100  pages  in-folio,  de  38  lignes  en  moyenne  à  la  page, 
ans  division  par  actes.  —  Un  seul  prologue,  au  commencement  de  la 
'ièce.  —  Pas  d'épilogue. 

Buhez  sant  Guennolé.  —  Tragédie  en  une  journée  et  six  actes. 
j  Mon  manuscrit,  qui  est  une  copie  faite,  par  moi-même  en  1849,  d'après 
n  cahier  appartenant  à  un  cultivateur  nommé  Thomas,  demeurant  à 
,'orz-Laz,  en  la  commune  de  Saint-Michel-en-Grève  (Côtes-du-Nord), 
si  un  in-4".  La  pièce  contient  2,380  vers,  d'une  langue  et  d'une  versi- 
cation  assez  bonnes.  Les  actes,  qui  sont  au  nombre  de  six,  ne  sont  pas 
,récédés  de  prologues,  et  l'épilogue  final  fait  également  défaut.  —  Le 
.ernier  acte  contient  la  submersion  de  la  ville  d'Is.  —  C'est  une  pièce 
urieuse  autant  que  rare.  Je  n'en  connais  aucun  autre  manuscrit.  Dom 
.e  Pelletier  la  mentionne,  dans  son  Dictionnaire  de  la  langue  bretonne  de 

;7j2- 

M.  de  la  Villemarqué  m'a  dit  en  avoir  vu  une  impression  du  xvi^  s., 
;  crois.  Il  serait  intéressant  de  pouvoir  comparer  le  manuscrit  popu- 
■lire  avec  le  livre  imprimé  ;  mais,  celui-ci  est  introuvable,  paraît-il.  On 
ourrait  ainsi  constater  dans  quelles  proportions  les  copistes  modifient  et 
Itèrent  les  textes  primitifs. 

Buhez  ann  aotro  Sant  lann.  —  Badezour,  en  une  journée,,  quatre  actes 
vec  autant  de  prologues  et  un  épilogue  final.  Le  manuscrit  a  été  copié 
ar  moi,  en  1844,  sur  un  autre  manuscrit,  aujourd'hui  perdu,  apparte- 
ant  à  Yves  Prigent,  de  Plouaret,  et  portant  la  date  de  1763.  Il  contient 
.10  pages  in-4",  numérotées,  avec  60  lignes,  en  moyenne,  à  la  page. 
..a  langue,  en  dialecte  de  Tréguier,  est  bonne  et  le  vers  est  générale- 
lent  correct.  Les  vers  faux  sont  faciles  à  redresser,  par  la  suppression 
u  l'addition  d'une  syllabe  ou  deux.  Les  prologues  et  l'épilogue  con- 
ennent  quelques  détails  intéressants  pour  l'histoire  des  représentations 
opulaires. 


J22  Bibliographie  des  traditions 

Les  manuscrits  de  ce  mystère  sont  rares.  Il  n'a  jamais  été  imprim 
Sur  une  marge  du  manuscrit  de  Yves  Prigent,  j'ai  trouvé  cette  sou 
traction  : 

1765 
1696 

0069 
ce  qui  ferait  supposer  qu'il  a  été  copié  sur  un  manuscrit  de  1696,  leqtj 
lui-même  pouvait  n'être  qu'une  copie  d'un  autre  plus  ancien. 

Cahier  Tragédy  deus  a  vue  Yan  a  Baris  composet  er  blavès  1826, 
grêt  ganeme  Job  Coat,  a  chom  en  Montroullès,  en  paros  Sant  Vazé, 
rue  Sant  Ervoan,  en  numéro  daou,  en  Montroullès. 

39  feuillets  in-4'',  70  pages  non  numérotées  de  34  lignes,  en  moyenr; 
à  la  page.  —  Un  seul  prologue,  au  commencement  de  la  pièce.  Pas  i 
division  par  actes.  C'est  l'histoire  dialoguée  de  Jean  de  Paris,  d'après  ; 
roman  ou  conte  français  bien  connu  du  xvF  siècle.  Manuscrit  assez  bi , 
conservé.  —  Versification  mauvaise.  l 

L'auteur  est  Joseph  Coat,  un  acteur  de  l'ancienne  troupe  de  Morl«j 
qui  traduisait  et  arrangeait  pour  la  scène  tous  les  livres  français  et  piècj 
de  théâtre  qui  lui  tombaient  sous  la  main,  depuis  Athalie  et  Mérope,  juj 
qu'à  la  Jérusalem  délivrée,  la  Tour  de  Nesle  et  Agnès  de  Méranie.  ï\\ 
ainsi  composé  une  centaine  de  pièces,  dont  je  possède  une  douzaini 
Mais  hélas,  rien  de  Shakespeare  ou  de  Racine;  pas  une  lueur  de  géni' 
ni  même  de  talent. 

Santés  Genovefa  (sainte  Geneviève).  Manuscrit  assez  bien  conserv 
Ecriture  facile  à  lire.  8^  feuillets  in-folio  ou  166  pages  numérotées, 
36  lignes  l'une,  en  moyenne.  Dans  les  dialogues,  les  noms  des  perso; 
nages  occupent  une  ligne.  —  Le  titre  manque.  —  La  pièce  est  pourta: 
complète.  —  Les  divisions  ne  me  semblent  pas  indiquées  d'une  manié' 
bien  claire.  A  la  page  82,  on  lit  à  la  marge  :  Ann  act  creiz  d'ann  ■. 
devès  (l'acte  du  milieu  de  la  seconde  journée).  —  A  la  page  114:  f\ 
d'ann  eil  devès  hag  impilog  (fin  de  la  seconde  journée  et  épilogue).  Fij 
immédiatement  après  :  Prolog  ann  driet  devès  a  autre.  Le  prologj 
(c'est-à-dire  l'acteur  qui  récite  le  prologue)  de  la  troisième  journ', 
entre.  De  telle  façon  que  l'on  serait  tenté  de  croire  que  la  pièce  est 
trois  journées  et  six  actes  ;  mais  l'étendue  du  manuscrit  ne  nous  pern" 
de  croire  qu'à  l'existence  de  deux  journées  au  plus.  Les  prologues, 
nombre  de  quatre,  et  les  épilogues,  au  nombre  de  deux,  sont  renvoy 
à  la  fin  du  manuscrit,  où  ils  occupent  24  pages  non  numérotées,  plj 
trois  pages  pour  une  moralité  de  la  pièce.  Langue  et  versification  assj 


j  et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  5  2  ? 

■  bonnes,  en  général.  Plusieurs  monologues  intéressants  et  quelques  scènes 
pathétiques.  Le  nom  de  Dominique  le  Rolland,  de  Plourivo,  qui  se  lit  à 
plusieurs  pages,  entre  autres  tout  au  bas  de  celle  où  finit  le  dernier  pro- 
logue, est  sans  doute  celui  du  propriétaire,  ou  peut-être  du  copiste.  Pas 
de  date. 

Huon  de  Bordeaux.  —  Le  titre  manque.  —  Pièce  en  une  journée  et 
4  actes,  sans  prologues  ni  épilogues,  si  ce  n'est  pourtant  un  court  pro- 
logue, au  commencement.  —  Manuscrit  de  91  pages  in-folio,  avec  42 
ou  44  lignes,  en  moyenne,  à  la  page.  Point  de  nom  d'auteur  ou  de 
'  copiste,  ni  de  date,  ni  de  lieu  de  provenance.  La  langue  est  celle  de 
Tréguier.  Versification  très  négligée.  Il  existe  de  meilleures  versions  de 
la  même  pièce.  —  Bonne  écriture  et  manuscrit  assez  bien  conservé.  A 

•  appartenu  à  l'ancienne  troupe  dramatique  de  Morlaix. 

Orson  et  Valentin.  Le  titre  manque,  avec  deux  pages  au  commence- 

•  ment  et  plusieurs  à  la  fin.  Le  manuscrit,  tel  qu'il  est,  a  72  pages,  avec 
28  ou  30  lignes,  en  moyenne,  à  la  page. — Aucune  division  par  journées 
ou  actes.  Ni  prologues  ni  épilogues.  C'est  tout  simplement,  comme  Huon 
de  Bordeaux,  une  histoire  ou  plutôt  un  conte  dialogué,  d'après  le  roman 
français  du  Cycle  de  Charlemagne.  Rien  qui  indique  l'auteur,  ou  le 
copiste,  ou  le  lieu  de  provenance.  L'écriture  est  la  même  que  celle  du 
copiste  de  Huon  de  Bordeaux  et  de  Louis  Ennius.  Comme  ces  deux 
manuscrits,  celui-ci  a  appartenu  à  l'ancienne  troupe  de  Morlaix.  J'ai  eu 
entre  les  mains,  vers  1863,  une  copie  plus  complète  et  meilleure, 
sous  tous  les  rapports,  avec  divisions  par  journées,  actes,  prologues 

;  et  épilogues. 

\  Louis  Ennius,  ou  le  Purgatoire  de  saint  Patrice.  —  Manuscrit  incom- 
plet, de  20  feuillets,  40  pages  in-folio  de  $0  lignes,  en  moyenne,  à  la 
page,  sans  divisions  par  journées  ni  actes,  sans  prologues  ni  épilogues. 
—  Il  manque  deux  pages,  au  commencement,  sans  compter  le  prologue, 
et  plusieurs  à  la  fin.  Le  manuscrit  s'arrête  au  moment  où  Louis  Ennius, 
converti,  après  une  vie  de  désordres  et  de  crimes,  va  se  rendre  en 
Irlande  pour  faire  le  pèlerinage  du  puits  de  saint  Patrice.  Cette  copie  a 
appartenu  à  l'ancienne  troupe  de  Morlaix.  —  J'ai  de  la  même  pièce 
une  version  plus  complète,  avec  prologues  et  un  épilogue  fort  curieux, 

;  mais  en  traduction  française  seulement,  n'ayant  pu  acquérir  le  manus- 

'  crit,  qui  s'est  égaré  depuis,  ni  l'obtenir  que  pendant  huit  jours  seu- 
lement, en  1847.  C'est  M.  Guilmer,  imprimeur  à  Morlaix,  qui  en 
était  alors  possesseur.  Toutes  mes  recherches  chez  ses  héritiers  et  son 
successeur,  M.  Haslé,  ont  été  infructueuses.  M'"''  LeGoffic,  de  Lannion, 

■  a  imprimé  ce  mystère  curieux,  en  187 1,  sous  le  titre  de  Louis  Eunius.  Je 


3  24  Bibliographie  des  traditions 

crois  qu'il  en  existe  aussi  une  copie  dans  la  collection  que  j'ai  déposée  ; 

la  Bibliothèque  nationale. 

Buez  an  aotrou  sant  Garan,  patram  er  barrous  a  Gavan,  ha  buez  san. 
Denès  (ha)  sant  Clémant.  Fait  par  moy,  Jean  Godest,  de  ....  en  Trézé 
lan,  l'an  dix  de  la  République  française. 

Un  peu  plus  bas  on  lit  encore  : 

Bue  an  autro  sant  Garan,  patram  demeus  a  barous  Cavan.  —  Fai 
par  P.  Peron. 

Je  les  soupçonne  tous  les  deux,  Godest  et  Péron,  de  n'être  que  de 
copistes. 

Manuscrit  de  296  pages  in-folio,  de  ?6  lignes  à  la  page,  en  moyenne 
recouvert  de  parchemin.  Il  manque  au  commencement  les  deux  pre' 
mières  pages  du  premier  prologue.  La  moitié  inférieure  du  seconi' 
feuillet  a  aussi  disparu.  Il  règne  beaucoup  de  confusion  dans  la  divisioi' 
des  journées  et  des  actes.  —  Le  i"  acte  finit  à  la  page  4^  ;  à  la  page  44] 
commence  le  prologue  du  2"  acte.  Vient  ensuite  une  lacune  complète  d' 
4  pages.  Le  2^  acte  et  la  F'=  journée  finissent  à  la  page  65.  Le  ms.  port( 
au  bas  de  cette  page  :  ici  manque  un  impillocq.  —  Le  y  acte  comment  j 
à  la  page  70  et  le  prologue  qui  devait  le  précéder  manque  aussi.  A  1 
fin  de  la  page  97,  je  lis  :  Prolog  voar  suget  an  trédé  acte  (ne  serait-c 
pas  le  4"  i*).  —  Au  bas  de  la  page  147,  on  lit  :  Fin  d'an  trede  act  —  E: 
prolog  an  eil  dévès  —  Prolog  sant  Dénès  er  pagen  en  tu  ail.  —  A  1 
page  178,  on  trouve  un  prologue^  sous  le  titre  de  Prolog  ar  verdaidi,  h 
prologue  des  matelots.  Il  ne  précède  pas  un  acte,  comme  cela  est  d 
règle  ordinairement.  A  la  page  223,  on  lit  :  Breman  commanz  act  a, 
Vretoned  —  A  présent  commence  l'acte  des  Bretons;  puis,  suit  le  Proloi 
Plestin,  ou  le  prologue  de  Plestin,  où  l'on  voit  saint  Garan  débarquan] 
dans  la  commune  de  Plestin,  au  lieu  nommé  Trégaran,  pour  y  convertij 
les  habitants,  alors  idolâtres.  De  Plestin  il  se  rendit  dans  le  pays  quj 
porte  aujourd'hui  le  nom  de  Cavan,  et  y  signala  aussi  son  séjour  par  de, 
miracles  et  de  nombreuses  conversions.  j 

A  partir  de  la  page  241  jusqu'à  la  fin,  le  ms.  est  rongé  à  l'angle  supéJ 
rieur  des  pages,  et  peu  à  peu  les  lacunes  du  papier  vont  s'augmentant  e 
ne  permettent  plus  de  lire  qu'une  partie  des  vers,  la  première  partir] 
dans  les  pages  de  recto,  et  la  seconde,  dans  celles  de  verso. 

Cette  pièce  est  rare  et  intéressante.  Je  n'en  connais  pas  d'autr 
exemplaire  que  le  mien.  Je  l'ai  trouvé  au  fond  d'une  armoire  humide 
dans  la  commune  de  Cavan,  arrondissement  de  Lannion.  La  lecture  e;/ 
est  difficile,  à  cause  de  la  pâleur  de  l'encre  et  surtout  la  saleté  du  papier 
enfumé,  maculé  de  suif  et  tout  crasseux. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  325 

Sainte  Tryphine.  —  Manuscrit  couvert  de  cuir  noir,  contenant 
100  feuillets  ou  200  pages  in-folio  de  34  à  36  lignes  l'une,  en  moyenne. 
Le  titre  manque,  ainsi  que  la  moitié  du  i^''  prologue,  et  l'autre  moitié 
est  peu  lisible.  —  Division  en  deux  journées  et  8  actes.  —  Chaque 
journée  se  termine  par  un  épilogue  et  chaque  acte  est  précédé  d'un  pro- 
logue. Une  moralité,  ou  bouquet,  qui  termine  la  pièce,  est  lacérée  et 
réduite  à  un  fragment  presque  illisible.  Sur  la  dernière  page  du  manus- 
crit, avant  l'épilogue  final,  on  lit  en  français  :  Ce  présent  livre  appartient 
à  moy,  Jean  le  Ménager,  fournier,  de  la  paroisse  de  Pluzunet,  ce  jour 
1 3  février  1816.  C'est  aussi  lui  qui  est  le  copiste,  et  je  reconnais  parfai- 
tement son  écriture,  pour  l'avoir  rencontrée  souvent.  C'était  un  vieil 
acteur  breton,  comme  Claude  Le  Bihan,  de  la  même  commune,  et  tous 
les  deux  avaient  une  nombreuse  collection  de  mystères  manuscrits,  dont 
plusieurs  m'ont  passé  par  les  mains.  C'est  du  fils  de  Jean  le  Ménager, 
Bertrand  le  Ménager,  forgeron,  à  Pluzunet,  que  je  tiens  cette  copie  de 
Sainte  Tryphine,  ainsi  que  quelques  autres  manuscrits. 

La  seconde  journée  s'ouvre  par  le  long  et  curieux  prologue  où  l'on 
voit  une  demoiselle  en  voyage  traverser  à  cheval  la  place  publique  d'un 
bourg  pendant  qu'on  y  représente  la  pièce,  et  s'arrêter  pour  interroger 
l'acteur  qui  est  en  scène  et  récite  son  prologue  devant  un  nombreux  audi- 
toire. Elle  s'informe  auprès  de  lui  de  l'objet  d'une  si  grande  réunion  popu- 
laire et  demande  à  être  instruite  de  ce  qui  s'est  passé  dans  la  première 
journée,  à  laquelle  elle  regrette  de  n'avoir  pu  assister. 

L'acteur  s'empresse  de  la  satisfaire,  et  les  spectateurs  de  la  seconde 
journée  qui  n'ont  pu  assister  à  la  première  sont  ainsi  mis  au  courant  de 
l'action,  jusqu'au  moment  où  on  la  reprend. 

C'est  ce  manuscrit  qui  m'a  servi  pour  mon  édition  de  ce  mystère 
publiée,  en  1863,  chez  Th.  Clairet,  à  Quimperlé.  Il  est  aujourd'hui  en 
bien  mauvais  état,  tout  crasseux  et  souvent  illisible,  par  suite  d'un  long 
usage. 

La  Vie  de  Jacob  et  de  ses  fils.  —  Deux  manuscrits  cousus  ensemble, 
écrits  de  mains  différentes  et  qui  se  complètent  réciproquement.  Le  pre- 
mier, qui  est  de  l'écriture  de  Jean  le  Ménager,  de  Pluzunet,  va  jusqu'à 
la  tentative  de  séduction  de  la  femme  de  Putiphar  sur  Joseph.  Il  se 
compose  de  26  feuillets  ou  52  pages  de  26  hgnesà  la  page,  en  moyenne, 
non  numérotées,  sans  prologues  ni  épilogues.  Il  n'existe  pas  non  plus 
de  désignation  d'actes,  ni  de  scènes,  de  sorte  que  la  pièce  n'est  tout 
simplement  qu'une  histoire  dialoguée.  —  Un  second  manuscrit,  plus 
ancien,  prend  les  choses  au  point  où  les  a  laissées  le  premier  et  se  ter- 
mine au  passage  du  Jourdain  parles  Israélites,  sous  la  conduite  de  Josué. 

Rev.  Celt.  V  22 


■>26  Bibliographie  des  traditions 

Ce  second  manuscrit,  en  fort  mauvais  état,  au  commencement,  et  pres- 
qu'illisible  pendant  18  feuillets  ou  36  pages,  est  mieux  conservé  et  d'une 
lecture  assez  facile,  de  la  page  117  a  146,  où  il  devient  encore  indéchif- 
frable, ou  peu  s'en  faut,  pendant  6  pages.  Puis,  il  ne  présente  plus  de 
difficultés  sérieuses  jusqu'à  la  fin.  Il  a  en  tout  28  feuillets  ou  56  pages. 
Il  existe  à  la  fin  une  lacune  de  un  ou  deux  feuillets,  qui  peut  être  facile- 
ment comblée,  car  les  manuscrits  de  ce  mystère  ne  sont  pas  rares,  et  il 
en  existe  au  moins  un  parmi  ceux  que  j'ai  déposés  à  la  Bibliothèque 
nationale.  M.  Emile  Souvestre  en  a  donné  une  analyse,  un  peu  embellie, 
selon  son  habitude,  dans  ses  Derniers  Bretons. 

Puis  vient,  dans  le  même  cahier,  sous  la  même  couverture  de  cuir 
noir,  l'Histoire  de  Mo'ise,  tirée  de  la  sainte  Bible,  avec  une  lacune  peu 
considérable,  au  commencement,  et  facile  également  à  combler,  les  manus- 
crits de  ce  mystère,  ou  plutôt  de  cette  histoire  dialoguée,  n'étant  pas 
d'une  grande  rareté.  La  collection  de  la  Bibliothèque  nationale  en  a  aussi 
une  copie,  que  j'ai  trouvée  au  Vieux-Marché,  près  Plouaret. 

Les  cinq  premiers  feuillets  de  ce  3''  manuscrit  sont  d'une  lecture  assez 
difficile;  le  reste,  sauf  4  ou  5  pages,  plus  crasseuses  et  plus  effacées,  se 
lit  facilement  et  est  même  d'une  belle  écriture  d'expéditionnaire  ou  de 
clerc  de  notaire.  Comme  dans  la  pièce  de  Jacob,  il  n'y  a  aucune  division 
par  journées,  ni  actes.  —  Point  de  prologues  non  plus,  ni  d'épilogues. 
Les  deux  pièces,  d'ailleurs,  pourraient  être  du  même  auteur,  et  je  les 
ai  presque  toujours  rencontrées  dans  le  même  cahier,  à  la  suite  l'une  de 
l'autre.  —  58  feuillets  ou  1 16  pages  non  numérotées,  avec  42  lignes  à 
la  page,  en  moyenne.  La  langue,  qui  est  du  dialecte  de  Tréguier,  et  la 
versification,  quoique  parfois  légèrement  altérée  par  le  copiste,  sont 
généralement  bonnes.  L'auteur  du  mystère  devait  être  un  homme  ins- 
truit, un  prêtre  sans  doute,  et  connaissait  bien  son  histoire  sainte. 

Jacob  et  Moïse  et  la  Création  du  monde,  publiés  dans  le  même 
volume,  avec  une  traduction,  formeraient  une  œuvre  intéressante. 

On  lit  sur  le  dernier  feuillet  du  manuscrit,  au  recto,  en  belle  écriture 
moyenne  : 

Ce  présent  livre  appartient  à  moy,  maître  François  Le  Trivédy,  de  la 
paroisse  de  Pluzunet. 

Fait  ce  jour,  1'='' octobre  1751. 

Je  soupçonne  ce  maître  Trivédy  d'être  le  copiste  seulement  et  non 
l'auteur  ;  son  écriture  ressemble  beaucoup  à  celle  du  corps  du  manuscrit.  1 

Plus  bas,  et  sur  la  même  page,  on  lit  encore  :  <c  Ce  présent  livre 
«  appartient  à  moy,  Yves  Le  Gallou,  de  la  paroisse  de  Pluzunet.  — 
«  Fait  ce  jour,  i^'  octobre  1754.  » 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  }2j 

Plus  bas  encore  :  Anthoine  Duval,  de  Pluzunet.  Et  sur  le  feuillet  sui- 
vant :  «  Jean  Le  Ménager,  fournier,  du  bourg  de  Pluzunet,  l'année  mil 
«  sept  cent  quatre-vingt-douze.  » 

Ce  sont  les  noms  des  personnes  qui  ont  successivement  possédé  le 
cahier.  Il  m'a  été  cédé  par  Bertrand  Le  Ménager,  fils  de  Jean  Le 
Ménager. 

Vie  de  sainte  Nonne,  manuscrit  de  la  fin  du  siècle  dernier  ou  du  début 
de  celui-ci  ;  le  commencement  et  la  fin  manquent. 

Ce  mystère  n'a  de  commun  avec  l'ancien  mystère  de  sainte  Nonne,  publié 
par  l'abbé  Sionnet,  que  le  titre  et  le  sujet. 

Mystère  de  la  Création,  endommagé  au  commencement.  —  Date 
approximativement  de  la  même  époque  que  le  précédent.  —  On  lit  à  la 

fin  :  ....  a  partient  a  moi  Claude  Le  Bihan,  demeurant paroisse  de 

Pluzunet,  au  canton  du  Vieux  Marchez...  département  du  Cotes  du  Nord 
Jean  Marie  Allannic.  Le  Vieux-Marché  ayant  cessé  d'être  canton,  à  la 
Révolution,  le  manuscrit  est  antérieur  à  cette  époque. 

Collection  de  M.  L.  Bureau. 

M.  Léon  Bureau,  à  Nantes,  possède  des  mystères  bretons  manuscrits 
■  qu'il  a  acquis  de  feu  J.-M.  Lejean,  instituteur  et  poète  breton.  Ces  mss. 
I  sont  du  xviii^  siècle,  la  plupart  de  la  fin. 

Tragédien  ar  Hiniveles  ar  Mabic  Jésus,  en  Brezonec.  Pet.  in-fol.  A  la 
fin,  des  Noëls  bretons. 

Nabuchodonozor,  in-fol. 

Le  dernier  Jugement  :  représentation  du  dernier  journée  de  ce  monde. 
Comancé  ce  jour  1 3  octobre  1792. 

A  la  fin  :  fait  ce  jour  12  pluvios  l'an  2^  de  la  Répuplique  française  un 
I  est  indivisible.  —  Et  sur  une  feuille  blanche  :  Ce  livre  appartient  à 
moi  Jacques  Yves  Lefloch,  de  la  commune  de  Treglamus.  In-fol. 

Tragédien  sant  Guillerm  en  brezonec  commencet  ar  seictec  a  vis 
meurs  mil  vis  cant  onnec,  181 1,  a  François  Derrien  de  Guerlesquin. 

A  la  fin.  Copié  par  moi,  François  Derrien,  de  la  ville  et  paroisse  de 
Guerlesquin,  despartemant  de  Finistaire,  ar  rondissement  de  Morlaix, 
:  canton  du  Pontoux.  Fini  ce  jour,  traize  juin  mil  vuit  cent  onze. 

Vie  de  sainte  Anne,  petit  in-fol.  incomplet  au  commencement.  Con- 
tient aussi  des  cantiques. 

A  la  fin  de  la  pièce  :  du  vingt-huit  janvier  mil  sept  cent  quatre-vingt. 
Ce  jour  vingt-sept  juillet  lan  quatriesme  de  la  Liberté  mil  sept  cents 
quatre-vingt-douze. 


328  Bibliographie  des  traditions 

Ce  ms.  porte  en  plusieurs  endroits,  et  d'une  autre  main,  la  signature 
de  Jacques-Yves  Lefloch,  de.Tréglamus,  avec  les  dates  de  1794  et  179$. 

Dans  ce  ms.  les  nasales  finales  sont  écrites  af,  if,  etc. 

La  Passion  de  Jésus-Christ,  en  forme  de  tragédie,  en  breton.  2  cahiers 
pet.  in-fol.  Incomplet.  L'un  d'eux  porte  sur  la  couverture  cette  note  : 
Le  présant  appartient  à  Yves  Pastol  fils. 

La  Résurrection  de  Jésus-Christ  en  forme  de  tragédie  en  air  bretton. 
Pet.  in-fol. 

A  la  fin  on  lit  :  ...  près...  livre  a  esté  escript  par  Yves  Pastol  demeu- 
rant au  village en  l'evesché  de  Tréguier.  Ce  jour  ving- 

tiesme  juin  mil  sept  cent  vingt  huit. 

Sainte  Geneviève.  Incomplet.  In-fol.  xviii'^  siècle. 

La  Création.  Incomplet.  In-fol.  Porte  sur  une  page  la  signature  de 
Jacques-Yves  Lefloch. 

La  vie  du  grand  prophète  royal  David  fils  de  Jesse  de  la  tribu  de  Juda 
et  qui  fut  roy  sur  Israël  et  l'istoire  de  Saul  fils  de  Zif,  de  Bejamin  qui' 
fut  le  première  roi  sur  Iserael  et  la  vie  du  prophète  Samuel  le  tout  de! 
l'histoire  de  l'ancien  Testamant.  In-folio.  Porte  en  plusieurs  endroits  h 
signature  de  Jacques-Yves  Lefloch. 

Collection  de  M.  G.  Milin. 

M.  Gabriel  Milin,  à  l'île  de  Batz,  nous  communique  la  note  suivantf 
sur  les  mss.  en  sa  possession. 

1°  La  Passion  de  Notre  Seigneur  Jésus  Christ  tirez  en  forme  de  tra- 
gédie en  vergées  breton.  Ploueze{c)  le  trente  may  1802  et  suivant  01  i 
le  10  prairial  an  10.  Dialecte  de  Tréguier,  petit  cahier  format  in-41 
carré  ancien. 

2°  La  vie  des  quatre  fils  Oym  (illisible).  Dialecte  de  Tréguier,  san;, 
date,  mais  d'une  écriture  ancienne,  excepté  les  quatre  premières  feuille:! 
qui  sont  d'une  main  récente.  Deux  noms  s'y  trouvent  cités  :  celui  dd 
Joseph  le  Cerf,  tiserand  [sic]  en  Plouézec  et  Le  Calvez  de  Coadia  01 
Cordia  ;  le  nom  de  ce  dernier  est  après  6  signes  d'écriture  chiffrée  ai 
bas  du  feuillet  43  v°. 

Ce  manuscrit  a  166  feuillets  d'une  écriture  ancienne  serrée  de  forma 
petit  in-40  carré. 

3°  Un  gros  manuscrit  in-folio  de  302  pages  sans  nom  ni  titre,  mai; 
que  je  crois  être  une  tragédie  de  David.  L'écriture  ne  me  paraît  paj 
être  ancienne.  Ce  manuscrit  est  du  dialecte  de  Tréguier. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  329 

4»  Resit  ha  bue  an  otro  sant  Guaron  ??  ha  sant  Dénes  (peut-être 
Denis  ?).  Plus  haut  est  écrit  de  la  même  main  «  set  livré  apartien  et  fait 
par  moy  Ollivier  Le  Calvez  de  Plouezec  et  fait  a  l'an  mil  vit  san  deux 
aux  lan  onst  (onze  ?)  de  la  republic  franssé  ».  —  131  pages  in-folio, 
dialecte  de  Tréguier. 

5°  Tragédie  santés  Julite  ha  santt  Cire  he  map  e  breton  tennett  ag  er 
martiriloge  romain  hervée  en  actu  vêts  quetan  phastt  pehani  a  zo 
scrihuette  ar  terh  en  bl...  1430  petremantt  er  blée  403.  —  Jean  Lelu- 
hern  de  Trefflean.  —  Sur  le  recto  de  la  première  1/2  feuille  déchi- 
rée on  lit  :  Tragedy  santés  Julit  ha  sant  Cire  he  ...  Jean  Le  Luhern 
demeurant  a  Klimoto  en   Treffle  ...  quanton  d'Elvein  a  ronssement  de 

Vannes  département  du  M 1830.  —  Sur   le  verso  de  la   même 

T'^  1/2  feuille  déchirée  on  lit  :  Jean  Le  Luhern  demeurant  au  village  de 

Kerbihan  quanton  d'Elvein  département  du  Morbihan.  Jean  Le 

Luhern  natif  de  Trefflean  faitt  a  Trefflean  le  12  may  1817.  —  Dialecte 
de  Vannes^  in-folio. 

6°  Passion  ha  marhue  hon  Saluer  Jésus  Chriet  [sic]  en  acterion.  A  la 
fin  du  manuscrit,  Ar  prologuer  devehan,  dernière  page,  on  lit:  Mathurin 
Guyot  demeurande  dans  la  paroisse  de  Saint-Nolf  en  Saint-Nolf.  Dia- 
lecte de  Vannes.  In-folio. 

70  Manuscrit  breton  de  Tréguier  à  la  fin  duquel  je  lis  le  nom  de 
Jacques  Le  Caussin  1803  et  le  nom  de  Hervé  Le  Calvez  1799.  —  Ce 
manuscrit  est  sans  titre.  Je  crois  que  c'est  la  tragédie  de  l'Antéchrist  ;  il 
a  174  pages  in-folio. 

8°  La  vie  de  saincte  Treffine  reinne  de  Bretaingne.  Dialecte  de  Tré- 
guier, 126  pages  in-folio.  —  A  la  fin  de  la  126*^  page,  on  lit  : 

«  Fin  a  la  vie  de  sainte  Tréfin,  Renne  de  Bas  Bretangne.  Ce  livre 
appartien  a  André  Le  Cozannet  d'Yvias,  canton  de  Paimpol.  » 

90  La  vie  de  Robert  fils  le  duc  de  Normandi  et  de  Severij  de  Bour- 
gongne  tirez  en  forme  de  tragédie  par  moi  Joseph  Le  Cerf.  160  pages. 
Ala  fin  de  cette  160"  page  on  lit  :  «  finit  coronat...  Le  2  floréal...  la 
republique  fransés  1797...  et  plus  bas  le  nom  de  le  Calvez.  —  Dialecte 
de  Tréguier. 

10°  Bue  Jacob  hac  e  vugale  assambles  gant  istoar  Moyses  en  verjou 
breton  en  forme  a  dragedien,  salud  ha  reverans.  A  la  fin  du  manuscrit 
de  288  pages  in-folio,  on  lit  :  ce  livre  appartien  a  un  homme  qui  n'est 
ny  prêtre  ny  moinne,  mais  en  cas  de  perdistion  Vincent  Gouarin  est  son 
nom.  Dialecte  de  Tréguier. 

I  r  La  vie  de  saint  Laurent  martir,  de  241  pages  in-folio.  C'est  le 
manuscrit  le  plus  lisible.  —  A  la  page  187,  on  lit  en  marge  le  nom  de 


3  ^o  Bibliographie  des  traditions 

Mazevet,  Ollivier  de  Ploumagoar,  et  à  la  page  240,  Jacques  Enien.  Il 

n'y  figure  aucune  date.  —  Dialecte  de  Tréguier. 

Les  auteurs  de  toutes  ces  tragédies  étant  ignorés,  et  leurs  manuscrits, 
d'autre  part,  ayant  été  copiés  et  recopiés  par  différentes  personnes  qui 
s'attachaient  à  reproduire  moins  fidèlement  la  langue  que  l'ensemble  du 
récit,  il  serait  aujourd'hui  presque  impossible  de  fixer  même  approxima- 
tivement la  date  de  leur  composition.  —  Un  petit  indice  me  ferait  pen- 
cher à  croire  que  le  n"  i ,  la  Passion  de  Notre-Seigneur,  serait  un  des 
plus  anciens  comme  composition.  Cet  indice  est  que  le  titre  de  cette 
tragédie  et  tous  les  intermèdes  du  commencement  à  la  fin  sont  écrits  à 
l'encre  rouge,  sans  doute  pour  imiter  davantage  l'original  qui,  peut-être, 
était  en  gothique.  Ce  cahier,  d'une  écriture  compacte  et  généralement 
lisible,  est  sans  pagination  ;  il  peut  avoir  près  de  200  feuillets.  A  la  fin 
de  la  dernière  page  il  est  écrit  :  «  Fait  à  Plouezec  le  16  janvier  1805 
par  moy  Vincent  Gouarin  fils  d'Yves,  demeurant  près  la  Magdalaine,  ou 
le  26  nivôse  an  II  de  la  republique.  »  Cette  écriture  est  en  lettres  rouges. 
Ce  manuscrit  est  certainement  une  copie  faite  sur  un  original  qui  n'of- 
frait aucune  ressemblance  avec  le  Grand  mystère  de  Jésus  de  M.  de  la 
Villemarqué,  ni  comme  plan  d'ensemble  ni  comme  versification.  Il  est 
possible  cependant  que  ce  grand  mystère  ait  donné  l'idée  de  cette  seconde 
composition,  mais  l'auteur  de  celle-ci  n'ayant  sans  doute  à  sa  disposition 
ni  le  temps  ni  les  moyens  intellectuels  de  l'auteur  du  Mystère  de  Jésus 
aura  cru  bien  faire  en  donnant  à  son  sujet  un  plus  grand  dévelop- 
pement. (Notice  communiquée  par  M.  Milin.) 

Collection  de  M.  Emile  Picot. 

Cette  collection,  acquise,  en  1875,  d'un  ancien  acteur  breton  de  Mor- 
laix,  nommé  Plassan,  provient  originairement  de  trois  chefs  de  troupes  : 
Job  Coat,  Joseph  Coat  et  Auguste  Le  Corre. 

l. 

Bué  ar  brinces  Caër  a  vertuzus  Mathild  a  Vrosoz.  Ms.in-fol.  de42ff. 
exécuté  par  Job  Coat,  de  Morlaix. 

Le  ms.  porte  les  deux  dates  de  1827  et  1838. 

Bue  Herodes  Ascalon  ac  ini  e  Briet.  Ms,  in-fol.  de  3 1  ff.  exécuté 
par  Job  Coat,  de  Morlaix,  en  1854. 

Bue  santesses  Theodorine,  guerhes  a  martires,  dindan  Valens,  roue 
a  gouverner  deus  ar  Sirie  ac  ar  Palestine.  Gred  ganeme  Job  Coat  en  fine 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  5  3 1 

mis  choervrer  1842.  En  Montroulles  echom  eru  ar  Vur  n°  14.  Ms.  in-fol. 
de  45  ff. 

Les  personnages  sont  au  nombre  de  10. 

La  copie,  qui  est  assez  bonne,  n'indique  pas  les  noms  des  acteurs. 

Vue  sant  Georg.  —  Vue  sant  Cripin  ac  ini  gompagnon  Cripinian.  Ms. 
in-fol.  de  36  ff.,  exécuté  par  Job  Coat. 

Tragédie  Ourson  a  Valentin.  Ms.  in-fol.  de  31  ff.,  exécuté  par  J os. 
Coat^  de  !a  paroisse  de  Sainte-Vachée. 

Le  commencement  du  prologue  manque,  ainsi  que  la  fin  du  texte. 

Ginoefïa,  duchess  ar  Vrabant.  Ms.  in-fol.  de  29  flî.,  exécuté  par  Job 
Coat,  à  Morlaix,  vers  1830. 

Bue  OUier  deus  Montrevel,  chevaillier  a  Franc,  a  roue  er  Montagnou. 
Ms.  in-fol. 

Pièce  composée  par  Job  Coat,  de  Morlaix.  L'action  se  passe  sous 
Charles  VI,  ce  qui  n'a  pas  empêché  de  mettre  sur  la  scène  le  chevalier 
Bayard. 

Cahier  a  vue  Geraldi  pe  an  a  Feunteun  Santés  Catell,  componet  gan 
en  tragedi.  Ms.  in-fol.  de  41  ff.,  exécuté  par  Job  Coat,  de  Morlaix. 

Fragments  de  diverses  pièces  copiées  par  Job  Coat.  10  if.  in-fol. 

Ces  fragments  sont  :  i"  un  morceau  de  Mithridate,  qui  paraît  avoir 
été  traduit  d'après  Racine;  2°  le  début  d'une  pièce  sans  titre  dans 
laquelle  figurent  :  An  Duc  Scor,  Ar  Hadis^  An  Duques  Cesil  et  An  Hursier; 
3"  la  fin  d'une  pièce  où  figurent  Sozime  et  Marie  Egiptiannes;  4°  des 
cantiques  sur  saint  Richard,  sainte  Catherine  et  sainte  Marguerite  (1826); 
le  début  d'une  pièce  intitulée  :  Ar  Princ  Tachomas. 


Cahier  Tragédie  a  vue  ar  brinces  Clotild,  quenta  rouanes  christenn  a 
se  bet  en  France.  Ms.  in-fol.  de  29  ff.  exécuté  par  Joseph  Coat,  de 
Morlaix,  en  1834. 

Brigantet  an  Estramadour  pé  Orphelin  ar  forest,  laquet  en  verziou 
brezonec  dré  Auguste  Le  Corre.  Comancet  ar  1 5  avis  kerzu  er  blaves 
1842,  achuetar  25  avis  héré  1843  ;  represantet  evit  ar  vech  quenta  en 
30  avis  kerzu  1844.  4  cahiers  en  un  vol.  pet.  in-4°. 

Chaque  journée  est  accompagnée  de  la  distribution. 

Voici  les  noms  des  acteurs:  Le  Gofï,Baud,Plassard,  Dumoulin,  Michel, 
Guiguen,  Baillet,  Guernigou,  Kautret  Yver,  Kautret  François,  Richard, 
Boga,  Jacquettie. 

A  la  fin  de  la  i^'^  journée  la  copie  est  datée  de  1860. 


3  j  2  Bibliographie  des  traditions 

Martha,  sœures  hospitalières  deus  ar  Guer  a  Gen  en  Italie  ;  gred 
ganeme  Joseph  Coat.  iSjy.Ms.  in-fol.  de  42  ff. 

m. 

Trajedy  composet  ganeme  var  sujet  eur  duq  Pious  a  oenet  anvet 
Glorius.  Ms.  in-fol.  de  44  ff.,  exécuté  par  Auguste  LeCorreen  1831-1852. 

Pièce  jouée  par  Le  Goff,  Baillet,  Baud,  Kerautret,  Pot  Loe,  Corvezy, 
Dumoulin,  Le  Corre,  Guegen,  Boga,  Richard  et  Jinof. 

Tragedi  brezonec  :  ar  Vinjans,  1776.  Texte  retouché  par  Jean-Au- 
guste Le  Corre  et  écrit  par  lui  en  1836.  Ms.  pet.  in-4'>  de  45  ff. 

Cette  pièce  n^a  aucun  rapport  avec  la  destruction  de  Jérusalem  ;  c'est 
un  drame  tout  moderne. 

Adelaid,  pe  Amitié  a  Respect  edivo  e  quever^ezad  ar  homt  Jaques  de 
Lichtemberg  i  par  Jean  Auguste  Le  Corre  née  [sic]  à  Lannion  le  23  août 
1807.  Ms.  pet.  in-4°  de  $6  ff.,  fini  le  17  «  jenvier  »  1837. 

Cahier  Tragedy  institutes  :  Ar  Prinz  tartar,  gret  dre  Auguste  Le 
Corre,  1844.  Ms.  pet.  in-4''  de  76  ff. 

Chedoni.  Ms.  pet.  in-4°  de  40  ff.,  exécuté  par  Auguste  Le  Corre. 

Pièce  représentée  pour  la  première  fois  en  1846  et  reprise  en  1860. 
Les  acteurs  de  1846  étaient  :  Le  Corre,  Le  Gall,  Godin,  Madec,  Le 
Simor  (.?),  Le  Roux,  La  Forêt.  Le  Jean,  La  Dru.  Les  acteurs  de  1860 
étaient  :  Le  Goff,  Guegen,  Kerautret,  Plassart,  Pot  Loé,  Pot  Teo,  Pot 
Lannion,  Baud,  Dumoulin,  Richard,  Boga  et  «  la  juene  actrice  ». 

Tragedi  an  douzec  Tad  [sic]  a  Franc  pe  conquejou  Charlamagn  ar 
Spagn,  Ms.  in-fol.  de  62  pp.,  exécuté  par  Auguste  Le  Corre,  en  1848. 

Mystère  des  SS.  Crépin  et  Crépinien.  Ms.  in-folio  sur  papier.  Frag- 
ment. 

M.  l'abbé  Le  Mené,  chanoine  à  Vannes,  possède  un  mystère  breton 
manuscrit  sur  lequel  il  nous  écrivait,  en  date  du  5  janvier  1877  : 

«  Je  possède  une  tragédie  bretonne  sur  la  Passion  de  N.  S.  J.  C.  en  j 
cinq  actes  et  2086  vers.  Je  l'ai  vu  jouer  moi-même  dans  ma  paroisse] 
natale  de  S.  Nolff  en  1843.  C'est  un  véritable  bijou  littéraire,  du  dia- 
lecte de  Vannes  :  il  y  a  des  passages  vraiment  poétiques,  notamment  la 
prière  de  N.  S.  au  jardin  des  Oliviers.  » 

M.  l'abbé  Le  Dain,  recteur  à  St-Géran,  Morbihan,  possède  plusieurs 
mystères  manuscrits,  parmi  lesquels  le  suivant,  en  dialecte  de  Vannes  : 

Tragédie  Sant  Loeis  Roué  à  France,  trancrivet  dré  Loeis  Bellec  a 
Kergoual  er  blé  182$.  Ms.  pet.  in-fol.  —  A  la  fin  on  lit  :  trancrit  par 
Louis  Bellec,  1826. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  î  3  3 

APPENDICE 
I. 

LIVRES    POPULAIRES. 

Comme  spécimen  de  la  littérature  du  colportage,  nous  reproduisons 
les  catalogues  de  deux  librairies  qui  ont  cette  spécialité.  Le  premier 
ratalogue,  de  Lédan  à  Morlaix,  date  de  la  première  moitié  du  siècle  ;  le 
iecond,  de  Le  Goffic  à  Lannion,  était  en  distribution  en  1871. 

Levriou  père  a  gaver  e  ty  Lédan,  imprimer-librer,  e  traon  ru  ar  Vur, 
i  e  Montroukz. 

Deveriou  ar  C'hristen,  elec'h  ma  caver  oll  Offiçou  ar  Suliou,  ar  bloa,  etc. 
j    Imitation  hor  Zalver  J.-C,  laqet  e  brezonec  gant  eur  Bêleg  a  Cuerne,  rei- 
zet  mat. 

Curunen  ar  Verc'hez,  Pedennou,  etc.,  evit  ar  Merc'het  hac  ar  Graguez 
Christen. 

Imitation  ar  Verc'hez  santel,   var  model  Imitation  J.-C,  Pedennou  evit  an 
Oferen,  etc. 
■    Instructionou  Christen  evit  an  dud  Yaouanq,  Historien  ac  Exemplou  édifiant. 

Abrège  eus  an  Aviei,  gant  Meditationou,  Testeni  gûirion  an  Aviel,  etc. 

Instructionou  profitabl  evit  an  oll  [Ar  Sonjit  Ervad  nevez)^  etc. 

Abrège  pratic  eus  an  Doctrin  Gristen,  troet  eus  a  hini  gallec  an  A.  Cou- 
turier. 

An  Devez  Mad,  pe  fêçon  da  zantifia  an  devez,  laqet  e  brezonec  evit  utilité 
an  oll. 

Reglamant  a  Vuez,  evit  an  dud  divar  ur  meaz,  Pedennou,  Taulennou  an 
Oferen,  etc.,  etc. 

Levric  an  j^i-Gardien,  evit  usach  ar  Yaouanqis  Christen,  gant  Taulennou, 
etc.,  etc. 

Catekismou  Léon,  Treguer  ha  Q_erne.  —  Ar  mêmes  Catekismou  e  gallec. 
Canticou  Spirituel,  evit  ar  Missionou,  Retrejou  ha  Communion  ar  vugale. 

Mellezour  ar  C'halonou,  pe  Examin  a  Goustianç.  —  Litaniou  ar  maro  mad. 

Canticou  Nevez,  evit  usach  ar  Missionou,  ar  Retrejou  ha  Communion  ar 
vugale. 

Catekis  historié,  pehini  a  gompren  an  Abrège  eus  an  Histor  Santel. 

Hent  ar  Groas,  pe  Stationou  ar  C'halvar.  —  Ar  mêmes  Levr  e  gallec. 

Levric  ar  Belerinet  dévot  da  Santez  Anna  Venet.  —  Buez  Joseph. 

Instruction  var  an  Dévotion  d'ar  Galon  Sacr  a  Jésus. 

Antretien  entre  eur  Missioner  hac  eun  Touer  Doue.  —  Offiç  S.  Viçant  a 
Baul. 


î  5  4  Bibliographie  des  traditions 

Pedennou  evit  an  Azvent  hac  ar  C'horaïz.  —  Ar  mêmes  Levr  e  gallec. 
Pastoral  var  Guinivelez  J.-C.  ;  Massacr  an  Innoçant  ha  Nouelliou*. 
Instruction  var  Breuriez  ar  Scapuler.  —  Hirvoudou  ar  Profet  Jeremi. 
Instructionou  hac  Orêsonou  dévot  evit  asista  en  Oferen  Santel. 
Instructionou  var  Breuriez  ar  Rosera,  ha  Biliejou.  —  Ar  mêmes  re  e  galle 
Chapeled,  pe  Curunen  hon  Zalver  J.-C. 

Reflexionou  Christen  var  Révolution  Franc,  gant  an  A.  Lay,  epad  e  exil. 
Levriou  plat  ;  A,  B,  C,  pe  Croisic  an  Han'  Doue,  e  latin  hac  e  gallec. 

—  Buez  ar  Zent  ;  —  Heuriou  ar  Bris  ;  —  Finvezou  diveza  ;  —  Ar  Vu 
Dévot  ;  —  Collocou  ar  C'halvar  ;  —  Hent  ar  Barados  ;  —  Ar  Rosera  ;  • 
Boqet  ar  Mission  ;  —  Mis  Mari  ;  —  Hac  a  bep  seurt  Levriou  ail,  brezone 
latin  ha  gallec. 

—  Simon  a  Vontroulez  ;  —  Buez  ar  Pêvar  Mab  Emon  ;  —  Tragedi  Jac^ 
ha  Trajedi  Moyses;  —  Buez  Robert  an  Diaoul,  Duc  a  Normand!  ;  —  Sarm 
var  ar  Vesventi,  rimet  evit  instruction  ar  Vretonet,  er  bloa  1839  ;  —  Ar  Bo 
hom  Mizer;  —  Collocou  gallec  ha  brezonec,  reizet  mad,  ha  cresqet  eus  a 
action  a  lealentez  ;  —  Mestr  Pierres,  pe  Den  giiiziec  ar  bourg,  Antretienn 
var  ar  System  Metric  ;  —  Collocou  familier,  pe  an  Den  Expert  ;  —  Conféra 
çou  curius,  util  hac  intéressant,  evit  amuzamant  ha  descadurez  an  dud  divar 
meaz  ;  —  Michel  Morin  :  —  Ar  Pautr  Côs  Richard  ;  —  Ar  Buguel  Fur  ;  • 
Ar  Buguel  Fur  da  dri  bloas  ;  —  Pautr  ar  Butun  ;  —  Fanch-Côs,  pe  Per 
hac  Abalamour,  ha  Michel  Pipi,  pe  ar  Farcer  Breton  ;  —  Armanaguey 
brezonec  ha  re  gallec,  etc.,  etc. 

Catalogue  des  Chants  bretons  qui  se  trouvent  à  la  librairie  P  Le  Goffic, 
à  Lannion. 

Chanson  ar  C'homereset.  —  Kanaouen  var  eur  Bêlevad  erruet  gant  dai 
den  yaouank,  er  gasr  a  Vontroules,  da  verc'her  al  ludu. 

Cantic  spirituel  (reformet  er  blavez  1857)  en  henor  d'an  Itron  Varia  deus 
Goz-Yeaudet. 

Son  ar  Garante  Barfet. 

Gwerz  war  sujet  ar  C'horf  hag  an  Ene.  —  Guerz  en  henor  d'an  AutP 
Sant  Maudez,  ermit,  patron  deus  a  baros  Lanmodez  ha  deus  paros  Cotascor 

An  Disput  choquant,  savet  entre  diou  Blac'h  yaouanc. 

Guers  graet  a  neve  en  henor  da  Sant  Mauriç. 

Ar  Spilen.  —  Chanson  Nevez,  composet  var  sujet  daou  Den  Yaouanc. 

Bassion  hon  Salver  Jesus-Christ. 

Kauaouennou  diveruz,  diwar-benn  eur  C'habiten  a  lonkour  hag  e  ékipa 
oc'h  erruGut  oar  gwél  ann  douar  a  Breiz  goudé  eur  véach  hir. 

Noue!  nevez,  composet  en  henor  da  Nativité  hor  Zalver  Jesus-Christ. 

Reproch  d'ann  Tado  ha  d'ar  Mammo.  —  Act  ha  Reconnaissanç,  groet  e 

I.  Ceci  est  le  petit  livre  mentionné  plus  haut,  p.  315. 


j  et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  3  3  5 

lenor  da  Vari^  deuz  tout  ann  oU  Victoario  a  neuz  goneet  Napoléon,  a  boez  ma 
nân  var  an  tron. 

Chanson  composet  var  sujet  an  Dansou  hac  an  Tennadegou.  —  Chanson 
>Jevez,  composet  var  sujet  daou  Den  yaouanc. 

Cantic  Spirituel  var  Jujamant  an  Den  er  Varn  gênerai,  troet  a  latin  e  bre- 
:onnec.  —  Cantic  spirituel  evit  ar  Mission. 

Gwerz  Garen  ar  Bris.  —  Ar  Mêmes  Tra. 
;   Kurunen  aour  ann  Itroun  Varia  Vir-Zicour. 

t  Cantic  Nevez,  hac  exempi  a  so  bet  arruet  gant  daou  Zen  yaouanc  maleurus, 
)ere  a  devoa  insuitet  ar  Sacramant  Adorabl  eus  an  Auter.  —  Cantic  Spirituel^ 
.■:omposet  a  nevez  en  enor  d'an  Itron  Santez  Barba,  ha  var  eur  Maleur  arruet  e 
^oazon,  troet  a  c'hallec  e  brezonnec. 

!  Chanson  nevez  var  sujet  an  Efferien,  principalamant  var  sujet  an   Tocquou. 
1-  Chanson  var  sujet  ar  Livitennou. 
t  Chanson  Neve  var  sujet  ann  Eferrien. 

Guerz  truezus  Santiago,  var  sujed  an  Drouc-eûriou  c'hoarveet  au  eiz  a  viz 
juerzu  er  bia  mil  eiz  can  tri  a  tri-uguent  en  iliz  deuz  ar  Chili.  —  Kantik  Sant 
iirvoan. 

t  Son  ar  Butun.  —  Chanson  Neve,  composet  gant  ar  Cloarec,  evit  disqueuz 
\'.r  vantr-calon  en  eus  santet  eus  a  zemezi  e  Vestrez. 
;  Bue  Mari. 
I  Cantiq  voar  vue  Sant  Ervoan. 

Chanson  Neve. 

Cantic  Mission  parroz  Cavan,  er  bla  1864. 

Cantic  Santez  Genovefa  a  Baris.  —  Cantic  Santez  Thecla. 

Grég  ar  Merdéad  (la  Femme  du  Marin). 

Brezel  an  Itali  1859.  —  Intaon  al  Lochen. 
.  Disput  entre  an  Dour  hac  an  Tan.  —  Chanson  Nevez,  groet  voar  sujet  ar 
^himiq. 

\  Guerz,  grset  gant  Per  Ar  Yann,  var  eur  Maleur  arruet  e  Quemper-Corantin, 
a  sul  ar  Baçzion.  —  Récit,  composet  a  nevez  var  sujet  ar  Maleurus  an  eus 
înnet  var  ar  Grucifi,  en  departamant  a  l'Oorn. 

;  Chanson  Sérius,  vit  hon  e.xortin  d'ar  Mad  ha  dilezel  an  Drouc.  —  Chanson 
ar  sujet  an  Danserez. 

Cantik  Spirituel,  en  gloar  Doue  hac  an  Itron  Varia  Kerdevot,  pehini  deuz 
ur  Chapel  caër  en  parous  Ergue-Vras  en  quichen  Quemper-Caourintin,  e 
ehini  e  ra  bemdez  Miraclou  bras. 

Cantic  voar  Vue  an  Autro  Sant  Gonery,  pehini  an  deus  e  Chapel  hac  e  Rele- 
■ou  en  parous  Plougrescant.  —  Missioun  ann  Tad  Rot  (ebrel  1856). 

Conversion  Sant  Augustin. 

Chanson  ar  Beder  Vestrez.  —  Meuleudi  Itron  Varia  Breiz. 

Récit  composet  a  neve  var  sujet  eur  Malheur  erruet  en  parous  Pleuveur- 
iodou,  e  miz  c'houevrer  1844. 

Chanson  var  sujet  ar  C'Hizou  nevez. 


3  ]6  Bibliographie  des  traditions 

Cantic  evit  Mission  Sant-Quay. 

Chanson  an  Dançou. 

Cantic  en  henor  d'an  Itron-Varia-ar-Victoiriou   en  parous  Plouriou,  ac 
henor  d'an  Itron-Varia-Keranrous  en  enez  Briad,  patronez  ar  Vartolodet. 

Curunamant  ann  Itron  Varia-Guir-Sikour,  e  Gouengamp. 

Kimiad  eur  Pèlerin. 

Cantic  an  Otro  Sant  Roch. 

Guerz  composet  a  neve  d'an  Itron-Varia-Guir-Sicour,  a  Voengamp,  bars 
bloas  1859. 

Cantic  Spirituel,  en  enor  an  Itron  Santés  Anna  ar  Palud,  eur  plaç  santel 
so  en  Escopty  Querne  e  parres  Plonevey-Porsay,  a  dost  d'ar  mor.  —  Cantil 
Veuleudi  d'an  Itron  Santez-Anna,  enoret  e  parres  Plounevez-Porzay,  e  cha' 
ar  Palud,  a  dost  d'ar  mor. 

Chanson  Nevez  var  sujet  daou  Zen  yaouanc  père  en  em  gare  gant  fidélité. 

Cantic  spirituel  en  enor  da  Sant  lia-Badezour. 

Cantic  ar  Cananéen. 

Chanson  var  sujet  an  Audivi. 

Guerz  Nevez  voar  sujet  eun  Den  Charitabl. 

Disput  entre  an  Ini  Goz  hac  an  Den  yaouanc.  —  Peden  ar  Mousik  bian  (  ' 
Werc'hez.  —  Canaouen  Neve,  gret  enn  henor  da  beder  Dimezel  yaouanc. 

Guerz  enn  enor  da  Relegou  sant  Valantin,  roet  gant  hon  Tad  santel  ar  h 
d'ar  guaer  a  Rostrenn,  enn  Breiz-Izel. 

Cantic  neve  en  enor  d'an  Itron  Varia  an  Aerch,  patrones  Kerbors.  —  Ch - 
son  nevez,  groet  var  sujet  daou  Den  ioouan  persecutet  gant  eur  goel  deod. 

Damon  ha  Heriet,  chanson  Moral. 

Cantic  santez  Anna  Vened. 

Guerz  neve  Adam  hac  Eva. 

Guerz  var  sujet  Distro  eun  Den  yaouanq,  partiet  gant  ar  guenta  requisit  . 
—  Disput  être  ar  Maro  hac  an  Den  yaouanq. 

Disput  composet  a  nevez  entre  ur  C'hereer  hac  ur  Botoer  coat.  —  Ar  \  n 
hac  ar  Louarn.  —  Parc  ar  Vingieuz. 

Chanson  Neve  var  sujet  eur  bromese  fervant  hac  eur  Separasion  être  du 
Den  iaouank.  i 

Chauson  an  Amitié  sincer,  composet  gant  eun  den  yaouanq  deus  cai 
Boulbriac. 

Iliz  ma  Farroz.  —  Plac'hik  Eussa.  —  Telen  Remengol. 

Cantic  spirituel  var  sujet  ar  Brinces  Judith,  pehini  a  zibennas  Holofer  !, 
roue  an  Egypt,  dirac  kaser  Bethuli. 

KIoarek   Coat  ar  Rannou ,   ha  Penn-herez   Kerzanton.    —   Ann    Hii) 
garan. 

Chanson  an  Diaoul  Arc'hantet.  —  Kimmiad  être  daou  Zen  yaouanc. 

Cantic  var  ar  Berejou. 

Cantic  Spirituel  var  ar  Séparation  eus  an  Ene  eûrus  hac  e  Gorf.  —  Gfz 
an  Ene  daounet. 


et  de  la  littérature  populaire  de  la  Bretagne.  3  37 

Chanson  an  Durzunel.  —  Chanson  Nevez,  composet  gant  un  den  yaouanc, 
,;uz  a  bares  Briec,  voar  sujet  e  Vestrez,  pehini  e  c'har  gant  un  amitié  barfet. 

Kurunen  aour  ha  perlez  ann  Itroun  Varia  Remengol,  kurunet  ann  30  a  vis 
Tiae  1858,  enn  hano  hon  Tad  santel  ar  Pab  Pii  Nao. 

Récit  composet  a  neve  var  un  Toi   Vaillantis.  —  Récit  deus  ar  Maleurio 
irruet  en  departamant  ar  Var,  en  dro  da  Sant-Etienne,  occasionnet  gant  an  orach. 

Mari  beg  a  rog  ha  fri  partout.  —  Chanson  Nevez. 

Kantik  zant  Ervoan. 

Chanson  composet  a  nevez  être  ann  Den  Interesset  hac  an  den  Feneant.  — 
Chanson  Nevez  var  sujet  ann  Everezet. 

Guerz  an  Itron-Varia-an-Enez,  a  baros  Goudelin, 
!   Chanson  ar  Plac'hic  paour  ha  fur.  —  Chanson  Cloarec  Pempou!. 

Chanson  ar  Plac'h  figus. 

Chanson  eur  C'horn  bras  Populou,  composet  a  nevez  gant  eun  den  a  Bleu- 
yreur-C'hautier,  hanvet  Yan  Ar  Minous. 

Guerz  ar  Seiz  Sant,  en  parous  ar  C'hos-Varc'hat. 
^    Cantik  en  enor  d'an  Itron  Varia  ar  Sclerder. 
'.    Chanson  var  sujet  ar  C'hisiou  neve. 

;    liiz  miraculus  an  Itron  Varia  Remengol,  savet  gant  ar  Roue  Gralon,  goude 
,ma  oa  beuzet  kaer  Is. 

Ar  goal  Deotou. 

Kimiadou  eur  Martolod  a  Vreiz.  Peden  ar  Mousik  bian  d'ar  Werc'hez.  — 
ICimiad  eur  C'honscrit. 

Rancontr  a  joa  être  daou  Den  yaouanc  en  Naonet,  ha  Separ  a  c'hlac'har  en 
ker  Lavalette.  Peden  ar  Mousik  bian  d'ar  Werc'hez.  —  Canaouen  Neve,  gret 
en  henor  da  beder  dimezel  yaouanc. 
!    Conversion  Mari-Madalen. 

;    Buez  santez  Genovefa  a  Vrabant.  —  An  JE\  hac  ar  Bugel. 
I    Guerz  ar  roue  Gralon  ha  kasr  Is. 

Abrège  deus  ar  Varn  gênerai  pe  ar  Jugeamant  diveza. 
i    Chanson  ar  Pevar  Elemant. 

Chanson  ar  Seiz  Squient  naturel. 
:    Kanaouen  neve,  groet  gant  lan  Ar  Minouz,  diwar-ben  ar  Ridelaer  hag  ar 
Piker  men. 

Guerz  nevez.  —  Disput  être  an  Otrou  hac  ar  Paysant. 
1    Zon  Tolen  ar  laouankis,  komposet